Archive | déchets

Déchets: La Métro prend des mesures…relevons le défi!

Début 2012, la Métro a élaboré avec l’Ademe le programme local de prévention et de
réduction des déchets. Avec ce programme, concrétisé en janvier 2014, la Métro
s’engage à réduire de 7% les quantités de déchets produits d’ici 2017, soit 22 kg
d’ordures ménagères en moins par habitant et par an.

La volonté de la Métro de limiter les déchets à la source se traduit au travers de
cinq axes dont deux sont déjà en cours (le compostage, le réemploi et la
réparation) :
· Limiter les emballages
· Limiter l’usage des produits nocifs
· Agir contre le gaspillage alimentaire
· Développer le compostage domestique des biodéchets et des déchets végétaux
· Favoriser le réemploi et la réparation

Cette année, la Métro met l’accent sur le gaspillage alimentaire. Chaque année, un
Français jette 20 kg d’aliments, dont 7 kg de produits non consommés encore
emballés ! Un gaspillage qui a des conséquences sur le budget des ménages, sur
l’environnement et tout au long de la chaine de gestion des déchets. Il est donc
urgent d’agir pour produire moins de déchets grâce à des gestes simples.

Pour sensibiliser et mobiliser le plus grand nombre, la Métro a souhaité associer :
· Le grand public
· Les structures relais (associations, bailleurs, centres sociaux…)
· Les publics scolaires
· Les acteurs privés (entreprises, commerçants,
artisans, restaurateurs…)
· Les collectivités

Le saviez-vous?
. 2000 tonnes de pain sont gaspillés chaque année sur le territoire de l’agglomération.
. En 40 ans, la quantité de nos déchets a doublé.

Moins jeter, le défi !

Participez au grand défi et rejoignez une équipe d’habitants motivés !

Rencontres, partages, échanges, tests…

Adoptez les bons gestes et remportez la palme du foyer « mini-déchets » !

Pour en savoir plus:http://www.moinsjeter.fr/le-defi

Catégorie La Métro, La Métro, déchetsCommentaires fermés

Dépôts sauvages

Depuis la mise en place de nouvelles modalités d’accès aux déchèteries, nous avons constaté
une augmentation considérable des dépôts sauvages sur les communes de Rives, Beaucroissant,
Colombe et Izeaux.

e

L’association Le Pic Vert qui gère une réserve de nature dans la plaine de Bièvre, et les communes ont
régulièrement nettoyé l’ensemble des dépôts pendant plusieurs années, permettant de garder jusque là
une relative propreté du site. Cependant depuis la mise en place des nouvelles modalités des
déchèteries et l’augmentation exponentielle des dépôts sauvages, il devient impossible d’assurer un
nettoyage régulier et définitif.

C’est pourquoi une réunion avec toutes les personnes concernées par ce problème pour trouver des solutions concrètes et efficaces à ces multiplications de dépôts qui deviennent inquiétantes.

Nous vous invitons ainsi à participer à une réunion qui se tiendra le :
Lundi 17 novembre 2014 à 17h à la Mairie de Rives.

Catégorie déchets, environnementCommentaires fermés

Une nouvelle déchèterie à Vif

Après 7 mois d’attente, ce jeudi 30 octobre, marquait le lancement officiel de la nouvelle déchèterie de l’agglomération de Vif.

C’est en présence du président de Grenoble Alpes Métropole, Christophe Ferrari, Guy Genet, maire de Vif et de Georges Oudjaoudi, vice président de la Métro en charge de la valorisation des déchets, que le traditionnel ruban tricolore a été coupé.

Cette déchèterie dernier cri remplace l’ancienne qui a brulé il y a quelque temps.

En effet elle s’inscrit comme un modèle à suivre pour l’aménagement, l’exploitation et la prévention des risques des autres sites. L’effort a été fait sur plusieurs points clés : la qualité du tri; la surface de la zone de tri, multipliée par cinq, facilitant ainsi l’accès des usagers. De plus on constate une diversité plus importante des déchets collectés avec une signalétique claire et simple.

Quant à la sécurité, problématique des plus importante, elle a été consolidée notamment avec des accès fluides distincts entre usagers et exploitant dont une protection des citoyens avec la mise en place de garde-corps et buttes-roues pour empêcher toutes chutes dans les bennes.

L’environnement au coeur des préoccupations, n’est pas en reste. Les eaux de pluies sont traitées avant d’être rejetées en milieu naturel et les déchets dangereux, sont confinés dans des espaces dédiés et non accessibles au public.

Grenoble Alpes Métropole, a fait un travaille considérable pour la gestion des déchets alliant ainsi le confort des riverains et respect de l’environnement.

Horaires

Eté (du dernier dimanche de mars au dernier dimanche d’octobre)

du mardi au samedi : 9h-12h et 14h-18h

Hiver (du dernier dimanche d’octobre au dernier dimanche de mars)

du mardi au samedi : 9h-12h et 13h-17h

avenue de la Gare

38450 Vif

Reportage: Antoine Perrin et Céline Richard

Voici un diaporama photos de cette journée inaugurale, cliquer sur les photos pour les agrandir.

Catégorie La Métro, La Métro, déchets, environnementCommentaires fermés

Nettoyage des berge de l’Isère

La troisième édition du nettoyage des berges de l’Isère, en amont du barrage de ST Egrève s’est déroulée sous un soleil radieux..

Cette opération organisée par Association Agréée pour la Pêche et de Protection du milieu aquatique de Grenoble, avec des partenariats forts comme EDF Alpes, La Métro.. a pours objectifs majeurs de nettoyer la rivière, certes, mais aussi de mobiliser la population sur les dégâts causés par les déchets.

La zone de nettoyage se situe de 200m en amont du barrage de St-Egrève-Noyarey, jusqu’au pont d’Oxford sur l’Isère et jusqu’au pont du Vercors sur le Drac.

Le ramassage des déchets s’est fait à pied du bord mais aussi à l’aide de bateaux motorisés et de canoës.
4 points de rendez-vous ont été définis:
- Le 1er du coté de St-Egrève à la confluence avec la Vence.
- Le 2e du coté de Sassenage non loin du Centre technique municipal.
- Le 3e du coté de Grenoble sur la Presqu’île entre le Dac et l’Isère.
- Le 4e du coté de Fontaine sur le quai du Drac proche de l’Ecole Maternelle Danielle Casanova.

Pour Jérôme Macaire, président de AAPPMA:  » cette troisième édition a rassemblé un peu moins de monde que les deux dernières années, et pourtant les détritus accumulés le long des berges sont encore trop nombreux.. cela n’empêche, cette opération montrera toute son utilité, et l’on ne peut que remercier les partenaires mais aussi les bénévoles pour leur investissement ».

Des centaines de sacs de détritus ont été collectés.. on a retrouvé des téléviseurs, batteries de voiture, extincteurs, un réservoir d’essence de voiture et une foule d’objets divers… qui ont été ramassés par bâteau, canoës mais aussi par des bénévoles qui n’ont pas hésité à rentrer dans l’eau, jouer les équilibristes sur des troncs d’arbres, pour réparer la  » bêtise  » de certains.

Pierre Ribeaud, conseiller général de l’Isère, présent sur le site a apprécié cette opération qui a gagné en professionnalisme..  » Je me rappelle d’une époque ou on remontait des troncs d’arbres, comme on le pouvait..sans trop d’organisation, de sécurité.. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.. »

Gilbert PRECZ

Voici le déroulé de cette opération nettoyage des berges au niveau de ST EGREVE, cliquer sur les photos pour les agrandir..





Catégorie A la une, La Métro, déchets, environnementCommentaires fermés

Nettoyons les berges de l’Isère et du Drac

ST ZEber1berg2

Catégorie déchets, environnementCommentaires fermés

Promotion du Sac à emporter (Doggy Bag)

Dans le cadre du pacte antigaspi conclu par le gouvernement en juin 2013 pour réduire le gaspillage alimentaire, la DRAAF Rhône-Alpes réalise une enquête auprès des consommateurs sur la promotion du sac à emporter (Doggy Bag) en France.
Plus connu outre-Atlantique, l’usage du sac à emporter en restauration offre la possibilité au client de repartir avec ce qu’il n’a pas pu finir pendant son repas et de le consommer plus tard.


Que pensez-vous de cette pratique ? A quelles conditions seriez-vous prêt à l’utiliser ? Le sac à emporter serait-il une bonne solution pour lutter contre le gaspillage alimentaire en restauration commerciale?
Vos avis et vos expériences nous intéressent.

Rapide et anonyme, ce questionnaire nous permettra d’identifier et de lever les différents freins exprimés, afin de rendre populaire dans nos restaurants le sac à emporter quand l’assiette n’est pas terminée !


Cliquez ici pour accéder au questionnaire en ligne

Merci d’avance pour votre participation

L’enquête est ouverte en ligne jusqu’au 10 mai 2014.

Catégorie déchets, environnementCommentaires fermés

Développer la biomasse en France

La Banque européenne d’investissement (BEI), le Groupe BPCE et les Caisses régionales de Crédit Agricole ainsi que Crédit Agricole Leasing & Factoring annoncent qu’ils engagent 250 millions d’euros en faveur du développement de la biomasse et de la valorisation des déchets en France.

L’accord de financement a été signé le vendredi 21 mars 2014 à Paris par MM. Philippe de Fontaine Vive, Vice-Président de la BEI, Roland Charbonnel, Directeur des Emissions et de la Communication Financière du groupe BPCE, Xavier Malherbet, Directeur des Marchés et des Offres du Pôle Caisses régionales de Crédit Agricole S.A en présence de M. Sébastien Chapelet, Directeur Général des services du SYndicat Mixte d’Elimination et de VAlorisation des Déchets (SYMEVAD) et M. Bernard Duparay, Président du SMET71.

Cet accord de financement est d’importance décisive pour le développement des énergies renouvelables en France : il permettra de valoriser la biomasse d’origine forestière, agricole ou l’utilisation de déchets ménagers et assimilés pour la production d’électricité, du biogaz et de chaleur en France.

Seront ainsi financés, sur l’ensemble des territoires, de nouvelles installations de cogénération à la biomasse, notamment des chaudières à production de chaleur seule et des installations de production combinée de chaleur et d’électricité, ainsi que des installations de traitement de déchets ménagers et assimilés produisant du biogaz et de l’électricité.

Cet accord permettra également de soutenir les travaux de rénovation et d’extension des réseaux de chauffage urbain, dans un double objectif de performance et d’efficacité énergétique. Les habitants en seront les premiers bénéficiaires.

Dans le cadre de cet accord, deux projets ont d’ores et déjà été identifiés pour recevoir un financement en 2014 : il s’agit de l’opération « Tri-méthanisation compostage »  du SMET 71 et l’opération « Valorisation Matière Energie » du SYMEVAD. Le soutien apporté au projet du SMET 71 permettra de réaliser une unité de tri-méthanisation compostage qui traitera environ 73 000 tonnes de déchets par an produits dans le bassin Est du Département de Saône-et-Loire.

L’opération « Valorisation Matière Energie » sera quant à elle axée sur la réalisation d’unité de traitement de déchets ménagers résiduels d’une capacité totale de 100 000 t/an, générés dans les agglomérations de Hénin-Carvin, d’Osartis et de Douaisis.

Cette signature qui témoigne de la forte mobilisation de la BEI sur le secteur clef de la biomasse et de la cogénération en France s’inscrit dans la droite ligne de la Stratégie 2020 de l’Union européenne dont l’objectif est de développer une énergie sûre, compétitive et durable, laquelle contribue également aux objectifs européens de croissance durable et de création d’emploi.

La BEI a consacré en 2013, 19 milliards d’euros soit 26 % de l’ensemble de ses prêts pour l’action en faveur du climat, à l’appui de solutions plus économes en ressources et résistant mieux aux changements climatiques. La France figure parmi les premiers pays bénéficiaires de cet effort avec un peu plus d’1 milliard de financements nouveaux dans ce domaine en 2013. Un effort qui se poursuit activement en 2014.Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Catégorie agriculture, déchetsCommentaires fermés

Transferts illégaux de déchets: renforcer les contrôles

File photo dated 22/09/09 of an Environment Agency worker inspecting a shipping container filled with refuse.  ©BELGA_PRESSASSOCIATION

Un projet européen qui contraindrait les États membres à lutter contre les transferts illégaux de déchets dans l’UE et vers des pays tiers a été soutenu par les députés européens en commission de l’environnement.

Ces règles, conclues de manière informelle avec les ministres de l’UE, combleraient les failles juridiques et comprendraient davantage de contrôles. Les pays de l’UE seraient tenus d’inclure dans leurs plans d’inspection un nombre minimum de contrôles physiques et les inspecteurs auraient davantage de pouvoirs.

Le projet de règlement concernant les transferts de déchets vise à renforcer les dispositions relatives aux inspections dans la législation existante par des exigences plus strictes sur les inspections et planifications nationales.

Les États membres seraient tenus de mener des évaluations de risque pour des flux de déchets spécifiques et des sources de transferts illicites, ainsi que de fixer leurs priorités dans des plans d’inspection annuels. Les inspecteurs seraient habilités à demander des preuves aux exportateurs suspectés de transferts illicites de déchets.

« Trop d’États membres ont fait preuve de mauvaise volonté et n’ont mené aucun contrôle en temps réel concernant les transferts illicites des déchets à partir de leur territoire.

Bien que le règlement de l’UE sur les transferts de déchets exige que tous les déchets exportés en dehors des pays de l’OCDE soient traités sans nuire à l’environnement, afin de protéger les citoyens et le milieu naturel, les contrôles ont montré qu’environ 25% des transferts de déchets au sein de l’UE ne respectent pas ces dispositions », a affirmé le rapporteur Bart Staes (Verts/ALE, BE).

L’accord, négocié avec la présidence grecque du Conseil, a été adopté par 48 voix pour, aucune voix contre et 8 abstentions.

Des dispositions plus strictes sur les contrôles physiques et l’accès du public à l’information

Pendant les négociations, les députés ont modifié le texte pour renforcer la proposition et, en particulier, améliorer la base de connaissances concernant les transferts illicites. Les États membres doivent baser leurs plans d’inspection sur une évaluation des risques.

Cette évaluation doit identifier un nombre minimum requis de contrôles, incluant le nombre de contrôles physiques pour les transports ainsi que pour les intermédiaires, et la valorisation ou l’élimination des déchets.

Les États membres devront présenter un rapport annuel sur le résultat des contrôles. Ce rapport devra être publié sur Internet et inclure des informations sur les mesures de mise en œuvre et les sanctions appliquées.

Par ailleurs, les députés et le Conseil ont introduit des modifications afin de donner davantage de pouvoirs aux autorités d’inspection, en particulier pour exiger des preuves des exportateurs suspectés de transferts illicites de déchets et pour considérer un transfert illégal si de telles preuves n’ont pas été fournies ou si elles se révèlent insuffisantes.

Lutte contre le « shopping portuaire » des exportateurs de déchets illicites

Le règlement concernant les transferts de déchets fixe des règles pour les transferts de déchets tant dans l’UE qu’entre l’Union et les pays tiers. Il interdit en particulier les exportations de déchets dangereux vers des pays non membres de l’OCDE et les exportations de déchets destinés à être éliminés en dehors de l’UE/AELE.

Cependant, les transferts illicites de déchets continuent de représenter un problème sérieux. Les États membres sont responsables de la mise en œuvre du règlement concernant les transferts de déchet. Certains pays de l’UE disposent de systèmes d’inspection rigoureux et efficaces, mais les autres sont à la traîne.

Cette disparité est à l’origine du « shopping portuaire » des exportateurs de déchets illicites qui cherchent à exporter des déchets à partir de pays où les pratiques sont les moins strictes.

Prochaines étapes

Le texte sera mis aux voix en plénière pendant la session des 14-17 avril à Strasbourg. Le nouveau règlement s’appliquerait à partir du 1er janvier 2016.

Catégorie Union européenne, déchetsCommentaires fermés

Freiner l’utilisation des sacs en plastique

Les pays de l’UE devraient réduire l’utilisation de sacs en plastique polluants de 80% d’ici 2019, selon un projet législatif adopté par la commission de l’environnement. Les députés européens recommandent le recours à des instruments économiques tels que l’imposition, la limitation de commercialisation voire l’interdiction.

Les déchets plastiques constituent une préoccupation environnementale majeure, notamment compte tenu de leur impact néfaste sur l’eau et les écosystèmes aquatiques.

« Les députés ont approuvé une législation permettant une réduction significative et rapide des sacs en plastique à usage unique. Comme l’ont démontré les pays chef de file dans l’UE et au-delà, la réduction de l’utilisation des sacs en plastique est facilement réalisable avec une politique cohérente.

Supprimer rapidement ces sacs est une solution à portée de main parmi les moyens pour lutter contre le problème répandu des déchets plastiques », a déclaré le rapporteur Margrete Auken (Verts/ALE, DK) .

Ce texte sera à l’ordre du jour de la plénière d’avril à Strasbourg.

« Les députés ont également adopté des dispositions pour garantir le paiement obligatoire des sacs en plastique dans le secteur alimentaire, ainsi que des recommandations identiques dans les autres secteurs. Fixer un prix pour les sacs en plastiques à usage unique s’est avéré être un instrument efficace pour réduire leur utilisation excessive », a-t-elle ajouté.

Une réduction de 50% d’ici 2017 et de 80% d’ici 2019

Selon les députés, les sacs en plastique légers, d’une épaisseur inférieure à 50 micromètres, qui représentent l’essentiel des sacs en plastiques utilisés dans l’UE, sont moins réutilisables que les sacs d’une plus grosse épaisseur et deviennent ainsi des déchets plus rapidement.

Ils sont également plus facilement dispersés dans l’environnement. Les États membres devront réduire leur consommation de 50% d’ici 2017 et de 80% deux ans plus tard.

Ils devraient prendre des mesures telles que l’imposition, la limitation de commercialisation voire l’interdiction, pour s’assurer que les commerces ne fournissent pas de sacs en plastiques gratuitement, sauf les sacs très légers utilisés pour emballer les produits alimentaires tels que les viandes crues, les poissons et les produits laitiers.

Les sacs utilisés pour emballés les fruits, les légumes ou les confiseries devraient être remplacés d’ici 2019 par des sacs en papier recyclés, biodégradables ou compostables. Les exigences en matière d’emballage compostable ou biodégradable devraient être amendées, ajoutent les députés.

A savoir…

En 2010, chaque citoyen de l’UE a utilisé en moyenne 198 sacs en plastique, dont 90% étaient des sacs légers moins réutilisables et plus enclins à devenir des déchets.

Dans un scénario de statuquo, la consommation des sacs en plastique devrait augmenter. Selon des estimations, plus de 8 milliards de sacs en plastiques dans l’UE, en 2010, sont devenus des déchets.

Catégorie déchets, environnementCommentaires fermés

Chantiers éco-volontaire de nettoyage de dépôts d’ordures au Grand Lemps et à Colombe

Vendredi 14 et samedi 15 février 2014, l’association de protection de la nature Le Pic Vert organise deux chantiers éco-volontaires de nettoyage de dépôts d’ordures, sur les communes du Grand Lemps et Colombe (38).

Vendredi 14 février à 14h, les bénévoles  enlèveront  les déchets présents sur le site du Gros Mollard à Colombe. RDV à 14h chemin du lierre à Rives sur le parking de la réserve du Pic Vert en plaine de Bièvre, près de l’ancienne carrière CARBIEV (voir plan).

Samedi 15 février à 9h, nettoyage de l’ancienne décharge du Grand Lemps dont le Pic Vert a obtenu la gestion en 2013, mais aussi à l’installation de quelques aménagements pour la faune. RDV sur le site de l’ancienne décharge du Grand Lemps le long de la voie ferrée, chemin de la croix Jean Brillant (voir plan).

Matériel à prévoir pour les volontaires : bonnes chaussures,  gants,  sacs poubelles,  seaux,  sécateurs

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter :

Le Pic Vert

24, place de la Mairie

38140 Réaumont

04 76 91 34 33

contact@lepicvert.asso.fr

Catégorie déchets, environnementCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2020
L Ma Me J V S D
« août    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+