Archive | 02 juillet 2018

500 loups : objectif atteint. Et maintenant ?

L’ Union pour la Sauvegarde des Activités Pastorales et Rurales,
garante de l’équilibre des territoires communique:

Un communiqué de l’ONCFS paru le 25 juin officialise « une expansion démographique et
spatiale continue » des loups en France, avec « un taux de croissance annuel de près de 20%. »
Que l’on retienne le nombre estimé en sortie d’hiver de 430 loups adultes, avant naissances, en France,
qu’on le juge supérieur ou que l’on doute de la validité d’un seuil limité aux frontières nationales, une
évidence s’impose : le « seuil de viabilité démographique de l’espèce estimée en l’état actuel des
connaissances scientifiques à 500 loups » (« Mot des Ministres » Nicolas Hulot et Stéphane Travers,
Plan national d’actions 2018-2023 sur le loup et les activités d’élevage) est déjà dépassé avec les
naissances de l’année, malgré les prélèvements effectués en 2016 et 2017 à hauteur des plafonds fixés
par la loi, qui n’entravent donc en rien une expansion exponentielle de l’espèce.

Si l’on veut sauver l’élevage de plein air, si l’on veut garder des espaces ruraux vivants, riches
de leurs spécificités, de leurs paysages, de leurs habitants et de leurs productions, il faut de toute
urgence tirer les conséquences de cet état de fait : les tirs de défense, simple ou renforcée, doivent être
inscrits comme moyen de protection, ils doivent être autorisés de façon inconditionnelle en cas
d’attaques ou velléités d’attaques sur troupeaux où que l’on soit en France.

Eleveurs et bergers ne peuvent être laissés seuls pour assumer la défense de leurs troupeaux. Il
faut renforcer les moyens des lieutenants de louvèterie, il faut recruter, former et rémunérer de
nouveaux agents sur le modèle de l’actuelle brigade rattachée à l’ONCFS. Il s’agit bien là d’une
responsabilité d’Etat, qui ne peut être transférée aux départements ou à toute autre collectivité
territoriale sans risque de rupture d’équité et d’efficacité.

Il faut, enfin, adapter les termes de la convention de Berne et de la Directive Habitat à cette
réalité : en 2018, en France et en Europe, le loup n’est plus une espèce menacée.
Le pastoralisme, lui, devient une activité en grand danger. Et la position des maires devient
intenable face à cette réalité, face à la détresse des éleveurs et bergers, à la souffrance des troupeaux et
à la multiplication des conflits d’usage au sein des territoires ruraux et montagnards.

Catégorie loupCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2018
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+