Archive | juin, 2019

Pollution: circulation différenciée sur l’agglo Grenobloise

L’épisode de pollution estivale à l’ozone en cours dans le département de l’Isère a gagné en intensité dans les deux bassins déjà touchés (Bassins Grenoblois et Lyonnais-Nord Isère). En anticipation du franchissement du seuil d’alerte de niveau 2, et après consultation du comité d’experts et des élus comme le prévoit l’arrêté cadre du 2 janvier 2018, le préfet de l’Isère a décidé de renforcer les mesures de l’arrêté du 24 juin 2019.

Les principales mesures d’urgence nouvelles permettant de répondre de manière spécifique à cet épisode et réduire les émissions de polluants sont les suivantes :

Mesures additionnelles relatives au secteur du transport :

  • La circulation différenciée est instaurée dans le périmètre de Grenoble-Alpes Métropole. Les véhicules autorisés à circuler au sein du périmètre de la métropole de Grenoble sont les véhicules affichant un certificat qualité de l’air (vignette Crit’Air) de classe « zéro émission moteur », ou de classe 1, ou de classe 2, ou de classe 3. Ne sont donc pas autorisés à circuler les véhicules affichant un certificat de classe 4 ou 5, ou sans certificat ;

  • Le périmètre d’application de la mesure de restriction de la circulation est constitué par les communes constituant Grenoble Alpes-Métropole en excluant l’A41S, l’A480, l’A51, l’A48, l’A49, la rocade sud (RN87) et la RN85.

  • La circulation des véhicules ne disposant pas de certificat qualité de l’air (vignette Crit’Air) est interdite dans le reste du bassin grenoblois et le bassin Lyonnais/Nord-Isère. Tous les véhicules équipés de la vignette pourront y circuler, quelle que soit la classe de leur certificat ;

  • Une dérogation à la restriction de circulation est mise en place pour les véhicules d’intérêt général (art. R.311-1 du code de la route), les véhicules des forces armées et les véhicules des associations agréées de sécurité civile, ainsi que les transports en commun ;

  • Les automobilistes n’ayant pas encore acquis leur vignette Crit’air peuvent effectuer leurs démarches en ligne sur le site https://www.certificat-air.gouv.fr/ Un récépissé leur sera immédiatement délivré et pourra être présenté en cas de contrôle.

  • L’abaissement de la vitesse maximale autorisée de 20 km/h reste en vigueur.

Le préfet a demandé aux forces de l’ordre de s’assurer du respect de ces mesures par les automobilistes au moyen de contrôles renforcés de la circulation automobile.

Les mesures concernant la circulation différenciée prendront effet à compter du 27/06/2019 à 5h00 du matin.

UN NUMÉRO UNIQUE D’INFORMATION A DESTINATION DES AUTOMOBILISTES EST MIS EN PLACE A PARTIR DU JEUDI 27 JUIN, DE 7h A 17h AU :

0 800 000 638

Pour connaître de manière exhaustive l’ensemble des mesures de l’arrêté préfectoral du 24 juin 2019 dans les autres secteurs que la circulation automobile, consulter le site de la préfecture à l’adresse suivante :

www.isere.gouv.fr

Liste des communes composant la métropole de Grenoble Alpes Métropole

Bresson (38057)
Brié-et-Angonnes (38059)
Champagnier (38068)
Champ-sur-Drac (38071)
Claix (38111)
Corenc (38126)
Domène (38150)
Échirolles (38151)
Eybens (38158)
Fontaine (38169)
Fontanil-Cornillon (38170)
Gières (38179)
Grenoble (38185)
Le Gua (38187)
Herbeys (38188)
Jarrie (38200)
Meylan (38229)
Miribel-Lanchâtre (38235)
Montchaboud (38252)
Mont-Saint-Martin (38258)
Murianette (38271)
Notre-Dame-de-Commiers (38277)
Notre-Dame-de-Mésage (38279)
Noyarey (38281)
Poisat (38309)
Le Pont-de-Claix (38317)
Proveysieux (38325)
Quaix-en-Chartreuse (38328)
Saint-Barthélemy-de-Séchilienne (38364)
Saint-Égrève (38382)
Saint-Georges-de-Commiers (38388)
Saint-Martin-d’Hères (38421)
Saint-Martin-le-Vinoux (38423)
Saint-Paul-de-Varces (38436)
Saint-Pierre-de-Mésage (38445)
Le Sappey-en-Chartreuse (38471)
Sarcenas (38472)
Sassenage (38474)
Séchilienne (38478)
Seyssinet-Pariset (38485)
Seyssins (38486)
La Tronche (38516)
Varces-Allières-et-Risset (38524)
Vaulnaveys-le-Bas (38528)
Vaulnaveys-le-Haut (38529)
Venon (38533)
Veurey-Voroize (38540)
Vif (38545)
Vizille (38562)


Catégorie pollutionCommentaires fermés

Echo des Montagnes 2019 arrive …

Alors que les vallées souffrent de la chaleur nous vous offrons une destination fraicheur dans un écrin pastoral au Lac de Grand Maison pour retrouver l’édition 2019 de l’Echo des Montagnes

Ca commencera le samedi 29 juin à partir de 15h30 pour découvrir avec les chasseurs de l’ACCA de Saint Alban des Villards et de Saint Colomban des Villards une exposition sur les conditions de sécurité à la chasse et sur la faune de nos milieux montagnards et nous retrouverons aussi l’ONF pour nous parler des arbres des milieux alpins.

Ce sera aussi l’occasion d’un goûter gourmand bercé par le son des cloches des troupeaux qui rejoignent les sommets pour passer la belle saison.

En fin de journée, nous proposons une veillée gourmande et musicale avec l’accordéon de Sylvestre le Menestrel sous chapiteau (réservation conseillée à l’Office du Tourisme de l’Espace Glandon).

Viendra alors le dimanche, très belle journée ensoleillée et champêtre avec un programme riche… bar à lait, fabrication de crème à base de plantes locales, fabrication de beurre, ateliers créatifs, construire sa cabane, démonstration de chien de troupeau avec des oies, dialogue avec un troupeau, marché artisanal et gourmand, buvette, repas (réservation conseillée) sous chapiteau, musique, tartines gourmandes, tour de poneys ….

Une journée sous le signe de la convivialité et de la détente où petits et grands profiteront d’un programme adapté et participatif avec en toile de fond le Lac de Grand Maison… Faut il rappeler que nous sommes en altitude et que la fraîcheur sera la bienvenue..

Alors vous aussi osez l’alpage et rejoignez nous …

Catégorie alpagesCommentaires fermés

6 juillet: MondéeLyre

mondée

Catégorie La MondéeCommentaires fermés

EDF Hydro : Sécurité du public aux abords des cours d’eau

La campagne Hydroguides, clé de voûte du dispositif de prévention d’EDF Hydro

En été, l’affluence des touristes, pêcheurs, baigneurs, randonneurs et amateurs de sports d’eau, nécessite de renforcer l’information sur le fonctionnement des installations hydroélectriques et de rappeler les règles de prudence à leur proximité.
A cette fin, 15 étudiants sillonneront à partir du 27 Juin 2019 l’Isère et le nord de la Drôme afin de sensibiliser les promeneurs, touristes, pêcheurs au risque de variation de débit lié au fonctionnement des aménagements hydroélectriques d’EDF, transmettre les règles de prudence et faire connaître l’activité d’EDF Hydro sur le territoire.
Ces ambassadeurs d’EDF seront également présents sur les lieux de villégiature (campings, centres de vacances, clubs et associations de sports d’eau) et réaliseront des animations autour de la sécurité lors d’évènements culturels et sportifs.
Leurs observations terrain et leur travail de prévention auprès du public contribuent à améliorer le dispositif de sécurité des tiers d’EDF Hydro.
Plus de 15 000 contacts sont ainsi réalisés en Isère et dans le nord de la Drôme chaque été et ceci depuis plus de 20 ans.
Les équipes d’hydroguides s’intègrent en effet à un dispositif plus large de prévention et de sensibilisation car la sécurité du public aux abords de ses aménagements hydroélectriques représente une priorité pour EDF.
Dans ce cadre, le groupe déploie chaque année durant la période estivale une vaste campagne « Calme apparent, risque présent ». Ainsi, une documentation spécifique est diffusée largement et des encarts publicitaires paraissent dans la presse dont sillon38.com
De plus, tout au long de l’année, les écoles primaires peuvent bénéficier gratuitement de conférences d’information sur l’hydroélectricité. Sans oublier, l’installation systématique de panneaux aux abords des rivières… des panneaux dont justement les hydroguides ont pour mission de rappeler l’importance des messages qui y sont indiqués.
edfLA SÉCURITÉ : UNE PRÉOCCUPATION MAJEURE POUR EDF
Retrouvez toutes les consignes de prudence sur notre site www.edf.fr/calme-apparent-risque-present !

Catégorie eau, hydrauliqueCommentaires fermés

Le développement de l’ambroisie est alarmant

La situation de l’ambroisie continue de se dégrader : la dernière étude de l’Observatoire Régional de la Santé fait état du nombre record de 660 000 personnes souffrant du pollen d’ambroisie et d’un doublement des coûts de santé associés, s’élevant maintenant à 40 millions deuros en Auvergne Rhône-Alpes.

Les 2/3 de la population Auvergne-Rhône-Alpes, soit 5,2 millions de personnes, sont exposés à un risque allergique important**. Cette aggravation est l’exact reflet du désintérêt persistant de l’administration et de la plupart des élus.

A l’occasion de la journée internationale de l’ambroisie du 22 juin 2019, Stop Ambroisie  a proposé aux pouvoirs publics de prendre trois initiatives fortes :

  1. Inscrire l’ambroisie comme organisme nuisible à l’agriculture
  2. Donner la compétence ambroisie aux communes et communautés de communes
  3. Faire reconnaître la pollution aérobiologique au même niveau que la pollution chimique

  • De 1980 à 2004 : aucune action de lutte. Résultat : le nombre d’allergiques passe de 5% à 10%.
  • De 2004 à 2014 : Plans Régionaux Santé Environnement PRSE1 & PRSE2. Résultat : le nombre d’allergiques passe de 10% à 20%.
  • De 2014 à 2019 : rien.
  • A partir de 2019 : mise en place d’un Plan PRSE3, sur les mêmes bases que les précédents plans. Ce qui laisse prévoir une nouvelle augmentation du nombre d’allergiques.

A partir de 40% d’allergiques, la zone d’irréversibilité sera atteinte. Il sera alors impossible de gérer correctement l’invasion.

Des mesures inadaptées

Les actions mises en œuvre par les pouvoirs publics sont très insuffisantes et inadaptées :

- Des référents communaux ont bien été nommés mais la plupart d’entre eux sont inactifs.

- La mesure ambroisie du PRSE3 est toujours basée sur la seule incitation et ne comporte aucun objectif opérationnel, sinon un vague « lutter contre l’ambroisie ».

- Toute sanction à l’égard des contrevenants a été supprimée, ce qui constitue une régression : imagine-t-on un instant le Code de la route ou le Code des impôts sans volet répressif ?

- Le décret d’application de la loi Santé dit « les maires peuvent participer à la lutte… ». Et s’ils ne peuvent (ou ne veulent) pas, que se passe-t-il ??

- Les préfets vont créer des « plans locaux d’action ». Pourquoi ne pas avoir donné suite aux Plans départementaux existants ?

- La plateforme de signalement est présentée comme la pierre angulaire de la lutte. Mais le nombre de signalements est insignifiant au regard des surfaces infestées, et les actions demandées aux communes ne sont même pas suivies.

Il est encore possible de contrôler l’ambroisie, les moyens sont connus, simples et peu couteux. Des communes y parviennent chaque année, des agriculteurs également lorsqu’ils utilisent les solutions à leur disposition, notamment dans les champs de tournesol qui appartient à la même famille botanique que l’ambroisie. La difficulté vient du très grand nombre d’exploitants fonciers et de communes, et vient aussi du fait que les efforts doivent être poursuivis sur de nombreuses années. Seul lEtat a la capacité dorganiser et de coordonner la lutte à cette échelle et sur le long terme. Mais il nen a pas la volonté.

Il devient urgent d’arrêter de jouer aux faux semblants et de faire des déclarations non suivies d’effets.

Catégorie agriculture, environnement, questions d'actualitéCommentaires fermés

Le département soutient ses agriculteurs

Les agriculteurs isérois ont connu en 2018 une importante sécheresse ayant gravement impacté leurs cultures et donc leurs revenus.

Pour aider les agriculteurs qui ont enregistré des dépenses supplémentaires ou un manque à gagner, le Département a mis en place des aides d’urgence calculées en fonction des dépenses réalisées.
480 dossiers sont aujourd’hui en cours d’instruction avec un montant moyen d’indemnisation d’environ 1100 €, équivalent à l’aide régionale. Ces aides seront financées par une enveloppe budgétaire supplémentaire de 1 million d’euros.
De plus, le 15 juin dernier, les agriculteurs ont subi de violents orages qui ont occasionné des dégâts considérables sur les exploitations, notamment les noyers du Grésivaudan.
Afin d’accompagner les agriculteurs, le Département prendra à sa charge les frais de drones nécessaires pour établir un état des lieux précis de la situation. Il organisera également l’intervention des professionnels du bois pour faciliter l’enlèvement et la valorisation des arbres arrachés ou irrémédiablement touchés et ainsi permettre aux agriculteurs de prévoir au mieux les actions à mener par la suite.
Un soutien financier sera également voté en octobre prochain une fois les besoins analysés.
« Le Département agit concrètement pour les Isérois et l’Isère. Cette séance où des dossiers importants ont été abordés et votés le démontre une nouvelle fois. » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Catégorie A la uneCommentaires fermés

Vercors Lait prend une nouvelle dimension

C’est un grand moment qu’a vécue la coopérative Vercors lait ce vendredi 14 juin avec l’inauguration officielle de l’extension et la modernisation de ses locaux.

Pour ce de nombreux élus, personnalités, responsables de la filière lait et producteurs de lait ont tenu à assister à l’évènement.

Accueillis par Paul Faure président de la coopérative  qui a tenu à remercier l’ensemble des financeurs, des structures qui ont soutenu le projet,  » une extension et une modernisation indispensable pour notre coopérative qui ne cesse de progresser en volumes: cette année 2019 on devrait tutoyer les 400 tonnes de bleu du Vercors Sassenage fabriquées ce qui fait que l’on est plus une petite AOP mais on entre de plain pied dans une grande AOP. »

Il a souligné les difficultés de travailler pendant les travaux .. » Il a fallu s’adapter.. »

Chantal Carlioz maire de Villard de Lans, conseillère départementale en charge du tourisme a dit toute sa fierté d’inaugurer cette extension et modernisation de Vercors Lait,  » la coopérative fabrique plus de 90% du bleu du Vercors Sassenage… Le bleu et la coopérative sont donc très liés.. A travers cette liaison on peut parler d’histoire du patrimoine, du terroir.. » et de rajouter  » Vercors Lait c’est une  » saga » avec le rachat en 2003 de l’entreprise à Lactalis, la création de la coopérative avec l’adhésion des producteurs de lait du plateau… Quand on voit le résultat aujourd’hui on ne peut que féliciter et encourager les acteurs de cette formidable aventure humaine.. »

Franck Girard, Président de la communauté de communes du massif du Vercors a dit  » toute l’émotion qui le gagne à inaugurer cette extension.. » Pour rappel La CCMV est propriétaire des murs .. Il a rappelé que le coût des travaux s’élève à 3,8 millions d’euros. Il a tenu à remercier chaleureusement Pierre buisson alors Président de la CCMV pour avoir cru et lancé le projet en 2015..Et de rappeler la formidable aventure qu’est le bleu du Vercors sassenage:  » obtention de l’AOC en 1998, de l’AOC en 1999, une appellation moribonde jusqu ‘au rachat en 2003 de l’entreprise par les agriculteurs eux mêmes pour créer Vercors Lait..Grace à cette extension et modernisation on a aucun doute sur la poursuite de la réussite de Vercors Lait pour les 30 prochaines années..

Jean Pierre Taîte vice président d u conseil Régional en charge de l’agriculture s’est félicité que  » la région a participé financièrement aux travaux..  » Et de préciser:  » notre région est celle qui a le budget le plus élevé de l’ensemble des régions pour l’agriculture ». Et de féliciter chaleureusement » les confréries dont les membres, bénévoles oeuvrent pour mettre en avant nos bons produits. Celles ci seront remerciées lors d’une grande réception à Lyon le 18 octobre. »

Jean Pierre Barbier, président du département a bien entendu apprécié la qualité des travaux mais a tenu à pousser un coup de gueule en direction de celles et ceux qui, en Drôme, créent des zones d’ensauvagement. « On est  entrain de créer des réserves  à loup non contrôlées . Ce sont bien sûr les éleveurs qui en pâtiront.  » Et de rappeler la mise en place d’un pôle agro alimentaire, de la marque Alp ishere qui a pour but d’aider les agriculteurs qui produisent sur notre département des produits de qualité de dégager un revenu. »

Précisons enfin que les entreprises locales ont été sollicitées, en particulier la scierie de John Sauvajon qui a fourni 200 m3 de bois du Vercors.

Suite à cette inauguration, la confrérie du bleu est entrée dans la danse en intronisant le directeur de Vercors Lait: Philippe Guilloud qui a reçu un hommage appuyé pour le travail accompli..

Voici le déroulé de la cérémonie en images..


Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, Département de l'Isère, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Intempéries du 15 juin 2019: mobilisation du Crédit Agricole

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, le Crédit Agricole Centre-Est et Crédit Agricole Assurance adressent leur soutien aux personnes concernées par l’épisode de grêle qui a touché les départements de la région Rhône-Alpes ce samedi 15 juin.

Toutes nos équipes sont mobilisées pour les accompagner à la suite de ces intempéries d’une rare intensité qui ont frappé plusieurs secteurs de la Drôme, de l’Isère et de l’Ardèche.

Les conseillers contactent leurs clients agriculteurs pour mesurer l’ampleur des dégâts subis et proposer un accompagnement bancaire et humain. Un dispositif spécifique et exceptionnel est mis en place pour soutenir les exploitants touchés.
La première mesure consiste à donner du temps aux clients en suspendant les échéances de prêt si nécessaire :
- pour attendre les mesures gouvernementales et les indemnisations d’assurances,
- pour étudier les solutions financières pérennes à moyen terme.
La deuxième mesure consistera en un accompagnement financier intégrant des solutions de financement court terme et moyen terme avec des conditions spécifiques.
Pacifica, la filiale assurances du Crédit Agricole, a mis en place un dispositif renforcé pour répondre aux sollicitations de toutes les personnes concernées par ces intempéries.

Pour tous dommages importants liés aux intempéries du week-end, que ce soit sur un véhicule auto ou 2 roues ou que cela concerne l’habitation, le matériel ou un local professionnel, les particuliers, chefs d’entreprise et agriculteurs peuvent contacter dès que possible le 0800 810 812 pour une première déclaration.
Pour les particuliers, la déclaration peut aussi se faire depuis l’application Pacifica.
Les clients agriculteurs ayant souscrit une assurance Grêle ou assurance Récoltes, sont invités à contacter le numéro spécifique 0800 810 816.
Dans un délai de 5 jours ouvrés après les intempéries, il sera demandé aux assurés d’adresser un courrier en récapitulant précisément les faits et en listant les biens détériorés ou hors d’usage, en y joignant tous les documents de nature à prouver les dommages (photos, vidéos…). L’état de catastrophe naturelle prolongerait ce délai à 10 jours.

Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes était présent aux côtés du ministre de l'agriculture Didier Duillaume, du Président du Département Jean Pierre Barbier et de nombreux élus pour apoorter sonsoutien aux agriculteurs sinistrés de l'Isère

Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes était présent aux côtés du ministre de l'agriculture Didier Guillaume, du Président du Département Jean Pierre Barbier et de nombreux élus pour constater l'ampleur des dégâts et apporter son soutien aux agriculteurs sinistrés de l'Isère.

Catégorie agriculture, questions d'actualitéCommentaires fermés

La filière noix de Grenoble à l’agonie …mais elle se relèvera

Ce samedi 15 juin a été apocalyptique dans la vallée du Gésivaudan..De Romans sur Isère à Tullins un orage de grêle d’ une rare violence accompagné de  rafales de vents atteignant parfois les 150 km/h a fait d’énormes dégâts.  L’agriculture a beaucoup souffert de cette météo hors norme, en particulier la noyeraie.

Selon une première estimation ce sont entre 15 000 et et 20 000 arbres sui sont couchés, impactés .. Certains nuciculteurs ont perdu la totalité de leur production en quelques minutes..

Suite à cette calamité la mobilisation est générale..

wauquiezCrédit photos © Guillaume Atger/Région Auvergne-Rhône-Alpes

Dès ce lundi matin Laurent Wauquiez Président de la région Auvergne Rhône-Alpes  s’est rendu sur le terrain afin de constater les dégâts et d’annoncer un déblocage de fonds  d’urgence à hauteur de 5 millions d’euros  pour aider les agriculteurs et éleveurs touchés dans la région.

Didier Guillaume ministre de l’agriculture a quant à lui visité l’exploitation de Christian Bofelli nuciculteur à  Montagne. De nombreux élus ont assisté à cette visite dont Jean Pierre Barbier Président du Conseil Départemental accompagné de Robert Duranton vice Président en charge de l’agriculture. Bien entendu l’ensemble des structures de la filière noix étaient représentées ainsi que de nombreux nuciculteurs.

Christian Bofelli a fait part de son désarroi avec plus de 1000 arbres mis à terre et d’autres qui ne produiront pas cette année  » et sans doute les années suivantes »..  » C’est d’autant plus préjudiciable que j’ai investi ces dernières années 250 000 euros pour moderniser mon exploitation.. »

Yves Borel président du Comité interprofessionnel de la noix de Grenoble a été on ne peut plus clair  » la filière noix de Grenoble est à l’agonie.. Les pertes de récoltes vont être très importantes.. D’autres dont nos concurrents directs vont en profiter bien sûr.. Il faut aussi traiter l’urgence: redresser les arbres qui peuvent l’être, débarrasser les autres, supprimer les souches.. Un travail de titans.. »

Propos repris par Yves Renn  président de coopenoix qui a rajouté: » il est certain que c’est l’ensemble de la filière qui est impacté..nous espérons que les apports seront inférieurs que de 50% …sinon..!! Il y a bien sûr la coopérative à faire tourner avec du personnel, les investissements à amortir et penser à replanter en noix de Grenoble .. Bien entendu Coopenoix se mobilisera auprès des coopérateurs pour les aider à sortir de l’impasse.. »

Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture, très ému car nuciculteur lui même a bien entendu confirmé ces constats tout en s’adressant directement au ministre de l’agriculture: Il faut traiter le dossier de l’assurance en urgence. Trop d’agriculteurs ne sont pas assurés car les échéances sont trop lourdes. Et de faire un aveu:  » moi même je ne suis pas assuré car j’ai choisi de garder mon personnel plutôt que de d’assurer mon exploitation: Oui il faut rendre l »assurance obligatoire mais à des tarifs raisonnables.. »

Didier Guillaume a donné entièrement raison à Jean Claude Darlet promettant de réunir au plus vite les instances concernées pour sortir de cette impasse.

Il a confirmé que tout sera fait pour qu’aucun agriculteur victime de cette tempête « mette la clé sous la porte »  tout en saluant leur dignité et leur courage face à ce sinistre.

Le Département sera également aux côtés des agriculteurs sinistrés. Ceci dès qu’un bilan précis sera fait..

Jean Claude Darlet précisant enfin « qu’il ne faut pas oublier les éleveurs qui n’auront pas de fourrage cet hiver pour nourrir leur bétail, les maraichers qui ont tout perdu..les céréaliers qui auront des pertes de récoltes considérables.. »

Certes l’ambiance était morose mais nous avons entendu des  » on est à l’agonie mais on se relèvera.. » nous n’en doutons pas!

Gilbert PRECZ

Voici un diaporama de la visite de Didier Guillaume à Montagne..




Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Trophées de l’agro-écologie

agro

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, avec le soutien du Crédit agricole, organise les « Trophées de l’agro-écologie » depuis 2014. Cette année, le concours se déroule du 15 avril 2019 au 31 juillet 2020. La date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au 30 juin 2019.

L’objet des « Trophées de l’agro-écologie » est de distinguer des démarches innovantes, individuelles ou collectives, exemplaires d’une agriculture à la fois productive et respectueuse de l’environnement et des femmes et des hommes qui la font vivre.
Les Trophées récompensent particulièrement les démarches à caractère agro-écologique. Ces dernières sont autant de témoins réussis d’une agriculture productive, compétitive et s’appuyant sur les services rendus par la nature. L’évaluation de ces démarches se fera au regard de la triple performance : économique, sociale et environnementale.

Chaque démarche doit donc répondre à différents enjeux :

avoir un impact positif sur l’environnement : la protection d’un milieu (exemple : agriculture à bas intrants), la reconquête d’un milieu dégradé (eau, sol, écosystème fragile, etc., par exemple via l’agriculture de conservation des sols), la sensibilisation à la protection de l’environnement, la mise en valeur d’un paysage ou d’un milieu naturel particulier (exemple : plantation de haies), l’amélioration ou la mise au point d’un procédé ou d’une technique nouvelle ou peu répandue respectueuse de l’environnement (exemple : association de cultures), etc… ;

  • être économiquement viable : les participants au concours doivent pouvoir faire la preuve que la mise en place de leur démarche agro-écologique est compatible avec la rentabilité économique des exploitations. Ces démarches doivent être susceptibles d’inspirer d’autres agriculteurs, après adaptation au contexte territorial et aux spécificités des exploitations. Les impacts globaux de la démarche sur la création de valeur et sur la production seront également étudiés ;
  • prendre en compte les aspects sociaux et territoriaux : l’impact du projet sur la qualité de vie des exploitants ou de leurs salariés ainsi que sur l’évolution de leur charge de travail permettra d’apprécier la prise en compte des critères sociaux. De la même manière, l’intégration du projet dans le milieu socio-économique local sera valorisée (implication d’autres agriculteurs,  implication de partenaires extérieurs, création d’emplois, communication vers d’autres milieux, insertion des porteurs du projet dans la vie locale du territoire, lutte contre l’isolement rural…).

Le caractère innovant des démarches doit également être pris en compte dans leur évaluation. L’innovation réside notamment dans la qualité de la synergie des actions entreprises au sein des exploitations, mais aussi dans l’application de nouveaux itinéraires techniques, la mise en place de nouveaux partenariats, d’actions de communication originales, etc.
Outre ces critères globaux valables pour l’ensemble des deux catégories de prix, des critères plus spécifiques liés aux réalisations effectives s’appliquent à chaque catégorie de prix. Concernant le « Grand prix de la démarche collective », le jury privilégie les groupes ayant déjà un certain nombre de réalisations à leur actif.
Concernant le « Prix de l’Innovation », les Trophées ne s’appliquent qu’aux démarches abouties et non aux initiatives encore au stade de l’élaboration ou de la mise en oeuvre.

Vous souhaitez candidater pour l’édition 2019-2020 des Trophées de l’agro-écologie ? Téléchargez les documents ci-dessous :

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+