Archive | A la une

L’ISÈRE, un territoire pour se faire du bien

Les thématiques abordées lors des Rencontres de l’Attractivité 2020 présentent les nouvelles orientations de nos préoccupations : le « prendre soin de soi », les profondes mutations du secteur touristique mais aussi les conséquences de la crise sanitaire.

L’ISÈRE, un territoire pour se faire du bien

Plusieurs intervenants (sociologues, géographes, hébergeurs…) ont apporté leur éclairage sur cette notion de destination bien-être et santé, au cœur de la stratégie d’Isère Attractivité. Retrouvez dans la Tribune d’Isère Attractivité # 2, une synthèse de leurs interventions.

Découvrir La Tribune #2

Retrouvez toutes les informations sur : https://isere-attractivite.com/tribune-2

Catégorie A la une, Département de l'Isère, tourismeCommentaires fermés

Vercors: Fermeture des remontées mécaniques

Les stations de ski n’ont cessé de se mobiliser afin de faire comprendre au gouvernement que l’ouverture des stations et des remontées mécaniques étaient vitales…

Ce jeudi le premier ministre a martelé qu’il était hors de question d’ouvrir les remontées mécaniques avant mi janvier.. Ce vendredi le conseil d’Etat confirme le maintien des fermeture des remontées mécaniques, Jean  Castex évoque la possibilité d’une ouverture la semaine du 7 janvier….

Pourtant l’ensemble des élus, et acteurs de la montagne du Vercors se sont mobilisés ce jeudi matin pour obtenir l’ouverture du domaine alpin.. En vain..

Ils étaient  pourtant des centaines à Lans en Vercors autour  du Président de la Communauté de communes du massif du Vercors: Franck Girard, des maires, des élus, de Chantal Carlioz vice présidente du Conseil Départemental, moniteurs de ski, commerçants, restaurateurs, acteurs du tourisme, saisonniers ..

Voici un diaporama ( photos  PhillippeRiot) qui ne fait que prouver la mobilisation et la solidarité de l’ensemble des acteurs du Vercors concernés par cette crise

Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, montagneCommentaires fermés

Tullins: le téléthon sera une réussite!

Alors que de multiples animations liées au téléthon on été annulées, l’association défis solidaires de Tullins a absolument voulu organiser un défi afin de récolter un maximum de fonds pour le téléthon. L’ensemble des bénévoles, associations locales, partenaires et municipalité se ont mobilisés pour organiser une animation basée sur la vente de produits tels que voitures en chocolat, gâteaux aux noix, bûche de Noël, bourguignon, huile de noix, marcellines..

La très grande majorité de ces produits a été vendue sur un système de drive avec différents points de collecte: mairie de Tullins, Carrefour Market le samedi et l’ hyper Carrefour Voiron les dimanche lundi et mardi.

On rajouera  l’organisation d ‘ une tombola, plus de 5000 billets vendus avec de très beaux lots comme une télévision offerte par  Carrefour Voiron, des séjours en gîte de France…

Cette mobilisation sera couronnée d’un succès qui dépassera largement les espoirs des organisateurs. Selon les premières estimations la somme de 20 000 euros sera approchée, voire dépassée.

Pour plus d’infos…

https://www.facebook.com/Defis.Solidaires.38.Telethon.Tullins/

Quelques images prises sur le vif..telet2

C’est parti! ici devant la mairie de Tullins

maireLe maire de Tullins, Gérald CANTOURNET a tenu à encourager les équipes de bénévoles ..et les féliciter pour leur investissement dans cette opération peu évidente à mettre en place cette année..

tele tullins

telet1Nous sommes  sur le parking et dans la galerie marchande du  Carrefour market de Tullins, groupe Provencia..Le magasin de Tullins a fourni gracieusement le nécessaire , dont 50 kilos de viande, pour faire un excellent boeuf bourguignon..

tele…Et dans celle de l’hyper Carrefour de voiron, toujours du groupe Provencia

tele9.. Toujours à Voiron..

Photos Oriane PRECZ

Catégorie A la uneCommentaires fermés

LUTTE CONTRE LA POLLUTION DE L’AIR

Greenpeace, le Réseau Action Climat France (Rac-F) et l’Unicef ont publié, ce jeudi, une évaluation de l’ambition des douze plus grandes agglomérations françaises en fonction de leurs initiatives en matière de mobilité pour améliorer la qualité de l’air.

En réaction, Christophe FERRARI, Président de la métro et Sylvain LAVAL, Président du Syndicat Mixte des Mobilités de l’Aire Grenobloise déclarent :
« Le territoire métropolitain grenoblois a pris la mesure de l’urgence sanitaire, mais aussi sociale et économique, que représente la pollution de l’air.

Nous avons multiplié les initiatives pour y répondre depuis plusieurs années, ce que vient confirmer cette nouvelle publication de Greenpeace, du Réseau Action Climat et de l’UNICEF, qui demeure concentrée sur les problématiques de déplacement, quand bien même le chauffage au bois, et en particulier le chauffage au bois individuel non performant, est à l’origine de 55% des émissions annuelles de particules, et jusqu’à 75% en période de pic de pollution hivernal.

Gageons qu’une éventuelle étude menée ultérieurement par les associations en question prenne tous les secteurs d’émission de polluants en compte et les initiatives prises localement en la matière. La qualité de l’air est un combat quotidien en faveur de la qualité de vie des habitants comme de l’attractivité de notre territoire. Un combat qu’il importe de poursuivre, d’accélérer, en accompagnant chacune et chacun, pour ne laisser personne au bord du chemin.
C’est ce à quoi s’attellent la Métropole et le SMMAG chaque jour, dans un contexte topographique local imposant de redoubler d’efforts :
- Sauvetage de la liaison ferroviaire Grenoble-Gap et mobilisation en faveur d’un service express ferroviaire sur la région grenobloise qui constituera demain la colonne vertébrale de notre réseau de transport en commun ;
- Mise en oeuvre de la plus grande voie de France dédiée au covoiturage et de services de covoiturage et d’auto-partage ;
- Développement de parkings relais en entrée d’agglomération de la grande région grenobloise ;
-Développement du réseau cyclable, de solutions de stationnement sécurisées pour les cycles, du service Métrovélo ;
-Multiplication des réseaux de chaleur sur le territoire ;
- Développement du réseau de chauffage urbain qui utilise aujourd’hui 72% d’énergies renouvelables et de récupération, auquel 50% de bâtiments supplémentaires seront raccordés dans les prochaines années ;
- Prime Air Bois visant à contribuer au renouvellement des appareils de chauffage individuel au bois non performant et dont le montant a été doublée, atteignant désormais jusqu’à 2 000 euros pour les plus modestes ;
- Mesures d’accompagnement des acteurs économiques s’agissant du remplacement de leur flotte de véhicules, à l’image d’une aide allant jusqu’à 18 000 euros par véhicule ;
- Zone à Faible Emission sur 27 communes devant permettre, dans quelques années, que plus aucun habitant ne soit soumis à un dépassement des seuils réglementaires ; etc.
Autant de mesures, loin d’être exhaustives, mises en oeuvre en lien étroit avec les communes, et, pour bon nombre d’entre elles, avec le soutien de l’ADEME et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Toutes ces mesures, que nous allons encore renforcer, compléter, contribuent à améliorer la qualité de l’air sur notre territoire et à accompagner toutes et tous car il ne saurait y avoir de transition écologique sans justice sociale. Il importe cependant d’aller encore plus loin. En ce sens la mobilisation de toutes et de tous est indispensable et implique le plein et entier soutien du Gouvernement et des parlementaires, un soutien que nous appelons de nos voeux.

A cet égard, on peut s’interroger, regretter que la vente d’appareils de chauffage individuel au bois non performants soit toujours autorisée.

Par ailleurs, le Préfet de Haute-Savoie a signé il y a quelques mois un arrêté interdisant toute utilisation de chauffage à bois à foyer ouvert, dans 41 communes de la vallée de l’Arve ; une telle mesure ne devrait-elle pas s’envisager plus largement ?

On peut par ailleurs légitimement s’interroger, s’offusquer, vis-à-vis du refus de baisser la TVA à 5,5% sur les transports en commun et les services de mobilité, mesure qui permettrait pourtant de soulager le portefeuille des ménages et de rendre ces solutions de mobilité plus attractives.
Il y a par ailleurs urgence à mettre en oeuvre un plan national extrêmement ambitieux en faveur des transports en commun et du ferroviaire afin notamment d’entretenir et développer le réseau, et notamment des services express métropolitains à l’image du projet existant sur le bassin de vie grenoblois.

Nous en appelons ainsi au Gouvernement et aux parlementaires pour mettre en oeuvre des initiatives lisibles, cohérentes et ambitieuses en faveur de la préservation de la qualité de l’air et à soutenir davantage les collectivités et les Autorités Organisatrices de la Mobilité en ce sens. »

Catégorie A la une, La MétroCommentaires fermés

viticulture isèroise: nouvel élan

Le Président du Département Jean-Pierre Barbier, accompagné par le Vice président en charge de l’agriculture, Robert Duranton, a signé la Charte en faveur de la viticulture iséroise au Domaine viticole Giachino, à Chapareillan, aux côtés du Président du Syndicat des vins de l’Isère, Wilfrid Debroize, et du Président de la Chambre d’agriculture Jean-Claude Darlet.

vigne5

Objectif ? Soutenir une viticulture qui fleurit à nouveau en Isère.

Une viticulture qui renait
Souvent méconnu, le passé viticole de l’Isère remonte à l’époque romaine. Au 19e siècle, il connaît son
âge d’or, avec 33 000 hectares de vigne recensés dans les années 1850, essentiellement plantés en
cépages autochtones (24 cépages cultivés) dont certains existent encore aujourd’hui. Le phylloxéra à la
fin du 19e, puis la première guerre mondiale, entrainent une première vague d’abandon de la vigne.
L’industrialisation, les crises de surproduction, l’effondrement des prix, la concurrence des vins du midi
l’accélèrent ensuite.

vigne 1

le bâtiment du domaine viticole Giachino construit en bois de chartreuse

vigne2

Jean claude Darlet se rappelle que  » chaque agriculteur en Isère avait ses propres vigne pour faire son vin. »

Une production viticole demeure pourtant en Isère. L’installation de nouveaux vignerons, qui ont repris
des domaines familiaux ou ont permis la reconquête de vignobles disparus, a redynamisé la filière sur le
territoire, avec une soixantaine d’exploitations viticoles actuellement. En plus d’améliorer toujours plus la
qualité, ils valorisent le terroir et l’identité iséroise de leurs vins en travaillant notamment des cépages
locaux, et prennent en compte les problématiques environnementales.
Ainsi, ces dix dernières années, plus d’une vingtaine d’entreprises dont l’activité principale est la culture

de la vigne ont vu le jour, avec un âge moyen des viticulteurs à leur création de 36 ans. Avec un travail
spécifique et très qualitatif sur les cépages autochtones et alpins,une approche raisonnée de la
viticulture (la production AB prédomine), l’IGP Isère est portée par les nouvelles tendances sociétales
qui privilégient les circuits courts et l’impact environnemental chez le consommateur.

Même si la vente directe prédomine sur ce type d’exploitations, la grande diversité des cépages et des terroirs, alliée à
une nouvelle notoriété, permet de répondre aussi à des marchés de niches qui vont au-delà des frontières nationales.
En 2018, les vignes s’étendent sur 284 ha, dont 155 ha en AOP (Appellation d’Origine Protégée) et 85
en IGP (Indication Géographique Protégée). L’Isère compte l’IGP « Vins de l’Isère », l’IGP « Collines
rhodaniennes » et l’AOP « Vins de Savoie ».

Deux IGP en sus en Isère

vigne4

• IGP « Isère », créée en 2011, correspond aux vins initialement reconnus par l’appellation « Vin de
pays de l’Isère », qui comprend les secteurs géographiques des « Balmes Dauphinoises » (50 % de la
production) et des « Coteaux du Grésivaudan » (40 % de la production) et qui représente une production
totale d’environ 1 500 hl/an ;
• IGP « Collines rhodaniennes », autour du secteur de Seyssuel, vise une extension de l’AOP
« Côtes du Rhône ».

Une charte pour soutenir ce nouvel élan

Adoptée par l’Assemblée départementale le 21 février 2020, la « Charte en faveur de la viticulture
iséroise » vise à rassembler les acteurs de la viticulture iséroise autour d’objectifs partagés :
- de développement de la filière ;
- de promotion d’un produit local, de qualité contribuant à l’aménagement du territoire et à son
attractivité, notamment en lien avec les acteurs de la restauration et du tourisme.
Elle établit un plan d’actions bénéficiant du soutien du Département :
- avec une aide forfaitaire pour tout viticulteur isérois pour la plantation à hauteur de 6 000 €/ha,
plafonnée à 10 K€ par an ;
- avec une aide à l’acquisition de matériels de culture également plafonnée à 10 K€ par an ;
- avec une aide à l’équipement en outils de détection, de mesure et d’alarme associés à du matériel
de lutte contre la grêle, plafonnée à 30 K€ en individuel et 60 K€ en collectif ;
Le Département verse une aide de 3 000 €/an au syndicat pour mener les actions de développement de
la filière, accompagner les viticulteurs dans l’amélioration des pratiques, améliorer la visibilité des vins
de l’Isère, contribuer à leur notoriété, notamment via l’organisation d’un concours départemental.

Pour contribuer à la promotion des vins de l’Isère, le Département et Isère attractivité associent
également le syndicat dans les évènements permettant de promouvoir les vins.


vigne 12

« Les viticulteurs isérois sont les gardiens d’une partie de notre histoire, de notre patrimoine et de notre
identité, c’est pourquoi le Département a décidé de les soutenir de manière volontariste. Nous signons
aujourd’hui la charte en faveur de la viticulture iséroise et consacrerons à cette filière 110 000 € par an
du budget agricole. Les vins isérois méritent d’être connus et reconnus », affirme Jean-Pierre Barbier,
Président du Département qui a rajouté: les vins de l’Isère sont de qualité…

Catégorie A la une, viticultureCommentaires fermés

VASSIEUX EN JARDINS 2020

Une initiative citoyenne qui regroupe des jardiniers, bricoleurs, créateurs, un peu fous… qui aiment leur village, la création, l’imaginaire. Qui ont eu envie d’échanger, de créer des liens.

L’idée de départ a été de créer chaque année une œuvre inspirée par un thème annuel  et de l’installer dans son jardin au début de l’été,  bien en vue , pour le plus grand plaisir des promeneurs . Et les promeneurs, ils sont nombreux à Vassieux : habitants du village, visiteurs du week-end, vacanciers, sportifs…

Trois saisons déjà… et dès la première année, un franc succès auprès des habitants, puisque les deux premiers étés, il y a eu vingt cinq jardins participants.
Eté 18, personnages et animaux.  Eté 19, mouvement

Sans titre1

Cette année est un peu particulière. Sans doute moins d’œuvres dans les jardins privés, mais des petits bijoux de créativité (merci au confinement !). Mais aussi et surtout des installations remarquables dans les espaces publics.
Résultats d’ateliers vannerie, menuiserie qui ont regroupés chacun une dizaine de personnes. Une belle collaboration autour de projets communs pour embellir le village et qui renvoie un signal très fort et très positif, en ces temps d’inquiétude. Entrée du village, rond point et cœur du village offrent à voir des installations originales sorties de l’imaginaire et des mains expertes d’une équipe soudée. Chacun y a apporté sa compétence : imagination, savoir-faire, technique. Cet été, c’est MAISONS DES MONDES qui est le fil conducteur et qui nous va faire rêver les  visiteurs…

Vassieux en Jardins c’est aussi un groupe mail qui s’échange plants, graines, légumes, matériaux, et bons plans Jardin. Ici en montagne, le jardin potager est une culture, une valeur sûre, une ressource pour les mois d’hiver, une passion. A chacun sa méthode traditionnelle ou permaculture, en tout cas toujours bio.

Vassieux en Jardins, c’est une idée qui a germé dans la tête d’une vassivaine d’adoption, Marie Odile Le Pennec, arrivée avec son époux en 2014, au début de leur retraite d’enseignants. Le nombre de visiteurs dans ce village,  le soin apporté aux jardins qu’ils soient grands ou petits, la longueur des printemps qui ressemblent parfois plus à l’hiver,  mais aussi les petits moyens dont disposent la commune. Tout cela l’a interpelée et interrogée : comment rendre ce village plus attrayant ? Comment donner un reflet positif du Vassieux du 21ème siècle,  le Vassieux d’aujourd’hui… parallèlement au Vassieux Mémoire qu’il n’est pas question d’oublier. L’idée était là dans un coin de la tête.

Et puis le temps et l’intégration faisant son œuvre… il lui a paru possible de lancer l’idée de VASSIEUX en JARDINS . Il y a eu le « déclencheur » : une campagne lancée en mars 2018 par le conseil municipal : « 328 habitants pour un village rêvé ». Chaque habitant étant sollicité pour proposer une idée pour transformer son village et le rendre plus attractif. Cette consultation a connu un certain succès et a été suivie d’un groupe de réflexion citoyen sur l’Espace Vassivain et l’avenir du village. C’était en Mars 2018 et c’est à ce moment là que Marie Odile Le Pennec s’est sentie autorisée de proposer Vassieux en Jardins.

Dès le départ,  au vu du succès immédiat,  et du chemin parcouru : aucun regret.  Le sentiment d’avoir été et d’être utile. La satisfaction de fédérer les énergies et de faire reculer l’individualisme avec le soutien fort de l’équipe municipale. Tous les moments de partage intergénérationnels, tout le plaisir né de la création, qu’on soit manuel ou pas, toute l’entraide, et aussi  le bonheur de donner du bonheur,voilà les pépites qu’ont trouvé les participants au projet, et c’est bien agréable d’en être un peu à l’origine !

Avoir entendu  de la bouche de drômois de la vallée, libérés du confinement  et venus se mettre au vert  , « nous venons tous les ans maintenant à Vassieux ; chaque année on a de nouvelles choses à voir »  est une grande satisfaction et la confirmation que l’idée  d’exposition annuelle  répartie dans les jardins privés porte ses fruits.


Catégorie A la uneCommentaires fermés

Une première: la Foire d’automne de Beaucroissant n’aura pas lieu…

Après consultation des services de la préfecture, des forces de sécurité, et des différentes
instances professionnelles, la municipalité de Beaucroissant a le regret d’annoncer l’annulation
de la 801e édition de la Foire d’automne des 11,12 et 13 septembre prochains. Une décision
difficile à prendre, dans laquelle la raison a prévalu.

La nouvelle équipe municipale, autour du nouveau maire Antoine Reboul était placée devant un grave dilemme. Le choix du coeur aurait été de maintenir une foire qui fait la fierté de la commune et rayonne bien au-delà de ses frontières.

Antoine Reboul « :C’est la raison qui l’a emporté, devant l’incertitude dans laquelle nous sommes, face à l’évolution de l’épidémie et son hypothétique redémarrage à la fin de l’été.
Certes celle-ci semble aujourd’hui contenue, mais à l’heure où nous prenons cette décision difficile, les
manifestations de plus de 5 000 personnes restent interdites. Que dire alors d’un événement qui attire
habituellement des centaines de milliers de visiteurs… Et c’est pourtant aujourd’hui qu’il faut décider car en deçà
des trois mois restant d’ici septembre, l’équipe organisatrice serait dans l’impossibilité d’assurer de façon
convenable et professionnelle la mise en oeuvre de cette très grande manifestation. »


C’est sur la base de ces constats que les élus de Beaucroissant ont décidé d’annuler la 801e foire d’automne.
La santé des habitants et des visiteurs a constitué leur première préoccupation, confortée par la certitude que
les forces de l’ordre ne disposeraient d’aucun effectif supplémentaire pour faire face aux contraintes et contingenter
la foule.
Avant d’en arriver à cette extrémité, l’équipe municipale a consulté ses partenaires, prestataires et exposants.
Elle a envisagé avec eux l’alternative d’une foire « modèle réduit » plus espacée, plus courte, décalée dans le
temps.

 » Mais le risque était que ni nos exposants, ni la commune ne s’y retrouvent. Et puis, les lumières du 800e
anniversaire, en 2019, étaient encore trop présentes dans les esprits, pour tenter une foire au rabais. » argumente Antoine Reboul.

C’est donc à regret que les élus ont dû se résoudre à l’annuler. C’est un choix lourd de conséquences pour les
finances de la commune de Beaucroissant. Les deux foires contribuent à l’équilibre budgétaire et inévitablement
leur annulation va contraindre la municipalité en tout début de mandat, à réviser ou rééchelonner ses projets.

Les foires de Beaucroissant reviendront plus fortes et plus belles en 2021.
Foire de printemps les 24 & 25 avril 2021 et Foire d’automne, « La Beaucroissant » 10, 11 & 12
septembre 2021.. Nous en sommes persuadés

Catégorie A la une, Département de l'Isère, foire de Beaucroissant, questions d'actualitéCommentaires fermés

Salon de l’agriculture: L’Isère et le Vercors en première ligne

Pour l’ensemble du monde agricole, pour les visiteurs, le salon de l agriculture aura un goût d’inachevé.. Et pour cause, il a du fermer ses portes dès ce samedi soir au lieu du dimanche. Une journée plus tôt à cause du coronavirus.

En 2019, le salon avait attiré 630.000 visiteurs, mais en 2020, à peine plus de 480 000 visiteurs, sur les 8 jours qu’a duré le salon, contre 9 l »année précédente.

Cela dit notre région, et en particulier le Vercors et notre département de l’Isère ont une fois de plus étés bien représentés.

Le stand du Vercors a connu une forte et belle animation durant tout le salon .. Ah les villardes, le bleu du Vercors Sassenage…quel succès..

Beaucoup ont également apprécié la présence des jeunes éleveurs, 23 en tout, présents dans le cadre de l’association graine d’éleveurs. nul doute que bon nombre d’entre eux prendront la succession de leurs parents, le moment venu…

Autre temps fort pour notre département, la journée Isère organisée au stand de la région Auvergne Rhône-Alpes. Celle ci c’est déroulée en présence de Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère, de Fabien Mulyk vice président du Département, de nombreux responsables d’OPA et bien entendu de producteurs venus valoriser l’Isère  via la marque Is(H)ere et à travers la noix de Grenoble, le bleu du Vercors Sassenage, les vins des Balmes dauphinoises, dont celui de Stéphanie Loup, nouvellement médaillé d’or..

Le pôle agro alimentaire en première ligne!

Fabien Mulyk a tenu a rappeler que le pôle agro alimentaire isèrois  » a été mis en place afin de permettre aux agriculteurs de notre département de vivre de leur métier, aux consommateurs de bénéficier de produits isérois de qualité. Pour ce il c’est agi de développer des circuits de commercialisation de proximité des produits isérois, en particulier vers la grande distribution et de la restauration collective. »

Fabien Mulyk a annoncé que  » très prochainement le site du pôle agroalimentaire de l’Isère sera mis en fonctionnement. Ce sera un outil  accessible aux consommateur, au grand public, aux professionnels. Il facilitera en particulier les mises en relation entre l’offre et la demande.. »

Et de rappeler qu ‘ afin de permettre aux consommateurs de reconnaître ces produits locaux de qualité, la marque Is(H)ere a été lancée courant 2018. A ce jour 800 produits sont référencés.

Il est bon de noter que la marque repose sur trois piliers:

- l’origine isèroise de la production

- la qualité des produits basée sur un cahier des charges

- l’équité en garantissant une juste rémunération des agriculteurs.

Fabien Mulyk a enfin martelé que le département souhaite poursuivre et développer l’approvisionnement local des restaurants des collèges mais aussi auprès des collèges en cuisine autonome, aux établissements médico-sociaux, aux lycées, à la restauration professionnelle dans les entreprises, les administrations..

Et de conclure » Is(H)ere est une marque territoriale appréciée et reconnue par les consommateurs… « On a pu s’en rendre compte à … Paris.

nous n’oublierons pa enfin nos participants au concours général agricole.. L’Isère s’est retrouvée en bronze..argent…Et surtout en or.. Voir notre article ..

Voici quelques visuels pris sur le vif…cliquer sur les photos…




Catégorie A la uneCommentaires fermés

L’ISERE LABELISEE “VELO & FROMAGES”

Parmi les itinéraires cyclotouristiques labellisés dérnièrement « Vélo & Fromages » par l’Assemblée des Départements de France, figurent deux parcours isérois !

Il faut dire que gastronomie et vélo sont inscrits dans l’ADN de l’Isère. Rendez-vous au Pays de Saint-Marcellin, par le plateau boisé de Chambaran, et au Tour des Quatre-Montagnes, servi sur le plateau du Vercors pour déguster ce nouveau concept !

Le label « Vélo et Fromages » en Isère

L’Isère fait désormais partie des 45 Départements français labellisés “Vélo & Fromages”. Ce label, créé à l’initiative de l’Assemblée des Départements de France, du Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel) et de Tourisme & Territoires et Vélo & Territoires en avril 2019, identifie les itinéraires mariant cyclotourisme et découverte des fromages du terroir.

Une nouveauté qui donne tout son sens à l’expression « après l’effort le réconfort » ! Rien de tel en effet qu’une découverte des saveurs fromagères pour ponctuer une balade à vélo qui garantit un rythme idéal pour prendre le temps de découvrir, rencontrer et partager. Bonne route et bonne dégustation !

Au Pays de Saint-Marcellin, par le plateau boisé de Chambaran
Difficulté : 3/4
Distance : 51 km
Alt min : 274 m
Alt max : 713 m
Dénivelé : 677 m
Durée : 3h30
Cette balade mène de Saint-Marcellin dans le sud-Grésivaudan jusqu’à Roybon sur le plateau boisé de Chambaran. Un itinéraire idéal pour les cyclotouristes gourmands qui pourront s’arrêter pour goûter les produits phares de cette région de l’Isère : le fromage Saint-Marcellin (IGP), la noix de Grenoble (AOP) et les Ravioles du Royans (IGP).
A noter : tous les ans, la Saint-Marcellin (le 6 avril sur le calendrier) est l’occasion d’une grande fête le dimanche le plus proche. En 2020, la Fête du Saint-Marcellin se tiendra le dimanche 5 avril.
• 7 sites fromagers :
Fromagerie du Dauphiné (38470 Têche)
Les Carmes – vins et fromages (38160 Saint-Marcellin)
Fromagerie Le Murinois (38160 Murinais)
Fromagerie Rochas (38470 Quincieu)
La Chèvrerie de la Gabotte (38160 Saint-Vérand)
Maison du Saint-Marcellin (38160 Saint-Marcellin)
Restaurant La Tivollière (38160 Saint-Marcellin)
Retrouvez cet itinéraire : https://www.cyclo-alpes.com/boucles-cyclotouristiques/8-au-pays-de-saint-marcellin

Le Tour des Quatre-Montagnes, servi sur le plateau du Vercors !
Difficulté : 2/4
Distance : 42 km
Alt min : 988 m
Alt max : 1223 m
Dénivelé : 564 m
Durée : 3h
Quatre montagnes pour quatre communautés paroissiales : Méaudre, Autrans, Lans-en-Vercors et Villard-de-Lans. Cet itinéraire sillonne de vastes prairies bordées de forêts à l’ombre desquelles il fait bon s’attarder.

Le Vercors, site historique, est aujourd’hui un cadre privilégié pour les amateurs de tourisme et de sports, surtout depuis les JO d’hiver de 1968. L’agriculture et la gastronomie font aussi sa renommée, notamment grâce à son fromage AOP Bleu du Vercors-Sassenage.
Cet itinéraire suit l’ancienne route entre Lans-en Vercors et Villard-de-Lans ; elle longe ainsi une partie du parcours de la 16e étape du Tour de France 2020 avec son arrivée à Villard-de-Lans.

La boucle cyclotouristique « Le Tour des Quatre-Montagnes » évite le plus possible les routes à grande circulation. Elle emprunte partiellement l’itinéraire jalonné « entre Autrans et Méaudre ».
• 15 sites fromagers :
Ferme de la Grand Mèche (38250 Lans-en-Vercors)
La Ferme du Pic Saint-Michel (38250 Lans-en-Vercors)
Ferme de La Bourrière (38112 Autrans-Méaudre)
Coopérative Vercors Lait (38250 Villard-de-Lans)
La Chèvrerie des Cabrioles (38250 Corrençon-en-Vercors)
La Ferme des Perce-Neige (38250 Corrençon-en-Vercors)
La Ferme des Rapilles (38360 Engins)
Hôtel Restaurant Le Col de l’Arc (38250 Lans-en-Vercors)
La Table de la Fontaine (38112 Autrans-Méaudre)
Le Sabot de Vénus (38112 Autrans-Méaudre)
Hôtel Restaurant Le Vernay (38112 Autrans-Méaudre)
L’Auberge des Montauds (38250 Villard-de-Lans)
Grand Hôtel de Paris (38250 Villard-de-Lans)
Hôtel Restaurant Le Christiana (38250 Villard-de-Lans)
La Roseraie – La Doline (38250 Villard-de-Lans)

Retrouvez cet itinéraire : https://www.cyclo-alpes.com/boucles-cyclotouristiques/16-le-tour-des-quatre-montagnes

« Nous sommes très fiers d’avoir reçu le label « Vélo et Fromages » et invitons tous les fondus de vélos et les amoureux du fromage à venir découvrir les deux superbes boucles iséroises ! », souligne Jean-Pierre Barbier, le Président du Département.
« Ce label est une formidable vitrine pour notre terroir, ses produits de qualité et ses producteurs laitiers. Les cyclistes pourront allier sport et visites de fermes, de productions laitières, de caves d’affinage, d’atelier de transformation, d’ haltes aux marchés », indique Fabien Mulyk, Vice-président délégué à la filière bois, à l’aménagement des rivières et à l’environnement.

Catégorie A la une, Département de l'IsèreCommentaires fermés

Téléthon de Tullins

L ‘association défis solidaires accompagnée de dizaines de bénévoles, des diverses associations de Tullins, de plusieurs partenaires a encore réalisé un exploit pour le téléthon..

La crainte de ne pas pouvoir le mettre en place suite à la tempête qui a emporté la salle des fêtes de la commune a vite été balayée par le fait que le Groupe Provencia à travers ses magasins de Voiron et surtout Tullins a relevé lui aussi le défi en acceptant d’accueillir les animations du Téléthon dans les locaux,  sur le parking, dans la galerie marchande du Carrefour Market.Obtenant également les commerces présents dans la galerie.

Cette année le défi à relever étant la construction d ‘une voiture Favier grandeur nature  et de préparer un pot au feu géant pour des centaines de convives.

Défis relevés

Les défis ont donc été relevés grâce au dévouement, à la détermination des bénévoles qui ont passé des centaines d’heure pour construire la voiture .. Inutile de dire que celle ci a été admirée…avant d’être dégustée..

Quant au pot au feu, excellent il a ravi des centaines de convives, en particulier lors du repas musical du soir. Il faut dire que Daniel Mecca, chef d’orchestre de Michèle Torr accompagnée de la choriste Tatiana mais aussi et surtout Gilles Pellegrini qui accompagné de sa trompette a proposé un petit récital récital immanquablement imprégné d’émotion et d’humanité….

Et  » cerise sur le gâteau  » le défi va se concrétiser par un chèque d’environ 20 000 euros à l’ordre de l’AFM… comme d’hab!

Voici le déroulé de la journée de vendredi en images..




Catégorie A la uneCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2021
L Ma Me J V S D
« déc    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+