Archive | pastoralisme

Face à la prolifération des prédateurs, les Régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur se mobilisent pour protéger le pastoralisme

Le 17 juillet 2017, Emilie BONNIVARD, Vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, déléguée à l’agriculture, à la forêt, à la ruralité, à la viticulture et aux produits du terroir et Eliane BARREILLE, Vice-présidente de la Région PACA, déléguée à la ruralité et au pastoralisme ont organisé, à Valence, une réunion destinée à proposer au nouveau gouvernement des actions concrètes pour protéger durablement les éleveurs et le pastoralisme face à la prédation.

Dans un contexte de réactualisation du plan national loup et d’incertitude sur la position du gouvernement à l’égard de la protection de l’élevage face à la prédation, les propositions portées collectivement par ce groupe de travail sont les suivantes :

  • La reconnaissance du droit permanent des éleveurs à protéger leurs troupeaux, traduit par la facilitation des tirs de défense renforcée et de prélèvement en fonction de la réalité des attaques, afin que la pression baisse réellement sur l’élevage (nous sommes passés de 3 000 bêtes tuées en 2004 à 10 000 en 2016)
  • La prise en charge du budget de protection des troupeaux face à la prédation et d’indemnisation des bêtes tuées, par le budget de l’Environnement, et non par celui de l’Agriculture (le coût lié à la prédation en France était de 26 millions d’euros en 2016)
  • La reconnaissance des conflits d’usage induits par la prédation et de leurs effets négatifs sur l’économie et les emplois touristiques des territoires de montagne (appréhension des randonneurs face aux chiens de protection, parcs clos et chemins fermés, responsabilité des éleveurs et des élus en cas d’incidents entre chiens de protection et randonneurs, etc)
  • L’évaluation de l’apport des pratiques pastorales traditionnelles à la vitalité des territoires, à la biodiversité dans les alpages, et les conséquences à moyen et long terme en matière économique et environnementale de leur modification ou disparition en raison de la prédation
  • Une plus grande transparence et précision de la part de l’Etat sur le nombre effectif de loups sur le territoire national et plus précisément sur les secteurs les plus soumis à la prédation
  • La création d’une brigade d’intervention Alpes du Nord, comme celle qui intervient déjà dans les Alpes du Sud
  • La mise en œuvre de prélèvements au sein des Parcs nationaux, réalisés par les services de l’Etat, sous le contrôle de l’Administration des Parcs, afin que les troupeaux ne restent pas sans moyen de défense en cas d’attaque, comme c’est le cas aujourd’hui.

Étaient présents Claude FONT, Secrétaire général adjoint de la Fédération Nationale Ovine (FNO), Alain MATHERON, Secrétaire de l’Union pour la Sauvegarde des Activités Pastorales et Rurales (USAPR), Denise LEIBOFF, Maire de Lieuche et Présidente de l’Association des Communes Pastorales (ACP) de la Région PACA, Nicole BERTOLOTTI, Maire de Sauze et membre du conseil d’administration de l’ACP PACA, Jean-Claude GHIRAN, Conseiller municipal de Levens, membre du conseil d’administration de l’ACP PACA, Michel THOMAS, sous-directeur de la FNSEA, Marc SAVORNIN, de la FDSEA 04 et Francis SOLDA, de la FRSEA PACA et du Centre d’Etudes et de Réalisations Pastorales Alpes Méditerranée (CERPAM).

Catégorie alpages, loup, pastoralisme, pastoralismes du monde, questions d'actualitéCommentaire (0)

Encore et toujours le loup! Manifestation dans le Trièves

Le loup ou le mouton il faut ( enfin) choisir..C’est ce que n’ont cessé de répéter éleveurs, chasseurs, élus ce samedi matin sur la RD 1075 à hauteur du Percy.

La date n’a pas été choisie par hasard puisque nous étions à la première journée de grand départ..en vacances d’été.

Cette opération menée par le syndicat d’élevage du Trièves avec à sa tête sa présidente Amandine Vial a permis de sensibiliser les vacanciers qui traversaient le Trièves sur les dégâts causés par le loup, et ses nombreuses attaques, dans cette région ou le mouton devrait être  » roi ».

« Le but de la manifestation est de faire entendre notre voix et défendre notre profession suite aux trop nombreuses attaques de loup qui ont eu et auront lieues…. Nos demandes sont claires et précises :
- Déclassement du loup et PRÉDATEUR et plus en espèce protégée
- Autorisation de tir de prélèvement sur une meute en totalité et non sur un seul loup
- les analyses de prélèvement doivent être faites par des laboratoires INDÉPENDANTS. » a précisé Amandine Vial.

Frédérique Puissat maire de Château Bernard et Yann Souriau maire de Chichilianne ont exposé le problème et surtout les conséquences dramatiques qui suivent les attaques, tant sur les animaux que sur les éleveurs eux-mêmes.

De nombreux maires des communes avoisinantes, accompagnés de plusieurs élus, sympathisants, chasseurs, randonneurs c’étaient joints à la manifestation qui a reçu un bon accueil des automobilistes, malgré l’attente forcée. Beaucoup d’entre eux disant ne pas être au courant du problème..

Parmi les slogans prononcés on reteindra celui ci: égalité pour tous: une brebis tuée= un loup abattu..

Cette manifestation très pacifique aura des suites..

Le représentant du préfet de l’Isère présent sur place indiquant la tenue d’une audience la semaine prochaine.


Sans titre 3

Dans les Hautes Alpes, Pascale Boyer députée (LREM) a annoncé que Nicolas Hulot était très au fait du problème tout en précisant:  « parler d’un nombre de tirs sur les loups, c’est désorganisé, ce n’est pas une solution. »

Il va  organiser une  réunion de concertation en juillet avec toutes les parties prenantes afin de mettre un plan efficace en place..

Il a même décidé de venir à la rencontre des éleveurs, accompagné du ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert.

Ca bouge!!!!



Catégorie loup, pastoralismeCommentaires fermés

Manuel des bergers d’alpage – 2017

Le Manuel des bergers d’alpage s’adresse aux bergères et bergers débutants, mais aussi à tous ceux qui sont intéressés par ce métier.

Cet ouvrage a été conçu pour être utile aux débutants mais aussi aux bergers plus expérimentés qui y trouveront des informations actualisées, des conseils pratiques, des outils d’aide à la gestion de leur estive et un partage d’expériences avec leurs collègues.

Difficile de faire un manuel alors que le métier de berger est complexe et s’exerce dans des situations très différentes.

Par delà les fondamentaux, l’exercice du métier de berger dans un espace naturel protégé, à 2000 mètres d’altitude, accessible après deux heures de marche, dans les Alpes-de-Haute-Provence, n’est pas le même que celui d’un de ses collègues exerçant dans une station de ski en Haute-Savoie.

Dans un cas il vit une forme d’isolement et il ne peut compter que sur lui-même ; dans l’autre il subit la surfréquentation de son alpage et doit composer avec les autres usagers.

Tout dépend aussi de la taille du troupeau, de l’attitude de l’éleveur, « le patron », de la présence ou non des loups, etc. Il n’y a pas de recettes, le métier s’acquiert par le terrain.

Il y a tellement de paramètres subjectifs qui interviennent dans la garde du troupeau : le temps qu’il fait, l’humeur du berger, la fatigue des chiens…

Le Manuel des bergers d’alpage n’est pas là pour supplanter la formation ou l’expérience. Ce n’est ni une encyclopédie, ni une bible. C’est un pense-bête à emporter avec soi sur l’alpage.

Au-delà des bergers, le livre s’adresse à leurs employeurs qui trouveront dans le manuel les informations, conseils, adresses, expériences qui éviteront à leurs bergers des erreurs, des démissions en cours de saison et des accidents.

manuManuel des bergers d’alpage
ASPIR – ABBASP – Maison du berger
18 €

Acheter en ligne:

https://www.helloasso.com/associations/aspir/evenements/manuel-des-bergers-d-alpage

Disponible en vente:
à la Maison du Berger : 04 92 49 61 85
auprès de l’ABBASP : 06 33 54 01 47
auprès d’ASPIR : 06 28 65 74 62

Catégorie pastoralismeCommentaires fermés

Pastoralisme et prédation des loups : des maires s’expriment

L’Union pour la Sauvegarde des Activités Pastorales et Rurales,
garante de l’équilibre des territoires réaffirme que le pastoralisme doit vivre..

 » Nous, élus de montagne ou de zones rurales, ne pouvons rester silencieux devant les arguments
exposés par les associations appelant à manifester le 16 janvier à Lyon ou le 17 janvier à Nice contre
les mesures gouvernementales autorisant le prélèvement d’un quota de loups en France.

Ces arguments témoignent d’une conception de la vie et de l’aménagement de nos territoires à
laquelle nous ne pouvons souscrire en aucune façon. La réalité que nous vivons n’a rien à voir avec ce
qu’en décrivent les associations appelant à manifester.

Nous refusons que nos communes deviennent des zones ensauvagées, dont le « dynamisme » devrait
venir de la présence d’un tourisme en quête de rencontre avec la « vie naturelle ». Le tourisme ne se
construit pas autour des villages morts, des sentiers en friche, des paysages obturés par les bois et
broussailles.

Nous affirmons avec force la nécessité d’un pastoralisme vivant, indispensable à la qualité et à
l’ouverture de nos espaces, au maintien de leur biodiversité, comme aux équilibres sylvicoles.

Nous tenons à réaffirmer fortement que :
- le travail des éleveurs est un pilier incontournable de l’économie de la montagne et de la ruralité,
source de produits de proximité et de qualité
- les paysages pastoraux et les produits de l’économie pastorale sont des éléments moteurs de
l’économie touristique (alors que la présence des chiens de protection devient une difficulté majeure
dans la gestion des activités estivales).
Nous appelons les associations à la plus grande réserve dans leurs assertions :
- Les difficultés qu’engendre la présence du prédateur ne sont pas une spécificité française. En
Norvège, en Italie, en Espagne… les témoignages se multiplient, dénonçant le mythe d’une
cohabitation réussie.
- Rien ne permet de dire que la conservation de l’espèce soit menacée par les tirs de prélèvement
effectués, dont le nombre est de toute façon en deçà de ceux autorisés en connaissance de cause.
Nous déplorons qu’elles ne prennent pas en compte ce que notre expérience d’élus locaux, présents
jour après jour dans leurs communes, nous permet de confirmer :
· Le changement de comportement des loups qui contournent les dispositifs de
protection et perdent leur crainte de l’homme
· Les difficultés croissantes et généralisées des éleveurs confrontés au loup conduisant
à la mise en péril de leur activité, voire à l’abandon des projets d’élevage.
· Le constat de l’inefficacité des mesures de protection mises en oeuvre depuis 25 ans.

Nous rappelons l’existence des Motions du Col du Glandon 2014 et 2015, soutenues dans leurs
versions initiales par 420 collectivités locales, qui affirment la nécessité d’une réelle régulation du
loup comme celle d’une révision de son statut d’espèce strictement protégée.

Le devenir de nos territoires ne peut se décider sans tenir compte de l’avis des personnes qui
l’habitent et de ceux qui le font vivre. Nous ne refusons en aucun cas d’en débattre, mais sans
préalables partisans qui sont un frein à la recherche de solutions pérennes. »

André Baret,
Maire de Hures-la-Parade (48)

Pierre-Yves Bonnivard
Maire de St-Colomban-des-Villards (73)

Antoine Chrysostome
Maire de Corsavy (66)

Jacqueline Dupenloup
Maire de-St-Alban-des-Villards (73)

Nicolas Jaubert,
Maire de Chateaufort (04)

Alain Matheron,
Maire de Lus-la-Croix-Haute (26)

USAPR – Siège social : Mairie – chef lieu – 73130 Saint Colomban des Villards

Catégorie alpages, loup, pastoralismeCommentaires fermés

Loup: il y a urgence

La grande rencontre des alpagistes qui s’est déroulée au col du Glandon a connu deux jours différents au niveau de » la météo: temps estival le samedi, temps hivernal, avec beaucoup de pluie le dimanche.

Cela n’a pas nuit au succès de ce rendez vous très important pour le le monde des alpages.

Il faut dire que l’un des temps fort de cet évènement a été un colloque intitulé les rencontres de la montagne ou le loup, sa présence sur les alpages, les dégâts qu’il commet, ont largement étés abordés. Le territoire des alpages étant menacé. Des décisions doivent être prises car il y a URGENCE.

Suite à ce colloque, une motion a été présentée et adoptée par différentes collectivités.

En voici la teneur:

Sans titre

Les maires signataires: Photo des maires de gauche à droite revel 38, les orres 05,saint colombin de villards 73,Allemont 38, saint jean d'arves 73, saint sorlin d'arves 73,

Les maires signataires: Photo des maires de gauche à droite revel 38, les orres 05,saint colombin de villards 73,Allemont 38, saint jean d'arves 73, saint sorlin d'arves 73,

Cette fête de l’alpage est aussi un formidable vecteur de communication, à travers de multiples animations..

On retiendra en particulier un lâcher de lanternes lumineuses, plusieurs dizaines.. chacune d’elle étant le symbole d’une brebis tuée par le loup..

Voici quelques clichés pris le dimanche, entre deux averses..


Tout au long des deux jours, de multiples animations pastorales sont déroulées pour le plaisir des familles présentes au sommet du Glandon.

Catégorie A la une, alpages, loup, pastoralismeCommentaires fermés

Plaidoyer pour un code pastoral

Le deuxième jour du festival est un jour dense… Il commence « très fort » avec les rencontres internationales du pastoralisme.

Bien entendu, ces rencontres programmées à chaque édition a fait salle pleine. Il faut dire qu’une large place est faite aux participants à ces rencontres. Ils peuvent s’exprimer sans problème.

Le thème choisi cette année :  » plaidoyer pour un code pastoral ». Il s’agit de voir comment faire entrer les gestions pastorales en gouvernance. Durant le débat, animé, il a été question de rechercher de nouvelles solidarités pour mieux concilier sédentarité, nomadismes et saisonnalités.

Il a été rappelé que dans l’ensemble des pays concernés, les acteurs pastoraux de par leurs capacités à valoriser les ressources naturelles renouvelables contribuent fortement aux économies locales et participent activement à la construction de l’identité des territoires. Pourtant ils se trouvent de plus en plus éloignés de centres de décisions, subissent divers aléas, conjoncturels, économiques, climatiques…sont sujets à la précarité voire à l’exclusion.

La réflexion a donc portée sur les outils, nouveau systèmes à mettre en place, dans chaque pays, région… afin que le pastoralisme garde sa raison d’être.

Cette année les étudiants de plusieurs lycées de la région ont participé au festival. Nous avons rencontré ceux du lycée agricole de Roanne. Ils devaient décrire le festival à travers un dessin…

bien entendu les indiens ont toujours attiré la sympathie des festivaliers. Il faut dire qu’ils ont fait le maximum pour… Musique, travail sur place… ont rythmé leur journée.

C’est une tradition. en fin d’après midi, les fermes de Belledonne présentent leurs produits, excellents bien sûr.

Pendant ce temps festivaliers et jury ont continuer à découvrir les films en compétition. Un jury qui nous a apparu bien embarrassé pour commencer à faire ses choix….Mais on peut leur faire confiance!

Une journée ou les échanges, la convivialité ont été omniprésentes…

Cette année, le repas du soir a eu une saveur toute particulière, Xème anniversaire oblige…!

Voici le déroulé de la journée de vendredi en images…

Cliquer sur les photos pour les agrandir.


Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 Laux, pastoralismeCommentaires fermés

AG de l’Association pastoralisme du monde

L’une des fiertés de l’association pastoralisme du monde est, outre celle d’organiser le festival international du film pastoralisme et grands espace, de regrouper des adhérents en provenance du…. monde! Des adhérents qui ne cessent d’augmenter et cette année ce sont des indiens, perchés sur les pentes de l’Himalaya qui ont rejoint l’association.

Jean Pichioni président a rappelé que celle ci a pour mission première de promouvoir et d’aider le pastoralisme. Ceci se voit à travers le festival qui connait édition après édition un succès grandissant.
Pour ce dixième anniversaire les organisateurs ont reçu pas moins de 51 films. 17 ont été sélectionnés. Cela représente 13 heures de diffusion.

Chacun a apprécié la qualité des films en compétition, leurs diversités et les difficultés qu’aura le jury pour les départager.

Ce sera une première, la solidarité, déjà très présente lors du festival sera mise au grand jour. Ceci à travers une table ronde qui aura lieu le samedi matin. Cette présence forte de la solidarité internationale sera une façon de partager avec le territoire du Grésivaudan à travers le collectif « solidarité internationale » et de mobiliser les habitants de ce territoire du Grésivaudan.

Le festival a 20 ans d’âge. On en est à sa dixième édition. Les membres de l’association pastoralisme du monde ont longuement échangé sur la façon dont cette manifestation « indispensable » peut évoluer… Une multitude d’idées ont vu le jour. « Reste maintenant au conseil d’administration à les étudier…  » a conclu le président Pichioni.

Il ne restait plus qu’à rejoindre la salle prévue pour le fameux et attendu apéritif des bergers ou la convivialité était une fois de plus de mise.

Voici le compte rendu de ce jeudi après midi en images…

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Catégorie coopération internationale, festival du film des 7 Laux, pastoralismeCommentaires fermés

31ème AG de la Fédération des Alpages de l’Isère

L’assemblée générale de la Fédération des Alpages de l’Isère s’est tenue à Villard de Lans. Les alpagistes sont venus nombreux assister à cette assemblée pour se tenir informés de l’actualité des alpages et du rapport d’activités de l’année 2011.

Le département compte aujourd’hui 9 plans pastoraux territoriaux (PPT): Beaumont, Belledonne,  Chartreuse,  Mathéysine, Oisans, Trièves, Valbonnais, Vercors 4 montagnes et les hauts plateaux du Vercors qui rassemblent plus de 350 alpagistes, partenaires publics et associatifs. Ils sont en charge d’examiner les différents projets d’aménagement et de développement des espaces pastoraux en Isère.

La FAI souhaite renouveler sa convention avec la région Rhône-Alpes jusqu’en 2013 avec des axes stratégiques liés au renforcement des PPT, à l’accompagnement économique des espaces montagnards mais également à l’emploi et la formation, pour ainsi favoriser un ancrage fort avec les acteurs locaux.

La fédération se félicite du bon fonctionnement des plans pastoraux territoriaux qui répondent aux objectifs de soutien de l’activité pastorale. Les revenus issus de l’agro-pastoralisme n’étant pas suffisants pour tous les alpagistes, la FAI souhaite développer d’autres activités socio-économiques comme la culture et le tourisme en continuant à accompagner la création d’activités pour soutenir l’économie montagnarde.

La FAI a constaté de nombreux dégâts importants dus aux sangliers et aux loups toujours plus nombreux dans les alpages. On recense en Isère, plus de 278 chiens de protection, les « Patous » pour lutter contre les pertes zootechniques et économiques. Cependant le rôle des Patous n’est pas toujours bien compris par tout le monde, il est en particulier considéré comme un frein au développement d’activités touristiques, piliers de l’économie montagnarde.
En ce qui concerne le rapport économique, la FAI a annoncé des résultats rassurants grâce notamment à la consolidation des accords trouvés en 2010 mais note cependant une nette baisse des subventions du conseil régional.

La FAI souhaite ainsi trouver le bon compromis entre le maintien du pastoralisme dans la montagne et l’émergence d’une nouvelle économie touristique pour que les alpages de l’Isère restent des lieux vivants.

Alex Duclaux


Contact :
Fédération des Alpages de l’Isère
La Grange
38190 LES ADRETS
Tel : 04 76 71 10 20
Fax : 04 76 71 10 29

federation@
alpages38.org

Catégorie agriculture, alpages, pastoralismeCommentaires fermés

L’économie alpestre: l’expérience du Vercors 4 Montagnes

ph VercorsUn débat sur l’économie alpestre du Vercors 4 Montagnes a eu lieu à Villard de Lans à la suite de l’assemblée générale de la Fédération des alpages de l’Isère.

Les nombreux participants avaient à cœur de débattre de l’avenir du Vercors et en particulier de l’avenir des alpages. Avec l’arrivée du tourisme de masse dans le Vercors, les alpagistes ont peur de voir leurs belles montagnes se transformer rapidement en dépotoir comme dans la vallée.

Pour certains, le tourisme est devenu prioritaire sur l’agriculture alpestre où les agriculteurs reprochent le coût trop élevé de l’exploitation dans les alpages comparé aux terrains en plaine.

Selon eux leurs causes ne sont pas souvent défendues durant les réunions publiques et ils s’offusquent d’être considérés uniquement comme des jardiniers de la nature!

Pour d’autres, le tourisme doit financer les alpages. il faudrait éduquer les touristes au respect de la nature car certains alpagistes se plaignent du placement de plusieurs chemins de randonnées dans le Vercors qui traversent leurs alpages et qui engrangent certains problèmes de pollution ou de respect du territoire.

Ils veulent trouver le bon compromis entre le tourisme qui est indispensable pour l’économie locale et l’agriculture, qui fait partie des racines les plus profondes du Vercors. Pour ainsi sauver le pastoralisme dans les montagnes du Vercors et contribuer au bon équilibre des exploitations entre la plaine et la montagne.

Les alpagistes ont façonné les paysages du Vercors depuis des siècles et ont inventé des systèmes d’exploitations durables qui respectent la montagne, l’herbe et les animaux. A ce titre, ils souhaitent pouvoir vivre de leurs activités et être soutenus dans leurs pratiques. L’économie alpestre pour évoluer dans le bon sens, doit réussir à faire cohabiter le tourisme et l’agriculture en un seul lieu de partage et de production.

Alex Duclaux

Catégorie agriculture, alpages, pastoralismeCommentaires fermés

1er Salon des entrepreneurs en alpages

La Fédération des Alpages de l’Isère en Marge de son AG annuelle a organisée pour le 1er Salon des entrepreneurs en alpages devant la salle de la coupole de Villard de Lans.

Le but de ce salon est de rassembler les principaux entrepreneurs économiques montagnard. Pour mettre en avant leur savoir faire en faveur du Pastoralisme. Le salon se veut être la réunion des talents des agriculteurs et des entreprises pour la recherche de nouvelles techniques d’innovations toujours plus accessibles.

Ainsi le Salon a regroupé une quinzaine d’exposants dans différents domaines comme le débroussaillage, les travaux forestiers, la constructions, l’énergie, les matériaux d’élevage et divers services.

Sillon38 salue cette belle initiative de la FAI et souhaite une longue vie au Salon des entrepreneurs en alpages!

Alex Duclaux

alexduclaux@sillon38.com

P1020043

P1020046

P1020048

P1020056

P1020059

P1020035

Catégorie agriculture, alpages, pastoralismeCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+