Archive | septembre, 2019

Noix de Grenoble – Récolte 2019

La commission maturité de l’Appellation d’Origine Protégée noix de Grenoble
réunie le 23 septembre sous l’autorité de
l’INAO, a décidé de la date de récolte pour les vergers arrivés à
maturité le :

Mercredi 2 octobre 2019

Rappel :
La maturité des noix fraîches est considérée comme atteinte
lorsque plus de 80 % des noix présentent un brunissement
complet de la cloison interne
L’exposition et l’altitude des vergers peuvent avoir des incidences
importantes sur la maturité du fruit. Chaque producteur doit
impérativement vérifier si les critères de maturité sont atteints sur
leurs parcelles.
Nous tiendrons à votre disposition les arrêtés préfectoraux qui seront
publiés pour officialiser cette date.

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Bientôt une voie réservée au covoiturage sur l’A48 !

Jean-Baptiste DJEBBARI, Secrétaire d’Etat chargé des transports confirme ce jour la mise en place d’une
voie réservée au covoiturage sur l’A48 entre la barrière de péage de Voreppe et la bifurcation entre l’A48
et l’A480 à l’été 2020.
Comme le soulignent Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole, et Ludovic BUSTOS,
Vice-Président délégué aux espaces publics et à la voirie, cette décision marque une nouvelle étape
importante dans la mise en oeuvre des engagements pris dans le cadre du projet de réaménagement de
l’échangeur du Rondeau et de l’A480 :
« Après la décision préfectorale d’une modération de vitesse permanente à 70 km/h sur la séquence
centrale de l’A480, est aujourd’hui confirmée la mise en place d’une voie réservée au covoiturage sur l’A48
à l’été 2020.
C’est le fruit de la mobilisation ininterrompue de la Métropole depuis le début de la mandature en cours et
qui a notamment permis la signature du protocole d’intention partenarial du 10 novembre 2016, une
mobilisation qui a été entendue par le Gouvernement et c’est une excellente nouvelle !
Le territoire métropolitain accueillera ainsi l’une des premières voies de ce type à l’échelle nationale, fidèle
à sa tradition d’innovation. Elle permettra de réduire la congestion en amont du coeur urbain au bénéfice
de l’environnement en réduisant la pollution atmosphérique mais également du portefeuille de nos
concitoyennes et concitoyens, le covoiturage représentant une économie pouvant s’élever jusqu’à
plusieurs centaines d’euros par an.
Nous nous félicitons également de la confirmation reçue récemment d’Elisabeth BORNE, Ministre de la
transition écologique et solidaire, du lancement des études nécessaires à la création d’une voie réservée
aux transports en commun au sud de l’échangeur du Rondeau et, possiblement, jusqu’à l’échangeur Louise
Michel.
De telles avancées bénéficieront à toutes et à tous, riverains, usagers, métropolitains, habitants des
territoires voisins, urbains, ruraux. Elles témoignent également de la force du collectif rassemblant la
Métropole et ses communes qui ont su parler d’une seule voix. »

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Le groupe Crédit Agricole accompagne l’agriculture biologique

Partenaire officiel depuis la création du salon Tech & Bio, le Groupe Crédit Agricole accentue sa présence auprès des exploitants agricoles et des professionnels de lagri-agroalimentaire.

Les visiteurs pourront retrouver cette année sur le stand du Groupe, la Caisse régionale Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, le site d’expertise agricole PleinChamp.com, l’assureur Pacifica, CA Leasing & Factoring, acteur majeur du crédit-bail et de l’affacturage en France et en Europe, et le Village by CA. Ce dernier présentera trois start-up :

- Weather Measures, un fournisseur de météorologie et pluviométrie de précision (www.weather-measures.fr) ;

- Farmleap, plateforme d’échanges d’informations pour agriculteurs, conseillers et industriels (www.farmleap.com) ; et

- Minute Drone, pour réaliser les relevés agricoles par drone (https://minutedrone.com/service/agriculture).

Parrain de l’espace B to Bio, le Groupe propose une conférence le jeudi 19 septembre de 10 h 30 à 11 h 30 de Noël Isorni, économiste et ingénieur-conseil de Crédit Agricole S.A., sur le thème « Bio et offres alternatives : vers quel équilibre du marché ? ».

Preuves de notre implication dans l’agriculture bio, plusieurs personnalités du Groupe seront présentes sur le stand et peuvent se rendre disponibles pour répondre aux questions des journalistes :

- Didier Reboul, Directeur des Marchés Spécialisés, Jean-Christophe Roubin, directeur du Marché de l’Agriculture, et Michel Auzet, de la direction de la Responsabilité sociétale et environnementale (RSE) de Crédit Agricole S.A. ;

- Jean-Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes.

Lancement de la 7e édition des Trophées de lExcellence Bio

L’Agence Bio et le Crédit Agricole lancent la 7e édition des Trophées de lExcellence Bio lors du salon Tech & Bio ce 18 septembre 2019 à 17 h 30 sur le stand du Groupe Crédit Agricole, espace B to Bio. Face au succès grandissant de ce concours qui a pour objectif de faire émerger et soutenir des initiatives exemplaires, innovantes et reproductibles de tous les acteurs de l’agriculture biologique, les organisateurs ont décidé d’attribuer un prix coup de cœur du jury doté de 1.500 € dans chacune des deux catégories. Ouverts à tous les acteurs professionnels et à toutes les entreprises des filières biologiques, qu’ils soient producteurs, transformateurs, distributeurs ou associations, les candidats ont jusqu’au 20 décembre 2019 pour adresser leur dossier. Le règlement et le dossier de candidature sont disponibles sur les sites internet de l’Agence Bio (www.agencebio.org) et du Crédit Agricole (www.credit-agricole.fr) et sur les sites des caisses locales du Crédit Agricole.

Dessine-moi une brebis

Lexploitation de Léo Girard a été désignée Ferme Talent DOr du salon Tech & Bio. Il a choisi le nom Dessine-moi une brebis en référence au Petit Prince de Saint-Exupéry, car, comme lui il est « parti dune feuille blanche pour construire une ferme comme je lai rêvée. Je ne suis pas issu du milieu agricole. Le Crédit Agricole ma suivi dans mon projet malgré mon manque dexpérience et mon absence de fonds au lancement. Jai bâti une relation de confiance avec ma conseillère, Amélie Lebrasseur, et la banque est devenue un partenaire privilégié. Elle ma accompagnée dans le financement du matériel agricole, de transformation et de vente, ma simplifié le montage Agilor et moffre des solutions rapides pour débloquer des fonds. Cest possible, même quand on part de rien ! » La ferme Dessine-moi une brebis se situe à La Baume Cornillane, petit village de la Drôme au pied des premiers contreforts du Vercors, et propose des produits fermiers de qualité, authentiques et durables, issus de lagriculture biologique (brebis, porc, agneau, veau, ail). http://dessinemoiunebrebis.com

Le Crédit Agricole, partenaire de toutes les agricultures

En tant que 1re banque des agriculteurs, le Crédit Agricole est partenaire de toutes les agricultures. Poursuivant cet engagement, la banque structure sa démarche d’accompagnement de l’agriculture biologique. Cette démarche spécifique répond aux besoins des agriculteurs en conversion, en installation ou installés en bio.

Banquier de huit agriculteurs sur dix, le Crédit Agricole finance et accompagne les exploitations et les projets agricoles, quels que soient les marchés auxquels ils se destinent. Le groupe propose en effet une gamme complète d’offres et de services développée spécifiquement pour répondre aux besoins des agriculteurs. Il les accompagne dans la gestion, le développement et la sécurisation de leur activité, de l’installation à la transmission.

Les expertises du Groupe au service de laccompagnement de lagriculture biologique

Depuis 10 ans, le Crédit Agricole est engagé auprès de ses clients dans l’accompagnement de l’agriculture biologique. L’agriculture biologique nécessite des besoins bancaires et assurantiels spécifiques pour les agriculteurs qui s’installent ou convertissent tout ou partie de leur installation. Sur la base des initiatives des Caisses régionales, le Crédit Agricole structure sa démarche d’accompagnement de l’agriculture biologique autour de quatre volets :

- financer l’installation ou la conversion grâce à des solutions de financements souples ;

- faciliter la vente directe avec des solutions d’encaissement de paiement en mobilité ;

- se protéger des pertes de revenus liées aux aléas climatiques ;

- donner de la visibilité à l’exploitation.

Catégorie bioCommentaires fermés

800ème foire de Beaucroissant

On attendait Didier Guillaume ministre de l’agriculture le jour inaugural de la 800ème foire de Beaucroissant..L’agenda du ministère de l’agriculture le confirmait..

On l’attendait et il n’est pas venu au grand dam de l’ensemble des agriculteurs qui avaient de nombreuses questions à lui poser..

Qu’à cela ne tienne.. Laurent Wauquiez Président de Région et Jean Pierre Barbier son homologue du ddépartement étaient bien présents dès 7  heures sur le foirail..

Ils ont passé de longues heures au coeur de l’espace agricole allant à la rencontre des agriculteurs et surtout des éleveurs. Ils ont esquissé aucune question, revendication . On a bien entendu parlé de secheresse, marché local, cours de la viande, CETA, abattoir de Grenoble, marque Alp’Ishere, charte de bon voisinage…sans oublier calamités, loup, méthanisation..

Les deux présidents ont tenu également, mais séparemment à faire une halte au stand de Provencia.

ils ont tous les deux abordé les problèmes liés à l’élevage du veau et la concurrence étrangère, les normes plus drastiques chez nous qu’ailleurs.. avec les frères Drevon, mais également des habitudes de consommation qui changent  » pas toujours dans le bon sens » de la façon dont la grande distribution s’adapte..etc..

A été également abordé l’opération qu’a lancé le groupe Provencia en direction du bio. Provencia acteur régional de la distribution a décidé, conscient de la difficulté et des coûts qu’exige une conversion en bio pour les producteurs d’en accompagner une vingtaine durant toute la durée de leur projet, à savoir jusqu’à l ‘obtention du label bio. Une opération très appréciée des deux présidents..

Ceci avant de retrouver la totalité du cortège officiel pour les traditionnels discours d’inauguration.

Voici la Beaucroissant, 800ème du nom en quelques images..

Catégorie A la une, Département de l'Isère, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Un concours régional charolais de très haute tenue..

Pour la 800 ème foire de Beaucroissant il y avait de multiples attractions, animations dont la patrouille de France qui a survolé la foire et qui est passée juste au dessus de l’espace charolais..

Il était 11h15 précises ce dimanche..

Un 24ème concours régional charolais qui a tenu toutes ses promesses. Les bêtes ( 130) étaient de qualité exceptionnelles et ont démontré le professionnalisme et l’investissement de nos éleveurs présents.

Laurent Wauquiez, président de Région, Jean Pierre Barbier président du département accompagné de robert Duranton , vice président en charge de l’agriculture ont tenu a affirmer leur soutien aux éleveurs en étant présents au coeur de l’espace charolais  mais aussi ovin très tôt le vendredi matin, jour de l’inauguration..

Inutile de préciser que l’espace restauration n’a pas désempli..

Pour lire le palmarès complet du concours :

Palmarès 2019

Voici en images un diaporama du concours. Pour rappel le groupe Provencia est un partenaire majeur du concours. Sebastien Férand directeur de l’hyper Carrefour de Voiron a remis plusieurs paniers garnis de produits locaux aux lauréats ainsi que les deux gros lots:  deux tablettes..

Catégorie A la une, foire de Beaucroissant, élevageCommentaires fermés

Foire de Beaucroissant: c’est la 800ème!

C’est LE rendez vous de l’année! La mythique foire de Beaucroissant fête en cette année 2019 son 800 ème anniversaire.

L’histoire du village et de la foire de Beaucroissant se perdent dans la nuit des temps. Elle se confond avec celle de la colline de Parménie qui la domine de ses 749 mètres d’altitude.

L’origine officielle de la foire de Beaucroissant remonte à 1219 : cette année- là, dans la nuit du 14 septembre, le lac naturel de St Laurent, (en dessous de l’emplacement actuel de Bourg d’Oisans) se rompt, cause une terrible inondation qui submerge Grenoble et fait de très nombreuses victimes.

Dès l’année suivante, le 14 septembre 1220, sous la conduite de l’Evêque de Grenoble, les survivants commémorent cet événement en se rendant à Parménie, résidence des évêques de Grenoble. Ils sont si nombreux qu’un village se constitue pour les accueillir. Bien entendu, le rassemblement draine avec lui une foule de marchands : telle est l’origine, reconnue par les historiens, de cette grande manifestation.

La foire est reconnue pour son importance économique bien au-delà des limites de notre région. On peu cette année, comme les années précédentes, retrouver sur le terrain tous les caractères traditionnels qui font de « La Beaucroissant » un événement particulier.

Parmi les « pôles » traditionnels: la foire au bétail qui se tiendra le vendredi 13.. Le marché des volailles, l’espace agricole bien entendu..le secteur de l’habitat , loisirs dans la salle polyvalente, la fête foraine..Sans oublier l’incontournable concours régional charolais qui va mettre en compétition près de 150 bêtes!
Plus de 60 établissements dont 20 grands restaurants, permettent aux visiteurs d’étancher leur soif et de calmer leur appétit

Belle présence du groupe Provencia

Le groupe Provencia acteur de la distribution en  Rhône-Alpes,( 35 magasins, dont ceux de Crolles, Crémieu, St Jean de Moirans,  Voiron, Tullins, La tour du Pin en Isère) valorise au quotidien les produits locaux et régionaux. il contribue au développement économique de la région tout en garantissant à ses clients la qualité, la diversité et la satisfaction.

Présent depuis plusieurs années à la foire de septembre, Provencia a souhaité marquer de son emprunte la 800 ème foire de Beaucroissant.

Les deux espaces, situés allée E proche de la mairie et du stand du Conseil Départemental de l’Isère, vont permettre aux milliers de visiteurs de découvrir une gamme importante de produits locaux: charcuterie, viande, fromages, murçon mais aussi truffe de l’Isère…antésite, Chartreuse..

L’espace sera également occupé par plusieurs associations telles que la Fédération départementale de la boule lyonnaise, la coupe Icare…

On ne passera pas sous silence la présence du téléthon de Tullins qui proposera des gaufres et crèpes .. Les crèpes au Bleu du Vercors Sassenage: un véritable régal..Ne pas les goûter serait une erreur!

Afin de faire le lien entre toutes ses animations Daniel Mecca musicien, chef d’orchestre de Michèle Torr sera présent et balayera les  variétés françaises des années 80 à nos jours avec sa guitare..

Rendez vous donc à Beaucroissant les 13/14/15 septembre …

Catégorie A la une, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Les orages de l’été ont fait beaucoup de dégâts!

Les orages de l’été ont fait beaucoup de dégâts.. Le comité départemental d’expertise agricole a rendu ses conclusions..

Voici un extrait du rapport de demande de reconnaissance.

Il a été présenté et validé en comité départemental d’expertise des calamités agricoles le 28/08/2019 et passera en comté national le 16 octobre.

Les dommages constatés sur le terrain et recensés par les différentes enquêtes sont multiples. Ils portent à la fois sur des pertes de récolte et des pertes de fonds. L’ampleur des dégâts ne peut être contestée. Les missions d’enquête ont permis d’établir le lien de causalité des dommages avec des épisodes d’orage au caractère exceptionnel.

Cependant, dans le cas d’orages de vent et de grêle, seules les pertes de fonds peuvent faire l’objet d’une reconnaissance en calamité agricole. Les pertes de récolte sur fourrages sont trop faibles et sont caractérisées plutôt par une perte en qualité. Elles ne pourront pas faire l’objet d’une reconnaissance en calamité.

Demande de reconnaissance

nature des cultures impactées

Les pertes de fonds concernent  :

  • des noyers,

  • des pruniers,

  • des cerisiers (à bouche et ratafia)

  • des noisetiers,

  • des pommiers,

  • des poiriers,

  • des abricotiers,

  • des pêchers et nectariniers,

  • des kiwis,

  • des petits fruits (cassissiers, groseilliers, framboisiers)

  • de la vigne,

  • pépinières de noyers,

  • pépinières d’ornement,

  • sol et ouvrages,

  • clôtures, filets protection troupeaux,

  • palissage

Zonage retenu

Le zonage concerne 91 communes réparties sur trois secteurs :

Sans titre

  • le Haut-Grésivaudan, vallée de l’Isère en amont de Grenoble : 23 communes, touchées par l’orage du 1er juillet (environ 450 exploitants concernés par les pertes de fonds)

  • le Bas-Grésivaudan, vallée de l’Isère en aval de Grenoble : 60 communes, touchées par l’orage du 15 juin et 1er juillet (environ 10 exploitants)

  • le Trièves : 8 communes touchées par l’orage du 6 juillet (2 exploitants connus à ce jour)

  • Liste des communes objets de la demande de reconnaissance en calamité orages été 2019:secteur Haut-Grésivaudan :
    communes de : Barraux, Bernin, la Buissière, le Champ-pres-Froges, Chapareillan, la Chapelle du Bard, le Cheylas, Crolles, la Flachère, Froges, Goncelin, Lumbin, le Moutaret, Pontcharra, Saint-Ismier, Sainte Marie-d’Alloix, Saint-Maximin, Saint-Nazaire-les-Eymes, Saint-Vincent-de-Mercuze, Tencin, la Terrasse, le Touvet, le Versoud

    secteur Bas-Grésivaudan :
    communes de : l’Albenc, Beaucroissant, Beaulieu, Beauvoir-en-Royans, Bessins, la Buisse, Chantesse, Charnècles, Chasselay, Chatte, Chevrières, Cognin-les-Gorges, Colombe, Coublevie, Cras, la Forteresse, Izeaux, Izeron, Moirans, Montagne, Morette, Murinais, Serres-Nerpol, Notre-Dame-de-l’Osier, Poliénas, Quincieu, Reaumont, Renage, Rives, La Rivière, Rovon, Roybon, Saint-Antoine-l’Abbaye, Saint-Appolinard, Saint-Blaise-du-Buis, Saint-Bonnet de Chavagne, Saint-Cassien, Saint-Etienne-de-Crossey, Saint-Gervais, Saint-Hilaire-du-Rosier, Saint-Jean-de-Moirans, Saint-Just-de-Claix, Saint-Lattier, Saint-Marcellin, Saint-Michel-de-St-Geoirs, Saint-Nicolas de Macherin, Saint-Paul-d’Izeaux, Saint-Pierre-de-Chérennes, Saint-Quentin-sur-Isère, Saint-Romans, Saint-Sauveur, Saint-Verand, La Sône, Têche, Tullins, Varacieux, Vatilieu, Vinay, Voiron, Vourey

    secteur Trièves :
    communes de : Chichilianne, Clelles, Lalley, Mens, le Monestier-du-Percy, le Percy, Prébois, Roissard


  • Les pertes ont été estimées à 11,283 M€ sachant qu’il s’agit d’estimations arrêtées début août :

  • 1
  • 2
  • 3

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

consultation pour un nouveau dispositif de protection des riverains vis-à-vis de l’utilisation des produits phytosanitaires

Le Gouvernement est déterminé à renforcer la protection de la santé des populations riveraines de zones de traitement des cultures par des produits phytosanitaires, ainsi que celle des exploitants agricoles, et améliorer le dialogue entre agriculteurs, riverains et élus locaux.

Pour cela, la Loi EGALIM a introduit des dispositions spécifiques pour la protection des riverains, en privilégiant le dialogue local, au niveau départemental, via la mise en place de chartes d’engagements concertées entre les agriculteurs, les associations, les élus, à partir du 1er janvier 2020.

Dans le cadre du travail préparatoire à la mise en place de ces chartes, le Gouvernement avait demandé en janvier dernier à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) un appui scientifique et technique sur ces mesures de protection. Son avis rendu le 14 juin dernier, recommande la mise en place de distances minimales entre les habitations et les zones de traitement des cultures par des produits phytosanitaires, en fonction des cultures, des matériels de pulvérisation utilisés.

Par ailleurs, le Conseil d’État, dans sa décision du 26 juin dernier, a annulé l’arrêté du 4 mai 2017 qui réglemente les épandages et a demandé à l’Etat de prendre des mesures de protection des riverains supplémentaires d’ici la fin de l’année.

Dans ce cadre, et après une concertation menée avec les parties prenantes, Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire, Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, et Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, mettent en consultation publique à compter du lundi 9 septembre et pendant 3 semaines, un nouveau dispositif d’encadrement de l’utilisation des produits phytosanitaires à proximité des habitations.

L’élaboration de ces projets de texte (un décret et un arrêté) s’est appuyée sur les recommandations d’un rapport inter-inspections (CGEDD, CGAAER, IGAS) de mars 2019 et sur l’avis de l’Anses du 14 juin 2019.

Ce dispositif repose sur un double principe :

  • Des distances nationales minimales à respecter entre les zones d’épandage et les zones d’habitation. Comme le Gouvernement l’avait annoncé dès le 26 juin 2019, ces distances s’appuient sur les préconisations scientifiques et indépendantes formulées par l’Anses dans son avis du 14 juin 2019. Les distances minimales à respecter, sont ainsi fixées de la manière suivante :
    • 10m minimum pour l’épandage des substances les plus dangereuses ;
    • pour les autres produits phytosanitaires, 10m minimum pour les cultures hautes (viticulture, arboriculture notamment) et 5m minimum pour les cultures basses (céréales par exemple).
  • La possibilité d’adapter ces distances minimales dans le cadre de chartes validées au niveau départemental, après échanges entre les agriculteurs, les riverains et les élus. Ces distances minimales pourront être ramenées à 3m pour les cultures basses et la viticulture et à 5m pour les autres cultures, à la condition d’avoir recours à des matériels de pulvérisation les plus performants sur le plan environnemental. Le projet d’arrêté prévoit que ces distances puissent le cas échéant être adaptées à l’avenir, après expertise de l’Anses et au regard des nouvelles données scientifiques et des techniques d’application des produits.

Le projet de décret encadre également l’élaboration de ces chartes et leur validation par le préfet de département. Ces chartes doivent permettre d’installer un dialogue local entre utilisateurs et riverains et définiront de manière concertée et adaptée un certain nombre de mesures, telles que les modalités d’information préalable aux traitements.

Après cette phase de consultation, le décret (règles d’élaboration des chartes) et l’arrêté (distances minimales) définitifs entreront en vigueur le 1er janvier 2020. Ils sont également soumis à la consultation de la Commission européenne.

Avec ce dispositif, la France se dote d’un cadre national pour la protection des riverains et deviendra un des seuls pays européens à instaurer de telles mesures.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

UNE RENTREE SOUS LE SIGNE DE L’ENVIRONNEMENT

A l’occasion de la rentrée des classes dans les collèges du Département, le Président du Département Jean-Pierre Barbier s’est rendu dans 4 établissements en compagnie de la Vice-Présidente chargée des collèges Cathy Simon.

Ils sont notamment revenus sur les actions en faveur de l’environnement mises en place dans les collèges par le Département et ont présenté une nouvelle initiative départementale suivant cet objectif.

Stop au plastique !

Parmi les thématiques abordées lors de cette journée, celle de la restauration était au coeur des préoccupations. Le Président du Département est notamment revenu sur l’intérêt des cuisines mutualisées et le bilan de la lutte contre le gaspillage. En effet, dans les cantines du Département, un tiers des produits est d’origine locale et 22% sont bio. La lutte contre le gaspillage, a quant à elle, permis de diminuer de moitié la masse du gaspillage alimentaire depuis 2015.
Annonce importante à l’occasion de cette rentrée : celle de la suppression du plastique dans l’ensemble des cantines gérées par le Département de l’Isère.

D’ici un an, le plastique aura totalement disparu des selfs, remplacé par une vaisselle durable et des matériaux écoresponsables, permettant une importante diminution de l’impact environnemental des cuisines.

Une première mesure forte applicable immédiatement à cette rentrée de septembre 2019 consiste à ne plus utiliser de vaisselle plastique jetable (utilisée notamment pour la présentation individuelle de certains hors d’oeuvre, fromages et desserts).
S’en suivront courant 2020 la suppression de l’usage des contenants et de la vaisselle en plastique réutilisables dans tous les collèges ainsi que la suppression de l’usage des barquettes en plastique utilisées par les CMC (cuisines centrales mutualisées) pour la cuisson de certains aliments.
En faisant ce choix, le Département précède de 5 ans la loi du 30 octobre 2018 qui prévoit l’interdiction du plastique d’ici à 2025.
Des mesures ont déjà été prises dans certains collèges, dès cette rentrée, à l’instar du collège Buclos, à Meylan, où le Président, la Vice-Présidente et les journalistes ont pu déjeuner dans une cantine débarrassée de toute vaisselle plastique jetable ou réutilisable.

La restauration scolaire en quelques chiffres

- 8 cuisines mutualisées (dont 2 certifiées Ecocert niveau 2)
- 37 500 repas servis chaque jour
- 32% de produits locaux
- 22% de produits bio
- 38,2 M€ de budget par an
- 50% de gaspillage alimentaire en moins depuis 2015

L’environnement au coeur de la rentrée

Lors de cette journée, le Président a également présenté les autres actions menées par le Département dans les collèges visant la protection de l’environnement.
Dans le cadre du Plan Pluriannuel de Réhabilitation des Collèges, initié en 2015 par le Département et représentant un budget de 221 millions d’euros, la collectivité souhaite notamment porter l’investissement sur la rénovation thermique des bâtiments dont elle a la responsabilité. Cette mesure permettra d’éviter un gaspillage énergétique conséquent et nuisible à l’environnement.

Associé à la gratuité des transports scolaires qui encourage le recours à des déplacements plus propres, les collèges voient ainsi leur empreinte environnementale fortement diminuée.
Ont aussi été présentés les projets pédagogiques des établissements sur ces questions environnementales. Le collège Les Pierres Plantes, à Montalieu-Vercieu, a ainsi pu mettre à l’honneur la participation des collégiens aux COP 23 et 24.

Les collèges en Isère, c’est aussi…

- Près de 65 000 collégiens
- 96 collèges publics et 22 collèges privés, tous soutenus par la collectivité
- 60 M€ pour le transport scolaire (gratuit depuis 2015)
- 4,7 M€ dédiés au développement numérique des collèges
- 673 actions éducatives
- Plus de 900 agents
- Près de 30 000 Pack’loisirs commandés, destinés à encourager les activités culturelles et sportives

« Le Département prend toutes ses responsabilités s’agissant de l’environnement dans nos collèges. C’est pourquoi nous agissons partout où nous le pouvons : sur l’isolation des bâtiments, les transports, les menus, et maintenant sur le matériel de cuisine, afin de réduire l’empreinte environnementale des établissements.
L’environnement mérite des actions concrètes, pragmatiques, et non de l’idéologie.» explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.
« Dans les collèges notre action sur l’environnement est à la fois directe et indirecte : directe via les mesures que nous prenons et indirectes via les moyens que nous offrons aux jeunes et aux équipes pédagogiques de s’ouvrir au monde et d’être sensibilisés à ces problématiques » ajoute Cathy Simon, Vice-Présidente du Département chargée des collèges.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+