Grenoble Alpes Métropole déploie le tri des déchets alimentaires sur 4 nouvelles communes : Eybens, Poisat, Gières et Seyssins.

Dès 2017 la Métropole a expérimenté le tri des déchets alimentaires pour 3500 foyers pilotes. Devant les résultats encourageants, ce nouveau service se déploie sur l’ensemble du territoire. Une première phase a démarré en mars 2019, arrive aujourd’hui la seconde étape du déploiement.

Les déchets alimentaires (Épluchures, restes de repas, marc de café, pain rassis, produits périmés …) représentent un tiers du poids de nos ordures ménagères (poubelle grise). Le tri de ces déchets à la source est un enjeu majeur pour la Métropole et sa politique de réduction des déchets dont l’objectif est de diviser par deux le poids de ses ordures ménagères d’ici 2030.

La phase de test sur deux quartiers en fin d’année 2017 a montré la pertinence d’étendre cette nouvelle collecte au reste du territoire ; d’abord parce que 99 % des usagers ont accepté de participer à l’expérimentation montrant que les habitants sont prêts à ce nouveau geste de tri mais aussi parce que la qualité du flux collecté est excellente : le taux d’erreur est proche de zéro.

Un plan de déploiement prévoit de convertir tous les 6 mois 50 000 habitants au tri des déchets alimentaires pour que l’ensemble de la Métropole soit concerné à l’horizon 2021. La première phase en mars 2019 concernait Echirolles et Grenoble (Secteur 4), elle s’est poursuivie avec le Secteur 1.

Aujourd’hui, la Métropole propose à 4 nouvelles communes le tri des déchets alimentaires : Eybens, Poisat, Gières et Seyssins.

Que va-t-il se passer sur les 4 communes concernées ?

Dans un premier temps une campagne de promotion du compostage individuel va permettre de sensibiliser les habitants des zones pavillonnaires rappelant que composter ses déchets chez soit reste le meilleur moyen de les valoriser. Afin d’équiper un maximum de personnes, la Métropole met gratuitement à disposition des composteurs individuels, lombri-composteurs ou même composteurs partagés en pied d’immeuble. (voir lametro.fr)

C’est sur les zones présentant une majorité d’habitat collectif que la Métropole propose une nouvelle collecte en porte à porte pour détourner les déchets alimentaires des poubelles grises. Des agents mandatés par la Métropole vont frapper à la porte de tous les foyers concernés entre le 12 et le 22 novembre

. Ils remettront à chacun un bio-seau, des sacs compostables et toutes les consignes de tri puis disposeront le bac marron dans le local à ordures, à côté des bacs gris et vert qui restent en place. Le bio-seau et les sacs distribués permettront à chacun de faire le tri des déchets alimentaires dans sa cuisine. Tous les 2 ou 3 jours ces sacs, même peu remplis, devront être déposés dans le bac marron qui sera collecté une fois par semaine. Par la suite, de nouveaux sacs compostables seront gratuitement disponibles auprès des commerçants locaux.

Les déchets alimentaires ainsi collectés seront acheminés au centre de compostage de Murianette pour être transformés en compost, compost utilisé comme fertilisant naturel pour enrichir les surfaces agricoles de la vallée du Grésivaudan. Bientôt, un centre de méthanisation, permettra également de produire à partir de ces déchets un bio-gaz qui servira de carburant pour les véhicules métropolitains.

Cette collecte des déchets alimentaires s’inscrit dans le cadre de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte qui rend obligatoire la séparation des biodéchets à la source en 2025. Il s’agit d’un projet pionnier en France : la Métropole grenobloise est un des premiers grands territoires urbains à se lancer dans cette collecte.

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8502 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+