Archive | coopération internationale

Arequipa, seconde ville du Pérou

4

Arequipa, seconde ville du Pérou est situé à 2300m d’ altitude au pied du volcan le Misti qui culmine à plus de 5800 mètres.

Arequipa est une ville ou il y fait bon vivre toute l’année. Trois cents jours de soleil par an.

Une grande partie de la ville est construite en pierre blanche ce qui lui vaut le surnom de ville blanche. Elle est la seconde grande ville du Pérou et compte près d’un million d’habitants.

C’est la qu’est construit la polyclinique Jean Fréchet de l’afpad (association Franco Péruvienne d’aide au développement )

Elle a été fondée en 1540 par les Espagnols sur un ancien site Aymara et Quechua (et oui Décathlon n’a rien inventé).

La ville a rapidement prospéré grâce aux mines d’or de Potosi, d’ou l’expression « Ce n’est pas le Pérou » Potosi était à l’époque une ville Péruvienne alors qu’aujourd’hui elle est en Bolivie.

Les habitants sont très accueillants et se disent Arequipeniens avant d’être Péruviens. La ville est réputée pour sa richesse intellectuelle, artistes, écrivains, dont un des plus célèbres Mario Vargas Liosa.

Par Thierry Maisonneuve président de l’association Franco Péruvienne d’aide au développement

www.afpadgrenoble.fr

6


Sans titre 1Sans titre 2

Catégorie coopération internationaleCommentaires fermés

Le Québec et la Région Rhône-Alpes signent leur 8ème plan d’action 2015 – 2018

Mercredi 4 mars, à l’occasion de sa première visite officielle en France, Philippe
COUILLARD, Premier ministre du Québec, a reçu Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la
Région Rhône-Alpes, à la Délégation générale du Québec à Paris.*

Sans titre

A cette occasion, Philippe COUILLARD et Jean-Jack QUEYRANNE ont rappelé les priorités du
8ème plan d’action entre la Région Rhône-Alpes et le Québec, pour la période 2015 – 2018.
Cinq axes prioritaires de coopération ont été définis pour les 3 prochaines années :
- L’économie, et l’innovation,
- l’éducation, l‘enseignement supérieur, la recherche et la formation professionnelle,
- La jeunesse, la mobilité et le sport,
- La culture,
- L’environnement, la gestion et l’aménagement des territoires et des espaces
naturels, et le tourisme.

Le Président de la Région Rhône-Alpes se félicite car, depuis sa visite au Québec en mai
2014, les projets entre pôles de compétitivité/cluster et les grappes et créneaux d’excellence
québécois se concrétisent dans les domaines des industries culturelles avec Imaginove, de la
santé avec Lyonbiopôle, des procédés chimiques avec Trimatec, des infrastructures de
transport avec LUTB. Quant à la coopération en matière d’économie sociale et solidaire, elle
entre dans sa phase opérationnelle avec des démarches import export, de co-investissement
et de co-entreprenariat.

A propos des échanges universitaires, les deux parties ont souligné que malgré
l’augmentation des droits d’entrée dans les universités québécoises, elles souhaitaient
maintenir un haut niveau d’échanges. Pour Jean-Jack QUEYRANNE, « grâce aux bourses
Explo’RA sup, nous continuerons d’encourager les jeunes rhônalpins à étudier au Québec, qui
demeure leur destination privilégiée à l’étranger, avec 750 jeunes boursiers en 2014. »
Pour Jean-Jack QUEYRANNE, « En matière d’environnement comme dans beaucoup de
domaines, le Québec est à la pointe de l’innovation et constitue notre 1er partenaire, tête de
pont du continent nord-américain. Nous comptons sur sa participation au Sommet mondial
Climat et Territoires qui se déroulera à l’Hôtel de Région les 1er et 2 juillet 2015. »

« La lutte contre les changements climatiques est une priorité de mon gouvernement », a
déclaré Philippe COUILLARD. « Le Québec participera au Sommet mondial Climat et
Territoires, un rendez-vous important pour préparer la Conférence climat de Paris 2015 ».

Pour Philippe COUILLARD, « La collaboration établie entre ERAI et Expansion Québec facilite
l’implantation des entreprises rhônalpines et québécoises sur les marchés étrangers, et
renforce la dimension économique de notre relation par-delà nos frontières ».

Le Premier ministre est heureux de la signature récente d’une entente avec l’organisme
québécois « Éducation internationale » pour développer la formation professionnelle
adaptée aux besoins du marché de l’emploi. « La formation, la recherche, la création,
l’innovation et le partenariat économique sont les clefs d’un développement durable. La
relation qu’entretiennent le Québec et la Région Rhône-Alpes est exemplaire. Les
coopérations développées sont concrètes et utiles à nos populations. J’apprécie
l’engagement du Président de Rhône-Alpes », a conclu Philippe COUILLARD.

* en présence de Christine SAINT-PIERRE, Ministre des relations internationales et de la francophonie, Jacques DAOUST, Ministre de l’économie, de l’innovation et des exportations, Michel ROBITAILLE, délégué général du Québec à Paris, Bernard SOULAGE, Vice-président délégué à l’Europe et aux relations internationales et Jean- Louis GAGNAIRE, Vice-président délégué au développement économique, à l’industrie, aux PME et à l’innovation.

Catégorie coopération internationaleCommentaires fermés

Les Flamants roses des Andes

Sans titre 0

Sur les hauts plateaux des Andes il existe 3 sortes de Flamants Roses .

Sans titre 2

Le flamant Andin, jusqu’à 1,10m. Plumage rose vif pour les 2/3 et plumage noir pour le tiers postérieur.
 Bec noir et pattes jaunes.

Sans titre19

Le Flamant Chilien, environ 1mètre . Plumage saumon presque rouge  avec quelques plumes noires.
 Bec blanc avec la pointe noire. Pattes bleues virant au gris (et oui ça existe les flamants bleus mais ce n’est pas forcément des mâles).

5

Le flamant James, le plus petit,maxi 0,90m. Plumage rose et comme le flamant Andin il possède 1/3 
postérieur de plumes noires mais moins vif. Bec jaune virant à l’orange. Pattes rouges
…

Voila, vous savez presque tout sur les Flamants roses.

Bien évidement je ne vous parlerai pas du flamant rose de Camargue que vous connaissez 
tous et qui est facilement reconnaissable à ses santiags qu’il porte aux pattes. 
Hé hé; pas bête la bête, moins froid aux pattes.

Par Thierry Maisonneuve président de l’ Association Franco-péruvienne d’Aide au Développement de Grenoble

Sans titre 7

Catégorie coopération internationaleCommentaires fermés

La polyclinique d’Arequipa..

La Polyclinique d’Arequipa au Pérou est gérée par l’association Franco-péruvienne d’Aide au Développement de Grenoble.

Une véritable réussite qui entre bien dans le cadre de noël ou les enfants sont à l’honneur..

Voici un article rédigé par Léa..


0

1

Catégorie coopération internationaleCommentaires fermés

DURANGO ET RHÔNE-ALPES SIGNERONT SIX ACCORDS DE COOPÉRATION FORESTIÈRE

Au cours de la semaine du 03 au 07 novembre, s’est déroulée la Première Rencontre Forestière entre des acteurs forestiers rhônalpins et l’État de Durango au Mexique.

visite exploratoire

L’objectif principal fut d’identifier les besoins et les possibilités de coopération entre les acteurs des deux régions et ainsi définir plus précisément les cadres du projet. Dès cette première rencontre, sont apparus plusieurs objectifs partagés et des priorités dans les échanges futurs.
L’Association 1901 « Communauté Forestière Durable » fondée et dirigée par Fernanda Galvan, originaire de Vicente Guerrero, Durango, vise à promouvoir un échange physique, intellectuel, culturel et professionnel dans un environnement forestier. Cette immersion franco-mexicaine favorise le développement de la prise de conscience sur les processus, les comportements et les règles de la forêt dans les deux pays.

Cette Première Rencontre Forestière 2014 a eu comme principal objectif d’évaluer les actions, les activités et les accords d’échange qui peuvent être créés entre le secteur forestier de la région Rhône-Alpes et la région forestière de Durango. On pourra alors identifier les besoins et les possibilités de coopération entre les parties.

Pendant cette semaine de rencontres et d’échanges 6 thématiques de continuité de cette Communauté Forestière Durable ont été identifiées et proposées.
L’Association Communauté Forestière Durable a défini l’emploi comme thème transversal. Cette problématique majeure est apparue comme commune aux diverses questions qui seront travaillées lors des échanges futurs.

A Durango, la création et le maintien d’emplois locaux est une des questions majeures en considération prioritairement chaque fois qu’il est question de au développement technologique et de modernisation des entreprises. Par contre, la vraie valorisation des savoirs faire et le besoin de formation de ces emplois est néanmoins un enjeu qui doit être mieux appréhendé dans l’organisation et la vision entrepreneuriale de la région de Durango.
D’un autre côté, dans la Région Rhône-Alpes, le besoin de compétitivité des entreprises amène inexorablement à des réductions de personnel à chaque poste de production, notamment dans la transformation du bois. La maximisation du bénéfice ne signifie pas seulement une baisse dans la création d’emplois mais une forte réduction de postes.

Ces situations contrastées nécessitent des réflexions plus approfondies sur la place de l’emploi dans le développement socio-économique de la valorisation du bois.

Ces propositions de poursuite du projet ont été exposées  auprès de tous les représentants et leaders forestiers ainsi que des autorités de l’État  qui ont accepté et reconnu l’intérêt de poursuivre la construction d’une fraternité forestière et de travail avec les acteurs de la région Rhône-Alpes sous un format officiel. A cet effet, les acteurs forestiers de l’état de Durango et de la région Rhône- Alpes se sont proposés de signer six accords de coopération forestière.

Comme une deuxième étape de développement de cette « Communauté forestière Durable », les partenaires rhônalpins se prépare à recevoir la visite d’une délégation mexicaine en 2015.

Accords de coopération proposés:

-  L’utilisation du bois locale comme matériau de construction

- Transformation du bois local

- Organisation du secteur forestier

- Écotourisme

- Création d’une marque DURANGO

- Échange d’essence de pin local

Sans titre

Catégorie coopération internationale, forêtCommentaires fermés

La Paz capitale de la Bolivie…

Thierry Maisonneuve, Président de l’Association Franco-péruvienne d’Aide au Développement de Grenoble s’est rendu à La Paz, capitale de la Bolivie. Il nous livre son carnet de route, ses impressions ainsi que de magnifiques clichés..

 » Nous voila partis de Puno au bord du lac Titicaca  pour une journée de bus afin de rejoindre la Bolivie.

La route est bonne et les paysages magnifiques. Nous longeons le lac Titicaca, sur une route qui serpente à 4000m d’altitude. Le passage à la frontière se fait sans problèmes. En 3/4 d’heure, l’affaire est bouclée.

Tampons, tampons, encore des tampons, en tout, passage dans quatre bureaux. Les sacs ne sont même pas fouillés. Nous reprenons le bus de l’autre côté de la frontière et partons en direction de Copacabana mais avant il faudra traverser le lac sur une barge.

La vue sur le lac est splendide.
 Après une petite pause déjeuner à Copacabana, nous repartons. Nous voilà donc en Bolivie, et l’arrivée sur La Paz est incroyable.

Cette ville au fond d’une vallée à 3200m et qui remonte a plus de 4000m, nous l’avions vu en photos, mais la réalité est vraiment surprenante. C’est la capitale la plus haute du monde: 1,5 millions d’habitants.

Fondée en 1948 par l’espagnol Alonzo Mendoza pour servir de relais entre Cuzco et Pottosi. Capitale du pays où siège le gouvernement (la ville de Sucre étant la capitale 
constitutionnelle).

Ville métissée et pleine de contraste avec ses marchés, son quartier historique devenu le centre d’affaires, et ses quartiers riches au plus bas de la ville, avec ses somptueuses villas.

A quelques kilomètres de là, se trouve la vallée de la lune, multiples pics de terre et de roche qui sont en fait le travail du temps et de l’érosion.

La Bolivie en quelques mots.

Tout d’abord pourquoi Bolivie???? Tout  simplement parce que le Vénézuélien, Simon Bolivar a 
libéré des Espagnols ce qu’il rêvait d’appeler la grande Colombie, Pérou, Equateur, Bolivie,
 en 1825.

11,5 millions d’habitants, dont 55% d’indiens (Quechuas et Ayamaras) 
pour une superficie égale à la France et à l’Espagne.

Son drapeau, le rouge pour la vaillance guerrière, le jaune pour la richesse du sous-sol,
 le vert pour l’agriculture.

Son président actuel est l’Amérindien Evo Morales, 1er chef d’état indigène élu en Bolivie en 2005.

La grande perte de la Bolivie, sûrement son accès au Pacifique lors de la guerre avec le Chili de 1874 à 1884. La guerre du Pacifique la prive ou du moins la freine dans son développement économique. Tous les produits d’importation sont hautement taxés par les pays ayant accès au Pacifique
.

C’est en Bolivie que EL CHE GUEVARA, le héros Argentin, vint clandestinement préparer son Faco armado (noyau armé).
Suite au naufrage d’un marin Bolivien originaire de ce petit village de Bolivie, celui échoua sur une plage Brésilienne qui depuis, porte le nom de Copacabana.. »

Cliquer sur les Photos pour les agrandir

Pour en savoir plus sur l’Association Franco-péruvienne d’Aide au Développement de Grenoble : cliquer ici:

http://www.afpadgrenoble.fr/

Catégorie A la une, coopération internationaleCommentaires fermés

Solidarité internationale en Grésivaudan

Le Grésivaudan est très impliqué dans la réussite du festival international du film pastoralismes et grands espaces. Ceci avec la présentation des posters des associations de solidarité internationale du Grésivaudan, de la présentation de l’annuaire des associations du Gésivaudan, de solidarité internationale et par une table ronde.

Cette table ronde qui a rempli la salle de projection des Ramayes à Prapoutel était organisée autour de la solidarité internationale et sa déclinaison en Grésivaudan. Le fil conducteur des débats portant sur l’engagement, le volontariat des jeunes.. Les questions posées étant: pourquoi s’engager? pour qui? avec quelles valeurs partagées.. ?

Le Grésivaudan est une formidable terre de solidarité. Depuis plus de 20 ans de nombreux projets ont émergés, abouti parfois avec beaucoup de difficultés avec de nombreux pays du monde: Maroc, Bénin, Inde, Amérique latine….

La solidarité est l’affaire de tous.. la solidarité veut dire partage, réciprocité, engagement, échanges.. voilà pourquoi l’ensemble des associations du Grésivaudan se sont regroupées au sein d’un collectif, le collectif de solidarité international du Grésivaudan.

Les délégations présentes à cette table ronde, en majorité africaines ont toutes affirmé avec force le rôle prépondérant des associations solidaires, de leurs actions, surtout en cette période de sècheresse, de crise économique, d’instabilité politique, de terrorisme…

Gilbert PRECZ

G1G2G6G7G3G4G5

Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

Association pastoralisme du monde

Dans le cadre du festival international du film pastoralismes et grands espaces, qui se déroule à Prapoutel, est organisée l’assemblée générale de l’association pastoralisme du monde. Une association très internationale qui organise donc une AG tous les deux ans..

2

Ce vendredi 17 octobre se déroulait l’assemblée générale de l’association « Pastoralismes du monde », présidée par Jean Picchioni, pour la troisième fois consécutive durant le Festival du Film des Sept Laux, dont elle Pgère l’organisation.

Après le traditionnel rapport moral, suivi du vote, les membres de l’assemblée abordent le bilan provisoire de la 11ème édition du Festival du Film « Pastoralismes et Grands Espaces ». Ils observent une légère baisse de 30% de la fréquentation par rapport à la dernière édition. Cette baisse est en partie due au nombre moins important d’étudiants présent cette année. En effet, l’association ayant préféré inviter de plus petits groupes que pour l’édition précédente.

Bruno Caraguel, directeur de la Fédération des Alpages d’Isère, explique la mise en place de projections des films issus des autres éditions du festival dans les villages de la communauté de commune du Grésivaudan. Cette démarche à pour but de faire perdurer les films au delà du festival, l’idée étant également de permettre une valorisation du travail des réalisateurs et producteurs.

En troisième partie de cette assemblée, l’accent est mis sur les points forts et les faiblesses du festival.

Tout d’abord, il est important de retenir que la force du festival réside dans sa convivialité et sa proximité avec les festivaliers. D’une part, le partenariat avec la délégation invitée a été renforcé, et d’autre part, de nouveaux exposants, avec de nouvelles approches et un nouveau regard ont été confortés. La communication est quant à elle montrée du doigt. Faut-il rétablir une collaboration plus étroite avec la Communauté de Commune et les Offices de Tourisme? Cela permettrait une diffusion plus large et attirerai davantage de personnes.

Après quelques années difficiles, le Festival du Film « Pastoralismes et Grands Espaces » retrouve de l’élan, rendez-vous dans deux ans, avec, comme pays à l’honneur, le Tchad.

3

Céline Richard-Antoine Perrin


Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

Palmares du XIème festival du film international pastoralismes et grands espaces

Le XIème festival international du film pastoralismes et grands espaces a connu son clap de fin au cours de la traditionnelle cérémonie de clôture. Présidée par Jean Pichioni, accompagné par Yves Raffin, de François Brottes, député, de Charles Bich, conseiller général, de Francis Gimbert, président de la communauté de communes du Grésivaudan, de Gérard Jourdan maire..cette cérémonie a réuni dans la salle de projections les festivaliers venus de 11 pays différents..ainsi qu’un nombreux public.

Ceux ci ont découvert les films primés par le jury. Un jury très international, 7 pays représentés et très hétéroclite. «   Le président du festival, Oumar Ndiaye, réalisateur sénégalais, directeur du Festival du film de Dakar a reconnu que c’était un atout avant de rajouter: les films en compétition étaient de qualité.. Il a fallu faire des choix.. les discussions ont été franches et nous sommes arrivés à établir un palmarès qui a fait l’unanimité des membres du jury..

Avant que de dévoiler le palmarès la délégation de l’Inde, invitée d’honneur a présenté le mandala, un cercle dans un carré, confectionné pendant des heures et des heures pendant le festival. Oeuvre éphémère, celle ci a été détruite selon les rites que nous avons découvert en direct. Le sable sera dispersé pour l’éternité dans une rivière de Belledonne..

Voici donc le palmarès tant attendu du festival 2014… qui précède celui de 2016 dont l’invité d’honneur sera le Tchad.

- Grand Prix du Festival : « Alexandre, Fils de berger»

Produit par LAPIED Anne et Erik

Réalisateur par LAPIED Véronique, Anne et Erik

- Prix Spécial du Jury : « Noires Désir »

Produit par Séverine GAUCI

Réalisé par Gilles CHAPPAZ

- Prix « Coup de Cœur » du Jury : « Waynaabe: scènes de vie des éleveurs Wodaabe»

Produit et réalisé par Francesco SINCICH, Médecins Sans Frontières et Vétérinaires Sans Frontières Belgique

- Prix Louis Guimet : « La filière bovine au Tchad: un moteur de croissance en quête de reconnaissance »

Produit par Projet d’Appui à la Filière Bovine

Réalisé par Hélène PINEAU

- Mention Spéciale du jury : « JUNGWA – l’équilibre rompu »

Produit par BARRA Muriel

Réalisé par Christiane MORDELET (France) et Stanzin Dorjai Gya (Ladakh)

- Mention Spéciale du jury – Patrimoine vivant: « Bergers de l’Aigoual, éleveurs des Causses et Cévennes  »

Produit par : ORDRONNEAU Jean-Luc

Réalisé par : KHANNE Marc

- Prix du Public : « Alexandre, Fils de berger»

Produit par LAPIED Anne et Erik

Réalisateur par LAPIED Véronique, Anne et Erik



Catégorie A la une, coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

Le festival vu par Antoine et Céline…

Antoine et Céline sont passionnés de photos.. Ils ont assouvi cette passion à travers la vie associative mais ils ont voulu aller plus loin… en faire leur métier.. devenir photographes professionnels. Afin de mieux appréhender le métier, une autoentreprise semble être une bonne solution ..  » C’est une étape vers l’entreprise  » rajoute Antoine qui précise qu’il a appris le métier via une formation à distance mais aussi et surtout sur le « tas ».

Ils sont spécialisés en photos d’entreprise, mariages, dans l’évènementiel..mais Antoine et Céline mais sont conscients qu’il faut qu’ils étoffent leurs compétences..

Amoureux des animaux, de la nature, ils ont lu sur sillon38 la tenue du festival international du film pastoralisme et grands espaces à Prapoutel..

ils sont venus découvrir le festival l’espace d’un après midi… le jeudi.. Ils sont revenus le lendemain, vendredi ou ils ont assisté à l’assemblée générale de l’Association Pastoralisme  du Monde et faits beaucoup de photos…… et étaient déçus de ne pouvoir assister à la journée de samedi..

Antoine et Céline ont proposé à sillon38 de rédiger un article mais aussi de lui offrir leurs photos..

Pour mieux connaître Antoine et Céline:

www.pixcels.fr

Quelle belle opportunité de participer à la 11ème édition du Festival International du Film Pastoralismes et Grands Espaces ! Nous voilà immergés dans un lieu où les cultures se mêlent autour d’un thé… C’est perchées sur le massif de Belledonne que se déroulent les festivités, dans la station de Prapoutel.

Cette année, l’Inde est le pays invité, sa délégation nous propose de découvrir ses cultures et traditions, comme les mandalas en sable. Cet art éphémère part d’un dessin tracé sur du bois où ensuite chaque détail est rempli de sable coloré à l’aide d’outils spéciaux. Cette technique demande beaucoup de concentration et de patience. Nous sommes émerveillés par la précision des gestes et la beauté des couleurs. D’autres pays sont représentés par de petits stands comme, le Maroc, chacun d’eux nous invitent au voyage…

Lors de ces quatre jours, 15 films sont présentés au vote du public et à celui d’un jury international venant de 7 pays différents! Dans la salle de projection nous assistons aux réactions du publics, les « oh », les « ah » et les rires de tous horizons s’élèvent. Nous voyageons sans même bouger de notre siège, et nous partageons la vie de ses hommes et femmes présentés à l’écran.

Les réalisateurs abordent le pastoralisme avec des visions très variées. Certains choisissent un point de vue économique ou environnemental tandis que d’autres préfèrent raconter le quotidien.

Nous passons facilement de la vie d’un éleveur de chèvres à un débat entre bergers et chasseurs aux enjeux économiques en faisant un petit détour par le passé avec le film « Mémoire pastorale des Hauts de Chartreuse ».

A la fin des projections, nous participons à l’apéritif organisé par l’Association des Bergers de l’Isère. Tous les participants du festival sont réunis pour discuter des films visionnés l’après-midi, dans une ambiance conviviale.

C’est un excellent souvenir que nous garderons de ces quelques jours hors du temps.

Antoine Perrin et Céline Richard

Voici leur reportage photos: cliquer sur les photos pour les agrandir

Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 LauxCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

août 2020
L Ma Me J V S D
« juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+