Archive | La Métro

Enfin des perspectives d’avenir pour la liaison ferroviaire entre Grenoble et Gap !

Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole et Yann MONGABURU, Vice-Président délégué aux déplacements, participaient ce jour au Comité de Pilotage interrégional de l’étoile ferroviaire de Veynes :

« La Métropole est mobilisée depuis le début de la mandature en cours pour la pérennisation de la liaison ferroviaire entre Grenoble et Gap, une mobilisation qui s’est notamment traduite par une participation inscrite dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020.

Elle poursuivait depuis l’origine un objectif simple : pas de fermeture et pas de suspension des circulations sauf pour la réalisation de travaux.

Si beaucoup de temps a de toute évidence été perdu, un temps qui ne peut malheureusement pas totalement être rattrapé, l’essentiel est que cette mobilisation, partagée avec de nombreux usagers et citoyens comme avec de nombreux Maires et Présidents d’intercommunalité, porte aujourd’hui ses fruits. Enfin !


Ainsi, la réunion du Comité de Pilotage interrégional de l’étoile ferroviaire de Veynes ce jour a permis de conclure le tour de table financier d’une première phase de régénération de la ligne qui permet d’écarter toute menace de fermeture.

C’est ainsi pas moins de 22,5 millions d’euros qui seront mobilisés par les partenaires sur son versant situé en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La Métropole y prend naturellement toute sa part, convaincue de l’importance de la préservation d’une liaison ferroviaire à travers les Alpes du sud, qui sera pour partie le support du futur « RER » métropolitain, et solidaire de l’ensemble des territoires desservis. »


Catégorie La Métro, région Auvergne Rhône-Alpes, transportCommentaires fermés

DES PLATANES ATTEINTS D’UNE MALADIE INCURABLE

À compter du 18 novembre, les services de la Métropole vont procéder
à l’abattage de 31 platanes atteints du “chancre coloré”, une maladie
incurable, à Grenoble (cours de la Libération) et à Échirolles (rue Galilée).

L’opération concerne 25 platanes à Grenoble (8 au niveau du 30 cours de la Libération, 17 au niveau
du 72 cours de la Libération) et 6 platanes à Échirolles (rue Galilée).
Ce chantier fait suite à un arrêté de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de
la forêt Auvergne-Rhône-Alpes confirmant la détection du “chancre coloré” sur ces platanes, et la
nécessité de les éliminer pour éviter la propagation de la maladie, dans le cadre d’un chantier
très réglementé.
UNE MALADIE VIRULENTE ET SE PROPAGEANT FACILEMENT
Très virulente et se propageant facilement et uniquement à d’autres platanes, cette maladie est
causée par le champignon Ceratocystis platani. Classée “danger sanitaire de 1ère catégorie” elle
nécessite, par prévention, d’élargir la coupe à certains platanes aux alentours.
Originaire d’Amérique du Nord, le chancre coloré aurait été introduit en France lors de la seconde
guerre mondiale. Il a fait depuis plusieurs dizaines de milliers de victimes.
UNE MALADIE SANS DANGER POUR L’HOMME
Le chancre coloré n’atteint que les platanes. Il ne présente aucun danger pour l’homme, les
animaux ou les autres essences végétales.
DE NOUVELLES ESSENCES POUR REMPLACER LES ARBRES ABATTUS
La Métropole étudie désormais les solutions de replantation, avec de nouvelles essences d’arbres,
dans la mesure où il est interdit de replanter des platanes dans des secteurs touchés par le
chancre coloré.

Sans titre

Catégorie La Métro, environnementCommentaires fermés

Grenoble Alpes Métropole déploie le tri des déchets alimentaires sur 4 nouvelles communes : Eybens, Poisat, Gières et Seyssins.

Dès 2017 la Métropole a expérimenté le tri des déchets alimentaires pour 3500 foyers pilotes. Devant les résultats encourageants, ce nouveau service se déploie sur l’ensemble du territoire. Une première phase a démarré en mars 2019, arrive aujourd’hui la seconde étape du déploiement.

Les déchets alimentaires (Épluchures, restes de repas, marc de café, pain rassis, produits périmés …) représentent un tiers du poids de nos ordures ménagères (poubelle grise). Le tri de ces déchets à la source est un enjeu majeur pour la Métropole et sa politique de réduction des déchets dont l’objectif est de diviser par deux le poids de ses ordures ménagères d’ici 2030.

La phase de test sur deux quartiers en fin d’année 2017 a montré la pertinence d’étendre cette nouvelle collecte au reste du territoire ; d’abord parce que 99 % des usagers ont accepté de participer à l’expérimentation montrant que les habitants sont prêts à ce nouveau geste de tri mais aussi parce que la qualité du flux collecté est excellente : le taux d’erreur est proche de zéro.

Un plan de déploiement prévoit de convertir tous les 6 mois 50 000 habitants au tri des déchets alimentaires pour que l’ensemble de la Métropole soit concerné à l’horizon 2021. La première phase en mars 2019 concernait Echirolles et Grenoble (Secteur 4), elle s’est poursuivie avec le Secteur 1.

Aujourd’hui, la Métropole propose à 4 nouvelles communes le tri des déchets alimentaires : Eybens, Poisat, Gières et Seyssins.

Que va-t-il se passer sur les 4 communes concernées ?

Dans un premier temps une campagne de promotion du compostage individuel va permettre de sensibiliser les habitants des zones pavillonnaires rappelant que composter ses déchets chez soit reste le meilleur moyen de les valoriser. Afin d’équiper un maximum de personnes, la Métropole met gratuitement à disposition des composteurs individuels, lombri-composteurs ou même composteurs partagés en pied d’immeuble. (voir lametro.fr)

C’est sur les zones présentant une majorité d’habitat collectif que la Métropole propose une nouvelle collecte en porte à porte pour détourner les déchets alimentaires des poubelles grises. Des agents mandatés par la Métropole vont frapper à la porte de tous les foyers concernés entre le 12 et le 22 novembre

. Ils remettront à chacun un bio-seau, des sacs compostables et toutes les consignes de tri puis disposeront le bac marron dans le local à ordures, à côté des bacs gris et vert qui restent en place. Le bio-seau et les sacs distribués permettront à chacun de faire le tri des déchets alimentaires dans sa cuisine. Tous les 2 ou 3 jours ces sacs, même peu remplis, devront être déposés dans le bac marron qui sera collecté une fois par semaine. Par la suite, de nouveaux sacs compostables seront gratuitement disponibles auprès des commerçants locaux.

Les déchets alimentaires ainsi collectés seront acheminés au centre de compostage de Murianette pour être transformés en compost, compost utilisé comme fertilisant naturel pour enrichir les surfaces agricoles de la vallée du Grésivaudan. Bientôt, un centre de méthanisation, permettra également de produire à partir de ces déchets un bio-gaz qui servira de carburant pour les véhicules métropolitains.

Cette collecte des déchets alimentaires s’inscrit dans le cadre de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte qui rend obligatoire la séparation des biodéchets à la source en 2025. Il s’agit d’un projet pionnier en France : la Métropole grenobloise est un des premiers grands territoires urbains à se lancer dans cette collecte.

Catégorie La Métro, La Métro, déchets, environnementCommentaires fermés

NOUVEAU PLAN CLIMAT AIR ÉNERGIE MÉTROPOLITAIN 2020-2030

Depuis 2005, le Plan Climat Air Énergie de la métropole grenobloise structure
l’action de la collectivité en matière d’adaptation au dérèglement climatique,
de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’amélioration de la qualité
de l’air.

Le projet de plan d’actions 2020-2030 arrêté par la Métropole en juillet
dernier sera soumis l’avis du public du 31 octobre au lundi 2 décembre 2019.
La Métropole invite les habitants à s’exprimer en nombre sur le sujet, avant
d’adopter le projet définitif avant la fin du mandat.

Pour prendre connaissance du dossier complet:

Enquete publique Plan Climat Air Energie métropolitain 2030

INFOS PRATIQUES

LA MISE EN OEUVRE DE L’ENQUÊTE PUBLIQUE

DATES : JEUDI 31 OCTOBRE 2019 À 9H – LUNDI 2 DÉCEMBRE 2019 À 18H

• Consultation et contribution en ligne
Dès le jeudi 31 octobre sur le site : participation.lametro.fr
• Consultation et contribution dans les lieux publics :
Le dossier de consultation et des registres d’enquêtes seront à disposition du public dans les lieux
suivants (aux jours et horaires habituels d’ouverture au public) :
- Siège de Grenoble-Alpes Métropole – Immeuble « Le Forum » 3 rue Malakoff à Grenoble
- Mairie de Champagnier – Place de l’Eglise
- Mairie de Fontaine – 89, mail Marcel Cachin
- Mairie de Grenoble – 11 boulevard Jean Pain
- Mairie de Meylan – 4 avenue du Vercors
- Mairie de Saint-Egrève – 36 avenue du Général de Gaulle
- Mairie de Saint-Martin-d’Hères – 111 avenue Ambroise Croizat
- Mairie de Vif – 5 place de la Libération
- Mairie de Vizille – Place Stalingrad

• Contribution par voie postale
Envoyez votre courrier à l’adresse suivante :
Monsieur le président de Grenoble-Alpes Métropole
PARTICIPATION DU PUBLIC
PROJET DE PLAN CLIMAT AIR ENERGIE TERRITORIAL
Grenoble-Alpes Métropole Le Forum – 3 rue Malakoff
CS50053
38031 GRENOBLE Cedex 01

Catégorie La Métro, La Métro, énergiesCommentaires fermés

LE TOUR DE FRANCE REVIENT DANS LA MÉTROPOLE GRENOBLOISE

« C’est une excellente nouvelle qui récompense la mobilisation de tous les élus du territoire depuis plusieurs années auprès de l’organisation du Tour de France » ont déclaré conjointement le Président de GrenoblAlpesMétropole Christophe FERRARI et le Maire de Grenoble Éric PIOLLE.

Le 15 juillet 2020, l’étape du Tour de France partira de Grenoble, au lendemain d’une arrivée dans le Massif du Vercors, à Villard-de-Lans le 14 juillet, et à seulement quatre jours de l’arrivée sur les Champs-Elysées.
Christophe FERRARI, président de Grenoble-Alpes Métropole, et Éric PIOLLE, maire de Grenoble, se réjouissent de cette annonce.

Les deux élus oeuvraient ensemble depuis plusieurs années pour convaincre l’organisateur Amaury Sport Organisation (ASO) de faire à nouveau étape dans notre région, le dernier départ de la course organisé dans la région grenobloise remontant à 2014 (14e étape de l’épreuve à destination de Risoul).

En 2017, les représentants élus des 49 communes réunies au sein de la Métropole avaient ainsi publiquement exprimé leur volonté de déposer une candidature commune avec le Massif du Vercors, candidature qui avait été formulée officiellement auprès d’ASO.

L’annonce de la société organisatrice du Tour – qui se situe sur le podium des évènements sportifs les plus regardés au monde – s’inscrit dans la politique métropolitaine d’accueil de grands évènements sportifs, dans une perspective d’attractivité et d’animation du territoire
: Internationaux de France de patinage (2017, 2018 et 2019), Critérium du Dauphiné (2018),
matchs internationaux de football et rugby, Mondial U18 de hockey sur glace (2019) et bien sûr Coupe du Monde féminine de football (2019)… Autant de manifestations sportives participant à la notoriété et au rayonnement du territoire pour lesquels la Métropole s’est fortement impliquée, en lien avec les communes et les autres collectivités locales du bassin grenoblois.

Les réactions

Christophe FERRARI, président de Grenoble-Alpes Métropole
« Cette annonce est une excellente nouvelle pour notre territoire et le fruit d’une mobilisation collective qui démontre que nous sommes capables de faire des grandes choses tous ensemble !

Le Tour de France, évènement populaire incontournable, va offrir lors de ces étapes de montagne un temps festif et rassembleur aux métropolitains, participant à l’animation du territoire, et un rayonnement international exceptionnel à notre métropole alpine. C’est avec ce double objectif que la Métropole a souhaité depuis quatre ans se positionner, avec succès dois-je le croire, comme une terre d’accueil d’événements sportifs internationaux. Je tiens à remercier ASO pour ce choix, que nous accompagnerons avec enthousiasme et conviction ! »

Éric PIOLLE, maire de Grenoble
« Il y a 100 ans, le premier maillot jaune de l’histoire était remis à Grenoble. Aujourd’hui le vélo est partout : en ville, en montagne, sur piste, sur route, pour se déplacer, pour le plaisir, pour la compétition…

Ici à Grenoble, 15% des déplacements domicile-travail se font à vélo, nous sommes donc très heureux et fiers que le Tour de France reconnaisse cette ADN du vélo avec une étape grenobloise. C’est l’aboutissement d’une candidature commune, et c’est surtout une belle fête en perspective dans tout notre territoire pour célébrer et partager notre passion du cycle.

Catégorie La Métro, sportCommentaires fermés

Bientôt une voie réservée au covoiturage sur l’A48 !

Jean-Baptiste DJEBBARI, Secrétaire d’Etat chargé des transports confirme ce jour la mise en place d’une
voie réservée au covoiturage sur l’A48 entre la barrière de péage de Voreppe et la bifurcation entre l’A48
et l’A480 à l’été 2020.
Comme le soulignent Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole, et Ludovic BUSTOS,
Vice-Président délégué aux espaces publics et à la voirie, cette décision marque une nouvelle étape
importante dans la mise en oeuvre des engagements pris dans le cadre du projet de réaménagement de
l’échangeur du Rondeau et de l’A480 :
« Après la décision préfectorale d’une modération de vitesse permanente à 70 km/h sur la séquence
centrale de l’A480, est aujourd’hui confirmée la mise en place d’une voie réservée au covoiturage sur l’A48
à l’été 2020.
C’est le fruit de la mobilisation ininterrompue de la Métropole depuis le début de la mandature en cours et
qui a notamment permis la signature du protocole d’intention partenarial du 10 novembre 2016, une
mobilisation qui a été entendue par le Gouvernement et c’est une excellente nouvelle !
Le territoire métropolitain accueillera ainsi l’une des premières voies de ce type à l’échelle nationale, fidèle
à sa tradition d’innovation. Elle permettra de réduire la congestion en amont du coeur urbain au bénéfice
de l’environnement en réduisant la pollution atmosphérique mais également du portefeuille de nos
concitoyennes et concitoyens, le covoiturage représentant une économie pouvant s’élever jusqu’à
plusieurs centaines d’euros par an.
Nous nous félicitons également de la confirmation reçue récemment d’Elisabeth BORNE, Ministre de la
transition écologique et solidaire, du lancement des études nécessaires à la création d’une voie réservée
aux transports en commun au sud de l’échangeur du Rondeau et, possiblement, jusqu’à l’échangeur Louise
Michel.
De telles avancées bénéficieront à toutes et à tous, riverains, usagers, métropolitains, habitants des
territoires voisins, urbains, ruraux. Elles témoignent également de la force du collectif rassemblant la
Métropole et ses communes qui ont su parler d’une seule voix. »

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

metrosoleil.lametro.fr….

Grenoble-Alpes Métropole a pour objectif de multiplier par 6 la production
d’électricité photovoltaïque sur son territoire d’ici 2030. Afin de convaincre les
particuliers de l’intérêt de s’équiper, les aider à franchir le pas, la Métropole vient de
lancer un outil de simulation en ligne, facile, neutre et gratuit : Métrosoleil. Celui-ci
calcule le potentiel solaire de chaque toiture, simulation financière à l’appui. Dans
le même temps, une charte de qualité est signée avec des installateurs de panneaux
solaires, afin d’apporter toutes les garanties nécessaires aux usagers.

Basé sur une carte IGN, le service « metrosoleil.lametro.fr », c’est d’abord une carte de
l’agglomération grenobloise, où tous les toits sont matérialisés : du plus clair (qui propose un
fort potentiel solaire) au plus sombre (faible potentiel) en fonction de l’orientation et de l’ombre
portée par les montagnes ou des immeubles. Tous les propriétaires*, qu’ils soient particuliers,
bailleurs ou entreprises, peuvent ainsi découvrir la puissance d’ensoleillement de leur toiture.
Mais ce n’est pas tout. MétroSoleil propose également la simulation financière d’une
installation, que ce soit pour la production d’eau chaude (solaire thermique) ou d’électricité (solaire
photovoltaïque). Il suffit pour cela de renseigner son adresse et de demander un devis. Pas
besoin de s’enregistrer ou de laisser ses coordonnées. Aucun risque de démarchage commercial.

Le service est anonyme, neutre et gratuit.
Cette simulation permet de visualiser le coût de l’installation, mais aussi sa rentabilité,
c’est-à-dire les économies réalisables. Des panneaux solaires thermiques permettent ainsi
de couvrir en moyenne 70% des besoins en eau chaude d’un foyer de quatre personnes, soit une
économie d’environ 200 euros par an. Quant à la production d’électricité grâce à des panneaux
photovoltaïques, elle permet de recevoir chaque année, pendant 20 ans, une rentrée d’argent
grâce à la vente de l’énergie produite.
Une fois la simulation terminée, deux possibilités s’offrent à l’internaute :
• Contacter l’Agence locale de l’énergie et du climat (ALEC) pour obtenir davantage de conseils
et être accompagné dans le projet d’installation
• Consulter la liste des installateurs sélectionnés par la Métropole. Ces entreprises locales, qui
ont signé une charte de qualité et disposent de toutes les certifications et assurances nécessaires,
s’engagent à fournir un devis clair et complet.

UNE CHARTE ET 11 ENGAGEMENTS POUR DES INSTALLATIONS DE QUALITÉ
Afin d’accompagner correctement les propriétaires intéressés par la pose de panneaux
solaires, la Métropole a souhaité mettre en place une Charte de qualité des installateurs
solaires partenaires référencés. En signant cette charte, les installateurs s’engagent à :
1 / Disposer des certifications et assurances relatives à son activité.
2/ Disposer de compétences acquises par une formation diplômante ou une pratique régulière.
3 / Ne faire appel à la co-traitance que si des compétences complémentaires sont nécessaires.
4 / Répondre à l’ensemble des sollicitations provenant de Métrosoleil dans un délai raisonnable
5 / Orienter le client vers des solutions techniques de qualité et compétitives ; ne pas associer
à l’offre technique une offre de financement/prêt.
6/ Fournir une offre précise et complète : un devis clair, avec calendrier prévisionnel, conditions
de paiement et de garantie
7/ Aider le porteur du projet dans ses démarches : l’assister dans son choix, évaluer précisément
la production d’énergie attendue, l’aider dans ses démarches administratives et fiscales
8/ Être prudent dans l’avancement et la réalisation de l’installation solaire : annuler la commande
en cas de refus d’autorisation d’urbanisme, réaliser une installation conforme au devis signé
9/ Soigner les finitions et la remise en état du chantier
10/ Suivre les installations en production
11/ Fournir l’ensemble des documents et permettre la traçabilité de tous les échanges

PLUS DE MESURES POUR BOOSTER LE SOLAIRE
• L’obligation d’installation sur les parkings et les bâtiments
Dès 2020, grâce au futur PLUI** :
- l’installation de panneaux solaires sera obligatoire sur les parkings de plus de 1000 m2
- la production d’énergie renouvelable, qui pourra être solaire, sera exigée sur tous les bâtiments
neufs (logement ou entreprises)
• La mobilisation des grandes surfaces de toitures
La Métropole a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour les entreprises et particuliers
disposant de grandes surfaces de toitures. Grenoble-Alpes Métropole assure leur mise en relation
avec des investisseurs-développeurs du photovoltaïque, puis veille au bon déroulement des
projets.
• Soutien de la Métropole à la création d’entreprises dédiées
- Parkosol, société créée avec GEG,le Fonds OSER et la Métropole, développe l’exploitation
d’ombrières photovoltaïques (projets déjà réalisés sur parkings-relais de Gières, Seyssins et Vif)
- Energ’Y Citoyennes, société d’épargne citoyenne créée en 2016 avec des habitants et l’Agence
Locale de l’Energie et du Climat, et dont la Métropole est le principal souscripteur, développe
l’installation de toitures photovoltaïques sur de petites et moyennes surfaces.
• L’accompagnement des TPE/PME
Un dispositif d’accompagnement des entreprises pour aider gratuitement les TPE/PME à faire
des économies d’énergie. Ce dispositif géré par l’Alec pour le compte de la Métropole permet aux
entreprises de réaliser une pré-étude de faisabilité photovoltaïque.
• Le soutien aux communes
Avec le soutien de la Métropole, l’ALEC réalise des études d’opportunité afin de fournir un premier
niveau d’information aux communes, qui peuvent alors choisir d’investir en direct ou de mettre à
disposition leurs surfaces exploitables auprès d’un opérateur comme Energ’Y Citoyennes, Parkosol,
ou un autre.
** Le PLUi devrait être entériné fin 2019

metro soleil
SOLAIRE THERMIQUE
OU PHOTOVOLTAÏQUE ?

Il existe deux sortes de
panneaux solaires : les
panneaux thermiques
et les panneaux
photovoltaïques. Les
panneaux thermiques
produisent de la chaleur :
ils possèdent un fluide
conducteur qui va chauffer
l’eau du logement. Les
panneaux photovoltaïques
produisent de l’électricité
que l’on peut soit
consommer soit revendre
selon un tarif fixé et garanti
par l’État.
LA TRANSITION
ÉNERGÉTIQUE,
PRIORITÉ DE LA
MÉTROPOLE

Les systèmes alpins
subissent les effets
du réchauffement
climatiques deux
fois plus que sur le
reste du territoire. Les
conséquences sont déjà
là : fonte des glaciers,
éboulements réguliers,
migration des espèces,
réduction de l’enneigement,
déficit en eau des sols…
Afin de limiter cette
hausse des températures,
il est aujourd’hui impératif
de réduire massivement
la consommation
d’énergies fossiles tout en
augmentant la production
d’énergies renouvelables.
Grenoble-Alpes Métropole
mène une politique
volontariste et ambitieuse
en la matière. Elle s’est
dotée en ce sens d’une
feuille de route à la fois
pragmatique et exigeante,
avec des objectifs chiffrés
d’ici à 2030 sur le territoire :
• -22% de consommations
énergétiques
• +35% d’énergies
renouvelables et de
récupération
• -30% d’énergies fossiles

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

COUPE DU MONDE FÉMININE DE FOOTBALL FIFA FRANCE 2019

À 6 semaines du coup d’envoi de la Coupe du monde football féminine, les
représentants du monde touristique et commercial de l’agglomération
grenobloise se sont réunis à l’Office de tourisme métropolitain, à l’invitation
de Grenoble-Alpes Métropole, pour un point d’étape avant le début de la
compétition au Stade des Alpes.

L’ensemble des acteurs sont pleinement mobilisés
pour accueillir les nombreux touristes, visiteurs et personnels de la compétition
qui découvriront le territoire grenoblois pendant cet événement international.

Depuis plus d’un an, la métropole grenobloise se prépare à l’accueil de la 8e Coupe du monde
féminine de football de l’histoire. En se jouant pour la première fois en France, l’un des pays phare
du football dans le monde, cet événement planétaire exceptionnel et hors-norme va installer
durablement le football féminin dans le paysage sportif mondial.

La FIFA, organisatrice de la compétition, table ainsi sur plus d’un milliard de téléspectateurs au
total qui assisteront aux 52 matches disputés dans les 9 villes et métropoles hôtes de l’Hexagone
du 7 juin au 7 juillet 2019. Un chiffre en hausse de 40% par rapport à la précédente compétition
qui se déroulait au Canada. Pour tous les territoires accueillant cette compétition, l’enjeu est
donc de taille, tant en termes de visibilité médiatique que de qualité d’accueil.

AMBASSADEURS DU TERRITOIRE

Les acteurs du tourisme et du commerce du territoire grenoblois l’ont bien compris, qui se
sont manifestés et mobilisés dès l’annonce de la candidature métropolitaine à la réception
de la compétition sur son sol. Une mobilisation qui n’a pas failli depuis.
Hôteliers, restaurateurs, commerçants et plus généralement acteurs du monde du tourisme,
tous ont répondu présents, prêts à se faire ambassadeurs du territoire pour accueillir dans
les meilleures conditions les milliers de supporters, membres de délégations sportives,
personnels de la compétition, représentants des médias et autres visiteurs particuliers
ou professionnels qui viendront sur le sol grenoblois à l’occasion des 5 matchs organisés au
Stade des Alpes du 9 au 22 juin 2019.

Dès les premiers échanges avec la FIFA, le monde économique local s’est manifesté aux côtés
de la Métropole comme un partenaire enthousiaste et engagé. De nombreuses réunions de
préparation et temps d’échanges ont eu lieu depuis.

DE NOMBREUSES ACTIONS POUR ACCUEILLIR LES VISITEURS DU MONDE ENTIER

Cette rencontre du 26 avril, à six semaines du coup d’envoi de la compétition, marque un temps
particulier, visant à présenter à l’ensemble des partenaires les actions concrètes mises en
place pour parfaire à la fois l’accueil des visiteurs venant du monde entier et l’expérience
du public local, très impatient.
Un dépliant touristique spécifique a ainsi été créé, contenant à la fois des informations pratiques
et des propositions de visites spécifiques du territoire organisées par l’Office de tourisme
métropolitain ; les hôteliers, restaurateurs, commerçants sont pour leur part destinataires
d’un document précisant les modalités d’accueil des visiteurs des différentes nations
sélectionnées pour la compétition ; la ville de Grenoble sera très prochainement pavoisée aux
couleurs de la Coupe du monde et des cheminements piétons seront matérialisés au sol pour
se rendre au stade, notamment depuis la gare, en passant par le centre- ville et les quartiers
commerçants ; à l’initiative de l’Office de tourisme métropolitain, des bénévoles du territoire
seront présents sur des lieux stratégiques (gare, centre-ville…) les veilles et jours de matchs
pour renseigner et orienter les visiteurs ; les Unions commerçantes préparent de leur côté
un vaste programme d’animation destiné à animer les commerces et rues de la ville ; elles ont
reçu à cette occasion un kit contenant quelques éléments de décoration et d’information
(affiche officielle de la Coupe du Monde, drapeaux, flyers..) pour leurs établissements.

La Métropole a également présenté à cette occasion le plan Mobilité déployé sur le territoire
lors des jours de matchs et le Village officiel d’animations de la Coupe du monde (“FIFA Fan
Fest”) qui sera gratuit et ouvert au public du 7 au 23 juin à proximité immédiate du Stade des
Alpes, sur l’anneau de vitesse du parc P. Mistral.

Catégorie La Métro, sportCommentaires fermés

LA MÉTROPOLE DE GRENOBLE REÇOIT UN SOUTIEN DE 100 MILLIONS D’EUROS DE LA BEI POUR FINANCER SES PROJETS DANS LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE

À l’occasion d’un déplacement à Grenoble, le Vice-Président de la Banque Européenne d’investissement, Ambroise Fayolle, a confirmé l’engagement du Conseil d’Administration de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) d’accorder à Grenoble-Alpes Métropole un prêt de 100 millions d’euros dont les premiers versements ont déjà commencé.
Cela démontre le fort engagement de ces deux partenaires dans les actions en faveur du climat et de l’environnement au travers des financements de projets estampillés « climate action ».
Ce prêt permettra à Grenoble-Alpes Métropole de s’inscrire pleinement dans sa perspective tracée, celle de la transition énergétique et écologique, traduit au travers du Plan Air Energie Climat métropolitain et conditionnant son approche de l’ensemble de ses politiques et notamment des services publics locaux de l’eau, de l’énergie, de la collecte, du traitement et de la valorisation des déchets. Il s’agit par exemple d’améliorer l’approvisionnement en eau potable, le traitement des eaux usées et la gestion des eaux pluviales de la population (450 000 habitants et 49 communes).

L’intervention de la Métropole se manifeste également sur le volet énergétique avec par exemple la mise en place d’un nouveau réseau de chaleur urbain de haute efficacité et le remplacement d’une chaudière fioul par une chaudière bois-énergie format XXL pour le réseau de chaleur principal, l’enfouissement de lignes électriques mais également le renouvellement des bennes à ordures ménagères par des véhicules roulant au gaz naturel.
Autant d’interventions pour améliorer le quotidien et la qualité de vie des métropolitaines et métropolitains.

Le coût total des projets est estimé à 237 millions d’euros pour
lesquels la BEI contribue de façon significative.

Grenoble-Alpes Métropole et la banque de l’Union Européenne renouvellent
leur engagement fort en faveur de la lutte contre le changement
climatique, l’une des priorités d’investissement sur le territoire
métropolitain s’agissant de la Métropole comme dans l’ensemble des
Etats membres de l’UE s’agissant de la BEI, tout en démontrant une
volonté d’apporter, au coeur des territoires, des solutions concrètes à
l’ensemble des citoyens métropolitains et européens.

« La BEI est l’institution publique multilatérale la plus importante au
monde pour la lutte contre le changement climatique avec bientôt
près de 30% de ses financements dédiés à cette action, a commenté
Ambroise Fayolle, Vice-Président de la Bei. Nous sommes fiers de pouvoir
accompagner la Métropole de Grenoble, qui est exemplaire dans ce
domaine. La banque de l’Union européenne est aux côtés des Européens
pour soutenir leurs efforts en faveur de la transition écologique ».

Le Vice-Président Raphaël Guerrero accueille avec enthousiasme ce
partenariat et indique « avec plus de 70 % de dépenses d’investissement
du budget 2019 consacré à la transition énergétique et écologique, la
Métropole de Grenoble est résolument tournée vers l’amélioration de la
qualité de vie des habitants ».

Catégorie La MétroCommentaires fermés

BIOMAX LA NOUVELLE CENTRALE AU BOIS DE LA MÉTROPOLE

Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole, Philippe
PORTAL, Secrétaire Général de la Préfecture de l’Isère, Catherine BOLZE,
Conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes ont visité, le 19 février 2019,
le chantier de « Biomax », cette super centrale au bois qui permettra
d’alimenter, avec une énergie renouvelable, locale, et économique, entre
15 et 20 000 logements en chauffage et 10 000 en électricité.

Financé par l’Etat, la Région Auvergne Rhône-Alpes et la Métropole, cet
investissement s’inscrit dans le cadre d’une politique ambitieuse de la
Métropole en faveur de la transition énergétique, la Métropole s’étant fixée
comme objectif de réduire de 22% la consommation énergétique à l’horizon
2030, d’augmenter de 35% la production locale d’énergies renouvelables
et de réduire de 30% la consommation d’énergie fossile.

Le chantier, qui a débuté en juin 2018, s’est d’ores et déjà traduit par des
travaux de gros oeuvre du bâtiment de la chaudière et de la zone de séchage
de la biomasse puis du bâtiment de cogénération et du générateur d’appoint.
Le montage de la chaudière a quant à lui démarré en décembre dernier.
Le planning des travaux est ainsi conforme au planning prévisionnel.
Outils pertinents pour favoriser les énergies renouvelables en milieux urbains,
les réseaux de chaleur sont particulièrement efficaces d’un point de vue
économique et environnementale. En complément de Biomax raccordé au
réseau de chaleur urbain, et outre les réseaux de chaleur d’ores et déjà
existants à Miribel Lanchâtre et Fontaine, la Métropole prévoit de construire
5 nouveaux réseaux de taille plus modestes comme celui situé à Gieres
dont la construction a commencé au mois de février 2019.

Biomax constitue le plus gros investissement sur le réseau de chauffage
urbain depuis 1992, année de mise en service de la centrale de la Poterne
et de l’agrandissement de l’usine d’incinération des déchets d’Athanor.
Avec ses 170 kilomètres de tuyaux, le réseau de chaleur métropolitain est
le deuxième de France (après Paris). Sa densification fait partie des priorités
métropolitaines pour les années à venir.
Cet équipement alimente en chauffage et en eau chaude 46 000 logements
(soit environ 100 000 habitants) et des bâtiments dans sept communes
de l’agglomération à savoir des administrations, musées, piscines,
centres commerciaux, hôpitaux…
Créé en 1960, ce réseau de chaleur est désormais la propriété de la Métropole
et constitue un atout de taille dans le développement de la production
d’énergie renouvelable souhaitée par Grenoble-Alpes Métropole.

LES DATES À RETENIR
• 3 JUILLET 2015 : le conseil métropolitain adopte la délibération portant la création
d’une unité de production biomasse sur la Presqu’île
• 24 MARS 2017 : le conseil métropolitain étudie l’avant-projet définitif baptisé Biomax
• MI-AVRIL 2017 : dépôt des dossiers de demande de permis de construire et de demande
d’autorisation d’exploiter
• AUTOMNE 2017 : début de l’enquête publique
• JUIN 2018 : début des travaux
• DÉCEMBRE 2019 : premiers essais et raccordement de la centrale au réseau de chauffage central
• MARS 2020 : livraison et ouverture de Biomax

Sans titre 3

Catégorie La MétroCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+