Archive | écologie

Liste des espèces menacées de disparition en Isère

La LPO Isère publie la liste des statuts de conservation de la faune sauvage de l’Isère, qui établit les statuts de conservation pour les 326 espèces vertébrées du territoire.

Sans titre

Ce document a été réalisé avec le concours de nombreux acteurs naturalistes du département et alimenté en données grâce à la base de sciences participatives www.faune-isere.org.

Cette liste représente donc un solide indicateur scientifique de l’état de la biodiversité sur notre territoire.

Depuis 1996, en Isère, ce document sert de référence dans la mise en place de mesures plus pertinentes pour la protection et la sauvegarde de la nature.

Si pour certaines espèces, comme le hérisson ou la chouette effraie, la situation s’est dégradée, de bonnes nouvelles sont à noter, avec le retour de trois oiseaux dans notre département : le pic mar, le pipit rousseline et le sterne pierregarin.

Consulter le document de présentation technique

Télécharger la liste

Catégorie écologieCommentaires fermés

Progression de l’agro-écologie en France

Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt,  le succès des Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) et à travers eux la progression de l’agro-écologie en France.

Créés il y a moins d’un an par la Loi d’avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt, les GIEE ont déjà dépassé le cap des 100 projets reconnus sur le territoire français, avec un total de 128 GIEE reconnus au 1er octobre 2015, soit plus de 200 000 hectares de terres françaises en GIEE, plus de 1 500 exploitations et plus de 2 300 agriculteurs déjà engagés dans ces démarches collectives.

Au cœur du projet agro-écologique pour la France, ces projets collectifs visent la triple performance à la fois économique, environnementale et sociale, à travers la mise en œuvre ou la consolidation de pratiques agro-écologiques.

Toutes les thématiques sont abordées et souvent combinées, à travers des systèmes économes et autonomes (40 % des projets), la diversification des assolements et l’allongement des rotations (plus du tiers des projets), la conservation des sols (plus du tiers des projets), l’autonomie en azote et le développement des légumineuses (le tiers des projets), l’autonomie alimentaire des élevages (le tiers des projets), ou encore la commercialisation et la création de filières et les signes de qualité.

Si plus de 60 % des projets concernent l’élevage (et près de 40 % plus particulièrement la polyculture-élevage), toutes les productions sont représentées, y compris par exemple l’apiculture, l’arboriculture et les plantes aromatiques, à parfum ou médicinales.

Le ministre a par ailleurs annoncé qu’un appel à projets allait être lancé début 2016 dans chaque région pour financer les GIEE, en particulier ceux apportant une réponse structurelle à la crise de l’élevage (jusqu’à 50 000€ pourront être accordés par projet pour financer des dépenses d’animation/appui technique). Il sera financé par des crédits du Ministère de l’agriculture, que le FEADER et les Régions qui le souhaitent pourront compléter.

La force du collectif est une nécessité pour le déploiement du projet agro-écologique et la transition ambitieuse qu’il porte. L’engouement que connaissent les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) et les Groupements agricoles d’exploitation en commun (GAEC) en sont des illustrations concrètes.

En 2015, 23 000 demandes de MAEC ont été enregistrées, dont 11 000 demandes de MAEC dites « systèmes » qui engagent les exploitations dans une reconception progressive de leurs pratiques ou dans le maintien de pratiques agro-écologiques. Ces 23 000 demandes concernent environ 1,5 million d’hectares (contre 800 000 hectares engagés en MAE sur la période 2007/2013). Preuve de l’importance du collectif, la France comptera fin 2015 environ 45 000 GAEC agréés (2400 GAEC agréés en 2014, 4700 au 1er semestre 2015 – et 6000 GAEC au total en 2015) soit un pic exceptionnel depuis la réforme de la nouvelle PAC pour la période 2014-2020.

Ce point d’étape sur l’agro-écologie a également été l’occasion de présenter l’outil de diagnostic agro-écologique des exploitations. Développé par le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et l’ACTA en associant les acteurs du développement agricole, cet outil de développement agricole a pour objectif d’accompagner les agriculteurs dans leur réflexion autour des performances de leur exploitation, de leurs pratiques et leurs démarches, mais aussi d’estimer leur degré d’engagement dans l’agro-écologie.

Testé par 500 exploitants entre avril et mai 2015, cet outil informatique est accessible librement et gratuitement en ligne à l’adresse suivante : www.diagagroeco.org/.

À deux mois de la COP21, plus grand événement diplomatique jamais accueilli par la France, l’organisation d’un événement dédié aux GIEE et leur illustration concrète par 3 exemples territoriaux  (Midi-Pyrénées, Bretagne et Pays de la Loire), est une manière de mettre un coup de projecteur sur la mobilisation silencieuse qui est à l’œuvre dans nos campagnes, et sur un monde agricole qui  fait quotidiennement l’expérience de la force du collectif pour progresser vers des pratiques agricoles plus exemplaires et plus agro-écologiques.

« Le concept même d’agro-écologie nous oblige à repenser nos modes d’organisation et de passer d’une logique descendante à une logique ascendante des territoires. Le succès des GIEE sur le terrain illustre bien cette formidable capacité qu’ont les agriculteurs français à aller chercher des solutions et des chemins nouveaux pour réussir ensemble. En ces temps troublés, à la fois de crise des marchés agricoles et des fortes aspirations de la société en matière de qualité de l’alimentation et d’environnement, ces dynamiques collectives doivent représenter un message d’espoir, de solidarité et d’encouragement pour le monde agricole », a insisté Stéphane LE FOLL.

Catégorie agriculture, écologieCommentaires fermés

4ème ECOFESTIVAL EN GRESIVAUDAN

Sans titre 2

Pour sa quatrième édition, l’Ecofestival en Grésivaudan se déroulera sur le thème
«Construisons nos transitions!». Nous sommes tous des citoyens sensibles à l’état
et à l’avenir de notre planète…nous pouvons tous être acteurs des changements
nécessaires.

Venez découvrir dans une atmosphère unique de partage:
• Une foire bio regroupant une centaine de stands de producteurs, de transformateurs
et d’associations qui sera installée du samedi 11h au dimanche 19h.

• Des conférences, dont «Fin de l’Occident, naissance du monde » avec Hervé Kempf
et sur d’autres thèmes: le Climat, Penser mieux travailler moins, Lyon-Turin, Center
Parcs, la transition démocratique à Saillans (26) et une table-ronde sur l’économie
circulaire.
• Des ateliers: yoga, la méditation, la biodanza.
• Samedi soir dès 19h, une soirée BBQ-concert: le Warm-Up Festival avec apéro
concert, Ambre, Agora et Overcom (Tribute to Téléphone).
• Pour les enfants, spectacle enchanteur « Les Chemins Partagés » dimanche à
15h30, par Les Colporteurs de Rêves, suivi d’un goûter offert. Nombreux jeux et
ateliers, des cabanes en bois à construire, du poney, et cette année une nouveauté:
une garderie, pour que les parents puissent profiter de leur festival.

Restauration et snack bio sur place. Entrée libre.

Toutes les informations et réservations sur www.ecofestival . fr

Catégorie bio, écologieCommentaires fermés

Sécurité alimentaire et nutrition: enjeux majeurs

Le premier symposium international sur l’agro-écologie pour la sécurité alimentaire et la nutrition organisé par la FAO à l’initiative de la France a été l’occasion pour Stephane LE FOLL de rappeler l’engagement de la France pour permettre l’émergence de nouvelles pratiques agricoles combinant performance économique et écologique.

Ce symposium qui a rassemblé les 18 et 19 septembre à Rome plus de 350 participants (chercheurs, agriculteurs, ONG, décideurs publics…) venant de plus de 30 pays marque une prise de conscience à l’échelle de la planète autour des enjeux de l’agro-écologie : il est une occasion unique de favoriser un dialogue de haut niveau entre chercheurs, responsables politiques et professionnels agricoles.

« Nous devons raisonner à l’échelle du monde, à un moment où les ressources se raréfient et commandent des modes de production plus durables, mais aussi à un moment où nous devons faire
face à la perspective de nourrir 9 mds d’individus à échéance 2050 » a indiqué Stéphane LE FOLL.

Le ministre a rappelé la logique du projet Agro-écologique français (couronné par l’adoption définitive de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt le 11 septembre dernier), tout en soulignant le caractère primordial du partage d’expérience comme facteur clef de succès.

Ce symposium a permis de partager un programme de travail pluriannuel sur l’agro-écologie, que va conduire la FAO et qui sera un atout considérable pour l’avenir. Des ateliers régionaux se tiendront dès 2015 en Asie, Afrique, Amérique latine, et seront une traduction concrète de l’engagement des pays dans cette démarche.

Pour conclure, le ministre a rappelé que l’agro-écologie procédait d’une volonté politique et a proposé de mettre en place un groupe des pays amis de l’agro-écologie afin de stimuler de façon continue le développement de ces pratiques à l’échelle du monde.

Catégorie agriculture, écologieCommentaires fermés

Journées de l’Ingénierie Écologique

Cette visite a pour objectif de présenter les travaux de recherche menés à Grenoble depuis 1997 sur l’évaluation de la fonction de protection des forêts contre les chutes de blocs.
La visite du site expérimental de lâcher de blocs rocheux à trajectoires libres en forêt du Rivier d’Allemont servira de base à un exposé sur la gestion des forêts à fonction de protection.

Déroulement de la visite 

Il est envisagé une visite d’une durée totale de 7h.
La fonction de protection de la forêt contre les chutes de blocs sera tout d’abord mise en évidence à partir des résultats obtenus lors des essais réalisés sur le site depuis 2003. Puis, les questions de l’identification et de la gestion des forêts à fonction de protection seront traitées. Les résultats de tests en grandeur réelle d’ouvrages de génie biologique de protection pare-blocs permettront également d’aborder les notions de pérennité des forêts à fonction de protection et de conservation de la fonction de protection lors des différentes phases de gestion sylvicole.
Selon les conditions météorologiques, soit l’intégralité de la visite se déroulera sur site soit une visite rapide du site sera suivie d’un exposé en salle.

Jour et horaires
Le dimanche 29 juin 2014 à 11h
1h45 de trajet depuis Grenoble
Nombre de participants par visite
25 personnes maximum
Tout public
Lieu de la visite
Vaujany (38)
Le point de rendez-vous est fixé à 11h au départ de la piste forestière
Un repas champêtre est à prévoir

irsta 2

Catégorie forêt, nature, écologieCommentaires fermés

Berges de l’Isère: un cadrave trouvé!…

L’opération nettoyage des berges de l’Isère au niveau du barrage de St Egrève se déroule ce samedi toute la journée, de 9 à 18 heures… Plus de 100 bénévoles vont sortir de l’eau plus de 45 m2 de détritus multiples…

Horrible découverte, à la confluence de l’Isère et du Drac,  un peu plus d’une heure après le début des opérations un cadavre a été découvert…

Cela n’a pas empêché les participants à cette opération de poursuivre inlassablement leur travail de ramassage de détritus, parfois dans des conditions difficiles.   » il faudrait déjà dégager les tonnes de troncs et de branches d’arbres qui s’entassent le long des berges et qui bloquent les déchets  » nous dira un bénévole.. On va trouver autant de déchets que les années précédentes… La plupart de ces détritus proviennent de l’incivilité des gens » nous dira un autre volontaire qui a vu aussi de nombreux objets en provenance du chantier de la nouvelle ligne du tram..

Au fil de la collecte on trouvera des téléviseurs, extincteurs, bidons en tous genres, chaises, pneus, bouteilles de gaz, appareils électro- ménagers… sans compter des milliers de bouteilles..

Voici un diaporama photos du ramassage du matin..

Cliquer sur les photos pour les agrandir


Catégorie A la une, écologieCommentaires fermés

Découvrez les corridors biologiques avec l’association le Pic Vert

Depuis 2008, le Département coordonne le projet européen « Couloirs de vie » qui a pour objectif de restaurer les corridors biologiques du Grésivaudan et de la cluse de Voreppe.

Dans le cadre d’un partenariat, l’association FRAPNA et plusieurs de ses associations fédérées proposent des sorties sur le terrain à destination des habitants afin de découvrir la faune et la flore de leurs communes ainsi que les corridors qu’empruntent certains animaux.

La prochaine sortie proposée par l’association le Pic Vert:

  • Le mercredi 23 octobre à la Buisse, les participants suivront une partie du tracé du corridor biologique de la Cluse de Voreppe. Ils pourront rechercher les indices de présence des nombreux animaux présents sur le secteur et qui empruntent ce cheminement (chevreuils, sangliers, renards…). RDV à 14h devant la mairie de La Buisse. Prévoir bonnes chaussures et vêtements adaptés.

Cette sortie est gratuite et ouverte à tous. L’inscription est obligatoire auprès du Pic Vert au 04 76 91 34 33.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter:

Le Pic Vert

24, place de la Mairie

38140 Réaumont

04 76 91 34 33

contact@lepicvert.asso.fr

Catégorie environnement, écologieCommentaires fermés

Opération Chartreuse propre

Depuis 2008 le collectif Chartreuse Propre, qui réunit 4 associations environnementales, repère et organise des ramassages de dépôts sauvages en Chartreuse. Cette année, le rendez-vous est fixé au samedi 6 octobre 2012.

chartreuse propre

Afin de répondre à ses objectifs de sensibilisation, le Collectif organise en avant-première une animation échange sur le thème des déchets avec la  visite de la ressourcerie de la Buisse le samedi 22 septembre 2012.

L’objectif…

Participer au nettoyage du Massif pour retrouver un environnement totalement naturel !



samedi 6 octobre 2012

LA JOURNEE CHARTREUSE PROPRE

APPEL A BENEVOLES !

Quatre chantiers de ramassages sont organisés sur l’ensemble du Massif. Chacun est  géré par une association membre du Collectif :

- le chantier du Touvet : FRAPNA Isère

Il s’agit d’un chantier familial où des déchets en tout genre parsèment une forêt en bord de route.
Rendez-vous :
à 9h30 sur le terre-plein de la D29 qui relie le Touvet et Saint-Bernard

- le chantier des Echelles : FRAPNA Savoie

Il s’agit d’un chantier familial en forêt alluviale à proximité du Guiers.
Rendez-vous :
à 9h sur le parking du pont du Curé

- le chantier de Saint-Pierre-d’Entremont : Association Les Hauts de Chartreuse

Il s’agit d’un chantier assez difficile où la pente et le volume de déchets sont importants.

Rendez-vous : à 9h sur le parking du cimetière de Saint-Philibert

- le chantier du Sappey-en-Chartreuse : Association Les Amis du Parc de Chartreuse

Il s’agit d’un chantier assez pentu où les déchets sont répartis de manière diffuse.

Rendez-vous : à 9h sur la route du fort du Saint-Eynard, dans la première épingle au milieu de la forêt

Le Collectif propose  un formulaire d’inscription en ligne où tous les participants sont invités à signaler leur participation, afin d’être le plus nombreux possible.

FORMULAIRE EN LIGNE ICI

_____________________________________________________________________________

samedi 22 septembre 2012 :

Moins de déchets, plus de solidarité !

Visite de la ressourcerie de La Buisse

Au programme :

  • 9h15 : café-accueil à la Mairie de la Buisse
  • 9h30 : La FRAPNA Savoie propose une animation « Comment réduire nos déchets ? »
  • 11h : visite de la ressourcerie de la Buisse
  • après la visite : retour en salle pour un échange convivial, une présentation de la journée de ramassage du 6 octobre et un pot de l’amitié

Comment participer ?

Cette animation est gratuite.

Pour y assister, une inscription est nécessaire : FORMULAIRE EN LIGNE ICI

Des informations complémentaires sont disponibles sur le site du collectif Chartreuse Propre :

http://www.chartreusepropre.fr/

Contact : Guillaume PLANCHE au 04 76 44 88 83 ou  06 40 64 61 77

Catégorie environnement, écologieCommentaires fermés

Forte mobilisation pour  » la chaîne humaine » en vallée du Rhône

P3110107

Un an après le début de la catastrophe de Fukushima, le réseau « Sortir du nucléaire » et le collectif « Réaction en chaîne humaine » avaient appelé à la formation d’une grande chaîne humaine en vallée du Rhône ce dimanche 11 mars.

Plus de 60 000 personnes se sont mobilisées entre Lyon et Avignon.

Entre Vienne et Saint-Vallier ce sont plus de 5000 personnes qui ont été dénombrées : des militants de la première heure mais aussi une majorité de citoyens venus en famille pour montrer leur solidarité avec le peuple japonais mais aussi leur crainte du maintien d’une politique nucléaire en France.

Les manifestants ont exprimé leur volonté de s’emparer du débat sur les orientations énergétiques en demandant une sortie progressive du nucléaire qui passe par des économies d’énergie, une meilleure isolation des bâtiments, un développement massif des énergies alternatives propres comme le solaire et l’éolien, le tout dans le soucis de pouvoir créer des emplois durables .

P3110102

Dans le secteur de Roussillon les citoyens grenoblois étaient nombreux tout au long de la nationale 7 avec banderoles et gilets jaunes et les chaines humaines de Chanas, Salaise sur Sanne et Le Péage de Roussillon se sont regroupées vers 16h, place de la République pour conclure joyeusement cette mobilisation très réussie.

Bernard Duclaux

P3110112

Catégorie écologieCommentaires fermés

Berges à proximité des barrages: débat au niveau national

L’état des berges de l’Isère au niveau du barrage de l’Isère a largement mobilisé! chacun se rappelle qu’il y a encore quelques jours elles ressemblaient à un dépotoir et il a fallu l’investissement sans retenues de l’unité des Alpes d’EDF pour qu’elles redeviennent propres. Sur les 500 mètres qui précèdent l’ouvrage, c’est pas moins de 140 tonnes de détritus qui ont été ramassés…

François Brottes, député de la circonscription a suivi ce dossier et a décidé de porter le débat au niveau national. Dans un premier temps il a pris l’information au niveau de la direction régionale d’EDF. Il lui a été confirmé que « EDF est conscient du problème, cherche des solutions mais que l’entreprise, si contractuellement doit sécuriser les berges, n’est nullement tenue de les nettoyer car elle n’est pas à l’origine de ces déchets. »

Suite à cette réponse le député, constatant  » un flou juridique existant en matière de responsabilité des acteurs locaux », a décidé d’adresser une question écrite au Gouvernement, à travers le ministère de l’écologie et du développement durable, afin qu’il apporte des précisions sur le cadre juridique et financier qui entoure le traitement des déchets et le nettoyage des berges à proximité des barrages. Le cas de St Egrève n’étant sans doute pas unique…

Affaire à suivre….

140 tonnes de détritus ramassés en une dizaine de jours. Coût de l'opération: 30 000 euros pris en chage par EDF.

140 tonnes de détritus ramassés en une dizaine de jours. Coût de l'opération: 30 000 euros pris en charge par EDF.



Catégorie A la une, nature, écologieCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+