Archive | 01 juillet 2017

La Métro au service des commerces de proximité

Grenoble-Alpes Métropole a affirmé, par sa délibération cadre du 18 décembre
2015, son soutien en faveur du commerce, de l’artisanat et des services.

Suite à la prise de compétence de la thématique « commerce », la Métropole
a organisé son service commerce autour d’une équipe territorialisée, dont
l’objectif est d’assurer, au côté des communes un accompagnement de
proximité des entreprises. L’une des actions phares est la mise en oeuvre
d’un fonds d’aides directes à l’investissement ayant pour principal objectif la
modernisation des locaux commerciaux.

Christophe Ferrari, Président de Grenoble-Alpes Métropole a fait une  » tournée  » pour ce rendre compte de l’efficacité de cette opération.

Pour rappel:

BÉNÉFICIAIRES :

- Les entreprises commerciales, artisanales ou de services avec vitrine, implantées
sur l’une des 49 communes, d’une surface de moins de 400 m² et avec un
chiffre d’affaires inférieur à 1 M€ HT
- Les commerçants non sédentaires domiciliés sur la Métropole et disposant d’un
abonnement sur un marché ou d’une autorisation d’occupation du domaine public
et privé sur le territoire métropolitain.

TRAVAUX ÉLIGIBLES :

- Mise en accessibilité
- Rénovations extérieures des vitrines
- Économies d’énergie
- Sécurisation des locaux
- Aménagement intérieur et acquisition de matériel sur les périmètres renforcés
(ZFU, politique de la ville, pépinières multisites), les communes de – de 3 000 hab
et les commerçants non sédentaires.

En 2016, c’est 37 dossiers qui ont été traités pour un montant de 195 200 €.

Pour 2017 les objectifs sont de 70 dossiers traités pour un budget de 450 000 euros.

Christophe Ferrari c’est rendu sur plusieurs sites dont la cave La cave « Vins à coeur », vente de vins et spiritueux située Saint-Égrève.

Sans titre 2

Régis GEORGES est caviste à Saint-Egrève depuis 2006 où il met au profit de sa
clientèle plusieurs années d’expériences et de savoir-faire en tant que sommelier
conseil.
Après avoir passé 10 ans dans le petit local à côté de celui-ci, il a souhaité développer
son activité et reprendre l’ancien local des vétérinaires. A ce titre, il a engagé
de nombreux travaux afin de doubler sa surface de vente et offrir une gamme de
produits de qualité. Il propose également des cours et des ateliers de dégustation.
Le développement de son activité a initié la création d’un petit pôle de proximité
avec l’installation, dans son ancien local, d’une épicerie de producteurs locaux, et
en face d’un primeur.
Montant des travaux éligibles réalisés : 23 990 €
Nature des travaux : Devanture, Sécurisation, Accessibilité, Économies
d’énergie
Subvention attribuée : 7 197,87 €

Régis Georges s’est montré très satisfait de cette opération qui lui a permis de faire des travaux  » indispensables ». Et de rajouter:  » j’en parle beaucoup autour de moi..auprès des autres commerçants car c’est vraiment très positif. »

Christophe Ferrari  pour qui  » se rendre compte sur place des bienfaits de cette opération est indispensable » précise:  » elle entre bien dans le cadre de notre politique de conforter le petit commerce de proximité. »

Catégorie La MétroCommentaires fermés

Le pôle agro-alimentaire isèrois, le bilan de la chambre d’agriculture

Le vendredi 30 Juin, la chambre d’agriculture de l’Isère a organisé une session pour faire le point sur les enjeux et les actions menées et à venir pour le monde agricole départemental. Présidée par Jean-Claude Darlet, cette conférence a été l’occasion de dresser un bilan sur le pôle agro-alimentaire, en place depuis plus d’un an. Cette organisation est pilotée conjointement par le département, la métropole de Grenoble ainsi que par des consulaires et divers acteurs économiques. Elle s’est entourée de tout un cercle d’entreprises pour pouvoir agir à tous les niveaux, et vise notamment à coordonner les politiques et les financements des outils, qu’ils soient publiques ou privés.

Le pôle agroalimentaire travaille sur 4 grands piliers:

  • Le développements des réseaux de coordination des activités agricoles
  • La gestion et l’accompagnement des projets de l’amont à l’aval
  • La promotion des produits issus de l’agriculture locale
  • La gestion des ressources

Depuis Mai 2016, le pôle a eu l’occasion de mener quelques forums et journées thématiques. Il a également fait un diagnostic des différentes filières existantes, constatant que les cahiers des charges de production pouvaient énormément varier au sein d’une même filière. Il a également participé au remplissage des box du marché d’intérêt national de Grenoble, qui sont désormais tous complets. De grands travaux sont également menés pour améliorer la situation des légumeries (dont 60% du chiffre d’affaire est réalisé auprès de collèges) et des abattoirs du département.

Pour l’avenir, il a été choisi de créer une plateforme web pour mieux rassembler les acteurs du monde agricole. Des plans d’action pour améliorer la structure des filières seront établis, et un cahier des charges plus universel sera mis en place dans chacune de celles ci. Le pôle souhaite également accroître la clientèle des produits locaux, ainsi que retravailler la gestion des ressources, en ré-organisant les postes de travail dans les abattoirs par exemple.

Suite à la discussion, et à l’intervention d’agriculteurs présents à la conférence, Robert Duranton, vice-président du département en charge de l’agriculture à souhaité rappeler à chacun qu’il n’était pas bon de laisser le défaitisme prendre le dessus, qu’il était au contraire primordial de créer et de mener des projets à long terme. Il a souligner que chacun devait apporter sa pierre à l’édifice. Il a conclu en informant que des conventions seraient signées avec la région pour accompagner les enjeux majeurs pour l’Isère, qui sera amenée à mobiliser davantage de ressources.

Paul Savary

Catégorie agriculture, questions d'actualitéCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+