Archive | La Métro

La remise en eau du Drac, un projet essentiel au territoire qui se concrétise enfin

Le projet est en test depuis 2014 mais c’est aujourd’hui qu’il est officiellement lancé : Le Drac est enfin remis en eau.

Responsables et élus se sont réunis Lundi 10 Juillet au barrage EDF de Notre Dame de Commiers pour assister à la remise en eau symbolique. Parmi eux se retrouvaient Marie-Noëlle Battistel, députée de l’Isère et présidente de la commission locale de l’eau et Christophe Ferrari, président de Grenoble Alpes Métropole. En effet, une nouvelle vanne a été construite permettant à 4 mètres cube d’eau supplémentaires d’être turbinés (soit utilisé pour entraîner une turbine générant de l’électricité) par seconde. Le total du débit est désormais quasiment 4 fois plus important qu’avant.

Ces travaux étaient essentiels, le Drac s’avérait être asséché sur 4km de long plus de 300 jours par an depuis la construction du barrage en 1960. Ainsi ça n’est pas seulement une production accrue pour EDF qui est en jeu, mais également un fort impact sur la biodiversité locale, comme l’expliquait Laurent Perotin, directeur de la production hydro-électrique des Alpes pour EDF.

Après qu’ils aient assisté à l’ouverture de la vanne, les élus ont été guidés jusqu’au site de la Rivoire par Jessica Bruggeman, conservatrice de la réserve naturelle régionale des Isles du Drac et Guy Genet, président du SIGREDA. Ceux ci ont alors pu présenter un vaste projet de réaménagement de la réserve, grande de plus de 800 hectares sur 15 Km de long, aux portes de la métropole. En effet, depuis le tragique accident de 1995, le site est interdit d’accès. L’augmentation du débit au niveau du barrage de Notre Dame de Commiers permet aujourd’hui de pouvoir réaménager certains espaces en sécurité. L’objectif est d’en faire des lieux d’éducation ou des observatoires de la biodiversité. La création de sentiers de promenade est également prévu, mais la baignade demeurera interdite pour préserver la sécurité de tous. Dans un même objectif, de nombreux outils de sécurisation du public vont accompagner ces aménagements.

Enfin, tout le monde s’est réuni sur le site de captage de Rochefort pour la cérémonie publique. Christophe Ferrari y a rappelé que Grenoble était avec Mulhouse la seule ville française qui bénéficiait dune eau naturelle non traitée, et la seule métropole avec Nice à posséder une réserve naturelle régionale sur son territoire. Marie-Noëlle Battistel, elle, a salué ce magnifique projet qui ne présentait aucun impact négatif.

Paul Savary

Catégorie A la une, La Métro, La Métro, eau, hydraulique, questions d'actualitéCommentaires fermés

La Métro au service des commerces de proximité

Grenoble-Alpes Métropole a affirmé, par sa délibération cadre du 18 décembre
2015, son soutien en faveur du commerce, de l’artisanat et des services.

Suite à la prise de compétence de la thématique « commerce », la Métropole
a organisé son service commerce autour d’une équipe territorialisée, dont
l’objectif est d’assurer, au côté des communes un accompagnement de
proximité des entreprises. L’une des actions phares est la mise en oeuvre
d’un fonds d’aides directes à l’investissement ayant pour principal objectif la
modernisation des locaux commerciaux.

Christophe Ferrari, Président de Grenoble-Alpes Métropole a fait une  » tournée  » pour ce rendre compte de l’efficacité de cette opération.

Pour rappel:

BÉNÉFICIAIRES :

- Les entreprises commerciales, artisanales ou de services avec vitrine, implantées
sur l’une des 49 communes, d’une surface de moins de 400 m² et avec un
chiffre d’affaires inférieur à 1 M€ HT
- Les commerçants non sédentaires domiciliés sur la Métropole et disposant d’un
abonnement sur un marché ou d’une autorisation d’occupation du domaine public
et privé sur le territoire métropolitain.

TRAVAUX ÉLIGIBLES :

- Mise en accessibilité
- Rénovations extérieures des vitrines
- Économies d’énergie
- Sécurisation des locaux
- Aménagement intérieur et acquisition de matériel sur les périmètres renforcés
(ZFU, politique de la ville, pépinières multisites), les communes de – de 3 000 hab
et les commerçants non sédentaires.

En 2016, c’est 37 dossiers qui ont été traités pour un montant de 195 200 €.

Pour 2017 les objectifs sont de 70 dossiers traités pour un budget de 450 000 euros.

Christophe Ferrari c’est rendu sur plusieurs sites dont la cave La cave « Vins à coeur », vente de vins et spiritueux située Saint-Égrève.

Sans titre 2

Régis GEORGES est caviste à Saint-Egrève depuis 2006 où il met au profit de sa
clientèle plusieurs années d’expériences et de savoir-faire en tant que sommelier
conseil.
Après avoir passé 10 ans dans le petit local à côté de celui-ci, il a souhaité développer
son activité et reprendre l’ancien local des vétérinaires. A ce titre, il a engagé
de nombreux travaux afin de doubler sa surface de vente et offrir une gamme de
produits de qualité. Il propose également des cours et des ateliers de dégustation.
Le développement de son activité a initié la création d’un petit pôle de proximité
avec l’installation, dans son ancien local, d’une épicerie de producteurs locaux, et
en face d’un primeur.
Montant des travaux éligibles réalisés : 23 990 €
Nature des travaux : Devanture, Sécurisation, Accessibilité, Économies
d’énergie
Subvention attribuée : 7 197,87 €

Régis Georges s’est montré très satisfait de cette opération qui lui a permis de faire des travaux  » indispensables ». Et de rajouter:  » j’en parle beaucoup autour de moi..auprès des autres commerçants car c’est vraiment très positif. »

Christophe Ferrari  pour qui  » se rendre compte sur place des bienfaits de cette opération est indispensable » précise:  » elle entre bien dans le cadre de notre politique de conforter le petit commerce de proximité. »

Catégorie La MétroCommentaires fermés

2 tonnes de déchets en moins !

Encadrés par Mountain Wilderness, Chartreuse Propre et Respect Planet, une vingtaine de bénévoles, collaborateurs de la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes, ont œuvré avec joie et motivation à une journée de dépollution de La Vence, une rivière située sur le territoire du Parc naturel régional de Chartreuse (Isère).
Au programme : nettoyer une section de 1 500 mètres de la rivière, souillée au fil du temps par diverses décharges sauvages et déchets charriés par le courant.

Au total, ce sont plus de 2 tonnes de déchets qui ont été retirés de la montagne : bravo aux bénévoles ! Cette opération a également pu être menée à bien grâce au soutien des mairies de Corenc et Quaix-en-Chartreuse, ainsi que de la Métropole de Grenoble.

Ce chantier de dépollution s’est inscrit dans le cadre de la Semaine de la Solidarité portée par la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes. Cette initiative encourage les collaborateurs de l’entreprise à s’investir bénévolement au profit d’associations du territoire.

En 2017, cette opération de mécénat de compétence au service de 15 projets solidaires (handicap, précarité, environnement, et intergénérationnel) a suscité l’engouement de plus de 170 participants !

Depuis 2014, Mountain Wilderness et la Caisse d’Épargne Rhône-Alpes avancent ensemble dans un partenariat qui vise à porter une autre approche de la montagne : ouverte à tous, défendant la préservation du milieu naturel, l’équité sociale et l’amélioration de l’économie des territoires montagnards.

De nombreux aménagements à vocation essentiellement touristique, mais également industrielle, agricole, militaire… sont aujourd’hui abandonnés dans les montagnes françaises. Ces installations qui n’ont plus d’usage, marquent souvent le paysage comme de véritables cicatrices. Elles sont donc obsolètes et doivent disparaître.

Depuis 2001, Mountain Wilderness a engagé un travail organisé en trois temps : recensement – démontage – sensibilisation. L’association a aujourd’hui une véritable expertise dans le démontage de ces aménagements abandonnés. Peu coutumière en revanche des chantiers de nettoyage de déchets, pour cette opération dans le lit de La Vence, l’association s’est rapprochée de partenaires associatifs rodés à ce type d’actions. www.mountainwilderness.fr

Le collectif Chartreuse Propre, acteur territorial incontournable pour le nettoyage du massif

Né lors de l’organisation d’une journée de nettoyage en 2008 du coté du col de Porte, de St Pierre de Chartreuse et du Col de Vence, le collectif Chartreuse Propre souhaite poursuivre son action rassemblant toujours plus de personnes, d’associations et surtout en impliquant les collectivités en charge de la gestion des dépôts sauvages.

Le collectif, en la personne de Sylvain Nogues, habitant du hameau de Vence, a apporté toute son expertise et sa connaissance du terrain pour mener à bien cette opération. www.chartreusepropre.fr

Respect Planet, nettoyage de sites pollués en milieux extrêmes

Respect Planet est une initiative portée par Philippe Goitschel. Il organise régulièrement des opérations de nettoyage de sites pollués, en France mais aussi à l’étranger.

La motivation de Philippe est non seulement de s’engager dans des actions de nettoyage mais aussi de sensibilisation, de présenter les responsables, utilisateurs et amoureux de la nature impliqués dans le respect de la planète et la restauration des sites. Ces actions sont menées dans différents milieux, souvent extrêmes (montagne, spéléologie, milieu subaquatique). Ces opérations symboliques associent l’aventure humaine, la performance physique et le travail d’équipe.

Ainsi, fort de son expérience, Philippe nous a rejoints sur l’opération de dépollution de La Vence pour accompagner les bénévoles dans leur action. www.respect-planet.com

CLIQUEZ ET DÉCOUVREZ LES PHOTOS DU CHANTIER

Photos chantier VENCE

Catégorie A la une, La Métro, environnement, parcsCommentaires fermés

La saison des espaces naturels metropolitains est lancée !

Ce jeudi 15 Juin, Christophe Ferrari, président de la métropole et Jérôme Dutroncy, vice-président délégué à l’environnement, l’air, le climat et la biodiversité se sont rendus au parc de l’ïle d’amour de Meylan afin d’officialiser le lancement de la saison des espaces naturels métropolitains.

Le parc compte parmi les 6 espaces naturels présents sur le territoire de la Métropole et accueille de nombreuses classes dans le but de leur amener une éducation et une sensibilisation au naturel.

Christophe Ferrari a exprimé son plaisir d’y être présent et a tenu à affirmer l’appui fort de la Métropole envers ces véritables éléments d’attractivité du territoire, déclarant qu’à ses yeux, la biodiversité faisait partie intégrante de l’ADN métropolitain.

En effet, les jardins du parc sont aujourd’hui gérés par les agents de la métropole avec le soutien de nombreuses associations comme la LPO ou la FRAPNA, mais également du fort engagement des communes du territoire qui travaillent toujours au développement des voies vertes et bleues.

Ce parc qui existe depuis des décennies a toujours été un lieu de privilège de la biodiversité, labellisé refuge LPO en 2013. Il présente quelques lieux particuliers comme un hôtel à abeilles (domestiques donc présentant un risque de piqûre extrêmement faible) ou un jardin où la culture est complètement naturelle.

L’occasion pour Mrs. Ferrari et Dutroncy d’évoquer un besoin toujours croissant et de plus en plus généralisé de pouvoir certifier une origine responsable aux produits que nous trouvons dans nos assiettes.

Ce fut également l’occasion d’évoquer les enjeux majeurs pour l’avenir de nos espaces naturels au sein de la métropole, d’anticiper les dangers nuisibles à leur biodiversité, comme le réchauffement climatique ayant beaucoup plus d’impact en territoire montagnard.

C’est la raison de la création d’un observatoire de la biodiversité intégrant bon nombre de services de la Métropole. Comme l’a affirmé Christophe Ferrari, la santé environnementale est directement liée à la santé publique.

Paul Savary

Catégorie La Métro, La Métro, environnementCommentaires fermés

La métropole inaugure Chronovélo, son nouveau réseau cycliste

Ce Vendredi 9 Juin, Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole était présent à l’Aiglon à Grenoble en compagnie de Yann Mongabaru, vice-président délégué aux déplacements pour présenter la nouvelle identité du réseau express vélo.

Baptisé Chronovélo, en écho aux Chronobus, ce réseau d’ « autoroutes à vélo » devrait être doté de 40km de voies d’ici 2020. 4 grands axes ont été tracés à travers la métropole :

  • Eybens – Grenoble centre
  • Saint Egrève – Grenoble Centre – Campus Universitaire
  • Grenoble – Echirolles – Vizille
  • Fontaine – Grenoble centre – La Tronche – Meylan

L’objectif majeur est de tripler la part modal du vélo en métropole, soit l’amener à peu près à égalité avec celle du tramway. Aujourd’hui, 15 % des actifs de la métropole se déplacent sur leur lieu de travail à vélo, ce qui fait de l’agglomération la première de France dans ce domaine.

Ce projet a été doté d’une identité visuelle rompant avec les classiques lignes blanches. Mêlant le turquoise et le jaune, l’apparence de ces nouvelles voies a été testée et approuvée par les utilisateurs lors de tests préalables. Ceux ci ont également eu le loisir de proposer des améliorations à intégrer.

Ainsi ont vu le jour des « stations » le long des pistes, intégrant chacune un plan des alentours et une pompe à vélo. Et malgré quelques points qui, de leur avis, pourraient être améliorés, la majorité d’entre eux se disent heureux, trouvant les nouveaux équipements ludiques et plus sécurisants.

La nouvelle signalétique intègre en effet des bandes de bordures, un tracé central pour séparer les deux sens de circulation, mais aussi toutes sortes d’indications, comme la direction de la piste, le nombre de kilomètres restants, et un marquage particulier lorsque les voies croisent les routes pour mieux avertir les automobilistes.

Au delà de ces nouvelles voies, la métropole maintient sa volonté de développer son réseau cyclable, elle espère faire croître son réseau jusqu’à 320km de voies d’ici 2020, et a d’ores et déjà installé 1000 places de stationnement supplémentaires à la gare de Grenoble, et 100 de plus à celle de Gières.

Paul Savary

Catégorie La Métro, La Métro, transportCommentaires fermés

L’accompagnement des entreprises par la métropole

Ce mardi 30 Mai,  Christophe Ferrari, Président de Grenoble-Alpes Métropole s’est rendu à l’hôtel d’activité Cemoi pour une conférence sur l’accompagnement foncier-immobilier de la métropole envers de nombreuses entreprises.

En effet, l’hôtel d’activités Cemoi, ancienne usine historique du premier fabriquant de chocolat français, vient tout juste de finir d’être rénové. Acquis par la métropole en 1979 suite à la fermeture des usines, ce bâtiment regroupe aujourd’hui de nombreuses activités de pointes grenobloises. La métropole porte aujourd’hui des appels d’offre d’accueil d’entreprises au niveau européen.

La compétence immobilière d’entreprise étant du ressort de la métropole, Christophe Ferrari a tenu à souligner sa volonté d’appuyer la dynamique économique à travers cette compétence. Il souhaite inciter à la sanctuarisation des zones foncières économiques, l’exploitation de 14 hectares de zones en friche industrielle et l’accompagnement des startups dans des hybridations comme par exemple l’intégration à l’hôtel d’activités Cemoi, disposant de 11680 m² de locaux et accueillant aujourd’hui des entreprises comme Apple.

Pour permettre de mieux appréhender la dynamique collective de la métropole, Christophe Ferrari  a livré quelques chiffres.

Un étudiant sur 4 souhaite créer son entreprise, la métropole compte 32 000 chefs d’entreprise et 180 000 salariés. Parmi les entreprises du département, 61% ont été créées sur le territoire de la métropole, le nombre de création d’entreprises est en hausse de 7,2%, tandis que celui de défaillance est en baisse de 7%.

- Visite de 4 entreprises de l’hôtel d’activité Cemoi -

À la suite de cette conférence, le président de la métropole a visité 4 entreprises parmi les perles de l’hôtel d’activité Cemoi.

  • Talentéo : Cette startup créée il y a 5 ans a développé un blog centré sur l’emploi des personnes handicapées. Pour ce faire, elle organise de nombreux événements autour de cette thématique (Cook&Job, Sport2Job, etc)

  • Skaping : Une entreprise spécialisée dans la pose, l’entretien et le traitement d’images de caméras de très haute qualité, notamment en montagne.

  • Usharesoft : Une startup développant des services permettant de gérer des applications web et mobile. Leur succès leur a valu leur rachat par le géant japonais Fujitsu, Usharesoft est aujourd’hui leur ambassadeur en France.

  • BH technologies : profitants de l’occasion pour inaugurer leurs nouveaux locaux au sein de l’hôtel, ils sont à l’origine de la création de solutions d’optimisations de la gestion des déchets et de l’éclairage publique.

Pour toutes ces entreprises, l’attrait majeur de centrer leur activité sur la Métropole est notamment l’accès aux ingénieurs grenoblois.

Paul Savary

Catégorie La Métro, La Métro, economie/emploiCommentaires fermés

Sechilienne: travaux, réunion publique..

A partir du lundi 29 mai à 9h et jusqu’au 7 juillet 2017, Grenoble-Alpes Métropole va engager des
travaux d’urgence sur un mur de soutenement de la route du Luitel à Séchilienne, à proximité du
parking de l’Eglise. Ces travaux nécessitent, pendant 5 semaines, la fermeture à toute
circulation automobile de la route du Luitel, entre l’intersection avec la rue de l’Eglise et
l’entrée du lotissement du Château.

Placé sous surveillance régulière depuis son transfert au 1er janvier 2015 à Grenoble-Alpes
Métropole, cet ouvrage devait faire l’objet de travaux de confortement à partir du mois de juillet
2017, financés à parité par la commune et la Métropole grenobloise.

Toutefois, cet ouvrage a connu une dégradation brutale ces dernières semaines : apparition de
nouvelles fissures et accroissement conséquent des fissures existantes, importante évolution
du ventre du mur s’apparantant à un gonflement, déformation de la pente de la chausée, etc.
Ainsi, l’instabilité du mur et sa dégradation accélérée, très largement visible, ne permettent
plus d’assurer la sécurité des riverains et de l’ensemble des usagers de la route.

Dès lors, compte tenu du risque d’effondrement du mur, une première mesure d’urgence a été
prise le lundi 12 mai 2017 avec la signature par la Mairie de Sechilienne d’un arrêté d’interdiction
de circulation aux véhicules de plus de 3,5 tonnes sur cet ouvrage.

Par la suite, une entreprise a été missionnée d’urgence par la Métropole pour intervenir.
Plusieurs solutions techniques ont alors été étudiées permettant à la fois d’assurer la sécurité
des ouvriers et de réaliser au plus tôt les travaux. En définitive, la solution retenue et
commandée à l’entreprise le 17 mai, consiste d’abord à purger la zone du mur la plus instable
(environ 40 m²) pour ensuite pouvoir débuter les travaux de confortement, lesquels
permettront d’ancrer le mur dans la roche. La reconstruction d’une partie du mur de
soutènement est également nécessaire, tout comme la réfection de la voirie qu’il supporte.
Consciente des désagréments occasionnés, Grenoble-Alpes Métropole et la commune de
Séchilienne mettent actuellement en place différentes mesures pour réduire au maximum les
nuisances de ce chantier. A cet égard, un cheminement piéton d’un mètre de large sera
conservé sur l’ouvrage tout au long des travaux afin d’assurer les liaisons entre la partie basse
et la partie haute de la route du Luitel et faciliter le covoiturage. Deux navettes seront
également mobilisées pour continuer à assurer au mieux le transport scolaire et la livraison des
repas à domicile notamment. Pour ce faire, des aires de retournement et de stationnement
seront mises en place au niveau du parking de l’Eglise et de l’entrée du lotisssement du
Chateau.

La collecte des ordures ménagères sera aussi adaptée et assurée en porte à porte le lundi de
7h30 à 11 heures, tandis que le balisage de la déviation ainsi que l’information aux habitants sont
en cours. A noter qu’une solution de déviation par un sentier à proximité a été étudiée mais
celle-ci s’avère trop dangereuse en raison de la pente importante.

Enfin, avant le 7 juillet, si l’évolution du chantier le permet, une voie de circulation en alternat
sera ouverte sur l’ouvrage, en semaine, de 16h30 à 8h30, ainsi que les week-end.
Afin de répondre au mieux à l’ensemble des questions des riverains et des habitants, une
réunion publique d’information sera organisée par la commune, en présence de la
Métropole, le mardi 30 mai 2017, à 20h, à la salle des fêtes de Séchilienne.

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Parc du Vercors,Grenoble-Alpes Métropole unis dans: “Territoire à Energie Positive et Croissance Verte”

Jacques ADENOT, Président du Parc naturel régional du Vercors et Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole ont lancé le 4 mai dernier  une démarche commune baptisée “Territoire à Energie Positive et Croissance Verte” ou TEpos-CV, en mairie de Fontaine en présence de nombreuses
personnalités.

Le Parc du Vercors et Grenoble-Alpes Métropole reconnus et labellisés « Territoire à
Energie Positive pour la Croissance Verte » par l’Etat avec TEPCV* et par la Région
Rhône-Alpes Auvergne avec TEPOS* en 2016, s’engagent mutuellement en faveur de
la transition énergétique et écologique. Ce partenariat en faveur de la transition
énergétique intègre pleinement les choix de vie des habitants du Vercors et de la
métropole mais aussi des nouveaux enjeux liés au changement climatique, tout en
témoignant des liens forts entre la ville et la montagne, dans une complémentarité
de services, de ressources et de milieux.
Le programme commun 2017-2020, englobe 5 thématiques : les mobilités, la
biodiversité, la filière bois-énergie, la réduction de la pollution lumineuse et les
énergies renouvelables.
Des actions concrètes par territoire, telles qu’un Plan lumière pour la métropole, la
rénovation d’une chaufferie bois et l’extension d’un réseau de chaleur pour le Parc
du Vercors ou encore des actions communes comme un dispositif d’auto-stop avec
une signalétique connectée et un projet de stockage-séchage de bois de
chauffage, verront le jour sur ces deux territoires fortement impliqués en faveur de
la transition énergétique.
L’Etat et la Région Rhône-Alpes-Auvergne soutiennent cette collaboration
conjointe à hauteur de 2 millions d’euros (investissement) et 100 000 euros
(ingénierie).

- TEPCV est une reconnaissance de l’Etat de l’engagement des territoires dans une
démarche de transition énergétique.
- TEPOS est une reconnaissance régionale des territoires qui les engagent à produire autant d’énergie qu’ils n’en consomment d’ici 2050.

Le lancement de ce partenariat s’est officialisé à Fontaine. Choix judicieux puisque Fontaine  est ville porte du Vercors, membre de la Métro, adhérente au Parc Naturel Régional du Vercors … » Nous sommes au coeur de cette démarche qui doit être une mobilisation citoyenne, nous sommes concernés et sommes preneurs de toute initiative environnementale.. » a précisé Jean Paul Trovéro, maire de Fontaine.

Jérôme Dutroncy, adjoint au maire et vice président de la Métropole c’est réjouit de cette démarche  » de longue haleine, qui demande la mobilisation de tous. C’est un projet de territoire et il faut bien garder en mémoire que si rien n’est fait ce territoire aura un tout autre visage dans les prochaines années, réchauffement de la planète oblige.. »

Jacques Adenot, président du parc naturel régional du Vercors a rappelé que  » le Parc est au service du territoire et que nous devons tout mettre en oeuvre pour le protéger, assurer son avenir.. Nous prônons une approche territoriale de l’énergie qui valorise les besoins et les richesses locales. Tous les projets 20170504_172821allant dans ce sens auront l’appui du Parc..Bois énergie, centrales villageoises, modes de déplacement, cuisiner local, valorisation des produits du Vercors…nous sommes mobilisés avec l’ensemble des acteurs de notre territoire pour mener à bout cette démarche ambitieuse qui consiste à ce que le Vercors produise autant d’énergie qu’il en consomme en 2050… »

Virginie Pfanner, vice présidente à la région et au Parc a souligné : » la région est leader dans cette démarche et que celle ci ne peut se mettre en place qu’avec une mobilisation des collectivités, des entreprises et des citoyens.. Cette initiative dynamise l’esprit d’innovation mais aussi l’économie, l’emploi.. »

Christophe Ferrari, président de Grenoble-alpes-Métropole s’est dit  » ravi que cette démarche soit collective et concerne  » deux territoires complémentaires: le Parc du Vercors et l’agglo. Nous devons monter des actions collectives afin de réussir la transition énergétique, c’est indispensable, vital pour notre avenir et celui de nos enfants.. Il faut savoir que si les températures continuent d’augmenter, notre environnement et nos forêts auxquels nous sommes tant attachés n’auront plus du tout le même visage. »

20170504_174229

De gauche à droite, Jean-Paul Trovero, maire de Fontaine, Christophe Ferrari, président de la Métropole, Jacques Adenot, président du PNRVercors et Virginie Pfanner, vice présidente de la Région.

Et de poursuivre: la Métro est un espace d’innovation avec en particulier 4500 logements qui ont été rénovés grâce à l’opération Mur/Mur.  » Certains particuliers ont vu leur facture de chauffage baisser de25 à 30%. Nous avons l’ambition de faire bénéficier de cette opération Mir/Mur 4000 propriétaires supplémentaires d’ici 2022.. » A préciser cela a permis de ne pas rejeter 6000 tonnes  de CO2 dans l’atmosphère..

Le processus est engagé et bien engagé..


Catégorie La Métro, parcs, planète TerreCommentaires fermés

EN 2019, UN NOUVEAU COEUR DE MÉTROPOLE

EN JANVIER 2016, GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE, LA VILLE
DE GRENOBLE ET LE SMTC PRÉSENTAIENT LE PROJET
D’ENVERGURE POUR LE CENTRE-VILLE DE GRENOBLE, DANS
LE CADRE DE LA DÉMARCHE GÉNÉRALE COEURS DE VILLE,
COEURS DE MÉTROPOLE.

Coeurs de ville, Coeurs de Métropole
rassemble les communes de la
Métropole autour d’un projet de
requalification apaisée des centres
bourgs et centres-villes : meilleur
partage de l’espace public entre
modes de déplacements (marche
à pied, éco-mobilité, transports
en commun, voiture, etc.), mise
en valeur des patrimoines,
développement d’un cadre de vie
convivial, végétalisé et favorisant la
rencontre entre tous les publics. Ces
objectifs contribuent à renforcer la
vitalité commerciale et culturelle des
communes de la Métropole.

À Grenoble, troisième ville la plus
dense de France et coeur de chauffe
de la Métropole, la requalification du
centre-ville est un enjeu essentiel
pour les habitants et l’ensemble des
acteurs du territoire :
Le centre-ville de Grenoble était
jusqu’ici fragmenté en îlots, sans
cohérence d’ensemble et exposé
aux nuisances induites par la
surprésence automobile (pollution,
bruit, continuités urbaines hachées).
Dans la poursuite des premières
vagues d’embellissement et de
piétonnisation des années 1960
et 1970, Coeurs de ville Coeurs
de Métropole permet au centre ville
de Grenoble d’épouser enfin
son envergure métropolitaine, au
bénéfice de la qualité de vie de tous
les habitants.

Le projet Coeurs de ville, Coeurs de
Métropole / Grenoble a fait l’objet
de plusieurs mois de concertation
avec les habitants et les acteurs du
territoire au cours de l’année 2016.
Il a été approuvé par les 3 assemblées
délibérantes début 2017.

Des travaux importants sont à
mener sur des réseaux anciens des
boulevards Lyautey, Agutte-Sembat
et Rey. Ils s’accompagnent dès le 18
avril 2017 de la mise en place d’un
plan de circulation adapté.
Ce nouveau plan de circulation est
accompagné par de nouveaux services
pour faciliter les déplacements :
places disponibles dans les parkings
couverts en temps réel, info trafic,
offre tarifaire adaptée, etc.

Le nouveau plan de circulation
contient également la piétonnisation
de la Place Grenette, emblématique
de Grenoble, et des rues adjacentes :
il s’agit d’offrir aux habitants et aux
acteurs du territoire un nouveau
cheminement patrimonial et
commercial privilégié, dans un
espace apaisé.

Par ailleurs, dès l’été 2017, la
piétonnisation intégrera plusieurs
rues du secteur Millet, puis du
secteur Brocherie Chenoise et du
secteur Championnet, sur lequel la
concertation va se poursuivre.

12

Catégorie A la une, La MétroCommentaires fermés

Métrovélo

Grenoble-Alpes Métropole continue d’innover pour favoriser les modes doux au
travers de la construction de deux parcs à vélos, en service depuis le 12 avril
dernier, représentant 1100 nouvelles places de stationnement de part et d’autres
de la gare de Grenoble..
Une solution sécurisée de consigne collective unique en France y est proposée
avec 550 nouvelles places dans chaque parc, l’accès se faisant par carte
magnétique de 5 heures à minuit avec un abonnement de 49 euros à l’année.

A noter également qu’une nouvelle consigne à vélos ouvrira ses portes le 18 avril
prochain à proximité de la gare de Gières, en complément de la consigne existante,
aujourd’hui saturée. Une centaine de places supplémentaires sera ainsi proposée
aux usagers, participant à faire de cette gare, comme de la gare de Grenoble par
ailleurs, de véritables pôles d’échanges multimodaux.

Catégorie La MétroCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+