Archive | février, 2019

N’importons pas la viande bovine que nous ne voulons pas dans notre assiette !

Une bonne dizaine d ‘éleveurs bovins de l’Isère  ont manifesté devant le Buffalo Grill de Bourgoin Jallieu, pour défendre une agriculture de française de qualité.

Cette manifestation entrant dans le cadre d’une mobilisation nationale des éleveurs bovins face aux restaurateurs refusant d’entreprendre une discussion avec les organismes de syndicats agricoles (FDSEA/JA).

Les objectifs :
- Faire entendre les enjeux de qualité, de sécurité sanitaire, de proximité de production, de maintien de l’activité d’élevage dans les territoires et de l’installation de jeunes éleveurs sur notre territoire.
- De rappeler la loi sur les viandes d’origine hors-UE : l’article 44 de la loi EGA interdit la commercialisation par les opérateurs de produits ne répondant pas à la réglementation UE dans les domaines de l’alimentation, la traçabilité, les produits phytos et vétos.
- De promouvoir la filière française qui propose un cahier des charges « 100% muscle » en viande hachée, ce qui constitue un plus incontournable en termes de qualité et de sécurité
- De pousser la restauration hors domicile à réfléchir dès à présent sur l’article 24 de la loi EGA qui fixe un taux d’approvisionnement minimum de 50% en produits locaux en RHD (dont 20% de bio) d’ici 2022.

Eléments du contexte national :
Dans la logique portée par les Etats Généraux de l’Alimentation et en cohérence avec le Plan de Filière du secteur viande bovine, la Fédération Nationale Bovine a initié, avec le soutien de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricole) et de JA (Jeunes Agriculteurs), une action visant à augmenter la part des viandes bovines françaises dans la restauration collective, privée et publique.
Dans ce secteur, en croissance, la part des viandes importées demeure aux alentours de 70%. Les enjeux de la mise en avant des viandes françaises sont multiples : sauvegarde du modèle d’élevage français répondant aux attentes sociétales et des consommateurs, qualité, proximité d’approvisionnement, garantie de sécurité sanitaire, soutien à la présence des éleveurs sur l’ensemble des territoires et à l’installation de jeunes agriculteurs, … N’importons pas l’élevage que nous ne voulons pas !
La FNB a décidé de se mobiliser sur le secteur de la Restauration Hors Domicile. Elle a saisi en octobre dernier les grands opérateurs nationaux (plus de 30) par courrier, afin d’organiser des rencontres avec chacun d’eux, et ainsi obtenir des informations sur la stratégie d’approvisionnement (volumes, prix, …) et rappeler les enjeux forts pour les consommateurs et les producteurs de distribuer une viande bovine d’origine française. Une relance a été faire en décembre.
Un échange s’est engagé avec certains opérateurs (17 ont répondu au courrier FNB) mais d’autres continuent de faire la sourde oreille !
En conséquence, 3 acteurs de la restauration hors domicile n’ayant pas répondu ont été ciblés :
- COURTEPAILLE
- BUFFALO GRILL
- COMPASS

Catégorie filière viande, vie syndicaleCommentaire (0)

BIOMAX LA NOUVELLE CENTRALE AU BOIS DE LA MÉTROPOLE

Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole, Philippe
PORTAL, Secrétaire Général de la Préfecture de l’Isère, Catherine BOLZE,
Conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes ont visité, le 19 février 2019,
le chantier de « Biomax », cette super centrale au bois qui permettra
d’alimenter, avec une énergie renouvelable, locale, et économique, entre
15 et 20 000 logements en chauffage et 10 000 en électricité.

Financé par l’Etat, la Région Auvergne Rhône-Alpes et la Métropole, cet
investissement s’inscrit dans le cadre d’une politique ambitieuse de la
Métropole en faveur de la transition énergétique, la Métropole s’étant fixée
comme objectif de réduire de 22% la consommation énergétique à l’horizon
2030, d’augmenter de 35% la production locale d’énergies renouvelables
et de réduire de 30% la consommation d’énergie fossile.

Le chantier, qui a débuté en juin 2018, s’est d’ores et déjà traduit par des
travaux de gros oeuvre du bâtiment de la chaudière et de la zone de séchage
de la biomasse puis du bâtiment de cogénération et du générateur d’appoint.
Le montage de la chaudière a quant à lui démarré en décembre dernier.
Le planning des travaux est ainsi conforme au planning prévisionnel.
Outils pertinents pour favoriser les énergies renouvelables en milieux urbains,
les réseaux de chaleur sont particulièrement efficaces d’un point de vue
économique et environnementale. En complément de Biomax raccordé au
réseau de chaleur urbain, et outre les réseaux de chaleur d’ores et déjà
existants à Miribel Lanchâtre et Fontaine, la Métropole prévoit de construire
5 nouveaux réseaux de taille plus modestes comme celui situé à Gieres
dont la construction a commencé au mois de février 2019.

Biomax constitue le plus gros investissement sur le réseau de chauffage
urbain depuis 1992, année de mise en service de la centrale de la Poterne
et de l’agrandissement de l’usine d’incinération des déchets d’Athanor.
Avec ses 170 kilomètres de tuyaux, le réseau de chaleur métropolitain est
le deuxième de France (après Paris). Sa densification fait partie des priorités
métropolitaines pour les années à venir.
Cet équipement alimente en chauffage et en eau chaude 46 000 logements
(soit environ 100 000 habitants) et des bâtiments dans sept communes
de l’agglomération à savoir des administrations, musées, piscines,
centres commerciaux, hôpitaux…
Créé en 1960, ce réseau de chaleur est désormais la propriété de la Métropole
et constitue un atout de taille dans le développement de la production
d’énergie renouvelable souhaitée par Grenoble-Alpes Métropole.

LES DATES À RETENIR
• 3 JUILLET 2015 : le conseil métropolitain adopte la délibération portant la création
d’une unité de production biomasse sur la Presqu’île
• 24 MARS 2017 : le conseil métropolitain étudie l’avant-projet définitif baptisé Biomax
• MI-AVRIL 2017 : dépôt des dossiers de demande de permis de construire et de demande
d’autorisation d’exploiter
• AUTOMNE 2017 : début de l’enquête publique
• JUIN 2018 : début des travaux
• DÉCEMBRE 2019 : premiers essais et raccordement de la centrale au réseau de chauffage central
• MARS 2020 : livraison et ouverture de Biomax

Sans titre 3

Catégorie La MétroCommentaire (0)

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes: deux nouveaux directeurs généraux adjoints

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes nomme Vincent Mouveroux au poste de directeur général adjoint responsable du développement et Jean-Marc Cros au poste de directeur général adjoint chargé du fonctionnement.

Jean-Marc Cros est nommé directeur général adjoint du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, responsable du fonctionnement. Il sera basé dans la Drome, sur le site de Valence. Son prédécesseur, Emmanuel Barras, est dorénavant directeur général adjoint du Crédit Agricole Nord de France, troisième caisse régionale du Groupe par la taille.

Âgé de 53 ans, marié et père de trois enfants, Jean-Marc Cros est diplômé d’un DES de l’Institut Technique de Banque (ITB) et d’un master de Senior Management du Centre d’Études Supérieures de Banque (CESB). Il est entré au Crédit Lyonnais à Lyon en 1990 dans le réseau de proximité où il a occupé de nombreux postes, de conseiller puis de manager dans plusieurs régions de France, dont Rhône-Alpes. Il occupe ensuite les fonctions de Direction de l’animation commerciale de la région Rhône-Alpes Auvergne, puis de Responsable des Ressources humaines de la région Grand Est de LCL avant de rejoindre le Crédit Agricole Ile-de-France en qualité de Directeur des Ressources humaines en 2011.

« Je suis très heureux et très fier de rejoindre la Caisse Régionale Sud Rhône Alpes, affirme Jean-Marc Cros. Je reviens avec bonheur dans une région que je connais et que jaffectionne particulièrement. Le monde bancaire vit des transformations nombreuses et importantes et, dans ce contexte, je suis convaincu que le modèle mutualiste du Crédit Agricole, qui privilégie lancrage territorial et la proximité relationnelle, est la réponse gagnante aux enjeux auxquels sont confrontées les banques. Le projet et la dynamique de développement initiés ces dernières années par le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes sont très enthousiasmants. Jambitionne dapporter ma contribution active à ce bel élan ainsi quà lévolution nécessaire des métiers et des processus quinduit entre autres la transformation digitale. »

Sans titre

Vincent MOUVEROUX (à gauche), directeur général adjoint chargé du pôle Développement,

et Jean-Marc CROS, directeur général adjoint chargé du pôle Fonctionnement

Vincent Mouveroux est nommé directeur général adjoint du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, chargé du développement. Il sera basé en Isère, sur le nouveau site de la Presqu’île grenobloise. Son prédécesseur, Didier Reboul, rejoint le Crédit Agricole SA en qualité de directeur du pôle Agriculture, agroalimentaire et marchés spécialisés.

Vincent Mouveroux, 46 ans, marié et père de trois enfants, est diplômé de l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique. Il commence sa carrière comme expert en méthodes quantitatives au sein de la Compagnie Bancaire. En 2001, il rejoint la Caisse Nationale des Caisses d’Épargne où il occupe différents postes à la Distribution et au Marketing. C’est en 2006 qu’il entre au Crédit Agricole, d’abord comme Directeur du Crédit de Sofinco puis comme Directeur Crédit international et Corporate de Crédit Agricole Consumer Finance. En 2012, il rejoint Crédit Agricole Italia en tant que Directeur Crédit et Organisation de Agos Ducato. Il en devient le Directeur Général Adjoint en 2016.

« Dans une période de profonde transformation de la banque de détail, note Vincent Mouveroux, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes marque sa différence en faisant résolument le choix de lancrage au territoire régional et de la grande proximité à ses sociétaires et à ses clients. Un choix ambitieux qui nécessite de relever de nombreux défis : associer lhumain et le digital, la réactivité et le conseil personnalisé, la vraie relation de proximité et lagence multicanale. Je viens relever ces défis avec passion et conviction, pour accompagner des équipes remarquables dengagement et de professionnalisme au service de nos clients. »


Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Résultats des élections 2019 des membres de la chambre d’agriculture

Les élections des membres de la chambre d’agriculture se sont tenues entre le 14 janvier et le 31 janvier 2019.

Elles ont permis la désignation des représentants de la chambre d’agriculture, selon la répartition suivante :

gdighhgg

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Françoise Thévenas, Présidente de la MSA Alpes du Nord

Suite au décès soudain de Jean-Jacques Exertier, la nuit du 20 décembre 2018, le Conseil d’administration de la MSA Alpes du Nord a élu sa nouvelle Présidente, il s’agit de Françoise Thévenas.

Sans titreUNE CARRIERE DEDIEE A L’ARBORICULTURE

Après des études de biochimie à Grenoble, complétées d’une formation de gestion d’entreprise, Françoise Thévenas a eu un parcours professionnel entièrement consacré à l’arboriculture : fraises hors sol, pêches, abricots, prunes et pommes. Tout d’abord conjointe participant aux travaux, elle s’est installée en 1990, en tant que chef d’exploitation, avec son époux. Tout au long de sa carrière, elle a notamment géré l’équipe des saisonniers (entre 3 et 35 selon la période de l’année) ainsi que toutes les formalités sociales et les démarches administratives de l’entreprise.

Françoise Thévenas a pris sa retraite il y a 3 ans, après avoir cédé l’entreprise familiale à son fils, tout en conservant une activité salariée saisonnière.

ENGAGEE A LA MSA DEPUIS PRES DE 20 ANS

Françoise Thévenas est devenue administratrice MSA (3ème collège – employeur) en 2000, à la création de la MSA Alpes du Nord, née de la fusion des MSA de l’Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie. Très investie sur tous les sujets autour de l’entreprise, des salariés et plus largement du monde agricole, elle participe à plusieurs instances à la MSA, telles que la commission des rentes, la commission de recours amiable ou encore le conseil d’administration de l’Arc-MSA (association régionale des caisses de MSA du la région Auvergne Rhône-Alpes). Par ailleurs, Françoise Thévenas est également Vice-Présidente de la caisse locale du Crédit Agricole de sa commune, administratrice et membre du bureau au Cer France, membre du bureau du groupement d’employeurs départemental de l’Isère (GDE38) et co-Présidente de la Commission emploi au sein de la FDSEA de l’Isère.

DANS LA CONTINUITE DE LA FEUILLE DE ROUTE ENGAGEE

Comme l’a souligné Françoise Thévenas lors de son élection : « Rien ne me prédestinait à postuler à la Présidence de la MSA Alpes du Nord, mais le départ brutal et douloureux de Jean-Jacques Exertier a tout changé.

C’est pour l’immense respect que j’ai pour lui et pour toutes les valeurs mutualistes que nous partagions, que j’ai souhaité poursuivre toutes les actions qu’il a engagées ». Maintenir le cap fixé par Jean-Jacques Exertier et atteindre les objectifs qu’il a fixé pour la mandature lui tiennent à coeur.

Pour la nouvelle Présidente de la MSA Alpes du Nord, il est primordial de continuer à développer les liens partenariaux de la MSA avec les OPA et les partenaires des territoires ainsi que de se mobiliser pour la pérennité du régime agricole afin d’en préserver les atouts. Notamment la proximité et la mobilisation des équipes administratives, en synergie avec les élus MSA, pour défendre les intérêts des adhérents.

Prochains rendez-vous mutualistes phares : les réunions de territoire tout au long du mois de mars, l’assemblée générale le 12 avril à Grenoble et bien sûr, les élections MSA en 2020.

Catégorie msaCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2019
L Ma Me J V S D
« jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+