Archive | janvier, 2020

Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) : Quelles opportunités pour les entreprises ? Le Crédit Agricole dévoile ses actions en la matière

Dans un monde qui change, les Français attendent des entreprises quelles soient aujourdhui pleinement engagées sur les problématiques sociétales. Dans ce contexte, le Medef Isère et le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes ont réuni des intervenants ce mardi 28 janvier pour évoquer les opportunités offertes par la RSE, pour la 11ème édition des Rencontres économiques. En amont, le Crédit Agricole dévoile ses avancées en matière de RSE.

Le Crédit Agricole révèle ses enjeux et objectifs en matière de RSE

En amont des Rencontres Medef sest tenue une conférence de presse pendant laquelle le Crédit Agricole a dévoilé ses avancées et objectifs en matière de RSE.

Éric Campos, Directeur RSE du groupe Crédit Agricole, a rappelé quelques chiffres clés montrant lintérêt et lengagement du groupe Crédit Agricole : 276 milliards dencours en Investissement Socialement Responsable (ISR), 114 milliards darrangements en faveur de la transition énergétique. « Nous voulons être le partenaire dune économie durable. Cette notion est au centre du nouveau projet stratégique 2022 du groupe CA ».

Au niveau du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, la politique RSE sarticule autour de 5 engagements : agir dans lintérêt du territoire, agir dans lintérêt des clients, simpliquer en employeur responsable, contribuer à la protection du climat et agir dans un respect constant de léthique.

Jean-Pierre Gaillard, Président du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, a rappelé les origines coopératives et mutualistes de la Caisse régionale, née de la solidarité envers les agriculteurs, un des principes fondateurs de la RSE : « Notre modèle na cessé de se développer depuis sur des valeurs de solidarité, dutilité, et de responsabilité » explique-t-il, avant de rappeler que 87 % des résultats de la Caisse régionale sont conservés au service de territoire Sud Rhône Alpes. Enfin, face aux aléas climatiques et notamment lépisode de grêle du 15 juin dernier, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a débloqué une aide durgence de 4 millions d.

Christian Rouchon, Directeur général du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, a rappelé quelques actions fortes réalisées : le financement de 183 logements sociaux en 2019, plus d1 million d alloué à lanimation du territoire, la baisse en 2019 de lempreinte carbone de la Caisse régionale de 19% ou encore le financement de 902 projets liés à la transition énergétique, pour un montant globale de 4,5 millions d’euros.

Sans titre

La RSE, levier de développement pour les entreprises

Nous retiendrons parmi les intervenants:

Jean-Pierre Gaillard, Président du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes : le Crédit Agricole est une coopérative mutualiste qui est chevillée à son territoire. Nous navons pas inventé le terme de RSE mais nous ne lavons pas attendu non plus. Voilà 130 ans que nous contribuons positivement à notre territoire : cest notre raison dêtre depuis notre naissance

Pierre Streiff, Président du MEDEF Isère : nous investissons de nouveaux sujets : la RGPD, le management agile, la prévention des risques professionnels, le financement des entreprises. Nous travaillons aussi à créer du lien, du dialogue entre tous les acteurs de notre territoire : les entreprises les élus et les pouvoirs publics. Enfin nous venons de lancer avec lUDIMEC la première campagne de mécénat territorial pour soutenir le fonds de dotation de Clinatec.

Olivier Redoules, Directeur Economie du MEDEF a commencé son intervention par un point sur la conjoncture économique. Les notions dengagement RSE volontaire et performance économique sont intrinséquement liées. La montée du coût du « non-RSE » est un fait nouveau quil faut prendre en considération, tout comme des nouvelles opportunités économiques : entre 50 et 100 milliards deuros sont investis chaque année pour la transition écologique, de nouveaux marchés de consommation émergent , le « low », le « slow » , et les attentes croisées des investisseurs, consommateurs, partenaires et pouvoirs publics.

Eric CAMPOS, Directeur RSE Groupe Crédit Agricole : le défi qui est le nôtre cest la transition énergétique. Rien dautre nest plus central aujourdhui que de participer et daccompagner ce mouvement nécessaire, indispensable et dont personne ne peut sexonérer. Notre mode de gouvernance nous oblige à une responsabilité particulière : celle dêtre pionnier, dinvestir plus fort et plus profondément ce grand sujet de société. Pour preuve : 114 milliards d darrangements en faveur de la transition écologique font de CACIB (Crédit agricole Corporate and Investment Bank) le 1er arrangeur mondial dobligations vertes. La Responsabilité environnementale de notre entreprise se décline selon les axes suivants : réduire notre empreinte environnementale directe, renforcer la prise en compte des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) dans nos produits et services, financer une économie bas carbone, gérer les risques ESG et climat et inclure lESG dans le contrôle interne.

Gilles Vermot-Desroches, Directeur Développement Durable Schneider Electric : plusieurs grands travaux portent la réflexion du groupe sur les enjeux de développement durable : changement climatique, santé, sécurité, équité, et du développement.

Benoit Hilbert, Directeur général Air Liquide AT a évoqué deux axes de travail fort : prévenir le réchauffement climatique et sinscrire dans une transition vers un monde décarbonné. Le groupe sest engagé sur des objectifs chiffrés : augmenter de 70 % ses achats dénergie renouvelable, optimiser lensemble de ses productions de gaz et réduire de 10% lempreinte carbone liée à lensemble de ses produits.

Christian Rouchon, Directeur général du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes : les entreprises sont face à une attente massive et légitime des Français qui souhaitent un engagement concret en faveur des enjeux de société. Lerreur serait de voir la RSE comme une contrainte. Elle offre en réalité une opportunité de refonte, créatrice de valeurs, participant au développement et à la pérennité de lentreprise. Loin dêtre un frein à la croissance, elle met sur table des chantiers ambitieux mais nécessaires, qui porteront inéluctablement leurs fruits sur le long terme : investir sur les hommes et les femmes, travailler sur une stratégie nouvelle, construire une expérience client fondée sur la transparence, la proximité et lexcellence.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

CCMV: tout à été réalisé…

La communauté de communes du massif du Vercors a eu deux actualités très importantes au cours de la mandature qui va s’achever en mars de cette année.

Les deux faits marquants étant, en cours de mandat, la démission de Pierre Buisson comme président de la CCMV, C’est Franck Girard, maire de St Nizier du Moucherotte qui lui succèdera.

La CCMV constituée des communes de St Nizier, Engins, Lans en Vercors, Corrençon,  Villard de Lans  Autrans et Méaudre a vu ses deux dernières communes fusionner le 1er janvier 2016.

Il nous a semblé utile de faire le point avec l’actuel président de la communauté de communes du massif du Vercors, Franck Girard.

 » Le programme des projets à réalisés a donc été initié avec une présidence partagée mais on peut être fiers d’annoncer que l’ensemble du programme a été réalisé  sauf l’assainissement ». Et Franck Girard d’argumenter: Si cela n’est pas réalisé c’est du fait de la législation qui a permis d’avoir un délai supplémentaire . Il est certain que la prochaine équipe devra le faire assez rapidement. »

Autre réalisation et non des moindres l’extension de Vercors Lait.  » On peut être très fiers de cette réalisation qui permet d’asseoir l’entreprise mais aussi tout un pan de la filière agricole, de  maintenir voire de créer des emplois…  » Aux côtés de Vercors Lait se situe l’écosite du Vercors ( Fenat) .

En un mot Les déchets collectés sur le territoire de la CCMV  sont  déchargés sur le quai de transfert appartenant à la Communauté de Communes et situé sur l’Ecosite du Vercors.

Cette réalisation, de 2,2 millions d’euros a pu se faire grâce en particulier avec l’aide financière du département qui a investit 800 000 euros. Franck Girard se félicitant » Nous sommes heureux de constater que le département a été très présent, toujours à nos côtés au cours de ce mandat.. »

Autre opération remarquable:  RENOVertaco.

L’ objectif de RENOVertaco est d’accompagner les propriétaires qui souhaitent entreprendre des travaux de rénovation, d’isolation depuis leur projet de rénovat

ion, jusqu’à la réalisation des travaux. Pour cela plusieurs services sont proposés par la CCMV. Une aide financière peut être apportée sous certaines conditions.  Le succès de cette opération est palpable.  » nous avons donc décidé de la prolonger en 2020″ informe le Président de la CCMV.

Comment passer sous silence  » l’opération « demain commence ici » La CCMV a lancé  cette démarche  à destination des artisans-commerçants-restaurateurs des 4 Montagnes qui souhaitent engager ou poursuivre leur transition écologique…. un défi à relever collectivement, professionnels, habitants et collectivités, afin de faire évoluer  comportements et  pratiques !

Cette démarche a connu un bel engouement.. Plus de 30 professionnels ont joué le jeu… Démarche reconduite pour 2020.

 » Comme vous le constatez l’environnement fait partie intégrante de nos actions »..précise Franck Girard.

Autre sujet d’actualité le PLUI.  Pour rappel, En juillet 2014, les 6 communes du Plateau se sont lancées dans l’élaboration d’un Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi) avec intégration d’un nouveau Programme Local de l’Habitat (PLH). Le 21 décembre 2018, le conseil communautaire de la CCMV a dressé le bilan de la concertation et arrêté, à l’unanimité, le projet PLUi-h.

Cette première photographie « officielle » du futur document d’urbanisme a été soumise à enquête publique et sera approuvée le 31 janvier 2020.

 » C’est un document très compliqué à élaborer, les règles d’urbanismes étant très complexes, d’autant plus qu’il faut retenir que nous sommes les premiers sur le département à nous lancer sur un PLUI.. La grosse satisfaction, outre le fait que l’on est arrivé au bout c’est le fait que celui ci a té voté à l’unanimité des élus du territoire. « 

Pour être complet sur le PLUI il faut noter que celui ci permet de redonner des terrains à l’agriculture, à la nature mais aussi  l’extension des zones économiques et aussi de permettre au territoire de passer de 12000 habitants à 15 000 maximum.

 » Grâce à cette augmentation de population on pourra conserver nos  commerces, entreprises, classes d’école » souligne  Franck Girard.

Parlons enfin de la Via Vercors qui relient par voies douces l’ensemble des communes du territoire de la communauté de communes. Voies très fréquentées » C’est un réel succès  »

Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, arboricultureCommentaires fermés

LE RETOUR AUX 90 KM/H : LA VRAIE-FAUSSE PROMESSE DU GOUVERNEMENT

Le 16 mai dernier, le Premier Ministre Edouard Philippe avait promis aux Départements qu’ils pourraient revenir à une vitesse maximale autorisée de 90 km/h sur les routes secondaires bidirectionnelles sans séparateur central. Huit mois plus tard, la circulaire datée du 15 janvier est une vraie douche froide : les critères imposés sont si restrictifs qu’aucun tronçon de routes départementales ne pourrait repasser aux 90 km/h en Isère !

Des conditions de retour aux 90 km/h inapplicables
La circulaire du 15 janvier, qui pose les conditions d’application de la Loi d’orientation des mobilités (LOM), promulguée le 26 décembre dernier, pourrait être comparée à une liste à la Prévert. Concrètement, les sections de route qui pourraient repasser aux 90 km/h doivent remplir les conditions cumulatives suivantes : faire au moins 10 km de long, interdire le dépassement, ne pas contenir d’intersection, et en particulier de voie « tournez à gauche », ne pas être une voie supportant un trafic important de poids lourds, ne pas compter d’arrêt de transport en commun, ni de traversée de chemins de grande randonnée ou de véloroutes, ni d’accès riverains, ne pas être non plus une voie de circulation pour les engins agricoles.
Elle impose des conditions si restrictives au retour aux 90 km/h qu’elle le rend inapplicable. En Isère, il n’existe aucun tronçon de RD qui réponde à l’ensemble de ces critères.
« Si on ne parlait pas d’accidents et de vies humaines, on pourrait comparer la promesse du gouvernement de nous permettre de revenir aux 90 km/h à une farce ! », souligne le Président du Département Jean-Pierre Barbier.

« Les conditions de ce retour sont tellement restrictives, qu’elles frisent l’absurde. Sur les sections de route qu’on remettrait à 90 km/h, il ne pourrait pas y avoir de tracteurs. Si le tronçon a une intersection, il faut y substituer un giratoire ou déniveler le carrefour… Et cerise sur le gâteau, les usagers n’auraient plus le droit de doubler les véhicules plus lents !

Le changement constant de vitesse maximale autorisée, d’un département à l’autre, d’une route à l’autre, pourrait créer une dangereuse confusion pour le conducteur.

Les questions de sécurité routière et de lutte contre la mortalité sont au coeur des priorités départementales. Je regrette une nouvelle fois que le Gouvernement laisse entendre que les Présidents de Département sont libres de faire des choix alors que la réglementation ne nous laisse que le choix du dérogatoire qui engage la responsabilité du Département ! Devant le diktat du gouvernement et devant l’impossibilité technique de répondre à ses exigences, il ne nous est pas possible de revenir aux 90 km/h et je suis le premier à le déplorer. »

Chose promise, chose due ? Pas pour le Gouvernement.
Devant la levée de bouclier de nombreux Départements, parmi lesquels le Département de l’Isère, après la décision unilatérale du gouvernement en juillet 2018 d’abaisser la vitesse maximale autorisée des routes bidirectionnelles sans séparateur central à 80 km/h, le Premier ministre Edouard Philippe s’était engagé le 16 mai 2019 à permettre aux présidents des conseils départementaux d’y déroger. A quelques jours des élections européennes et en pleine crise des gilets jaunes, le Gouvernement avait ainsi lâché du lest suscitant beaucoup d’espoir, notamment du Président du Département de l’Isère Jean-Pierre Barbier.
Le Département tient à rappeler que la baisse de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h n’a, jusqu’ici, pas démontré de réelle efficacité pour diminuer les accidents de la route.

Ce sont les comportements dangereux qui sont à l’origine de la mortalité sur les routes (très grande vitesse, stupéfiants, portable, alcool), avec en 2019 le dramatique constat d’une augmentation significative du nombre de décès sur les routes.
Pour rappel, le Département dépense chaque année 100 millions d’euros pour la modernisation et la sécurisation des 4 680 km de routes départementales. La sécurité est au coeur de ses priorités.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Autrans Méaudre en Vercors: des investissements bien visibles..utiles

La commune d’Autrans Méaudre en Vercors, créée au premier janvier 2016 suite à la fusion d’Autrans et Méaudre va de fait, vivre ses premières élections municipales.

En effet suite à cette fusion  Jusqu’aux prochaines élections municipales de mars 20120 le conseil municipal de la nouvelle commune est constitué de l’ensemble des conseillers municipaux des anciennes communes. Ceux ci ayant élu Hubert Arnaud comme maire.Les deux maires délégués étant de fait Pierre Buisson pour Méaudre et Thierry Gamot pour Autrans.

Pour rappel Autrans-Méaudre en Vercors est une commune de moyenne montagne du massif du Vercors, Son territoire fait partie du parc naturel régional du Vercors et de la communauté de communes du massif du Vercors. Elle compte 3000 habitants.

Pour Hubert Arnaud  » la fusion des deux communes en une seule est une réussite  » même s’il reconnait qu’il  » a fallu une longue mais nécessaire mise en route ».

Et de rajouter » Nous avons réussi à baisser de 10 à 12% les frais de fonctionnement.A cela se rajoute une augmentation de 5% de la dotation globale de fonctionnement ( DGF). On a donc pu investir depuis 4 ans 7 millions d’euros sur Autrans et Méaudre.. »Des investissements bien visibles et  » très utiles » tels que ceux faits sur l’assainissement, les remontées mécaniques, les télésièges, la création  d’activités quatre saisons, routes, l’isolation de bâtiments, la réfection de la salle des fêtes de Méaudre,  celle de l’Eglise d’Autrans, la créations d’une maison médicale..  » vous voyez la liste est longue » précise Hubert Arnaud.

Bien entendu une des fiertés des élus de la commune nouvelle est la réussite du projet pôle santé pluri professionnel du Vercors qui permet tant à Méaudre qu’à Autrans d’avoir des médecins généralistes, des infirmiers, masseurs kinés… D’autres spécialistes étant installés dans les communes voisines de Villard de Lans, Lans en Vercors… A noter que ce pôle santé ne « coute pas un centime à la commune » rajoute Hubert Arnaud..

Autrans Méaudre en Vercors a, c’est certain ,une activité touristique. « Il faut que l’offre s’adapte à la demande, que l’on diversifie nos activités afin que celles ci soient accessibles en toutes saisons. On ne peut plus se contenter au tourisme lié uniquement à la neige. » voilà pourquoi à Méaudre une tyrolienne est en cours d’installation.

Longue de plus d’un kilomètres, avec un beau dénivelé, les sensations seront garanties car on pourra atteindre tout simplement les 90 km/h.. en toute sécurité ».. Cette nouvelle activité va générer 5 emplois..

Hubert Arnaud tient également à préciser que l’agriculture joue un rôle essentiel au sein de la commune nouvelle mais aussi de la Communauté de communes du Massif du Vercors dont elle dépend.  » Notre volonté  étant de laisser pâturer 30 hectares sur les pistes d’alpin et 30 hectares d’alpages sur la prairie de Nave qui sont en train d’être regagnés par les broussailles et les feuillus.

Une agriculture qui sera à la fête lors de la prochaine fête du bleu.. L’ Edition 2020 se déroulera les 25 et 26 juillet 2020 à Autrans-Méaudre-en-Vercors Plus spécialement sur le village d’Autrans. Nous fêterons pour l’occasion la 20ème fête du bleu..

Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

Bassin Grenoblois:Épisode de pollution de l’air

Compte tenu des prévisions émises par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, la procédure préfectorale
d’alerte de niveau N1 est activée à compter d’aujourd’hui, pour le bassin Grenoblois.

Afin de réduire les sources d’émissions polluantes, le préfet de l’Isère instaure les mesures détaillées
dans l’information préfectorale.

Ces mesures qui visent à protéger la population des effets du pic de pollution et à réduire les sources d’émissions polluantes, prennent effet à compter de ce jour à 17h00 à l’exception des mesures relatives au secteur du transport qui sont mises en oeuvre à partir du vendredi
24 janvier 2020 à 5h00 du matin.

PRINCIPALES MESURES CONCERNANT LA CIRCULATION :

• Un abaissement temporaire de la vitesse de 20 km/h est instauré pour tous les véhicules à
moteur sur tous les axes routiers du bassin d’air grenoblois où la vitesse limite autorisée est
normalement supérieure ou égale à 90 km/h. Les axes dont la vitesse autorisée est égale à 80
km/h sont limités à 70 km/h.
• seuls les véhicules disposant d’un certificat de qualité de l’air de classe «zéro émission
moteur», de classe 1, ou de classe 2, ou de classe 3 sont autorisés à circuler dans les
communes formant la métropole de Grenoble-Alpes Métropole.
• cette dernière restriction ne s’applique pas aux autres communes composant le bassin d’air
grenoblois ni sur les axes routiers suivants pour lesquels seule l’obligation de disposer un
certificat qualité de l’air est nécessaire : A41S, A480, A51, A48, A49, rocade sud (RN87),
RN481 et RN85.

Plus d’informations :
• www.isere.gouv.fr
• www.air-rhonealpes.fr
• www.metromobilite.fr

Catégorie pollutionCommentaires fermés

Elections MSA

Dernière ligne droite avant le renouvellement, du 20 au 31 janvier 2020, des 15 000
délégués élus de la Mutualité Sociale Agricole (MSA). A l’aube de cet événement
essentiel au bon fonctionnement de la MSA, les représentants des caisses Ain-
Rhône, Alpes du Nord et Ardèche-Drôme-Loire soulignent le rôle clé de ces relais
de proximité, dont l’écoute et l’implication facilitent la mise en place de projets
ciblés. L’occasion de revenir sur des actions emblématiques engagées sur les
territoires concernés et de lancer les grands chantiers de demain.

Des élus qui sont le reflet et le soutien du monde agricole
Créée en 1930, la MSA est le régime de protection sociale obligatoire dédié à la population
agricole et à ses ayants-droits (salariés et non-salariés). Elle est aujourd’hui le deuxième
régime de protection sociale en France, couvrant 5,6 millions de bénéficiaires. Elle se
distingue par un ancrage professionnel très fort, un système démocratique et une
présence active sur les territoires, qui en font un organisme singulier dans le paysage de la
protection sociale et dont l’impact se mesure au-delà du seul monde agricole.
Sa valeur mutualiste est incarnée par des délégués cantonaux, élus tous les 5 ans pour
représenter près de 2,5 millions d’adhérents votants. Sur le terrain, ces élus, issus de toutes
les composantes de la profession – exploitants, salariés et employeurs –, jouent un rôle de
relais entre la population agricole et rurale et la MSA. Et c’est parmi eux que sont désignés
les administrateurs des 35 MSA pluri-départementales, ainsi que ceux de la Caisse Centrale
de la MSA. C’est leur engagement et leur présence quotidienne aux côtés des adhérents
qui permettent de faire remonter les attentes ou les besoins et de maintenir un lien solide
entre la caisse et ses bénéficiaires.
Le vote va permettre d’élire 15 000 délégués, au terme du dépouillement prévu le 6 février.
Ceux-ci seront répartis entre 3 collèges électoraux : exploitants ou chefs d’entreprise
agricole non employeurs de main d’oeuvre ; salariés de l’agriculture et des entreprises
agricoles ; chefs d’exploitations et d’entreprises agricoles employeurs de main d’oeuvre.
Les adhérents pourront voter en ligne ou par correspondance.

Des élus qui portent les attentes des adhérents, au plus près des territoires
C’est grâce à l’appui et au relais permanent des élus de la MSA que nombre d’initiatives ont
pu voir le jour dans ces territoires de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Parmi les missions
qui leur sont confiées figurent l’initiative et l’accompagnement d’actions sociales, de
santé et développement local qui associent adhérents, populations locales et partenaires.
Les dispositifs suivants ont été conçus, parmi de nombreux autres, pour proposer des
solutions à des problématiques générales ou spécifiques, identifiées par des élus MSA au
plus près de leurs territoires.

QUI PEUT VOTER ?
Pour voter, vous devez :
• être âgé d’au moins 16 ans,
• appartenir à l’un des trois collèges électoraux,
• habiter en France métropolitaine,
• être à jour du paiement de vos cotisations sociales,
• et jouir de vos droits civiques.
En votant, vous désignerez vos délégués MSA, au sein de votre collège électoral :
• le 1er collège si vous êtes exploitant agricole,
• le 2e collège si vous êtes salarié agricole,

le 3e collège si vous êtes employeur de main-d’oeuvre.
COMMENT VOTER ?
Dès le 20 janvier, vous pouvez voter :
• par internet, en vous rendant sur
jevoteenligne.fr/msa2020, avec l’identifiant
de vote et le code confidentiel transmis
par courrier mi-janvier,
• ou par courrier en retournant,
sans l’affranchir, votre bulletin de vote reçu mi-janvier dans l’enveloppe retour T.
En ligne ou par courrier, votre vote est anonyme
et secret !
Retrouvez toutes les informations
sur le rôle des délégués et les élections MSA 2020 sur electionsmsa2020.fr

Sans titre

Sites internet
ain-rhone.msa.fr

alpesdunord.msa.fr

ardechedromeloire.msa.fr

Catégorie agriculture, msaCommentaires fermés

A la découverte des gîtes de pré clos à St Andéol

St Andéol est une petite commune de 120 habitants située au cœur du Balcon-Est du Vercors. Une de ses particularités est d’avoir une vue majestueuse sur des falaises calcaires impressionnantes.Et des gîtes communaux.. 6 au total.

Situé à 1200 mètres d’altitude, à à peine  une heure de Grenoble,  le village propose diverses activités liées à la nature: ski.. randonnées etc..

St Andéol est également devenu au fil du temps une terre d’accueil en proposant un hébergement diversifié: gîtes de groupes, centre de vacances, gîtes ruraux.. Avec une particularité non singulière: 6 gîtes communaux.

Pour en savoir plus nous avons rencontré madame le Maire Solange Saulnier. Celle ci nous a indiqué que les gîtes communaux est une histoire ancienne sur St Andéol . Il y en avait 4 répartis dans 2 bâtiments  Hélas, la commune a été obligée de les vendre suite à des soucis financiers..

Mais l’idée de refaire des gîtes a très vite fait son chemin… Il fallait en effet faire revenir de la clientèle sur St Andéol, lui offrir des hébergements afin qu’elle connaisse le village, puisse s’adonner a diverses activités, profiter du paysage..Il faut dire aussi que la station de Gresse en Vercors n’est située qu’à une petite dizaine de kilomètres de St Andéol.

Autre attrait: faire vivre le commerce local et surtout les fermes locales qui proposent des produits d’une qualité  » topissime »: viande, fromages en particulier..

6 gîtes seront donc construits répartis dans trois chalets totalement identiques. Gîtes qui peuvent accueillir 6 personnes chacun.

La commune demandant au milieu des années 2000 que les gîtes soient gérés par le centre communal de vacances Tétras Lyre. Celui ci dispose en effet toutes les capacités pour gérer les gîtes communaux..Tétras Lyre un site particulièrement bien adapté à l’accueil des groupes.

Le centre qui dispose de 17 permanents s’occupe bien évidemment de la gestion de la clientèle mais aussi de l’entretien des gîtes.

 » Très régulièrement un point est fait et la direction du centre nous informe de ce que l’on peut modifier, améliorer, afin d’offrir un confort maximum à notre clientèle » nous précise Solange Saulnier.

Des familles, des randonneurs, des gens de passage, des ouvriers se succédant dans les gîtes tout au long de l’année dans les gites communaux  » aux chalets de pré clos..

Bien entendu nous avons profiter de cet hébergement… Franchement  » ça vaut le détour »

Pour en savoir plus  sur les gîtes de France en Isère

Gîtes de France Isère Partageons des moments uniques

Gilbert PRECZ

Voici quelques photos pour vous donner envie…







Catégorie tourisme, évasionCommentaires fermés

Tullins: 21182 euros pour l’AFM….

C’est désormais une bien belle tradition.. Le défi annuel relevé à Tullins dans le cadre du téléthon permet de reverser à l’AFM une somme qui flirte avec les 20 000 euros..

Et pour tant le défi 2019 a bien failli capoter.. La salle des fêtes de Tullins étant inaccessible .. Toit envolé lors d’une tempête

Cela n’a pas perturbé outre mesure l’ équipe de Défis solidaires, les partenaires et bénévoles..

Le directeur de Carrefour Market, groupe Provencia, Djamel de proposer que le défi soit relevé dans la galerie du magasin et sur le parking..

Pour rappel le défi étant la construction en chocolat, d’une voiture Favier grandeur nature.

La fête fût belle … Elle a permis de collecter la somme de 21 182 euros..

1

Chèque remis aux représentants de l’AFM au cours d’une soirée conviviale qui a réuni bénévoles, partenaires, élus et amis du téléthon.

3

Parmi les partenaires on citera en particulier les Crédit Mutuel et agricole mais aussi les gîtes de France, antenne de l’Isère. C’était une première..Bruno Bernabé le directeur précisant que ce partenariat  » coulait de source » les gîtes de France étant créés sur la base de la solidarité..afin de permettre aux agriculteurs de trouver un complément de revenu.

4Pour l’occasion une tombola a été organisée avec à la clé un séjour en gîte.

Djamel  Laaliaoui précisant pour sa part que le groupe Provencia à travers ses magasins de Tullins et Voiron est un partenaire de première heure du téléthon de Tullins . « Avec nos personnels, les commerçants de la galerie marchande.. nous avons tout mis en oeuvre pour que le défi soit relevé..il l’a été … nous en sommes très fiers.. »

Il ne restait plus qu’à remettre le chèque et à partager le verre de l’amitié…Et d’apprendre que le défi 2020 sera de taille et très original., agricole. La construction grandeur nature, toujours en chocolat d’un tracteur!!!

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

PARIS-NICE ARRIVE A LA COTE SAINT-ANDRE : UN EVENEMENT

Le Département et la Ville sont fiers d’accueillir l’arrivée de la 5ème étape de Paris-Nice, le 12 mars, à La Côte Saint-André, d’autant qu’un tel événement était attendu en Isère depuis un quart de siècle ! Cette année 2020, le département aura donc l’honneur de recevoir Paris-Nice, le Tour de France et le Criterium du Dauphiné.

Paris-Nice en Isère, un événement rare, une vitrine de promotion formidable
Depuis sa création en 1933 et après 78 éditions de la « Course au soleil », ce sera la deuxième fois seulement que l’Isère accueillera une arrivée d’étape du Paris-Nice. Un évènement festif que le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, et le Maire de La Côte Saint-André, Joël Gullon, sont fiers de recevoir le 12 mars dans la Bièvre.
Clin d’oeil, l’arrivée sera jugée sur l’avenue Hector Berlioz à La Côte Saint-André, patrie du célèbre compositeur de musique classique. Le sport sera alors intimement lié à la culture.
Jusqu’ici, la seule arrivée d’étape en Isère a eu lieu à la station de Vaujany, en 1994. C’était il y a plus de 25 ans. Le Suisse Pascal Richard avait alors remporté cette étape avant de devenir, deux ans plus tard, champion olympique.
Paris-Nice est la première grande course à étapes du calendrier cycliste international de l’année, une course souvent préparatoire pour le Tour de France. Les meilleurs cyclistes mondiaux seront donc le 12 mars à La Côte Saint-André (voir encadré ci-dessous) ! De quoi faire vibrer l’Isère qui porte le cyclisme dans son ADN.
Paris-Nice assure une belle vitrine de promotion du territoire, grâce à la forte médiatisation de cette course de renom avec, en 2019, pour référence :
o Près d’1,8 million de téléspectateurs chaque jour
o Une diffusion dans 190 pays
o L’accréditation de 90 médias

2020, une très grande année vélo grâce au Département
Une arrivée d’étape de Paris-Nice à La Côte Saint-André, trois jours du Tour de France en Isère, dont une étape 100 % iséroise, le Criterium du Dauphiné : autant dire que 2020 sera une très grande année vélo ! Ce programme en Isère, particulièrement dense et riche, n’est en rien le fruit du hasard. Il est le fruit d’un travail approfondi entre le Département et ASO depuis un peu plus de 2 ans.
Le Président Jean-Pierre Barbier a travaillé en étroite confiance avec Christian Prudhomme, le Directeur du Tour de France, pour que le territoire puisse être à l’honneur lors de ces courses et montrer ainsi tous ses atouts.


« Paris-Nice va permettre au département de démontrer sa capacité à accueillir de grands événements sportifs, et de confirmer son dynamisme sportif et culturel. J’invite d’ores et déjà les amateurs de vélo et de sport, tous les habitants de la Bièvre et de l’Isère, à venir participer à cette fête populaire à La Côte Saint-André le 12 mars », souligne Jean-Pierre Barbier, le Président du Département de l’Isère.

De son côté, Joël Gullon, Maire de La Côte Saint-André, indique : « Je suis particulièrement heureux que La Côte Saint-André, aux côtés du Département, ait été choisie pour cette arrivée d’étape de Paris-Nice 2020. Le 12 mars, nous avons décidé de mettre à profit cette manifestation sportive pour permettre aux habitants du territoire et à tous les passionnés de vélo, de vivre un sprint final engagé dans cette longue ligne droite qu’est l’Avenue Hector Berlioz. Avec des animations gratuites et ouvertes à tous dès le début d’après-midi, chacun pourra vivre un moment inoubliable à La Côte Saint-André ».

Catégorie Département de l'Isère, sportCommentaires fermés

ENAC A SAINT-ETIENNE-DE-SAINT-GEOIRS

Les locaux de l’Ecole nationale d’aviation civile (ENAC) à l’aéroport Grenoble Alpes Isère vont faire peau neuve.

Conformément à la décision du Département d’investir dans le centre isérois pour éviter sa fermeture, le jury de concours présidé par le Président de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, a sélectionné le projet architectural dessiné par l’agence Moon Safari pour reloger l’école dans des bâtiments modernes au sud de l’aéroport.

Le maintien de L’ENAC en Isère, grâce à l’initiative du Département

Le 7 janvier 2020, un jury de concours présidé par le Président du Département de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, a sélectionné à l’unanimité, et parmi 4 projets présentés sous anonymat, le projet lauréat dessiné par l’agence Moon Safari pour construire le nouveau pôle technique en bord de piste du centre isérois de l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, sur le site de l’aéroport Grenoble Alpes Isère.
Ce pôle technique de l’ENAC était menacé de fermeture, en raison de la vétusté de ses infrastructures, et de ses problèmes d’isolation, qui induisaient des coûts de fonctionnement très élevés. Grâce à une décision courageuse du Département de soutenir la construction de nouveaux bâtiments pour accueillir l’ENAC, ratifiée le 22 mai 2018, la Ministre des Transports, Elisabeth Borne, avait décidé de ne pas fermer ce site.
Le projet lauréat, qui répond parfaitement aux besoins de l’ENAC tant sur le plan fonctionnel que sur le plan de la maîtrise des coûts de fonctionnement, compte des espaces de formation, de préparation aux vols, de travail pour les élèves avec deux simulateurs de vol, de réunion et d’administration, un hangar pour abriter 14 avions, une unité de maintenance pour les entretenir, ainsi qu’un parking et des taxiways pour rejoindre les pistes. Ces bâtiments modernes s’insèreront parfaitement dans le paysage aéroportuaire.
.
Ce nouveau pôle de formation en bord de piste sera implanté au sud de l’aéroport afin de reconnecter l’ENAC à la vie de la commune de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs et au reste des activités aéroportuaires de la plateforme. Cette implantation a été rendue possible grâce à la cession à titre gracieux d’un terrain d’une valeur de 500 000€ par Bièvre Isère Communauté.
Le coût de cette construction, dont les travaux devraient débuter au premier semestre 2021, est estimé à 9 M€ (5M€ versé par le Département, 2 M€ par l’Etat, 2 M€ par la Région). L’ENAC sera locataire de ce nouveau pôle, et devra verser un loyer annuel au Département.

Sans titre

Une école prestigieuse importante pour l’aéroport

L’ENAC, sous la tutelle de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), forme des pilotes de ligne pour les compagnies aériennes françaises et étrangères. Avec 9 implantations en France et de nombreux partenariats avec des écoles étrangères sur les 5 continents, l’ENAC est la première université du transport aérien en Europe et il convient de consolider son rayonnement international en la dotant d’infrastructures modernes. L’ENAC a remporté récemment l’appel d’offres lancé par Air France pour la formation de ses Cadets d’Air France, formation qu’elle assure en collaboration avec Flight Safety International aux USA et BAA training en Lituanie.
Le centre isérois, qui compte 20 agents, contribue largement à la formation des 150 élèves-pilotes de toutes nationalités accueillis chaque année par l’ENAC. Ils réalisent 45 % des mouvements aériens de l’aéroport Grenoble Alpes Isère. Son activité est donc décisive pour le maintien du contrôle aérien à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs et donc de l’activité commerciale de la plateforme.

« Nous sommes ravis de voir avancer le projet d’un nouveau pôle isérois pour l’ENAC, avec des bâtiments modernes. Il s’agit non seulement de préparer l’avenir de cette école et des jeunes pilotes qu’elle forme, mais de maintenir le dynamisme de l’aéroport Grenoble Alpes Isère », souligne le Président du Département, Jean-Pierre Barbier.
« Avec ce nouveau centre de formation, parfaitement adapté au fonctionnement particulier d’une école de pilotage qui accueille des élèves de toutes nationalités, notre implantation sur la plateforme de Grenoble Alpes Isère à proximité des services offerts par les collectivités va être pérennisée. Cela nous permettra d’être plus attractif pour répondre à la demande croissante de formation de pilotes au niveau international », indique le Directeur général de l’ENAC, Olivier Chansou.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2020
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+