Catégorie | hydraulique

ROMANCHE-GAVET: une nouvelle étape importante

La centrale hydraulique de Romanche-Gavet, en cours de construction depuis 2010, va remplacer les cinq
barrages et les six centrales de la Romanche, presque centenaires, par un aménagement souterrain et un unique
barrage « prise d’eau ». La future centrale produira 30% d’électricité de plus que les anciennes centrales qui seront
mises à l’arrêt puis démantelées, à l’exception de l’une d’entre elles, classée au patrimoine. Le paysage de la
vallée de la Romanche restaurée. La nouvelle usine est quant-a-elle entièrement souterraine.

La construction de l’aménagement de Romanche-Gavet a débuté en 2010. Aujourd’hui, il est bien avancé.
Le barrage prise d’eau, situé à Livet est achevé depuis 2016 et la Romanche, qui avait été temporairement déviée
dans un chenal provisoire, a retrouvé son lit. Contrairement à d’autres types de barrages, celui-ci ne contient
qu’une faible quantité d’eau. Sa fonction est de maintenir une hauteur d’eau constante au niveau de la prise d’eau
de la galerie pour assurer le bon fonctionnement de la centrale hydroélectrique. C’est pour cela qu’on l’appelle
« barrage prise d’eau ».

1

Les autres aménagements sont tous souterrains :
- deux cavernes, excavées à l’explosif entre 2012 et 2015, hébergeront les turbines, les alternateurs et les
transformateurs dont la fin de l’installation est prévue en 2019 ;
- la galerie d’amenée, longue de dix kilomètres, destinée à conduire l’eau du barrage à la centrale vient
d’être entièrement percée par deux tunneliers ;
- deux puits – le puits blindé et la cheminée d’équilibre – vont être forés au premier semestre 2018. Le
premier aura une hauteur de 160 mètres, le second de 180 mètres.
Depuis le démarrage du chantier, EDF privilégie le savoir-faire local en faisant appel à des entreprises de la région,
en direct ou en sous-traitance.
EDF a aussi intégré dans ce projet hydroélectrique un volet de préservation et d’amélioration des milieux naturels,
d’abord pour concilier la conduite des travaux avec la sauvegarde de la biodiversité et pour « renaturer » une
grande partie de ses berges mais aussi pour restaurer la continuité hydraulique et piscicole sur la Romanche.

Les principales installations de la centrale
Dans un souci de clarté et de pédagogie, les huit principales installations de l’aménagement sont énumérées en
suivant le cheminement de l’eau, de l’amont à l’aval : du point de captation aux turbines et jusqu’à son retour en
contrebas dans la Romanche.
- Le barrage « prise d’eau » se situe en amont de l’usine, à Livet, à une altitude de 705 mètres. Sa
construction est achevée depuis 2016. C’est là que sera captée l’eau de la Romanche, indispensable à la
production d’électricité.
- La galerie d’amenée, longue de dix kilomètres, relie le barrage prise d’eau à la centrale de production
hydroélectrique. Dans cette galerie circulera l’eau captée au barrage, nécessaire à la production d’électricité. Son
percement par deux tunneliers vient de s’achever.
- Le puits blindé ou le puits de chute, haut de 160 mètres, boucle la connexion de la galerie d’amenée avec la
centrale souterraine. L’eau acheminée dans la galerie s’y engouffrera pour faire tourner les deux turbines de
l’usine. Le forage de ce puits va commencer début 2018 puis il sera blindé sur l’ensemble de sa hauteur.
- La caverne usine est un ouvrage monumental et impressionnant ! Avec sa hauteur de 35 mètres, elle est
souvent comparée à la nef de la cathédrale Notre-Dame à Paris. Un bâtiment de sept étages est venu remplir cette
« grotte » monumentale. Il abritera les deux turbines et les alternateurs qui produiront l’électricité. Les travaux de
génie civil ont pris fin en 2017 et l’installation des grosses pièces électromécaniques qui a déjà commencé se
poursuivra tout au long de l’année 2018.
- La caverne des transformateurs, plus petite que la précédente, mesure 15 mètres de haut. Comme son
nom l’indique, elle abritera les transformateurs, des pièces lourdes et imposantes. Ce sont eux qui élèvent la
tension de l’électricité produite par les alternateurs pour pouvoir l’injecter sur les lignes à haute tension.
L’installation des transformateurs est prévue en 2019.

– La galerie de fuite mesure une centaine de mètres. Elle sert à évacuer l’eau qui vient de passer par les deux
turbines vers la Romanche. La construction de cet aménagement souterrain est également achevée.
- Les organes de sécurité :
- la cheminée d’équilibre est un autre puits vertical foré dans la montagne mais avec une ouverture à ciel
ouvert. Son rôle : absorber les variations de pression. Comme le puits de chute, il sera foré en 2018.
- les dissipateurs d’énergie ressemblent à de gros tambours de lave-linge. Ils sont installés pour amortir la
force de l’eau en cas d’avarie. Lorsque l’une des turbines s’arrêtera inopinément, l’eau qui arrivera de la
galerie sera évacuée jusqu’aux dissipateurs et passera par leurs orifices. L’eau perdra ainsi son énergie et
rejoindra le cours de la Romanche sans occasionner de dommages dans la rivière. Les quatre dissipateurs
d’énergie sont installés depuis l’automne 2017.

Des retombées pour l’économie régionale
Ce chantier a procuré une augmentation d’activités pour plusieurs entreprises de la région Rhône-Alpes et pour les
salariés du secteur des travaux publics. Lors des pics d’activités, 300 personnes ont travaillé simultanément sur le
chantier.

Un environnement restauré
Le projet hydro-électrique d’EDF Romanche-Gavet intègre un volet important d’amélioration des milieux naturels,
des paysages, de l’environnement urbain et des milieux aquatiques. Après la requalification des centrales et
barrages actuels, la continuité piscicole sera rétablie sur 25 kilomètres, de Bourg-d’Oisans à Gavet. EDF a
construit également des passes à poissons sur le nouveau barrage à Livet, en montaison comme en dévalaison

La construction de la centrale s’achèvera début 2019, les essais de fonctionnement se dérouleront en 2019 et la
centrale sera mise en service en 2020.



Performance humaine, industrielle et technique, la nouvelle centrale, d’une puissance de 92 mégawatts (MW),
alimentera en électricité l’équivalent de la moitié de l’agglomération grenobloise, soit 230 0000 habitants, à partir
d’une ressource d’énergie propre et renouvelable : l’eau.
Enfin, le chantier Romanche-Gavet est pour EDF la vitrine du développement en France de l’hydroélectricité pour
faire connaître son savoir-faire en matière d’énergie renouvelable au niveau national et international.

Sans titre

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8384 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

AGRICULTURE-GIF-468x60.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

février 2018
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+