Archive | UGDFI

Sylve38 de janvier est paru..

Une SYLVE...81

Le magazine des propriétaires forestiers de l’Isère, Sylve38, daté du mois de janvier 2014 est paru..

Au sommaire:

- les voeux du Président de l’ Union des groupements de développement forestier de l’Isère, Henri Gras

- La construction bois, une démarche volontaire du conseil général de l’Isère

- Parc naturel de Belledonne: ça se précise…

- Compte rendu de la journée de l’innovation à Clelles

- l’installation d’un marteloscope en Chartreuse

- cubage des bois d’oeuvre abattus

- invitation au salon Bois énergie à St Etienne du 13 au 16 mars..

- sans oublier le dessin de Biassu…

Vous souhaitez vous abonner à Sylve38 ( 4 numéros par an )

envoyer un chèque de 10 euros à l’ordre de l’UGDFI:

40, av. Marcelin Berthelot
38100 Grenoble

Contacts:
Tél. : 04 76 20 68 27
ugdfi38@orange.fr

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Les propriétaires forestiers en assemblée générale

Le Groupement des sylviculteurs de Belledonne et l’Union des groupements de développement forestier de l’Isère vous invitent à leurs assemblées générales..

Henri Gras, président des deux structures souhaite que les propriétaires forestiers, responsables des structures de la filière bois, élus participent en nombre à ces deux temps fort.

A l’intention des adhérents des groupements il précise en appelant à leur mobilisation:

«  votre participation active démontrera votre attachement d’une part à votre Groupement et d’autre part à L’ UGDFI. Vous en êtes les acteurs. Vous êtes l’ AMONT de cette grande filière qui se termine à l’ AVAL . Soyez fier d’y appartenir..Venez à ces AG  avec des voisins,  et des amis de la forêt… »

AG UGDFI

AG CSB


Catégorie UGDFI, massif de BelledonneCommentaires fermés

Le numéro 80 de Sylve38 est paru…

Sylve 38 est le bulletin de liaison des Groupements pour le développement Forestier en Isère… le numéro 80 vient de paraître..

Ce numéro est constitué en particulier d’un dossier intitulé  » Sylvicultiver oui, mais bien vendre: mieux »…  On retrouvera également le point de vue d’Henri Gras, président de l’Union des Groupements pour le développement Forestier en Isère ainsi qu’un article consacré à un exemple de gestion de futaie résineuse…

Articles complétés par la découverte de l’association pour le développement forestier des Bonnevaux-Chambaran et par l’activité des groupements forestiers de Belledonne et Trièves-Beaumont-Matheysine..

.Nous n’oublierons pas la note d’humour de biassu… dessinateur de presse…

sylve sillon38
Un numéro bien complet auquel on associera le « forestier privé », journal des forestiers privés de Rhône-Alpes qui a axé son numéro sur la myco-sylviculture.. avec en particulier des articles qui concernent la truffe en Rhône-Alpes…

Pour vous abonner au  » forestier privé » et à Sylve38, adressez vous au président du groupement forestier de votre secteur..


Catégorie - filière bois, UGDFI, forêtCommentaires fermés

Appel urgent aux 92.000 propriétaires forestiers privés de l’Isère

Le Président de l’Union Des Groupements pour le Développement Forestiers en Isère, Henri Gras, lance un appel urgent aux 92.000 propriétaires forestiers privés de l’Isère.

h.gras 25 11 2011

Les Années bonheur simple où l’on prenait le temps de vivre et de faire, paraissent terminées, tout au moins à l’échelle de notre vie.

Aujourd’hui, nous sommes poursuivis et souvent  rattrapés par le rythme stressant de la vie dite moderne.

On peut s’en réjouir ou le déplorer, mais c’est la réalité d’aujourd’hui à laquelle nous sommes confrontés, celle du toujours plus dans un grand nombre de domaines …

François de CLOSETS l’avait bien  pressenti et en avait fait un livre prémonitoire.

Les aspects fatigants de cette cadence accélèrent et se doublent de caractéristiques contradictoires, quant aux projets que les Pouvoirs Publics nous appellent à conduire.

Prenons deux exemples pour illustrer brièvement notre propos

Le bois énergie

Des réalisations et projets (parfois démesurés en taille) se multiplient à l’envie…. Et on transporte la matière première sur des centaines de kilomètres ….. L’impact  écologique vous en remercie !

Comment est impossible de faire preuve d’autant de non-sens ? Il suffirait pour remédier à une telle incohérence.

Qu’une étude d’approvisionnement en bois  de proximité soit exigée par une loi et conduite en même temps que l’étude du projet chaufferie. Pourquoi ne le fait-on pas ?

Autre point : en 2006 les Pouvoirs Publics font savoir qu’à partir de 2012 ils n’utiliseront que du bois P E F C pour la nouvelle construction.

L’éco certification  P E F C

Une campagne intensive est menée auprès des propriétaires pour l’adhésion à P E F C depuis 2006 .

Le passage par l’écocertification  est inévitable, d’autant plus qu’il s’agit dans son principe d’un excellent concept …

C’est ce que nous répétons avec force à nos  adhérents, comme  aux non encore adhérents et aux amis de la propriété forestière  privée.

Pourtant, là encore les éléments d’une politique forestière que nous souhaiterions intelligente et audacieuse ne s’imbriquent  pas les uns dans les autres.

Pour me faire bien comprendre : Un engagement pour un  propriétaire forestier certifié P E F C consiste à prélever régulièrement du bois dans ses  parcelles pour, entre autre, éviter le stockage excédentaire de la croissance naturelle.

Comment tenir cet engagement quand le seul accès quand il existe ! est une piste forestière chaotique et pentue à l’excès ?

Nous pourrions multiplier les exemples au risque de nous lasser.

L’utilisation optimum de nos bois d’œuvre  tarde aussi à être reconnue à sa juste hauteur par les bureaux d’études, les architectes, les concepteurs ainsi que les maîtres d’œuvre.

Les causes  importantes en sont la non-connaissance de sa résistance mécanique (mesurée précisément) et dans de trop nombreux cas une insuffisance de bois sec (manque d’unités de séchage).

Résultat :

Les architectes et les bureaux d’étude préfèrent préconiser les bois du Nord, d’Autriche, d’Allemagne ou de Russie.

Face à cette situation défaillante, nos groupements prennent l’initiative pour lancer comme maître d’ouvrage des études à but opérationnel pour mesurer de façon fiable cette résistance mécanique, le but visé étant de pouvoir négocier favorablement les prix de nos bois sur une base objective.

Ce que nous appelons la caractérisation, mécanique des bois serait de surcroît une étape essentielle sur le chemin de la traçabilité réclamée aujourd’hui par l’aval (notamment par les gros négociants et par les grandes surfaces fournisseuses).

Bien entendu, là encore  une politique cohérente reste à construire entre  les successifs et différents  maillons de la chaîne.

Notre travail consiste à faire au  mieux, ce que nous pouvons à notre niveau de propriétaires forestiers.

Pour que le mot  < filière > ne soit pas usurpé, il faut que les Pouvoirs Publics jouent le rôle indispensable de chef d’orchestre ou en créent un.

AUTRES SUJETS PREOCCUPANTS

Plus grave, le déficit de la balance commerciale  engendré par la filière bois serait de plus de 6 milliards d’euros, alors que nous sommes la quatrième forêt d’Europe.

Au global nous sommes incapables de prélever le volume d’accroissement naturel de la forêt nationale !! !

Nous importons du bois en particulier des résineux ! Ce simple constat témoigne, si besoin est, les carences préjudiciables de la dite filière en terme économique, écologique et d’emploi.

Ce qui freine, ce ne sont pas les P.F/P. mais la 1ière et 2 ième. transformations qui ne sont pas ou ne peuvent pas s’équiper. Les petites scieries au vu du coût ne peuvent y prétendre.

Les ventes groupées de 2012 à ST. BALDOPH bien que préparées avec un certain soin, ont été un véritable fiasco (pourtant tous les bois proposés étaient P E F C.)

En première lecture (le jour de la vente) : des résultats calamiteux.

Nous pensons pourtant qu’à défaut d’autres solutions pour le moment, ce type de vente est à continuer.

Ce tableau général largement insatisfaisant, nous conduit à estimer qu’en matière d’économie forestière (de l’amont à l’aval) nous sommes au bout d’un système.

Les méthodes au <papa > et les transactions de marchands de tapis ont vécu !

Notre conviction de ce point de vue est totale.

Deuxième sujet très important l’assurance de nos, de vos forêts.

2012 a été une année de fort coup de vent et le résultat ne sait pas fait attendre.

D’innombrables arbres déracinés, jetés à terre, sur les routes, chemins etc.  Provoquant  des dégâts matériels à des tiers, d’un montant important.

Vous pouvez, ou plutôt  « vous devez »  vous couvrir  afin de vous éviter  des débours plus qu’importants.

L’U G D F I a contracté une Police d’Assurance couvrant l’ensemble de ses risques pour une cotisation annuelle de 0,18 ct l’hectare.

Pour y souscrire, contacter les groupements de forestiers privés et vous aurez, une tranquillité d’esprit ainsi que la tranquillité pécuniaire.

Le Président du Syndicat des propriétaires forestiers privés déclarait samedi dernier en CHARTREUSE qu’un contrat au niveau national serait à l’étude.

En ce qui nous concerne, avant de changer d’assureur, nous étudierons les clauses, les franchises, les capitaux pour plaidoiries, franchises de futur contrat si celui-ci voit le jour.

AUTRE SUJET IMPORTANT

Se faire représenter et défendre.

Comme vous le savez, les groupements de Sylviculteurs forestiers privés sont soumis aux règles de la « Loi 1901 association », et à ce titre, nous ne pouvons ni nous représenter, ni nous défendre devant les Pouvoirs Publics, l’Etat, l’Europe.

Nous devons faire appel à un organisme du type loi 1884 (syndicat). Il agit pour nous comme un avocat et évidemment il ne vit pas d’amour ni d’eau fraîche, et pour le missionner, nous devons  lui verser  des cotisations.

Dans les temps actuels ou tout est polémique il est important d’avoir un syndicat, et là aussi vous pouvez y souscrire à partir des Groupements de Sylviculteurs.

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Propriétaires forestiers: le rôle important de l’UGDFI

L’assemblée générale 2013 de l’union des groupements de développement forestier, présidée par Henri Gras fera date!  Il a en effet été demandé, par les élus, aux propriétaires forestiers de s’engager davantage dans les démarches qui vont être mises en place pour mieux développer les activités liées à la forêt et à la filière bois.

Henri Gras entouré de Gérard Arnaud vice président de l'UGDFI et François Brottes, député présente l'activité du groupement d&partemental

Henri Gras entouré de Gérard Arnaud vice président de l'UGDFI et François Brottes, député présente l'activité du groupement départemental

Dans un premier temps le président de l’UGDFI a indiqué que  » l’année 2012 a vu espoirs, illusions désillusions se succéder… On retiendra surtout les restructurations faites au niveau des techniciens du CRPPF… Nous en avons subi les conséquences qui sont allées jusqu’à la perte d’adhérents…La vente groupée de bois à St Badolph a été loin d’être satisfaisante, le projet un rapprochement entre les groupements et le syndicat des propriétaires forestiers n’a pas abouti… » A ce propos, le président Henri Gras pense que » l’on a sans doute voulu aller trop vite en besogne, il faut laisser le temps à la réflexion et réétudier un plan de rapprochement… « 

René Sabatier, ingénieur au CRPF a reconnu que les « changements de techniciens peuvent créer des craintes mais on doit reconnaître leurs mérites. » il a rappelé les différentes missions confiées au Centre Régional des propriétaires forestiers: former, informer, valoriser…Il a regretté que « sur l’Isère on n’arrive pas à mettre en place un cycle de formation FOGEFOR. Formation qui permet de mieux entretenir, gérer sa forêt…

UG 2

Au niveau des discussions, elles ont été nombreuses en 2012, en particulier avec le nouveau directeur de Coforêt Lionel Piet, celui de la communauté de communes du Grésivaudan Françis Gimbert,  » et celles conviviales et constructives que nous avons régulièrement avec le député François Brottes et le vice président du Conseil Général en charge de la forêt Charles Galvin. Ils sont à nos côtés, nous donnent de « bons tuyaux »Il a également été mis en avant une initiative originale: une rencontre organisée entre les trésoriers des différents groupements répartis sur le département. « Elle a permis de mieux se connaître et d’échanger des idées, des façons de travailler…

Jean Charles Thiévenaz a exposé quels sont les axes d’intervention des experts forestiers,  » notre rôle essentiel est de gérer la forêt et de mobiliser les ressources. »

Gérard Arnaud, vice président de l’UGDFI a informé les propriétaires forestiers que la prochaine coupe de bois aura lieu le 18 septembre à Rumilly. Il a rappelé à la salle que le succès de cette vente passe par une qualité irréprochable des bois présentés.  » Ils doivent être attractifs, homogènes.. »

Bertrand De Germiny a pour sa part abordé un problème récurrent: les dégâts de gibier.  » Ils sont de plus en plus importants en forêt. Sur certains secteurs, comme le Vercors ils sont insupportables… Cela vient essentiellement du fait qu’il y a de moins en moins de chasseurs, donc de plus en plus de gibier..  » Le problème est que les dégâts de gibier ne sont pas indemnisés.  » Par contre la fédération départementale des chasseurs nous apporte une aide au niveau de la protection de nos forêts… En cas de dégâts, il faut absolument contacter le président de l’ACCA locale, le président du Groupement forestier concerné..  »

Michel Cochet, président de Créabois a sensibilisé la salle sur la démarche PEFC.. Elle s’essouffle au niveau des adhésions à cette certification et pourtant elle devient indispensable pour vendre son bois d’autant plus que la demande en bois locale ne cesse de progresser…

Une présentation de l’Association syndicale libre de gestion forestière du Bas Dauphiné a été faite par Paul Rostaing. Sur le secteur une restructuration foncière a été menée a bien. 400 hectares ont été restructurés et l’on est passé au niveau des parcelles de 0,4 à 0,9 hectare donc plus faciles à exploiter, gérer. L’ASLGF permet de mutualiser cette gestion, cette exploitation.

Restait à entendre les propos des élus.

François Brottes député a de suite planté le décor: « pensez plus à vous unir qu’à vous désunir. Il y a trop de structures « bois » qui nuisent à la lisibilité de vos actions. Vous devez trouver les solutions adaptées pour mieux vous entendre… François Brottes a conseillé aux propriétaires forestiers d’aller au devant des futurs candidats aux élections municipales de 2014.  » Vaut mieux les rencontrer avant qu’après… » Il croit beaucoup à une gestion de la forêt qui fait la part belle à la régénération naturelle et a donné une idée aux propriétaires forestiers concernant la sensibilisation des jeunes vis à vis de la forêt.  » On parle beaucoup des nouveaux rythmes scolaires. Des idées nouvelles doivent émerger pour gérer le temps hors les cours classiques. On peut imaginer des ballades avec animations ende la forêt..  »

Une nouvelle loi forêt est en préparation, François Brottes pense prendre appui sur les groupements afin que ceux ci lui donnent des idées…ug3

Charles Galvin, vice président du Conseil Général en charge de la forêt a rappelé que le département a une politique volontariste vis à vis de sa forêt.  » Certes les budgets sont en baisse, reste à être imaginatifs afin de faire aussi bien, même mieux avec moins…Cela nous obligera à faire des choix utiles.  » Lui aussi demande que les structures de la filière se rapprochent afin de gagner en efficacité… Il a enfin rappelé que le Conseil Général a débloqué une somme de 300 000 euros afin de soutenir, de moderniser les scieries, les entreprises de seconde transformation de proximité.  » 300 000 euros, ça peut paraître peu mais ils seront complétés par des fonds en provenance de la région, de la Datar… »

L’ensemble des intervenants donnant rendez vous à tous les forestiers au salon du bois qui se tiendra à Alpexpo Grenoble du 11 au 14 avril 2013

Catégorie UGDFICommentaires fermés

Voeux de l’UGDFI

L’Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère, à travers son président Henri Gras et son conseil d’administration, vous présente ses meilleurs voeux pour 2013.

voeux ugdfi

L’UGDFI regroupe les associations de propriétaires forestiers de l’Isère:

Association des Producteurs et Utilisateurs de Bois en Valdaine

Association Forêts Trièves Beaumont Matheysine

Association pour le développement des Bonnevaux-Chambarans

Groupement des sylviculteurs de Belledonne

Groupement des Sylviculteurs du Vercors 4 Montagnes

Association VALFOR

Groupement des Sylviculteurs de Chartreuse


Contact:

Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère.

40 avenue Marcelin Berthelot

BP 2608

38036 GRENOBLE CEDEX 

Mail: ugdfi-38@orange.fr


Catégorie UGDFICommentaires fermés

12 questions concernant l’avenir de la forêt

Le président de l’Union des groupement des forestiers de l’Isère, Henri Gras, pose 12 questions écrites concernant l’avenir de notre forêt aux principaux candidats de l’élection présidentielle.

1) Selon vous, quelles sont les trois fonctions principales de la Forêt ?

2) Pour l’une de ces trois fonctions (choix libre en vertu de l’importance que vous lui donnez) quels rôles peuvent jouer les Pouvoirs Publics (Etat-Collectivités Territoriales- Europe) pour reconnaître et conforter cette fonction ?

3) Vous avez sans doute quelque idée sur l’organisation actuelle de la forêt (Privée-Communale-Départementale-Domaniale) française. Cette organisation vous parait-elle : bonne, rationnelle, ou, au contraire pléthorique ou floue ? Merci d’argumenter votre réponse de façon synthétique en n’oubliant pas de donner votre avis sur les aspects fonciers.

4) Dans l’état actuel des choses, le revenu principal du propriétaire forestier (quel qu’il soit) repose sur la vente de bois. Selon vous, quel est en pourcentage le revenu annuel moyen net par rapport à l’investissement ? Il vous est possible d’étayer votre réponse si vous le voulez.

5) On a l’habitude courante de parler de filière bois ; (de l’amont à l’aval) ce     vocable vous parait-il représentatif de la réalité observée ? Pouvez-vous dire pourquoi de manière brève ?

6) Actuellement la forêt (privée  ou autre) demeure une compétence de l’Etat, c’est un fait. Cette compétence vous parait-elle bien remplie ? Précisez  S.V.P. les éléments observés vous permettant de donner cette réponse (celle-ci peut être différenciée selon les différents statuts des forêts), voire de faire le cas échéant quelques propositions d’amélioration et / ou de changement.

7) La fiscalité forestière (taxe foncière – imposition sur le revenu) vous paraît-elle bien adaptée à ce secteur économique ? Vous pouvez argumenter brièvement votre réponse  et faire, si vous le jugez nécessaire, une ou deux propositions pour « faire mieux «.

8) Vous aspirez à un mandat national par lequel vous serez amenés à prendre des décisions sur l’avenir énergétique du pays. Le bois source d’énergie, vous parait-il à même de remplir un rôle important en sa qualité de ressource renouvelable ? Dites pourquoi en étayant sommairement votre réponse.

9) Un des handicaps du bois énergie est actuellement la faible rémunération de la matière première fournie par le propriétaire forestier. Par rapport à une énergie d’origine fossile (moins vertueuse au plan écologique) quel effort du point de vue prix d’achat du bois (en pourcentage) vous semble raisonnable ou acceptable ? Une fois affirmé votre point de vue, seriez-vous prêt à le défendre dans la continuité ?

10) En terme d’emploi on dit  couramment que 300 m3 de bois exploité  génèrent trois emplois induits sur l’ensemble de la chaîne (ou filière). Ce rapport vous parait-il intéressant, voire performant ? Comparativement aux secteurs industriels, agricoles, touristiques ?  En quelques lignes, argumentez votre réponse en l’appuyant si vous le souhaitez  sur des montants d’investissements comparés.

11) On manque de bûcherons et de débardeurs  qualifiés. Les entrepreneurs de travaux forestiers (E.T.F.) sont dans la plupart des cas des travailleurs indépendants. Ce statut comporte avantages et inconvénients. Dans la mesure de votre connaissance du sujet, pouvez-vous formuler deux ou trois propositions capables de rendre cette profession plus attractive pour les jeunes ?

12)  A une brève exception près  (Monsieur René SOUCHON secrétaire d’Etat à la forêt) il n’y a jamais eu un ministère de la forêt, de l’économie et de l’écologie forestière. Pourtant la forêt privée  française  compte 3,5 millions de propriétaires dont 92 000 en Isère et génère  environ 400 000  emplois. L’importance de ce secteur d’activités vous parait-elle justifier la mise en place d’un tel portefeuille ministériel ? Précisez votre réponse : positive ou négative en l’illustrant par quelques arguments.

Si réponses sont apportées à ces questions, nous les mettrons bien sûr en ligne sur sillon38.com.


Catégorie UGDFI, forêtCommentaires fermés

Forêt en Valdaine: omniprésence de la certification PEFC

Chacun sait que le département de l’Isère est largement recouvert de forêts.. C’est le cas en Valdaine ou la forêt, en majorité feuillue représente environ 30% du territoire.

9500 propriétaires forestiers sont recensés possèdent se partagent plus de 9000 hectares. Des propriétaires qui peuvent bénéficier d’un groupement qui gère leurs intérêts: l’Association des Producteurs et Utilisateurs de Bois en Valdaine.

Celle ci vient de tenir son assemblée générale.

On constate que l’APUB en Valdaine compte 72 adhérents, deux de plus que l’année dernière mais que, hélas comme partout, l’adhésion à la démarche PEFC est à la traine. Sur plus de 800 hectares recensés, seulement 383 pour 23 propriétés ont la certification PEFC.

L’association va axer ses démarches sur le regroupement des propriétaires de plantations résineuses, la poursuite des actions envers les propriétaires, la promotion de la certification PEFC, la recherche de nouveaux adhérents,  » il est indispensable d’étoffer notre groupement et nous espérons que les jeunes propriétaires seront sensibles à notre démarche » précisera le Président Paul Piotin.

Comme tout groupement, l’AFUB en Valdaine bénéficie de l’aide d’un conseiller CRPF. Romain Provost a axé ses actions en direction de visites conseils aux propriétaires, la promotion de la certification PEFC, de la gestion de divers dossiers tels que les demandes de subventions…Bien entendu il continuera ses tâches en 2012 en organisant en particulier des réunions bien ciblées sur l’amélioration du taillis et débardage à cheval, la règlementation en forêt privée, la sécurité en forêt…

Alexandre Collomb, scieur à Panissage s’est lancé il y a peu dans l’activité scierie mobile. sillon38 avait fait un reportage chez ce jeune entrepreneur au début de son activité ( pour le lire cliquer sur Une scierie mobile au top en Isère)

Nous étions en 2010 et depuis  » ça marche bien ». Il a présenté son activité, ses particularités au cours de l’AG de l’Association des Producteurs et Utilisateurs de Bois en Valdaine. En un mot la scie se déplace chez les clients, qu’ils soient particuliers ou propriétaires. Chacun imagine les avantages que représente, pour beaucoup cette possibilité. Voir le site: http://www.scieriebois.com/

Henri Gras, président de l’Union départementale des groupements forestiers de l’Isère, à laquelle adhère l’AFUB en Valdaine, a rappelé  » la poursuite intensive de la communication envers la démarche PEFC. Le bois non PEFC sera rejeté systématiquement par la totalité des opérateurs. Une certification qui sera doublée de la traçabilité. » Il a évoqué le développement des ventes groupées, le combat que mène le groupement départemental pour  » dire non aux coupes rases et oui aux replantations. » Il a enfin abordé le travail qui est fait, et  » qui avance dans le bon sens » concernant le projet de regroupement entre l’UGDFI et le syndicat des forestiers de l’Isère.

Bruno de Quinsonnas président du SFP l’a martelé  » La certification PEFC est incontournable… Vous y viendrez obligatoirement alors pourquoi ne pas adhérer de suite, d’autant plus que les aides ( Conseil Général…) sont conditionnées à la démarche de gestion durable. »

Le syndicat des propriétaires forestiers agit tous azimuts pour défendre les propriétaires  » et le travail ne manque pas » et de citer un sujet d’actualité: la nouvelle ligne Lyon-Turin.  » Il faut qu’elle se fasse mais pas dans n’importe quelle condition et surtout pas en lésant les agriculteurs et les propriétaires forestiers. On va mener ensemble le combat… »

il s’est montré très enthousiaste au rapprochement entre les groupements et le syndicat,  » on y gagnera en lisibilité, efficacité…car on parlera d’une seule voix… »

Catégorie UGDFI, forêtCommentaires fermés

Mesurer l’importance du secteur forestier

Sylve 38, le magazine des sylviculteurs de l’Isère, dans son numéro de janvier a laisser François Brottes, député de s’exprimer sur le thème de la forêt.

« La forêt en Rhône-Alpes représente 1,5 millions d’hectares et 35 % du territoire régional. La filière est forte de 10 000 entreprises et d’environ 60 000 emplois directs. Les forêts privées, quant à elles, représentent 75 % des surfaces boisées de la région, soit 1 100 000 hectares de forêts gérées par 450 000 propriétaires forestiers.

Ces chiffres démontrent à eux seuls l’importance d’une gestion de qualité de la forêt dans notre région.

Même privée, la forêt remplit des missions d’intérêt public que la société ne reconnait pas encore à leur juste valeur (paysage, qualité de l’air et de l’eau, protection, loisirs…).

En tant que rapporteur de la loi d’orientation forestière de 2001, je me suis battu pour que se construise progressivement la reconnaissance d’une forêt considérée comme un bien commun de l’humanité pour l’ensemble des services qu’elle nous rend, qu’ils soient d’ordres environnemental, social ou économique.

Mais aujourd’hui ce bien n’est pas rémunéré à sa juste valeur.

Même si les moyens techniques au service de la forêt privée n’ont pas été développés comme prévu, je note depuis quelques années une meilleure harmonie dans la relation forêt publique/forêt privée.

Les menaces sur la pérennité d’une gestion équilibrée de la forêt publique ont tendu les relations entre les communes forestières et l’Etat. La nécessité d’une gestion coordonnée par massif voit progressivement le jour, ce qui est un gage d’une meilleure optimisation.

Le dynamisme retrouvé des groupements de sylviculteurs démontre l’intérêt renouvelé des générations pour une exploitation toujours mieux organisée. Je reste persuadé que c’est la valorisation à l’amont de la filière, au niveau de la ressource qui donnera aux propriétaires forestiers les moyens d’exprimer une ambition légitime pour le développement durable de leur patrimoine.

L’écocertification, mais aussi la maitrise de toutes les étapes qui précèdent la mise en marche vers la première transformation, doivent contribuer à une meilleure valorisation de la ressource : mieux sélectionnée, mieux préparée, plus ajustée à la demande.

Mon engagement national dans le secteur de l’énergie, me permet de mesurer l’importance du secteur forestier dans un domaine qui n’en est qu’à son début. La biomasse, l’isolation du bâti, la réhabilitation par la filière sèche, sont autant de perspectives de marchés porteurs d’avenir. Car la forêt sert à la fois les intérêts des énergies renouvelables et ceux des économies d’énergie.

Pour cette année 2012, je souhaite que la mutualisation des projets, la coordination des démarches soient toujours au rendez-vous de l’Union des Groupements pour le Développement Forestier en Isère. C’est cette dynamique qui permettra à la forêt privée de redevenir un maillon fort de la filière. »

Nos partenaires:

ug


VIF


Catégorie UGDFICommentaires fermés

Bonnevaux-Chambaran: l’omniprésence de la forêt

La filière bois est à un tournant, elle sensibilise, c’est indéniable! Cela s’est encore vu à l’assemblée générale de l’association pour le développement forestier des Bonnevaux – Chambaran qui s’est déroulée à Viriville.

Les élus ont démontré leur intérêt pour la forêt et son avenir en répondant présents à l’invitation du président Paul Rostaing. Parmi ceux ci on retiendra le député Georges Colombier, les conseillers généraux Nucci, Galvin, Rambaud, Bachasson, Barbier, sans oublier les maires de Viriville Bernard Gillet et de St Etienne de St Geoirs Yannick Neuder, également Président de la Communauté de Communes Bièvre Toutes Aures.

bonne2

L’ association pour le développement forestier des Bonnevaux- Chambaran a montré tout son dynamisme à travers son nombre d’adhérents, 171 et les travaux qu’elle mène tout au long de l’année afin de leur permettre de gérer au mieux leurs forêts.  » Notre objectif final étant d’augmenter la rentabilité de la sylviculture locale tout en préservant la biodiversité et aider à la pérennité des relations entre les propriétaires producteurs de bois et les autres propriétaires de la filière bois » dira le président Rostaing.

Pour ce, l’activité de l’année écoulée a été dense,  » malgré les absences du technicien  CRPF, Loïc Casset, pour la bonne cause puisqu’il a participé à des cours de formation professionnelle à Lyon. » Cela n’empêche, la lutte contre le morcellement, le lancement des travaux concernant la charte forestière de Bonnevaux, une réflexion sur le bois énergie, le programme assez novateur de « cession carbone », à savoir qu’on vend le carbone des parcelles taillées et le produit est réinvesti dans les opérations d’amélioration de la forêt…. ont largement occupé les propriétaires forestiers des Bonnevaux- Chambaran.

Marcel Bachasson, conseiller général mais également maire de Roybon a sensibilisé la salle sur le rôle que joue la forêt à plusieurs niveaux  » mais on oublie trop souvent le volet touristique ». Il a bien entendu abordé le dossier Center Parc de Roybon:  » cette réalisation donnera un véritable coup de fouet à notre territoire, 700 emplois à la clé, la filière bois en tirera son épingle du leu: les cottages seront construits en bois… » Un projet qui a conquis la totalité des intervenants et de la salle. Si tout va bien, les premiers rondins de bois devraient être posés courant 2012… selon Yannick Neuder

Autre sujet abordé: la restructuration de la filière.

Xavier Martin, directeur du CRPF:  » comment voulez vous que les élus, les décideurs et tous ceux qui sont intéressés par la filière bois s’y reconnaissent! Il y a trop de structures, certaines ont la même finalité! » Propos repris par les présidents du syndicat des propriétaires forestiers Bruno De Quinsonas et de l’UGDFI Henri Gras qui réfléchissent à un rapprochement de leurs deux entités  » afin de gagner en efficacité, en clarté ».  Là aussi l’ensemble des intervenants, dont la salle s’est montrée très favorable à des regroupements.

Chacun a noté également l’obligation prochaine de certifier son bois PEFC  » sinon il restera sur le bord de la route car il sera invendable » et la mise en place de la traçabilité…

Charles Galvin expose la politique du conseil général dans le domaine de la forêt. Il a à ses côtés Paul rostaing, président de l'association pour le développement forestier Bonnevaux-Chambaran et Pierre Rostaing, trésorier

Charles Galvin expose la politique du conseil général dans le domaine de la forêt. Il a à ses côtés Paul Rostaing, président de l'association pour le développement forestier Bonnevaux-Chambaran et Pierre Rostaing, trésorier.

La conclusion des débats reviendra à Charles Galvin, vice président du Conseil Général de l’Isère en charge de la forêt. Il a lui aussi enfoncé le clou sur les rapprochements des structures de la filière, s’est dit confiant au niveau du projet de Center Parc  » qui apportera un plus à notre filière bois « , a apporté son soutien à l’élaboration des chartes forestières, souhaite  » qu’une véritable politique de plantation voit le jour sinon dans quelques années on va manquer de bois d’oeuvre, ce qui serait catastrophique… » Le vice président du conseil général a rappelé l’écoconditionnalité des aides concernant les constructions nouvelles et a confirmé qu’il souhaitait que les scieries maintiennent leurs activités sur l’ensemble du département. « Pour ce, un état de santé de ces entreprises sera fait et nous aiderons celles qui en auront besoin… » Il a enfin rappelé que le Conseil Général aide la filière trufficole du département à travers le financement d’un poste d’animation et par des aides à la plantation »…

Très dense assemblée générale!

Catégorie UGDFI, forêtCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2021
L Ma Me J V S D
« fév    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+