Archive | avril, 2019

Zone interdite à Beaucroissant!

À l’heure d’Internet et du e-commerce, rien ne semble pouvoir détrôner les foires commerciales dans le coeur des Français.

Chaque printemps, ils se pressent par centaine de milliers en ville comme à la campagne dans ces rassemblements populaires. Ophélie Meunier  présentratrice de l’émission et les équipes de «Zone Interdite» se sont plongées au coeur de deux foires aux ambiances incroyables !

Rendez-vous dans l’Isère à Beaucroissant pour assister à la plus ancienne foire de France. Celle de septembre va fêter son 800ème anniversaire.. Puis direction la foire internationale de Rennes en Ille-et-Vilaine pour l’évènement commercial le plus important de Bretagne. Enfin, cap sur Paris pour le fameux concours Lépine.

Florie Martin journaliste et son équipe a passé plusieurs jours à Beaucroissant pendant ce mois d’avril , dont le week-end de la foire, mais aussi au coeur de la campagne iséroise…

De nombreux reportages et interviews vont se succéder au cours de cette émission…Nous n’en dévoileront pas la teneur….

Juste une anecdote: Florie Martin a même du chausser les bottes lors d’une visite très matinale sur l’exploitation de Max Josserand!!!

Regardez ce dimanche 5 mai sur M6 à 21:00 le programme « Zone interdite »


Catégorie foire, foire de Beaucroissant, questions d'actualitéCommentaires fermés

Retrait et rappel de fromages Saint-Félicien et Saint Marcellin

Treize cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) dus à une infection à Escherichia coli de type O26 sont survenus chez des jeunes enfants, depuis le 21 Mars 2019, dans plusieurs régions. Les autorités sanitaires ont entrepris les investigations nécessaires afin d’identifier la source de contamination alimentaire à l’origine de ces cas et protéger les consommateurs.

D’après les premiers résultats des investigations, plusieurs de ces enfants ont consommé des fromages Saint-Félicien et Saint Marcellin avant le début de leurs symptômes.

Parmi ces enfants, 3 auraient un lien possible avec la consommation de fromages Saint Félicien et Saint Marcellin fabriqués par la Société Fromagerie Alpine à Romans-sur-Isère dans la Drôme. Par mesure de précaution, les autorités sanitaires ont décidé de procéder ce jour au retrait du marché des produits concernés et d’effectuer un rappel auprès des consommateurs.

Les produits concernés sont les suivants :

Marque sanitaire (estampille) : FR 26 181 001 CE
Dénomination des produits : SAINT- FELICIEN et SAINT MARCELLIN
Présentation : fromage entier de 180g (Saint-Félicien) 80g (Saint Marcellin)
Lots : tous les lots de l 032 à l 116
Marques commerciales : FROMAGERIE ALPINE, CARREFOUR, REFLET DE FRANCE, LECLERC, LIDL, AUCHAN, ROCHAMBEAU, PRINCE DES BOIS, SONNAILLES ET PREALPIN
Distribution : France entière

Les enseignes ayant distribué ces produits sont tenues d’informer leurs clients. Des affichettes seront notamment apposées sur les points de vente concernés.

La bactérie E. coli est naturellement présente parmi la microflore digestive de l’Homme et des animaux à sang chaud. Certaines souches d’E. coli sont pathogènes, et peuvent être responsables chez l’Homme de troubles variés allant d’une diarrhée bénigne à des formes plus graves comme des diarrhées hémorragiques ou des atteintes rénales sévères comme le SHU, principalement chez le jeune enfant.

Il est demandé aux personnes qui détiendraient les fromages concernés de ne pas les consommer – et plus particulièrement les jeunes enfants, femmes enceintes, personnes immunodéprimées et personnes âgées – et de les rapporter au point de vente où ils ont été́ achetés.

Les personnes qui en auraient consommé et qui présenteraient des symptômes de type diarrhées, douleurs abdominales ou vomissements doivent consulter, au plus vite, leur médecin traitant en mentionnant cette consommation et le lien possible avec la bactérie Escherichia coli.

En l’absence de symptôme dans les 10 jours après la consommation des produits concernés, il est inutile de s’inquiéter et de consulter un médecin.

Les investigations épidémiologiques, microbiologiques et de traçabilité alimentaire se poursuivent pour déterminer la source d’infection des différents cas par Escherichia coli de type O26.

Santé Publique France, en lien avec le Centre national de référence (CNR) des Escherichia coli poursuit également la surveillance renforcée des syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) qui peuvent survenir à la suite de la consommation de produits contaminés par la bactérie Escherichia coli de type O26 pour détecter d’éventuels nouveaux cas .

D’une façon générale, les autorités sanitaires rappellent que par précaution le lait cru et les fromages à base de lait cru ne doivent pas être consommés par les jeunes enfants ; il faut préférer les fromages à pâte pressée cuite (type Emmental, Comté, etc.), les fromages fondus à tartiner et les fromages au lait pasteurisé.
La même recommandation doit être suivie pour les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées et les personnes âgées.

La société Fromagerie Alpine a mis en place un numéro d’appel, le 04.75.70.01.01.

Plus d’information sur les SHU et sur la bactérie Escherichia coli :

http://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/syndrome-hemolytique-et-uremique-shu

http://invs.santepubliquefrance.fr//fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Risques-infectieux-d-origine-alimentaire/Syndrome-hemolytique-et-uremique

http://agriculture.gouv.fr/ecoli-quest-ce-que-cest

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

COUPE DU MONDE FÉMININE DE FOOTBALL FIFA FRANCE 2019

À 6 semaines du coup d’envoi de la Coupe du monde football féminine, les
représentants du monde touristique et commercial de l’agglomération
grenobloise se sont réunis à l’Office de tourisme métropolitain, à l’invitation
de Grenoble-Alpes Métropole, pour un point d’étape avant le début de la
compétition au Stade des Alpes.

L’ensemble des acteurs sont pleinement mobilisés
pour accueillir les nombreux touristes, visiteurs et personnels de la compétition
qui découvriront le territoire grenoblois pendant cet événement international.

Depuis plus d’un an, la métropole grenobloise se prépare à l’accueil de la 8e Coupe du monde
féminine de football de l’histoire. En se jouant pour la première fois en France, l’un des pays phare
du football dans le monde, cet événement planétaire exceptionnel et hors-norme va installer
durablement le football féminin dans le paysage sportif mondial.

La FIFA, organisatrice de la compétition, table ainsi sur plus d’un milliard de téléspectateurs au
total qui assisteront aux 52 matches disputés dans les 9 villes et métropoles hôtes de l’Hexagone
du 7 juin au 7 juillet 2019. Un chiffre en hausse de 40% par rapport à la précédente compétition
qui se déroulait au Canada. Pour tous les territoires accueillant cette compétition, l’enjeu est
donc de taille, tant en termes de visibilité médiatique que de qualité d’accueil.

AMBASSADEURS DU TERRITOIRE

Les acteurs du tourisme et du commerce du territoire grenoblois l’ont bien compris, qui se
sont manifestés et mobilisés dès l’annonce de la candidature métropolitaine à la réception
de la compétition sur son sol. Une mobilisation qui n’a pas failli depuis.
Hôteliers, restaurateurs, commerçants et plus généralement acteurs du monde du tourisme,
tous ont répondu présents, prêts à se faire ambassadeurs du territoire pour accueillir dans
les meilleures conditions les milliers de supporters, membres de délégations sportives,
personnels de la compétition, représentants des médias et autres visiteurs particuliers
ou professionnels qui viendront sur le sol grenoblois à l’occasion des 5 matchs organisés au
Stade des Alpes du 9 au 22 juin 2019.

Dès les premiers échanges avec la FIFA, le monde économique local s’est manifesté aux côtés
de la Métropole comme un partenaire enthousiaste et engagé. De nombreuses réunions de
préparation et temps d’échanges ont eu lieu depuis.

DE NOMBREUSES ACTIONS POUR ACCUEILLIR LES VISITEURS DU MONDE ENTIER

Cette rencontre du 26 avril, à six semaines du coup d’envoi de la compétition, marque un temps
particulier, visant à présenter à l’ensemble des partenaires les actions concrètes mises en
place pour parfaire à la fois l’accueil des visiteurs venant du monde entier et l’expérience
du public local, très impatient.
Un dépliant touristique spécifique a ainsi été créé, contenant à la fois des informations pratiques
et des propositions de visites spécifiques du territoire organisées par l’Office de tourisme
métropolitain ; les hôteliers, restaurateurs, commerçants sont pour leur part destinataires
d’un document précisant les modalités d’accueil des visiteurs des différentes nations
sélectionnées pour la compétition ; la ville de Grenoble sera très prochainement pavoisée aux
couleurs de la Coupe du monde et des cheminements piétons seront matérialisés au sol pour
se rendre au stade, notamment depuis la gare, en passant par le centre- ville et les quartiers
commerçants ; à l’initiative de l’Office de tourisme métropolitain, des bénévoles du territoire
seront présents sur des lieux stratégiques (gare, centre-ville…) les veilles et jours de matchs
pour renseigner et orienter les visiteurs ; les Unions commerçantes préparent de leur côté
un vaste programme d’animation destiné à animer les commerces et rues de la ville ; elles ont
reçu à cette occasion un kit contenant quelques éléments de décoration et d’information
(affiche officielle de la Coupe du Monde, drapeaux, flyers..) pour leurs établissements.

La Métropole a également présenté à cette occasion le plan Mobilité déployé sur le territoire
lors des jours de matchs et le Village officiel d’animations de la Coupe du monde (“FIFA Fan
Fest”) qui sera gratuit et ouvert au public du 7 au 23 juin à proximité immédiate du Stade des
Alpes, sur l’anneau de vitesse du parc P. Mistral.

Catégorie La Métro, sportCommentaires fermés

2019, année « anniversaires » pour les foires de Beaucroissant

Une petite foire qui à tout d’une grande !

Un anniversaire à fêter comme il se doit 2019 sera une année marquante dans l’histoire de la foire de Beaucroissant. En effet, les 27 et 28 avril se tiendra la 50ème édition de ce rendez-vous incontournable qui préfigure l’arrivée de la Grande foire – fin septembre – qui elle fêtera son 800ème anniversaire. Une édition…

Un anniversaire à fêter comme il se doit

2019 sera une année marquante dans l’histoire de la foire de Beaucroissant. En effet, les 27 et 28 avril se tiendra la 50ème édition de ce rendez-vous incontournable qui préfigure l’arrivée de la Grande foire – fin septembre – qui elle fêtera son 800ème anniversaire. Une édition que le conseil municipal de la commune se devait de fêter avec la création d’une nouvelle image de la foire et d’un nouveau logo.

La petite foire en quelques mots

Sur la commune de Beaucroissant, la petite foire regroupe plus de 800 exposants et reçoit 250 000 visiteurs, sur une superficie de 20 hectares et autant de parkings. Petite soeur de la foire d’automne, elle se tient pendant deux jours, le week-end d’avril le plus proche de la Saint Georges. Née en 1836 par ordonnance royale, tombée ensuite en désuétude, elle est relancée en 1970 par le conseil municipal et depuis n’a plus cessé son activité. La foire accueille professionnels et grand public.

Elle est structurée autour d’une foire au bétail et de stands en matériels agricoles, d’un espace réservé aux petits animaux et d’une exposition de chiens, auxquels s’ajoutent un marché aux plantes, une allée des artisans créateurs, un espace couvert dédié à l’habitat.

Une foire envers et contre tout ?

Malgré des contraintes sanitaires et sécuritaires de plus en plus complexes et lourdes – plus de 120 000 €/an pour la sécurité – personne ne peut imaginer la disparition de ces deux rendez-vous annuels. « Ce qu’aiment les gens ce sont surtout les animaux et l’on voit plusieurs générations qui circulent ensemble sur la foire, comme si elles allaient au spectacle !

À cela s’ajoute la partie animation avec de nombreux manèges et commerces en tout genre, mais aussi la présence de longue date de figures incontournables tels que les bonimenteurs. N’oublions pas enfin la partie professionnelle et négoce agricole, où beaucoup de transactions s’effectuent », souligne Antoine Reboul, Conseiller municipal à la Mairie de Beaucroissant.

Un vecteur économique incontournable

La foire est une initiative municipale qui est portée par toute une commune depuis l’origine. Elle rayonne très largement en dehors du territoire puisque des exposants de toute la France sont présents, avec toutefois une forte représentativité du grand Sud Est de la France. Elle n’est pas une source de bénéfices pour la commune et ce n’est pas le but recherché, mais permet le financement de deux agents municipaux supplémentaires toute l’année, au service des habitants.

Une nouveauté pour fêter la 50ème foire de printemps.

Découvrez sur l’allée 14 un espace dédié aux artisans créateurs locaux.
Une quinzaine d’exposants Isérois vous proposerons de découvrir ce qu’ils conçoivent et fabriquent eux-mêmes.
Vous pourrez y trouver des vêtements, des accessoires de mode pour petits et grands, des savons, des bougies, de la décoration, des objets en bois, des bijoux et une multitude de trésors et idées cadeaux en tout genre.

Présent pour la deuxième année, le marché au plantes, rassemble dans un espace dédié les exposants du domaine de l’horticulture. L’arrivée du printemps est le moment idéal pour s’occuper de son jardin, colorer son intérieur avec de jolies fleurs ou planter des légumes

Catégorie A la une, foires et fêtesCommentaires fermés

Une partie du département de l’Isère en vigilance sécheresse

Le préfet de l’Isère a réuni le comité départemental de l’eau le 18 avril 2019. Le déficit de
pluies cet hiver sur le Nord du département n’a pas permis la bonne recharge des nappes
souterraines, qui sont déjà en déficit marqué alors que la saison de végétation commence
et que les sols sont secs. Certains cours d’eau sont déjà à des niveaux bas.

Les prévisions de Météo France annoncent par ailleurs un printemps chaud.
Le préfet de l’Isère a ainsi décidé de placer les cours d’eau et les nappes de la
moitié nord du département en vigilance au titre de la sécheresse. Les bassinsversants
concernés sont les suivants : Bourbre, Est-Lyonnais, Quatre Vallées,
Bièvre-Liers-Valloire, Galaure-Drôme des Collines, Paladru-Fure, Isle Crémieu, Sud
Grésivaudan, Chartreuse-Guiers, et Molasse.
La vigilance ne s’accompagne d’aucune mesure de restriction mais chaque citoyen et
chaque usager est invité à être vigilant et économe dans sa consommation d’eau. Faire
preuve de civisme dans sa consommation quotidienne d’eau c’est préserver pour chacun
les biens précieux que sont la ressource en eau et les milieux aquatiques.
Par ailleurs la nappe de l’Est Lyonnais, aux confins du département de l’Isère, limitrophe
avec le département du Rhône, est à des niveaux très bas. Le préfet a décidé de placer
cette nappe en alerte sécheresse, en continuité avec la situation dans le Rhône, ce qui
signifie que des usages de l’eau seront limités. 5 communes sont concernées en Isère :
Charvieu-Chavagneux, Heyrieux, Janneyrias, Valencin, Villette-d’Anthon.
La situation d’alerte impose les restrictions suivantes sur les usages de l’eau :
• Pour tous :
◦ Interdiction du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
◦ Interdiction du remplissage des piscines de plus de 5m³ à usage privé ;
◦ Interdiction d’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des
jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs, de 9H00 à
20H00 ;
◦ Réduction de moitié du débit dérivé alimentant les plans d’eau et des étangs
par rapport au débit dérivé autorisé ;
◦ Interdiction de manoeuvrer des ouvrages hydrauliques entraînant des lâchers
d’eau ;
◦ Interdiction d’effectuer des travaux dans le lit du cours d’eau destinés à
accroître ou maintenir le prélèvement.
• Pour les communes :
◦ Interdiction de laver les voiries ;
◦ Interdiction de faire fonctionner les fontaines publiques en circuit ouvert sur
l’eau potable.
Pour l’agriculture :
◦ Baisse de 15 % des prélèvements agricoles autorisés pour l’irrigation, pour les
autres prélèvements (hors irrigation ou assimilés domestiques) interdiction de
prélever de 9h à 20h.
• Pour l’industrie :
◦ Respect du niveau 1 de restriction sécheresse explicité dans les arrêtés
individuels d’autorisation d’exploitation des industriels (installations classées
pour la protection de l’environnement).
• Pour les gestionnaires de réseau d’eau potable :
◦ Renforcement du suivi des niveaux des captages et des forages d’eau potable,
transmission des données à l’administration.
Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable peuvent être
limités par arrêté municipal.

Catégorie eauCommentaires fermés

Agriculture et transition énergétique dans le Vercors

Le Parc naturel régional du Vercors et les chambres d’agriculture de l’Isère et de la Drôme ont proposé le 17 avril dernier une journée pour échanger sur la transition énergétique aux agriculteurs du Vercors.

Dans le cadre du projet territoire à énergie positive du Vercors (TEPos), le Parc souhaite apporter des éléments de réponse aux questions que de nombreux agriculteurs se posent, et imaginer avec eux quelle peut être la place de l’agriculture dans ce projet de transition énergétique.

Il en ressort que le solaire photovoltaïque en toiture de bâtiments agricoles est une question importante sur laquelle les agriculteurs ont besoin d’accompagnement. La méthanisation reste encore aujourd’hui très difficilement rentable économiquement et complexe à mettre en œuvre pour les petites exploitations de montagne. D’intéressantes économies d’énergie sont possibles dans les salles de traite à l’aide d’échangeurs de chaleur ou de panneaux solaires thermiques, surtout si l’exploitation possède un atelier de transformation.

Catégorie énergiesCommentaires fermés

Noix de Grenoble: actualité commerciale délicate

La noix de Grenoble est malmenée en ce moment… En cause les déclarations d’un professeur qui a précisé que les traitements sanitaires sur les noyers provoquaient des cancers et une actualité commerciale délicate.

Nous avons fait le point dernièrement avec Yves Renn, président de coopenoix,  concernant l’étude  » médicale » aujourd’hui abordons le dommaine commercial.

Les propos introductifs d’Yves Renn sont très clairs:  » si l’année 2017 a été très positive, pour la campagne 2018 il y a , c’est net, un changement de contexte ».

Les orientations du marché mondial ont évolué avec deux facteurs essentiels: le chili a produit 130 000 tonnes de noix de très bonne qualité et a proposé des prix inférieurs de 70 centimes d’euros par rapport à l’année précédente. Les Etats Unis avec 600 000 tonnes de noix ont proposé des prix à l’export inférieurs de 1 euro et ce dès le début de la saison .

Coopenoix a du faire face à cette politique très agressive en   » en baissant ses prix de 40 cts  » et Yves Renn de ne pas comprendre pourquoi les produits qui entrent en Europe ne sont pas taxés afin de mieux réguler les marchés.

De plus outre les volumes importants toutes origines confondues mis en marché il est à noter une baisse sensible de la consommation de noix en Europe.

 » La noix est considérée comme un produit de luxe et en cette période ou le pouvoir d’achat est en baisse généralisée le consommateur préfèrera axer ses dépenses sur les produits de première nécessité même s’ils savent que la noix a des vertus positives sur la santé. »

Yves Renn rajoute, si la fin d’année 2018 a été correcte du fait que l’on a honoré les contrats signés avec nos clients habituels, depuis le début d’année 2019 les volumes commercialisés sont inexistants malgré une  nouvelle baisse des prix de 30 à 40 % pour se remettre dans le contexte de la concurrence.

Une concurrence qui pourrait être franco française..  » Les producteurs du Périgord ont mené une politique de prix agressive en baissant leurs prix de 70cts.. Ils ont écoulé 55 % de leur production alors que nous on en a écoulé 70%… « 

Cela n’empêche, le président de Coopenoix est clair: nous aurons environ 500 tonnes de noix de report en plus du report stratégique.

Les producteurs ont bien sûr étés informés de ce contexte défavorable,  » en réunions de secteurs nous avons été totalement transparents.. tout en étant pas alarmistes car Coopenoix a les reins solides pour passer ce cap »..

Il est évident également que la distribution ne joue pas le jeu car si les prix payés au producteurs ont chuté de 30 à 40 cts du kilo on  ne peut hélas pas dire que cela c’est répercuter sur les étals..  » Il faudra aussi relancer le marché français et étudier le marché à l’exportation pour mieux cibler les consommateurs, mieux les comprendre » estime Yves Renn..

Autre piste étudiée: le marché du cerneau, certes il est de niche et il ne subit aucun contrôle. C’est un marché hyper concurrentiel et le marché français est totalement désarmé face à cette problématique..

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

LA MÉTROPOLE DE GRENOBLE REÇOIT UN SOUTIEN DE 100 MILLIONS D’EUROS DE LA BEI POUR FINANCER SES PROJETS DANS LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE

À l’occasion d’un déplacement à Grenoble, le Vice-Président de la Banque Européenne d’investissement, Ambroise Fayolle, a confirmé l’engagement du Conseil d’Administration de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) d’accorder à Grenoble-Alpes Métropole un prêt de 100 millions d’euros dont les premiers versements ont déjà commencé.
Cela démontre le fort engagement de ces deux partenaires dans les actions en faveur du climat et de l’environnement au travers des financements de projets estampillés « climate action ».
Ce prêt permettra à Grenoble-Alpes Métropole de s’inscrire pleinement dans sa perspective tracée, celle de la transition énergétique et écologique, traduit au travers du Plan Air Energie Climat métropolitain et conditionnant son approche de l’ensemble de ses politiques et notamment des services publics locaux de l’eau, de l’énergie, de la collecte, du traitement et de la valorisation des déchets. Il s’agit par exemple d’améliorer l’approvisionnement en eau potable, le traitement des eaux usées et la gestion des eaux pluviales de la population (450 000 habitants et 49 communes).

L’intervention de la Métropole se manifeste également sur le volet énergétique avec par exemple la mise en place d’un nouveau réseau de chaleur urbain de haute efficacité et le remplacement d’une chaudière fioul par une chaudière bois-énergie format XXL pour le réseau de chaleur principal, l’enfouissement de lignes électriques mais également le renouvellement des bennes à ordures ménagères par des véhicules roulant au gaz naturel.
Autant d’interventions pour améliorer le quotidien et la qualité de vie des métropolitaines et métropolitains.

Le coût total des projets est estimé à 237 millions d’euros pour
lesquels la BEI contribue de façon significative.

Grenoble-Alpes Métropole et la banque de l’Union Européenne renouvellent
leur engagement fort en faveur de la lutte contre le changement
climatique, l’une des priorités d’investissement sur le territoire
métropolitain s’agissant de la Métropole comme dans l’ensemble des
Etats membres de l’UE s’agissant de la BEI, tout en démontrant une
volonté d’apporter, au coeur des territoires, des solutions concrètes à
l’ensemble des citoyens métropolitains et européens.

« La BEI est l’institution publique multilatérale la plus importante au
monde pour la lutte contre le changement climatique avec bientôt
près de 30% de ses financements dédiés à cette action, a commenté
Ambroise Fayolle, Vice-Président de la Bei. Nous sommes fiers de pouvoir
accompagner la Métropole de Grenoble, qui est exemplaire dans ce
domaine. La banque de l’Union européenne est aux côtés des Européens
pour soutenir leurs efforts en faveur de la transition écologique ».

Le Vice-Président Raphaël Guerrero accueille avec enthousiasme ce
partenariat et indique « avec plus de 70 % de dépenses d’investissement
du budget 2019 consacré à la transition énergétique et écologique, la
Métropole de Grenoble est résolument tournée vers l’amélioration de la
qualité de vie des habitants ».

Catégorie La MétroCommentaires fermés

Lans en Vercors: rencontre forêt

Le Centre Régional de la Propriété Forestière Auvergne Rhône-Alpes et le Groupement des Sylviculteurs des 4 Montagnes invitent les propriétaires forestiers à une réunion d’information et d’échange sur :

Les organismes de la forêt privée – La gestion durable des forêts

La règlementation des coupes – Les aides aux investissements

Vendredi 26 avril 2019, à 19 h 15

Rendez-vous salle des fêtes de Lans en Vercors, 296 route de l’Aigle

Programme :

  • 19h15-19h30 : accueil des participants. Entrée libre et gratuite
  • 19h30 – 20h15 : Présentation des organismes de la forêt privée par le Groupement des Sylviculteurs Vercors 4 Montagnes. Quelles responsabilités et assurances nécessaires en forêt ?

Présentation par le CRPF : documents de gestion durable, règlementation des coupes, aides aux investissements.

  • 20h15 – 20h45 Echange, questions/réponses. Quelles sont vos attentes en tant que propriétaires forestiers ?
  • 20h45 – 21h00 : Verre de l’amitié offert par le GS4M.

Nous vous remercions de vous inscrire pour faciliter l’organisation, auprès de Denis Pellissier par mail denis.pellissier@crpf.fr ou par téléphone au 06.08.36.61.95 (laisser un message si indisponible), ou auprès des correspondants du GS4M : M Daniel Moulin, daniel.moulin38@gmail.com ou M André-Jacques Thorrand  ajthorrand@orange.fr.

Catégorie forêt, forêt du VercorsCommentaires fermés

LE GROUPE PROVENCIA A RÉUNIT SES PRODUCTEURS RÉGIONAUX ET LOCAUX

Depuis 1963, le groupe Provencia collabore étroitement avec des centaines de producteurs régionaux et locaux en région Rhône-Alpes, renforçant leurs relations fidèles par de nombreuses actions menées chaque année.

Des allées bondées, des étals de produits régionaux richement achalandés – mais ici ne trônent pas seulement les fromages et charcuteries, l’offre régionale est bien plus vaste que cela – des poignées de mains, des retrouvailles et des saveurs… nous voilà au Salon des Produits Régionaux du groupe Provencia, premier rendez-vous de l’année  qui a été organisé le 09 avril à Annecy-le-Vieux !

Véritable levier de découverte, ce salon a rassemblé les représentants des 41 magasins du Groupe et plus de 100 fournisseurs régionaux !

Le Salon des Produits Régionaux : 106 producteurs, un marché professionnel inédit !

pro

Rendez-vous réservé aux seuls salariés du Groupe et à une centaine de ses plus fidèles fournisseurs – sans oublier les nouveaux pour lesquels ce grand bain permet de se faire connaître des Directeurs et Managers de rayons de l’ensemble des magasins du parc – c’est l’incontournable et annuelle place de rencontres, d’échanges et de dégustations de Produits Régionaux distribués à l’année par Provencia.
Ici, on sélectionne ce qui sera distribué en rayons à la saison prochaine, on crée du lien, on se retrouve et on échange, entre collaborateurs et souvent, entre amis.

Ce premier temps fort de l’année permet de renforcer les liens déjà pérennes entre le groupe régional de distribution et ses nombreux fournisseurs issus du terroir. Une histoire qui dure depuis 56 ans déjà, et qui se perpétue au fil de l’histoire du distributeur.

Exclusivités et nouveautés 2019

En 2019 et en exclusivité, 106 fournisseurs (6 de plus qu’en 2018) ont présenté leurs produits, distribués pour certains en exclusivité dans les 41 magasins de l’enseigne dès juin prochain, à l’instar de la société régionale Glaces des Alpes (leurs glaces artisanales habituellement distribuées en réseau pro sont vendues exclusivement chez Provencia en GMS), du Fort des Rousses (avec son Comté 25 mois spécialement affiné pour le Groupe), de la Coopérative Laitière de Haute Tarentaise (avec un Beaufort de 12 mois).
Dans les nouveautés présentées sur le Salon, on retiendra l’assortiment exclusif de pâtisseries fraîches « Délices de Violette » et l’offre de viandes de Procared désormais identifiée sous la marque « L’Atelier de Gustave » (en clin d’oeil à Gustave Rosnoblet, fondateur du groupe Provencia).
Ultime nouveauté enfin, la jeune et dynamique entreprise haut-savoyarde Potpotam a présenté sa gamme de petits pots pour enfants frais et haut de gamme !

Pour découvrir les magasins du groupe Provencia:

https://www.provencia.fr/

Catégorie agro-alimentaireCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

avril 2019
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+