Archive | juin, 2018

Connaissez-vous la Romanche

Connaissez-vous la Romanche ? Jusqu’au 13 août 2018, les personnes qui fréquentent la plaine du Bourg-d’Oisans sont invités à répondre à une enquête portant sur la connaissance et la perception des paysages et du territoire de la plaine, des bords de la Romanche et de l’ENS de Vieille Morte.
Cette enquête s’inscrit dans une démarche partenariale entre la LPO Isère, le Département de l’Isère et le SYMBHI, avec le soutien financier de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse et du fonds EDF CLE Drac Romanche.

Menée dans le cadre du projet de restauration et de renaturation des habitats aquatiques et terrestres de la plaine du Bourg-d’Oisans, elle leur permettra d’enrichir leurs analyses respectives en cours sur plusieurs sujets : connaissance du territoire, usages des rives de la Romanche, sport et étude éco-paysagère.

Ainsi, sous la forme d’un formulaire de vingt questions, l’enquête a plusieurs objectifs :

  • Perception du paysage (bords de la Romanche et plaine de l’Oisans)
    Observer les usages des bords de la Romanche, la fréquentation et la perception de ses différentes séquences afin d’évaluer la connaissance du territoire et le rapport à l’eau dans la plaine.
  • Marais de Vieille Morte
    Connaître la perception de l’espace naturel sensible (ENS) du marais de Vieille Morte.

Jusqu’au 13 août, cliquez ici pour répondre à l’enquête.
Le lien est également disponible sur le site de la LPO Isère : isere.lpo.fr.

Catégorie assainissement, hydrauliqueCommentaires fermés

LA MARQUE IS(H)ERE EST LANCEE !

Ce mercredi 27 juin les acteurs du pôle agroalimentaire isérois étaient réunis en Préfecture à Grenoble pour lancer la marque Is(h)ere. Cette marque, qui repose sur trois promesses de proximité, qualité et juste rémunération, entend redonner des couleurs à l’agriculture iséroise. La réponse durable des professionnels aux crises agricoles successives, avec le soutien des acteurs institutionnels.

Une journée de lancement réunissant tous les acteurs du monde agroalimentaire
Déclinaison de la marque d’attractivité territoriale Alpishere sur le volet agricole et agroalimentaire, la marque Is(h)ere a été lancée officiellement ce mercredi 27 juin en présence du Préfet de l’Isère, Lionel Beffre, du directeur de l’INAO sud-est, Emmanuel Estour, du Président du Département, Jean-Pierre Barbier, du Président de Grenoble Alpes Métropole, Christophe Ferrari, du Président de la Chambre d’agriculture, Jean-Claude Darlet, du Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Philippe Tiersen, et du Président du comité d’agrément de la marque, Pascal Denolly.
Etaient également représentés la Chambre de commerce et d’industrie de Grenoble (Patrick Mérigot, président de la commission commerce et secrétaire du bureau), la Chambre de commerce et d’industrie du Nord-Isère (Marc Lett, élu, et Christian Bolla, directeur ingénierie et développement) ainsi que Le Grésivaudan (Claudine Chassagne, vice-présidente) et la Communauté de communes du Pays voironnais (Christine Guttin, vice-présidente chargée du tourisme et de l’agriculture)

Suite à la présentation de la marque et de ses intentions, les producteurs ont pu faire découvrir leurs produits agréés aux invités réunissant le grand monde de l’agriculture, métiers de bouche, PME agroalimentaires et distribution en Isère.
Des fruits, charcuteries, yaourts, pains, poissons, légumes, fromages, miel, bières et bien d’autres produits agréés étaient ainsi proposés à la dégustation connaissant un vif succès.
Pour le Président du Département, « c’est une grande fierté, car c’est la première marque en France à garantir à la fois la provenance géographique et la juste rémunération des producteurs. »
Trois promesses pour redonner des couleurs à l’agriculture iséroise
La marque Is(h)ere vient répondre à la demande du consommateur qui veut plus de produits locaux et de qualité dans son assiette, tout en apportant des solutions de long terme aux agriculteurs isérois en recherche d’une meilleure rémunération.

La marque repose ainsi sur une triple promesse :
- PROXIMITE : les produits sont issus d’une ferme iséroise ou élaborés à partir de produits agricoles du territoire
- REMUNERATION : un engagement du distributeur ou du transformateur à proposer aux agriculteurs une juste rémunération fondée sur la prise en compte des coûts de production
- QUALITE : la valorisation des pratiques agricoles mises en oeuvre pour le bien-être animal et la protection de l’environnement.
C’est pourquoi, la marque sera accompagnée de l’accroche « Je soutiens l’agriculture de l’Isère » afin de souligner qu’acheter et consommer des produits « Is(h)ere » sont des actes qui contribuent au maintien d’une agriculture de qualité en Isère et au renforcement de l’économie locale.
Cette démarche exigeante est à ce jour unique en France, aucune collectivité n’étant allé aussi loin que l’Isère dans le règlement d’usage mis en place par la marque.
« Les agriculteurs ne veulent plus avoir à dépendre de subventions agricoles qui les maintiennent sous perfusion. Ce qu’ils veulent c’est vivre correctement de leur travail grâce à un juste paiement de leur production. Avec la marque Is(h)ere, cette promesse sera garantie par un règlement que tous auront à coeur de respecter », insiste Jean-Pierre Barbier.

La montée en puissance de la marque au fil des mois
A ce jour, près de 120 produits fournis par 20 producteurs sont agréés. Ils sont déjà mis à la vente sur plusieurs lieux de vente en Isère :
- Dans des supermarchés de l’Isère qui font la promotion des produits locaux
- Chez des artisans bouchers, charcutiers, traiteur, boulanger, brasseur
- Directement à la ferme
- Sur les marchés
Dans les mois à venir, la liste de produits agréés et lieux de vente va être amené à grandir. D’ici la fin de l’année 2018, une vingtaine de nouveaux producteurs et artisans devraient rejoindre la marque
Le pôle agroalimentaire, dont les deux CCI, la CMA, et la CDA font partie, réalise en effet un travail important auprès des agriculteurs, artisans et entreprises, pour agréer de nouveaux produits tout comme auprès de la Grande et Moyenne Surface pour mettre en valeur les produits par des animations dégustations et du matériel de communication en place dès cet automne dans les supermarchés isérois.
Pour être agréé, un produit doit ainsi être soumis au comité d’agrément constitué par un comité d’agriculteurs, artisans, commerçants, restaurants et associations de consommateurs, représentant la filière agricole et agro-alimentaire de l’Isère.
Un audit contrôlera la provenance et la juste rémunération pour chaque bénéficiaire de la marque afin de s’assurer du respect du règlement d’usage accepté par les producteurs et distributeurs.

L’utilisation de la marque et son attribution sont encadrées par une Charte des bonnes pratiques qui sera signée avec l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité), instance qui accompagne et valide la reconnaissance des signes officiels de qualité.
« Les premiers retours sont excellents : les agriculteurs veulent faire agréer leurs produits, la GMS est demandeuse et les consommateurs seront certainement au rendez-vous », explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département qui a poursuivi: cette démarche est unique car c’est la seule qui garantit tant la provenance géographique du produit que la juste rémunération des producteurs.

Christophe Ferrari président de la Métropole a précisé qu’il était tout à fait logique que la Métropole s’unisse à cette démarche.. L ‘agglo ne représente t-elle pas à elle seule un tiers des consommateurs de l’Isère..  » Agriculture est un pan entier de l’économie de la Métropole..une alimentation saine c’est la santé..et le bien manger c’est associer la convivialité, le partage, le plaisir.. »

Voici un déroulé de la journée organisée dans les jardins de la préfecture

Catégorie A la une, Département de l'Isère, agro-alimentaireCommentaires fermés

Situation du loup sur le territoire national : taux de croissance annuel de près de 20%.

Suite à la clôture de la campagne de suivi du loup (Canis Lupus) le 31 mars dernier, et après compilation et évaluation des données recueillies par ses membres, le réseau Loup/Lynx de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) publie le bilan du suivi hivernal de la population de loups en France pour l’hiver 2017/2018.

Au total, ce sont 1778 indices qui ont pu être enregistrés lors du dernier suivi hivernal. Parmi ce chiffre, 757 indices permettant de contribuer réellement à estimer l’effectif de la population concernée ont été retenus pour dresser le bilan de la population française (traces et empreintes, observations visuelles, piégeage photographique, dépouilles).

Une expansion démographique et spatiale continue

L’évolution de l’indicateur de tendance démographique (EMR) confirme la croissance de la population de loups en France. L’indicateur d’effectif, mesuré en fin du suivi hivernal, s’inscrit dans la continuité d’une progression démographique globale de l’espèce sur le long terme et à l’échelle nationale.

Sur la base du dernier modèle d’estimation des effectifs (CMR), la conversion de l’indicateur hivernal d’EMR correspondrait à un effectif estimé en sortie d’hiver 2017-2018 à environ 430 individus (intervalle de prédiction : 387-477) soit un taux de croissance annuel de près de 20%.

Tous les indicateurs dont dispose le réseau Loup/Lynx de l’établissement public (meutes, loups en phase de colonisation, populations de loups) indiquent que l’espèce est en phase d’expansion rapide sur l’ensemble du territoire national, mais qu’elle n’a pas encore atteint le seuil de viabilité prévu par le Plan national d’action (PNA) Loup fixé à 500 individus.

Catégorie loupCommentaires fermés

La noix de Grenoble fête ses 80 ans!

Produit phare de la région, dans la France et dans le monde, la Noix de Grenoble fête cette année ses 80 ans !

Reconnue AOC en 1938, vrai produit du terroir, la Noix de Grenoble est une véritable bombe nutritionnelles, healthy mais gourmande. En snack ou en cuisine pour se mitonner des petits plats façon comfort food…une chose est certaine: on ne se lasse jamais de la Noix de Grenoble !

Cette année nous célébrons avant tout 80 ans de savoir-faire unique ! C’est la richesse des terres, la culture du noyer et l’expertise de tous les acteurs de la filière qui donnent à la Noix de Grenoble un goût unique…

Déjà leader en France avec une production de 14 022 tonnes et +56% des ventes en 10 ans, l’AOP souhaite devenir LA référence de la NOIX en France !

L’appellation AOP Noix de Grenoble est une chance et une fierté partagée par l’ensemble des acteurs du territoire.

noix

Lors de la journée anniversaire organisée à chatte, les acteurs de la filière se sont réunis autour d’une table ronde pour échanger sur les enjeux du développement de la filière sur un marché mondial en forte demande. Ceci en présence de M. le Préfet de l’Isère et des élus députés et présidents du Département de l’Isère, de la Communauté de communes St Marcellin-Vercors-Isère, de la Chambre d’agriculture de l’Isère.

Yves Borel président du Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble s’est félicité de la bonne santé de la noix de Grenoble mais  » il ne faut pas s’endormir.. Il faut toujours penser à améliorer sa qualité et à pérenniser les outils commerciaux, deux facteurs indispensables pour son avenir.

Il a également fustigé une certaine campagne de désinformation qui annonce que la noix de Grenoble est du « poison »… » Un guide des bonnes pratiques à destination des nuciculteurs est disponible . Il rappelle leurs droits et devoirs.. » Des nuciculteurs appelés à maîtriser leurs pratiques.


Pour rappel voici ce qu’est la noix de Grenoble…
123

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Fête de la Montagne sauvage

Associations de protection de la nature, clubs de montagne et commune de Chamrousse organisent une journée d’activités et de rencontres, le dimanche 1er juillet prochain, au Lac Achard et ses environs.
Une occasion de découvrir ou redécouvrir ce bel espace de liberté et de respiration, en famille, entre amis ou en solo !


Situé tout près de Grenoble, au sud de la chaine de Belledonne, sur la commune de Chamrousse, le Lac Achard offre un cadre de choix pour célébrer la beauté d’une montagne préservée et accessible. Cet écrin d’eau et de verdure est le lieu idéal pour apprendre à connaitre la montagne sauvage, des alpages jusqu’aux hautes altitudes, avec sa force et sa fragilité, ses règles et sa diversité.

> Téléchargez le programme au format pdf

Catégorie montagneCommentaires fermés

Provencia souffle ses 55 bougies et 3 650 produits régionaux !

Le groupe Provencia a réuni ce jeudi 21 juin plus de deux cents producteurs régionaux et locaux, à l’occasion d’un évènement consacré à l’échange, à la rencontre et à la présentation de ses actions de communication dédiées aux fleurons de notre terroir. Une soirée rétrospective à l’initiative d’un groupe de distribution qui mise depuis 55 ans sur la promotion du labeur régional, devenu au fil des ans un véritable partenaire pour plus de 300 entreprises du territoire.

Provencia souffle ses 55 bougies et 3 650 produits régionaux !
Groupe de distribution régional né à Annecy en 1963, sous la houlette de Gustave Rosnoblet, puis successivement Roger et Stéphane Rosnoblet, le groupe Provencia s’est toujours distingué par son attachement aux Produits Régionaux & Locaux. Fondé par un homme fier de la terre et de son terroir, le groupe Provencia a su au fil des décennies rester fidèle aux valeurs qui l’ont vu naître, défendant et soutenant depuis toujours le savoir-faire des producteurs, affichant avec fierté sa volonté de s’impliquer et d’agir pour l’économie de la région.

Son soutien indéfectible des fournisseurs régionaux a permis dans de nombreux cas, le développement de petits producteurs devenus grands (à l’image du Veau des Frères Drevon, de Thomas Leprince, de la minoterie Degrange), et la renaissance de savoir-faire oubliés (à l’instar du Beaufort d’Alpages dont la production a pu être relancée sous l’initiative du Groupe).

Depuis toujours, Provencia explore le territoire et déniche les meilleurs produits, les plus variés, les plus riches, afin d’offrir à ses clients une diversité et un choix inégalés, au meilleur prix.

Avec plus de 309 producteurs régionaux et locaux pour près de 3 650 références distribuées tout au long de l’année dans ses rayons, l’enseigne Provencia arbore plus que jamais les couleurs locales en apportant de la qualité et du goût dans ses 41 magasins Carrefour et Carrefour Market, situés en Auvergne-Rhône-Alpes et dans le Jura.

6 de ces magasins se trouvent en Isère: Crémieu, La tour du Pin, St Jean de Moirans, Voiron, Tullins et Crolles

2018, Provencia frappe fort pour promouvoir les Produits Régionaux
L’année 2018 a commencé sous les meilleurs auspices, Provencia détenant désormais 41 magasins Carrefour et Carrefour Market, le dernier ayant ouvert ce printemps en Isère. Le Groupe poursuit le remodeling et l’amélioration de l’ensemble des magasins, afin de maintenir un parc qualitatif et compétitif. Un virage est pris en 2018, avec une communication accrue autour du fer de lance du Groupe : le régional.

Une opération de promotion en fil rouge
Les Produits Régionaux & Locaux sont plus que jamais valorisés en magasins : désormais, ce ne sont plus trois opérations de promotion des Produits Régionaux qui sont mises en place dans l’année, mais une seule et même opération en fil continu, avec tous les 15 jours une sélection de produits régionaux de saison mis en avant dans les magasins, et à travers une feuille de chou distribuée auprès des clients. Une manière de se démarquer pour le Groupe, avec un rythme régulier, soutenu et dynamisant de promotion des fleurons du terroir !

Provencia séduit les touristes
Pour capter les touristes, un dispositif digital a été mis en place en février, et a largement fait ses preuves. Cette grande campagne de communication depuis le site web SKIINFO et son application mobile, véritable référence dans le domaine du tourisme d’hiver, a permis de générer un fort trafic sur le site provencia.fr, les touristes ayant identifié Provencia comme LE référent en matière de produits régionaux ! L’opération sera renouvelée cet été cette fois sur le Guide du Routard.

La parole est donnée aux producteurs du cru
Dans ses magasins, Provencia intensifie ses actions pour valoriser les produits du terroir, notamment grâce à de nouveaux stands de dégustation permettant de faire découvrir et apprécier les fleurons du terroir. Les producteurs régionaux et locaux sont régulièrement invités à venir en magasin pour présenter le fruit de leur travail et partager leur passion avec les clients, très sensibles à cette proximité. Une relation de confiance s’instaure, mais c’est aussi la meilleure façon de transmettre le goût des bonnes choses, le respect du savoir-faire et l’attachement à la région !
Les fournisseurs régionaux sont largement valorisés dans toutes les actions de communication du Groupe, qui veille également à leur donner la parole plusieurs fois par an, à travers des portraits présentés dans les différents catalogues promotionnels du Groupe (prospectus d’ouverture ou de réouverture de magasins, ainsi que dans les deux catalogues hiver et été). En plus, des publi-reportages en PQR sont réalisés plusieurs fois par an, présentant à chaque fois un producteur régional fournisseur du Groupe, informant le consommateur sur son histoire, ses spécificités et son lien avec Provencia.

Élus Meilleurs magasins Produits Régionaux & Locaux
Pour la 3e année consécutive, le groupe Provencia a été élu « Meilleurs Magasins Produits Régionaux & Locaux », suite à une enquête de satisfaction menée auprès des consommateurs dans les magasins du Groupe. Qualité des Produits Régionaux et Locaux, diversité de la gamme, présence de l’offre toute l’année et visibilité en rayon : l’ensemble de ces critères ont été passés au crible et donnent entière satisfaction aux clients ! Un label qui fait la fierté du Groupe, valorisant son positionnement unique qui fait sa marque de fabrique.

Catégorie terroirs/gastronomieCommentaires fermés

COLLECTE DES DÉCHETS ALIMENTAIRES

Depuis la fin de l’année 2017, la Métropole expérimente la collecte des déchets
alimentaires dans des foyers et des restaurants de l’agglomération, un sujet qui
représente un enjeu majeur pour la Métropole dans sa politique de réduction des
déchets.

A mi-parcours, après 7 mois d’expérimentation, les résultats enregistrés
sont extrêmement encourageants, révélant une implication très importante de
la population. L’expérimentation sera donc poursuivie jusqu’à la fin 2018, avant
d’envisager la généralisation, sous différentes formes, à l’ensemble du territoire à
horizon 2021.

Au total, ce sont près de 3 500 foyers qui ont été sollicités pour participer à ces
opérations pilote : 2400 foyers dans le secteur urbain de la Capuche à Grenoble et
un peu plus de 1000 dans le quartier pavillonnaire de la Commanderie, à Echirolles.
Côté commerçants, ce sont une cinquantaine de restaurants et commerces de
bouche de l’hypercentre grenoblois qui ont choisi de tester ce nouveau mode
de collecte. Une expérience qui s’est accompagnée d’une opération-test de
ramassage des cartons.

Concrètement, tous les foyers des secteurs concernés ont été dotés de
documents d’information, de bioseaux et de sacs compostables pour
stocker ces déchets, et d’un nouveau bac, de couleur marron. A noter qu’1%
seulement des foyers sollicités ont refusé de prendre part à l’expérimentation,
ce qui dénote une sensibilisation très forte des habitants en faveur de cette
nouvelle pratique.
Le bac marron est ensuite collecté une fois par semaine (voire deux fois
pour certains commerces selon leurs besoins), les déchets alimentaires
ainsi récoltés étant alors acheminés dans un centre de compostage à
Murianette pour être transformés en compost. Ce dernier est ensuite utilisé
comme fertilisant naturel pour enrichir les surfaces agricoles de la vallée du
Grésivaudan.
Chaque expérimentation s’accompagne logiquement d’une réorganisation
des fréquences de collecte, le volume de déchets dans la poubelle d’ordures
ménagères (bac gris) devant mécaniquement diminuer.

PRÈS DE 110 TONNES DE DÉCHETS DÉJÀ
RÉCOLTÉES

Après 7 mois de pratique, les premiers résultats enregistrés se révèlent
extrêmement encourageants : en tout, c’est plus d’une centaine de tonnes
de déchets qui ont été récoltés, dont 65 pour les ménages et 44 pour les
commerçants.
Extrapolé sur une année entière, cela aboutit pour les ménages à environ
20 kilos par an et par habitant, soit le tiers du volume total de déchets
alimentaires produits en moyenne par un habitant de la Métropole. Un chiffre
qui correspond aussi à la valeur-cible que la Métropole avait fixée. Un très bon
résultat si l’on considère qu’il s’agit d’une première expérience menée sur
un panel de population assez réduit (moins de 2% de la population totale).

LA QUALITÉ AUSSI AU RENDEZ-VOUS
Autre point clé marquant le succès de l’opération : la qualité du tri effectuée.
« Nous constatons semaine après semaine un tri dans les déchets alimentaires
qui reste d’une excellente qualité, se réjouissent les services métropolitains en
charge de l’expérimentation. Pour ainsi dire, les habitants ne font quasiment
jamais d’erreur. » Un point-clé qui prouve une fois de plus l’extrême application
des Métropolitains et leur motivation à s’approprier cette nouvelle pratique de tri.
L’opération va se poursuivre dans les mêmes conditions jusqu’à la fin de l’année
2018, l’objectif pour la Métropole étant la généralisation progressive du tri des
déchets alimentaires à l’ensemble du territoire entre 2019 et 2021, en l’adossant
à deux projets industriels en cours : l’adaptation et l’agrandissement de la
plateforme métropolitaine de compostage de Murianette prévoyant d’intégrer
la création d’un centre de méthanisation.

Depuis décembre 2017, 65 tonnes de déchets organiques ont été récoltées, soit
une moyenne de 20kg par habitant et par an.

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Traversées de Chartreuse

Des circuits en car pour décider ensemble des paysages de demain, les 6, 10 et 16 juillet

Dans le cadre de la révision de sa charte et de l’élaboration d’un plan de paysage sur son territoire, le Parc naturel régional de Chartreuse organise trois circuits en car à la rencontre des paysages de Chartreuse.

Elus, habitants, techniciens, gestionnaires, usagers,… chacun est invité à participer et à s’exprimer sur les paysages de Chartreuse tels qu’il les souhaite et pour imaginer collectivement des manières de les mettre en valeur. Les propositions pourront rentrer dans le plan d’actions du plan de paysage.

Ces Traversées de Chartreuse sont organisées par thème sur une journée (9h – 17h) :

1. le vendredi 6 juillet 2018 : Tourisme, activités économiques, énergie… : comment s’insérer dans les paysages de Chartreuse
2. le mardi 10 juillet 2018 : Agriculture, élevage, sylviculture, gestion environnementale… : comment vivre de et avec les paysages de Chartreuse
3. le lundi 16 juillet 2018 : Urbanisme, architecture, planification… : comment habiter les paysages de Chartreuse

Sur une journée, découvrez les petits et grands paysages du périmètre de révision de la charte du Parc naturel régional de Chartreuse. Allez à la rencontre des personnes qui participent à l’entretien des paysages, prenez conscience que vous pouvez tous agir sur les paysages.

La participation est LIBRE et GRATUITE avec inscription obligatoire ci-dessous (ou auprès du Parc naturel régional de Chartreuse au 04 76 88 75 20). FORMULAIRE D’INSCRIPTION

RÉPONSE ATTENDUE POUR LE 29 JUIN AU PLUS TARD pour les 6 et 10 juillet, LE 10 JUILLET pour la traversée du 16 juillet MERCI et à bientôt !

Plus de renseignements sur le blog : www.plandepaysage-chartreuse.fr

Catégorie parcsCommentaires fermés

Variétés jadis cultivées en Chartreuse

Le Parc naturel régional de Chartreuse a lancé il y a deux ans une opération scientifique participative et innovante autour des semences de fruits et légumes anciens et/ou locaux en partenariat avec le CRBA (Centre de Ressources de Botanique Appliquée) et l’association Jardins de Mémoires Montagnes. Cette initiative constitue un programme unique en France à l’échelle d’un Parc. Il s’agit de se réapproprier un patrimoine oublié et le réinvestir dans une économie alimentaire locale pour le futur.

Une nouvelle réunion publique pour échanger et s’impliquer !

Dans le prolongement des réunions publiques organisées fin 2017 et début 2018 autour de la redécouverte des variétés qui étaient jadis cultivées en Chartreuse, le Parc propose au grand public, aux professionnels, aux associations, aux communes… de constituer des groupes thématiques « Fruits », « Légumes », « Céréales » et « Fleurs ». Ces groupes de travail permettront d’accompagner les initiatives de chacun et de renforcer les projets existants dans le but de retrouver dès que possible des variétés anciennes et/ou locales dans vos jardins, sur les marchés et dans vos assiettes !

A noter : le centre Terre Vivante participera à cette soirée et sera à l’écoute de vos besoins en formation.

Vous souhaitez vous réapproprier ce patrimoine, connaitre la liste des variétés concernées et poursuivre les échanges sur ce sujet : venez participer à la prochaine réunion publique où seront créés et animés les groupes de travail thématiques :

le Lundi 9 juillet 2018 à 19 h 30 à St Laurent du Pont, Maison des Associations

Parc naturel régional de Chartreuse
Place de la mairie
38380 Saint pierre de Chartreuse
T : 04 76 88 75 20

Catégorie parcsCommentaires fermés

Les viticulteurs locaux recrutent !

Vienne Condrieu Agglomération renouvelle cette année son action d’aide au recrutement pour les vendanges.
Durant tout l’été, les personnes intéressées pour travailler comme vendangeurs (coupe et ramassage du raisin) peuvent s’inscrire auprès de l’Espace Emploi de Vienne Condrieu Agglomération.
L’Espace Emploi propose ainsi de les aider concrètement en facilitant la relation demandeurs d’emploi/employeurs. Ainsi, à partir du mois d’Août, la liste des candidats inscrits sera communiquée aux viticulteurs qui en feront la demande.
En 2017, 69 personnes se sont inscrites et une quarantaine d’offres a été recueillies auprès des viticulteurs du territoire. Au total, ce sont une trentaine d’offres qui ont été pourvues suite à l’action mise en place.
Pour s’inscrire :
Un clic ! Facile et rapide !
Complétez les formulaires en ligne sur le site de Vienne Condrieu Agglomération – rubrique Démarches en ligne
OU
Directement à l’Espace Emploi
15 rue des Granges à Condrieu
04 74 56 89 46
Du mardi au jeudi : 9h/12h et 13h30/17h et le vendredi : 9h/12h
N’oubliez pas votre CV !

Catégorie viticultureCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2018
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+