Archive | juillet, 2018

Alerte sécheresse sur la nappe de l’Est Lyonnais

Depuis plusieurs semaines, un temps sec et chaud s’étend sur le département de l’Isère,
entraînant un assèchement rapide des cours d’eau et des nappes phréatiques.

Les pluies ponctuelles ne suffisent plus, actuellement, à améliorer la situation des cours d’eau et à
faire remonter le niveau des nappes de manière durable, d’autant plus que la végétation
estivale a tendance à intercepter ces pluies et à les empêcher de s’écouler dans les
nappes.
Le Préfet de l’Isère a donc décidé, après consultation du Comité Départemental de l’Eau,
de placer l’ensemble du département de l’Isère en vigilance sécheresse pour les eaux
superficielles et souterraines (cours d’eau et nappes phréatiques).

La nappe de l’Est Lyonnais, qui faisait déjà l’objet d’une vigilance sécheresse depuis le
17 avril 2018, est désormais placée en situation d’alerte sécheresse.
La situation de vigilance n’impose pas de restriction particulière sur les usages de l’eau
mais doit inciter chacun à une gestion la plus économe possible de la ressource.
La situation d’alerte concerne 5 communes de l’Isère :
• Charvieu-Chavagneux
• Heyrieux
• Janneyrias
• Valencin
• Villette-d’Anthon
Elle implique les mesures de restrictions suivantes :
• Pour tous :
◦ Interdiction du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
◦ Interdiction du remplissage des piscines de plus de 5 m³ à usage privé ;
◦ Interdiction d’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des
jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs, de 9H00 à
20H00 ;
◦ Réduction de moitié du débit dérivé alimentant les plans d’eau et les étangs par
rapport au débit dérivé autorisé ;
◦ Interdiction de manoeuvrer des ouvrages hydrauliques ;
◦ Interdiction d’effectuer des travaux dans le lit du cours d’eau destinés à
accroître ou maintenir le prélèvement.
• Pour les communes :
◦ Interdiction de laver les voiries ;
◦ Interdiction de faire fonctionner les fontaines publiques en circuit ouvert sur
l’eau potable.
• Pour l’agriculture :
◦ Baisse de 15 % des prélèvements agricoles autorisés pour l’irrigation, et pour
les autres prélèvements (hors irrigation ou assimilés domestiques) interdiction
de prélever de 9H00 à 20H00.
• Pour l’industrie :
◦ Respect du niveau 1 du plan d’économie d’eau des industriels (installations
classées pour la protection de l’environnement).
• Pour les gestionnaires de réseau d’eau potable :
◦ Renforcement du suivi des niveaux des captages et des forages d’eau potable,
transmission des données à l’administration.
Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable peuvent être
limités par arrêté municipal.
Le Préfet appelle chaque citoyen et chaque usager à être vigilant et économe dans sa
consommation d’eau. Faire preuve de civisme dans sa consommation quotidienne d’eau,
c’est préserver pour chacun les biens précieux que sont la ressource en eau et les milieux
aquatiques.

Catégorie eau, environnementCommentaires fermés

Alerte canicule – NIVEAU ORANGE dans le département de l’Isère

Le Préfet vous informe que le département de l’Isère est placé en ALERTE ORANGE CANICULE à compter de ce jour suite aux informations fournies par Météo France.

En effet, les températures sont actuellement très élevées dans le département de l’Isère, atteignant 34,5° C en journée, avec de fortes températures nocturnes.

Mardi 31 juillet, les températures seront en légère hausse, avec des minimales voisines de 22 degrés dans la ville de Grenoble et des maximales de 35 à 39 degrés.

Le préfet de l’Isère rappelle les consignes de précaution suivantes pour se protéger des effets néfastes de la chaleur :

  • Utilisez le ventilateur et/ou la climatisation ou essayez de vous rendre dans un endroit frais.

  • Mouillez votre corps plusieurs fois par jour à l’aide d’un brumisateur, d’un gant de toilette ou en prenant des douches.

  • Buvez au moins 1,5 litre d’eau par jour, même sans soif, et continuez à manger normalement.

  • Ne sortez pas aux heures les plus chaudes.

  • Si vous devez sortir, portez un chapeau et des vêtements légers.

  • Limitez vos activités physiques.

Pour les personnes vulnérables (personnes âgées de plus de 65 ans, nourrissons, jeunes enfants de moins de 4 ans, personnes handicapées ou malades à domicile, personnes dépendantes) la vigilance doit être accrue :

  • Prenez des nouvelles des personnes âgées, isolées, ou souffrant de maladies chroniques que vous connaissez ou rendez-leur visite deux fois par jour.

  • Accompagnez-les dans un endroit frais.

  • En cas de maladie ou de troubles du comportement, appelez un médecin.

  • Si vous avez besoin d’aide, appelez la mairie.

Petit mémo des signes d’alerte de déshydratation chez la personne âgée :

  • Modification du comportement habituel, grande faiblesse, grande fatigue, difficulté inhabituelle à se déplacer.

  • Maux de tête, étourdissements, vertiges, troubles de la conscience, voire convulsions.

  • Nausées, vomissements, diarrhée, soif.

  • Crampes musculaires.

  • Température corporelle élevée (supérieure à 38,5°C).

  • Agitation nocturne inhabituelle.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les sites :

http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule

http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/evenement_climatique/canicule/canicule-agir.asp

http://www.isere.gouv.fr/Actualites/Actualites-des-particuliers/Adoptez-les-bons-reflexes-en-cas-de-canicule

Un NUMÉRO VERT « info service » est également mis à disposition du public pour toutes informations ou conseils :

0 800 06 66 66 (du lundi au samedi, de 9 à 19 heures)

Si vous avez connaissance d’une personne se trouvant en difficulté du fait de ces fortes chaleurs, n’hésitez pas à appeler les services de secours :

  • Le 15, numéro d’appel gratuit du service d’aide médicale urgente (SAMU).

  • Le 115, numéro d’appel gratuit des urgences sociales, qui a pour mission d’informer, orienter et rechercher un hébergement pour les personnes sans domicile fixe.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Fête du Bleu: tout un territoire mis à l’honneur

La Fête du Bleu, lancée en 2001 à l’initiative du Parc naturel régional du Vercors, est devenue un rendez-vous annuel incontournable.

C’est une occasion unique de découvrir la richesse de l’agriculture locale dans une ambiance conviviale et chaleureuse. Rythmée par de nombreuses animations, la Fête du Bleu émerveille les petits comme les grands par la variété de ses animaux, la qualité de ses produits du terroir, l’originalité de ses spécialités culinaires et gastronomiques…. La fête du Bleu est aussi l’occasion de découvrir le patrimoine, les savoir-faire et toutes les spécificités du secteur géographique où elle s’installe.

En effet la fête du bleu se déroule les années pair en Isère et les années impair en Drôme.

Cette année elle s’est déroulée à Lans en Vercors. Cette 18ème édition avait une saveur particulière car elle avait pour fil conducteur les 20 ans de l’AOP du Bleu du Vercors-Sassenage.

Pour résumer c’est tout un territoire, le Parc naturel régional du Vercors, son agriculture, ses savoir-faire qui ont été mis à l’honneur.

La Fête du Bleu, c’est bien sûr une grande fête agricole avec le Concours des races bovinesla présentation des races patrimonialesle Concours local des Prairies Fleuries; et le Marché du terroir qui a accueilli plus de 30 producteurs fermiers. Un rendez vous qui a attiré plus de 20 000 visiteurs séduits, enchantés..

Ce dimanche la confrérie du Bleu du Vercors Sassenage a intronisé trois personnes qui ont juré fidélité au bleu mais surtout aux bons produits de notre territoire: Pierre Guillot éleveur laitier, Mickaël Kraemer maire de Lans et Benoît Charron parrain de la fête, président de l’Union des fromagers d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Voici un résumé photos de la journée de dimanche..




Catégorie A la une, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Le Bleu fête les 20 ans de son AOP…

La fête du bleu qui se déroule traditionnellement le dernier week-end de juillet a la particularité d’être itinérante.. Organisée sur le territoire du Vercors une fois en Drôme et une fois en Isère. C’est donc Lans en Vercors qui a accueilli la 18ème édition de la fête qui met en avant les produits du terroir mais surtout le bleu du Vercors Sassenage.

Un fromage qui a obtenu ses lettres de noblesse en 1998 en obtenant l’AOC.  Cela fait donc 20 ans tout simplement..

Un anniversaire dignement fêté tout au long du week-end avec un moment très fort: la présentation du film : « de la mémoire aux graines d’éleveurs « en présence  » d’anciens » agriculteurs qui ont fait le Bleu aux tous jeunes qui ont décidé, souvent dans les pas de leurs parents de poursuivre l’aventure Bleu..

« de la mémoire aux graines d’éleveurs  » au Au-delà de la présentation des spécificités du Bleu du Vercors-Sassenage, de ses saveurs et de son process ancestral, ce film, profondément humain, s’appuie sur des témoignages et l’expérience de femmes et d’hommes (sur trois générations) qui, sur le Vercors, ont joué un rôle déterminant dans l’évolution de la production laitière sur ce territoire.

La confrérie du bleu du Vercors Sassenage a été également honorée, à travers Jean Claude Collard pour son dévouement et les actions qu’elle mène en faveur de la promotion du Bleu du Vercors Sassenage..

La fête avec son traditionnel comice, son marché de producteurs, diverses animations a connu, nul n’en doute un fervent succès..En présence de pour parrain , Benoît Charron, président Auvergne-Rhône-Alpes de la Fédération des fromagers de France.

Les photos de la salle sont de René Delbes membre de la confrérie.

Catégorie A la une, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Bassin d’air grenoblois: Épisode de pollution

Compte tenu des prévisions émises par Atmo Auvergne Rhône-Alpes, à compter du 26 juillet 2018 à partir de 17h00, la procédure préfectorale d’alerte de niveau N1 est également activée pour le bassin d’air grenoblois, en plus du bassin Lyonnais Nord Isère.


Les mesures détaillées ci-dessous, qui visent à réduire les sources d’émissions polluantes, prennent effet à compter de ce jour à 17h00 à l’exception des mesures relatives au secteur du transport qui sont mises en œuvre à partir du vendredi 26 juillet 2018 à 5h00 du matin.

Bassin d’air grenoblois

Épisode estival en cours – Seuil d’alerte 1 (vigilance orange)

Mesures réglementaires en vigueur jusqu’à la fin de l’épisode de pollution

Mesures relatives au secteur du transport (entrent en vigueur le 27 juillet à 5h00 du matin)

  • Un abaissement temporaire de la vitesse de 20 km/h est instauré, pour tous les véhicules à moteur, sur tous les axes routiers du bassin d’air lyonnais / nord Isère où la vitesse maximale autorisée est habituellement supérieure ou égale à 90 km/h.

  • La vitesse maximale est limitée à 70 km/h sur l’ensemble du territoire des 49 communes de Grenoble-Alpes Métropole, ainsi que sur l’ensemble du territoire des 46 communes de la communauté de communes du Grésivaudan et sur les 12 communes de la communauté d’Agglomération du Pays voironnais identifiées en annexe 8 de l’arrêté préfectoral n° 38-2018-01-02-004 du 2 janvier 2018.

    En ce qui concerne le réseau autoroutier situé dans le bassin d’air grenoblois, la vitesse maximale autorisée est abaissée à 70 km/h sur :

    • l’A41-Sud entre le péage de Crolles et la commune de Meylan (rond-point de la Carronnerie),

    • l’A48, l’A480 et l’A51 entre les péages de Voreppe et de Vif (péage du Crozet).

  • Les compétitions mécaniques sont interdites.

Mesures relatives au secteur résidentiel

  • L’utilisation des barbecues à combustible solide est interdite.

  • Les travaux d’entretien ou de nettoyage avec des outils non électriques ou avec des produits à base de solvants organiques (white-spirit, peinture, vernis) doivent être reportés à la fin de l’épisode de pollution. La mesure s’applique dans les espaces verts et jardins publics, mais également dans les lieux privés.

Mesures relatives au secteur agricole

  • Sous réserve de l’application de règles environnementales spéciales, tout fertilisant organique épandu est enfoui en même temps que le chantier d’épandage. Un chantier d’épandage ne pouvant satisfaire à cette condition est reporté à la fin de l’épisode de pollution.

Mesures relatives au secteur industriel

  • Les exploitants procèdent à une sensibilisation du personnel et observent une vigilance accrue sur le fonctionnement des installations (paramètres de fonctionnement, stabilisation des charges, bon fonctionnement des systèmes de traitement, etc.) et sur l’application des bonnes pratiques.

  • Les prescriptions particulières prévues dans les autorisations d’exploitation des ICPE en cas d’alerte à la pollution de niveau 1 sont activées, sans délai, par les exploitants concernés.

  • Toute unité de production équipée de systèmes de dépollution renforcés doit en activer le fonctionnement pendant la durée de l’épisode de pollution.

  • Tout établissement non ICPE émetteur de particules fines, de NOx, ou de COV doit modifier son activité et mettre en œuvre toute mesure appropriée pour réduire ses émissions. Ainsi, les opérations émettrices de COV doivent être reportées à la fin de l’épisode : travaux de maintenance, dégazage d’une installation, chargement ou déchargement de produits émettant des composés organiques volatils en l’absence de dispositif de récupération des vapeurs, etc. De même les opérations émettrices de particules ou d’oxydes d’azote (manipulation des déchets, broyage, transfert de matériaux, etc.) en l’absence de dispositif de traitement adéquat doivent être reportées à la fin de l’épisode.

  • L’utilisation de groupes électrogènes, pendant la durée de l’épisode de pollution, n’est autorisée que pour satisfaire l’alimentation électrique d’intérêts essentiels, notamment de sécurité.

  • Tout établissement équipé d’installation de combustion pouvant fonctionner avec plusieurs types de combustible devra utiliser le combustible le moins émissif.

  • L’usage des engins de manutention thermiques devra être limité au profit des engins électriques pour les établissements équipés des deux types d’engin.

Mesures relatives au secteur des chantiers BTP et carrières

  • Tout entreprise dont l’activité sur les chantiers est génératrice de poussières doit la réduire. Le maintien de l’activité est conditionnée à la mise en place de mesures compensatoires efficaces (arrosage, etc.).

  • L’utilisation de groupes électrogènes, pendant la durée de l’épisode de pollution, n’est autorisée que pour satisfaire l’alimentation électrique d’intérêts essentiels, notamment de sécurité.

Mesures relatives aux spectacles pyrotechniques

  • Les feux d’artifice sont interdits dans le bassin d’air concerné par l’épisode de pollution atmosphérique durant l’épisode de pollution.

Par ailleurs, afin de protéger la population des effets du pic de pollution, le préfet de l’Isère formule les recommandations suivantes :

Recommandations aux personnes sensibles et vulnérables

  • Éloignez-vous des grands axes routiers aux périodes de pointes

  • Éloignez vos enfants de la pollution automobile

  • Limitez les sorties durant l’après-midi (13h-20h)

  • Limitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air, celles à l’intérieur peuvent être maintenues

  • En cas de symptômes ou d’inquiétudes, prenez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin.

Plus d’informations :

Catégorie environnement, pollutionCommentaires fermés

28 et 29 juillet: Fête du Bleu 2018, le Vercors en fête

C’est à Lans-en-Vercors qu’est organisée la 18ème édition de la Fête du Bleu. Autour de l’anniversaire des 20 ans de l’AOP du Bleu du Vercors-Sassenage, c’est tout un territoire, le Parc naturel régional du Vercors, son agriculture, ses savoir-faire qui seront mis à l’honneur.

Cette édition comptera sur un parrain passionné par les fromages, Benoît Charron.
Il fait partie de cette génération pour qui le métier de fromager ne se limite ni à la coupe, ni à la vente. Très investi dans le collectif, il est président de l’Union des fromagers d’Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2016 et vice-président de l’Association des métiers de bouche du Rhône.

Ne manquez pas les temps forts de l’anniversaire des 20 ans de l’AOP Bleu du Vercors-Sassenage (samedi 28 juillet) : la cérémonie officielle à 10h00 (sur invitation) ; les projections du film De la mémoire aux Graines d’éleveurs ; la rencontre avec les Graines d’éleveurs (et le Bar à lait) ; la soirée de dégustations à partir de 19h00 au cours de laquelle, le Bleu du Vercors-Sassenage, accompagné de Benoît Charron, invite à sa table les 49 autres AOP laitières françaises pour composer des assiettes « cocktails fromagers » détonants.

La Fête du Bleu, c’est bien sûr une grande fête agricole avec le Concours des races bovines ; la présentation des races patrimoniales ; le Concours local des Prairies Fleuries (dimanche 29 à 11h30) ; et le Marché du terroir qui accueillera plus de 30 producteurs fermiers.

En matière de savoir-faire agricoles et artisanaux, de nombreuses démonstrations seront proposées durant ces deux jours de fête : fabrication du Bleu du Vercors-Sassenage, distillation de lavande, ainsi que des présentations des techniques de travail des artisans-créateurs du Vercors. Des associations présenteront leurs actions : Vert & Co, Cuisine & passion en Vercors, Les amis de l’agriculture d’antan, les Graines d’éleveurs, Des deux mains, Danse en Vercors, l’AMAP Vert de terre…

En plus de ses nombreuses animations, dégustations et démonstrations culinaires, les amoureux du Vercors et des sports de pleine nature pourront se tester à plusieurs activités, assister à de nombreux temps forts : High-line, escape game… La Fête du Bleu, c’est aussi de la musique avec une succession de groupes dès le samedi 18h, dont la tête d’affiche Babel Buech Madam sur la place de la mairie.

Suivez la Fête du Bleu sur Facebook ICI !

Et venez nombreux !

affiche fete du bleu

Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Ambroisie : augmentation du nombre de personnes allergiques

Les allergies à lambroisie se développent. Les tout derniers chiffres publiés par lObservatoire des ambroisies, en partenariat avec lAgence Régionale de la Santé Auvergne-Rhône-Alpes sont inquiétants : 660 000 personnes sont allergiques dans cette seule région. Le coût de lambroisie sélève à 41 millions deuros répartis en consultations (40%), désensibilisation (20%), dépenses de médicaments (16%) et arrêts de travail (14%). Près de 6,7 millions de personnes (86% de la population) ont été exposées plus de 20 jours à une quantité de pollens suffisante pour générer des symptômes chez les personnes sensibles à lambroisie. A force d’être exposées aux pollens, les populations peuvent devenir allergiques des années plus tard entrainant ainsi une hausse progressive du nombre de victimes dallergies.

Scenario du pire

LObservatoire des ambroisies a réalisé une extrapolation de ces chiffres avec une infestation à lidentique sur lensemble du territoire en tenant compte de la population des régions. Dans ce scenario du pire, 5,3 millions de personnes consommeraient des soins en rapport avec l’allergie à l’ambroisie pour un coût total des soins proche de 329 millions deuros.

Coordonner la lutte

« La coordination de la lutte est un élément majeur » commente Dino Cinieri, président du Comité Parlementaire. La plante invasive et allergène qui se développe autour du 45° parallèle est désormais présente en dessous dune ligne Strasbourg-Paris-Rouen. Cest pour cette raison que la Direction Générale de la Santé a lancé vendredi 20 juillet un appel aux municipalités et communautés de communes visant à nommer des référents ambroisie. Ces derniers jouent un rôle fondamental dans la lutte. Dans ce cadre, le site www.signalement-ambroisie.fr initié par lARS Auvergne-Rhône-Alpes et le RNSA permet daffiner la carte globale de la présence de lambroisie. « Il est maintenant possible de mieux localiser la plante et davoir une action plus efficace à grande échelle. Le signalement est à la base du traitement, qui sera le gage de la destruction de la plante avant la grenaison. Seule une action de cette envergure, répétée année après année, permettra de limiter l’expansion de la plante et de voir la diminution de son aire d’implantation » selon lARS.

Les agriculteurs, 1ères victimes

Le monde agricole doit continuer à se mobiliser à limage de la chambre dagriculture de lIsère qui est engagée depuis 15 ans dans un plan dinformation des agriculteurs. Les producteurs sont les 1ères victimes de la plante invasive du fait de limportance de lespace agricole. Les professionnels insistent sur la nécessité de disposer de solutions adaptées aux conditions pédoclimatiques de chaque parcelle. Dans certaines situations, la lutte mécanique sera possible et doit être privilégiée. Dans dautres, le passage de la bineuse ou de la déchaumeuse ne servira à rien. Il faudra recourir à un désherbant. Pour les cultures de tournesols dans lesquelles lambroisie exerce une pression particulièrement importante, les VTH (Végétaux Tolérants aux Herbicides) constitueront une solution dans certains cas de désherbage. Quelle que soit la situation, la lutte coordonnée entre les agriculteurs et les collectivités est indispensable pour éviter quaucune zone ne soit oubliée. « Les agriculteurs ont besoin dêtre encouragés car la lutte leur demande du temps et constitue un coût financier en raison de lutilisation de carburant, de matériel ou de désherbant » commente Dino Cinieri.

Lambroisie doit être prise en compte dans le Plan Biodiversité

Le Comité Parlementaire demande que lambroisie et les autres espèces invasives soient prises en compte dans le Plan sur la Biodiversité récemment présenté par le Ministère de la Transition écologique. Ces espèces constituent un fléau contre la biodiversité et sont un phénomène inquiétant pour lensemble des acteurs.

Catégorie A la une, environnementCommentaires fermés

Fête du bleu: concours des prairies fleuries

Narcisses, sainfoin, sauge, raiponces ou centaurées… Une belle prairie fleurie évoque des couleurs et des senteurs aux citadins lors des balades champêtres. Pour un agriculteur, une belle prairie, riche en biodiversité, c’est aussi et surtout la promesse d’un bon fourrage.

LES PRAIRIES FLEURIES

Une « prairie fleurie » est une prairie où agriculture et biodiversité sont en harmonie.
> La prairie fleurie est une « surface herbagère riche en espèces non semées, fauchées ou pâturées pour nourrir le bétail ». A la différence des prairies dont le sol est retourné et semé, les prairies fleuries sont naturelles. Pour les mammifères, insectes, oiseaux, reptiles, batraciens, elles sont un refuge et un formidable terrain de chasse.
> La prairie fleurie, une alliée pour l’agriculture : c’est la promesse d’un bon fourrage (souplesse d’exploitation, appétence, ressources alimentaires importantes à certaines périodes de l’année), composés aromatiques contribuant à la qualité et la spécificité des produits de l’élevage (lait, beurre, fromage, viande).
LE CONCOURS

En 2007, le Parc naturel régional du Massif des Bauges initie un concours des prairies fleuries pour récompenser les exploitations agricoles dont la parcelle présente le meilleur équilibre agro-écologique. Ce concours prend une envergure nationale en 2010 et s’ouvre à des territoires « hors parcs » en 2013. Depuis 2014, il est inscrit au Concours Général Agricole, un des leviers pour construire et développer la dynamique des territoires, en écho avec les mesures agro-environnementales et climatiques, et créer les liens entre ses différents acteurs.

Dans le Vercors, le concours local est organisé depuis 2010. Chaque printemps un jury composé de botaniste, agronome, écologue, apiculteur et paysagiste analyse, sur chaque parcelle, qualité et productivité fourragères et la diversité des plantes.


EN JUIN, LES AGRICULTEURS ONT REÇU LE JURY SUR LEUR PARCELLE

Les 18 et 19 juin dernier, 12 parcelles situées sur la zone de l’AOP Bleu du Vercors-Sassenage ont reçu la visite du jury. Le jury distingue différentes catégories de parcelles, selon qu’elles soient fauchées et/ou pâturées. Cette année, voici les agriculteurs qui concourent :

Dans la catégorie des prairies de fauche : GAEC des Ecureuils et le GAEC des 4 vents à Villard-de-Lans ;  GAEC de Roche Rousse à Saint-Martin-en-Vercors ; GAEC de la Pierre Blanche, GAEC de la Truite, GAEC Pierre de l’eau à Autrans-Méaudre-en-Vercors ; GAEC de la Daille à Lans-en-Vercors.

Dans la catégorie des prairies pâturées : les parcelles de Christian Perrin à  Autrans-Méaudre-en-Vercors ;  Henri Chabert à Rencurel et les GAEC de la Grand’Mèche à Lans-en-Vercors ; GAEC des Rapilles à Engins ;  GAEC des Allières à Villard-de-Lans.


LE CONCOURS DES PRAIRIES FLEURIES A LA FÊTE DU BLEU

Aujourd’hui intitulé Concours des Pratiques Agro-écologiques – Prairies et Parcours, ce concours compte de plus en plus de participants dans toute la France. Par exemple, en 2017, il  s’est déroulé sur 45 territoires et les jurys locaux ont parcouru les parcelles de plus de 300 éleveurs.

Il participe à la reconnaissance et à la valorisation des pratiques des agriculteurs tout en leur apportant une expertise technique : valeurs agronomique et qualités fourragères, et diversité des espèces… Résolument tourné vers l’échange de pratiques et de savoir-faire, le Concours Général Agricole des Prairies Fleuries est aussi un outil de valorisation économique, sociale et environnementale des exploitations agricoles.

Dimanche 29 à 11h30 > Le résultat du concours sera dévoilé et récompensera l’excellence agri-écologique des éleveurs.


affiche fete du bleu

Catégorie agriculture, environnement, parcsCommentaires fermés

20 ans, ça se fête ! Le Bleu du Vercors-Sassenage AOP

affiche fete du bleu20 ans, ça se fête ! Le Bleu du Vercors-Sassenage AOP

L’AOP du Bleu du Vercors-Sassenage se situe sur le chemin de la durabilité. Les fermiers aujourd’hui perpétuent les gestes traditionnels de fabrication.

Le Bleu du Vercors-Sassenage allie un savant mélange d’un lait de la veille auquel on rajoute le lait frais du matin. La transformation est minutieuse, chaque étape nécessite une application particulière, c’est sans doute là, l’un des secrets qui 21 jours plus tard permet au bleu d’affirmer tout son caractère et sa douceur.
QUELQUES CHIFFRES

Production coopérative Vercors lait en 2017 : 330 tonnes dont 59 tonnes en agriculture biologique.

9 producteurs fermiers :
4 en Drôme dont 3 en agriculture biologique et
5 en Isère dont 1 en agriculture biologique
soit une une production totale fermière de 53 tonnes (30 tonnes)


PETITE CHRONOLOGIE
1993 : Création du Syndicat Interprofessionnel du Bleu du Vercors-Sassenage (SIVER)
1998 : Obtention de l’AOC
2001 : Obtention de l’AOP
2007 : Le SIVER devient organisme de gestion
2009 : Validation du premier plan de contrôle réalisé en lien avec l’organisme certificateur Qualisud
2011 : Écriture du cahier des charges consolidé.
2012 : Nomination d’une commission d’enquête et déplacement sur le Vercors
2016 : Validation au niveau national du nouveau cahier des charges
Lancement du projet « Graines d’éleveurs »
LA SOIRÉE DE DÉGUSTATION

Pour fêter ses 20 ans, le Bleu du Vercors-Sassenage invite à sa table les 49 autres AOP laitières françaises le samedi 28 juillet à partir de 19h00. Une occasion unique de voyager à travers les terroirs et territoires et de transporter les papilles aux quatre coins de France.
Benoît Charron fromager passionné vous accompagnera dans la composition de vos assiettes et vous promet des cocktails fromagers détonants.

Catégorie foires et fêtesCommentaires fermés

La Fête du Bleu: une grande fête agricole

La Fête du Bleu, c’est l’occasion de rencontrer les agriculteurs du Vercors, leurs savoir-faire et productions, leurs animaux. Plus de 30 producteurs fermiers 100 % Vercors seront présents sous le chapiteau Marché de terroir : fromages, charcuterie, miel, noix, confitures, vins…  les petites douceurs de l’été : sorbet paysan et glaces fermières… ainsi que les produits issus de la production des plantes aromatiques, les cosmétiques bio et les huiles essentielles. Associez le plaisir des yeux et des papilles !

Il y en aura pour tous les goûts!

DES PRODUCTEURS FERMIERS DU VERCORS ET DES AOP/IGP INVITEES

Des démonstrations de fabrication des fromages : Bleu du Vercors-Sassenage, fromages de Savoie, Saint-Marcellin, Fourme de Montbrison.
> Samedi 28 juillet à partir de 14h00 et tout au long de l’après-midi
>Dimanche
29 juillet à partir de 9h00 et 14h00.

Des démonstrations de cassage et pressage d’huile de Noix de Grenoble en présence de la Confrérie. Des dégustations de la Clairette de Die et des vins du Diois.

Sur l’espace des producteurs fermiers, découvrez l’AOP Picodon (Drôme Ardèche) ; l’AOP Clairette de Die ; l’AOP Noix de Grenoble et l’IGP Saint-Marcellin mais aussi les huit fromages AOP/IGP* de Savoie : AOP Abondance, AOP Beaufort, AOP Chevrotin, AOP Roblochon, AOP Tome des Bauges et les IGP Emmental de Savoie, IGP Tomme de Savoie ainsi que l’AOP Fourme de Montbrison (Loire), l’AOP du Bleu de Gex Haut-Jura.

LE CONCOURS DES RACES BOVINES SUR LE RING

Le concours des races bovines organisé par la Station d’Élevage (comice agricole) :
Samedi 28 juillet > La Limousine et la Montbéliarde
Dimanche 29 juillet > L’Abondance et la Villarde

Ne manquez pas la présentation des races patrimoniales du Vercors : la Poule grise du Vercors, la Villarde et le Cheval du Vercors de Barraquand !
> Samedi 28 juillet à 16h00 et Dimanche 29 juillet à 14h00

Les Graines d’éleveurs sur le ring
Samedi à 16h30 > Le Défilé des Graines d’éleveurs avec leurs petits animaux (veaux, chevrettes…).

Spectacle et dressage équestre
par l’Écurie du Col de l’Arc et le cheval de Mérens > Samedi 28 juillet à 17h00 & Dimanche 29 juillet à 16h30

==> Nouveau ! Le Concours « Prix du Public » présenté par les Jeunes Agriculteurs du Plateau des quatre montagnes avec l’élection à l’applaudimètre de la plus belle vache parmi toutes les races présentes ! > Dimanche 29 juillet à 15h00.

affiche fete du bleu


Catégorie agriculture, foires et fêtesCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2018
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+