Archive | agriculture

LA MISS FRANCE AGRICOLE VIENT DU VERCORS

Clémentine Rigaud, jeune étudiante de 18 ans, originaire de Beaufort-sur Gervanne a décroché le titre de Miss France agricole 2019 ! Elle sera sur le stand du Parc naturel régional du Vercors à loccasion du Salon International de lAgriculture 2019, du 23 février au 4 mars à Paris Porte de Versailles.


Représentant la jeunesse motivée et motivante du Vercors, avec Pauline Guillot, présidente de lassociation des Graines dÉleveurs, elles vous attendront toutes les deux le mardi 26 février à 13 h 30 pour partager leurs expériences !

Parmi les 67 candidates, Clémentine Rigaud sest démarquée par sa volonté de prouver que lagriculture nest pas réservée aux hommes et cest ce qui a probablement séduit le jury.

« Dans ma formation, je nétais quavec des garçons, il faut avoir un fort caractère pour montrer quon est présentes et quau niveau du travail jarrive à me débrouiller comme un homme. »

Etudiante en BTSA productions animales, Clémentine est devenue la sixième Miss France agricole. Passionnée depuis toujours, elle souhaite rejoindre lexploitation dovins viande (en agriculture biologique, marque Valeurs Parc naturel régional) de son père à Beaufort-sur-Gervanne.


Elle souhaite faire connaître limportance des circuits courts, les produits de son département et des autres régions françaises, et les groupements de producteurs. Daprès elle, la solidarité est un atout majeur pour lagriculture.

Après son BTS, elle pense passer un certificat Spécialisation transformation et commercialisation des produits fermiers. Plus tard, lorsquelle sera installée avec son père, elle envisage de créer une ferme pédagogique et un camping à la ferme.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Elections chambre d’agriculture de l’Isère: débat intersyndical

Communiqué de la confédération paysanne et de la coordination rurale de l’Isère.

La Confédération paysanne et la Coordination rurale organisent un débat le mercredi 9 janvier, à
18h, à l’Auberge des Peintres, à Optevoz.

En cette période d’Élections professionnelles Chambre d’agriculture, dont la période de vote s’étendra du 14 au 31 janvier
2019, les deux syndicats veulent présenter :
• leurs propositions aux paysans du plateau de Crémieu et des environs,
• répondre à leurs questions et problématiques,
• offrir la possibilité aux paysans de connaître leurs programmes respectifs pour voter en conscience.
Pour la Confédération paysanne, Maud Charat, éleveuse à Saint-Aupre, en vaches et chèvres lait avec transformation
fromagère, et porcs avec transformation en divers produits, tête de liste en Isère, dialoguera avec les paysans présents.
Pour la Coordination rurale, ce sera Thierry Boiron, ancien éleveur laitier, et actuellement céréalier à Ornacieux, tête de liste
en Isère, qui répondra aux différentes questions remontées du terrain.
Ce débat sera le plus ouvert possible, comme l’explique Thierry Boiron : « Notre objectif est de répondre concrètement aux
problématiques des paysans. À travers des questions écrites à leur arrivée et tirées au sort ensuite, nous pourrons
ainsi expliquer nos positions respectives sur des thématiques qui concernent leur quotidien et qui sont au centre de
leurs préoccupations. »
Maud Charat complète « Nous souhaitons que les paysans s’emparent de ces questions politiques. En effet, leur vote
aura une incidence sur la politique agricole départementale pour les six années à venir. Afin qu’ils soient mieux
représentés, mieux défendus, nous leur offrons la possibilité de nous rencontrer, de discuter avec nous, pour voter
ensuite pour le syndicat qui répond le mieux à leurs attentes et qui les comprend. »
Leurs convergences et divergences feront la richesse du débat. « Oui nous ne sommes pas d’accord sur tout, et nous
l’exprimerons calmement, avec clarté et respect. », explique Thierry. Maud renchérit : « Nous attendons également des
paysans présents, qui seront acquis à un syndicat ou à un autre, de ne pas créer de tensions. La profession agricole
est composée de personnes de bon sens et respectueuses, aux propos constructifs, et ce débat en sera la
démonstration. »
A l’heure où les gilets jaunes demandent plus de démocratie, à travers la tenue d’un référendum d’initiative citoyenne, ce
débat sur l’agriculture du plateau de Crémieu et des environs souhaite redonner la parole aux paysans, éloignés des instances
décisionnelles. Avec un taux de participation de 54,34 % aux dernières élections professionnelles de 2013, les agriculteurs
sont l’une des professions les mieux impliquées et actives, mais pour combien de temps encore ?
La Pac 2020, la loi foncière, les accords de libre-échange, sont autant de rendez-vous politiques décisifs pour l’agriculture de
demain. La balle est donc dans le camp des paysans, pour décider de leur avenir à travers ces élections professionnelles, et, in
extenso, de celui des consommateurs et des stratégies alimentaires à venir.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

LES SYNDICATS A LA RENCONTRE DES PAYSANS DE CHARTREUSE

La Confédération paysanne et la Coordination rurale organisent un débat le lundi 7 janvier, à 14h, à la salle de la Maison des associations à Saint-Laurent-du-Pont.

En cette période d’Élections professionnelles Chambre d’agriculture, dont la période de vote s’étendra du 14 au 31 janvier 2019, les deux syndicats veulent présenter :

  • leurs propositions aux paysans de Chartreuse,

  • répondre à leurs questions et problématiques,

  • offrir la possibilité aux paysans de connaître leurs programmes respectifs pour voter en conscience.

Pour la Confédération paysanne, Maud Charat, éleveuse à Saint-Aupre, en vaches et chèvres lait avec transformation fromagère, et porcs avec transformation en divers produits, tête de liste en Isère, dialoguera avec les paysans présents.

Pour la Coordination rurale, ce sera Thierry Boiron, ancien éleveur laitier, et actuellement céréalier à Ornacieux, tête de liste en Isère, qui répondra aux différentes questions remontées du terrain.

Ce débat, animé par Jérémie Giono, co-administrateur du Travailleur Alpin, sera le plus ouvert possible, comme l’explique Thierry Boiron : « Notre objectif est de répondre concrètement aux problématiques des paysans. À travers des questions écrites à leur arrivée et tirées au sort ensuite, nous pourrons ainsi expliquer nos positions respectives sur des thématiques qui concernent leur quotidien et qui sont au centre de leurs préoccupations. »

Maud Charat complète « Nous souhaitons que les paysans s’emparent de ces questions politiques. En effet, leur vote aura une incidence sur la politique agricole départementale pour les six années à venir. Afin qu’ils soient mieux représentés, mieux défendus, nous leur offrons la possibilité de nous rencontrer, de discuter avec nous, pour voter ensuite pour le syndicat qui répond le mieux à leurs attentes et qui les comprend. »

Maud Charat et Thierry  Boiron reconnaissent avoir des convergences sur certains points :

  • prix rémunérateurs et indexés sur les coûts de productions,

  • pérennité de l’agriculture de montagne et solutions à trouver pour limiter la prédation du loup,

  • pérennité des coopératives laitières du massif…

Mais leurs divergences sont également à porter auprès des paysans, et c’est ce qui fera la richesse du débat. « Oui nous ne sommes pas d’accord sur tout, et nous l’exprimerons calmement, avec clarté et respect. », explique Thierry. Maud renchérit : « Nous attendons également des paysans présents, qui seront acquis à un syndicat ou à un autre, de ne pas créer de tensions. La profession agricole est composée de personnes de bon sens et respectueuses, aux propos constructifs, et ce débat en sera la démonstration. »

A l’heure où les gilets jaunes demandent plus de démocratie, à travers la tenue d’un référendum d’initiative citoyenne, ce débat sur l’agriculture de Chartreuse souhaite redonner la parole aux paysans, éloignés des instances décisionnelles. Avec un taux de participation de 54,34 % aux dernières élections professionnelles de 2013, les agriculteurs sont l’une des professions les mieux impliquées et actives, mais pour combien de temps encore ?

La Pac 2020, la loi foncière, les accords de libre-échange, sont autant de rendez-vous politiques décisifs pour l’agriculture de demain. La balle est donc dans le camp des paysans, pour décider de leur avenir à travers ces élections professionnelles, et, in extenso, de celui des consommateurs et des stratégies alimentaires à venir.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Téléthon: une bonne collecte malgré tout..

On s’en doutait, le cru 2018 du téléthon ne battrait pas des records.. Crise oblige Cependant   le résultat du compteur a affiché 69 290 089 d’euros Ce ne sont que des promesses de dons et une estimation très proche du terrain donc il va encore monter .Le résultat final sera donné au printemps.

Pour information, L’an dernier le compteur s’est arrêté à 75 616 180 euros , le résultat final était de 89 189 384 d’euros.

En Isère de nombreux défis ont été relevés mais on retiendra une fois de plus celui de Tullins..

Qu’on en juge: 2000 marcelline, 200 mètres de saucisses, 400 litres de soupes mis aussi de l’huile de noix, différents objets ont étés vendus en deux jours ..

Dany Lefevre, présidente de l’association défis solidaires, organisatrice du téléthon sur Tullins s’est dite ravie, malgré la conjoncture:  » le résultat ne sera pas à la hauteur de nos espérances mais il devrait être bon.. »

Voici quelques clichés pris sur le vif ce samedi matin

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Téléthon de Tullins: nouveaux records en vue….

affiche télethon

Une fois de plus la ville de Tullins, grâce à l’association défis solidaires sera pendant deux jours, les 7 et 8 décembre, totalement branchée TELETHON…et tentera de battre des records au niveau des défis et aussi et surtout de collecte de dons.

Pour rappel en 207, réalisation d’une noix géante de 4 mètres de haut par 2.25 m de large. Une armature en
inox alimentaire a dû être confectionnée et ensuite recouverte de plus de 500 kg de
chocolat. Une écharpe de plus de 2 kilomètres a été tricotée par le nombreux bénévoles.

Le thème principal 2018 sera : la soupe tullinoise.

A manger sur place ou à emporter .
Prix : 10 euros

Chaque produit sera vendu à l’unité.
Soupe 2,5 euros le litre
Marcellines  ( 2000), Saucisse ( 200 mètres), tarte aux pommes ; 2 euros la part.

Repas composé d’un bol de soupe (3 goûts différents au choix), une part de saucisse , une Marcelline, une part de tarte aux pommes.

Le défi des Tullinois Furatiers
Des urnes sont présentes dans les commerces de Tullins pour récolter un maximum de pièces de 1 euro

Bar

Marché de Noel nombreux et divers produits artisanaux et locaux

Jeu loterie de la noix ( découvrir dans une coquille de noix le lot gagné)

Mini ferme à visiter , prix d’entrée 1 euro avec participation à la tombola fermière organisée par les amis de l’agriculture ancienne

Course Télé-Mara-thon organisée par CMI

Animations diverses
Vendredi
A partir de 11h , Abba Mawey et A’M Artist

17h Denis Ketel et son violon
18h30 Country avec Country Road 38 de Renage
18h45 Théâtre Créabulle

Samedi
10h30 L’Echo de la Vallée
11h30 Abba Mawey et A’M Artist
13h00 Concert du Trio Electro Pop Rock, C 53
15h BatukaVI

Présence de Léonardo le jeune parrain myopathe de cette édition 2018
Intermèdes Théâtraux , musicaux et autres ….

Le magasin Carrefour Groupe Provencia au coeur de l’action..

TELE3

Le groupe Provencia, à travers ses magasins de Voiron et surtout de Tullins participent depuis plusieurs années au défi de Tullins.

C’est encore le cas cette année ou le directeur du magasin de Tullins a aidé les organisateurs du Téléthon en leur offrant des produits dont ils avaient besoin mais surtout en leur mettant à disposition les fours afin de faire cuire pas moins de 2000 marcellines.

Sans titre

Danielle Lefevre présidente de l’association Défis solidaires:  » Nous avons été très bien accueillis par le directeur et toute son équipe qui ont mis tout en oeuvre pour nous aider..nous faciliter la tâche.. « 

La conjoncture, les évènements n’ont pas arrêtés l ‘enthousiasme  des bénévoles.. Ils vous attendent nombreux à la salle des fêtes de Tullins ce vendredi 7 et samedi 8 décembre …




Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

La noix de Grenoble et le cancer…

Ce n’a plus rien à comprendre… Des études sérieuses démontrent que manger une poignée noix de Grenoble par jour est  excellent pour la santé et prévient même des risques de cancer..seins, côlon, prostate..

Très récemment le Professeur Raoul Payan chirurgien gynécologue de Grenoble affirmait que les risques de cancer du seins étaient plus élevés si on habitait proche des noyeraies et de culture de maïs.

Le Professeur Payan ne se basant que sur un questionnaire médical soumit à ses patientes atteintes du cancer du sein.

Il met en cause les pesticides utilisés.

Nous avons voulu en savoir plus auprès de la filière noix de Grenoble en rencontrant Yves Renn président de Coopenoix.

Il a d’entrée confirmer les bienfaits de la consommation de la noix de Grenoble sur la santé,  » de nombreuses études sérieuses le prouvent  » et de préciser: les cerneaux de noix ne contiennent aucun résidu de produit phytosanitaire, de pesticide. Ils sont protégés par le brou et les derniers traitements se font bien en avant de la période de récolte. En effet ils se font fin août et la récolte démarre fin septembre..de plus la quantité épandue est minime et à mettre en relation avec la masse végétative très volumineuse que représentent  les branches, les feuilles et les noix des arbres .

Yves Renn pense que cette étude  n’est rendue publique uniquement pour servir de vecteur médiatique..  » On a parlé des abeilles et l’utilisation d’insecticides utilisés dans les cultures, les néonicotinoïdes. Leur utilisation est désormais interdite .. Il fallait trouver autre chose! »

Il est d’autant plus surprenant que le professeur Payan associe la culture des noix et celle du maïs..deux cultures très proches en sud Grésivaudan:  » le souci est que les pesticides utilisés en noyeraies n’e sont pas le même que ceux utilisés pour le maïs, « comprenne qui pourra.

Comprendra également qui pourra car chacun sait que le cancer, dont celui du sein  » est muti-factoriel.. » et le président de Coopenoix de faire un constat:  » comment peut-on dire que nos zones ou les pesticides ne sont utilisés que quelques jours par an sont plus cancérigène que les zones proches des usines, axes de communication..qui polluent 365 jours par an.. »

Yves Renn se pose aussi une question non dénuée de bon sens:  » pourquoi cette étude est parue pendant la période de pleine activité des nuciculteurs, en période d’élection à la chambre d’agriculture ou il y a un droit de réserve.. »

Ce genre d’information est bien entendu dommageable  » surtout de nos jours avec les réseaux sociaux et autres »..

La solution:  » que très vite la filière noix de Grenoble prenne connaissance de cette étude, l’analyse et qu’une étude officielle, approfondie faite par des chercheurs, techniciens neutres soit lancée » ..

Yves Renn attend ses conclusions avec une certaine sérénité..

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

CREATION DE L’ASSOCIATION POLE AGROALIMENTAIRE DE L’ISERE

Ce jeudi 29 novembre, le comité de pilotage du pôle agroalimentaire isérois s’est réuni afin de de faire le bilan d’une année 2018 très remplie. La réunion s’est suivie de l’assemblée générale constitutive de l’Association Pôle Agroalimentaire de l’Isère.

Le Pôle Agroalimentaire : une structure en pleine évolution

Imaginé dès 2016, le pôle a, cette année 2018 vu se réaliser l’un des plus importants projets du pôle agroalimentaire : le lancement de la marque Is(h)ere.
Cette marque repose sur trois promesses :
- La provenance sur le département de l’Isère.
- La qualité.
- La juste rémunération du producteur.
Au moment du lancement, en juin 2018, la marque Is(h)ere représentait 120 produits fournis par 20 agriculteurs et artisans agréés. En moins de 6 mois, ces chiffres ont plus que doublé puisque qu’après 3 comités d’agrément, la marque intègre désormais 314 produits venant de 50 producteurs.
Les agriculteurs et artisans agréés Is(h)ere constatent également des retours très positifs avec une bonne évolution des ventes grâce à la marque.

Lancement de l’Association Pôle Agroalimentaire de l’Isère

Sans titre

A l’issu du comité de pilotage du Pôle Agroalimentaire s’est tenue l’Assemblée Générale constitutive de l’Association Pôle Agroalimentaire de l’Isère. Cette association vise à donner une place centrale aux socio-professionnels dans la conduite du Pôle.
Après avoir validé les statuts de l’association, les membres du Conseil d’Administration ont été élus à chaque fois à l’unanimité. Ce conseil est composé de 6 collèges : agriculteurs, transformateurs, distributeurs, collectivités, consulaires et des membres associés supports des activités agroalimentaires.
Les 9 partenaires impliqués dans le projet1 se disent pleinement satisfaits de la création de cette association qui va permettre au Pôle d’agir de manière plus indépendante, constituant ainsi une nouvelle grande étape de ce projet.

1 Département de l’Isère, Grenoble Alpes Métropole, Communauté de Communes du Grésivaudan, Communauté de Communes du Pays Roussillonnais, Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais, Chambre de Commerce et d’Industrie de Grenoble, Chambre de Commerce et d’Industrie du Nord Isère, Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, Chambre d’Agriculture de l’Isère..

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

LES AGRICULTEURS IMPACTES PAR LES CONSEQUENCES DE LA SECHERESSE : LE DEPARTEMENT EN SOUTIEN

Le 30 octobre dernier, la Préfecture de l’Isère a placé le département en situation d’Alerte Renforcée et d’Alerte Sécheresse jusqu’au 31 décembre prochain. Le monde agricole est une nouvelle fois fragilisé.

Face à cette situation, le Département de l’Isère fera tout son possible pour apporter un soutien financier permettant d’aider les exploitations les plus en difficulté.

Lors d’une rencontre avec l’ensemble des acteurs du monde agricole le 16 novembre dernier, Robert Duranton, Vice-Président du Département en charge de l’agriculture, de l’irrigation, de la filière bois et de l’environnement, a évoqué la possibilité d’une aide au transport de fourrage, organisée collectivement, pour les agriculteurs.

Cette dernière s’inscrira en lien avec la procédure de « calamités agricoles » gérée par l’Etat. Son montant et ses modalités seront spécifiés une fois que les besoins réels auront été identifiés.

« Le manque d’eau de ces derniers mois a des impacts forts pour nos agriculteurs qui, dans la perspective de l’hiver, manquent de fourrage. C’est un nouveau coup dur pour le monde agricole. Malgré un cadre réglementaire très contraint, le Département fera tout son possible pour les aider » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département.

« Nous maintenons les échanges avec les acteurs du monde agricole pour définir avec eux les besoins et apporter des solutions concrètes pour les soutenir » précise Robert Duranton, Vice-Président du Département.

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés

LA MARQUE IS(H)ERE A ST EGREVE

3

Ces vendredi 9 et samedi 10 novembre, la galerie marchande du Carrefour Saint-Egrève a accueilli une animation commerciale de la marque Is(h)ere.

A cette occasion Jean-Pierre Barbier, Président du Département, accompagné de robert Duranton, vice président en charge de l’agriculture ainsi que de Philippe Tiersen, Président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Isère, et Françoise Audinos, vice-Président de Grenoble Alpes Métropole, est allé à la rencontre des producteurs présents.

Une animation autour des produits locaux

La marque Is(h)ere, lancée par le Pôle agroalimentaire isérois en juin 2018, rassemble plus de 40 producteurs de l’Isère reconnus pour leurs qualités. Cette animation a vocation à présenter et à faire déguster les nombreux produits que proposent les agriculteurs et artisans agréés par la marque. Fromages, charcuteries et autres produits de l’Isère étant cuisinés sous les yeux du public par deux grands chefs locaux : Cédric Bayle et Alexis Fonteneau
Pendant ces deux journées, les clients de la galerie ont pu déguster et acheter les produits des producteurs.

« Je suis ravi du succès de cette marque. En passant à cette animation dans une grande surface iséroise, on voit bien la qualité des produits que l’on crée en Isère. Et les Isérois s’en rendent compte. Ils sont ravis de pouvoir déguster et connaître des produits qui viennent de leur département ! » explique Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère.

12

Catégorie Département de l'Isère, agricultureCommentaires fermés

Agriculture: tout pour la formation

Didier Guillaume tout nouveau ministre de l’agriculture a tenu à effectuer son premier déplacement officiel dans son département de la Drôme et en Isère.

Drômois d’origine, il a accepté le poste de ministre de l’agriculture car  » c’est le plus beau ministère » et a très vite dévoilé sa priorité: la formation.

Voilà pourquoi son premier déplacement a été axé sur la formation, tout d’abord au lycée agricole du Valentin à Bourg les Valence. Il a lancé le défi de sa réussite:  » j’aurais réussi si à la fin de mon mandat il y a plus de jeunes dans l’enseignement agricole et si le métier d’agriculteur est réhabilité car oui l’agriculture a un avenir.

Ensuite il s’est rendu à la MFR de chatte.  » Il ne faut pas opposer les divers modèles de formations agricoles, elles sont complémentaires… » Une MFR qui compte 250 élèves  » dont beaucoup n’étaient pas à l’aise dans l’enseignement général.. Là nous leur offrons un cadre idéal pour apprendre les métiers des filières agricoles et un travail car la totalité de nos élèves trouvent rapidement un boulot » diront de concert le président Renn et le directeur de l’établissement André Roux..

Didier Guillaume a martelé que la formation est essentielle  et de fixer trois axes prioritaires au sein de cette formation: former plus de jeunes aux métiers de l’agriculture, participer à la transition vers l’agro-écologie, s’adapter aux besoins des territoires en particulier à ceux du monde rural.

Le ministre de l’agriculture a bien entendu rendu hommage aux enseignants qui sont la clé de voûte de la réussite.  » Continuez à vous battre pour que les jeunes ont une bonne formation qui leur permettra d’avoir un métier passionnant, d’obtenir un travail rémunérateur.. »

il a bien entendu abordé le fameux dossier du glyphosate:  » comme le président de la République s’y est engagé il disparaîtra en 2020.. A nous de trouver les solutions avec les différentes filières pour trouver des solutions adaptées. « 

Il a également rencontré les OPA du département pour faire le point sur l’actualité agricole. Insistant de son côté sur le fait de faire des efforts au niveau de la consommation de l’eau. « Les agriculteurs ont diminué les apports en eau de 30% en 15 ans, c’est bien mais il faut rester vigilants et nous aurons rapidement besoin de trouver de nouvelles ressources en eau. »

Etant à quelques encablures de la SENURA, le ministre de l’agriculture a tenu à visiter la station d’expérimentation nucicole. pour rappel la station a pour mission première de répondre aux attentes des professionnels en matière d’innovation et de recherche.

Une station qui va avoir un grand rôle à jouer dans les prochaines années, en particulier pour pérenniser la noix de Grenoble au niveau de ses apports et de sa qualité. Les changements climatiques qui se profilent posent en effet question..

Comme nous l’a confié Yves Renn, président de Coopenoix:  » la campagne 2018 laisse verra des apports en baisse et un fort taux de noix mises à la benne car brulées..De plus des soucis sanitaires sont notables…Ceci du aux conditions climatiques qui nous touchent..

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

mars 2019
L Ma Me J V S D
« fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+