Archive | 12 février 2018

Vercors Lait est toujours là et bien là!

Dernièrement  s’est tenue l’assemblée générale de Vercors Lait.. Une coopérative qui se porte bien, n’ayons pas peur des mots! Et pourtant quand on regarde dans le  » rétro » il faut se souvenir qu’en 2007 Vercors Lait était tout simplement un  » champ de ruines » dira le directeur Philippe Guilloud.

Pour mémoire,en 2007, Vercors lait était bien au fond du gouffre avec une perte comptable de plus de 182 000 euros, l’agrément sanitaire sur le point d’être retiré, des départs ou arrêts de producteurs, un lait mal rémunéré: 285euros/ML…

En 2007 il se fabriquait 337 tonnes de fromages, 147 tonnes de bleu du Vercors Sassenage.

Inutile de dire que l’AOP Bleu du Vercors Sassenage était en danger.

Il a donc fallu relever le défi.  » C’est passé par une restructuration complète afin de redonner confiance aux éleveurs, fournisseurs, partenaires financiers, clients, salariés. Ca n’a pas été simple. On a redéfini une ligne directrice cohérente. Cela est passé par exemple par le fait de recréer une gamme de fromages cohérente, homogène..Nous avons aussi remobilisé les troupes et peu à peu Vercors Lait c’est redressé..

Ou en est-on aujourd’hui?  » Tout va bien » est heureux de dire Philippe Guilloud avant de préciser: il s’agit d’une réussite collective ou chacun a eu son rôle à jouer..

Oui Vercors Lait est une coopérative ressuscitée et en plein essor.  Elle a retrouvé un équilibre, même une rentabilité économique 132 000 euros de bénéfice en 2017. Elle assure à ses producteurs une rémunération  moyenne du lait à hauteur de 371, 50 euros/ML. en conventionnel et de 450 euros en bio. Elle est créatrice d’emplois. 42 salariés en 2017 contre 13 en 2008…

Elle est surtout devenue le symbole du dynamisme agricole porté par le Vercors.

Tout ceci se traduit en chiffres éloquents. 93% du lait collecté est transformé en fromages ( 27% en 2007) La fabrication des fromages au lait du Vercors a été multipliée par 2 en 10 ans. On est passé de 337,5 tonnes en 2007 à 605 tonnes aujourd’hui, la fabrication en bio de 27 à 105 tonnes..

Les chiffres sont aussi éloquents en Bleu du Vercors Sassenage puisqu’ils  ont vu une progression de 130%: 147 tonnes en 2007, 338 tonnes dix ans plus tard.

Pour information entre 2006 et 2016 les ventes des fromages à pâtes persillées ont chuté de 16% , celle du bleu du Vercors Sassenage a progressé de 112%…

 » Il a fallu se restructurer mais aussi se donner les moyens de réussite avec trois magasins de vente, un site de vente par internet, un agrandissement et une mise aux normes de l’ usine, des producteurs motivés dont de nombreux jeunes. Une communication maîtrisée avec une présence au salon de l’Agriculture de Paris, la fête du bleu .. » présences qu’il faut absolument pérenniser »  La confrérie du bleu du Vercors Sassenage qui  » nous donne un sacré coup de mains »..Un maillage de distributeurs qui s’étale peu à peu, En France mais aussi en Belgique, Hollande, Espagne. Sans oublier les structures comme le conseil Départemental, le parc du Vercors, les communautés de communes qui sont à nos côtés et une équipe de professionnels qui fait du bon boulot, celui de la qualité » voilà comment Philippe Guilloud analyse cette réussite qui lui permet de croire en l’avenir…

Un bémol cependant: la collecte de lait: Elle a chuté de 30% en 10 ans  passant de 7 millions de litres à 5,7 millions en 2017..  » Voilà le véritable enjeu pour l’avenir..

En attendant l’ avenir  proche qui sera festif puisque le Bleu du Vercors Sassenage fête en 2018 les 20 ans de son AOP..

NOUVEAU ! Vente en ligne de nos fromages Recevez nos fromages chez vous

Catégorie agro-alimentaire, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Oui au méthaniseur à Apprieu

Le comité de soutien au méthaniseur de la Croix Vanel organise une manifestation ce matin pour la défense du mėthaniseur d’Apprieu.IMG_12201

Plusieurs dizaines d’agriculteurs sont postés au rond point d’Apprieu situé juste après le péage de Rives et sont aussi devant la mairie d’Apprieu.

IMG_12211

Les raisons de leur colère: ils veulent dire oui à leur avenir. Voici leurs arguments:

Après 6 années d’échanges permanents dans les comités de pilotage auxquels participaient la Mairie d’Apprieu, la CCBE, le Sous-Préfet, les agriculteurs, le comité des riverains, la Chambre d’Agriculture.
Le terrain agricole de la Croix Vanel a été confirmé début 2016, comme étant le seul site adapté à l’implantation du projet.
Les représentants de l’Etat ont délivré un permis de construire le 23 août 2015. A notre grande surprise, la mairie a fait des recours contre ce permis et contre le droit d’exploiter (ICPE), auprès de l’Etat et en justice. A ce jour aucun jugement n’a été rendu.

Nous sommes toujours soutenus par nos élus, Mr le sénateur Rambaud, Mme la députée Limon, l’Etat, l’ADEME, la Région Auvergne Rhône Alpes, le Département, la chambre d’agriculture, les syndicats, et les banques.
Actuellement, seule la mairie d’Apprieu bloque notre projet.
Les enjeux du méthaniseur sont donc majeurs, au service de nombreux intérêts collectifs :
- La méthanisation est un processus naturel maitrisé.
- Il protège et assure un avenir plus sain pour nos enfants et le territoire.
- La survie de nos exploitations agricoles.
- La production du biogaz par la méthanisation est une priorité de la loi de transition écologique.
- La promotion de l’agriculture responsable.
- Améliorer notre qualité de vie, préserver la plaine agricole historique d’Apprieu, supprimer les odeurs, la pollution de l’air et la pollution des nappes phréatiques. »

Catégorie agricultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2018
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+