Archive | mars, 2019

Contribution des Éleveurs et de bergers au Grand débat national

L’Association des Éleveurs et Bergers du  Vercors Drôme-Isère et la Fédération Nationale de Défense du Pastoralisme ont participé au débat national. Le produit de leur réflexion a été transmis comme il se doit pour alimenter le débat mais aussi a de nombreux parlementaires et au Ministre de l’Agriculture…

« Les manifestations des « Gilets jaunes » en France et leur volonté, d’imposer un débat entre les citoyens et le gouvernement, a conduit ce dernier à instaurer officiellement un « débat national » à travers quatre thèmes préalablement définis ce qui est, on en conviendra, curieusement restrictif.


Les acteurs du secteur de l’élevage de plein air et plus particulièrement ceux du pastoralisme, en tant que citoyens à part entière, ne peuvent être qu’intégrés dans ce débat dont ils ont toute légitimité pour intervenir, notamment à travers des difficultés de cohabitation qu’ils rencontrent depuis l’arrivée et l’expansion du loup et de l’ours.


Les quatre thèmes proposés au débat, bien que limités sont quand même en parfaite adéquation avec les messages que veulent faire passer les éleveurs et bergers qui se sentent à la fois délaissés et menacés de disparition par les difficultés sociales, professionnelles, financières et morales, auxquelles ils sont confrontés face à la politique de protection des grands prédateurs (loup, ours) et de ré-ensauvagement des espaces qu’ils utilisent et entretiennent.
– Thème démocratie et citoyenneté
C’est un thème qui exige a minima l’écoute et la prise en compte par l’État de la détresse sociale, économique et morale des éleveurs, et de l’avis qu’ils donnent sur la protection problématique actuelle des grands carnivores sauvages. Non seulement ils n’ont pas été associés à l’établissement des textes protecteurs européens, mais aujourd’hui leurs difficultés sont incroyablement minimisées. Les compensations financières incomplètes pour les pertes des animaux domestiques prédatés ne sont pas à la hauteur des préjudices globaux subis.
Il n’y a pas de prise en compte des effets positifs de nos activités de gestion des espaces ruraux naturels. Activités précieuses pour la biodiversité, que nous produisons, maintenons et entretenons écologiquement depuis des siècles. Et nos avis sont méprisés ainsi que nos oppositions argumentées aux différents « plan-loup » imposés par l’État, comme si nous n’étions pas des citoyens de la république à part entière et capable de raisonner sur les questions de société.
Les engagements des élus locaux à nos cotés ne sont pas davantage pris en compte (ils ont constaté les répercussions négatives du loup non seulement sur l’activité et la vie des éleveurs et bergers, mais aussi sur le tourisme avec le problèmes des chiens de protection). Ce sont pourtant des personnalités élues selon les règles démocratiques de notre pays, et qui sont censées exprimer les attentes des citoyens qu’ils rencontrent et dont ils peuvent mesurer sur le terrain, loin des officines parisiennes, la réalité de leurs problèmes. C’est cette distance néfaste et entretenue, entre gouvernement et citoyen qui est génératrice des conflits actuels, ne l’oublions pas.
Nous exigeons d’être écoutés et entendus comme des citoyens adultes qui font partie de l’édifice de la nation, et qui sont respectueux des règles républicaines, de l’organisation de l’état et des services publics.
- Thème organisation de l’état et des services public
La question de l’indépendance des services de l’État ne se pose-t-elle pas quand on connaît les liens, de notoriété publique étroits et permanents, unissant ces services avec les représentants de l’UICN? UICN, on le rappelle, qui représente les défenseurs les plus inconditionnels du loup, et est l’acteur clé dans la mise en place de la grande protection actuelle du loup en Europe et particulièrement en France.
Comment dans ces conditions ce ministère, oreille de l’UICN, peut-il alors prendre en considération, en toute indépendance, nos attentes qui visent à corriger les orientations politiques de la Convention de Berne et de la Directive Habitats ?!!
En quoi les associations environnementales en général, présentes au sein de ce ministère, et l’UICN en particulier, peuvent-elles être considérées comme représentatives d’un service public agissant en toute neutralité alors que c’est le contraire qu’elles revendiquent ? Et le fait, pour ces associations, d’agir par délégation de l’État et de peser indirectement sur le devenir des territoires ruraux, témoigne d’un mélange des genres où notre État a appauvri sa capacité d’analyse, de critique, et de jugement, pour suivre sans réserve la doxa environnementaliste concernant l’ensauvagement des territoires. Ce qui est en définitive inquiétant et constitue une faute majeure pour un État en montrant un comportement partisan qui n’a pas sa place dans la république.
– Thème fiscalité et dépenses publiques
IL est urgent, par le débat citoyen actuel engagé à travers le « débat national », de rendre public le véritable coût financier, supporté par le contribuable, de la gestion des grands prédateurs en France en sollicitant un rapport de la Cours des Comptes. Coût démesuré qui n’a son équivalent ni pour une autre espèce protégée (bien au contraire puisque c’est au détriment de toutes les autres), ni pour toute autre spécificité environnementale ou pas. Un réel cas d’école qui ne s’est jamais rencontré, et constitue de quoi s’interroger sur la place réservée au bon sens dans cette affaire.
Nos concitoyens qu’il s’agit d’informer objectivement par les faits, jugeront par eux-mêmes du niveau de gabegie atteint par les dépenses publiques dans ce domaine de préservation de la faune sauvage et ce au détriment des soutien financiers à d’autres secteurs publics qui sont en détresse (santé, éducation, social…).
– Thème transition écologique
La loi n°2016-1087 du 8/08/2016 dite de reconquête de la biodiversité précise en son article 69 que la dite loi offre la possibilité à des acteurs privés de créer et de gérer des sites naturels de compensation écologique par acquisitions d’espaces fonciers. Des campagnes de prospection foncière sont donc engagées avec des capitaux privés et s’inscrivent dans la logique encore une fois défendue par UICN/France, à savoir que plus de 17% des territoires doivent être réservés à la faune sauvage en excluent toute activité humaine.
Une piste plus animaliste qu’humaniste et qui acte la mise en route sans tabou de la marchandisation de la nature. Un bien triste constat qui sacralise davantage la spéculation financière que la biodiversité dont on sait le rôle positif majeur joué en sa faveur par le pastoralisme.
Comment ne pas voir que la nécessaire transition écologique que nous soutenons, est dévoyée en misant sur la privatisation des espaces naturels (que nous avons crées, préservés et entretenus nous-mêmes) en vue d’intégrer la « nature » dans les objets de spéculation financière. Spéculation financière qui fait, nous le voyons, tant de dégâts dans d’autres domaines. Comment ne pas percevoir que tout cela se fait au mépris des populations agricoles locales, du pastoralisme et in fine du citoyen.
En résumé nous constatons que la question actuelle de la cohabitation impossible, sans régulation forte des effectifs, entre le pastoralisme et le loup est une question citoyenne qui a des résonnances et des implications à beaucoup de niveau, du social au financier, du psychologique à l’écologique, de l’économique au tourisme, et qui interfère sur le devenir de la société humaine. »

Catégorie alpages, loup, pastoralisme, questions d'actualitéCommentaire (0)

Fête de la coquille St Jacques à villard de Lans

C’est une évidence ..la fête de la coquille St Jacques organisée à Villard de Lans a connu un véritable succès.. Toutes les coquilles , 37 tonnes ont trouvé preneurs et un camion bondés du noble coquillage déscendra dans la semaine en provenance de St Brieuc pour honorer les multiples commandes  et réservations non satisfaites.. Nul doute que le chiffre de 42 tonnes sera approché voire dépassé..

Le succès de cette fête née  » d’une idée folle » on le doit aux organisateurs de l’association cuisine et passion du Vercors, au bretons, à la commune de Villard de Lans, aux chefs mais surtout aux 160 bénévoles qui plusieurs jours durant ont abattu un boulot considérable et toujours avec le sourire, dans la convivialité.. toujours à l’écoute, toujours prêts à rendre service..Ils méritent vraiment un sacré coup de chapeau..

A travers les images ci dessous vous découvrirez la fête, ses animations mais aussi la foule qui s’est déversée à Villard.

La confrérie du bleu du Vercors sassenage étant par exemple toute heureuse de saluer le fondateur de la confrérie Christian Reymond.

La confrérie de la coquille St Jacques intronisant trois  » méritants » Yann Redor, Valérie Bonnavaud et Stéphane Hantz..

Et que dire du Président Claude Ruel intronisé chef..donnant des cours de cuisine..

Oui vraiment c’était une super fête que ce 11ème rendez vous de la mer et de la montagne..

Catégorie A la uneCommentaire (0)

Villard de lans sans coquilles!

La fête de la coquille St Jacques qui se déroule ce week-end à Villard de Lans, le port de montagne le plus important de France » a connu un premier jour de  » folie ».. Les 37 tonnes de coquilles St Jacques sont parties comme des  » petits pains ».

Il faut dire qu’il était prévu un arrivage de 42 tonnes mais les conditions marines ont empêché certains bateaux d’aller en mer.. Ce ne sont donc que 37 tonnes de coquilles St Jacques qui ont été débarquées à Villard..

Notre titre d’article qui se veut provocateur est exact… Ce dimanche soir il ne restera plus une coquille à villard…

Nous en sommes à la 11ème édition de cette fête qui rassemble la mer et la montagne et surtout les gastronomes, qu’ils soient cuisiniers, producteurs ou convives..

Plusieurs dizaines de chefs,  venus de toute la France, étoilés, meilleurs ouvriers de France ont tenu à participer à cette fête et surtout à cuisiner ce met noble qu’est la coquille.

L’ inauguration de la fête menée par le Président de cuisines et passions en Vercors, Claude Ruel, fondateur de la fête a vu de nombreux élus locaux et départementaux honorer cette fête autour de Chantal Carlioz maire de Villard de Lans et vice présidente du conseil Départemental en charge du tourisme. Inauguration haute en couleur par la présence de plusieurs confréries dont celles de la coquille St Jacques bien évidemment mais aussi du bleu du Vercors Sassenage, du St Marcellin, des côtes du Rhône…

Cette année le parrain est William JACQUIER MOF (Meilleur Ouvrier de France) en 1996 patron du restaurant le vivarais à Lyon.

Plutôt que de longs discours découvrons cette première journée en images



Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, Département de l'IsèreCommentaire (0)

Journée Internationale des Forêts,17 mars dans les Chambaran

Sans titre

Tournage sur bois, menuiserie, chantier de débardage et parcours en forêt autour des essences forestières locales seront certaines des animations prévues au programme le 17 mars prochain.

Cette manifestation avait réuni l’an dernier près de 500 visiteurs répartis sur les différents sites du massif : Roybon, Marnans, Saint-Michel-sur-Savasse, Grand-Serre et Thodure.

Catégorie forêtCommentaires fermés

Les aides à la conversion pour l’agriculture biologique sont et resteront versées sur une durée de 5 ans

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation tient à préciser que les aides à la conversion pour l’agriculture biologique sont et resteront versées sur une durée de 5 ans comme c’est le cas aujourd’hui. L’accompagnement des agriculteurs qui prennent le risque de passer en agriculture biologique est essentiel pour garantir son développement.

L’objectif de la France dans son programme Ambition Bio est de passer de 6,5% à 15% de surface agricole utile d’ici 2022 convertie en agriculture biologique. Cette ambition est également en cohérence avec l’objectif d’avoir 20% des aliments bio en restauration collective à la fin du quinquennat.

C’est plus de 1,1 milliard d’euros qui vont être mobilisés pour ces conversions et pour la structuration territoriale des filières afin de faire de la France le premier pays bio d’Europe.

Catégorie bioCommentaires fermés

Partenariat Bienvenue à la ferme – Crédit Agricole

Dans le cadre du Salon International de lAgriculture 2019, Bienvenue à la ferme et le Crédit Agricole ont signé une convention de partenariat.

Elle vise à fournir aux agriculteurs laccompagnement et les outils nécessaires pour développer leurs activités dagritourisme et de vente en circuits-courts.

Ce partenariat sinscrit dans un contexte de plus en plus connecté où les comportements de consommation évoluent rapidement.

R:\DATA_GEN\2019\DEAT_BAF\PARTENARIATS\Credit_Agricole\Signature\IMG-20190227-WA0005_w.jpg

Jean-Marie Lenfant, porte-parole Bienvenue à la ferme, Bertrand Corbeau, Directeur Général adjoint Développement, Client et Innovation Crédit Agricole SA, Claude Cochonneau, Président Assemblée Permanente des Chambres dagriculture

Ce partenariat répond à un objectif d’accompagnement approfondi des agriculteurs dans la diversification de leurs sources de revenus au travers d’une offre globale.

Concrètement, il repose sur plusieurs axes :

- Des avantages tarifaires pour les adhérents au réseau Bienvenue à la ferme :

  • Une offre monétique adaptée à la vente directe, facilitant les encaissements, que ce soit sur l’exploitation ou en mobilité (marchés, évènements, paiement sans contact ou par téléphone) sera proposée à des conditions tarifaires spécifiques pour les adhérents de la marque Bienvenue à la ferme.

- Une coopération renforcée entre les réseaux territoriaux de Bienvenue à la ferme et du Crédit Agricole :

  • Le Crédit Agricole met au service de Bienvenue à la Ferme son expertise en monétique pour appuyer les formations des conseillers des Chambres d’agriculture auprès des agriculteurs.
  • Bienvenue à la ferme apporte l’expertise des Chambres d’agriculture en matière de conseil et d’appui aux agriculteurs en circuits-courts et agritourisme aux clients du Crédit Agricole à travers des actions et outils diversifiés : guides, outils de communication clé en main, formations et conseil.

Par ailleurs, ce partenariat vise à proposer aux agriculteurs adhérents au réseau Bienvenue à la ferme de multiplier leurs canaux de visibilité, développer leur attractivité online et la présentation de leurs services (avec les packs e-vitrine et la nouvelle offre e-tourisme du Crédit agricole). Une attention toute particulière est portée aux jeunes installés.


À propos de Bienvenue à la Ferme

Créé en 1988 par les Chambres dagriculture, le réseau Bienvenue à la ferme et ses 8 000 agriculteurs adhérents ouvrent les portes de leurs fermes partout en France.

Faire ses courses, partager un moment convivial autour dun bon repas, passer un séjour à la ferme ou encore découvrir le travail des agriculteurs, Bienvenue à la ferme valorise la richesse de lagriculture française en offrant la possibilité de manger fermier tout au long de lannée avec l’offre « Mangez fermier » mais également de prolonger lexpérience à la ferme à travers les activités « Vivez fermier ».

Grâce au réseau, les agriculteurs partagent avec les visiteurs les valeurs qui leur sont chères : lécoute, la découverte, lauthenticité, la qualité, la convivialité, lattachement à leur territoire et la volonté de le faire vivre.

À propos du Crédit Agricole

Le groupe Crédit Agricole est le premier financeur de léconomie française et lun des tout premiers acteurs bancaires en Europe. Leader de la banque de proximité en Europe, le Groupe est également premier gestionnaire dactifs européen, premier bancassureur en Europe et troisième acteur européen en financement de projets.

Fort de ses fondements coopératifs et mutualistes, de ses 141 000 collaborateurs et 30 000 administrateurs de Caisses locales et régionales, le groupe Crédit Agricole est une banque responsable et utile, au service de 51 millions de clients, 10,1 millions de sociétaires et 900 000 actionnaires individuels.


Grâce à son modèle de banque universelle de proximité - lassociation étroite entre ses banques de proximité et les métiers qui leur sont liés -, le groupe Crédit Agricole accompagne ses clients dans leurs projets en France et dans le monde : banque au quotidien, crédits immobiliers et à la consommation, épargne, assurances, gestion dactifs, immobilier, crédit-bail, affacturage, banque de financement et dinvestissement.

Au service de léconomie, le Crédit Agricole se distingue également par sa politique de responsabilité sociale dentreprise dynamique et innovante. Elle repose sur une démarche pragmatique qui irrigue tout le Groupe et met chaque collaborateur en action.

Catégorie agriculture, grand angleCommentaires fermés

Assemblée Générale du syndicat des trufficulteurs:

L’assemblée générale du syndicat des trufficulteurs de l’Isère s’est tenue à Frontonas ce samedi 9 mars..

Sans titreL’activité de 2018 a été très dense et mérite d être déroulée..

Le syndicat a  bien entendu été présents sur plusieurs foires et salons gastronomiques :

Fête de la truffe à St Antoine l’Abbaye, fête de la coquille St Jacques à Villard de Lans, fête des fromages à Sassenage, foire aux dindes de Crémieu, foire gastronomique à Corps, foire aux champignons de Meylan..fête du Murçon à La Mure…

Une fois de plus le syndicat participé à la foire de Grenoble.

La foire de Grenoble est bien sûr un sacré challenge à relever..Demande un investissement  humain, en temps, financier important mais les retombées médiatiques, de communication et de promotion sont très importants..

En total partenariat avec la MFR de Vif, le syndicat a organisé deux sessions de formation qui se sont déroulées dans de très belles et bonnes conditions.. Les stagiaires étaient ravis de découvrir la truffe ses manières culturales, etc..Ils étaient une quinzaine..

Des séances de formation qui seront à nouveau organisées en 2019.

Une grosse activité également au niveau régional puisque le syndicat des trufficulteurs de l’Isère s’est  rapproché de la Fédération Auvergne Rhône-Alpes des trufficulteurs.

Le syndicat a également travaillé  avec deux structures «  truffes » de notre département : une association dans le Grésivaudan et une autre en nord Isère sur Crémieu..

Le site de référence de la truffe de l’ Isère : truffes38.com a généré en 2018 133 661 visites…en provenance de 36900 visiteurs différents.

Ce site est très attractif.. ..vus les chiffres.. Pour rappel 20800 visiteurs en 2017, L’année 2012 année de création du site : 5500 visiteurs

Les visiteurs viennent bien sûr en majorité de France mais on note des visiteurs des ETATS UNIS, CHINE Russie, Allemagne..et pour l’anecdote un visiteur du, Liberia, Tanzanie, Mongolie..Uruguay..

Il est à retenir que cette activité dense ne pourrait avoir lieu sans les aides du conseil Départemental de l’Isère qui croit beaucoup au développement de la truffe sur notre département.

Le département qui octroie sous certaines conditions des aides à la plantation. Pour ce une charte de bonne conduite est en cours d’élaboration et devrait être signée au cours de cette année 2019..

Des avantages de prix sont également d’actualité au niveau d’achats d’arbres avec les deux pépiniéristes partenaires du Syndica; Robin et Tenoux

Il a également été précisé que la truffe a bien entendu une production saisonnière et qu’il semble très utile que des produits transformés: huile, terrines etc à base de truffes de l’Isère puissent être proposés aux consommateurs..

Quand on écrivait une activité dense!!! Et ça continuera cette année.. Dès ce week-end du 16/17 mars le syndicat sera présent à la très originale et attendue fête de la coquille St Jacques qui se déroule à Villard de Lans.



Catégorie trufficultureCommentaires fermés

Villard de Lans: 11ème fête de la coquille St Jacques

Tout le week-end des 16 et 17 mars, la Coquille St Jacques est à l’honneur à Villard.  Pêche dédiée de 40 bateaux pour 35 tonnes de coquilles St Jacques acheminées, 50 grands chefs, animations musicales (initiation aux danses bretonnes), démonstrations, dégustations… Un rendez vous à ne pas manquer..

Rappelons nous que lors de l’édition précédente, la dixième plus de 37 tonnes de coquilles ont  » déferlé » sur Villard de Lans..

Cette année il en est prévu 35 tonnes mais nous sommes persuadés qu’il n’y en aura pas pour tout le monde, voilà pourquoi il est très recommandé de venir à Villard de Lans afin de les déguster.. Celles ci préparées par une cinquantaine de grands chefs invités par l’association Cuisine et passion en Vercors, organisatrice de l’évènement

Le parrain de cette édition sera:

William JACQUIER

A 13 ans, Williams Jacquier s’est entendu dire qu’il n’était bon à rien… N’en déplaise à ces messieurs, élu Meilleur Ouvrier de France en 1996, c’est aujourd’hui un chef reconnu à la volonté de fer.

C’est avec une ambition, que Williams se lança dans la course aux certifications et labels. En 2012, ses efforts sont récompensés car il obtiendra la certification « Bouchon Lyonnais« , celle de Ia chambre des commerces, Maître Restaurateur (2011-2012) ainsi que le célèbre label des Tôques Blanches (2010-2011). Toutes ces récompenses sont celles d’un travail passionné, acharné et de qualité déjà couronné du titre de MOF (Meilleur Ouvrier de France) en 1996.

Dans son restaurant Le Vivarais à Lyon ouvert en octobre 2010, il renouvelle sans cesse une carte résolument traditionnelle, qui fait la part belle aux lyonnaiseries, quenelles, tête de veau, cochon de lait rôti et autres cocottes du jour.Sans titre


Vous souhaitez en savoir plus, passer commande, voici les liens:

Découvrir la coquille

Les produits réservés en ligne sont à retirer exclusivement à

le 16 mars de 9h à 18h et le 17 mars de 9h à 12h.

Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

Le Vercors au salon de l’Agriculture:

Un public nombreux s’est pressé chaque jour (du 23 février au 3 mars) auprès des villardes, et des chevaux du Vercors de Barraquand, mais aussi pour mieux connaître le Bleu du Vercors-Sassenage AOP, goûter la vercouline et assister aux démonstrations de sa fabrication.
Cette année, le Syndicat Interprofessionnel du Bleu du Vercors-Sassenage (SIVER) a également proposé un temps de découverte de trois Bleus AOP de caractère de la région autour du célèbre fromager grenoblois, Bernard Mure-Ravaud, meilleur fromager du monde et meilleur ouvrier de France : le Bleu du Vercors-Sassenage, la Fourme de Montbrison et le Bleu de Gex Haut-Jura.

Le Vercors a remporté deux prix au Concours général agricole ! Celui des pratiques agro-écologiques prairies et parcours dans la catégorie Pâturage exclusif (2nd place) et au trophée des chevaux de territoire (2nd place). Reportez-vous aux articles ci-dessous.

Comment ne pas féliciter et remercier  les équipes mobilisées chaque jour pour représenter le Vercors au Salon : éleveurs, producteurs, élus et personnels du Parc du Vercors, du SIVER, de la Coopérative Vercors Lait, de l’Office du tourisme Vercors Drôme…


Prairies fleuries, le Vercors sur le podium

PRAIRIESFLEURIES_infolettre.jpgAu Salon International de l’Agriculture 2019, deux lauréats du concours local des prairies fleuries du Vercors, le GAEC des Ecureuils et le Gaec des Rapilles, concouraient au Concours Général Agricole des pratiques agro-écologiques prairies et parcours dans les catégories « Prairies pâturées » et « Prairies de fauche ».

Alain Francoz du Gaec des Rapilles a remporté la deuxième place au Concours Général Agricole des pratiques agro-écologiques prairies et parcours dans la catégorie Pâturage exclusif. Bravo également à Alexis Fanjas du GAEC des Ecureuils qui concourait dans la catégorie « Prairies pâturées ».

Ce concours permet la reconnaissance et la valorisation des pratiques et des savoir-faire qui témoignent d’un équilibre agro-écologique. Les lauréats ont vu leur diplôme remis par Didier guillaume ministre de l’agriculture.


Pour tout savoir de ces pratiques, visionnez le clip.


Le Cheval du Vercors de Barraquand gagnant au trophée des chevaux de territoire

CHEVAL_8066516599902830592_Infolettre.jpLa race chevaline montagnarde française le Cheval du Vercors de Barraquand, reconnue officiellement en juillet 2017 par le Ministère de l’Agriculture se présentait en 2018 pour la 1ère fois au Salon International de l’Agriculture.

Cette année, le Cheval du Vercors de Barraquand remporte l’épreuve attelée et remonte ainsi à la 2eme place au classement final du trophée des chevaux de territoire organisé par la SFET – Société Française des Équidés de Travail.
Bravo à lui, sa cavalière Marion Forestier et sa meneuse Blandine Angebaud pour cette brillante première participation au Concours Général Agricole !


Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, apicultureCommentaires fermés

Chambre d’agriculture de l’Isère: Jean claude Darlet, mandat renouvelé

Suite aux élections de janvier 2019, une session d’installation c’est déroulée sous la présidence de Lionel Beffre, préfet de l’Isère, en présence de Jean Pierre barbier et Robert Duranton, président et vice président en charge de l’agriculture.

Jean claude Darlet a été réélu président. Pour rappel il exerce le métier d’agriculteur depuis 1984 sur une exploitation agricole située dans le Sud Grésivaudan (22 ha en noyers AB et 40 ha de céréales).

Sont également élus:

1er vice président: Jérôme Crozat

2ème vice-président: André Coppard

3ème vice-président: Stéphane Tirard

4ème Vice -président: Pascal Denolly

Secrétaire: Jérémy Jallat

Secrétaires adjoints: Alexandre Escoffier, David Rivière, Jacqueline Rebuffet, Thierry Blanchet, Nadege Denis.



Catégorie agricultureCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2019
L Ma Me J V S D
« fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+