Archive | UGDFI

Très importante assemblée générale de l’UGDFI

Henri Gras, Président, l’avait annoncé, l’assemblée générale du Groupement des groupements de développement forestier de l’Isère serait de haut niveau avec des intervenants de qualité. Ce n’étaient pas des paroles en l’air..

grs

Dans un premier temps, Henri Gras a planté le décor à travers son rapport moral.

 » L’année 2016, nous a apporté beaucoup  de nouvelles, des bonnes, des moins bonnes, des mauvaises. Malgré de nombreuses tracasseries, nous sommes allés de l’avant… A travers les ASLGF, un projet CETEF, des rencontres avec le Président de la chambre d’agriculture, du directeur du CRPF.. Un CRPF qui pose questions quant au nombre de techniciens mis à disposition des propriétaires forestiers qu’ au calendrier de leurs interventions. Cela pose problème et influe sur le nombre des adhérents à nos groupements qui est en baisse sensible. »

Henri Gras enfonce le clou:  » ces incertitudes, auxquelles ont peut rajouter celle liée à la politique forestière que compte mener l’Etat, la nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes, la baisse très sensible des subventions sont insoutenables Pourtant, nous faisons de notre mieux. Les Groupements attendent un peu plus de considération, mais surtout de l’aide!

Et pourtant:  » Les Pouvoirs Publics, les élus, le CRPF nous demandent de sortir plus de bois. D’accord mais donnons nous les moyens de le faire, à travers les dessertes forestières mais aussi et surtout en payant le bois à sa juste valeur. Les prix du bois sont trop bas!. De plus nos forêts sont mal entretenues, abandonnées et bon nombre de propriétaires sont âgés. A ce la se rajoute un coût de replantation exorbitant.. Si on continue comme ça dans 40 ans nous n’aurons plus de bois.. »

Henri Gras a également abordé le nombre  » trop » important de structures que comporte la filière bois et donc le besoin de se restructurer.  » L’UGDFI et le syndicat UPF38 doivent se rapprocher. »

salle

Et de conclure:  » En attendant, les groupements  autour de  leurs présidents et tous les propriétaires forestiers privés doivent se serrer les coudes, pour montrer et démontrer l’attachement que nous portons à l’UNION des Groupements sur notre département. »

Parmi les annonces ou interventions nous avons retenu la programmation d’un voyage en Bourgogne, un exposé très complet sur le droit de préférence lors d’une vente d’une parcelle forestière, la fête de la forêt de montagne qui se déroulera du 15 au 18 juin à St Pierre de Chartreuse, l’opération Dynamic bois qui a pour finalité de mobiliser plus de bois et mieux valoriser la forêt par un accompagnement technique.. Le CRPF Rhône-Alpes mène un projet intitulé  » Forêt Agir ».

Nicolas Traub, directeur du CRPF Rhône-Alpes  » plus pour très longtemps puisque les CRPF auvergne et Rhône-Alpes ont fusionné a indiqué que les élections des conseillers CRPF se sont bien déroulées.  » les propriétaires forestiers d’Auvergne-Rhône-Alpes se sont mobilisés. sur 71.000 inscrits , près de 20 000 participants… »

Nicolas Traub n’a cessé de marteler que le CRPF ne peut assurer ses missions sans financements car  » nous avons besoin de techniciens bien répartis sur l’ensemble de nos massifs forestiers..  » il attend beaucoup de la politique que mènera la région à travers le plan régional forestier » et remercie les départements  » qui nous sont d’un précieux soutien ».

Il a également conseillé vivement les structures de la filière bois d’avancer unies, de ne parler d’une seule voie.. » c’est le seul moyen d’être écoutés, entendus.. »

Propos repris par Albert Raymond, vice président du Syndicat départemental qui a rappelé que les missions du Syndicat c’est de représenter et de défendre  les intérêts des propriétaires forestiers. Parmi les sujets d’actualité: les dégâts de gibier  » très importants sur nos massifs. Cela pose de gros problèmes de régénération. Le préfet nous soutien et si les plans de chasse ne sont pas respectés, des battues administratives seront organisées. « 

Il a confirmé que le syndicat UFP38 et l’UGDFI réfléchissent à un rapprochement.  » C’est essentiel afin d’être plus visibles, représentatifs auprès des élus, institutions..0n avance et on espère aboutir .. »

Gérard Chaurand, président de l’Union régionale a souligné que  » notre région est un territoire forestier mais notre forêt est sous exploitée ce qui est un comble. Il faut dire qu’elle est privée à 80% et que sur les 650 000 propriétaires, 55% ont moins de 1 hectare..De plus elle est fortement morcelée..certaines parcelles sont difficiles d’accès .; »

Et de soulever un problème crucial: «   alors que les charges augmentent, le prix de nos bois diminue. C’est d’autant plus paradoxal que l’on parle de plus en plus de biomasse, de bois énergie, de bois de qualité…et du rôle écosystémique que joue la forêt. il faut donc l’aider cette forêt, soutenir la filière bois, surtout à l’aval.. »

il se montre très inquiet  et pour s’en sortir  » il ne faut pas que l’on se tire dans les pattes » les groupements ont un rôle essentiel, celui du syndicat est différent mais il faut absolument que nous parlions d’une même voix, d’une voix forte. »

bat

Marie Noëlle Battistel, députée, présidente de l’association des élus de montagne a salué le  » gros travail fait par les groupements, c’est un maillon essentiel de la filière » et reconnait que  » la forêt a des difficultés liées au morcellement, au relief, et pourtant les enjeux sont importants, l’avenir passe  aussi par nos forêts, en particulier au niveau des énergies renouvelables, du bois énergie..L’acte 2 de la loi montagne prend ses considérations, reste à améliorer les dessertes.  » Marie Noëlle Battistel souhaite aussi que l’on mette en place des méthodes innovantes, comme la traçabilité  » qui doit aboutir à valoriser Bois des Alpes ». Elle a enfin lancé un appel  » que tous les partenaires se fédèrent  autour d’objectifs communs.. »

Henri Gras avait raison.. Très dense, très instructive assemblée générale…

Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

ASSEMBLEE GENERALE de l‘ UGDFI

L’ Union des groupements de développement forestier de l’Isère tiendra son assemblée générale annuelle le vendredi 10 mars. Début des travaux à 17 heures à la chambre d’agriculture de l’Isère, avenue Marcelin Berthelot à Grenoble.

Parmi les thèmes et dossiers abordés, on retiendra outre les différents rapports, plusieurs exposés concernant le rapprochement entre l’UGDFI et le syndicat des propriétaires , l’UFP38, la nouvelle organisation de la région Auvergne Rhône-Alpes, la fête de la forêt de montagne qui se déroulera en Chartreuse courant juin…

Comme chacun le constatera cette assemblée générale, présidée par Henri Gras s’annonce dense, instructive et mérite la présence de l’ensemble des acteurs de la filière bois..

Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

Fête de la forêt et du Bois, le Grand Serre

La 8ème fête de la forêt et du bois s’est déroulée au Grand Serre sous un soleil radieux, même chaud.. Durant les deux jours différentes animations ont passionné le nombreux public. On a remarqué également de nombreux exposants touchant le monde du bois mais aussi ceux de l’agriculture, de la ruralité..

Le CHAMPIONNAT DE FRANCE DE COUPE DE BOIS SPORTIVE et le TROPHÉE DES GRUMIERS  ont bien entendu connu une forte influence.

Plusieurs conférences réservées aux professionnels mais aussi au grand public se sont déroulées durant les deux jours. Il a beaucoup été question de l’avenir de la filière bois.. Parmi les interventions nous avons retenu celle d’Henri Gras, président de l’Union des groupements de développement forestier  de l’Isère.

Il a présenté à l’auditoire la forêt privée..

La Superficie de la forêt française est de 16 millions d’hectares pour 3.500.000 propriétaires forestiers privés.
En Rhône-Alpes : 1,54 million d’hectares pour 450.000 propriétaires forestiers privés.
Cela représente 10.000 entreprises et 60.000 emplois directs.
En Isère : 178.000 hectares de forêts privées : 70% des surfaces boisées : 92.400 propriétaires forestiers privés.
Dans la Drôme : 241.000 d’ha de forêt privée 70 % des surfaces boisées : le nombre de propriétaires est hallucinant près d’un million !!

Les essences forestières se répartissent de la sorte:

- chêne : 22%
-  châtaignier : 17 %
- hêtre : 8 %
-  autres feuillus : 19 %
-  épicéa commun : 16 %
-  sapin pectiné : 8 %
-  autres résineux : 10%

Il a présenté l’UGDFI, son rôle

- L’Union Des Groupements pour le Développement Forestiers en Isère, l’UGDFI, est constituée par 8 Groupements pour un total de 1.600 adhérents.
1) Il soutien d’une manière importante (financière) les ASLGF en cours de constitutions ou existantes, dont l’objectif est de mobiliser la ressource.
2) Il sera porteur des CETEF départementaux,  ceci à fin de permettre à certains propriétaires privés de progresser dans l’innovation et de travailler avec la recherche.
3) Il va proposer, grâce au travail de ses groupements, un plan départemental de desserte forestière, un travail de contact avec les structures (CRPF — Chambre d’ Agriculture)..

Il a rappelé que l’UGDFI travaille en étroite concertation avec les les élus départementaux et Régionaux qui reconnaissent le travail des Groupements, ainsi que l’apport très positifs qu’ils peuvent apporter dans le cadre d’une nouvelle politique à la recherche d’une plus grande efficacité financière. »
«   l’UGDFI par la voix de son président à une préoccupation première c’est d’avoir une représentativité incontestable  » a t-il rajouté.

Aux partenaires que sont la région, les départements de la Drôme et de l’Isère, il faut rajouter les chambres d’Agriculture et bien entendu le CRPF. Henri Gras rappelant tout de même:  » Le CRPF a pour mission première de mettre en place des techniciens au service de tous les propriétaires forestiers privés. Ces derniers bénéficient donc de leurs conseils.
Aujourd’hui les restrictions budgétaires sont bien présentes avec pour conséquence un manque de techniciens. Ceci est dommageable pour les propriétaires forestiers privés qui ont l’impression d’être abandonnés. »

Le président de l’UGDFI a bien entendu paré d’avenir:

 » La gestion à la Papa est révolue ! »

Au cours de ces dernières décennies les bois ont été plus ou moins Jardinés. Il est vrai que beaucoup se chauffaient au bois (il y en a encore un certain nombre).
Puis les mariages, l’éloignement sur l’hexagone, les successions avec un nombre incalculable d’indivisions font que le morcèlement perdure !!
Des nouveaux propriétaires reçoivent des bois, mais les donateurs gardent l’usufruit !!! Sur deux têtes !!!

Il y a ceux qui ont pensé à la donner, cette forêt, aux enfants : parfait, mais en conservant l’usufruit sur deux têtes : quelle erreur !!!
Conséquence : les enfants ne se sont jamais senti propriétaires et la forêt ne les a pas vus.
Il y a ceux qui malheureusement peu nombreux (je ne cesse pour ma part d’enfoncer le clou à chaque fois que je le peux) ont fait donation à un ou plusieurs petits enfants (je rappelle que l’on peut donner à des mineurs, le notaire vous donnera la marche à suivre.

Il y a ceux qui ont pensé à la donner, cette forêt, aux enfants : parfait, mais en conservant l’usufruit sur deux têtes : quelle erreur !!!
Conséquence : les enfants ne se sont jamais senti propriétaires et la forêt ne les a pas vus.
Il y a ceux qui malheureusement peu nombreux (je ne cesse pour ma part d’enfoncer le clou à chaque fois que je le peux) ont fait donation à un ou plusieurs petits enfants (je rappelle que l’on peut donner à des mineurs, le notaire vous donnera la marche à suivre.

La forêt, la filière bois a un gros souci:  » le prix de vente est dérisoire. Par exemple: 120 euros dans les années 70 pour de l’épicéa payé aujourd’hui à peine 45 euro. C’est bien insuffisant pour replanter et entretenir pendant de longues années »

Henri Gras également abordé les thèmes comme les dessertes forestières:  » C’est  un des moyens de valorisation. Elles permettent un accès aux propriétaires forestiers, aux bûcherons et aux divers engins d’exploitation. » l’Assurance, la démarche PEFC:  » c’est faire de ses forêts de la gestion sylvicole durable en bon père de famille et permettre ainsi de pouvoir vendre ses bois. »…

Catégorie - filière bois, UGDFICommentaires fermés

Henri Gras à l’honneur..

C’est Pierre Ribeaud, député qui l’a rappelé:  » la légion d’honneur, créée par Napoléon est la plus la plus haute distinction française. Elle  récompense les citoyens les plus méritants dans tous les domaines d’activité.. Pour être distingué il faut avoir servi la nation et être irréprochable..A la vue de votre P1080895parcours tant militaire que civil, Mr Gras vous méritez amplement cette haute distinction.. »

Pierre Ribeaud qui a succédé à François Brottes, a apprécié d’avoir rencontré Henri Gras pour parlé forêt  » j’ai trouvé en vous un homme passionné, déterminé à faire avancer la filière bois

Eliane Giraud, sénatrice, Membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées :  » votre parcours militaire est tout simplement exemplaire.. C’est grâce à des hommes de votre trempe, qui avez et qui servez la nation, sans relâche, que la France est grande, indépendante, respectée.. » Eliane Giraud rappellera aussi que Henri Gras s’est beaucoup investi  » et continue à le faire  » au sein de la filière bois pour que celle ci prospère. »

Fabien Mukyk, conseiller départemental, vice président en charge de la forêt:  » cela fait un an que j’ai en charge la forêt au  niveau départemental. Je côtoie donc depuis fréquemment Henri Gras. Un homme passionné par la forêt, son évolution, le développement de la filière bois. « 

Charles Galvin, son parrain a lui aussi évoqué l’investissement d’Henri Gras au sein de la filière bois.  » Vous l’avez découverte à travers le groupement des sylviculteurs de Belledonne. Vous avez très rapidement compris les rouages de la filière et intégré l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère. L’UGDFI qui représente l’amont de la filière, les propriétaires qui sont le premier maillon de la chaîne, donc un maillon indispensable pour une filière qui joue un rôle important en Isère, tant au niveau environnemental qu’économique..  » Et de compléter: Avec abnégation vous avez su mobiliser les propriétaires, les faire évoluer, les aider à monter les ASLGF qui sont un outil indispensable pour bien gérer sa forêt..

Henri Gras c’est la forêt certes mais aussi et surtout une longue carrière effectuée dans l’armée.

C’est  Martine BUCHOT présidente de la Caisse  Nationale des Rertaités Militaires qui s’en chargera:  » A 20 ans Henri Gras part au service militaire.
A peine arrivé à CONSTANTINE, après les classes son envie de gravir tous les échelons de la hiérarchie militaire, vont en s’accélérant.
A 23 ans chef de poste, il est promu maréchal des logis chef.
Ses résultats sont probants. Il est appelé par le Général Cdt la zone Algéroise en mai 1961 à prendre le commandement du groupe de renseignements d’exploitations.
C’est alors que les succès obtenus avec ses hommes, lui font recevoir la valeur militaire avec étoile de bronze et citation à l’ordre du régiment portant mention : entraînant par son exemple au cours de nombreux accrochages avec les rebelles ..
Il passe avec succès les brevets techniques du 1 et second degré d’artillerie.
Admis dans le cadre des sous officiers de carrière en 1963 il est promu au grade d’adjudant le 1 octobre 1966.

Une nouvelle ouverture pour encore progresser: ce sont les brevets d’armes spéciales réussis.Il est  promu adjudant chef le 1 janvier 1970.
Le 31 décembre 1973 il est décoré de la médaille militaire puis de la croix du combattant en 1978.
Il quitte le service actif le 1 juillet 1976, et continue les périodes de réserves . En Octobre 1983, Henri Gras est promu major. Il continue les périodes de réserve Jusqu’en 1989.
Rattrapé par la première guerre du golf, il est rappelé en service actif. Définitivement démobilisé en 1993.

Henri Gras a donc passé 39 ans au service de la France, 39 années bien chargées, passées parfois dans des conditions périlleuses, en Algérie principalement.

Sa carrière militaire, son dévouement auprès de la vie associative, son attachement à la forêt… Oui la légion d’honneur que lui a remise Charles Galvin au nom du Président de la République est largement méritée..

Avant d’inviter les élus, personnalités, très nombreux, ses amis,à un pot convivial,  Henri Gras entouré de sa famille a eu ces quelques mots, très simples, introduits par une citation de JOUBERT, moraliste:<Au lieu de me plaindre que la rose a des épines, je me félicite de ce « que l’épine est surmontée de roses et que le buisson porte des fleurs  >.
 » Cette pensée est à l’image de ma vie et bien souvent  le rosier n’a pas eu beaucoup de belles rose..
Mes débuts ont été remplis d’épines poussées sur des événements tragiques. En effet né 4 ans avant la seconde guerre, j’ai connu l’exode avec ma mère – mon père lui était prisonnier- les privations, mes grands parents n’avaient eux non plus pas grand-chose.
Mon grand père m’aida à poursuivre mes études jusqu’au bac . Il a suppléé mon père.

Puis à 20 ans je pars au service militaire..et vous connaissez la suite… »

On retiendra qu’Henri Gras a réussi le tour de force de réunir les trois derniers conseillers généraux en charge de la forêt. Tout d’abord Gérard Arnaud qui a initié la politique départementale de la forêt, Charles Galvin lui a succédé et depuis mars 2016, c’est Fabien Mulyk qui a en assure la charge comme vice Président du Conseil Départemental.

Gilbert PRECZ


Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

Assemblée générale de l’UGDFI

L’assemblée générale de l’Union des groupements de développement forestier en Isère est toujours un moment attendu par l’ensemble de la filière bois. Elle permet de prendre le pouls auprès des propriétaires forestiers, premiers et donc maillons essentiels de cette filière bois qui souffre..

1

Le rapport moral du président de l’UGDFI étant le moment fort, incontournable de cette réunion annuelle.

Celui ci a été présenté par Henri Gras, Président en exercice.

 » L’année 2015 est  » mitigée »..avec des craintes et des satisfactions. » Une année charnière avec l’élection du nouveau conseil Départemental:  » la majorité a changé lors des élections de mars et j’ai de suite eu le sentiment que nos nouveaux élus avaient une priorité, c’était de faire avancer la filière et en particulier l’amont.  » une preuve le budget validé par l’ancienne majorité a été maintenu dans sa globalité. »

« Les rencontres successives  démontrent que nous pouvons  compter sur le Conseil Départemental de l’Isère pour être à notre écoute à travers Robert Duranton et Fabien Mulyk, respectivement conseiller Départemental en charge grasde l’agriculture et de la forêt. »

Pour justifier ce soutien le président Gras a rappelé:  » En 2015, les Groupements ont fait mieux que se défendre devant les difficultés financières du CRPF qui peine à maintenir ses techniciens sur les territoires, malgré toute la bonne volonté de René SABATIER ingénieur. »

Et d’argumenter: » c’est très  dommageable, car le terrain occupé par un technicien a pour effet direct l’apport de nouveaux adhérents et le développement des ASLGF ou leurs créations et le renforcement et la sûreté des propriétaires forestiers privés vis-à-vis des groupements.

Il est vrai que les techniciens  appartiennent au CRPF et sont destinés à tous les propriétaires forestiers privés du Département. »

Et de lancer : « Comme tout le monde le sait, les années vaches maigres sont  de retour, et pour combien de temps encore !!!. »

Afin de prévenir de cette période, les dépenses ont été maitrisées  » en prévoyance du désastre monétaire.. »

Cela n’a pas empêché l’UGDFI d’apporter son soutien aux initiatives parmi lesquelles les créations d’ASLGF…

Des fonds et subventions en baisses, c’est certain  » mais  je ne veux pas être  pessimiste,  nous devons,  quoiqu’il arrive, continuer à avancer. Nos bois ne connaissent pas la crise ,ils continuent de pousser . Seul bémol leur prix d’achat. » Henri Gras demande fortement que «   la mécanisation de nos bois doit se faire rapidement ainsi que la traçabilité longtemps décriée. »

Henri Gras a lancé un appel: » Je tiens à réaffirmer, que ,nous demandons à tous les  propriétaires   forestiers privés de rejoindre les Groupements, de souscrire à PEFC et d’adhérer au syndicat, car l ’important pour l’UGDFI est que  la  filière bois progresse et que l’amont soit, et reste, le premier maillon de la chaîne.. »

Et de conclure:  » fermons les yeux, et fonçons, en avant, la forêt nous appelle. Ce n’est pas être guerrier, mais c’est avoir de la logique et du bon sens.. Mais trop peu d’échos sont donnés à la force de sa voix. »

Guénaëlle SCOLAN directrice de Créabois Isère:  » la période est compliquée, le marché de la construction, dans sa globalité a chuté de 27% entre 2012 et 2014, celui de la construction bois est dans le même créneau: -27%…l’année 2015 n’annonce pas de reprise, elle sera mauvaise..Les entreprises souffrent mais aussi tous les maillons de la filière: bucherons, transporteurs et surtout les scieries.. »

René Sabatier, au nom du CRPF:  » le CRPF Auvergne-Rhône-Alpes se met en place, d’ou un certain flou qui va rays’atténuer .. »

Albert Raymond, vice Président de  l’Union des forestiers privés de l’Isère:  » l’ASLGF est un outil formidable mais est très complexe à mettre en place. L’ASLGF doit être au service d’un projet bien construit. Il faut bien travailler les statuts et faire attention aux petites parcelles, elles posent plus de problèmes.. »

2

L’Assemblée Générale étant élective, plusieurs membres ont intégré le Conseil d’administration de l’UGDFI. Celui ci a réélu Henri Gras à la présidence..

Gilbert PRECZ





Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

La forêt privée de l’Isère se présente..

L’Isère est un grand département forestier, la forêt couvre 1/3 de son territoire. Une forêt et une filière bois qui ont un rôle important tant au niveau environnemental qu’économique.

Le conseil Général, devenu conseil départemental soutien cette filière qui est aussi génératrice d’emploi et qui a un avenir avec en particulier le bois énergie.

Fabien Mulyk, conseiller départemental, vice président délégué en charge de la forêt a tenu à organiser un diner-débat avec les présidents des groupements des propriétaires forestiers  » afin de faire connaissance. Cette rencontre, initiée par Henri Gras, président de l’Union des groupements pour le développement forestier en Isère, l’UGDFI a été très positive.

Sans titre

« Chaque président de  groupement, sept au total répartis sur l’ensemble du département, plus le syndicat des trufficulteurs de l’Isère a pu présenter la forêt de son territoire, ses particularités, ses atouts et inconvénients et présenter ses projets en cours et à venir, en particulier au niveau des créations d’Asa ou d’Aslgf. Le débat était très intéressant et seuls les thèmes concernant la forêt privée ont été abordés. Fabien Mulyk qui s’est dit satisfait de pouvoir mettre un nom sur chaque visage,  a posé de nombreuses questions et a souligné les rôles importants que jouent les groupements sur le terrain.Il a confirmé que le conseil départemental continuera à soutenir et à aider au mieux les groupements à travers les actions que mènera l’UGDFI. » a retenu le Président Gras.

L’UGDFI continuera donc à aider les groupements  » sans s’immiscer dans leur organisation « . « Elle les accompagnera dans leurs projets de créations de diverses structures comme les Aslgf ou autre. Notre objectif étant également celui de resserrer les liens entre les groupements mais aussi de partir à la recherche de nouveaux adhérents.  » a conclu son président.

Gilbert Precz

Catégorie - filière bois, Forêt Alpes Sud Isère, Forêt de Chartreuse, UGDFI, forêt, forêt du Vercors, massif de BelledonneCommentaires fermés

Assemblée générale de l’UGDFI

UG 1

UG GL’assemblée générale de l’Union des Groupements de développement forestier de l’Isère s’est déroulée dans les locaux de la chambre d’agriculture, sous la présidence d’ Henri Gras.

Celui ci annoncé à la salle la très probable adhésion du syndicat des trufficulteurs de l’Isère à l’UGDFI. Syndicat fort de 120 membres. Reste à l’assemblée générale du syndicat d’officialiser cette adhésion. Cela se fera le 8 mars lors de l’assemblée générale de cette structure.

« Cette extension est  une volonté affichée du Conseil Général qui souhaite qu’une majorité de structures, associations se référant à la filière bois viennent y prendre place. » a rappelé le président Gras tout en rajoutant: » d’autres structures réfléchissent à cette opportunité.. »

Il s’est posé la question de l’avenir avec les futures élections cantonales, le redécoupage des régions,  » Avec la région Rhône-Alpes – Auvergne, on passera de 8 à 12 départements.., que deviendront les départements actuels..Une certitude, les structures trop faibles n’y auront pas leur place, voilà pourquoi nous devons nous mobiliser, prendre le bon train, ne pas rester à quai! »

Il a informé la salle du rôle important que joueront les ASLGF: »  le président du CRPF voudrait mettre en chantier 50 ASLGF sur Rhône Alpes. Les financements publics seront concentrés à terme sur ces structures ! L’ objectif avoué est de faire de la gestion durable… »

Il a rappelé que « la vocation, et le rôle de l’UGDFI c’est de promouvoir et d’aider au développement de  toute la filière Amont, afin de faire de la gestion durable et permettre ainsi la valorisation de nos bois, de pérenniser la production en maintenant un prix convenable. »

Il a enfin rendu un vibrant hommage à Charles Galvin.. »dont nul ne sait si il sera réélu conseiller départemental et s’il poursuivra sa mission de vice président en charge de la forêt. Il m’a appris ma fonction de président, m’a beaucoup aidé.. J’ai toujours trouvé la porte de son bureau ouverte et il m’a toujours accueilli avec le sourire, toujours été à notre écoute,cherchant toujours une solution à nos problèmes.. »

Charles Galvin, entouré des présidents Henri Gras ( UGDFI) et Guy Charron( Association des communes forestières de l'Isère

Charles Galvin, entouré des présidents Henri Gras ( UGDFI) et Guy Charron( Association des communes forestières de l'Isère)

Charles Galvin précisant sa vision de l’élu:  » il doit écouter avant d’agir.. c’est ce que j’ai essayé de faire.. » en se disant prêt à encore plus s’investir pour la forêt, la montagne.. »

Il a rappelé qu’un plan stratégique départemental forestier est en cours de finalisation. Il sera présenté officiellement au salon du bois..  » Ce sera un formidable outil de travail pour développer la filière bois. »

Olivier Périn, technicien à la chambre d’agriculture a tenu à rappeler que la chambre d’agriculture de l’Isère est aux côtés des propriétaires forestiers depuis 2005 et qu’un gros travail est fait au niveau des plans pluriannuels régionaux de développement forestier. » Nous travaillons avec l’ensemble des acteurs de la forêt afin d’offrir les meilleurs services.. »

On retiendra les propos de Bruno de Quinsonas faisant suite à ceux de Guénaëlle Scolan, directrice de Créabois:  » 1000 m3 de bois sortis de nos forêts correspondent à 21 emploi équivalents temps plein, messieurs les propriétaires sortez du bois de vos forêts afin de créer ou de conserver des emplois, dont ceux de vos enfants.. »

La salle a réagit:  » il faudrait que l’on nous paye mieux nos bois! »..

UGF

Daniel Bonnet, président du Groupement des Sylviculteurs du Vercos 4 montagnes a présenté les points forts de la fête de la forêt de montagne qui se déroulera à Lans en Vercors.

Gilbert PRECZ








Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

UGDFI: Henri Gras président

L’union des groupements de développement forestier de l’Isère a réélu Henri Gras à sa présidence.

Henri Gras qui a déjà fait deux mandats successifs de 2 ans chacun repart donc pour deux années supplémentaires.GRAS PR

A noter qu’il a été élu à l’unanimité des voix.

Catégorie UGDFICommentaires fermés

UGDFI: bilan de 4 ans de présidence

Lors de l’assemblée générale de l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère, Henri Gras a fait un bilan des quatre années d’activité de l’UGDFI pendant lesquelles il a tenu le rôle de président.

GRAS BIL 1

Il a tout d’abord tenu à remercier Gérard Arnaud

 » Je voudrais remercier tout particulièrement le premier vice-président Gérard ARNAUD pour son soutien et son aide précieuse.
Il est vrai que nous faisons route commune depuis 2001 dans le Groupement de BELLEDONNE.
Dès la fin de 2009 ou il a quitté le Conseil Général et sa fonction de vice-président en charge de la forêt, Il a accepté de venir me seconder pour la durée d’un premier mandat de 2 ans, puis il a poursuivi encore pour 2 nouvelles années et il termine ce soir, jour de l’assemblée générale de l’UGDFI.
Les fonctions qu’il a accomplies ; je pourrais dire que nous les avons remplies en tandem et dans un bon esprit.
Il prendra dès demain 1er Février un autre poste, celui de représentant du Groupement de BELLEDONNE auprès de l’UFP38 (Syndicat).
D’un collègue forestier, il est devenu un ami, un compagnon dévoué et avec lui, nous avons dû faire face à de nombreuses critiques et remises en cause, mais je ne veux retenir que le positif.

il a ensuite énuméré l’activité en tant que telle

Le travail accompli est colossal, à savoir :
-2011 notre comptabilité est assurée par le Cabinet d’experts La fiduciaire représente par Madame BENONE.
-La mise en chantier des statuts et du règlement intérieur en 2011 et le vote à l’unanimité début 2012, des dits statuts sur les conseils de Maître Sophie LAHEURTE qui nous a utilement assisté.
Nous avons aussi entamé la mise en chantier du rapprochement avec le Syndicat, avec la création d’une commission ad ’hoc dirigée de main de maître par François COTTIN et Fernand MICHALLAT . Cette tâche ne sera pas couronnée de succès dans un premier temps, mais elle aura eu le mérite d’en faire la trace.

De ce rapprochement Bruno de Quinsonas-Oudinot (président du syndicat depuis janvier 2011) en avait fait une priorité reprenant celle déjà envisagée par Charles MILLIAT son prédécesseur.
En Octobre 2012 à IZEAUX les propositions de la commission COTTIN / MICHALLAT que je présente n’ont pas donnés une suite favorable par le président du SYNDICAT.
En Juin 2013 le Syndicat a change d’appellation et est devenu (UFP38)
.
GRAS BIL 2N’ayant pas reçu le feu vert de notre Conseil d’Administration pour voter les nouveaux statuts je me suis abstenu (j’avais adressé un message à tous les présidents de nos groupements ainsi qu’au président du Syndicat demandant l’établissement d’un calendrier nécessaire pour arriver à nous compléter). Ce calendrier devait avoir comme objectif final, l’A.G annuelle..

Du point de vue de la représentation concrète de nos groupements au sein de l’UFP38 nous sommes au point; Gérard ARNAUD du G.S.B est le dernier collègue désigné pour y siéger.

Je voudrais associer également les autres membres du bureau : Patrick CHION second vice-président et notre trésorier Jean Louis REBUFFET assisté de Paul Plançon qui, tout au long de ces quatre années ont été d’un appui sans faille.

Nous avons réglé quantité de questions, quasiment au quotidien, par téléphone et courriels..

Nous avions dès 2010 devant la carence de bénévoles pour tenir le poste de secrétaire, fait appel à une personne extérieure, en la personne de Madame LEGOFF. Un contrat en CDI avait été mis en place. Elle a mis fin à cette fonction au 31 décembre 2013, fonction qu’elle a remplie dans un bon esprit..

Bilan positif

Nous pouvons, je pense tirer un bilan positif sur l’ensemble de l’action menée même si tout n’est pas parfait.

Nous pouvons dire que les groupements sont assez bien fédérés au sein de l’UGDFI et sans doute grâce aux réunions des présidents dès 2010. Un peu décriée au départ, mais maintenant presque demandées..
Ces réunions nous ont permis de mieux nous connaître et de pouvoir nous exprimer en toute sincérité sur nos projets communs c’est-à-dire la forêt, et la diversité de ses questions. La aussi je voudrais remercier nos collègues et les encourager à poursuivre dans l’avenir…. Beaucoup reste encore à faire.

Je voudrais revenir sur la fête de Forêt de Montagne ou notre participation pendant ces 3 journées a été appréciée.
Au  Colloque du samedi l’ UGDFI était le seul organisme présent et intervenant pour représenter les propriétaires forestiers privés.
Le CRPF et le Syndicat ne s’y étaient pas joints faute de crédits et de techniciens disponibles.

J’ajouterai le rôle du Conseil Général, son Président André VALLINI et tout particulièrement Charles GALVIN son vice-président en charge la forêt, qui d’année en année nous aide à concrétiser nos projets (créations des ASLGF- Des dessertes – des routes forestières- etc.). Elus et personnel du conseil Général ont toujours été à notre écoute..ce qui nous a bien facilité notre tâche au niveau administratif.. »

Suite à cette intervention très applaudie, s’est poursuivie l’assemblée générale de l’UGDFI.

Vous en lirez le compte rendu mis en ligne sur sillon38 ici:

Assemblée générale de l’UGDFI

Précisions..

A la lecture de ce bilan, Pascal Guillet technicien au CRPF a tenu à apporter la précision suivante à propos de la fête de la forêt de montagne: « Je m’étonne de voir ces propos puisque je représentais ce jour le CRPF, et que je suis notamment intervenu à la tribune pour présenter le chantier que j’avais organisé sur St Martin d’Hères avec la Métro: »


Catégorie UGDFICommentaires fermés

Assemblée générale de l’UGDFI

L’ assemblée générale du Groupement forestier de l’Isère a permis à Henri Gras, son président de rendre un vibrant hommage à Gérard Arnaud, en particulier pour « son travail colossal. »

Gérard Arnaud, élu conseiller général, en 1976 a de suite oeuvré pour la reconnaissance de la forêt et de la filière bois en Isère. Longtemps vice président en charge de la forêt il a aidé au développement de ces dernières. Son successeur Charles Galvin poursuivant ces actions..

Gérard Arnaud: "Il a dynamisé la forêt et la filière bois de notre département" . A ses côtés son Charles Galvin qui a pris le relais au conseil Général

Gérard Arnaud: "Il a dynamisé la forêt et la filière bois de notre département" . A ses côtés son Charles Galvin qui a pris le relais au conseil Général

Si aujourd’hui la forêt et la filière bois de notre département sont reconnues, dynamiques, elle le doivent à Gérard Arnaud. Ce dernier a également participé au développement de la forêt de Belledonne à travers ses travaux au sein du groupement des sylviculteurs de Belledonne.

 » Il a travaillé au quotidien, apportant à notre groupement un appui sans failles, donnant des avis modérés mais très écoutés car pertinents..  » a précisé Henri Gras, avec une pointe d’émotion. Gérard Arnaud souhaitant prendre du recul, bien mérité vis à vis de son engagement..

Henri Gras présente l'activité de l'UGDFI. A ses côtés Bruno De Jerphanion, président du CRPF Rhône-Alpes

Henri Gras présente l'activité de l'UGDFI. A ses côtés Bruno De Jerphanion, président du CRPF Rhône-Alpes

Bruno de Jerphanion , président du CRPF Rhône-Alpes a tenu à assister à cette importante rencontre pour la filière bois de notre département..

.Il a confirmé que le CRPF subi lui aussi de plein fouet la crise,  » avec des subventions en baisse de 10%.. Cela ne nous empêchera pas de travailler mais nous oblige de travailler mieux avec moins de moyens..: non le CRPF n’a pas perdu de son efficacité.. oui les techniciens présents sur le terrain continueront à aider, conseiller les propriétaires forestiers.. »

Le rapprochement entre les groupements et l’union des propriétaires forestiers de l’Isère est toujours d’actualité..  » Je soutiens ce travail de cet indispensable rapprochement. Les deux structures ont des missions différentes, cela n’empêche pas de se rapprocher et de travailler sur des objectifs communs.. Il est essentiel que les membres des groupements adhèrent aussi au syndicat départemental qui lui, cotise à la Fédération nationale. » a t-il précisé.

Dans la salle il a été indiqué que le premier travail à faire est de « vendre les bois à leur prix.. il n’est pas normal que le prix du bois ait été divisé par 3… »

Il a été remarqué que les bois de notre département sont globalement de très bonne qualité mais qu’ils souffrent de la difficulté de les sortir. L’Isère est un département au relief montagnard.. Une spécificité pas prise en compte dans la récente loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la forêt. La mobilisation est forte pour que ce particularisme soit intégré dans cette loi..

Cela n’empêche, des actions, initiatives sont prises afin de mieux valoriser notre forêt.. On peut citer par exemple le Plan Pluriannuel de développement forestier mis en place afin d’améliorer la production et la valorisation économique du bois, tout en respectant les conditions d’une gestion durable des forêts.

Les ASLGF, associations syndicales libres de gestion forestière, qui peuvent assurer tout ou partie de la gestion des propriétés qu’elle réunit et prendre en charge l’exploitation et la mise en marché des produits forestiers.. Elles se développent bien en Rhône alpes, 7 fonctionnent déjà en Rhône-Alpes et 7 sont en préparation..

Chacun a compris l’intérêt d’avoir des propriétaires concernés, structurés, car la demande de bois va être multipliée par trois dans les années 2050… c’est à dire demain..

Guy Charron, représentant Charles Galvin, vice président du Conseil Général en charge de la forêt a précisé que le département était conscient de ces enjeux..  » Le Conseil Général a lancé une aide spécifique à la modernisation des entreprises de 1ère et 2ème transformation. 5 d’entre elles, des petites structures ont déjà bénéficié de ces aides,  d’autres suivront.. Il est en effet important que ces entreprises soient performantes et bien réparties sur l’ensemble de notre territoire…  » Il a aussi rajouté l’importance d’utiliser du bois local certifié PEFC. ».

A ce niveau le Conseil général sert de locomotive. Il a édité un document intitulé  » le conseil Général de l’Isère construit des collèges en bois.. qui recense l’ensemble des collèges construits ou modernisés ou le bois est très présent..


.



Catégorie UGDFICommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+