Archive | 30 juillet 2017

Intronisation de 4 nouveaux chevaliers au sein de la confrérie du bleu

Comme chaque année, la tradition veut que la confrérie du Bleu du Vercors-Sassenage intronise ses nouveaux chevaliers lors de la fête du bleu. C’est donc en fin de matinée qu’on a pu découvrir les 4 nouveaux venus au sein de la confrérie. Précédée par les graines d’éleveurs, et arrivée en compagnie de la chorale de la fête du Bleu, la confrérie menée par le représentant du grand maître, Jacky Garbin, a inauguré le 20ème chapitre de son ordre. Le grand maître en a profité pour rappeler que parmi les plus de 400 fromages de France, le Bleu du Vercors-Sassenage et l’un des 45 qui peuvent s’enorgueillir de posséder l’AOP.

Tout d’abord, par tradition, c’est le maire de la commune accueillant la fête qui a été adoubé, soit Alain Revol, maire de Saint Eulalie. Il a été suivi par Pierre Ballouhey, illustrateur et dessinateur de presse, parrain de la fête du Bleu 2017. Venaient ensuite Christophe Belier et Christian Perrin, éleveurs amoureux du bleu. Les 4 nouveaux membres ont ensuite prêté serment, avant d’être salués par la chorale et le public.

La fête s’est poursuivie tout au long de la journée, brièvement entrecoupée par un orage cet après-midi.

Paul Savary

Catégorie bleu du Vercors Sassenage, foires et fêtesCommentaires fermés

c’est la fête du territoire

La fête du bleu est un moment privilégié pour que les agriculteurs, éleveurs rencontrent les élus, décideurs du Vercors mais même au delà.

Cela se passe pendant la journée inaugurale, le samedi, premier jour de la fête qui s’est déroulée à Sainte Eulalie en Royans.

De nombreux sujets ont été abordés comme celui du retard des paiements des aides, du loup bien entendu, du non remplacement des agriculteurs qui prennent leur retraite, avec comme conséquence la chute de la production de lait, des aléas climatiques, de la valorisation des produits locaux…,et bien entendu l’actualité du territoire du Parc du Vercors avec en particulier la fête du bleu.

AD

Jacques Adenot, Président du Parc Naturel Régional du Vercors faisant une intervention remarquée.

 » La fête du bleu dont c’est la 17ème édition cette année est devenue la fête de notre territoire, celui du Parc Naturel Régional du Vercors.. Notre syndicat mixte tient à cette fête, à ce qu’elle se déroule tous les ans, car elle permet de mettre en avant notre agriculture qui est le socle de notre territoire. »

Jacques Adenot a rappelé que les agriculteurs  » ne font pas que de l’agriculture » mais ils préservent le territoire et la biodiversité, ils protègent les paysages, développent des produits et services de très grande qualité au service du tourisme, de l’économie et de la vie locale et rurale.

Une activité agricole qu’il faut donc maintenir..soutenir…conforter..

che Jacques Adenot a mis en avant le cheval du Vercors qui vient d’être répertorié race territoriale depuis peu mais aussi la Villarde de Lans  » vedette au salon de l’agriculture de Paris, la poule grise du Vercors,  » au plumage coucou »..

Il a également invité les visiteurs à partir à la conquête des produits  » très nombreux, variés, de qualité parmi lesquels outre le Bleu, le miel, plantes aromatiques et médicinales, fromages dont le St Marcellin, de chèvre, les noix…

Le Président du Parc a également invité l’assistance à découvrir le Vercors à travers ses richesses naturelles, ses activités toute nature, ses disciplines sportives …

Il a enfin eu un mot pour les enfants réunis au sein de l’opération graines d’éleveurs qui ont  » toute leur place dans cette fête familiale. »

Sans oublier les plus de 160 bénévoles, les partenaires , les associations, les collectivités,  la commune de Sainte Eulalie bien évidemment   » sans qui la fête du territoire, la fête du bleu Vercors Sassenage n’aurait pas lieu. »

Et elle a bien eu lieu et a connu un très beau succès populaire malgré des conditions météos délicates le dimanche après midi..

Catégorie bleu du Vercors Sassenage, foires et fêtes, parcsCommentaires fermés

Secheresse sur l’Isère

Placement département Isère en alerte sécheresse pour les eaux superficielles et souterraines
Le Préfet de l’Isère a décidé de placer en alerte tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et souterraines. Cette décision impose les restrictions suivantes sur les usages de l’eau :
Lire la suite …

Le Comité Départemental de l’Eau (CDE) rassemblant les services de l’Etat, Météo-France, les collectivités territoriales ainsi que les représentants des usagers de l’eau, s’est réuni de nouveau le 18 juillet 2017 sous la présidence de M. le préfet.

Du fait des faibles précipitations cet hiver qui n’ont pas permis leur recharge, les nappes phréatiques du département présentent des niveaux très bas pour la saison avec une tendance encore à la baisse. Aucune amélioration n’est constatée depuis ce printemps.

Les cours d’eau présentent également des niveaux très bas, certains sont à sec et mettent à mal la vie aquatique, et tous sont en dessous des moyennes saisonnières.

La situation s’est maintenue depuis ce printemps grâce à plusieurs épisodes pluvieux, d’intensité parfois forte, qui ont permis d’améliorer temporairement la situation des cours d’eau.

Du fait des températures supérieures à la normale, l’humidité des sols présente une évolution à la baisse, malgré ces épisodes pluvieux.

Les prévisions météorologiques annoncent le maintien de fortes températures et peu de pluviométrie (orages localisés) pour la semaine à venir.

Le Préfet de l’Isère a décidé de placer en alerte tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et souterraines. Cette décision impose les restrictions suivantes sur les usages de l’eau :

  • baisse de 15 % des prélèvements agricoles autorisés pour l’irrigation
  • déclenchement du niveau 1 du plan d’économie d’eau des industriels (installations classées pour la protection de l’environnement)
  • renforcement du suivi des niveaux des captages et des forages d’eau potable, transmission des données à l’administration,
  • interdiction du lavage des voitures hors stations professionnelles,
  • interdiction du remplissage des piscines de plus de 5 m³ à usage privé,
  • interdiction de fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert,
  • interdiction d’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs de 6h à 20h.

Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable peuvent être limités par arrêté municipal.

Afin de soulager la ressource et de retarder un éventuel renforcement des restrictions, chacun est appelé à une gestion économe de l’eau que ce soit à partir des prélèvements dans les cours d’eau, les nappes ou les réseaux de distribution d’eau publics, et cela sur l’ensemble du département.

D’autre part, il est rappelé à toutes les personnes les risques accrus d’incendie dans cette période sèche. La vigilance de tous est nécessaire.

Chaque citoyen et chaque usager se doit d’être vigilant et faire preuve de civisme dans sa consommation quotidienne d’eau pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau et aux milieux aquatiques, biens précieux pour tous les usagers.

Catégorie Département de l'Isère, environnement, questions d'actualitéCommentaires fermés

Label Ecocert pour St Just de Claix

Créé en 1991, Ecocert est le spécialiste français de la certification des produits issus de l’agriculture biologique.

En 2013, Ecocert s’est engagé aux côtés des professionnels qui oeuvrent à l’introduction des produits biologiques et locaux en restauration collective, en leur proposant un nouvel outil de valorisation : le label Ecocert « En cuisine »

Les fondements du référentiel « En cuisine » pour la restauration collective

Le développement de l’approvisionnement bio est un impératif : le restaurant doit proposer toute l’année un choix varié de produits issus de l’agriculture biologique, pour un impact réduit des pesticides dans l’assiette.

Des garanties sont exigées sur la provenance des aliments : les filières courtes doivent être privilégiées, afin de réduire l’empreinte carbone et pour créer un lien social avec les producteurs bio les plus proches.

Le respect de l’équilibre nutritionnel, la diversité alimentaire et la valorisation du « fait maison » font partie des exigences du référentiel, tout comme la limitation des additifs, la traçabilité des produits, et la clarté de l’information pour une éducation alimentaire des équipes, des convives, et particulièrement des enfants.

Des mesures concrètes doivent être mises en place pour réduire le gaspillage alimentaire et améliorer la gestion des déchets. L’objectif à terme est d’appliquer une politique environnementale à l’ensemble du restaurant (eau, énergie, détergents, emballages, vaisselle…).

La commune de ST Just de Claix c’est vue décerner le label Ecocert remis officiellement lors de la fête du bleu à Sainte Eulalie en Royans.

Pour le maire Joël O’Baton  » manger local reste un privilège et nous devons permettre aux écoliers de manger local et bon. Voilà pourquoi la commune de St Just de Claix, s’est engagée à maintenir une cuisine scolaire de qualité confectionnée sur place à partir de produits locaux et avoisinants. »

Cela permet de soutenir l’agriculture locale et d’offrir une alimentation saine et équilibrée aux scolaires mais aussi de les sensibiliser au goût, au gaspillage..

Cette démarche soutenue et accompagnée par la commune de St Romans, le programme Leader Terre d’Echos , le Parc naturel régional du Vercors, les chambres d’agriculture de la Drôme et de l’Isère,  concerne également les communes du Royans et du Vercors.

Démarche pilote qui pourrait à moyen terme permettre à d’autres collectivités à s’engager sur une voie similaire..

P1230647

Le maire de St Jus de Claix aux côtés de Jean claude Darlet Président de la chambre d’agriculture de l’Isère.  Il s’est dit  » fier du résultat de l’audit Ecocert attestant de la conformité de notre cuisine centrale au référentiel  » en cuisine pour la restauration collective ».



Catégorie agro-alimentaire, consommation, la vie des communesCommentaires fermés

Le cheval du Vercors officiellement intronisé…

Le ministère de l’agriculture a officiellement accordé le titre de » race territoriale » au cheval Barraquand du Vercors ». Il ne restait plus qu’à l’introniser de façon officielle. Cela c’est fait lors de la fête du bleu organisée à Sainte Eulalie en Royans.

Le cheval Barraquand du Vercors entre donc dans la cour très fermée des races territoriales.Elles sont 9 en France…!

Résultant d’une très ancienne sélection dans le Vercors, ce petit cheval rustique de robe baie est utilisé aussi bien sous la selle que pour les travaux des champs.

Le nom de Barraquand lui vient de la famille qui développa son élevage de la fin du XIXème siècle jusqu’aux années 1950 grâce à la pratique de la transhumance.

la race est actuellement en reconstitution grâce à une poignée d’éleveurs motivés et soutenus par le Parc Naturel Régional du Vercors et l’Association pour la Promotion des Agriculteurs du Parc Naturel Régional du Vercors (APAP).

L’une association « Cheval du Vercors type Barraquand » dont le Président Sylvain Piltant et son équipe de passionnés oeuvre dans ce sens sans ménager ni peine, ni temps..

Le cheval Barraquand du Vercors a donc obtenu ses lettres de noblesse. Parfaitement intégré au territoire a toute sa place aux côtés des productions, produits du Vercors …

« Cette étape tant attendue était la condition indispensable à la poursuite de la sauvegarde et de la valorisation de ce patrimoine agricole » nous a précisé Sylvain Pitant.

2Sur la photo on reconnait de nombreux élus et responsables agricoles, Jacques Adenot président du Parc naturel régional du Vercors… qui ont tenu à honorer le petit cheval..

Catégorie A la une, filière équine, foires et fêtesCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+