Archive | juin, 2020

VASSIEUX EN JARDINS 2020

Une initiative citoyenne qui regroupe des jardiniers, bricoleurs, créateurs, un peu fous… qui aiment leur village, la création, l’imaginaire. Qui ont eu envie d’échanger, de créer des liens.

L’idée de départ a été de créer chaque année une œuvre inspirée par un thème annuel  et de l’installer dans son jardin au début de l’été,  bien en vue , pour le plus grand plaisir des promeneurs . Et les promeneurs, ils sont nombreux à Vassieux : habitants du village, visiteurs du week-end, vacanciers, sportifs…

Trois saisons déjà… et dès la première année, un franc succès auprès des habitants, puisque les deux premiers étés, il y a eu vingt cinq jardins participants.
Eté 18, personnages et animaux.  Eté 19, mouvement

Sans titre1

Cette année est un peu particulière. Sans doute moins d’œuvres dans les jardins privés, mais des petits bijoux de créativité (merci au confinement !). Mais aussi et surtout des installations remarquables dans les espaces publics.
Résultats d’ateliers vannerie, menuiserie qui ont regroupés chacun une dizaine de personnes. Une belle collaboration autour de projets communs pour embellir le village et qui renvoie un signal très fort et très positif, en ces temps d’inquiétude. Entrée du village, rond point et cœur du village offrent à voir des installations originales sorties de l’imaginaire et des mains expertes d’une équipe soudée. Chacun y a apporté sa compétence : imagination, savoir-faire, technique. Cet été, c’est MAISONS DES MONDES qui est le fil conducteur et qui nous va faire rêver les  visiteurs…

Vassieux en Jardins c’est aussi un groupe mail qui s’échange plants, graines, légumes, matériaux, et bons plans Jardin. Ici en montagne, le jardin potager est une culture, une valeur sûre, une ressource pour les mois d’hiver, une passion. A chacun sa méthode traditionnelle ou permaculture, en tout cas toujours bio.

Vassieux en Jardins, c’est une idée qui a germé dans la tête d’une vassivaine d’adoption, Marie Odile Le Pennec, arrivée avec son époux en 2014, au début de leur retraite d’enseignants. Le nombre de visiteurs dans ce village,  le soin apporté aux jardins qu’ils soient grands ou petits, la longueur des printemps qui ressemblent parfois plus à l’hiver,  mais aussi les petits moyens dont disposent la commune. Tout cela l’a interpelée et interrogée : comment rendre ce village plus attrayant ? Comment donner un reflet positif du Vassieux du 21ème siècle,  le Vassieux d’aujourd’hui… parallèlement au Vassieux Mémoire qu’il n’est pas question d’oublier. L’idée était là dans un coin de la tête.

Et puis le temps et l’intégration faisant son œuvre… il lui a paru possible de lancer l’idée de VASSIEUX en JARDINS . Il y a eu le « déclencheur » : une campagne lancée en mars 2018 par le conseil municipal : « 328 habitants pour un village rêvé ». Chaque habitant étant sollicité pour proposer une idée pour transformer son village et le rendre plus attractif. Cette consultation a connu un certain succès et a été suivie d’un groupe de réflexion citoyen sur l’Espace Vassivain et l’avenir du village. C’était en Mars 2018 et c’est à ce moment là que Marie Odile Le Pennec s’est sentie autorisée de proposer Vassieux en Jardins.

Dès le départ,  au vu du succès immédiat,  et du chemin parcouru : aucun regret.  Le sentiment d’avoir été et d’être utile. La satisfaction de fédérer les énergies et de faire reculer l’individualisme avec le soutien fort de l’équipe municipale. Tous les moments de partage intergénérationnels, tout le plaisir né de la création, qu’on soit manuel ou pas, toute l’entraide, et aussi  le bonheur de donner du bonheur,voilà les pépites qu’ont trouvé les participants au projet, et c’est bien agréable d’en être un peu à l’origine !

Avoir entendu  de la bouche de drômois de la vallée, libérés du confinement  et venus se mettre au vert  , « nous venons tous les ans maintenant à Vassieux ; chaque année on a de nouvelles choses à voir »  est une grande satisfaction et la confirmation que l’idée  d’exposition annuelle  répartie dans les jardins privés porte ses fruits.


Catégorie A la uneCommentaires fermés

VIS MA VIE D’AGRICULTEUR EN CHARTREUSE !

En 2020, le Parc naturel régional de Chartreuse lance l’événement « Vis ma vie d’agriculteur »

9 visites de fermes seront organisées en 2020 pour l’événement « Vis ma vie d’agriculteur », créé par le Parc de Chartreuse. Ces nouveaux rendez-vous proposent de faire découvrir aux habitants du territoire l’agriculture locale et de mieux comprendre son fonctionnement et ses enjeux.

Ces visites de 2h30 environ aborderont l’activité agricole dans sa globalité (production, transformation, commercialisation) et permettront aux participants de visiter des fermes de productions différentes (viticulture, élevage, maraîchage, …). Ces rencontres permettront de répondre aux questionnements du grand public sur le métier d’agriculteur et d’échanger.

Au programme 9 rendez-vous :

- Viticulture : « Aux fruits de la treille », Corinne et Daniel Billard, 228 Route des Echelards D22 73800 Myans – 04 79 28 02 87 → Mercredi 8 juillet à 16h

-Viticulture : « Domaine le P’tiou vigneron », Jean François Marechal, Les Belettes – 73190 Apremont – 06 03 25 41 96 → Vendredi 17 juillet à 17h30

- Apiculture « Le Ruchers des Marmottes », Claire Revel, 60 chemin de l’Alpette-Bellecombe – 38530 Chapareillan – 06 87 89 33 59 → Mardi 28 juillet à 15h30

- Elevage de vache à viande : « La ferme de l’Oie », Alain et Nadine Pajon, chemin de l’Oie-38700 Le Sappey en Chartreuse – 04 76 88 85 22 → Mardi 4 aout à 14h

- Maraichage : « Les Bottes Vertes », Stéfany Rey, Chemin des barrières – Le Sappey en Chartreuse – 06 73 29 69 05 → Jeudi 6 aout à 10h

- Elevage de chèvre Mohair : « Mohair des Petites Roches », Eric Galaup, 124, route des 3 villages – St Hilaire – 38660 Plateau des Petites Roches – 06 73 77 69 93 / 06 09 05 32 80 → Vendredi 14 aout à 10h

- Maraichage : « Les jardins de Chamechaude », Stéphanie Pitot, Les Epallets – 38380 Saint-Pierre-de-Chartreuse – 06 40 98 72 84 → Mercredi 26 aout à 9h30

- Elevage ovin viande et laine : « La ferme des Belines », Nadège Herveleu, Le Désert 73670 Entremont le Vieux – 06 60 76 66 76 → Mercredi 16 septembre à 10h

- Elevage bovin viande : « la ferme de la Provenchère », Véronique Iannuzzi, 3053 route de Lyon – 73360 Les Echelles – 06 50 72 13 29 → Mercredi 4 novembre à 14h

RENSEIGNEMENTS

Ces visites ont lieu dans les fermes

Adaptez votre tenue, respectez les consignes données par l’agriculteur et respectez le site qui vous accueille.

Ces visites sont accessibles aux enfants sous la responsabilité de leurs parents.

Afin de garantir la sécurité de tous, chacune de nos visites fera l’objet d’un cadre sanitaire adapté : sortie exclusivement sur inscription, groupe limité à 10 personnes jusqu’à nouvel ordre, respect des distances de sécurité, port du masque conseillé (le Parc ne fournira pas les masques)

INSCRIPTIONS

Visite gratuites organisée par le Parc de Chartreuse

Sur inscription auprès de l ‘office de tourisme Cœur de Chartreuse

04 76 88 62 08 – info@coeurchartreuse-tourisme.com

Catégorie parcs, territoiresCommentaires fermés

Le Dépaysement est au bout du champ !

Bienvenue à la Ferme vous emmène (re)visiter les trésors de nos campagnes.
Avec les beaux jours, quoi de plus agréable que d’aller à la ferme acheter des fruits et des légumes fraîchement ramassés, des fromages de vache ou de chèvre, de déguster, avec modération, un vin et des jus de fruits du producteur, des glaces au lait de la ferme, de passer une ou plusieurs nuits à la fraîcheur, à la campagne ou en montagne…
L’édition 2020 – 2021 du livret Bienvenue à la Ferme vient de paraître.

Au fil de ses pages vous découvrirez les 73 exploitations iséroises et les 111 prestations d’accueil proposées par ces agriculteurs isérois qui vous accueilleront dans le respect des gestes barrières.
Hébergements à la ferme, fermes de découverte ou pédagogique, fermes équestre, goûter casse-croûte, produits fermiers, fermes auberge, … toutes ces prestations d’accueil répondent à un cahier des charges précis et aux attentes actuelles des consommateurs : vivre et consommer local !
Avec ce dépliant gratuit, le public a accès à un ensemble d’informations et de coordonnées qui lui permettent de redécouvrir l’Isère à travers la richesse de nos terroirs : d’un bout à l’autre du département, de Belledonne en passant par l’Oisans, le Vercors, le Sud Grésivaudan, la Chartreuse, le Nord Isère, les Chambarans, le Sud Isère, vous pourrez découvrir les spécialités de chacun (farine, volailles, cosmétiques au lait de jument, fruits, fromages, charcuterie, spiruline, escargots, etc..…).
Ce livret est disponible sur simple demande auprès de la Chambre d’Agriculture de l’Isère (04 76 20 68 68), par courriel (accueil@isere.chambagri.fr), dans les offices de tourisme, ou sur le site : www.bienvenue-a-la-ferme.com/rhone-alpes.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Hubert Arnaud: continuer à consommer local

C’est au Grizzly à Meaudre que nous avons rencontré le maire d’Autrans Méaudre en Vercors Hubert Arnaud.

Le Grizzly est  à présent un établissement très original, inattendu.. En effet « Le Grizzlies Concept Store » est basé sur  un concept inédit offrant 2 univers!
Un coiffeur/barbier et un côté séparé Resto/bar proposant une petite cuisine du jour, fraîche et locale servie en salle ou en terrasse. L’accueil y est très convivial et les plats sont de qualité irréprochable.. C’est certain on y retournera!

Avec Hubert Arnaud nous avons abordé bien entendu le dossier confinement.. Pas facile pour une commune aussi étendue qu’Autrans Méaudre en Vercors.

 » Nous avons du résoudre rapidement le problème du personnel, chômage partiel, télétravail… Puis celui des personnes âgées, isolées. Ceci en étroite collaboration avec avec le CCAS.. Pour ce nous avons mis en place dans chaque hameau une personne référente qui était disponible, à l ‘écoute, qui nous faisait remonter les informations des hameaux. nous avons eu une quarantaine de référents qui ont très bien fait leur  » job ».

Et le maire de rajouter » on a tenu à maintenir les marchés.  J’ai pris cette décision afin de permettre aux agriculteurs de vendre leurs produits. ça c’est très bien passé.. Le marché étant bien organisé. Tant les consommateurs que les producteurs ont apprécié cette démarche. »

Bien entendu le problème des masques a été abordé..  » Les gens se sont imaginés que c’était la commune qui devait leur fournir des masques..Que c’était un du! Très rapidement avec divers organismes comme la CCMV on a commandé des masques mais ils ont tardé à arriver.. »Ce sont les référents qui ont distribué les masques quand ils sont arrivés..  »

Il est certain que gérer le quotidien ne devait pas être facile, le fameux kilomètre oblige!  » Nous avons mis en place des visoconférences afin de continuer le travail. On n’était pas ville morte! »

Pour en revenir à l’alimentation, outre les commerces de bouche ouverts  » nous avons incité les producteurs à vendre leurs produits, en faisant du porte à porte, en se regroupant en sorte d’AMAP, un réseau avec le Parc… ça c’est très bien passé! »

Le confinement est passé.. Il va laisser des traces chez certaines entreprises, commerces, c’est certain mais il faut penser avenir.. Celui ci passe forcement par le fait de faire venir du monde sur le Vercors.

 » Nous allons mettre en avant nos activités municipales, qu’elles soient de loisirs, sportives, culturelles.. Notre but étant d’offrir une gamme variée, complémentaire d’activités qui puisse satisfaire les familles.  Celles ci étant bien sûr associées aux activités organisées par les privés. »

Et Hubert Arnaud de compléter: »Je suis persuadé qu’il y aura du monde cet été.. Vu le monde qui vient nous voir les week-end depuis la fin du confinement.. »

Les écoles ont accueilli des élèves depuis que cela a été possible.  » Notre souci était d’ouvrir suivant les protocoles bien sûr..  Pour info, une petite enquête a démontré que 100% des enseignants, 80% des parents souhaitaient la réouverture des écoles. « 

Inutile de dire que cette période associée au flou politique, le premier tour des municipales ayant eu lieu, pas le second..  » a fait que nous n’avons que l’urgence et les affaires courantes.. Ce qui déjà nous a donné beaucoup de boulot ».

Parmi les activités festives on peut parler de la fête du bleu. Elle devait se dérouler à Autrans Méaudre en Vercors.. Annulée bien sûr,  » nous allons sans doute pouvoir organiser début septembre la foire à l’ancienne sur notre commune. Si c’est le cas on va y accrocher le comice et il y aura sans doute davantage d’exposant que d’habitude en attendant la fête du bleu 2021… « 

Et Hubert Arnaud de conclure » de la crise su corona on doit en retirer que le consommer local s’est développé. cela ne concerne pas que l’alimentaire mais aussi faire appel aux entreprises locales.. il faut absolument garder ce réflexe.. »











Catégorie Communauté de Communes du Massif du VercorsCommentaires fermés

Une première: la Foire d’automne de Beaucroissant n’aura pas lieu…

Après consultation des services de la préfecture, des forces de sécurité, et des différentes
instances professionnelles, la municipalité de Beaucroissant a le regret d’annoncer l’annulation
de la 801e édition de la Foire d’automne des 11,12 et 13 septembre prochains. Une décision
difficile à prendre, dans laquelle la raison a prévalu.

La nouvelle équipe municipale, autour du nouveau maire Antoine Reboul était placée devant un grave dilemme. Le choix du coeur aurait été de maintenir une foire qui fait la fierté de la commune et rayonne bien au-delà de ses frontières.

Antoine Reboul « :C’est la raison qui l’a emporté, devant l’incertitude dans laquelle nous sommes, face à l’évolution de l’épidémie et son hypothétique redémarrage à la fin de l’été.
Certes celle-ci semble aujourd’hui contenue, mais à l’heure où nous prenons cette décision difficile, les
manifestations de plus de 5 000 personnes restent interdites. Que dire alors d’un événement qui attire
habituellement des centaines de milliers de visiteurs… Et c’est pourtant aujourd’hui qu’il faut décider car en deçà
des trois mois restant d’ici septembre, l’équipe organisatrice serait dans l’impossibilité d’assurer de façon
convenable et professionnelle la mise en oeuvre de cette très grande manifestation. »


C’est sur la base de ces constats que les élus de Beaucroissant ont décidé d’annuler la 801e foire d’automne.
La santé des habitants et des visiteurs a constitué leur première préoccupation, confortée par la certitude que
les forces de l’ordre ne disposeraient d’aucun effectif supplémentaire pour faire face aux contraintes et contingenter
la foule.
Avant d’en arriver à cette extrémité, l’équipe municipale a consulté ses partenaires, prestataires et exposants.
Elle a envisagé avec eux l’alternative d’une foire « modèle réduit » plus espacée, plus courte, décalée dans le
temps.

 » Mais le risque était que ni nos exposants, ni la commune ne s’y retrouvent. Et puis, les lumières du 800e
anniversaire, en 2019, étaient encore trop présentes dans les esprits, pour tenter une foire au rabais. » argumente Antoine Reboul.

C’est donc à regret que les élus ont dû se résoudre à l’annuler. C’est un choix lourd de conséquences pour les
finances de la commune de Beaucroissant. Les deux foires contribuent à l’équilibre budgétaire et inévitablement
leur annulation va contraindre la municipalité en tout début de mandat, à réviser ou rééchelonner ses projets.

Les foires de Beaucroissant reviendront plus fortes et plus belles en 2021.
Foire de printemps les 24 & 25 avril 2021 et Foire d’automne, « La Beaucroissant » 10, 11 & 12
septembre 2021.. Nous en sommes persuadés

Catégorie A la une, Département de l'Isère, foire de Beaucroissant, questions d'actualitéCommentaires fermés

RENDEZ-VOUS A BORD DU PETIT TRAIN AU PRINTEMPS 2021

Avant que la crise sanitaire n’éclate en mars dernier, les travaux de la « plus belle ligne ferroviaire touristique des Alpes » avançaient à bon rythme. La mise à l’arrêt forcée de travaux structurants impose désormais de repousser la mise en service de cette ligne prévue en juillet 2020. Rendez-vous au printemps 2021 pour monter à bord du Petit Train de La Mure.

Un chantier de grande envergure

Restauration des ouvrages d’art, remise aux normes de la voie ferrée, rénovation du matériel roulant, construction de la nouvelle gare, d’un restaurant et du belvédère, dépollution des sites… La remise sur les rails du petit train de La Mure est un grand projet pour le Département et pour les entreprises en charge, avec son lot d’aléas et d’imprévus inhérents à un tel chantier.

Compte tenu de la découverte de l’état très dégradé de certains ouvrages d’art et du matériel roulant non utilisé depuis 2010, le Département et la société du Train de La Mure (STLM) se sont accordés pour porter les investissements sur le projet à 31,5 M€, une augmentation de près de 5 M€ prise en charge par le Département pour faire face à ces travaux imprévisibles.

Cette décision a été votée lors de la commission permanente du 29 mai dernier. La contribution financière du Département atteint ainsi 21 M€. EDEIS, entreprise actionnaire de la STLM, porte son financement du projet à 6,5 M€, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Communauté de Communes de la Matheysine participant chacune à hauteur de 2M€.

Le Petit Train sur les rails au printemps 2021

A ces imprévus du chantier, s’est ajoutée la crise sanitaire et ses contraintes résultant des mesures de confinement et des consignes sanitaires s’appliquant aux entreprises du BTP. Le calendrier très tendu de ce projet complexe a été perturbé et l’ouverture prévue à l’été 2020 n’est plus possible.
Compte tenu du fonctionnement estival de ce projet (d’avril à octobre chaque année), et en accord avec le délégataire, la mise en service du Petit Train de La Mure est reportée au printemps 2021.

« L’urgence, c’est de surmonter tous les obstacles techniques rencontrés sur ce chantier et par là même de relancer dans la sérénité l’activité des entreprises mobilisées.

Il nous faut aussi, tirer les conséquences de la crise sanitaire. EDEIS et sa filiale la STLM, l’ensemble des entreprises et les services du Département sont pleinement mobilisés pour la réussite de ce projet structurant pour le territoire. Nous nous sommes engagés à remettre sur les rails le Petit Train de La Mure : rendez-vous donc au printemps 2021 ! », lance Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.


« Edeis, sa filiale STLM et toutes les entreprises intervenant sur le site, restent pleinement mobilisées malgré les difficultés pour mener à bien la ré ouverture du train de la mure, afin d’aider au rayonnement touristique du Territoire dès le printemps 2021 », indique Franck Goldnadel, Directeur Général d’EDEIS.

Le Petit Train de la Mure, c’est :
- Un parcours de 15 km allant de La Mure au Grand Balcon de Monteynard.
- Une rotation de 8 allers/retours par jour.
- 2 trains de 200 places environ.
- Un objectif de fréquentation de 120 000 visiteurs par an.
- Un petit train 100% électrique.
- Un restaurant et un belvédère offrant une vue magistrale sur les paysages de la Matheysine et du Trièves
- Une nouvelle gare à La Mure valorisant l’histoire du train.
- Un arrêt touristique à la Mine Image à La Motte-d’Aveillans pour valoriser l’histoire du territoire

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés

LA MÉTROPOLE ACCOMPAGNE LES AGRICULTEURS ET L’ENGOUEMENT POUR L’ALIMENTATION EN “CIRCUIT COURT”

La crise sanitaire actuelle et les deux mois de confinement ont bousculé les
habitudes d’achat alimentaire des consommateurs français. Une tendance
continue de s’affirmer avec le déconfinement progressif : un attrait accru des
habitantes et habitants de la métropole pour la consommation en circuit court.

Bien que les producteurs aient dû s’adapter à ces nouvelles demandes en un
temps record et faire face à la fois à la fermeture de certaines filières et au repli
de certains marchés de plein air qu’ils approvisionnaient, c’est une vraie bonne
nouvelle pour eux.

À leurs côtés pendant la crise, la Métropole s’est attachée à répondre aux questions de
court terme, en particulier pour trouver des débouchés à des produits que la restauration
ne pouvait plus acheter et éviter ainsi des pertes.
Elle travaille également avec l’ensemble des partenaires concernés au renforcement des
structures de commercialisation en circuit court avec l’objectif de maintenir cette consommation
de proximité et une plus grande autonomie alimentaire de la métropole.

La réactivité pendant la crise pour trouver des débouchés aux producteurs locaux

Les mesures de précaution imposées par les conditions sanitaires ont fortement impacté le
système d’approvisionnement et de distribution alimentaire. Les producteurs qui fournissaient
les cantines ou les restaurants, par exemple, se sont soudain retrouvés sans débouché.
Grâce à des outils de commercialisation ou de promotion déjà utilisés sur le territoire métropolitain,
la réorganisation de l’offre de produits locaux a sans doute été plus efficace qu’ailleurs.

En effet, par le biais des groupements d’acheteurs de type AMAP (Associations pour le
Maintien d’une Agriculture Paysanne), les produits ont pu être réorientés vers des
redistributions en paniers, par village ou par quartier. Les agriculteurs mis en difficulté par la
crise ont par ailleurs pu bénéficier d’une plateforme professionnelle d’échanges entre producteurs
et distributeurs portée par le Pôle Agroalimentaire de l’Isère, dont Grenoble-Alpes Métropole est
l’un des membres fondateurs, afin d’être réorientés vers des lieux et circuits de distribution qui
manquaient de produits, en particulier via des réseaux de proximité : moyenne et petites surfaces
spécialisées de centre-ville ou de centre bourg, plateformes de vente en ligne locales qui ont
connu une croissance fulgurante.
Pour faciliter ce travail, la Métropole, en collaboration avec la Chambre de Commerce et d’Industrie
de Grenoble et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, a notamment contacté près de
500 commerces pour leur proposer d’être mis en relation avec des producteurs locaux.

La Métropole a également mis en visibilité sur son site internet une quarantaine de
producteurs du territoire métropolitain avec les modalités de vente associées afin de
promouvoir la vente directe. Les 32 000 visites en trois jours après sa première mise en ligne
sur le site internet de la collectivité, actualisé pour apporter toutes les informations nécessaires,
illustre l’engouement du public.

La question de la tenue des marchés de détail a aussi été un enjeu important pendant cette
crise où la mise en relation entre producteurs et consommateurs confiants était l’essentiel. La
Métropole a accompagné les communes avec l’appui de la Chambre d’agriculture, pour travailler
à leur autorisation par la Préfecture de l’Isère, d’une part en termes d’organisation afin que les
consignes de distanciation soient respectées, et d’autre part en recensant les places disponibles
pour en faire bénéficier des commerçants ou agriculteurs sans débouché. Grâce à ce travail
collectif, la grande majorité des marchés de plein air de la Métropole ont ainsi pu rouvrir au bout
de seulement quelques jours.

Enfin, le Marché d’Intérêt National (MIN) a continué à fonctionner et a été ouvert gratuitement à tous les producteurs, jouant un rôle central dans le maintien de l’approvisionnement des commerces de proximité en produits frais.

A l’heure où s’amorce le déconfinement, la priorité est la remise en marche des filières à l’arrêt
(restauration collective publique et privée, tourisme, restauration de proximité et de loisir…).
Au-delà, l’objectif de la Métropole est de développer l’autonomie alimentaire du territoire
et de limiter la dépendance aux produits importés, en agissant à la fois sur la production et
la consommation.
C’est dans cet esprit que le plan d’urbanisme de la Métropole voté cette année (PLUi) a
rendu 190 hectares supplémentaires du territoire à l’usage de l’agriculture de proximité.
Métropole est par ailleurs propriétaire de la Ferme des Maquis, située sur les communes de Gières
et Saint-Martin d’Hères et d’une cinquantaine d’hectares de foncier loués à des agriculteurs
répartis sur une dizaine de communes.
La Métropole accompagne également les professionnels vers une agriculture de qualité et
écoresponsable. Ainsi ses aides à l’installation sont plus importantes pour les projets qui intègrent
le cahier des charges de l’agriculture biologique et pour ceux qui valorisent les circuits courts.
Enfin, elle organise des appels à projets auprès des agriculteurs sur leurs grands enjeux, à
savoir le passage à une agriculture biologique, une moindre utilisation d’eau, une commercialisation
avec moins d’intermédiaires, des nouveaux services (drives fermiers, plateformes locales en ligne,
coopératives de consommateurs, logistique partagée…) etc.

> Plus d’informations sur la page « Manger local » du site de la Métropole :
www.grenoblealpesmetropole.fr/mangerlocal

fer1

LA FERME DES MAQUIS, LA RÉUSSITE D’UN PROJET PARTENARIAL

C’est d’abord pour éviter la disparition de toute activité agricole sur son secteur que la
première ferme intercommunale a vu le jour en 2013 sur la colline du Murier, entre Saint-
Martin-d’Hères et Gières sur une trentaine d’hectares de terrains agricoles (13 hectares) et
forestiers (17 hectares), propriété de la Métropole.
Associant la Métropole, quatre communes (Gières, Eybens, Poisat et Saint Martin d’Hères), les
habitants et tous les acteurs locaux, et financée également par le Conseil régional et l’Union
européenne, cette démarche est l’aboutissement d’un projet commun et d’une volonté de
réinstaller un siège d’exploitation agricole tout en confortant la dimension pédagogique du site.
La ferme des Maquis est une chèvrerie (70 chèvres) en production biologique, dans laquelle
trois associés d’un GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) sont locataires de
la ferme au titre d’un bail environnemental. Le fromage produit est commercialisé en circuits
court et environ deux classes par semaines sont accueillies en ferme pédagogique.

fer2

L’AGRICULTURE DANS LA MÉTROPOLE EN 3 CHIFFRES-CLÉS
• 250 agriculteurs
• Plus de 225 exploitations professionnelles
• 8 200 hectares d’espaces agricoles (soit 15% du territoire)

Catégorie La MétroCommentaires fermés

« CONNAITRE, C’EST DEJA AGIR »

Le Département lance sa campagne annuelle de sensibilisation à la biodiversité tout en veillant au respect des impératifs sanitaires. L’opération « Connaître, c’est déjà agir » débutera le 20 juin prochain.

Des animations à repenser entièrement
Chaque année, le Département de l’Isère mène une campagne de sensibilisation renouvelée et propose avec l’appui des animateurs Espaces naturels sensibles (ENS) des animations sur une vingtaine de sites.

Respect des règles sanitaires oblige, l’intégralité de la programmation 2020 a dû être repensée et reportée.
Exceptionnellement, l’accueil du public sur site débutera à partir du 20 juin et touchera à sa fin le 1er novembre. Les animations « grand public » lancées habituellement courant mai débuteront le 4 juillet.

Tous les événements programmés avant le 15 juillet ont été annulés. La liste des animations sur les espaces naturels sensibles est disponible sur le site biodiversite.isere.fr.

L’accueil du public par les animateurs ENS à compter du 20 juin
A compter du 20 juin, l’accueil du public sera assuré par les animateurs ENS sur une trentaine d’espaces naturels sensibles.

Il s’agira alors pour les animateurs de renseigner les visiteurs se présentant spontanément à l’entrée des sites, qu’ils soient seuls, accompagnés ou en petit groupe. Les visiteurs pourront poursuivre la découverte du site en autonomie. Il est aussi envisagé d’accompagner les visiteurs au fil de la visite et de proposer de courtes animations aux groupes de moins de 10 personnes.

Dans tous les cas de figure, le port du masque, s’il n’est pas obligatoire, est fortement recommandé. Le matériel d’observation, normalement prêté aux visiteurs, ne pourra être mis à disposition.
A compter du 23 juin, les animateurs ENS assureront sur site des animations proposées aux publics confiés au Département, que sont les personnes en situation de handicap ou de précarité, et à condition que leur santé le leur permette.

Si ce n’était pas le cas, il sera possible d’assurer des animations en structure, de préférence à l’extérieur, auprès des personnes vulnérables. Soucieux de conserver un lien avec les personnes à la santé fragile, le Département met actuellement à contribution ses animateurs ENS pour imaginer de nouvelles manières de partager leurs connaissances sur ces sites remarquables, tant pour leur patrimoine naturel que culturel.
A compter du 4 juillet, les animations « grand public » seront à nouveau proposées sur site. Ce programme a été ajusté pour limiter l’effectif des groupes à 10 personnes maximum, et veiller au respect des gestes barrières en fonction des sites.
Si le contexte sanitaire le permet, le Département espère pouvoir maintenir les événements programmés après la date du 15 juillet, à l’instar des balades contées ou de spectacles sur les sites de Vieille Morte à Bourg d’Oisans, de la Tourbière du Peuil à Claix, du Col du Coq sur le Plateau des Petites roches, du marais de Montfort à Crolles et des Rimets à Rencurel.

« Pendant le confinement, nos concitoyens ont fait ressentir le besoin d’être en contact avec la nature. Nous avons donc rouvert les 57 espaces naturels sensibles départementaux, ouverts normalement au public (sur les 141 que compte le Département), tout en exigeant le respect de règles sanitaires.

A partir du 20 juin, les animateurs ENS pourront de nouveau accueillir les visiteurs », précise Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.
« La crise sanitaire que nous traversons exige de nos équipes une grande adaptabilité. Lorsque la programmation initiale a été remise à plat, j’ai mesuré une envie très forte des animateurs ENS d’accueillir le public, de diffuser leurs connaissances, d’échanger…

mul

Forcément, à l’occasion de cette campagne, leur rôle évolue, afin de tenir compte des impératifs sanitaires. La vigilance est de mise, voilà pourquoi la programmation peut évoluer à tout moment. D’une manière ou d’une autre, la campagne ENS aura bien lieu », assure Fabien Mulyk, Vice-président délégué à la filière bois, à l’aménagement des rivières et à l’environnement.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2020
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+