Archive | février, 2018

Les villardes et les barraquands sur le ring

Le stand du Vercors au salon international de l’agriculture aurait moins d’attrait sans la présence des villardes, c’est certain.. Une fois de plus elles ont endossé le rôle de vedettes, tant aux abords du stand que lors des présentations sur le ring.

Véritable mémoire du patrimoine biologique, historique et culturel du Vercors, la Villarde a bien failli disparaître après la Seconde Guerre Mondiale. Dans les années 70 ne subsistaient que quelques dizaines d’animaux de « pure race » !

C’est en 1976, à l’initiative de l’administration, que furent entreprises les premières actions de conservation de la race en collaboration avec une poignée d’éleveurs motivés. La race fut ainsi sauvée in extremis. Depuis cette date, de nouveaux éleveurs se sont succédés pour conserver cette race à robe couleur froment qui fournit (avec la Montbéliarde et l’Abondance) le lait pour la fabrication de l’AOP Bleu du Vercors-Sassenage dont la production est circonscrite au seul périmètre du Parc naturel régional du Vercors.

Les présentations faites ont permis à Daniel Vignon, président du Siver de présenter le bleu du Vercors Sassenage, son histoire, ses procédés de fabrication, des façons de le déguster..

Présent également

La race chevaline montagnarde française le Cheval du Vercors de Barraquand. Elle a été reconnue officiellement le 18 Juillet 2017 par le Ministère de l’Agriculture.

Cette labellisation a été rendue possible grâce à la ténacité de l’Association Nationale du Cheval du Vercors de Barraquand présidée par Sylvain Piltant.

De 1997 à 2004, le Parc naturel régional du Vercors a apporté son aide à la conser­vation des poulains et a soutenu indéfectiblement la reconnaissance de la race dans un objectif de valorisation économique.

Jacques Adenot, président du Parc Naturel Régional du Vercors présentant pour sa part le Vercors  » dans tous ces états, avec ses atouts aux multiples facettes tout en martelant:  » le Vercors sans son agriculture ne serait pas le Vercors.. »


Jean Pierre Barbier, président du conseil Départemental de l’Isère, accompagné de plusieurs conseillers départementaux dont Fabien Mulyk, Christian Coigné, Christophe Engrand; a rappelé combien l’agriculture joue un rôle important au niveau du département. Une agriculture diverse, qu’il faut préserver..

Frédérique Puissat sénatrice a tenu également à être présente pour encourager les éleveurs du Vercors..


On notera que les villardes étaient accompagnées par une vache bleue!




Catégorie A la uneCommentaires fermés

Plan Ambition de 9 M€ en faveur du développement des filières agricoles.

En visite au Salon International de l’Agriculture, Laurent WAUQUIEZ, Président d’Auvergne-Rhône-Alpes, a signé un Plan Ambition de 9 M€ en faveur du développement des filières agricoles.

wauquiez 2

Coordonné par la chambre d’agriculture, l’élaboration de ce plan a été effectué par chacune des filières et interprofessions régionales. Ambitieux, il se déclinera sur trois ans.

Chaque année Auvergne-Rhône-Alpes versera 9 M€ pour les 15 filières agricoles régionales auxquels viendront s’ajouter les 20 millions d’euros du plan d’investissement.

Au total donc la région mobilisera 29 millions d’euros an en faveur des filières agricoles.

Dans les mois à venir, Laurent Wauquiez et Jean Pierre TaiteVice-président délégué à l’Agriculture, à la Forêt, à la Ruralité, à la Viticulture et aux Produits du terroir, se déplaceront au coeur des territoires pour présenter et signer chaque plan filière individuellement.
« Trop longtemps les agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes ont été laissés seuls face à leurs difficultés. Depuis mon arrivée à la Région, j’ai souhaité que cela change en profondeur : aujourd’hui, il n’y a pas un domaine sur lequel la Région ne veille plus que l’agriculture. Nous sommes clairement aux côtés de nos agriculteurs » explique Laurent WAUQUIEZ.
En effet, en augmentant de plus de 50% les fonds consacrés à l’agriculture et en multipliant par deux les budgets dédiés à l’investissement, le nouvel exécutif
régional tient son engagement pris devant les agriculteurs d’Auvergne-Rhône- Alpes et favorise les investissements structurants sur quatre grandes priorités : la modernisation des bâtiments d’élevage, le développement des filières animales, l’installation des jeunes agriculteurs et le soutien à l’irrigation.
« Pour la première fois de l’histoire de la région, toutes les filières font l’objet de plans de soutien spécifiques. Notre volonté est de soutenir nos territoires ruraux avec leurs spécificités et leurs terroirs qui font l’identité et la fierté de notre grande région » se félicite Jean-Pierre TAITE.

Découvrir cet article

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Les 20 ans fêtés à Paris!

Le bleu du Vercors Sassenage a obtenu son AOC il y a 20 ans… Anniversaire fêté  à Paris au stand du Vercors lors du salon de l’agriculture..

il y avait foule au stand du Vercors pour  » arroser dignement cet anniversaire. Parmi celle ci Jacques Adenot, président du Parc Naturel Régional du Vercors, Daniel Vignon, président du SIVER, Paul Faure président de Vercors Lait mais aussi d’anciens éleveurs associés aux enfants de l’association graines d’éleveurs.

Pour rappel L’AOP du Bleu du Vercors-Sassenage est l’une des plus petites en lait de vache, c’est une réalité qui résonne aujourd’hui comme une fierté. Début des années 90, la filière fromagère du Vercors était vouée à disparaître si les producteurs n’avaient pas décidé de prendre leur destin en main. La stratégie de développement de la filière est basée sur le respect du consommateur, de l’agriculteur, de son outil de production et de son territoire.

Ainsi, sur le Vercors, on favorise la vente directe en valorisant les circuits courts et les échanges avec les clients. Les vaches sont nourries de foin provenant uniquement de la zone géographique et sont élevées dans un système extensif.

L’AOP du Bleu du Vercors-Sassenage se situe sur le chemin de la durabilité. Les fermiers aujourd’hui perpétuent les gestes traditionnels de fabrication. Le Bleu du Vercors-Sassenage allie un savant mélange d’un lait de la veille auquel on rajoute le lait frais du matin. La transformation est minutieuse, chaque étape nécessite une application particulière, c’est sans doute là, l’un des secrets qui 21 jours plus tard permet au bleu d’affirmer tout son caractère et sa douceur.

Une famille mérite vraiment d’être mise à l’honneur pour les 20 ans de l’appellation. Il s’agit de la famille Guillot. Producteurs de lait depuis plusieurs générations, Pauline est présidente de l’association graines d’éleveurs.

Pauline vient d’avoir ses 17 ans, elle passera au mois de juin un bac STAV (Sciences et technologie de l’agronomie et du vivant) au lycée de la Motte Servolex et poursuivra ses études l’année prochaine en BTSA ACSE (analyse et conduite d’une stratégie d’entreprise en alternance).

Le 13 octobre dernier, elle est devenue Présidente de la toute jeune association des Graines d’Éleveurs. Elle est un porte drapeau formidable : elle est discrète et efficace, elle est engagée et déterminée dans tout ce qu’elle fait. Depuis toute petite, elle aime travailler aux côtés de son papa qui a une ferme qui allie la production laitière et la transformation fermière de Bleu du Vercors-Sassenage. Elle apprécie tous les métiers de la ferme et aime beaucoup la race Villard-de-Lans, c’est certain elle n’envisage pas son avenir sans cette race dans son troupeau. « J’aime cette race, si elle était présente autrefois c’est qu’il y avait une bonne raison ».

Elle porte avec brio tous les projets des graines d’éleveurs : retour du gypaète barbu, préparation des manifestations… elle encourage et soutient les plus jeunes.

Place ensuite au traditionnel gâteau d’anniversaire..

Un anniversaire en deux temps!

Dans un premiers temps, nous avons pu découvrir le film  »

De la mémoire aux Graines d’éleveurs

Au-delà de la présentation des spécificités du Bleu du Vercors-Sassenage, de ses saveurs et de son process ancestral, ce film, profondément humain, s’appuie sur des témoignages et l’expérience de femmes et d’hommes (sur trois générations) qui, sur le Vercors, ont joué un rôle déterminant dans l’évolution de la production laitière sur ce territoire.


Place ensuite au traditionnel gâteau d’anniversaire..découpé, dégusté dans un moment festif et convivial..


Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Quelle belle écriture!

Parmi les récompenses les plus méritoires on notera bien entendu les médailles , oui les médailles décrochées par Ecriture. Celle ci appartenant au GAEC de Sarapin à Panissage a obtenu  trois médailles d’or en race montbeliarde:

- Catégorie : Prix de la Meilleure Laitière de Race (46MLR)

- Catégorie : Femelles en 6ème lactation et plus (46F4C)

- Catégorie : Prix de Championnat Adulte (46CHA)

Inutile de décrire la joie des éleveurs qui concourent dans une race ou la concurrence est rude..

Jean Pierre Barbier, président du Conseil Départemental de l’Isère, accompagné de plusieurs conseillers du département dont Fabien Mulyk, Christian Coigné, Christophe Engrand ont tenu à féliciter Ecriture et ses éleveurs.  Jean Pierre Barbier rappelant  » que c’est par la qualité » que les agriculteurs s’en sortiront ». Et de rajouter:  » le département sera toujours à vos côtés. Nous voulons une agriculture iséroise dynamique et faire en sorte que les producteurs vivent décemment de leur métier. Le projet de pôle agroalimentaire, le lancement de la marque alpes Isère vont dans ce sens. »

La délégation présente a bien entendu rendu visite à tous les éleveurs présents à Paris pour les encourager dans leur démarche sachant  » qu’être à Paris pendant la durée du salon c’est beaucoup de sacrifices.. »

Une halte a également été faite devant les villardes..


Catégorie A la une, Département de l'Isère, élevageCommentaires fermés

La Banque Populaire invite ses clients au salon!

Au travers le salon de l’agriculture, la Banque Populaire confirme son engagement auprès des agriculteurs, des viticulteurs en les invitant à présenter leurs produits , leurs activités sur le stand durant toute la durée du salon. A travers cette opération la Banque Populaire souhaite mettre en lumière des exploitants dynamiques et motivés de toutes les régions de France.

Lors de notre passage sur le stand de la Banque Populaire nous avons pu découvrir des producteurs de la région Auvergne Rhône-Alpes qui ont présenté des produits divers et variés allant de la spiruline au vin. en passant par les fromages, cerises, miel, jus de fruits….Ceci dans une ambiance très conviviale..

Nous avons aussi beaucoup apprécié la  » vache bleue. »

.

Voici quelques images…

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

Le Président a  » occulté » le Vercors!

Le Président de la république, Emmanuel Macron, a passé entre douze et treize heures au salon de l’agriculture à Paris. C’était le jour d’ouverture du salon et inutile de dire qu’il y avait beaucoup de monde dans les allées..  Des visiteurs, dont de nombreux agriculteurs, des exposants, des de multiples filières, et ce jour là un service d’ordre impressionnant ..

Cela n’a pas empêché le Président Macron d’aller au contact à chaque fois qu’il l’a jugé nécessaire, tant auprès des syndicats agricoles, des éleveurs, mais aussi de personnes isolées qui l’ont interpellé sur le glyphosate, la nouvelle carte des zones défavorisées, et plus inattendu sur  l’avenir des cheminots..

Emmanuel Macron a donc passé sa journée au salon, a arpenté de nombreuses allées, a fait de multiples haltes.

On regrettera tout simplement qu’il a totalement occulté l’espace Vercors. Il aurait pu saluer les jeunes agriculteurs et éleveurs du plateau qui sont montés à Paris pour présenter les Villardes, le cheval de Barraquand, mais aussi le bleu du Vercors Sassenage qui fête les 20 ans de l’obtention de l’AOP, il aurait pu abordé les sujets tels que les difficultés d’exercer le métier d’agriculteur en moyenne montagne,  le développement des races de montagne,  l’agri et l’agro tourisme, l’avenir des stations de moyenne montagne…

Il aurait pu aussi découvrir le dynamisme de l’agriculture du Vercors et son avenir assuré par de nombreux jeunes nouvellement installés et par l’association graines d’éleveurs, ceci en dégustant une bonne Vercouline de façon très conviviale..

Il n’a pas pu ou voulu se rendre sur le stand du Vercors… il doit au Plateau une revanche..

En attendant voici quelques prises de la visite du Président au salon..

Catégorie foires/salonsCommentaires fermés

LES PARCS NATURELS RÉGIONAUX A L’HONNEUR AU SALON DE L’AGRICULTURE

A l’occasion des 50 ans des Parcs naturels régionaux et de la création du 53ème Parc l’Aubrac, le Salon de l’agriculture met à l’honneur les Parcs français et leurs actions en leur consacrant un temps pendant la semaine d’exposition.


Le but : valoriser les produits agricoles marqués « Valeur Parc naturel Régional », présenter l’action des Parcs en faveur de l’agriculture et des agriculteurs et leur rôle important dans la préservation de la nature, de la faune et de la flore.


Le Vercors soutient les agriculteurs de son territoire qui abrite trois races locales : la vache villarde, la poule grise du Vercors et maintenant le cheval du Vercors de Barraquand ainsi que plusieurs labels nationaux ou européens (AOP) en relation avec les modalités d’élevage, les espaces utilisés et les races traditionnelles élevées : le Bleu du Vercors-Sassenage, la Noix de Grenoble, la Clairette de Die, le Picodon, les vins de Châtillons-en-Diois.

Par ailleurs, 5 productions agricoles bénéficient de la Marque du Parc du Vercors : la viande bovine, les fromages et produits laitiers fermiers, les truites et salmonidés, les plantes à parfum, aromatiques et médicinales, et l’agneau.


UN TERRITOIRE CLASSÉ PARC NATUREL REGIONAL EN 1970

Le Parc naturel régional du Vercors est situé en Région Auvergne Rhône-Alpes, ce territoire de moyenne montagne s’étend sur un vaste massif de 206 000 ha entre Isère et Drôme et comprend 84 communes réparties dans huit régions naturelles : le Piémont nord, les Quatre-Montagnes, les Coulmes, le Vercors Drômois, le Royans, le Diois, le Trièves, la Gervanne.

Sans titre


DESTINATION VERCORS : C’EST LA PAUSE QU’IL VOUS FAUT

Le Parc naturel régional du Vercors s’étend sur un vaste massif entre Isère et Drôme et bénéficie d’une subtile influence climatique montagnarde, océanique et méditerranéenne. Le territoire accueille une faune et une flore d’une diversité et d’une richesse exceptionnelles, il est également un haut lieu de culture et d’histoire notamment liée à la Résistance. Le syndicat mixte du Parc du Vercors a pour vocation de valoriser et de dynamiser le massif notamment grâce à des projets de fond autour des notions d’énergie, de mobilité, d’urbanisme, de gestion des ressources en eau et d’agriculture. Le développement du tourisme durable ainsi que les initiatives culturelles et le lien social font également partie des missions stratégiques inscrites dans la Charte.

Entre nature et culture, l’histoire a légué au Parc la gestion de la Réserve naturelle nationale des Hauts-Plateaux du Vercors, cœur de nature de 17 000 hectares constituant la plus grande Réserve de France métropolitaine, et la gestion du mémorial de la Résistance qui, classé musée national, met à la portée de tous ce pan si important de l’histoire du massif et de l’histoire de France.

Cette nature et cette histoire sont par ailleurs accessibles à tous et en randonnée, grâce à un réseau de plus de 4 000 km de sentiers balisés entretenus par le Parc.

C’est une invite à découvrir de magnifiques paysages à pied, à dos d’âne, à cheval, en VTT, à vélo, ou en pratiquant d’autres sports de nature tels que : canoë, kayak, escalade, spéléo… Certifié au titre de la Charte européenne du tourisme durable dans les espaces protégés, le Parc du Vercors engage des actions de qualité pour l’accueil d’un tourisme respectueux de l’environnement.

Une altitude idéale pour bien respirer, un cadre enchanteur pour vous ressourcer, un terrain pour vous dépenser et des villages pour vous faire rêver.

Jeudi 1er mars:

Remise des Prix du Concours des Prairies fleuries (ring Porcin Hall 1)

Le Parc naturel régional du Vercors présente au Concours national 2017 les deux lauréats du concours local des « Prairies Fleuries » organisé sur les piémonts isérois du Vercors : Ève Palacios (Noyarey) dans la catégorie « Prairies de fauche » et Nicolas Champurney de la Ferme de Savoyères (Claix) dans la catégorie « Prairies pâturées ».

– Signature de conventions de partenariat de la Fédération des Parcs naturels régionaux avec l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA) et l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) (stand du Vercors)

Catégorie parcsCommentaires fermés

Le Vercors et ses prairies au Salon de l’agriculture..

Une belle prairie fleurie évoque aux citadins les balades champêtres. Pour un agriculteur, de belles prairies, riches en biodiversité, c’est aussi et surtout la promesse d’un bon fourrage.
Notons qu’il y a une faune et une flore inféodées aux pratiques agricoles, c’est-à-dire qui n’existeraient plus sans ces prairies de fauche et pâturées (sauge, knautie, la grande marguerite…). Elles remplissent également de nombreuses fonctions écologiques en lien avec la qualité de l’environnement (qualité des sols et de l’eau, recyclage des nutriments, habitat pour la faune, qualité esthétique des paysages…).
Sur le Salon de l’agriculture 2018, deux lauréats du concours local du Vercors participeront au fameux Concours général agricole des Prairies Fleuries pour suivre les traces de Franck Vigne, vainqueur 2017 dans la catégorie « pâturages exclusif » :

  • Ève Palacios, Ferme du Souillet (Noyarey), dans la catégorie « prairies de fauche » : Ève a réhabilité la ferme qu’elle a repris en 2008 et accueille aujourd’hui des jeunes dans une ferme « de la deuxième chance » !

  • Nicolas Champurney de la Ferme de Savoyères (Claix) dans la catégorie « prairies pâturées » : Nicolas transmet sa passion aux plus jeunes en accueillant régulièrement des classes scolaires
  • Créé à l’initiative des Parcs naturels régionaux en 2010, le concours des Prairies fleuries récompense le meilleur équilibre agri écologique des prairies et parcours.

    Ouvert à tous les territoires de France depuis son inscription au Concours général agricole (en 2014), plus de 250 éleveurs participent aux concours locaux chaque année.

    En 2017, le Concours local s’est déroulé sur 45 territoires en France. Les jurys locaux du concours ont parcouru les parcelles de plus de 300 éleveurs et ont désigné 48 lauréats locaux qualifiés pour le jury national. Le jury national désignera dans chaque catégorie de prairies et de parcours un lauréat qui sera récompensé lors de la cérémonie de remise des prix.

Catégorie agriculture, environnementCommentaires fermés

20 ANS ÇA SE FÊTE A PARIS!

L’AOP du Bleu du Vercors-Sassenage est l’une des plus petites en lait de vache, c’est une réalité qui résonne aujourd’hui comme une fierté. Début des années 90, la filière fromagère du Vercors était vouée à disparaître si les producteurs n’avaient pas décidé de prendre leur destin en main. La stratégie de développement de la filière est basée sur le respect du consommateur, de l’agriculteur, de son outil de production et de son territoire.

Ainsi, sur le Vercors, on favorise la vente directe en valorisant les circuits courts et les échanges avec les clients. Les vaches sont nourries de foin provenant uniquement de la zone géographique et sont élevées dans un système extensif.

L’AOP du Bleu du Vercors-Sassenage se situe sur le chemin de la durabilité. Les fermiers aujourd’hui perpétuent les gestes traditionnels de fabrication. Le Bleu du Vercors-Sassenage allie un savant mélange d’un lait de la veille auquel on rajoute le lait frais du matin. La transformation est minutieuse, chaque étape nécessite une application particulière, c’est sans doute là, l’un des secrets qui 21 jours plus tard permet au bleu d’affirmer tout son caractère et sa douceur.

La reconnaissance obtenue en 1998 sera dignement fêtée au salon de l’agriculture sur le stand du Vercors.

Tous les jours, DÉGUSTATION DE LA VERCOULINE à 11h00 et à 16h30 sans modération.

La Vercouline est un met de partage et de convivialité. Le Bleu fondu sur des pommes de terre ou des tartines de pain offre au palais toute la subtilité d’une pâte fondante qui peu à peu dégage des arômes de sous bois et de noisette.

Fabrication du Bleu du Vercors-Sassenage sur le stand du Parc du Vercors, les MARDI 27 et MERCREDI 28 à 10 h 30 et 14 h 30 et LUNDI 26 à 15 h 00 sur l’espace Région Auvergne Rhône-Alpes (stand du CORAM – hall 1) avec une présentation de la Villarde.

RENCONTREZ TROIS GÉNÉRATIONS D’AGRICULTEURS

LORS DE LA PROJECTION DU FILM EN AVANT-PREMIÈRE

DE LA MÉMOIRE AUX GRAINES D’ÉLEVEURS

Au-delà de la présentation des spécificités du Bleu du Vercors-Sassenage, de ses saveurs et de son process ancestral, ce film, profondément humain, s’appuie sur des témoignages et l’expérience de femmes et d’hommes (sur trois générations) qui, sur le Vercors, ont joué un rôle déterminant dans l’évolution de la production laitière sur ce territoire.

> Dimanche 25 février à 14 H 00.

A 15h30, un gâteau d’anniversaire sera partagé.



Catégorie bleu du Vercors Sassenage, foires/salonsCommentaires fermés

Un « Plan Loup » très loin des réalités des communes…

L’Union pour la Sauvegarde des Activités Pastorales et Rurales,
garante de l’équilibre des territoires communique:

Le Plan national d’Action Loups 2018-2023 sous-estime très largement l’impact de la
prédation sur les communes rurales et de montagne, les difficultés engendrées par un
nouveau recul de l’agro-pastoralisme, la remise en cause du multi-usages de ces territoires.
Il élude les questions nouvelles de responsabilités qui se posent aux maires, tout en leur
demandant d’être vecteurs d’un débat dépassionné !
Il accélère la mutation profonde imposée aux professions d’éleveurs et de bergers, qui
doivent maintenant gérer la présence des loups avant de répondre aux besoins de leurs
troupeaux.
Il accentue le risque d’un traitement inéquitable entre fronts de colonisation et foyers
d’attaques.
Il introduit la conditionnalité des indemnisations, unanimement refusée par la profession
agricole.
Il condamne la France à l’hypocrisie du « modèle italien » (200 à 300 loups braconnés
par an) et nous, maires, ne pouvons nous en satisfaire.
Ainsi, s’il entend poser la question de « la capacité du pastoralisme français à se maintenir
voire à se développer sur le long terme en présence du loup », il n’affirme en aucune façon la
volonté d’une réponse positive à cette interrogation.

Catégorie loupCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2018
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+