Archive | questions d'actualité

Les États généraux de l’alimentation : le point de départ d’une revalorisation de l’agriculture?

Organisés par le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, les États généraux de l’alimentation ont été lancés ce jeudi 20 Juillet, et vont durer quatre mois. Portée par Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, la manifestation a par ailleurs été inaugurée en présence d’Édouard Philippe, premier ministre. Alliant divers ateliers à une plateforme participative sur le web, l’objectif de la manifestation est d’inviter le plus grand nombre à participer à un débat pour construire l’agriculture de demain autour de deux grands thèmes :

  • La création et la répartition de la valeur de l’agriculture
  • Le travail sur une alimentation saine, sûre, durable, et accessible à tous

Pas moins de quatorze ateliers ont été mis en place pour que le plus grand nombre de sujet puisse être débattu. Pour mieux cerner les habitudes et la consommation des français, une étude individuelle nationale des consommations alimentaires avait été menée auprès de 5800 personnes sur 6 ans.

Pour les filières alimentaires françaises, il apparaît que la variation des prix est très diversifiée selon les secteurs du fait des caractéristiques propres des produits. Est également pris en compte la forte transformation du milieu agricole ces dernières année pour répondre aux enjeux économiques, environnementaux, sociétaux et sanitaires.

Ainsi, à partir de cette base de réflexion, 4 objectifs majeurs sont lancés :

  • Relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition ;
  • Permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes ;
  • Accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs ;
  • Promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable.

Tous les acteurs du monde agricole sont donc invités à apporter leurs expériences et idées pour répondre aux enjeux majeurs de demain. Comme l’expliquait Christianne Lambert, présidente de la FNSEA, L’agriculture est à un point de bascule.

Paul Savary

Catégorie A la une, agro-alimentaire, economie/emploi, questions d'actualitéCommentaires fermés

La Mure en fête pour le tour de France

La capitale du pays Matheysin était aux couleurs du tour de France ce mercredi 19 Juillet. Fière d’accueillir la fameuse compétition cycliste en tant que départ d’étape, La Mure n’a pas lésiné sur les moyens et les animations. Afin de permettre au plus large public de profiter des festivités, la ville avait mis en place des parkings gratuits, relayés par des bus qui acheminaient les visiteurs jusqu’au cœur du village.

Une fois sur place, chacun pouvait à loisir découvrir des activités mises en place pour les plus jeunes, ou parcourir le marché des producteurs pour découvrir de nombreux produits locaux. On y retrouvait avec joie le produit phare du pays Matheysin, le murçon Matheysin, vendu par sa confrérie, mais également d’autres mets comme la truffe, portée par le syndicat des trufficulteurs de l’Isère. Un jeu de piste pour partir à la rencontre des commerçants de La Mure avait également été mis en place, liant l’histoire du tour de France à l’activité.

Cette année, la scène de départ a également accueilli les jeunes lauréats de la dictée du tour de France, sélectionnés parmi 50 élèves Murois. La dictée du tour de France est une nouvelle initiative à laquelle ont déjà participé plus de 5000 écoliers à travers la France. Pour cette fois-ci, Anatole Novak accompagnait les jeunes sur scène. Cet ancien coureur est originaire de La Mure, il a une dizaine de participation au tour de France à son actif. Il a tenu à évoquer Jacques Anquetil avec qui il avait couru en son temps, qu’il a surnommé « Le prince du cyclisme », et d’ajouter que le tour de France avait encore de grandes années devant lui, prenant sans doute beaucoup plus d’ampleur dans le futur.

Évidemment, le point culminant de la journée a été le départ du tour, d’abord celui de la caravane distribuant ses produits à tour de bras aux spectateurs, puis celui des cyclistes eux même à 12h10, sous le regard du préfet de l’Isère et des élus Matheysins. Le président Emmanuel Macron a rejoint les coureurs en voiture au col de Galibier, plus tard sur l’étape

Paul Savary

Catégorie A la une, questions d'actualitéCommentaires fermés

La remise en eau du Drac, un projet essentiel au territoire qui se concrétise enfin

Le projet est en test depuis 2014 mais c’est aujourd’hui qu’il est officiellement lancé : Le Drac est enfin remis en eau.

Responsables et élus se sont réunis Lundi 10 Juillet au barrage EDF de Notre Dame de Commiers pour assister à la remise en eau symbolique. Parmi eux se retrouvaient Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère et présidente de la commission locale de l’eau et Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. En effet, une nouvelle vanne a été construite permettant à 4 mètres cube d’eau supplémentaires d’être turbinés (soit utilisé pour entraîner une turbine générant de l’électricité) par seconde. Le total du débit est désormais quasiment 4 fois plus important qu’avant.

Ces travaux étaient essentiels, le Drac s’avérait être asséché sur 4km de long plus de 300 jours par an depuis la construction du barrage en 1960. Ainsi ça n’est pas seulement une production accrue pour EDF qui est en jeu, mais également un fort impact sur la biodiversité locale, comme l’expliquait Laurent Perotin, directeur de la production hydro-électrique des Alpes pour EDF.

Après qu’ils aient assisté à l’ouverture de la vanne, les élus ont été guidés jusqu’au site de la Rivoire par Jessica Bruggeman, conservatrice de la réserve naturelle régionale des Isles du Drac et Guy Genet, président du SIGREDA. Ceux ci ont alors pu présenter un vaste projet de réaménagement de la réserve, grande de plus de 800 hectares sur 15 Km de long, aux portes de la métropole. En effet, depuis le tragique accident de 1995, le site est interdit d’accès. L’augmentation du débit au niveau du barrage de Notre Dame de Commiers permet aujourd’hui de pouvoir réaménager certains espaces en sécurité. L’objectif est d’en faire des lieux d’éducation ou des observatoires de la biodiversité. La création de sentiers de promenade est également prévu, mais la baignade demeurera interdite pour préserver la sécurité de tous. Dans un même objectif, de nombreux outils de sécurisation du public vont accompagner ces aménagements.

Enfin, tout le monde s’est réuni sur le site de captage de Rochefort pour la cérémonie publique. Christophe Ferrari y a rappelé que Grenoble était avec Mulhouse la seule ville française qui bénéficiait dune eau naturelle non traitée, et la seule métropole avec Nice à posséder une réserve naturelle régionale sur son territoire. Marie-Noëlle Battistel, elle, a salué ce magnifique projet qui ne présentait aucun impact négatif.

Paul Savary

Catégorie A la une, La Métro, La Métro, eau, hydraulique, questions d'actualitéCommentaires fermés

Le pôle agro-alimentaire isèrois, le bilan de la chambre d’agriculture

Le vendredi 30 Juin, la chambre d’agriculture de l’Isère a organisé une session pour faire le point sur les enjeux et les actions menées et à venir pour le monde agricole départemental. Présidée par Jean-Claude Darlet, cette conférence a été l’occasion de dresser un bilan sur le pôle agro-alimentaire, en place depuis plus d’un an. Cette organisation est pilotée conjointement par le département, la métropole de Grenoble ainsi que par des consulaires et divers acteurs économiques. Elle s’est entourée de tout un cercle d’entreprises pour pouvoir agir à tous les niveaux, et vise notamment à coordonner les politiques et les financements des outils, qu’ils soient publiques ou privés.

Le pôle agroalimentaire travaille sur 4 grands piliers:

  • Le développements des réseaux de coordination des activités agricoles
  • La gestion et l’accompagnement des projets de l’amont à l’aval
  • La promotion des produits issus de l’agriculture locale
  • La gestion des ressources

Depuis Mai 2016, le pôle a eu l’occasion de mener quelques forums et journées thématiques. Il a également fait un diagnostic des différentes filières existantes, constatant que les cahiers des charges de production pouvaient énormément varier au sein d’une même filière. Il a également participé au remplissage des box du marché d’intérêt national de Grenoble, qui sont désormais tous complets. De grands travaux sont également menés pour améliorer la situation des légumeries (dont 60% du chiffre d’affaire est réalisé auprès de collèges) et des abattoirs du département.

Pour l’avenir, il a été choisi de créer une plateforme web pour mieux rassembler les acteurs du monde agricole. Des plans d’action pour améliorer la structure des filières seront établis, et un cahier des charges plus universel sera mis en place dans chacune de celles ci. Le pôle souhaite également accroître la clientèle des produits locaux, ainsi que retravailler la gestion des ressources, en ré-organisant les postes de travail dans les abattoirs par exemple.

Suite à la discussion, et à l’intervention d’agriculteurs présents à la conférence, Robert Duranton, vice-président du département en charge de l’agriculture à souhaité rappeler à chacun qu’il n’était pas bon de laisser le défaitisme prendre le dessus, qu’il était au contraire primordial de créer et de mener des projets à long terme. Il a souligner que chacun devait apporter sa pierre à l’édifice. Il a conclu en informant que des conventions seraient signées avec la région pour accompagner les enjeux majeurs pour l’Isère, qui sera amenée à mobiliser davantage de ressources.

Paul Savary

Catégorie agriculture, questions d'actualitéCommentaires fermés

Fin de la 15ème édition de la fête de la forêt de montagne

La 15ème édition de la fête de la forêt de montagne s’est finalement terminée sur une journée riche en animations à St Pierre de Chartreuse et au col de Portes dimanche dernier. Pour cette édition présente dans le massif de la Chartreuse (la dernière édition dans le massif avait eu lieu en 1998), le mot d’ordre a été de privilégier le contact du public avec le bois du parc pour qu’il puisse découvrir ce fabuleux matériau de construction appelé à prendre davantage d’ampleur dans les temps à venir.

Toute la chaîne de production était présentée, notamment avec l’animation « De l’arbre à la planche » où des professionnels faisaient la démonstration de chargement et déchargement de bois et de découpe et transformation en direct. Clara Rougier, organisatrice, a tenu à souligner l’appui fort des associations partenaires de l’événement, notamment l’ONF et Créa Bois, et le financement apporté à l’événement par le département, le parc de Chartreuse,  la métropole et bien d’autres. Il y avait également de nombreux stands, que ce soit de producteurs ou d’associations.

L’exception de cette année était la manifestation complémentaire « forêt de sens » située au col de Portes. On pouvait s’y promener le long des sentiers forestiers pour découvrir peintures, photos et sculptures d’artistes locaux autour du thème de la forêt et de la montagne. Cette approche culturelle offrait également des animations comme « Vis ma vie de bûcheron » ou encore l’élection du sapin président. Des navettes gratuites avaient été mises à disposition pour naviguer entre les deux sites. Forêt de sens a remporté un franc succès auprès du public, et les organisateurs songent désormais à lui faire suivre la route de la fête de la forêt  de montagne.

Paul Savary

Catégorie Forêt de Chartreuse, foires et fêtes, forêt, questions d'actualitéCommentaires fermés

Les nouveaux députés de l’Isère, quel projet pour le monde rural?

Dimanche 18 Juin au soir, les résultats du second tour des législatives sont tombés, et 9 circonscriptions sur 10 rejoignent la République En Marche. Seule surprise, Marie-Noëlle Battistel aura su combler son retard de 15 points du premier tour pour conserver son siège.

1ère circonscription : Olivier Veran, REM

2ème circonscription : Jean-Charles Colas-Roy, REM

3ème circonscription : Émilie Chalas, REM

4ème circonscription : Marie-Noëlle Battistel, PS

5ème circonscription : Catherine Kamowski, REM

6ème circonscription : Cendra Motin, REM

7ème circonscription : Monique Limon, REM

8ème circonscription : Caroline Abadie, REM

9ème circonscription : Elodie Jacquier-Laforge, MODEM

10ème circonscription : Marjolaine Meynier-Millefer, REM

Nous avons donc rencontré une partie des nouveaux élus présents hier soir à la préfecture de l’Isère pour en apprendre davantage sur leurs projets pour le monde rural et agricole isèrois.

Les élus REM ont vocation à suivre le projet d’Emmanuel Macron pour l’agriculture : favoriser la production plutôt que les subventions. Ainsi, une partie du budget du quinquennat seront investi dans la modernisation des équipement agricoles pour renforcer les capacités de production. Cet objectif vise à augmenter la capacité de la France à exporter sa production dans l’union européenne. Il est également prévu de réintégrer les agriculteurs au régime général. On note également la volonté d’accroître la part de bio et de local dans les cantines scolaires. Parmi les nouveaux députés, quelques uns sont déjà allé à la rencontre des agriculteurs, et comptent maintenir le contact, mais au niveau local, il n’y a pas vraiment de projets naissants.

Du côté du territoire montagnard, la République En Marche souhaite continuer à développer le tourisme.

Paul Savary

Catégorie Département de l'Isère, questions d'actualitéCommentaires fermés

Vigilance canicule – NIVEAU ORANGE dans le département de l’Isère

Le Préfet vous informe que le département de l’Isère est placé en alerte ORANGE CANICULE à compter de ce jour et cela jusqu’à nouvel ordre.

Les températures seront élevées dans le département de l’Isère du lundi 19 juin au jeudi 22 juin.

D’après les prévisions de Météo France, elles pourront atteindre 34 à 36°C (mardi 20) et 36 à 37° (mercredi 21 et jeudi 22).

Dans cette période de forte chaleur, le préfet de l’Isère rappelle les consignes suivantes :

  • Utilisez le ventilateur et/ou la climatisation ou essayez de vous rendre dans un endroit frais.

  • Mouillez votre corps plusieurs fois par jour à l’aide d’un brumisateur, d’un gant de toilette ou en prenant des douches.

  • Buvez au moins 1,5 litre d’eau par jour, même sans soif, et continuez à manger normalement.

  • Ne sortez pas aux heures les plus chaudes.

  • Si vous devez sortir, portez un chapeau et des vêtements légers.

  • Limitez vos activités physiques.

Pour les personnes vulnérables, la vigilance doit être accrue :

  • En cas de maladie ou de troubles du comportement, appelez un médecin.

  • Si vous avez besoin d’aide, appelez la mairie.

  • Si vous avez des personnes âgées, souffrant de maladies chroniques ou isolées dans votre entourage, prenez de leurs nouvelles ou rendez leur visite deux fois par jour.

  • Accompagnez les dans un endroit frais.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les sites :

http://solidarites-sante.gouv.fr/sante-etenvironnement/risques-climatiques/canicule

http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/evenement_climatique/canicule/canicule-agir.asp

http://www.isere.gouv.fr/Actualites/Actualites-des-particuliers/Adoptez-les-bons-reflexes-en-cas-de-canicule

Un NUMÉRO VERT «info service » est également mis à disposition du public pour toutes informations ou conseils :

0 800 06 66 66 (du lundi au samedi, de 9 à 19 heures).

Si vous avez connaissance d’une personne se trouvant en difficulté du fait de ces fortes chaleurs, n’hésitez pas à appeler les services de secours :

  • Le 15, numéro d’appel gratuit du service d’aide médicale urgente (SAMU).

  • Le 115, numéro d’appel gratuit des urgences sociales, qui a pour mission d’informer, orienter et rechercher un hébergement pour les personnes sans domicile fixe.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

La forêt de Chartreuse mise à l’honneur à Saint Pierre de Chartreuse pour le week-end du 16 au 18 Juin

Dans quelques jours débutera la 15ème édition de la fête de la forêt de montagne à Saint Pierre de chartreuse, en partenariat avec l’ONF et le parc régional de la Chartreuse. Ce sera l’occasion pour tous de découvrir davantage cette forêt labellisée « Forêt d’exception », la troisième en France à avoir obtenu ce titre porté aujourd’hui par seulement 7 d’entre elles.

Cette manifestation prévoit de nombreuses expositions dévoilant les nombreuses activités existantes autour du bois qui participe à la renommée du parc, recouvert à 60 % par la forêt. L’objectif est bien évidemment de promouvoir davantage cet attrait majeur du parc, visant à l’intégrer toujours davantage dans des exploitations en circuit court.

En plus des festivités au village de Saint Pierre de Chartreuse, l’exposition « Forêt de sens » aura lieu au Col de Porte. C’est le fruit d’un travail en collaboration avec plusieurs artistes afin d’enrichir la vision de la forêt. Vous pourrez venir y admirer des expositions, des sculptures ou encore découvrir les secrets du métier de bûcheron. Cette exposition, jusque là présente aux caves de Chartreuse à Voiron, avait déjà accueilli 300 écoliers.

La grande majorité des activités proposées se font sur inscription, n’hésitez donc pas à aller vous inscrire ici, ou à en découvrir davantage par là.

Paul Savary

Catégorie A la une, Forêt de Chartreuse, foires et fêtes, forêt, parcs, questions d'actualitéCommentaires fermés

Gare à la rage

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation lance, comme chaque année, une campagne de sensibilisation à l’attention des voyageurs, afin de rappeler les consignes de sécurité relatives à la lutte contre la rage, ainsi que les démarches à effectuer impérativement avant de voyager à l’étranger avec son animal de compagnie.

La rage tue encore une personne toutes les dix minutes dans le monde.

La France est indemne de rage. Les cas de rage en France proviennent tous d’animaux contaminés à l’étranger. Depuis 2001, 11 cas de rage canine ont été diagnostiqués sur des animaux contaminés à l’étranger et importés illégalement en France.

Le dernier cas de rage recensé sur notre territoire a été confirmé en 2015 sur un chien ramené d’Afrique du Nord sans que les garanties sanitaires obligatoires aient été obtenues avant le départ de l’animal.

Des moyens existent pourtant pour prévenir l’introduction de la maladie en France. Les faire connaitre est l’objet de cette campagne d’information qui se déroule chaque année à la veille des départs estivaux.

Lors d’un séjour à l’étranger dans un pays à risque, il est en effet fortement recommandé de ne pas toucher d’animal errant et de ne surtout pas en ramener avec soi. Un animal introduit illégalement peut en effet se révéler infecté et transmettre ensuite la maladie à d’autres animaux ou personnes.

Pour voyager avec son animal de compagnie, des démarches préalables sont obligatoires :

- il convient de prendre contact avec votre vétérinaire suffisamment tôt avant le départ (de 1 à 4 mois selon la destination),
- votre animal doit être identifié et accompagné de son passeport,
- les vaccins de votre animal doivent être à jour,
- une prise de sang est nécessaire avant de se rendre dans certains pays à risque.

Au retour en France, il faut impérativement présenter son animal de compagnie aux autorités de contrôle. Le non‐respect des obligations réglementaires est passible de sanctions pénales (article L237‐3 du Code rural et de la pêche maritime).

Les vétérinaires sont en première ligne dans le dispositif de surveillance et de détection d’éventuels cas de rage. Ils sont également les interlocuteurs privilégiés pour accompagner les propriétaires d’animaux dans la prévention de la maladie.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Maintien de la vigilance sécheresse pour le département de l’Isère

Le Comité Départemental de l’Eau (CDE) s’est réuni de nouveau le 15 mai 2017 pour avis sur la situation de la ressource en eau du département.

Les précipitations survenues depuis un mois ont permis d’améliorer temporairement la situation des cours d’eau du département mais leur niveau reste globalement en dessous des moyennes saisonnières.

Ces pluies n’ont pas non plus permis aux nappes de se recharger.

Ainsi, le Préfet de l’Isère a décidé de maintenir en vigilance tout le département de l’Isère pour les eaux superficielles et souterraines. Cette décision n’impose pas de restriction particulière sur les usages de l’eau mais doit inciter chacun à une gestion la plus économe possible de la ressource.

Ainsi, il est demandé à chacun une gestion économe de l’eau (remplissage des piscines, arrosage, bains, lavages divers…) que ce soit à partir des prélèvements dans les cours d’eau, les nappes ou à partir des réseaux de distribution d’eau publics, et cela sur l’ensemble du département. Chaque citoyen doit d’être vigilant et faire preuve de civisme pour éviter de porter atteinte à la ressource en eau, bien précieux pour tous les usagers.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+