Archive | 16 juin 2019

Trophées de l’agro-écologie

agro

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, avec le soutien du Crédit agricole, organise les « Trophées de l’agro-écologie » depuis 2014. Cette année, le concours se déroule du 15 avril 2019 au 31 juillet 2020. La date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au 30 juin 2019.

L’objet des « Trophées de l’agro-écologie » est de distinguer des démarches innovantes, individuelles ou collectives, exemplaires d’une agriculture à la fois productive et respectueuse de l’environnement et des femmes et des hommes qui la font vivre.
Les Trophées récompensent particulièrement les démarches à caractère agro-écologique. Ces dernières sont autant de témoins réussis d’une agriculture productive, compétitive et s’appuyant sur les services rendus par la nature. L’évaluation de ces démarches se fera au regard de la triple performance : économique, sociale et environnementale.

Chaque démarche doit donc répondre à différents enjeux :

avoir un impact positif sur l’environnement : la protection d’un milieu (exemple : agriculture à bas intrants), la reconquête d’un milieu dégradé (eau, sol, écosystème fragile, etc., par exemple via l’agriculture de conservation des sols), la sensibilisation à la protection de l’environnement, la mise en valeur d’un paysage ou d’un milieu naturel particulier (exemple : plantation de haies), l’amélioration ou la mise au point d’un procédé ou d’une technique nouvelle ou peu répandue respectueuse de l’environnement (exemple : association de cultures), etc… ;

  • être économiquement viable : les participants au concours doivent pouvoir faire la preuve que la mise en place de leur démarche agro-écologique est compatible avec la rentabilité économique des exploitations. Ces démarches doivent être susceptibles d’inspirer d’autres agriculteurs, après adaptation au contexte territorial et aux spécificités des exploitations. Les impacts globaux de la démarche sur la création de valeur et sur la production seront également étudiés ;
  • prendre en compte les aspects sociaux et territoriaux : l’impact du projet sur la qualité de vie des exploitants ou de leurs salariés ainsi que sur l’évolution de leur charge de travail permettra d’apprécier la prise en compte des critères sociaux. De la même manière, l’intégration du projet dans le milieu socio-économique local sera valorisée (implication d’autres agriculteurs,  implication de partenaires extérieurs, création d’emplois, communication vers d’autres milieux, insertion des porteurs du projet dans la vie locale du territoire, lutte contre l’isolement rural…).

Le caractère innovant des démarches doit également être pris en compte dans leur évaluation. L’innovation réside notamment dans la qualité de la synergie des actions entreprises au sein des exploitations, mais aussi dans l’application de nouveaux itinéraires techniques, la mise en place de nouveaux partenariats, d’actions de communication originales, etc.
Outre ces critères globaux valables pour l’ensemble des deux catégories de prix, des critères plus spécifiques liés aux réalisations effectives s’appliquent à chaque catégorie de prix. Concernant le « Grand prix de la démarche collective », le jury privilégie les groupes ayant déjà un certain nombre de réalisations à leur actif.
Concernant le « Prix de l’Innovation », les Trophées ne s’appliquent qu’aux démarches abouties et non aux initiatives encore au stade de l’élaboration ou de la mise en oeuvre.

Vous souhaitez candidater pour l’édition 2019-2020 des Trophées de l’agro-écologie ? Téléchargez les documents ci-dessous :

Catégorie agricultureCommentaires fermés

« L’état de catastrophe naturelle devra être décreté »

Les violents orages qui ont frappé notre région ont fait d’énormes dégâts . En première ligne l’agriculture. On ne compte plus les exploitations ravagées par dés déluges de grêle et par un vent de tempête.

Ceci ce samedi toute l’après midi.

Certaines récoltes sont détruites, en particulier les récoltes arboricoles, la vigne et les céréales.. La noyeraie de Grenoble n’a pas non plus été épargnée.

Didier Guillaume, drômois d’origine, ministre de l’agriculture s’est rendu sur le terrain  de nord Drôme et a pu visualiser l’ampleur des dégâts mais aussi le désarroi des agriculteurs.

Il a annoncé qu’en plus de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle des mesures d’aides exceptionnelles seraient mises en place très rapidement.

Didier Guillaume se rendra ce lundi 17 juin dans le sud Grésivaudan ou accompagné de Jean Pierre Barbier président du Conseil Départemental il se rendra compte des dégâts causés dans cette vallée du sud Grésivaudan.

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+