Tempête Eleanor: des moyens exceptionnels

Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, suit de très près, en lien avec Bernard Perazio, vice-président chargé des routes, l’action des agents du Département mobilisés après le passage de la tempête Eleanor. L’ampleur du phénomène météorologique et ses conséquences sur le Département, a justifié la mobilisation de moyens humains et matériels exceptionnels (une centaine d’agents et plus de 70 véhicules) du Département afin de rétablir la sécurité et la circulation routière.
Les conséquences matérielles et humaines du passage de la tempête en Isère
La conjonction exceptionnelle de phénomènes climatiques (passage de la tempête Eleanor, fonte de la neige liée au redoux, pluies torrentielles, vent…) s’est traduit, dans la nuit du 3 au 4 janvier, par coulées de boue, éboulements, avalanches et inondations statiques sur le département de l’Isère. En 12 heures, il est tombé près de 80 à 100 mm (50 cm de neige au-dessus de 2500 m) et, sur les 3 derniers jours, l’équivalent de 1,5 mois de pluie.
Les secteurs les plus touchés sont les suivants :
- Secteurs Allevard / Crêt en Belledonne – coulées de boues,
- Secteurs St Marie du Mont – coulées de boue,
- Secteur de vallée du Grésivaudan (Froges) – inondation statique
- Oisans – coulées de boues et crue torrentielles sur les routes départementales

L’engagement de moyens humains et matériels exceptionnels pour rétablir progressivement la circulation et assurer la sécurité des Isérois
Actuellement, plus d’une centaine d’agents et environ 70 véhicules ont été engagés sur les secteurs touchés afin de rétablir, au plus vite, la circulation non seulement pour les usagers mais aussi pour les services de secours très sollicités. Les équipes du Département se concentrent en priorité sur les villes, les villages isolés et l’accès aux stations de ski.
Le Département travaille conjointement avec les sapeurs-pompiers de l’Isère, les forces de l’ordre et la Préfecture pour parer aux urgences notamment sur les routes actuellement fermées à la circulation en raison des avalanches.
Au-delà des accès à rétablir, les équipes du Département resteront très vigilantes quant à l’évolution de la situation dans les 24 prochaines heures dans la mesure où les rivières vont continuer à grossir et, partant, faire monter en charge le Drac et l’Isère. En outre, le risque d’avalanche demeure très fort.

Le Président du Département Jean-Pierre Barbier déclare : « Devant des événements climatiques d’une ampleur exceptionnelle, je tiens à saluer la réactivité, le professionnalisme et l’engagement de tous les acteurs – ingénieurs, techniciens, géologues, nivologues, hydrauliciens et autres agents des routes du Département, en lien étroit avec les services de secours, agents de la Préfecture – qui se sont mobilisés toute la journée et continueront à se mobiliser dans les prochains jours pour permettre un retour progressif à la normale dans les secteurs touchés par la tempête.

Notre priorité n°1 est de rétablir la circulation sur le réseau départemental dans les plus brefs délais une fois que les conditions de sécurité seront réunies notamment parce que nous aurons aussi à gérer, cette fin de semaine, un trafic routier soutenu lié aux départs dans les stations de ski en cette fin de vacances. J’invite les usagers, avant de prendre la route ou les transports en commun, à consulter le site www.itinisere.fr ».

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8233 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

AGRICULTURE-GIF-468x60.gif

Un commentaire pour “Tempête Eleanor: des moyens exceptionnels”

Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, suit de très près, en lien avec Bernard Perazio, vice-président chargé des routes, l’action des agents du Département mobilisés après le passage de la tempête Eleanor.  [...]


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2018
L Ma Me J V S D
« déc    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+