Archive | lait/produits laitiers

La Raclette de Savoie obtient l’IGP

La Commission européenne a enregistré la dénomination « Raclette de Savoie » en Indication géographique protégée (IGP). Cette décision a fait l’objet d’une parution au Journal officiel de la Commission européenne le 27 janvier 2017.

La « Raclette de Savoie » est un fromage au lait de vache à pâte pressée non cuite. Elle présente une croûte morgée, de couleur jaune à brun, et une pâte blanche à jaune paille, à la texture ferme et fondante.

Les opérations de production du lait, de transformation et d’affinage ont lieu dans l’aire géographique délimitée, qui comprend la totalité des communes des départements de Savoie et de Haute-Savoie, et quelques communes limitrophes de l’Ain et de l’Isère.

Le lait provient essentiellement de vaches de races Abondance, Montbéliarde ou Tarentaise. L’alimentation des vaches repose principalement sur des fourrages verts.

La valorisation de la grande disponibilité d’herbe dans l’aire géographique de production, mais aussi le maintien local de la tradition d’élevage des races traditionnelles sont autant d’éléments qui justifient cette reconnaissance en IGP.

Le nom « raclette » trouve son origine dans l’action de racler le fromage rôti sur le feu que consommaient les bergers dès le Moyen-Âge. Depuis, la « Raclette de Savoie » a su tirer profit du développement touristique hivernal et des innovations, telles que l’appareil à raclette.

L’IGP est un signe officiel européen qui depuis 1992, assure au consommateur que le produit tire une ou plusieurs caractéristiques de son origine géographique. L’obtention de ce signe protège la dénomination « Raclette de Savoie » dans toute l’Union européenne.

Données chiffrées (2016) :
- 659 producteurs laitiers et 6 producteurs fermiers
- 1 transformateur, 5 affineurs et 8 transformateurs-affineurs (soit 14 entreprises/coopératives impliquées dans la filière)

Sans titre

Catégorie A la une, Pays de Savoie, Union européenne, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Lait: La production européenne recule fortement

Vous trouverez ci-joint la vidéo de la conjoncture laitière de décembre., réalisée par le CNIEL, l’interprofession laitière.

« La production européenne recule fortement »

Benoît Rouyer, économiste au CNIEL, revient sur la collecte et le prix du lait en France et en Europe. D’après lui, « Le retournement de conjoncture amorcé cet été se confirme ». Il nous offre, en fin de conjoncture, un rappel sur les races laitières française.

Pour regarder la vidéo : cliquez ici

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Lait « Le recul de la production s’amplifie en France ! »

Benoît Rouyer, économiste au CNIEL, revient sur la collecte et le prix du lait en France et en Europe pour le mois de novembre 2016. Il termine par un focus sur la consommation des produits laitiers dans le monde.

Pour regarder la vidéo : cliquez ici

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Mesures nationales de maîtrise de la production laitière

Le Conseil des Ministres de l’agriculture de l’Union européenne du 18 juillet dernier a adopté des mesures pour permettre la réduction de la production de lait. Ces mesures de régulation du marché, demandées parla france  depuis plusieurs mois, permettent d’indemniser les producteurs réduisant leur production. Elles visent à répondre au déséquilibre de marché du lait qui a entrainé la baisse exceptionnelle de prix constatée depuis plus d’un an.

Ainsi une enveloppe de 150 millions d’euros a été mise en place au niveau européen pour réduire la production. Elle permet d’indemniser chaque kilo de lait non produit à hauteur de 14 centimes d’euro.

En parallèle, 350 millions d’euros ont été prévus par l’Union européenne pour apporter un appui aux filières d’élevage en difficulté, en priorité au lait. La France bénéficie dans ce cadre de 49,9 millions d’euros. Stéphane Le Foll a annoncé, à l’occasion d’une réunion avec l’ensemble des professionnels laitiers le doublement de ce montant avec des crédits nationaux.

Cet abondement permettra de renforcer la mesure européenne de réduction de la production en apportant un complément de 10 centimes d’euro par kilo non produit. Afin d’éviter de trop nombreux abattages de vaches laitières dans une logique de réduction de la production, qui entrainerait une déstabilisation du marché de la viande, le complément national sera limité aux 5 premiers pourcents de réduction de la production indemnisés dans le cadre de l’enveloppe européenne. Ainsi pour 5 premiers pourcents de réduction de production, les producteurs diminuant leur production bénéficieront d’une indemnisation de 24 centimes d’euro par kilo. Au-delà de ce plafond, l’indemnisation sera de 14 centimes d’euro par kilo.

En outre, l’aide de 49,9 millions d’euro et son complément national permettront d’accompagner les exploitations bovines de lait et de viande qui rencontrent des difficultés de trésorerie. Le Ministre a également indiqué que l’Etat financerait, grâce à ces crédits, une campagne de promotion des viandes de qualité.

Catégorie agriculture, lait/produits laitiers, élevageCommentaires fermés

Belle fête des fromages…et des produits du terroir

La 29ème fête du fromage et des produits du terroir a ouvert ses portes ce samedi matin sous un soleil radieux et un ciel merveilleusement bleu.. Oui la fête organisée par la confrérie du bleu Vercors Sassenage sera belle..

P1100295

Le grand maître Philippe Thiault a rappelé que cette manifestation mettait en avant les produits du terroir avec à leurs têtes le fameux bleu du Vercors Sassenage  mais aussi de nombreux produits locaux..

P1100297

Christian Coigné, maire de Sassenage mais aussi vice président du conseil Départemental a souligné que cette fête met également en avant la commune de Sassenage, le Vercors..l’Isère.. Une Isère qui depuis l’arrivée de la nouvelle équipe départementale met en avant les produits locaux..

Pierre Buisson, maire délégué de Méaudre et président de la communauté de communes du massif du Vercors, qui accompagnait Hubert Arnaud, maire de la commune nouvelle Autrans-Méaudre en Vercors s’est félicité que le « bleu du Vercors Sassenage  soit à l’honneur à deux reprises, une fois su le Vercors avec la fête du Bleu et une fois à Sassenage.. »

Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Vive la fête du Bleu!

Je persiste et je signe… ne pas organiser la fête du bleu cette année aurait été non pas une aberration mais une hérésie..Sans faire de dramaturgie, comment priver tous les acteurs du Vercors de leur vitrine, celle de la fête du bleu..

Ce week-end plus de 20 00 personnes se sont rendues à Méaudre pour aller à la rencontre des acteurs du Vercors mais aussi de tout ce que peut offrir ce dernier au niveau de l’artisanat de ses produits touristiques, agricoles..un évènement qui au fil des éditions est devenue une véritable tribune..

Lors des discours qui on clôturé la visite officielle, on retiendra les propos de Catherine Brette, présidente du Parc Naturel Régional du Vercors qui a souligné que  » c’est la fête des agriculteurs, des saveurs et des savoir faire du Vercors ».

Daniel Vignon, président du Syndicat du Vercors Sassenage a tenu a rappeler que cette manifestation montre tout le dynamisme de la filière laitière du Vercors..  » Un dynamisme porté par le Bleu du Vercors Sassenage qui permet aux producteurs de lait d’être correctement rémunérés. » Et d’annoncer: Le bleu du Vercors Sassenage c’est 300 tonnes via Vercors Lait et 50 tonnes issus des producteurs fermiers, chiffres en constante augmentation ».

François Rony, président de l’ Association de promotion des produits du Vercors, véritable cheville ouvrière de la fête:  » Merci aux agriculteurs, éleveurs, associations, bénévoles mais aussi élus qui accepté de relever le défi.. Ils se sont mobilisés pour que cette fête soit une réussite.. Pas évident en ayant le feu vert en mars! »

Patrick Rey Giraud, président de la station d’élevage, responsable du comice du plateau du Vercors s’est félicité  » que le comice a été associé à la fête du bleu, On a eu des échos très pessimistes quant à la tenue de la fête du bleu. La mobilisation a été totale et nous sommes heureux aujourd’hui du succès de cette manifestation ».

Chantal Carlioz, maire de Villard de Lans, vice présidente du conseil départemental a clamé haut et fort:  » vive la fête du Bleu! La mobilisation de tous autour de cette manifestation prouve qu’elle a de beaux jours, années devant elle.. Le thème choisi: saveurs et savoirs  permet de mettre en valeur notre territoire, notre terroir et l’ensemble des atouts du Vercors dont l’agriculture, le tourisme.. »

Robert Duranton vice président du Conseil Départemental en charge de l’agriculture s’est dit combien satisfait que la fête du bleu se déroule dans de bonnes conditions, malgré quelques soubresauts..  » On ne peut que féliciter les personnes, structures, associations qui ont tenu à ce qu’elle se déroule cette année..  » Il a confirmé que le département continuerai à soutenir son agriculture.  » il faut tout mettre en oeuvre pour que les agriculteurs puissent vivre de leur métier, favoriser les circuits courts.. A ce niveau là le Vercors, la coopérative Vercors Lait sont des exemples.. »

Hubert Arnaud, maire de la commune d’Autrans-Méaudre en Vercors et Pierre Buisson maire délégué de Méaudre ont de concert affirmé qu’ils ne voulaient pas céder à la fatalité. La fête du bleu ne pouvait pas disparaitre car c’est un évènement majeur sur le plateau, un formidable outil de promotion.  » Ils ont tenu à remercier chaleureusement les organismes comme la région, le Département mais aussi les associations comme l’APAP, les diverses associations sportives, culturelles… qui se sont mobilisées pour  cette fête se déroule dans les meilleurs conditions. Ils ont tenu à remercier vivement les bénévoles au nombre de 250/ 300..  » sans eux point de fête »..

Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère s’est montré satisfait de la réussite de cette fête qui  » met en avant le dynamisme, la jeunesse de l’agriculture du Vercors. » Mais il a lancé plusieurs alertes: » l’agriculture va mal, les producteurs de lait voient leur paye baisser. On m’a annoncer un prix de 200 euros les 1000 litres de lait alors qu’ils ont des coûts de production qui frôlent les 400 euros. Les producteurs de viande, les céréaliers sont aussi au plus mal. Et de lancer un véritable cri d’alarme;  » la gestion du loup est catastrophique! Les attaques se succèdent aux attaques. Notre région investi de façon inefficace 16 millions d’euros en opérations de protection..C’est inadmissible. Il faut qu’enfin les bonnes décisions soient prises, jusqu’à éradiquer le loup si c’est la meilleure solution. »

Gilles Chabert Conseiller Régional, s’est dit heureux de participer à un évènement comme la fête du bleu mais surtout à la présentation des animaux, plus de 150  » Ça fait plaisir de voir des vaches avec des cornes!.. Il a constaté que les éleveurs de montagne , celle du Vercors avait le moral, étaient dynamiques.. » Et de conclure, j’ai vu beaucoup de bouses sur le chemin de la fête, j’espère en voir plus sur les lieux de la fête 2017!

L’ensemble des intervenants, organisateurs s’est félicité du choix de Christophe Aribert comme parrain de la fête. Le chef étoilé natif du Vercors a parfaitement mis en avant les produits du plateau, ceci au stand cuisine et passion en Vercors aux côtés en particulier de Claude Ruel. Intronisé au sein de la confrérie du Bleu du Vercors Sassenage, il a promis de davantage être présent lors des futures fêtes..

La prochaine devant se dérouler dans la Drôme, Christian Morin, vice président du Conseil départemental de la Drôme se disant prêt à jouer le rôle d’ambassadeur pour qu’il en soit ainsi..

Gilbert PRECZ

La journée de dimanche en images..


La journée de dimanche en images..

Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

Fête du bleu: ils ont eu raison!

Lors des discours officiels prononcés lors de la 15ème fête du bleu organisée à Villard de Lans, l’ambiance a été plombée par la prise de parole de Catherine Brette, présidente du Parc régional naturel du Vercors. En résumé:  » Cette fête est une réussite.. mais on se pose des questions quant à sa pérennité..Nul ne peut savoir si elle aura lieu l’année prochaine ( en 2016.. ).

Après ce coup de massue, agriculteurs, élus locaux, départementaux, régionaux, associations, responsables de filières, et tous ceux qui apprécient le Vercors, son territoire, son terroir se sont mobilisés pour que la 16ème fête se déroule au cours de l’été 2016.

ILS ONT EU RAISON!

Entre temps la commune nouvelle d’Autrans-Méaudre en Vercors a vu le jour.. L’occasion était belle pour permettre à cette nouvelle commune de recevoir la fête du bleu.

Ah il en a fallu des discussions, réunions, pour officialiser la tenue les 30 et 31 juillet de la 16ème fête du bleu à Méaudre..

Ah il en a fallu de l’énergie à tous, et surtout aux bénévoles pour rattraper le retard pris..En un mot il faut un an pour organiser cet évènement, cette année il a été bouclé en moins de 5 mois..

Qu’ à cela ne tienne, dès ce samedi matin, des milliers de visiteurs ont arpenté la fête, ont découvert l’artisanat, le savoir faire, les produits locaux, le tourisme, l’agriculture, le patrimoine du Vercors et aussi plus de 150 bêtes présentes pour le traditionnel comice.

On y rajoutera la gastronomie puisque le parrain de la fête n’est autre que l’enfant du pays, le chef étoilé Christophe Arribert.

On notera une omniprésence, celle de la confrérie du bleu Vercors Sassenage qui a intronisé deux grands défenseurs du Bleu Vercors Sassenage mais aussi du Vercors: Florence Josserand et le maire de la commune nouvelle d’Autrans-Méaudre en Vercors: Hubert Arnaud.

Gilbert PRECZ

Diaporama de la journée de samedi

Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

A la découverte des jeunes agriculteurs du Vercors

Ce week-end, les 30 et 31 juillet,  le Vercors va être bleu grâce à la fête du bleu qui se déroulera sur la commune d’Autrans-Méaudre en Vercors. L’essentiel des animations étant programmées sur Méaudre.

Le Bleu du Vercors Sassenage sera à l’honneur mais aussi l’ensemble du Vercors à travers se produits du terroir, son artisanat, son histoire, son patrimoine et son agriculture..

Une agriculture bien présente, dynamique qui sera bien représentée lors de la fête du bleu..

Nous ne manquerons pas de faire une halte au stand des jeunes agriculteurs des quatre montagnes..

Ecoutons Jérémy Jallat et Quentin Argoud Puy:  » le président de la station d’élevage de griculteurs  Patrick Rey Giraud a émis, lors de la dernière fête du bleu, l’idée de créer une structure qui rassemble les jeunes..  L’idée a fait son chemin, très vite.. Les jeunes agriculteurs ont été contactés..l’adhésion a été rapide…Nous avons donc décidé de mettre en place JA quatre montagnes qui adhère bien entendu au syndicat départemental ( JA38.) « 

Le syndicat a  vu le jour en octobre et compte à ce jour 22 adhérents. » Nous sommes l’un des plus gros syndicat local au niveau du nombre d’adhérents, » se plaisent-ils à affirmer.. C’est d’autant plus remarquable que leur territoire correspond à celui de la Communauté de communes du massif du Vercors.

Le syndicat s’est bien entendu fixé plusieurs missions dont trois sortent du lot.  » Nous voulons bien entendu favoriser l’installation des jeunes. Ça passe aussi par aider le candidat au niveau de toutes les démarches qu’il a à accomplir..Chacun sait que le parcours à l’installation est un vrai parcours du combattant! Nous assurons par exemple les contacts avec les différentes structures, les élus.. Nous sommes soutenus par les élus, mais aussi par le Syndicat du bleu Vercors Sassenage, l’Association de promotion  de l’agriculture du Parc… Nous sommes tous conscients que c’est ensemble que nous maintiendrons une agriculture dynamique sur notre plateau .. »

Deuxième mission:  » promouvoir notre agriculture, et à travers elle nos produits.. Cela passe par une présence remarquée sur différentes manifestations comme la foire bio de Méaudre, la fête du Bleu ou on aura un stand, le salon de l’agriculture de Paris.. Nous sommes parrains des jeunes dans l’opération  » graines d’éleveurs »..

Le troisième objectif et non des moindres est de maintenir le foncier agricole.  » chacun sait que sans terres agricoles point d’agriculture. De plus l’emprise foncière pour l’habitat, les zones industrielles, artisanales est de plus en plus forte.. « 

1

Propos repris par deux élus de la CCMV, Thomas Guillet maire de Corrençon et Serge Chalier, adjoint au maire de Villard de Lans.. » Les élus du plateau savent ce que représente l’agriculture sur notre territoire, au niveau économique, social, environnemental et aussi touristique. Nous ne pouvons et ne devons pas faire n’importe quoi.. Nous avons des outils à disposition comme l’observatoire agricole, le comité local d’installation, nous travaillons en étroite concertation, en toute transparence, intelligence, afin de préserver les intérêts de chacun mais aussi pour préserver l’avenir de notre territoire. »

Les responsables de JA 4 montagnes sont conscients que certains de leurs amis agriculteurs sont plus mal lotis qu’eux:  » les producteurs de lait payés à 230 euros les 1000 litres souffrent, les producteurs de viande aussi.. Nous sommes solidaires et les soutenons dans leurs combats afin d’obtenir une rémunération plus juste.. Notre rôle sera aussi d’informer nos adhérents de l’actualité agricole, à tous les échelons..

JA 4 montagnes souhaite donc être présent à tous les niveaux.. on retrouvera donc les jeunes agriculteurs à la fête du bleu ou ils nous ont promis un accueil très convivial.. Promis on leur rendra visite..

Cette année la fête du Bleu innove avec la fameuse « caravane en bleu.. » Nous avons assisté à son départ sur la place de l’ours à Villard de Lans où la Fête s’est déroulée en 2015 et, s’arrêtant de village en village sur les quatre Montagnes, rejoindra Méaudre le samedi.

Suivez la Caravane du Bleu, pour une semaine divertissante et enrichissante !
A chaque étape de cette Caravane du Bleu, vous serez accueillis dans une ferme ou un atelier artisanal. Les agriculteurs et artisans locaux vous proposeront animations, démonstrations, dégustations dans une ambiance chaleureuse et festive.

Sans titre

Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

500 millions d’euros pour la filière lait et les filières en difficulté

Les ministres européens de l’agriculture ont acté la mise en place d’une enveloppe de 500 millions d’Euros à l’échelle européenne, afin de venir en aide en priorité aux producteurs de lait de vache via une mesure spécifique de réduction de la production, mais également aux producteurs d’autres filières en difficulté.

Ce paquet de mesures doit permettre d’éviter que la dégradation des cours ne continue dans un contexte général d’augmentation importante de la production depuis la fin des quotas laitiers.

Sur ces 500 Millions d’Euros, 150 Millions permettront de mettre en place une mesure de régulation du volume de lait produit au niveau européen, la première depuis la fin des quotas laitiers. Les 350 autres millions seront délégués aux Etats membres qui pourront les utiliser dans le cadre de mesures de soutien, en adéquation avec la logique de maîtrise ; volontaire de la production laitière ou à d’autres actions permettant de redonner des perspectives de marché à d’autres filières et notamment la viande bovine. La France, pour sa part, sera bénéficiaire de près de 15% de l’enveloppe de 350 millions d’Euros avec une somme de 49,9 millions d’Euros.

Conformément à la demande de la France, ces mesures ne seront pas financées par la réserve de crise, qui aurait impacté le niveau des aides de la PAC versées en 2017 aux agriculteurs.

Le Ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a indiqué que la France ferait rapidement des propositions relatives au relèvement du plafond de minimis.

Catégorie Union européenne, agriculture, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Crise du lait : limiter la production pour sauver la filière

Alors que les ministres européens de l’agriculture doivent aujourd’hui discuter les nouvelles mesures proposées par la Commission européenne pour enrayer la crise laitière, les élus locaux et régionaux les appellent une nouvelle fois à prendre des mesures urgentes pour assainir le marché, et en premier lieu à réguler les volumes de production du lait.

Les élus locaux et régionaux enjoignent les ministres européens de l’agriculture réunis aujourd’hui en Conseil des ministres à Bruxelles à compléter les mesures d’aide à la trésorerie proposées par la Commission européenne par des mesures permettant d’assainir le marché, de revenir rapidement à un prix du lait rémunérateur pour les producteurs et de préserver à la fois l’avenir de la filière et des régions d’élevage.

Les membres du Comité européen des Régions appellent notamment les ministres européens de l’agriculture à prendre urgemment des mesures visant à limiter la production laitière. Une régulation des volumes de production de lait aurait en effet un impact positif et rapide sur les revenus de tous les producteurs selon une étude présentée le 27 juin dernier au Comité européen des Régions (CdR).

Pour Jacques BLANC (France), maire de La Canourgue et rapporteur du CdR sur la régulation de la volatilité des prix des produits agricoles. « La Commission semble n’avoir toujours pas pris la mesure du problème et se contente de proposer des aides minimes aux producteurs et une extension du stockage public, sans effet sur la surproduction. C’est pourtant bien au niveau de la production qu’il faut agir comme le démontre une étude récente de notre Comité. L’avenir de nos régions en dépend« .

L’étude sur le « programme de responsabilisation des marchés » (PRM) a été présentée le 27 juin dernier au cours d’une une table ronde sur les mesures de marché limitant la production laitière organisée par la Commission des ressources naturelles du Comité européen des Régions. Alors que le secteur laitier traverse une crise grave et persistante, et face à l’absence de réaction de la Commission européenne, les dirigeants locaux et régionaux, résolus à sauver les emplois et la filière lait dans son ensemble, souhaitaient évaluer la faisabilité et les effets de ce programme du European Milk Board, devant être mis en œuvre lorsque le marché du lait est menacé de déséquilibres.

L’étude démontre notamment que :

-          Une régulation européenne des volumes de production aurait un impact positif et rapide sur le prix du lait à la ferme. Cette conclusion remet en cause la théorie selon laquelle une diminution des volumes de production au seul niveau européen ne pourrait pas avoir d’impact sur le prix européen dans un contexte de marché mondialisé.

-          Une limitation temporaire des volumes de production aurait un impact très positif sur les revenus de tous les producteurs européens. Le scénario de base, avec une réduction de 6% des volumes de lait sur un an, prévoit une augmentation de la marge brute des producteurs de l’ordre de 6 milliards d’euros du fait d’une remontée du prix du lait de 14.6% et de la marge brute de 38%.

-          Le coût du programme de réduction volontaire équivaudrait peu ou prou au budget européen débloqué pour financer les mesures d’urgence prises en réponse à la crise du secteur agricole dont l’impact sur les revenus des producteurs fut limité.

Dès avril 2015, dans son avis sur l’avenir du secteur laitier, le Comité des Régions mettait en garde les instances européennes sur la dégradation du marché des produits laitiers alors que la Commission européenne persistait, elle, à dire que la situation du marché du lait était favorable, à court et moyen terme. Le Comité des Régions avait alors appelé la Commission à mettre en place des mesures de sécurisation du revenu des producteurs et plus particulièrement à examiner le «programme de responsabilisation des marchés» du European Milk Board.

Catégorie Union européenne, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

février 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+