Archive | questions d'actualité

Intempéries du 15 juin 2019: mobilisation du Crédit Agricole

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, le Crédit Agricole Centre-Est et Crédit Agricole Assurance adressent leur soutien aux personnes concernées par l’épisode de grêle qui a touché les départements de la région Rhône-Alpes ce samedi 15 juin.

Toutes nos équipes sont mobilisées pour les accompagner à la suite de ces intempéries d’une rare intensité qui ont frappé plusieurs secteurs de la Drôme, de l’Isère et de l’Ardèche.

Les conseillers contactent leurs clients agriculteurs pour mesurer l’ampleur des dégâts subis et proposer un accompagnement bancaire et humain. Un dispositif spécifique et exceptionnel est mis en place pour soutenir les exploitants touchés.
La première mesure consiste à donner du temps aux clients en suspendant les échéances de prêt si nécessaire :
- pour attendre les mesures gouvernementales et les indemnisations d’assurances,
- pour étudier les solutions financières pérennes à moyen terme.
La deuxième mesure consistera en un accompagnement financier intégrant des solutions de financement court terme et moyen terme avec des conditions spécifiques.
Pacifica, la filiale assurances du Crédit Agricole, a mis en place un dispositif renforcé pour répondre aux sollicitations de toutes les personnes concernées par ces intempéries.

Pour tous dommages importants liés aux intempéries du week-end, que ce soit sur un véhicule auto ou 2 roues ou que cela concerne l’habitation, le matériel ou un local professionnel, les particuliers, chefs d’entreprise et agriculteurs peuvent contacter dès que possible le 0800 810 812 pour une première déclaration.
Pour les particuliers, la déclaration peut aussi se faire depuis l’application Pacifica.
Les clients agriculteurs ayant souscrit une assurance Grêle ou assurance Récoltes, sont invités à contacter le numéro spécifique 0800 810 816.
Dans un délai de 5 jours ouvrés après les intempéries, il sera demandé aux assurés d’adresser un courrier en récapitulant précisément les faits et en listant les biens détériorés ou hors d’usage, en y joignant tous les documents de nature à prouver les dommages (photos, vidéos…). L’état de catastrophe naturelle prolongerait ce délai à 10 jours.

Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes était présent aux côtés du ministre de l'agriculture Didier Duillaume, du Président du Département Jean Pierre Barbier et de nombreux élus pour apoorter sonsoutien aux agriculteurs sinistrés de l'Isère

Jean Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes était présent aux côtés du ministre de l'agriculture Didier Guillaume, du Président du Département Jean Pierre Barbier et de nombreux élus pour constater l'ampleur des dégâts et apporter son soutien aux agriculteurs sinistrés de l'Isère.

Catégorie agriculture, questions d'actualitéCommentaires fermés

16ème Fête de la Forêt de Montagne !

La Fête de la Forêt de Montagne c’est 4 jours d’animations, d’ateliers, de conférences pour tous les publics. Enfants, parents, amateurs, professionnels et curieux, tout le monde y trouvera son compte !


fete foret de montagne

Pour en savoir plus…:

http://www.fetedelaforet.fr/
Ehttphttp://www.fetedelaforet.fr/://www.fetedelaforet.fr/http://www.fetedelaforet.fr/n savoir plus

Catégorie forêt, questions d'actualitéCommentaires fermés

Ouverture des candidatures pour les CA d’Or 2019 !

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes organise sa 14e édition des CA dOr, en partenariat avec lassociation Mécénat Crédit Agricole Sud Rhône Alpes. Ce concours valorise les professionnels innovants en Isère, Drôme, Ardèche et Est lyonnais.

Jusquau 12 juin 2019, les professionnels clients de la banque peuvent déposer un dossier de candidature sur le site www.ca-sudrhonealpes.fr/cador.html. Pour le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, « Innover », cest développer un nouveau produit ; créer un nouveau service ; faire évoluer les usages ; transformer le quotidien. Linnovation proposée peut être technologique, écologique, mais aussi au service des territoires.

Une fois linscription validée, le dossier est transmis à la Caisse locale de lagence bancaire de rattachement du client. Chaque Caisse locale ne peut présenter quun projet et choisira donc celui quelle souhaite soutenir. Après cette première sélection par le président de la Caisse locale, les 30 projets retenus seront présentés devant un jury composé de représentants des chambres consulaires, de plateformes dinitiatives locales et du Crédit Agricole.

Les lauréats, un par catégorie, remporteront chacun : un trophée, un chèque de 1.500 , une vidéo promotionnelle et une valorisation médiatique de leur projet.

Les quatre catégories

Les lauréats des CA dOr 2019 seront récompensés à Grenoble devant les chefs dentreprises, responsables associatifs, chambres consulaires, plateformes dinitiative locale, élus de Caisses locales et collaborateurs en novembre 2019. Découvrez les lauréats des années précédentes sur https://e.ca-sudrhonealpes.fr/cador/editions-precedentes.php.

Le concours des CA dOr est un évènement annuel dont le leitmotiv « Dune petite idée peut naître un grand projet » reflète son ambition de valoriser les innovations développées par les professionnels de notre territoire.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Zone interdite à Beaucroissant!

À l’heure d’Internet et du e-commerce, rien ne semble pouvoir détrôner les foires commerciales dans le coeur des Français.

Chaque printemps, ils se pressent par centaine de milliers en ville comme à la campagne dans ces rassemblements populaires. Ophélie Meunier  présentratrice de l’émission et les équipes de «Zone Interdite» se sont plongées au coeur de deux foires aux ambiances incroyables !

Rendez-vous dans l’Isère à Beaucroissant pour assister à la plus ancienne foire de France. Celle de septembre va fêter son 800ème anniversaire.. Puis direction la foire internationale de Rennes en Ille-et-Vilaine pour l’évènement commercial le plus important de Bretagne. Enfin, cap sur Paris pour le fameux concours Lépine.

Florie Martin journaliste et son équipe a passé plusieurs jours à Beaucroissant pendant ce mois d’avril , dont le week-end de la foire, mais aussi au coeur de la campagne iséroise…

De nombreux reportages et interviews vont se succéder au cours de cette émission…Nous n’en dévoileront pas la teneur….

Juste une anecdote: Florie Martin a même du chausser les bottes lors d’une visite très matinale sur l’exploitation de Max Josserand!!!

Regardez ce dimanche 5 mai sur M6 à 21:00 le programme « Zone interdite »


Catégorie foire, foire de Beaucroissant, questions d'actualitéCommentaires fermés

Retrait et rappel de fromages Saint-Félicien et Saint Marcellin

Treize cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) dus à une infection à Escherichia coli de type O26 sont survenus chez des jeunes enfants, depuis le 21 Mars 2019, dans plusieurs régions. Les autorités sanitaires ont entrepris les investigations nécessaires afin d’identifier la source de contamination alimentaire à l’origine de ces cas et protéger les consommateurs.

D’après les premiers résultats des investigations, plusieurs de ces enfants ont consommé des fromages Saint-Félicien et Saint Marcellin avant le début de leurs symptômes.

Parmi ces enfants, 3 auraient un lien possible avec la consommation de fromages Saint Félicien et Saint Marcellin fabriqués par la Société Fromagerie Alpine à Romans-sur-Isère dans la Drôme. Par mesure de précaution, les autorités sanitaires ont décidé de procéder ce jour au retrait du marché des produits concernés et d’effectuer un rappel auprès des consommateurs.

Les produits concernés sont les suivants :

Marque sanitaire (estampille) : FR 26 181 001 CE
Dénomination des produits : SAINT- FELICIEN et SAINT MARCELLIN
Présentation : fromage entier de 180g (Saint-Félicien) 80g (Saint Marcellin)
Lots : tous les lots de l 032 à l 116
Marques commerciales : FROMAGERIE ALPINE, CARREFOUR, REFLET DE FRANCE, LECLERC, LIDL, AUCHAN, ROCHAMBEAU, PRINCE DES BOIS, SONNAILLES ET PREALPIN
Distribution : France entière

Les enseignes ayant distribué ces produits sont tenues d’informer leurs clients. Des affichettes seront notamment apposées sur les points de vente concernés.

La bactérie E. coli est naturellement présente parmi la microflore digestive de l’Homme et des animaux à sang chaud. Certaines souches d’E. coli sont pathogènes, et peuvent être responsables chez l’Homme de troubles variés allant d’une diarrhée bénigne à des formes plus graves comme des diarrhées hémorragiques ou des atteintes rénales sévères comme le SHU, principalement chez le jeune enfant.

Il est demandé aux personnes qui détiendraient les fromages concernés de ne pas les consommer – et plus particulièrement les jeunes enfants, femmes enceintes, personnes immunodéprimées et personnes âgées – et de les rapporter au point de vente où ils ont été́ achetés.

Les personnes qui en auraient consommé et qui présenteraient des symptômes de type diarrhées, douleurs abdominales ou vomissements doivent consulter, au plus vite, leur médecin traitant en mentionnant cette consommation et le lien possible avec la bactérie Escherichia coli.

En l’absence de symptôme dans les 10 jours après la consommation des produits concernés, il est inutile de s’inquiéter et de consulter un médecin.

Les investigations épidémiologiques, microbiologiques et de traçabilité alimentaire se poursuivent pour déterminer la source d’infection des différents cas par Escherichia coli de type O26.

Santé Publique France, en lien avec le Centre national de référence (CNR) des Escherichia coli poursuit également la surveillance renforcée des syndromes hémolytiques et urémiques (SHU) qui peuvent survenir à la suite de la consommation de produits contaminés par la bactérie Escherichia coli de type O26 pour détecter d’éventuels nouveaux cas .

D’une façon générale, les autorités sanitaires rappellent que par précaution le lait cru et les fromages à base de lait cru ne doivent pas être consommés par les jeunes enfants ; il faut préférer les fromages à pâte pressée cuite (type Emmental, Comté, etc.), les fromages fondus à tartiner et les fromages au lait pasteurisé.
La même recommandation doit être suivie pour les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées et les personnes âgées.

La société Fromagerie Alpine a mis en place un numéro d’appel, le 04.75.70.01.01.

Plus d’information sur les SHU et sur la bactérie Escherichia coli :

http://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/article/syndrome-hemolytique-et-uremique-shu

http://invs.santepubliquefrance.fr//fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Risques-infectieux-d-origine-alimentaire/Syndrome-hemolytique-et-uremique

http://agriculture.gouv.fr/ecoli-quest-ce-que-cest

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

« Le Sport comme École de la Vie »

À linitiative du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes, Teddy Riner était sur le campus ce 9 avril 2019 à la rencontre des étudiants grenoblois. Une rencontre inoubliable avec lun des plus grands sportifs français qui marquera sans nul doute les nouvelles générations dans leurs parcours de vie.

Dix fois champion du monde de judo, double champion olympique, invaincu depuis 2010 sur les tatamis… Teddy Riner est l’un des plus grands champions de l’Histoire du sport tricolore. À 30 ans seulement, il est aussi l’une des personnalités préférées des Français.

Ambassadeur du Sport comme École de la Vie pour le Groupe Crédit Agricole, Sans titreTeddy Riner a pu partager avec les 900 étudiants présents dans l’amphi Weil, au cœur du campus grenoblois, ses valeurs, celles du sport : respect, contrôle de soi, courage…

« Pour lUniversité Grenoble Alpes, lune des plus sportives universités de France si lon se réfère aux 500 étudiants sportifs de haut niveau accueillis chaque année, aux 57 activités sportives quelle propose, mais aussi au fort engagement de ses 46 000 étudiants dans la pratique sportive de loisir ou de compétition, accueillir Teddy Riner sur notre campus est un grand honneur. Cest une vraie chance pour nos étudiants de pouvoir le rencontrer et découter en direct un témoignage de vie hors du commun. » – Patrick Lévy, Président de l’Université Grenoble Alpes

« Nous avons la conviction que le sport est un formidable vecteur de lien social, une école qui permet à chacun de se construire et de sépanouir. Banque mutualiste et coopérative, le Crédit Agricole souhaite porter les valeurs du sport avec une ambition qui parle delle-même « le Sport comme École de la Vie ». Cest Teddy Riner que nous avons choisi comme ambassadeur emblématique. Nous en sommes fiers. Au-delà du respect du code moral du judo, Teddy Riner incarne parfaitement notre conviction et véhicule des messages positifs et encourageants pour notre Société. » – Philippe Brassac, directeur général de Crédit Agricole SA

Une conférence sur les valeurs du sport

Animée par Pierre Chaix, enseignant-chercheur à l’Université Grenoble Alpes et co-responsable du master Stratégies économiques du sport et du tourisme, cette conférence a été l’occasion de revenir sur la carrière de l’un des plus grands judokas de tous les temps, de partager son expérience et ses valeurs.

À l’issue de la conférence, ponctuée par la projection de plusieurs vidéos, Teddy Riner a répondu aux questions d’un public conquis par la personnalité du Judoka.

Une retransmission en direct sur la chaîne YouTube de l’Université Grenoble Alpes a permis également aux internautes de suivre cette rencontre exceptionnelle.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Sport, culture… Quels sont les impacts des grands évènements ?

Le judoka Teddy Riner était l’invité d’honneur des Rencontres CA 2019 du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes en tant qu’ambassadeur de Sport Comme Ecole de la Vie. Il a partagé ses valeurs sportives avec les intervenants locaux venus témoigner des impacts des grands évènements sur le territoire. Nos territoires sont riches de grands évènements, qu’ils soient festifs, sportifs, agricoles ou économiques.


Ils drainent des participants locaux ou venus de plus loin, qui restent pour une journée, une soirée, un week-end… Ces évènements sont vecteurs d’animation du territoire, de rayonnement et de retombées économiques. Ils permettent aussi de souder des foules à travers un partage de valeurs et des notions de vivre ensemble.

« Le Crédit Agricole non seulement participe, mais aussi crée et soutient ces évènements locaux.  Notre banque organise le tremplin Muzik’Casting avec une tournée de cinq dates d’une tête d’affiche et des groupes émergents en première partie. Nous avons créé l’initiative Sport comme École de la Vie (judo, équipes de France de foot), nous soutenons le patrimoine et la culture à travers la Fondation Crédit Agricole – Pays de France, et nous apportons notre soutien à de nombreux clubs sportifs et évènements culturels locaux.

Soutenir ces évènements en tant que première banque du territoire, en tant qu’entreprise actrice de son territoire, c’est participer à son développement. Et en attendre un juste retour, celui du dynamisme économique et sociétal » ont précisé Jean Pierre Gaillard et Christian Rouchon, Président et directeur du crédit Agricole Sud Rhône-Alpes.

Plus qu’un loisir, le sport est un des moteurs du « vivre ensemble », l’un des derniers endroits où se retrouvent les Français dans leur diversité. Le sport, c’est aussi une école qui permet à chacun de se réaliser, de grandir et d’avancer dans la vie. Les valeurs qu’il porte sont riches d’enseignements : dépassement de soi, estime de soi, humilité, respect, gestion de la pression, mais aussi apprentissage de l’échec (et du succès), capacité à faire face… Au Crédit Agricole, nous pensons que les valeurs que l’on apprend par le sport sont utiles toute la vie et permettent d’être plus fort.

Première banque des Français, le Crédit Agricole soutient depuis très longtemps ceux qui font vivre le sport et ses valeurs. Cette histoire a débuté avec le football il y a plus de 40 ans, sport n° 1 en France. Ce sont aujourd’hui vingt-sept sports qui sont accompagnés, plus de 2.000 clubs soutenus chaque saison et 6.000 collaborateurs et administrateurs impliqués bénévolement dans le sport en région. Il existe dans toutes les Caisses régionales de Crédit Agricole de très nombreux partenariats sportifs, preuves d’un large soutien à la pratique. Ces initiatives utiles socialement vont continuer à incarner sur le terrain notre vision du sport autour des valeurs parfaitement en phase avec notre identité de banque coopérative et mutualiste engagée dans l’animation des territoires.

Plus que jamais, chaque Caisse régionale de Crédit Agricole, aux côtés des clubs, des éducateurs et des bénévoles, va œuvrer à mettre en lumière les initiatives régionales incarnant le mieux les valeurs éducatives du sport. « Le Sport comme École de la Vie » fédère ainsi l’ensemble des partenariats sportifs nationaux et régionaux du Crédit Agricole autour d’une ambition commune.

« Nous avons la conviction que le sport est un formidable vecteur de lien social, une école qui permet à chacun de se construire et de sépanouir. Banque mutualiste et coopérative, le Crédit Agricole souhaite porter les valeurs du sport avec une ambition qui parle delle-même « le Sport comme École de la Vie ».TRI


Cest Teddy Riner que nous avons choisi comme ambassadeur emblématique. Nous en sommes fiers. Au-delà du respect du code moral du judo, Teddy Riner incarne parfaitement notre conviction et véhicule des messages positifs et encourageants pour notre Société. » – Philippe Brassac, directeur général de Crédit Agricole SA

tr1


Sportif préféré des Français, notre Ambassadeur Teddy Riner incarne parfaitement les valeurs auxquelles nous croyons. Au-delà de son palmarès incroyable, cette figure emblématique du sport français a un véritable impact sur le sport amateur et les plus jeunes, qui le prennent en exemple au vu de sa réussite sportive exceptionnelle et de son charisme. « Jai immédiatement adhéré à la conviction du Crédit Agricole qui envisage le sport comme une formidable école de la vie. Cest naturellement que jai accepté den être lambassadeur. « Le Sport comme École de la Vie« , cest être persuadé que le sport et les valeurs que lon y apprend nous aident à trouver des ressources et une énergie qui font de nous des personnes meilleures. Après de nombreux défis sportifs, des réussites, mais également des échecs, le sport ma permis dêtre lhomme que je suis aujourdhui, dêtre plus fort dans la vie de tous les jours, même en dehors des tatamis. Le respect des autres, le courage, le contrôle de soi sont des valeurs très fortes qui me parlent, mais qui sont surtout universelles et dans lesquelles chacun peut puiser des forces. » – Teddy Riner, judoka

Nous avons demandé à des enfants ce qu’ils rêveraient de demander à leurs joueurs préférés de l’équipe de France… Puis nous les avons placés devant leurs réponses. Amitié, entraide, respect, les Bleus racontent comment le foot peut être une véritable école de la vie. Teddy Riner parle courage, respect, contrôle de soi avec des petits sportifs. Et il leur fait une surprise… Toutes nos vidéos sur www.credit-agricole.fr/particulier/sports/sport-comme-ecole-de-la-vie.html.


Un Teddy Riner très en forme, très accessible et très franc dans ses propos:  » mangez bio, je skie aux Sept Laux, une super station, notre sport se pratique dans des salles intimes, vive le rugby..,le jour de ma médaille d’or aux JO de 2012 mon père m’a rappelé que je devais poursuivre mes études…

Propos qui ont ravi les 900 personnes présentes à Alpexpo..

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Gîtes de France Isère: Philippe riboulleau passe le flambeau à Marc Boulot

L’ assemblée générale de l’antenne Isère des gîtes de France a été marquée par le dernier rapport moral présenté par Philippe Riboulleau.. après 6 ans de présidence celui ci a décidé de passer la main  » avec une bonne dose d’émotion ».

Il a rappelé que de nombreux chantiers ont été engagés et de citer les plus marquants:  » la mise en place de la journée des adhérents, la campagne de communication avec Alpes Loisirs, les journées portes ouvertes lancées en Isère et reprises au niveau national. « 

Philippe Riboulleau c’est dit fier d’avoir été président  » de ce beau réseau des gîtes de France Isère en 2016, ou à Alpexpo  Grenoble ont été fêtés les 60 ans de l’association ».

Pour en revenir à l’année écoulée,  » année trépidante et pleine de turbulences, non pas au niveau local ou l’activité a globalement suivi son cours dans de bonnes conditions mais plutôt au niveau national »..

Et de rappeler que malgré la conjoncture, la concurrence,  » la centrale de réservation a pour la première fois dépassé la fameuse barre des 3 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une croissance annuelle de près de 7%. Le parc de gîtes augmentant pour sa part de 4% toujours en 2018.

L’environnement touristique est en  » pleine ébullition ». Le projet racines du futur  » lancé au niveau national devrait  » nous permettre de mieux nous adapter, nous insérer dans ces nouvelles donnes ».

Au niveau environnement touristique on notera les faits suivants:

- les Offices de tourisme locaux ont progressivement disparus remplacés par le offices de tourismes intercommunaux qui  » ont plus travaillé à l’organisation de leurs services, à la gouvernance qu’à la promotion, à la mobilisation des acteurs.. « 

Les OTA ( agences de voyage en ligne) continuent leurs avancées commerciales.

- Les aspects règlementaires « sont devenus quasi incompréhensibles » .. Il suffit d’évoquer la pseudo réforme de la taxe de séjour pour s’en convaincre a argumenté Philippe Riboulleau.

Ce dernier a également le dossier  » Fédéral ».. Trois axes majeurs ont vu le jour:

- Une campagne de relance de la marque

- Un déploiement d’un nouveau schéma directeur informatique

- une redéfinition du modèle économique et social des instances fédérales et des organisations locales..

 » Projet ambitieux qui a demandé des investissements financiers lourds, un schéma informatique qui patauge..  » ceci a créé une situation de crise » a précisé Philippe Riboulleau.

Des soubresauts nationaux qui ne doivent pas faire oublier le dynamisme, la bonne gestion de l’antenne départementale et aussi l’intelligence du CA  qui a su se donner les moyens de prévoir le départ du Président en place.

Sans titre

C’est donc tout naturellement que Marc Boulot ( à droite sur la photo), exploitant d’un gîte rural à Allemont a pris dans un premier temps la succession temporaire du président sortant, Philippe Ruiboulleau.

Bien qu’extrêmement concurrencés, Les Gîtes de France de l’Isère demeurent un acteur incontournable du développement touristique local.

Catégorie questions d'actualité, tourismeCommentaires fermés

Contribution des Éleveurs et de bergers au Grand débat national

L’Association des Éleveurs et Bergers du  Vercors Drôme-Isère et la Fédération Nationale de Défense du Pastoralisme ont participé au débat national. Le produit de leur réflexion a été transmis comme il se doit pour alimenter le débat mais aussi a de nombreux parlementaires et au Ministre de l’Agriculture…

« Les manifestations des « Gilets jaunes » en France et leur volonté, d’imposer un débat entre les citoyens et le gouvernement, a conduit ce dernier à instaurer officiellement un « débat national » à travers quatre thèmes préalablement définis ce qui est, on en conviendra, curieusement restrictif.


Les acteurs du secteur de l’élevage de plein air et plus particulièrement ceux du pastoralisme, en tant que citoyens à part entière, ne peuvent être qu’intégrés dans ce débat dont ils ont toute légitimité pour intervenir, notamment à travers des difficultés de cohabitation qu’ils rencontrent depuis l’arrivée et l’expansion du loup et de l’ours.


Les quatre thèmes proposés au débat, bien que limités sont quand même en parfaite adéquation avec les messages que veulent faire passer les éleveurs et bergers qui se sentent à la fois délaissés et menacés de disparition par les difficultés sociales, professionnelles, financières et morales, auxquelles ils sont confrontés face à la politique de protection des grands prédateurs (loup, ours) et de ré-ensauvagement des espaces qu’ils utilisent et entretiennent.
– Thème démocratie et citoyenneté
C’est un thème qui exige a minima l’écoute et la prise en compte par l’État de la détresse sociale, économique et morale des éleveurs, et de l’avis qu’ils donnent sur la protection problématique actuelle des grands carnivores sauvages. Non seulement ils n’ont pas été associés à l’établissement des textes protecteurs européens, mais aujourd’hui leurs difficultés sont incroyablement minimisées. Les compensations financières incomplètes pour les pertes des animaux domestiques prédatés ne sont pas à la hauteur des préjudices globaux subis.
Il n’y a pas de prise en compte des effets positifs de nos activités de gestion des espaces ruraux naturels. Activités précieuses pour la biodiversité, que nous produisons, maintenons et entretenons écologiquement depuis des siècles. Et nos avis sont méprisés ainsi que nos oppositions argumentées aux différents « plan-loup » imposés par l’État, comme si nous n’étions pas des citoyens de la république à part entière et capable de raisonner sur les questions de société.
Les engagements des élus locaux à nos cotés ne sont pas davantage pris en compte (ils ont constaté les répercussions négatives du loup non seulement sur l’activité et la vie des éleveurs et bergers, mais aussi sur le tourisme avec le problèmes des chiens de protection). Ce sont pourtant des personnalités élues selon les règles démocratiques de notre pays, et qui sont censées exprimer les attentes des citoyens qu’ils rencontrent et dont ils peuvent mesurer sur le terrain, loin des officines parisiennes, la réalité de leurs problèmes. C’est cette distance néfaste et entretenue, entre gouvernement et citoyen qui est génératrice des conflits actuels, ne l’oublions pas.
Nous exigeons d’être écoutés et entendus comme des citoyens adultes qui font partie de l’édifice de la nation, et qui sont respectueux des règles républicaines, de l’organisation de l’état et des services publics.
- Thème organisation de l’état et des services public
La question de l’indépendance des services de l’État ne se pose-t-elle pas quand on connaît les liens, de notoriété publique étroits et permanents, unissant ces services avec les représentants de l’UICN? UICN, on le rappelle, qui représente les défenseurs les plus inconditionnels du loup, et est l’acteur clé dans la mise en place de la grande protection actuelle du loup en Europe et particulièrement en France.
Comment dans ces conditions ce ministère, oreille de l’UICN, peut-il alors prendre en considération, en toute indépendance, nos attentes qui visent à corriger les orientations politiques de la Convention de Berne et de la Directive Habitats ?!!
En quoi les associations environnementales en général, présentes au sein de ce ministère, et l’UICN en particulier, peuvent-elles être considérées comme représentatives d’un service public agissant en toute neutralité alors que c’est le contraire qu’elles revendiquent ? Et le fait, pour ces associations, d’agir par délégation de l’État et de peser indirectement sur le devenir des territoires ruraux, témoigne d’un mélange des genres où notre État a appauvri sa capacité d’analyse, de critique, et de jugement, pour suivre sans réserve la doxa environnementaliste concernant l’ensauvagement des territoires. Ce qui est en définitive inquiétant et constitue une faute majeure pour un État en montrant un comportement partisan qui n’a pas sa place dans la république.
– Thème fiscalité et dépenses publiques
IL est urgent, par le débat citoyen actuel engagé à travers le « débat national », de rendre public le véritable coût financier, supporté par le contribuable, de la gestion des grands prédateurs en France en sollicitant un rapport de la Cours des Comptes. Coût démesuré qui n’a son équivalent ni pour une autre espèce protégée (bien au contraire puisque c’est au détriment de toutes les autres), ni pour toute autre spécificité environnementale ou pas. Un réel cas d’école qui ne s’est jamais rencontré, et constitue de quoi s’interroger sur la place réservée au bon sens dans cette affaire.
Nos concitoyens qu’il s’agit d’informer objectivement par les faits, jugeront par eux-mêmes du niveau de gabegie atteint par les dépenses publiques dans ce domaine de préservation de la faune sauvage et ce au détriment des soutien financiers à d’autres secteurs publics qui sont en détresse (santé, éducation, social…).
– Thème transition écologique
La loi n°2016-1087 du 8/08/2016 dite de reconquête de la biodiversité précise en son article 69 que la dite loi offre la possibilité à des acteurs privés de créer et de gérer des sites naturels de compensation écologique par acquisitions d’espaces fonciers. Des campagnes de prospection foncière sont donc engagées avec des capitaux privés et s’inscrivent dans la logique encore une fois défendue par UICN/France, à savoir que plus de 17% des territoires doivent être réservés à la faune sauvage en excluent toute activité humaine.
Une piste plus animaliste qu’humaniste et qui acte la mise en route sans tabou de la marchandisation de la nature. Un bien triste constat qui sacralise davantage la spéculation financière que la biodiversité dont on sait le rôle positif majeur joué en sa faveur par le pastoralisme.
Comment ne pas voir que la nécessaire transition écologique que nous soutenons, est dévoyée en misant sur la privatisation des espaces naturels (que nous avons crées, préservés et entretenus nous-mêmes) en vue d’intégrer la « nature » dans les objets de spéculation financière. Spéculation financière qui fait, nous le voyons, tant de dégâts dans d’autres domaines. Comment ne pas percevoir que tout cela se fait au mépris des populations agricoles locales, du pastoralisme et in fine du citoyen.
En résumé nous constatons que la question actuelle de la cohabitation impossible, sans régulation forte des effectifs, entre le pastoralisme et le loup est une question citoyenne qui a des résonnances et des implications à beaucoup de niveau, du social au financier, du psychologique à l’écologique, de l’économique au tourisme, et qui interfère sur le devenir de la société humaine. »

Catégorie alpages, loup, pastoralisme, questions d'actualitéCommentaires fermés

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes: deux nouveaux directeurs généraux adjoints

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes nomme Vincent Mouveroux au poste de directeur général adjoint responsable du développement et Jean-Marc Cros au poste de directeur général adjoint chargé du fonctionnement.

Jean-Marc Cros est nommé directeur général adjoint du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, responsable du fonctionnement. Il sera basé dans la Drome, sur le site de Valence. Son prédécesseur, Emmanuel Barras, est dorénavant directeur général adjoint du Crédit Agricole Nord de France, troisième caisse régionale du Groupe par la taille.

Âgé de 53 ans, marié et père de trois enfants, Jean-Marc Cros est diplômé d’un DES de l’Institut Technique de Banque (ITB) et d’un master de Senior Management du Centre d’Études Supérieures de Banque (CESB). Il est entré au Crédit Lyonnais à Lyon en 1990 dans le réseau de proximité où il a occupé de nombreux postes, de conseiller puis de manager dans plusieurs régions de France, dont Rhône-Alpes. Il occupe ensuite les fonctions de Direction de l’animation commerciale de la région Rhône-Alpes Auvergne, puis de Responsable des Ressources humaines de la région Grand Est de LCL avant de rejoindre le Crédit Agricole Ile-de-France en qualité de Directeur des Ressources humaines en 2011.

« Je suis très heureux et très fier de rejoindre la Caisse Régionale Sud Rhône Alpes, affirme Jean-Marc Cros. Je reviens avec bonheur dans une région que je connais et que jaffectionne particulièrement. Le monde bancaire vit des transformations nombreuses et importantes et, dans ce contexte, je suis convaincu que le modèle mutualiste du Crédit Agricole, qui privilégie lancrage territorial et la proximité relationnelle, est la réponse gagnante aux enjeux auxquels sont confrontées les banques. Le projet et la dynamique de développement initiés ces dernières années par le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes sont très enthousiasmants. Jambitionne dapporter ma contribution active à ce bel élan ainsi quà lévolution nécessaire des métiers et des processus quinduit entre autres la transformation digitale. »

Sans titre

Vincent MOUVEROUX (à gauche), directeur général adjoint chargé du pôle Développement,

et Jean-Marc CROS, directeur général adjoint chargé du pôle Fonctionnement

Vincent Mouveroux est nommé directeur général adjoint du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, chargé du développement. Il sera basé en Isère, sur le nouveau site de la Presqu’île grenobloise. Son prédécesseur, Didier Reboul, rejoint le Crédit Agricole SA en qualité de directeur du pôle Agriculture, agroalimentaire et marchés spécialisés.

Vincent Mouveroux, 46 ans, marié et père de trois enfants, est diplômé de l’École Nationale de la Statistique et de l’Administration Économique. Il commence sa carrière comme expert en méthodes quantitatives au sein de la Compagnie Bancaire. En 2001, il rejoint la Caisse Nationale des Caisses d’Épargne où il occupe différents postes à la Distribution et au Marketing. C’est en 2006 qu’il entre au Crédit Agricole, d’abord comme Directeur du Crédit de Sofinco puis comme Directeur Crédit international et Corporate de Crédit Agricole Consumer Finance. En 2012, il rejoint Crédit Agricole Italia en tant que Directeur Crédit et Organisation de Agos Ducato. Il en devient le Directeur Général Adjoint en 2016.

« Dans une période de profonde transformation de la banque de détail, note Vincent Mouveroux, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes marque sa différence en faisant résolument le choix de lancrage au territoire régional et de la grande proximité à ses sociétaires et à ses clients. Un choix ambitieux qui nécessite de relever de nombreux défis : associer lhumain et le digital, la réactivité et le conseil personnalisé, la vraie relation de proximité et lagence multicanale. Je viens relever ces défis avec passion et conviction, pour accompagner des équipes remarquables dengagement et de professionnalisme au service de nos clients. »


Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+