Archive | agro-alimentaire

Concours Annuel Professionnel Tomme de Savoie IGP

Cette année, le Concours Annuel Professionnel de la Tomme de Savoie IGP s’est tenu pendant l’Ancileviennerie à Annecy-le-Vieux, ce dimanche 22 octobre.

Réservé aux professionnels de la filière, il a récompensé les meilleures productions de Tomme de Savoie IGP de l’année, par catégories. Une vingtaine de producteurs fermiers et de fromageries ont comparé le fruit de leur production et connaissent leur position sur le marché de la Tomme de Savoie IGP. Conformité au cahier des charges mis en place dans le cadre de l’IGP (forme, poids et aspect visuel et particularités organoleptiques) ont été étudiées pendant ce concours.

Sans titre


Tomme de Savoie : la doyenne des fromages de Savoie !
Confectionnée jadis par chaque fermier, la Tomme de Savoie est réputée pour être le plus ancien des fromages de Savoie. Menacée de disparaître parce qu’elle ne bénéficiait pas de la notoriété des fromages de garde (tel que l’Emmental de Savoie), la Tomme de Savoie a fini par investir les fruitières.

En effet, sa petite taille permettait de fabriquer du fromage lorsqu’il n’y avait pas assez de lait pour un fromage de grande taille. Aujourd’hui, elle est fabriquée en fruitière mais aussi comme jadis à la ferme !

En chiffres : près de 700 producteurs de lait IGP • plus de 30 producteurs fermiers • près de 30 fruitières et caves d’affinage • 6 400 tonnes produites en 2016.

Catégorie agro-alimentaire, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Fête de la gastronomie 2017, Isère food festival

La Fête de la gastronomie 2017

1Avec 5000 visiteurs, la 1ère édition de Isère Food Festival a remporté un franc succès en 2016 ! Cette année, la convivialité, le partage et la valorisation des savoir-faire locaux sont à nouveau au cœur de l’événement.

AU MARCHÉ D’INTÉRÊT NATIONAL & SUR l’ISÈRE
Le festival s’étale sur 3 jours, du 22 au 24 septembre 2017 sur le département, avec comme point d’orgue, la journée festive du dimanche 24 septembre sur le MIN de Grenoble.

“AU CŒUR PRODUIT”
Soutenu par le Commissariat général à la Fête de la Gastronomie qui en a fait l’un de ses coups de cœur, Isère Food Festival s’inscrit dans le programme national 2017 de la Fête de la Gastronomie ayant pour thème cette année “Au cœur du produit”. L’association organisatrice poursuit sa mission de valoriser le terroir et les savoir-faire, de porter haut et fort l’identité gastronomique iséroise, de renforcer l’attractivité du territoire !

LE PARRAIN
L’excellence brodée sur la veste, une moustache légendaire, un verbe haut, juste et bienveillant, notre “fromager national” porte depuis de nombreuses années les valeurs de la gastronomie locale. Bernard Mure-Ravaud,  Champion du monde et l’un des Meilleurs Ouvriers de France Fromager, est à nos côtés en tant que parrain de cette 2ème édition d’Isère Food Festival.


Télécharger le PROGRAMME

VENDREDI 22 SEPTEMBRE

ANIMATIONS SUR LES MARCHÉS

Animation avec un chef et dégustations sur le marché de l’Estacade à Grenoble, le matin.


MENUS “FÊTE DE LA GASTRONOMIE”

Des menus festifs autour des produits locaux en restauration collective.

Les établissements partenaires :

  • Le CCAS Multi-accueil de Seyssins proposera aux enfants un menu exclusivement préparé avec des produits locaux
  • Les cantines scolaires de Méaudre et Autrans / Le Bois de Lune proposeront un menu bio et local aux enfants
  • La cuisine mutualisée de Seyssuelproposera aux collégiens un “Menu Isère”
  • Le collège Marcel Cuynat de Monestier de Clermont proposera un menu local avec des produits bio
  • La cantine de l’école de Quaix en Chartreuseproposera un menu local
  • La cantine des écoles de Crolles proposera un menu local
  • La cantine de l’école de St Joseph de Rivière proposera un menu local

SAMEDI 23 SEPTEMBRE

ANIMATIONS SUR LES MARCHÉS

Animation avec un chef et dégustations sur le marché de l’Estacade à Grenoble, le matin.


PIQUE-NIQUE AUX HALLES SAINTE CLAIRE DE GRENOBLE

Les Halles Sainte Claire seront ouvertes de 7 h à 19 h non-stop pour des dégustations sur place à l’heure du déjeuner. L’après-midi, stands autour de la lutte contre le gaspillage alimentaire et pour le composte urbain, musique et danse… au rendez-vous !

DIMANCHE 24 SEPTEMBRE

FESTIVAL AU MIN DE GRENOBLE

De 10h à 18h, une journée placée sous le signe de la convivialité, du partage et de la valorisation des savoir-faire locaux, sous la majestueuse voûte du Marché d’Intérêt National de Grenoble.

  • MARCHÉ avec plus de 50 producteurs et artisans locaux
  • GRANDE TABLÉE : 17 chefs cuisinent pour vous en direct 600 menus !
  • PLACE STREET FOOD : 11 artisans food trucks & triporteurs en extérieur
  • SCÈNE CULINAIRE : Démonstrations toute la journée de 15 chefs, en duo !
  • CONCOURS “CUISINEZ LOCAL!” : Finale en direct du Concours amateurs Cuisinez local !
  • ANIMATIONS : Expositions, Dégustations, Sculpture sur glace, Ateliers de cuisine, Œnologie
  • ESPACE JEUX : découvertes pour les enfants
    … et plus encore !


Catégorie agro-alimentaire, consommationCommentaires fermés

Villard fête le coco de Paimpol!

Après 9 années de la Fête de la Coquille St Jacques, Cuisine & Passion continue à promouvoir les produits Bretons et notamment ceux de la Baie de St Brieuc.
A l’occasion de la fête nationale de la gastronomie, c’est Paimpol, port Breton renommé qui est mis à l’honneur dans le Vercors, à villard de Lans avec son fameux Coco, haricot frais à écosser, dont les qualités gustatives sont reconnues par les plus grands chefs.


Sans titre

Cette association de passionnées a donc invité des personnalités de la gastronomie rhône-alpine à sublimer ce produit AOP trop méconnu au cours d’une manifestation conviviale et gourmande.
Seront présents :
- Olivier Pons : Eurotoques
- Cédric Boyer : Le Fleury – Lyon
- Alain Berne (MOF) : Ecole de Cuisine Terre Gourmande à Hostun (26)
- Fabrice Rosset-Boulon : restaurant les Trente Pas à Villard de Lans
- Annabelle Nachon : Des Saveurs et des Savoirs – Grenoble
- Antoine Frémont : Institut Paul Bocuse

Ces journées de découverte festive et conviviale auront lieu en même temps que la journée nationale des Virades de l’espoir.
Les bénéfices de cette opération seront reversés à l’Association de lutte contre la mucoviscidose.

Rendez vous samedi 23/dimanche 24 septembre , place de la libération, Villard de Lans, à partir de 8 heures.

Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, agro-alimentaireCommentaires fermés

Etats généraux de l’alimentation: la région se mobilise

Le Président de la République a décidé d’organiser des « états généraux de l’alimentation » afin de  relancer la création de valeur et en assurer une équitable répartition qui permette aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail.

L’enjeu est aussi d’accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs, et de promouvoir les choix de consommation qui privilégient une alimentation saine, sûre et durable.

L’agriculture et l’agroalimentaire constituent un atout économique majeur pour la région. Le préfet de région a décidé de contribuer au débat national en organisant, avec la contribution du conseil régional, un temps d’échanges et de réflexion sur la création et la répartition de la valeur.

Ce mercredi 6 septembre, des parlementaires et une cinquantaine de personnalités du monde agricole, de la transformation, de la distribution et des consommateurs étaient réunis à la préfecture de région afin de proposer des évolutions autour de trois thèmes :

- l’élaboration d’un prix rémunérateur pour le producteur,
- la différenciation comme source de valeur,
- l’export et la restauration hors domicile, des opportunités à saisir.

Les propositions suivantes ont émergé des débats :

- proposer des évolutions réglementaires nationales et européennes permettant un prix rémunérateur pour l’ensemble des acteurs (encadrement des promotions, relèvement du seuil des ventes à perte, amélioration de la contractualisation notamment avec des contrats tripartie intégrant les coûts de production, extension du périmètre de l’observatoire du prix et des marges pour améliorer la transparence).
- développer la différenciation (territoriale, par l’innovation, via les circuits de proximité…) avec la confiance des consommateurs.
développer l’export par une unité dans les actions des acteurs publics, travailler avec tous les acteurs sur le secteur de la restauration hors domicile pour qu’elle créé également de la valeur.

Le Président de la République a souhaité une concertation la plus large possible pour que toutes les  idées pertinentes s’expriment et que les pistes de solution les plus efficaces puissent être identifiées.

À cette fin, une consultation publique est en ligne depuis le 20 juillet jusqu’à fin novembre. Tout citoyen peut donc verser sa contribution sur le site en ligne dédié : https://www.egalimentation.gouv.fr/.

Le préfet de région poursuivra la réflexion lors d’une seconde rencontre fin octobre.

Deux sujets seront abordés : d’une part, l’innovation et les besoins d’investissements de l’agriculture et de ses filières de transformation, d’autre part, l’alimentation de proximité, le gaspillage alimentaire ou l’adoption par tous d’une alimentation favorable à la santé.

Catégorie agriculture, agro-alimentaire, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Label Ecocert pour St Just de Claix

Créé en 1991, Ecocert est le spécialiste français de la certification des produits issus de l’agriculture biologique.

En 2013, Ecocert s’est engagé aux côtés des professionnels qui oeuvrent à l’introduction des produits biologiques et locaux en restauration collective, en leur proposant un nouvel outil de valorisation : le label Ecocert « En cuisine »

Les fondements du référentiel « En cuisine » pour la restauration collective

Le développement de l’approvisionnement bio est un impératif : le restaurant doit proposer toute l’année un choix varié de produits issus de l’agriculture biologique, pour un impact réduit des pesticides dans l’assiette.

Des garanties sont exigées sur la provenance des aliments : les filières courtes doivent être privilégiées, afin de réduire l’empreinte carbone et pour créer un lien social avec les producteurs bio les plus proches.

Le respect de l’équilibre nutritionnel, la diversité alimentaire et la valorisation du « fait maison » font partie des exigences du référentiel, tout comme la limitation des additifs, la traçabilité des produits, et la clarté de l’information pour une éducation alimentaire des équipes, des convives, et particulièrement des enfants.

Des mesures concrètes doivent être mises en place pour réduire le gaspillage alimentaire et améliorer la gestion des déchets. L’objectif à terme est d’appliquer une politique environnementale à l’ensemble du restaurant (eau, énergie, détergents, emballages, vaisselle…).

La commune de ST Just de Claix c’est vue décerner le label Ecocert remis officiellement lors de la fête du bleu à Sainte Eulalie en Royans.

Pour le maire Joël O’Baton  » manger local reste un privilège et nous devons permettre aux écoliers de manger local et bon. Voilà pourquoi la commune de St Just de Claix, s’est engagée à maintenir une cuisine scolaire de qualité confectionnée sur place à partir de produits locaux et avoisinants. »

Cela permet de soutenir l’agriculture locale et d’offrir une alimentation saine et équilibrée aux scolaires mais aussi de les sensibiliser au goût, au gaspillage..

Cette démarche soutenue et accompagnée par la commune de St Romans, le programme Leader Terre d’Echos , le Parc naturel régional du Vercors, les chambres d’agriculture de la Drôme et de l’Isère,  concerne également les communes du Royans et du Vercors.

Démarche pilote qui pourrait à moyen terme permettre à d’autres collectivités à s’engager sur une voie similaire..

P1230647

Le maire de St Jus de Claix aux côtés de Jean claude Darlet Président de la chambre d’agriculture de l’Isère.  Il s’est dit  » fier du résultat de l’audit Ecocert attestant de la conformité de notre cuisine centrale au référentiel  » en cuisine pour la restauration collective ».



Catégorie agro-alimentaire, consommation, la vie des communesCommentaires fermés

Les États généraux de l’alimentation : le point de départ d’une revalorisation de l’agriculture?

Organisés par le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, les États généraux de l’alimentation ont été lancés ce jeudi 20 Juillet, et vont durer quatre mois. Portée par Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, la manifestation a par ailleurs été inaugurée en présence d’Édouard Philippe, premier ministre. Alliant divers ateliers à une plateforme participative sur le web, l’objectif de la manifestation est d’inviter le plus grand nombre à participer à un débat pour construire l’agriculture de demain autour de deux grands thèmes :

  • La création et la répartition de la valeur de l’agriculture
  • Le travail sur une alimentation saine, sûre, durable, et accessible à tous

Pas moins de quatorze ateliers ont été mis en place pour que le plus grand nombre de sujet puisse être débattu. Pour mieux cerner les habitudes et la consommation des français, une étude individuelle nationale des consommations alimentaires avait été menée auprès de 5800 personnes sur 6 ans.

Pour les filières alimentaires françaises, il apparaît que la variation des prix est très diversifiée selon les secteurs du fait des caractéristiques propres des produits. Est également pris en compte la forte transformation du milieu agricole ces dernières année pour répondre aux enjeux économiques, environnementaux, sociétaux et sanitaires.

Ainsi, à partir de cette base de réflexion, 4 objectifs majeurs sont lancés :

  • Relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition ;
  • Permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes ;
  • Accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs ;
  • Promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable.

Tous les acteurs du monde agricole sont donc invités à apporter leurs expériences et idées pour répondre aux enjeux majeurs de demain. Comme l’expliquait Christianne Lambert, présidente de la FNSEA, L’agriculture est à un point de bascule.

Paul Savary

Catégorie A la une, agro-alimentaire, economie/emploi, questions d'actualitéCommentaires fermés

La raclette de Savoie mise à l’honneur au Global Food Forum

La « Raclette de Savoie » a été enregistrée, le 27 janvier 2017, au registre des indications géographiques protégées (IGP), le label européen de garantie de qualité et d’origine.
La raclette qui se présente sous la forme d’une meule ronde, est un fromage produit en Savoie, Haute-Savoie mais aussi dans certaines communes de l’Ain et de l’Isère, des départements du centre-est de la France.

L’obtention de l’indication géographique protégée, signe de qualité et de l’origine européen, protège désormais la dénomination « Raclette de Savoie » dans toute l’Union européenne.

Il s’agit de la 239e IGP obtenue par la France, sur près de 1 400 produits agroalimentaires protégés dans l’UE.

Le saviez-vous? Le nom « raclette » trouve son origine dans l’action de racler le fromage rôti sur le feu que consommaient les bergers dès le Moyen-Âge, en été.

La réputation de la « raclette de Savoie » s’est ensuite propagée au travers du développement spectaculaire des sports d’hiver dans les années 1970. Son équivalent suisse, la « Raclette du Valais », est de son côté une AOP (appellation d’origine protégée) suisse depuis 2003.

Sans titre

C’est au cours du Global food Forum qui s’est déroulé à Lans en Vercors que le commissaire européen de l’agriculture, Phil Hogan a remis le diplôme attestant que la raclette de Savoie est IGP. Remise faite à Patrick Ramet, président de Raclette Savoie.

La filière  » Raclette de Savoie » IGP, en chiffres

659 producteurs laitiers et 6 producteurs fermiers,
1 transformateur,
5 affineurs,
8 transformateurs-affineurs (soit 14 entreprises/coopératives impliquées dans la filière).

Catégorie agriculture, agro-alimentaireCommentaires fermés

Etats Généraux de l’Alimentation

Le président de la République va lancer le plan d’action des Etats généraux de l’Alimentation.

Cela suit de près les annonces faites par le ministre de l’Agriculture, Jacques Mézard, ces dernières semaines dessinant des Etats généraux en deux temps : une première séquence en juillet avec les filières agricoles et alimentaires, et une deuxième à l’automne avec la société civile.
Les associations saluent l’annonce de ces Etats généraux mais insistent sur la nécessité de les inscrire dans une perspective ambitieuse et internationale.

Les systèmes alimentaires sont l’une des pierres angulaires de la transition énergétique et écologique de nos sociétés et de nos territoires et doivent permettre d’assurer le droit à l’alimentation pour tous.

Ils doivent s’inscrire dans la transition des systèmes agricoles et des filières vers un modèle agro-écologique afin de répondre aux enjeux agricoles, socio-économiques, sanitaires, environnementaux et climatiques.

Ainsi, il est impensable pour nos organisations que des Etats généraux de l’Alimentation soient menés sans associer toutes les parties prenantes concernées.

Il faut que l’ensemble des thématiques indispensables à une approche systémique soit abordé, notamment : la répartition de la valeur et l’emploi, la restauration collective, la santé, les enjeux environnementaux, la sécurité alimentaire et le droit à l’alimentation pour tous; tant pour leurs effets directs sur le territoire français que pour ceux générés de manière indirecte à l’étranger (déforestation, etc.).

Pour répondre à ces ambitions, les Etats  généraux doivent être co-pilotés par le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et le Ministre d’Etat de la Transition Écologique et Solidaire tout en associant les autres ministres concernés afin d’aboutir à un document cadre présentant des engagements précis et les financements associés.

« Nous lancerons dès le début du mois de juillet » les états généraux de l’alimentation que « le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation aura à piloter« , « il s’agit de vivre dignement du prix payé« , a déclaré le président de la République. Le plan d’investissement de 5 milliards d’euros, également promis pendant la campagne, sera lancé « à l’issue » de ces états généraux, a-t-il conclu.

Catégorie A la une, agro-alimentaireCommentaires fermés

Régalime : un concours régional pour les lycéens autour du « manger local »

Pendant huit mois, des lycéens de sept établissements de la région Auvergne-Rhône-Alpes – dont trois sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – sont allés à la rencontre de produits alimentaires locaux et typiques dans la cadre du concours Régalime. Un concours pas comme les autres qui a mobilisé des jeunes et des professionnels de l’alimentation autour d’un même but : la valorisation des métiers et des terroirs.

Ravioles au chocolat, comté, croquille, bresse bleu, safran, cantal, pangée… Autant de produits qui sont passés sous la loupe de lycéens issus de la Drôme, de l’Ain, de la Haute-Savoie et du Cantal.

Initié par Novalim, service du Syndicat Mixte du Technopole Alimentec (SMTA) qui intervient auprès des entreprises et des créateurs du secteur agroalimentaire, avec le soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le concours Régalime s’adresse aux élèves de classes de seconde du territoire.

Objectifs : sensibiliser les jeunes à une alimentation locale, rapprocher le monde de l’éducation et des professionnels. « Les filières alimentaires et agroalimentaires sont méconnues et bénéficient d’un déficit en terme d’image », souligne Julie Lacroix-Ravanat, responsable communication et emploi-formation du SMTA. « Nous avons souhaité sensibiliser les plus jeunes aux réalités du métier, et, pourquoi pas, créer des vocations… puisque c’est un secteur qui recrute ! »

Une meilleure appréhension du secteur alimentaire

Origine historique, procédés de fabrication, recettes, qualités nutritionnelles, étiquetage, métiers et savoir-faire, réseaux de commercialisation, approche développement durable… Une enquête du champs à l’assiette que chaque classe a mené avec la complicité d’une entreprise locale et qui s’est conclue ce mardi 23 mai à Lyon par une présentation oral devant un jury constitué de professionnels et d’institutionnels.

« La maturité avec laquelle les jeunes ont appréhendé et relaté ce travail expérimental et scientifique nous réjouit quant à leur implication dans leurs études et auprès des professionnels », indique Éric Bouvattier, président du jury et directeur d’usine de produits alimentaires.

Sans titre

Ce sont les élèves du lycée Émile Loubet à Valence (Drôme) qui ont remporté cette 5e édition avec les ravioles au chocolat de la Mère Maury, maison fondée en 1885. Leur récompense : une visite-dégustation en juin chez un chef étoilé pour une initiation à la haute gastronomie.

Les trois établissements agricoles participants

- Le lycée agricole du Valentin à Bourg-lès-Valence (Drôme) s’est intéressé à la pangée, un gâteau à base d’abricot, d’amande, de pomme et de mie. Il a été élu meilleur biscuit de France en 2004.
- La MFR La Vernée à Péronnas (Ain) s’est intéressée à la croquille, une bouchée d’escargot où tout se mange, même la coquille ! Celle-ci se présente sous la forme d’une gaufrette salée croustillante.
- Le lycée agricole Louis Mallet à Saint-Flour (Cantal) s’est intéressé au cantal, fromage emblématique du Massif central qui bénéficie d’une AOP (Appellation d’origine contrôlée).

Catégorie agro-alimentaire, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Nouveau plan pour l’agro-alimentaire

12

Catégorie Auvergne-Rhône-Alpes, agro-alimentaire, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+