Archive | vie syndicale

L’Isère à Paris!

Durant tout l’été, à l’appel de la FDSEA et des JA, les agriculteurs de l’Isère se sont fortement mobilisés face à la crise, avec de nombreuses actions en département et en région.
Avec un mois de recul sur le plan annoncé par le Gouvernement le 24 juillet, celui s’avère très insuffisant. Les mesures annoncées ne sont pas du tout à la hauteur de la crise qui frappe l’agriculture, crise accentuée par la sécheresse d’été.
Malgré la distance et les travaux importants à cette période, 60 agriculteurs de la FDSEA et des JA se rendront donc demain à PARIS, place de la Nation, pour se joindre à la grande manifestation nationale.
Des annonces fortes sont attendues tant au niveau de l’Assemblée Nationale que du Ministère de l’Agriculture.
Cette action nationale sera suivie le Lundi 7 d’une nouvelle mobilisation à BRUXELLES, devant la commission européenne.

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaire (0)

Dégâts à la DDT de l’Isère: l’Etat porte plainte

Devant l’ampleur des dégâts causés par certains manifestants mercredi dernier au bâtiment de la direction départementale des territoires de l’Isère – service de l’État en charge de la mise en œuvre des politiques agricoles et de l’accompagnement des agriculteurs – le Préfet de l’Isère a décidé de porter plainte.

Sans titre

Il est en effet essentiel que les quelques casseurs qui s’en sont ainsi pris délibérément aux biens publics, détruisant notamment l’ascenseur pour handicapés et mettant en danger les occupants des locaux en allumant des départs de feu au contact même des bâtiments, assument la responsabilité de leurs actes.

Dans cette période particulièrement difficile pour nombre d’agriculteurs, du fait de la faiblesse des cours du lait et de la viande, les manifestants étaient venus légitimement exprimer leur inquiétude devant les locaux de la direction départementale des territoires qui est mobilisée pour la mise en œuvre de la nouvelle politique agricole commune et du plan de soutien décidé par le gouvernement le 22 juillet.

Alors même qu’un dialogue a pu avoir lieu sur place entre les représentants de l’État et les manifestants et quelles que soient les insatisfactions que peuvent ressentir ces derniers, rien ne justifie les destructions perpétrées par quelques-uns. Elles jettent le discrédit auprès de nos concitoyens sur toute une profession dont les difficultés actuelles sont certaines.

Cette plainte déposée par le représentant de l’État dans le département s’accompagne par conséquent du maintien à tous les niveaux du dialogue avec l’ensemble des professionnels pour essayer de trouver des solutions aux difficultés parfois aiguës de certains exploitants agricoles.

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Les agriculteurs se mobilisent…

Depuis plusieurs mois, la situation se dégrade dans toutes les principales productions présentes en Isère: le lait, les céréales, la viande, les fruits.
Les trésoreries sont exsangues et nombreux sont les producteurs qui ne peuvent plus honorer leurs charges.
Si la situation perdure, de nombreuses entreprises mettront la clé sous la porte en fin d’année 2015, engendrant des destructions massives d’emplois et des situations économiques et sociales dramatiques.

Ce qui est en cause, c’est la guerre des prix que se livrent les industriels et la grande distribution sur le dos des agriculteurs, c’est aussi le diktat permanent sur les prix imposé aux agriculteurs.

Ce qui est également en cause, c’est l’empilement des normes, dont les agriculteurs ne sont pas opposés à condition de pouvoir faire face au surcoût financier qu’elles génèrent, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.
Dans ce contexte, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de l’Isère mobilisent les agriculteurs et invitent les élus du département (députés, sénateurs et conseillers départementaux) avec le sous Préfet  le :
Mercredi 1er juillet 2015
à 21h30
Champ de Mars, devant la sous préfecture à La Tour du Pin

L’objectif est clair, que les élus et les représentants de l’Etat prennent pleinement la mesure de la situation, que des décisions politiques fortes soient prises pour sauver l’agriculture.
Cette nuit est celle de la détresse des agriculteurs isérois,

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

« La France peut être fière de son agriculture »

Manuel Valls a assisté, le 26 mars, au 69e congrès de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) à Saint-Étienne. Après avoir adressé un message de confiance à l’ensemble des agriculteurs, il a détaillé l’action du Gouvernement pour soutenir le secteur et accompagner l’évolution des métiers.

Accompagné de Stéphane Le Foll, le Premier ministre a  salué le travail des  agriculteurs, insistant notamment sur les conditions difficiles de leurs métiers.

Le  Gouvernement est à votre écoute et à vos côtés pour accompagner l’évolution de vos métiers », a-t-il poursuivi, précisant qu’il n’ignorait rien des difficultés et des inquiétudes qui pèsent sur le secteur.  Les initiatives collectives des agriculteurs sont désormais soutenues grâce à des structures adaptées comme : les GAEC, les coopératives ou encore les GIEE (*). « Autant d’outils à saisir pour mieux concilier compétitivité et vie familiale. Il y va de l’attractivité de vos métiers pour la jeunesse française », a expliqué Manuel Valls.

Quant aux interrogations de la profession sur la mise en œuvre de la réforme de la PAC, le Premier ministre a rappelé l’importance de continuer à bénéficier d’une politique commune  de l’Europe. « Nous agissons à l’échelle des territoires et du pays. Nous agissons également à l’échelle de l’Europe pour défendre vos intérêts car il ne peut y avoir de secteur agricole compétitif sans concertation européenne. Et la France fait entendre sa voix à Bruxelles et avec force car elle doit défendre ses exigences de qualité dans les négociations commerciales internationales », a-t-il expliqué.

Evoquant le report de la date limite pour déposer les dossiers PAC, Manuel Valls a promis que les aides européennes seraient versées dans les délais prévus. « Ce décalage de calendrier ne remettra pas en cause, ne peut pas remettre en cause le paiement des aides avant la fin de l’année ni le versement des avances. J’en prends l’engagement ».

Pour favoriser les investissements dans les exploitations agricoles, Manuel Valls a également promis « d’alléger les procédures, aujourd’hui trop lourdes et trop longues » préalables aux installations et innovations. « Je pense par exemple aux études d’impact. Et puis, ces normes doivent être alignées. Elles devront être alignées sur les standards de nos voisins européens dès la fin de cette année », a-t-il  annoncé.

Deuxième mesure en faveur de l’investissement : l’accès des agriculteurs au préfinancement du CICE et aux prêts bancaires sera facilité, grâce à un dispositif de garanties publiques. Enfin, une mesure  en faveur de l’innovation a été annoncée : la création d’un comité stratégique de filière « agro-équipements » au sein du Conseil national de l’Industrie.

Lutter contre le sentiment d’abandon des campagnes

« Je voudrais l’affirmer aujourd’hui devant vous : ce n’est pas parce que vous habitez loin des grandes villes que vous devez habiter loin des services publics ! Aussi, nous avons travaillé à la mise en œuvre de solutions pragmatiques, partout sur le territoire », a rappelé le Premier ministre. Plusieurs mesures ont été prises lors du comité interministériel consacré aux ruralités du 13 mars dernier  :

  • un meilleur réseau de soins sera mis en place avec, notamment, la création, en 2015, de 200 maisons de santé supplémentaires implantées dans des communes faisant partie du réseau de bourgs-centres ;
  • le développement des maisons de services au public avec l’accès en un seul endroit à des services tels que la CAF, EDF, SNCF pour simplifier la vie des usagers. D’ici à 2016, 1 000 maisons de services au public seront créées ;
  • le déploiement des réseaux numériques et de la 3G vise à résorber les zones dites blanches (2G) d’ici à 2016.
  • (*) Issus de la loi d’Avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014, les groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) permettent aux agriculteurs d’un même territoire de construire un projet commun à vocation économique et environnemental.

Catégorie A la une, agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

Le 69e Congrès sous le signe du «Produire et manger Français »

La 69e édition du Congrès de la FNSEA se déroule à Saint-Etienne les 24, 25 et 26 mars 2015.

Le Congrès est un rendez-vous incontournable pour nos 1200 membres conviés, qui se retrouvent pour des moments forts de débats, ateliers et tables-rondes, tout autant d’occasions de revenir sur le travail de l’année écoulée et élaborer les projets de demain.

L’année 2014 a notamment été l’année du « Produire et manger Français », slogan qui aura été le moteur notre action syndicale. Si on veut continuer à manger français, il faut laisser les agriculteurs produire. Il ne s’agit pas d’une simple revendication. Il s’agit d’une véritable cause nationale.

Parce que nous croyons que l’agriculture peut aussi faire gagner la France, nous avons choisi de consacrer une table ronde de la séance publique à cette « France qui gagne ». L’agriculture est l’un de ces nombreux atouts autour desquelles la France doit rassembler ses forces pour réussir dans le monde tel qu’il est.

Retrouvez pendant les trois jours du #CongresFNSEA 2015 :

- l’album photo Facebook mis à jour en direct

- le flux live sur Twitter

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

Assemblée Générale de la Coordination Rurale 38

L’assemblée générale de la Coordination Rurale de l’Isère se déroulera le :

Jeudi 19 février 2015 à partir de 13h30
Maison de l’Elevage (GDS)
RIVES

La CR38 accueillera à cette occasion Bernard LANNES, Président national de la CR et reviendra sur les temps fors de l’année 2014 et les sujets d’actualité de 2015 (Nouvelle PAC, Contrôles, normes environnementales…).

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

JA38: mobilisation tous azimuts

L’assemblée générale des JA38 s’est déroulée à Brezins en présence de nombreux jeunes agriculteurs mais aussi de responsables d’organisations professionnelles agricoles, d’élus..

P1200580

P1200584

Jeunes Agriculteurs est un syndicat professionnel composé de responsables âgés de moins de 35 ans, répartis en structures de réflexion et d’actions décentralisées a rappelé la présidente Françoise Soulier. Elle a alerté la salle sur le fait que  » le contexte socio-économique n’est pas reluisant: récoltes en baisse, chute des prix, problèmes de prédation.. Doit-on baisser les bras? Non, nous devons nous mobiliser, mener des actions, au niveau départemental, régional, national, afin de faire pression sur les pouvoirs publics. On peut faire évoluer la situation en notre faveur.. Ne lâchons rien.. Ensemble nous irons encore plus loin… »

Les JA de l’Isère ont mené, en 2014 une série d’actions ayant comme objectif le fait de communiquer sur le métier d’agriculteur.. ceci en direction des consommateurs, du grand public.

On retiendra

- la 5ème édition d’un dimanche à la campagne qui s’est déroulée à Lyon. Voir l’article de sillon38.com:Un dimanche à la campagne

- Terre des sens, avec comme fil conducteur la finale départementale de labour, organisée à La Bâtie-Divisin. Voir l’article mis en ligne sur sillon38.com: La Bâtie-Divisin: Terre des sens…

- la fête de la noix à Vinay. Voir l’article mis en ligne sur sillon38.com Vinay: la noix en fête

- Agri-Talent, évènement concours organisé en partenariat avec la jeune chambre économique de Grenoble. Voir l’article mis en ligne sur sillon38.com: Agri-Talent

P1200587

A ces manifestations on n’oubliera pas la mobilisation des jeunes agriculteurs de l’Isère présents à la foire de Beaucroissant, à celle de la St Martin à Voiron, mais aussi à la finale mondiale de labour organisée en Aquitaine.. On rajoutera des liens tissés entre les jeunes agriculteurs isérois et leurs homologues du Burkina Fasso.

Les JA n’ont pas oublié la formation, la mise en place de stages.. La formation des futurs exploitants étant au coeur des missions du syndicat. Des formations complémentaires sont également proposées afin de répondre aux attentes, besoins des jeunes agriculteurs du département.

Le syndicat jeunes agriculteurs de l’Isère a également eu une forte activité syndicale…

L’année 2014 a été riche en rebondissements et en luttes syndicales..avec en particulier une mobilisation et des actions menées afin de renforcer l’accompagnement à l’installation mais aussi une mobilisation tous azimuts concernant le Phyto Projet qui a été modifié, sur la nouvelle PAC, la directive nitrates.. Une manifestation organisée le 5 novembre à Valence, conjointement par les JA et la FNSEA a démontré la mobilisation des agriculteurs, jeunes et moins jeunes afin d’obtenir des avancées.

On retiendra enfin que durant l’automne, les présidents de la FDSEA et des JA38 ont rencontré la quasi totalité des présidents des communautés de communes de notre département. Le but de ces rencontres: instaurer et/ou conforter des liens entre la profession et les élus locaux.

P1200583

Comme on le voit, les JA ne lâchent rien…et ont le soutien inconditionnel de Christian Nucci. Celui ci, vice président du Conseil Général en charge de l’agriculture, a  » éprouvé beaucoup de plaisir à travailler pendant 14 ans aux côtés des agriculteurs.. Oh ça n’a pas été simple tous les jours.. mais nous avons toujours oeuvré pour le bien de notre agriculture.. » Et de lancer aux jeunes: » continuez à vous battre sur des dossiers qui vous, nous tiennent à coeur comme l’installation, le foncier.. »

Gilbert PRECZ

Catégorie agriculture, vie syndicaleCommentaires fermés

AG des JA38

Assemblée générale du syndicat des jeunes agriculteurs de l’Isère jeudi 12 février à Brezins.

Début des travaux 10H45, salle des fêtes.

Table ronde: comment adapter notre organisation syndicale au nouveau découpage issu de la réforme territoriale.

Les JA38 ont choisi d’aborder le sujet de la réforme territoriale, afin de prendre conscience des enjeux politiques et organisationnels qui en découlent et qui impacteront obligatoirement ses fonctionnements.

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

Elections MSA : un désintérêt des électeurs !


Le scrutin pour les élections MSA est désormais terminé, et les dépouillements ont tous eu lieu. Au vu des résultats, la Coordination Rurale préconise une sérieuse remise en question du fonctionnement de la MSA.

Une désaffection des votants

Seuls 39 % (contre 47,4 % en 2010) des agriculteurs et retraités agricoles se sont mobilisés pour voter. Il y a fort à parier que la MSA annonce que la mobilisation pour ce scrutin est significative dans un contexte économique et social très difficile, cependant, la CR souligne que ce chiffre démontre avant tout le désintérêt des agriculteurs pour cette élection. Sur les près de 2 700 000 adhérents de la MSA seulement 800 000 ont choisi de voter.

La vérité qui dérange c’est que la MSA est de plus en plus éloignée du terrain, et ce, malgré ses 24 000 délégués cantonaux !
Par ailleurs, la CR rappelle que les règles de ces élections n’ont pas été les mêmes pour tous. Entre bases électorales discriminantes, disparité de traitement et fonctionnements variables selon les caisses, l’organisation de ces élections n’a pas du tout été à la hauteur des attentes des agriculteurs.

Un résultat lié à son manque d’efficacité

Les agriculteurs ont de nombreux reproches à faire à la MSA et le réseau de terrain de la MSA n’est plus une réalité mais bel et bien un lointain souvenir pour eux. La MSA est seule responsable de ce résultat, car c’est bien son manque d’humanité et de transparence qui l’a condamnée.

Les délégués MSA de la CR se sont donné comme mission de remédier, à leur niveau, à ces défauts. Leur objectif majeur est de rendre la MSA aux agriculteurs.

Vers la parité avec le régime général ?

La CR espère que ce résultat amènera les pouvoirs publics à mieux considérer les agriculteurs. Les cotisations des agriculteurs sont disproportionnées au regard du montant de leurs retraites dérisoires (et souvent inférieures au minimum vieillesse). Les agriculteurs attendent un alignement sur le régime général et une revalorisation de leurs retraites.

Catégorie msa, vie syndicaleCommentaires fermés

Les céréaliers en colère

Avec des baisses de prix à la production allant jusqu’à 30 % entre 2013 et 2014, les céréaliers sont confrontés à une baisse vertigineuse de leurs revenus. Les céréaliers de la Coordination Rurale38 dénonceront cette situation, intenable pour la profession, en bloquant un silo de la CAD le 6 février prochain à partir de 13 heures.

Avec des baisses de prix à la production allant jusqu’à 30 % entre 2013 et 2014, les céréaliers sont confrontés à une baisse vertigineuse de leurs revenus. Les céréaliers de la CR38 dénonceront cette situation, intenable pour la profession, en bloquant un silo de la CAD le 6 février prochain à 13 h.

Le ras-le-bol des producteurs

Cette baisse des cours, non compensée par des charges qui diminuent peu, est généralisée. Tous les producteurs céréaliers y sont confrontés, quels que soient leurs débouchés (coopératives, OS privés…).
La CR déplore qu’après avoir détruit l’élevage, l’Europe s’attaque maintenant aux céréales. Depuis un an, la Commission Européenne a signé deux accords de libre-échange avec le Canada et l’Ukraine; pour 2015, parions que cela sera avec les États-Unis !

Réagir rapidement

Les cours du blé sont trop bas, pour la Coordination Rurale, des mesures urgentes s’imposent :
- Rééquilibrer l’offre et la demande en maintenant le prix des céréales à un niveau en relation avec les coûts de production et inciter ainsi les céréaliers à produire davantage, surtout des protéagineux qui manquent cruellement et dont nous devons importer des quantités considérables.
- privilégier la production européenne par une politique agricole ambitieuse assurant un revenu décent pour ses agriculteurs et taxer les produits importés inutilement : blé ukrainien, maïs OGM américains.
- Autoriser les transactions directes entre céréaliers et éleveurs pour supprimer les intermédiaires inutiles, comme cela se pratique dans le reste de l’Europe.

Une exception qui dérange

La loi interdit de revendre à perte (articles L44-2, 3 et 4 du code du Commerce) alors pourquoi autorise t-on la vente à perte des produits agricoles ? Peut-être pour pouvoir détruire impunément la production et ses producteurs…


Avec de tels prix, peut-on vivre heureux et prospérer à la ferme des 1000 contraintes ?

Catégorie agriculture, céréales, vie syndicaleCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2015
L Ma Me J V S D
« août    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+