COLLECTE DES DÉCHETS ALIMENTAIRES

Chaque année, 18 000 tonnes de déchets alimentaires sont produits dans
l’agglomération, soit environ 60 kilos par habitant. Et il n’est pas toujours facile
de faire du compost quand on est en appartement, ce qui est le cas de 80% des
habitants de la métropole. Conséquence : 1/3 de notre poubelle grise est remplie
de déchets alimentaires. Au regard du succès de l’expérimentation lancée il y a un an
auprès des habitants et des commerçants, la Métropole va généraliser cette collecte
sur 80 % du territoire d’ici 2022, le compostage étant facilité dans le même temps.

Sans titre

En novembre 2017, près de 3 500 foyers ont été invités à participer à une
expérimentation de collecte des déchets alimentaires, dans les quartiers de la
Capuche à Grenoble et de la Commanderie à Échirolles.
En parallèle, 67 professionnels ont été également sollicités, dont des restaurants
et commerces de bouche de l’hypercentre grenoblois, des restaurants collectifs
et des supermarchés.
Une opération-test de ramassage des cartons était également menée.

110 tonnes de déchets alimentaires ont été récoltées, soit
une moyenne de 18 kilos par habitant et par an, c’est-à-dire
l’équivalent d’ 1/3 environ des déchets alimentaires produits
chaque année par habitant.
Un chiffre encourageant s’agissant d’une première expérience concernant 2%
des métropolitains. Comparativement, la moyenne à Paris est par exemple de
6 kilos par habitant et par an.
Ainsi, chaque mois, entre 10 et 12 tonnes de déchets ont été vidées au centre
de compostage de Muriannette.

La généralisation de la collecte des déchets alimentaires d’ici 2022

Après le succès de l’expérimentation, la Métropole va généraliser
cette collecte sur 80 % du territoire d’ici 2022, le compostage
étant facilité dans le même temps. Les premiers secteurs
concernés sont Échirolles et Grenoble dès mars 2019. Suivront
ensuite progressivement, et jusqu’à début 2020, Eybens, Gières,
Poisat, Seyssins, Claix, Domène et Murianette.

Le compostage à domicile complète
ce dispositif de collecte des déchets
alimentaires. En effet, composter ses
déchets alimentaires sur place reste
la solution la plus écologique
et économique, puisqu’elle n’entraîne
aucun frais ni pollution liés au transport.
La Métropole souhaite donc
renforcer ses actions en matière
d’accompagnement à la promotion
du compostage individuel et collectif
en copropriété, ainsi qu’au sein
des établissements scolaires,
des résidences pour personnes âgées…
Ainsi, depuis le 1er mai, des composteurs
de jardin et des lombricomposteurs
spécialement adaptés aux
appartements, sont mis à disposition
gratuitement des usagers.

Catégorie La Métro, La Métro, déchetsCommentaire (0)

L’ ISERE RENFORCE SES ENGAGEMENTS POUR L’ENVIRONNEMENT

A l’occasion du Débat sur l’Orientation Budgétaire (DOB) pour 2019  la majorité a présenté des mesures ambitieuses et concrètes sous forme de Stratégie Air Climat Energie, avec un zoom particulier sur les mobilités alternatives, les énergies renouvelables et la protection des terres agricoles et ressources naturelles.

Le Débat d’Orientation Budgétaire : des engagements ambitieux pour l’environnement

Le DOB est l’occasion pour les élus du Département d’analyser le contexte financier de la collectivité. Bien que celui-ci soit très particulier en raison du pacte financier imposé par l’Etat, la majorité départementale menée par Jean-Pierre Barbier, a préféré se concentrer sur ses engagements pluriannuels et notamment, le vote de la Stratégie Air Climat Energie.

Face à l’urgence climatique que connait notre planète, le Département s’engage.

Pour cela, il veut agir efficacement en montrant l’exemple tant au travers des actions et pratiques professionnelles au sein de l’administration que les différentes politiques publiques qu’il conduit : transport, route, collèges, environnement, agriculture, patrimoine bâti, …

En 2017, le Département avait voté un plan de diminution de ses émissions de gaz à effet de serre qui fixait pour objectif une baisse d’au moins 4% de ces émissions d’ici à 2020. Aujourd’hui, le Département vient renforcer et élargir ses actions menées pour l’environnement en s’attachant notamment, au contrôle de sa consommation d’énergie et à la qualité de l’air à travers cette Stratégie Air Climat Energie. Le but de ce plan pluriannuel est d’assurer la réalisation des objectifs fixés en 2017, voire de les dépasser.

La Stratégie Air Climat Energie : un plan transversal concret

Cette stratégie constitue donc l’acte 2 de la politique environnementale du Département. Elle fixe des actions volontaristes qui auront des impacts à moyen et long terme.

Pour cela, elle apporte deux nouveaux éléments :

- Des objectifs et des méthodes concrètes, par mission, pour atteindre l’objectif d’au moins 4% de diminution des émissions de gaz à effet de serre par le Département d’ici à 2020,
- Une implication plus précise de tous les membres du Département, élus, et agents, dans le processus d’amélioration de la qualité de l’air de notre territoire et la réduction de nos propres consommations énergétiques.

Voulue par la majorité départementale, cette stratégie Air Climat Energie est le fruit d’une longue réflexion entre les élus et les agents, et prend en compte toutes les réalités du terrain et des politiques départementales.
Elle s’articule autour de huit axes :
- Le patrimoine bâti du Département
- Le parc de véhicules du Département
- Les infrastructures routières départementales
- L’organisation des déplacements
- Les services de restauration scolaire des collèges
- L’organisation et la gestion des services départementaux
- L’adaptation au changement climatique
- La solidarité avec les acteurs isérois en faveur de la Stratégie Air Climat Energie

« A travers cette Stratégie, tout le Département, élus et agents, s’engage pour l’environnement. L’objectif n’est pas de contraindre les Isérois, de pratiquer une écologie punitive, mais de construire une politique ambitieuse, pragmatique et réaliste qui encourage et accompagne les bons comportements.

Ce n’est qu’à travers ce type de politique, en donnant l’exemple, que nous pourrons agir concrètement pour l’environnement et la sauvegarde de notre planète. L’innovation en matière de politique environnementale, c’est pour le Département une politique d’adhésion, une politique d’investissement, une politique d’incitation,» explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

Catégorie Département de l'IsèreCommentaire (0)

LA MARQUE IS(H)ERE A ST EGREVE

3

Ces vendredi 9 et samedi 10 novembre, la galerie marchande du Carrefour Saint-Egrève a accueilli une animation commerciale de la marque Is(h)ere.

A cette occasion Jean-Pierre Barbier, Président du Département, accompagné de robert Duranton, vice président en charge de l’agriculture ainsi que de Philippe Tiersen, Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, et Françoise Audinos, vice-Président de Grenoble Alpes Métropole, est allé à la rencontre des producteurs présents.

Une animation autour des produits locaux

La marque Is(h)ere, lancée par le Pôle agroalimentaire isérois en juin 2018, rassemble plus de 40 producteurs de l’Isère reconnus pour leurs qualités. Cette animation a vocation à présenter et à faire déguster les nombreux produits que proposent les agriculteurs et artisans agréés par la marque. Fromages, charcuteries et autres produits de l’Isère étant cuisinés sous les yeux du public par deux grands chefs locaux : Cédric Bayle et Alexis Fonteneau
Pendant ces deux journées, les clients de la galerie ont pu déguster et acheter les produits des producteurs.

« Je suis ravi du succès de cette marque. En passant à cette animation dans une grande surface iséroise, on voit bien la qualité des produits que l’on crée en Isère. Et les Isérois s’en rendent compte. Ils sont ravis de pouvoir déguster et connaître des produits qui viennent de leur département ! » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

12

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés

Foire de Grenoble: La Métropole vous accueille dans son appartement « Zéro déchet »

Dans le cadre de la Foire de Grenoble à Alpexpo du 1er au 12 novembre, la Métropole vous
invite à découvrir son stand Zéro déchet : un appartement témoin, grandeur nature, qui
présente toutes les solutions pour réduire vos déchets et mieux trier.

Situé tout de suite à gauche en entrant dans la foire (Allée 7, stand 705), le stand de la
Métropole représente la reconstitution grandeur nature d’un appartement de 60 m2. « C’est
la première fois que l’on fait ça, indique Georges Oudjaoudi, vice-président délégué au
traitement et à la valorisation des déchets de la Métropole. Nous avons reproduit de toute
pièce un logement. Qu’il s’agisse des cloisons, du mobilier ou de l’électroménager, tout est
issu de la récupération grâce à nos partenariats avec les ressourceries locales ».

Entrez dans le quotidien d’une famille de 4 personnes

But de l’opération : inviter les visiteurs de la foire à entrer dans le quotidien d’une famille de
4 personnes (deux adultes, un enfant de 8 ans et un bébé) qui s’est engagée depuis la
naissance des enfants à réduire ses déchets. De la brosse à vaisselle compostable à
l’utilisation de produits ménagers moins nocifs (vinaigre !), en passant par les bocaux pour
les produits en vrac ou les couches lavables, l’appartement donne quantité d’idées pour faire
évoluer ses pratiques quotidiennes. Un jeu interactif, intitulé « Maxi, mini ou zéro déchet »,
permet par ailleurs aux participants de prendre conscience des économies qu’il est possible
de réaliser en consommant moins emballé…

Des activités pratico-pratiques

Pour animer cet appartement, les messagers du tri de la Métropole accueilleront les visiteurs pour leur présenter les différentes astuces utilisées par la famille. Des activités pratico-pratiques qui aborderont différentes thématiques (produits ménagers, déchets du bébé, emballages) auront lieu toute la semaine en lien avec de nombreux partenaires comme l’Agence locale de l’énergie et du climat (Alec) ou Zéro Waste Grenoble.

Un atelier et une boutique zéro déchet

Un atelier d’environ 15 m2 sera également ouvert au public : toute la semaine, les associations locales se succèderont pour proposer des animations entièrement dédiées à la réparation et au réemploi (vêtements, vélos, mobiliers).
Cerise sur le gâteau, une boutique tenue par des épiceries locales zéro emballage, vendra les principaux objets aperçus par les visiteurs dans l’appartement témoin. De quoi faire évoluer ses pratiques sans tarder, une fois de retour à la maison !

En savoir plus :
www.moinsjeter.fr
Facebook « Jeter moins, trier plus, faire face »

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Le Bois de Chartreuse obtient la première AOC Bois en France

oi123

Catégorie - filière bois, Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

Agriculture: tout pour la formation

Didier Guillaume tout nouveau ministre de l’agriculture a tenu à effectuer son premier déplacement officiel dans son département de la Drôme et en Isère.

Drômois d’origine, il a accepté le poste de ministre de l’agriculture car  » c’est le plus beau ministère » et a très vite dévoilé sa priorité: la formation.

Voilà pourquoi son premier déplacement a été axé sur la formation, tout d’abord au lycée agricole du Valentin à Bourg les Valence. Il a lancé le défi de sa réussite:  » j’aurais réussi si à la fin de mon mandat il y a plus de jeunes dans l’enseignement agricole et si le métier d’agriculteur est réhabilité car oui l’agriculture a un avenir.

Ensuite il s’est rendu à la MFR de chatte.  » Il ne faut pas opposer les divers modèles de formations agricoles, elles sont complémentaires… » Une MFR qui compte 250 élèves  » dont beaucoup n’étaient pas à l’aise dans l’enseignement général.. Là nous leur offrons un cadre idéal pour apprendre les métiers des filières agricoles et un travail car la totalité de nos élèves trouvent rapidement un boulot » diront de concert le président Renn et le directeur de l’établissement André Roux..

Didier Guillaume a martelé que la formation est essentielle  et de fixer trois axes prioritaires au sein de cette formation: former plus de jeunes aux métiers de l’agriculture, participer à la transition vers l’agro-écologie, s’adapter aux besoins des territoires en particulier à ceux du monde rural.

Le ministre de l’agriculture a bien entendu rendu hommage aux enseignants qui sont la clé de voûte de la réussite.  » Continuez à vous battre pour que les jeunes ont une bonne formation qui leur permettra d’avoir un métier passionnant, d’obtenir un travail rémunérateur.. »

il a bien entendu abordé le fameux dossier du glyphosate:  » comme le président de la République s’y est engagé il disparaîtra en 2020.. A nous de trouver les solutions avec les différentes filières pour trouver des solutions adaptées. « 

Il a également rencontré les OPA du département pour faire le point sur l’actualité agricole. Insistant de son côté sur le fait de faire des efforts au niveau de la consommation de l’eau. « Les agriculteurs ont diminué les apports en eau de 30% en 15 ans, c’est bien mais il faut rester vigilants et nous aurons rapidement besoin de trouver de nouvelles ressources en eau. »

Etant à quelques encablures de la SENURA, le ministre de l’agriculture a tenu à visiter la station d’expérimentation nucicole. pour rappel la station a pour mission première de répondre aux attentes des professionnels en matière d’innovation et de recherche.

Une station qui va avoir un grand rôle à jouer dans les prochaines années, en particulier pour pérenniser la noix de Grenoble au niveau de ses apports et de sa qualité. Les changements climatiques qui se profilent posent en effet question..

Comme nous l’a confié Yves Renn, président de Coopenoix:  » la campagne 2018 laisse verra des apports en baisse et un fort taux de noix mises à la benne car brulées..De plus des soucis sanitaires sont notables…Ceci du aux conditions climatiques qui nous touchent..

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Gîtes de France Isère: journée des adhérents

L’antenne de l’Isère des gîtes de France organise chaque année une journée de rencontres entre adhérents et partenaires.

Pour cette 6ème édition, le choix du lieu a été judicieux: le château  de Sassenage.

A 10 minutes à peine de Grenoble, le Château de Sassenage se dresse au pied de la masse imposante du Vercors, dans toute la pureté de son architecture classique.

Construit au 17ème siècle par Charles Louis Alphonse de Sassenage, ce Château est la dernière des trois demeures édifiées par les puissants Seigneurs de Sassenage.
Œuvre de l’architecte valentinois Laurent Sommaire, il reflète l’art de vivre du Grand siècle où grandeur et somptuosité riment avec douceur et plaisir de vivre. Le site, composé du Château et de son parc paysager du 19ème siècle est classé aux Monuments historiques.

Adhérents et partenaires ont donc pu se rencontrer au cours de cette journée instructive et très conviviale.

Philippe Riboulleau président,  rappelant que l’activité gîtes de France sur l’Isère  » se porte bien avec un accroissement d’activité pour cette année de près de 5%.. De plus la centrale de réservation est en bonne santé! »

Autre sujet de satisfaction: le rajeunissement des adhérents et le nombre de créations en augmentation.

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Plan Loups : y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

Le plafond 2018 de 43 prélèvements de loups autorisés a été atteintet la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL*) a annoncé le 17 octobre sur son site internet la « suspension de tous les tirs jusqu’à nouvel ordre ».

Le préfet coordonnateur du Plan Loups, Stéphane Bouillon, devait relever le plafond de prélèvements de loups de 2% une fois celui-ci atteint. Suite au remaniement ministériel et à la nomination de M. Bouillon place Beauvau, son remplaçant n’est toujours pas connu.

Les éleveuses et éleveurs se retrouvent donc sans autorisation de défendre leurs troupeaux en cas d’attaques tant qu’un nouvel arrêté n’aura pas été signé, alors que le bilan au 30 septembre 2018 s’élève à 2.715 attaques et 9.173 victimes, soit 10% d’attaques constatées et indemnisées en plus cette année.

Cette situation est insupportable et conduit à mettre hors la loi les éleveuses, les éleveurs et les bergers qui seraient contraints de défendre leurs troupeaux. La Confédération paysanne demande donc au Ministre de l’Ecologie et au Ministre de l’Agriculture de signer en urgence un nouvel arrêté.

Catégorie loupCommentaires fermés

Talents Gourmands Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Les trois lauréats Talents Gourmands Crédit Agricole Sud Rhône Alpes dévoilés

A lissue dune finale passionnée, le jury a révélé le nom des trois lauréats (un agriculteur, un artisan des métiers de bouche et un restaurateur) vainqueurs de la quatrième édition du concours Talents Gourmands Crédit Agricole Sud Rhône Alpes ! Engagée au quotidien sur lensemble de son territoire, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes porte des valeurs de proximité, dutilité et de transmission quil illustre à travers le concours Talents Gourmands.

Les trois lauréats

Le jury du terroir Sud Rhône Alpes, présidé par Olivier Samin, chef étoilé au Carré dAlethius et composé de professionnels reconnus (grands chefs étoilés, meilleurs ouvriers de France, membres de la chambre de commerce de la région), a dévoilé son palmarès lors de la finale qui sest déroulée le 11 octobre 2018 au Carré dAlethius à Charmes sur Rhône.

Sans titreSans titre2

Retrouvez les portraits des finalistes sur www.talents-gourmands.fr

Chacun des lauréats a remporté la somme de 3000 euros, offerts par le Crédit Agricole, ainsi que dautres dotations offertes par les différents partenaires. Un prix spécial « coup de cœur » du jury a été attribué à Mathieu Mélo (Isère), catégorie restaurateurs pour lexemplarité de son parcours, sa persévérance et le courage dont il a fait preuve.

Les épreuves

Lors de la finale, chaque candidat devait relever un défi :

· Durant deux heures, les restaurateurs devaient cuisiner un plat exclusivement composé de produits locaux et de saison sélectionnés par leurs soins. Créativité, esthétisme et saveurs étaient les maîtres-mots.

· Les artisans des métiers de bouche devaient présenter une création de leur choix au jury : buffets traiteurs, pains inédits, sculptures en chocolat

· Les agriculteurs étaient départagés par une vidéo présentant leur exploitation et un entretien oral. Le jury a été attentif à la qualité des produits, loptimisation de leur mode de distribution, leur implication dans la vie régionale et les innovations proposées pour dynamiser le secteur.

TALENTS GOURMANDS CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES 2018

68 candidats en compétition

3 catégories : agriculteurs, artisans des métiers de bouche et restaurateurs

9 finalistes

3 lauréats

1 chef de file président dans le jury

Retrouvez les portraits des finalistes sur www.talents-gourmands.fr

Chacun des lauréats a remporté la somme de 3000 euros, offerts par le Crédit Agricole, ainsi que dautres dotations offertes par les différents partenaires. Un prix spécial « coup de cœur » du jury a été attribué à Mathieu Mélo (Isère), catégorie restaurateurs pour lexemplarité de son parcours, sa persévérance et le courage dont il a fait preuve.

Les épreuves

Lors de la finale, chaque candidat devait relever un défi :

· Durant deux heures, les restaurateurs devaient cuisiner un plat exclusivement composé de produits locaux et de saison sélectionnés par leurs soins. Créativité, esthétisme et saveurs étaient les maîtres-mots.

· Les artisans des métiers de bouche devaient présenter une création de leur choix au jury : buffets traiteurs, pains inédits, sculptures en chocolat

· Les agriculteurs étaient départagés par une vidéo présentant leur exploitation et un entretien oral. Le jury a été attentif à la qualité des produits, loptimisation de leur mode de distribution, leur implication dans la vie régionale et les innovations proposées pour dynamiser le secteur.

TALENTS GOURMANDS CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES 2018

68 candidats en compétition

3 catégories : agriculteurs, artisans des métiers de bouche et restaurateurs

9 finalistes

3 lauréats

1 chef de file président dans le jury

Sans titre

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Dévellopement durable: des clés pour agir

Sans titre

Catégorie La MondéeCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2018
L Ma Me J V S D
« oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+