Archive | janvier, 2020

Bassin Grenoblois:Épisode de pollution de l’air

Compte tenu des prévisions émises par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, la procédure préfectorale
d’alerte de niveau N1 est activée à compter d’aujourd’hui, pour le bassin Grenoblois.

Afin de réduire les sources d’émissions polluantes, le préfet de l’Isère instaure les mesures détaillées
dans l’information préfectorale.

Ces mesures qui visent à protéger la population des effets du pic de pollution et à réduire les sources d’émissions polluantes, prennent effet à compter de ce jour à 17h00 à l’exception des mesures relatives au secteur du transport qui sont mises en oeuvre à partir du vendredi
24 janvier 2020 à 5h00 du matin.

PRINCIPALES MESURES CONCERNANT LA CIRCULATION :

• Un abaissement temporaire de la vitesse de 20 km/h est instauré pour tous les véhicules à
moteur sur tous les axes routiers du bassin d’air grenoblois où la vitesse limite autorisée est
normalement supérieure ou égale à 90 km/h. Les axes dont la vitesse autorisée est égale à 80
km/h sont limités à 70 km/h.
• seuls les véhicules disposant d’un certificat de qualité de l’air de classe «zéro émission
moteur», de classe 1, ou de classe 2, ou de classe 3 sont autorisés à circuler dans les
communes formant la métropole de Grenoble-Alpes Métropole.
• cette dernière restriction ne s’applique pas aux autres communes composant le bassin d’air
grenoblois ni sur les axes routiers suivants pour lesquels seule l’obligation de disposer un
certificat qualité de l’air est nécessaire : A41S, A480, A51, A48, A49, rocade sud (RN87),
RN481 et RN85.

Plus d’informations :
• www.isere.gouv.fr
• www.air-rhonealpes.fr
• www.metromobilite.fr

Catégorie pollutionCommentaire (0)

Elections MSA

Dernière ligne droite avant le renouvellement, du 20 au 31 janvier 2020, des 15 000
délégués élus de la Mutualité Sociale Agricole (MSA). A l’aube de cet événement
essentiel au bon fonctionnement de la MSA, les représentants des caisses Ain-
Rhône, Alpes du Nord et Ardèche-Drôme-Loire soulignent le rôle clé de ces relais
de proximité, dont l’écoute et l’implication facilitent la mise en place de projets
ciblés. L’occasion de revenir sur des actions emblématiques engagées sur les
territoires concernés et de lancer les grands chantiers de demain.

Des élus qui sont le reflet et le soutien du monde agricole
Créée en 1930, la MSA est le régime de protection sociale obligatoire dédié à la population
agricole et à ses ayants-droits (salariés et non-salariés). Elle est aujourd’hui le deuxième
régime de protection sociale en France, couvrant 5,6 millions de bénéficiaires. Elle se
distingue par un ancrage professionnel très fort, un système démocratique et une
présence active sur les territoires, qui en font un organisme singulier dans le paysage de la
protection sociale et dont l’impact se mesure au-delà du seul monde agricole.
Sa valeur mutualiste est incarnée par des délégués cantonaux, élus tous les 5 ans pour
représenter près de 2,5 millions d’adhérents votants. Sur le terrain, ces élus, issus de toutes
les composantes de la profession – exploitants, salariés et employeurs –, jouent un rôle de
relais entre la population agricole et rurale et la MSA. Et c’est parmi eux que sont désignés
les administrateurs des 35 MSA pluri-départementales, ainsi que ceux de la Caisse Centrale
de la MSA. C’est leur engagement et leur présence quotidienne aux côtés des adhérents
qui permettent de faire remonter les attentes ou les besoins et de maintenir un lien solide
entre la caisse et ses bénéficiaires.
Le vote va permettre d’élire 15 000 délégués, au terme du dépouillement prévu le 6 février.
Ceux-ci seront répartis entre 3 collèges électoraux : exploitants ou chefs d’entreprise
agricole non employeurs de main d’oeuvre ; salariés de l’agriculture et des entreprises
agricoles ; chefs d’exploitations et d’entreprises agricoles employeurs de main d’oeuvre.
Les adhérents pourront voter en ligne ou par correspondance.

Des élus qui portent les attentes des adhérents, au plus près des territoires
C’est grâce à l’appui et au relais permanent des élus de la MSA que nombre d’initiatives ont
pu voir le jour dans ces territoires de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Parmi les missions
qui leur sont confiées figurent l’initiative et l’accompagnement d’actions sociales, de
santé et développement local qui associent adhérents, populations locales et partenaires.
Les dispositifs suivants ont été conçus, parmi de nombreux autres, pour proposer des
solutions à des problématiques générales ou spécifiques, identifiées par des élus MSA au
plus près de leurs territoires.

QUI PEUT VOTER ?
Pour voter, vous devez :
• être âgé d’au moins 16 ans,
• appartenir à l’un des trois collèges électoraux,
• habiter en France métropolitaine,
• être à jour du paiement de vos cotisations sociales,
• et jouir de vos droits civiques.
En votant, vous désignerez vos délégués MSA, au sein de votre collège électoral :
• le 1er collège si vous êtes exploitant agricole,
• le 2e collège si vous êtes salarié agricole,

le 3e collège si vous êtes employeur de main-d’oeuvre.
COMMENT VOTER ?
Dès le 20 janvier, vous pouvez voter :
• par internet, en vous rendant sur
jevoteenligne.fr/msa2020, avec l’identifiant
de vote et le code confidentiel transmis
par courrier mi-janvier,
• ou par courrier en retournant,
sans l’affranchir, votre bulletin de vote reçu mi-janvier dans l’enveloppe retour T.
En ligne ou par courrier, votre vote est anonyme
et secret !
Retrouvez toutes les informations
sur le rôle des délégués et les élections MSA 2020 sur electionsmsa2020.fr

Sans titre

Sites internet
ain-rhone.msa.fr

alpesdunord.msa.fr

ardechedromeloire.msa.fr

Catégorie agriculture, msaCommentaire (0)

A la découverte des gîtes de pré clos à St Andéol

St Andéol est une petite commune de 120 habitants située au cœur du Balcon-Est du Vercors. Une de ses particularités est d’avoir une vue majestueuse sur des falaises calcaires impressionnantes.Et des gîtes communaux.. 6 au total.

Situé à 1200 mètres d’altitude, à à peine  une heure de Grenoble,  le village propose diverses activités liées à la nature: ski.. randonnées etc..

St Andéol est également devenu au fil du temps une terre d’accueil en proposant un hébergement diversifié: gîtes de groupes, centre de vacances, gîtes ruraux.. Avec une particularité non singulière: 6 gîtes communaux.

Pour en savoir plus nous avons rencontré madame le Maire Solange Saulnier. Celle ci nous a indiqué que les gîtes communaux est une histoire ancienne sur St Andéol . Il y en avait 4 répartis dans 2 bâtiments  Hélas, la commune a été obligée de les vendre suite à des soucis financiers..

Mais l’idée de refaire des gîtes a très vite fait son chemin… Il fallait en effet faire revenir de la clientèle sur St Andéol, lui offrir des hébergements afin qu’elle connaisse le village, puisse s’adonner a diverses activités, profiter du paysage..Il faut dire aussi que la station de Gresse en Vercors n’est située qu’à une petite dizaine de kilomètres de St Andéol.

Autre attrait: faire vivre le commerce local et surtout les fermes locales qui proposent des produits d’une qualité  » topissime »: viande, fromages en particulier..

6 gîtes seront donc construits répartis dans trois chalets totalement identiques. Gîtes qui peuvent accueillir 6 personnes chacun.

La commune demandant au milieu des années 2000 que les gîtes soient gérés par le centre communal de vacances Tétras Lyre. Celui ci dispose en effet toutes les capacités pour gérer les gîtes communaux..Tétras Lyre un site particulièrement bien adapté à l’accueil des groupes.

Le centre qui dispose de 17 permanents s’occupe bien évidemment de la gestion de la clientèle mais aussi de l’entretien des gîtes.

 » Très régulièrement un point est fait et la direction du centre nous informe de ce que l’on peut modifier, améliorer, afin d’offrir un confort maximum à notre clientèle » nous précise Solange Saulnier.

Des familles, des randonneurs, des gens de passage, des ouvriers se succédant dans les gîtes tout au long de l’année dans les gites communaux  » aux chalets de pré clos..

Bien entendu nous avons profiter de cet hébergement… Franchement  » ça vaut le détour »

Pour en savoir plus  sur les gîtes de France en Isère

Gîtes de France Isère Partageons des moments uniques

Gilbert PRECZ

Voici quelques photos pour vous donner envie…







Catégorie tourisme, évasionCommentaires fermés

Tullins: 21182 euros pour l’AFM….

C’est désormais une bien belle tradition.. Le défi annuel relevé à Tullins dans le cadre du téléthon permet de reverser à l’AFM une somme qui flirte avec les 20 000 euros..

Et pour tant le défi 2019 a bien failli capoter.. La salle des fêtes de Tullins étant inaccessible .. Toit envolé lors d’une tempête

Cela n’a pas perturbé outre mesure l’ équipe de Défis solidaires, les partenaires et bénévoles..

Le directeur de Carrefour Market, groupe Provencia, Djamel de proposer que le défi soit relevé dans la galerie du magasin et sur le parking..

Pour rappel le défi étant la construction en chocolat, d’une voiture Favier grandeur nature.

La fête fût belle … Elle a permis de collecter la somme de 21 182 euros..

1

Chèque remis aux représentants de l’AFM au cours d’une soirée conviviale qui a réuni bénévoles, partenaires, élus et amis du téléthon.

3

Parmi les partenaires on citera en particulier les Crédit Mutuel et agricole mais aussi les gîtes de France, antenne de l’Isère. C’était une première..Bruno Bernabé le directeur précisant que ce partenariat  » coulait de source » les gîtes de France étant créés sur la base de la solidarité..afin de permettre aux agriculteurs de trouver un complément de revenu.

4Pour l’occasion une tombola a été organisée avec à la clé un séjour en gîte.

Djamel  Laaliaoui précisant pour sa part que le groupe Provencia à travers ses magasins de Tullins et Voiron est un partenaire de première heure du téléthon de Tullins . « Avec nos personnels, les commerçants de la galerie marchande.. nous avons tout mis en oeuvre pour que le défi soit relevé..il l’a été … nous en sommes très fiers.. »

Il ne restait plus qu’à remettre le chèque et à partager le verre de l’amitié…Et d’apprendre que le défi 2020 sera de taille et très original., agricole. La construction grandeur nature, toujours en chocolat d’un tracteur!!!

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

PARIS-NICE ARRIVE A LA COTE SAINT-ANDRE : UN EVENEMENT

Le Département et la Ville sont fiers d’accueillir l’arrivée de la 5ème étape de Paris-Nice, le 12 mars, à La Côte Saint-André, d’autant qu’un tel événement était attendu en Isère depuis un quart de siècle ! Cette année 2020, le département aura donc l’honneur de recevoir Paris-Nice, le Tour de France et le Criterium du Dauphiné.

Paris-Nice en Isère, un événement rare, une vitrine de promotion formidable
Depuis sa création en 1933 et après 78 éditions de la « Course au soleil », ce sera la deuxième fois seulement que l’Isère accueillera une arrivée d’étape du Paris-Nice. Un évènement festif que le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, et le Maire de La Côte Saint-André, Joël Gullon, sont fiers de recevoir le 12 mars dans la Bièvre.
Clin d’oeil, l’arrivée sera jugée sur l’avenue Hector Berlioz à La Côte Saint-André, patrie du célèbre compositeur de musique classique. Le sport sera alors intimement lié à la culture.
Jusqu’ici, la seule arrivée d’étape en Isère a eu lieu à la station de Vaujany, en 1994. C’était il y a plus de 25 ans. Le Suisse Pascal Richard avait alors remporté cette étape avant de devenir, deux ans plus tard, champion olympique.
Paris-Nice est la première grande course à étapes du calendrier cycliste international de l’année, une course souvent préparatoire pour le Tour de France. Les meilleurs cyclistes mondiaux seront donc le 12 mars à La Côte Saint-André (voir encadré ci-dessous) ! De quoi faire vibrer l’Isère qui porte le cyclisme dans son ADN.
Paris-Nice assure une belle vitrine de promotion du territoire, grâce à la forte médiatisation de cette course de renom avec, en 2019, pour référence :
o Près d’1,8 million de téléspectateurs chaque jour
o Une diffusion dans 190 pays
o L’accréditation de 90 médias

2020, une très grande année vélo grâce au Département
Une arrivée d’étape de Paris-Nice à La Côte Saint-André, trois jours du Tour de France en Isère, dont une étape 100 % iséroise, le Criterium du Dauphiné : autant dire que 2020 sera une très grande année vélo ! Ce programme en Isère, particulièrement dense et riche, n’est en rien le fruit du hasard. Il est le fruit d’un travail approfondi entre le Département et ASO depuis un peu plus de 2 ans.
Le Président Jean-Pierre Barbier a travaillé en étroite confiance avec Christian Prudhomme, le Directeur du Tour de France, pour que le territoire puisse être à l’honneur lors de ces courses et montrer ainsi tous ses atouts.


« Paris-Nice va permettre au département de démontrer sa capacité à accueillir de grands événements sportifs, et de confirmer son dynamisme sportif et culturel. J’invite d’ores et déjà les amateurs de vélo et de sport, tous les habitants de la Bièvre et de l’Isère, à venir participer à cette fête populaire à La Côte Saint-André le 12 mars », souligne Jean-Pierre Barbier, le Président du Département de l’Isère.

De son côté, Joël Gullon, Maire de La Côte Saint-André, indique : « Je suis particulièrement heureux que La Côte Saint-André, aux côtés du Département, ait été choisie pour cette arrivée d’étape de Paris-Nice 2020. Le 12 mars, nous avons décidé de mettre à profit cette manifestation sportive pour permettre aux habitants du territoire et à tous les passionnés de vélo, de vivre un sprint final engagé dans cette longue ligne droite qu’est l’Avenue Hector Berlioz. Avec des animations gratuites et ouvertes à tous dès le début d’après-midi, chacun pourra vivre un moment inoubliable à La Côte Saint-André ».

Catégorie Département de l'Isère, sportCommentaires fermés

ENAC A SAINT-ETIENNE-DE-SAINT-GEOIRS

Les locaux de l’Ecole nationale d’aviation civile (ENAC) à l’aéroport Grenoble Alpes Isère vont faire peau neuve.

Conformément à la décision du Département d’investir dans le centre isérois pour éviter sa fermeture, le jury de concours présidé par le Président de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, a sélectionné le projet architectural dessiné par l’agence Moon Safari pour reloger l’école dans des bâtiments modernes au sud de l’aéroport.

Le maintien de L’ENAC en Isère, grâce à l’initiative du Département

Le 7 janvier 2020, un jury de concours présidé par le Président du Département de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, a sélectionné à l’unanimité, et parmi 4 projets présentés sous anonymat, le projet lauréat dessiné par l’agence Moon Safari pour construire le nouveau pôle technique en bord de piste du centre isérois de l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, sur le site de l’aéroport Grenoble Alpes Isère.
Ce pôle technique de l’ENAC était menacé de fermeture, en raison de la vétusté de ses infrastructures, et de ses problèmes d’isolation, qui induisaient des coûts de fonctionnement très élevés. Grâce à une décision courageuse du Département de soutenir la construction de nouveaux bâtiments pour accueillir l’ENAC, ratifiée le 22 mai 2018, la Ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait décidé de ne pas fermer ce site.
Le projet lauréat, qui répond parfaitement aux besoins de l’ENAC tant sur le plan fonctionnel que sur le plan de la maîtrise des coûts de fonctionnement, compte des espaces de formation, de préparation aux vols, de travail pour les élèves avec deux simulateurs de vol, de réunion et d’administration, un hangar pour abriter 14 avions, une unité de maintenance pour les entretenir, ainsi qu’un parking et des taxiways pour rejoindre les pistes. Ces bâtiments modernes s’insèreront parfaitement dans le paysage aéroportuaire.
.
Ce nouveau pôle de formation en bord de piste sera implanté au sud de l’aéroport afin de reconnecter l’ENAC à la vie de la commune de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs et au reste des activités aéroportuaires de la plateforme. Cette implantation a été rendue possible grâce à la cession à titre gracieux d’un terrain d’une valeur de 500 000€ par Bièvre Isère Communauté.
Le coût de cette construction, dont les travaux devraient débuter au premier semestre 2021, est estimé à 9 M€ (5M€ versé par le Département, 2 M€ par l’Etat, 2 M€ par la Région). L’ENAC sera locataire de ce nouveau pôle, et devra verser un loyer annuel au Département.

Sans titre

Une école prestigieuse importante pour l’aéroport

L’ENAC, sous la tutelle de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), forme des pilotes de ligne pour les compagnies aériennes françaises et étrangères. Avec 9 implantations en France et de nombreux partenariats avec des écoles étrangères sur les 5 continents, l’ENAC est la première université du transport aérien en Europe et il convient de consolider son rayonnement international en la dotant d’infrastructures modernes. L’ENAC a remporté récemment l’appel d’offres lancé par Air France pour la formation de ses Cadets d’Air France, formation qu’elle assure en collaboration avec Flight Safety International aux USA et BAA training en Lituanie.
Le centre isérois, qui compte 20 agents, contribue largement à la formation des 150 élèves-pilotes de toutes nationalités accueillis chaque année par l’ENAC. Ils réalisent 45 % des mouvements aériens de l’aéroport Grenoble Alpes Isère. Son activité est donc décisive pour le maintien du contrôle aérien à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs et donc de l’activité commerciale de la plateforme.

« Nous sommes ravis de voir avancer le projet d’un nouveau pôle isérois pour l’ENAC, avec des bâtiments modernes. Il s’agit non seulement de préparer l’avenir de cette école et des jeunes pilotes qu’elle forme, mais de maintenir le dynamisme de l’aéroport Grenoble Alpes Isère », souligne le Président du Département, Jean-Pierre Barbier.
« Avec ce nouveau centre de formation, parfaitement adapté au fonctionnement particulier d’une école de pilotage qui accueille des élèves de toutes nationalités, notre implantation sur la plateforme de Grenoble Alpes Isère à proximité des services offerts par les collectivités va être pérennisée. Cela nous permettra d’être plus attractif pour répondre à la demande croissante de formation de pilotes au niveau international », indique le Directeur général de l’ENAC, Olivier Chansou.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

La Métro: 49 POINTS DE COLLECTE DE SAPINS DE NOËL

Jusqu’ au 2 février, Grenoble-Alpes Métropole propose des points
éphémères de collecte de sapins. Ces arbres sont ensuite valorisés en
étant transformés en compost et en broyat. L’an dernier, près de 12 000
sapins ont ainsi été recyclés, ce qui représente 28 tonnes de matière
valorisée.
Les sapins de Noël ne doivent pas être déposés sur le trottoir (ils en seront pas ramassés),
ni jetés à la poubelle. Mieux vaut leur offrir une seconde vie en les apportant en déchèterie
ou sur les points de collecte ponctuels proposés par la Métropole pour la quatrième année
consécutive, afin qu’ils soient correctement valorisés en compost et en broyat.
Cette année, la Métropole met à la disposition des métropolitains 49 points de
collectes répartis dans 13 communes partenaires.
Tous les sapins naturels (sans neige artificielle) peuvent être déposés dans ces points de
collecte du 2 janvier au 2 février inclus.
Attention, si les socles en bois sont acceptés, les décorations, pots, sacs ou filets doivent
être enlevés avant le dépôt de son sapin.
Les sapins seront ensuite broyés par la Métropole, le broyat et le compost en résultant
étant utilisé dans les espaces naturels métropolitains.

TOUS LES POINTS DE COLLECTE

EYBENS
• Cimetière d’Eybens – Avenue d’Échirolles
• Avenue de Belledonne
FONTAINE
• George Sand – Boulevard Joliot-Curie
• Square Hermitte
• Square de la Palombière
GIÈRES
• 30 Rue de la Libération
• Rue des Treilles
GRENOBLE
• Square des fusillés
• Parking église Saint-Bruno
• Pharmacie Presqu’île
• Place Docteur Girard
• Square Charles Michel
• Place Jacqueline de Marval
• Place de l’Etoile
• Place de Metz
• Place Malraux – CCI
• St-Laurent – Place de la Casemate
• 84 Rue Anatole France
• Déchèterie Jacquard
• Boulevard Clemenceau -
Palais des Sports
• Place de l’Abbaye
• Place La Bruyère
• Contre allée Marie Reynoard
au niveau du N°16 bis
LA TRONCHE
• Stade Louis Galliard – Côté rue Pascal
• Quai Charpenay
• Parking de la Grande Tronche
MEYLAN
• Meylan le Haut – École élémentaire
• Maupertuis – Place des Chalandes
• Béalières – Parking archives municipales
• Buclos – Grand Pré – terrain faculté de
pharmacie
• Aiguinards – parking gymnase de la Revirée
• Plaine Fleurie – rue du Pré d’elle – parking du
parc des Aiguinards
POISAT
• Place du 8 mai 1945
• Prémol
PONT-DE-CLAIX
• Place des Alpes
• Rue Barnave
• Rue Firmin Robert
SAINT-MARTIN-LE-VINOUX
• Parc Gontier
• Place Charles de Gaulle
• Cimetière du Village
SASSENAGE
• Rue Pierre Dalloz
• Place de l’Europe
• Rue du Parc de Messkirch
SEYSSINS
• Parking rue du Dauphiné
• Place Jean de la Fontaine
SEYSSINET-PARISET
• Stade Joseph Guetat
• Salle Vauban – rue Georges Maeder
• Parc du Vercors
VIZILLE
• Parking de la gare routière (à proximité de la
place du marché)

Catégorie La MétroCommentaires fermés

LA MÉTROPOLE REÇOIT LE LABEL “ÉCORÉSEAU DE CHALEUR”

À l’occasion de la semaine de la chaleur renouvelable, Grenoble-Alpes Métropole
a reçu, pour la deuxième année consécutive, le label « Ecoréseau de chaleur ».
Un label décerné par l’Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Energie
(Ademe) et l’association Amorce, qui récompense les collectivités locales dont
les réseaux de chaleur sont exemplaires selon des critères environnementaux,
économiques et sociaux.
Le label « Écoréseau de chaleur » 2019 vient récompenser l’excellence du réseau de chaleur
urbain métropolitain, qui consomme désormais 72% d’énergies renouvelables et de
récupération (essentiellement du bois, des ordures ménagères et de la chaleur industrielle),
soit une première nationale. Un chiffre qui atteindra les 85% d’ici 2022 avec la mise en
fonctionnement de l’unité de chaleur 100% bois Biomax sur la Presqu’île de Grenoble (voir
au verso) et les améliorations qui seront encore apportées sur les centrales de Villeneuve
et Poterne.
La Métropole souhaite augmenter la production d’énergie renouvelable locale
du territoire de 35% à horizon 2030, tout en réduisant dans le même temps la
consommation d’énergies fossiles de 30 %.
Le réseau de chaleur principal de la Métropole, 2e de France en terme d’importance (170
km de canalisations pour 100 000 équivalents-logements chauffés), constitue un outil
décisif pour atteindre ces objectifs, tout comme les réseaux de chaleur locaux dont la
Métropole favorise et soutient l’émergence dans de multiples communes de l’agglomération,
à Quaix-en-Chartreuse, à Gières ou encore à Sassenage.
La Métropole poursuit également sa mobilisation en faveur de la rénovation thermique,
notamment via le dispositif Mur|Mur qu’elle a souhaité pérenniser, développera une unité de
méthanisation des déchets alimentaires, favorisera l’émergence de projets de production
d’énergie renouvelable portés par des acteurs publics comme privés, tout comme la
transition énergétique des véhicules, etc.

L’UNITÉ 100% BOIS BIOMAX BIENTÔT EN FONCTIONNEMENT

Sans titre

Afin de remplacer une ancienne unité de chaleur du réseau fonctionnant au fioul, La Métropole construit sur la presqu’île de Grenoble d’une nouvelle centrale 100% bois :Biomax.
Celle-ci permettra d’alimenter avec du bois local entre
15 000 et 20 000 logements en chauffage et 10 000
logements en électricité. Biomax rentrera en pleine
exploitation en mars 2020. En attendant, plusieurs essais
sont menés :
• Jusqu’à la mi-janvier, des opérations de nettoyage des
tuyauteries produisant du bruit et des dégagements
de vapeur d’eau dans l’atmosphère (sans aucun
impact sur la qualité de l’air) sont réalisées. Elles se
matérialisent par un important panache de vapeur blanc
et un sifflement dû à l’échappement à grande vitesse de
la vapeur des tuyaux.
• De mi-janvier à fin mars, place aux premiers essais
à froid puis à une montée en température des
chaudières. Les premiers panaches apparaîtront en
haut des cheminées. Biomax est équipé des systèmes
de traitement des fumées les plus performants. La
couleur blanche du panache s’explique par la présence
d’eau et la faible température des fumées. Ainsi, le
panache blanc traduit une excellente performance
énergétique.

LES ATOUTS DES RÉSEAUX DE CHALEUR
- Le chauffage urbain émet peu de particules car la
combustion à haute température est maîtrisée et le
traitement des fumées très performant.
- Le chauffage urbain peut consommer de nombreuses
sources d’énergies locales et renouvelables.
Le réseau de chaleur principal de la Métropole
consomme 72% d’énergie renouvelable et de
récupération, l’objectif final étant de supprimer
progressivement tous les carburants fossiles.
- Les réseaux de chaleur au bois permettent de
prémunir davantage les usagers de la volatilité des
cours internationaux des énergies fossiles.
- Dans un bâtiment raccordé au réseau de chaleur, plus
besoin de chaudière. Celle-ci laisse la place à une
sous-station. Les propriétaires n’ont donc plus
de frais d’entretien de chaudières ni de stock de
combustible à gérer.

Catégorie La MétroCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2020
L Ma Me J V S D
« déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+