Archive | La Métro

GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE TERRITOIRE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

En déplacement à Grenoble, Bernard Cazeneuve, premier ministre, accompagné de Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement a signé le pacte métropolitain d’innovation de Grenoble-Alpes Métropole.

Dans la continuité de la politique environnementale menée par la cité iséroise depuis 20 ans, ce dernier vise à développer un nouvel écosystème métropolitain intégré pour la transition énergétique.

A l’occasion de ce déplacement, ont été signés :
•    Des contrats de « Territoire à énergie positive pour la croissance verte ».
•    La convention issue de l’appel à projets « Villes respirables en 5 ans » dont Grenoble est lauréate. Parmi les actions développées par la ville :
- Mise en œuvre d’une zone à circulation restreinte pour les véhicules de livraison ;
- Déploiement d’un réseau de 200 consignes pour le stationnement sécurisé des vélos sur voirie ;
- Agrandissement et diversification de la flotte Métro vélos avec l’ajout de 150 vélos spéciaux pour le transport d’enfants et de marchandises ;
- Sensibilisation et mobilisation des habitants pour la qualité de l’air ;
- Études en faveur de la préservation de la qualité de l’air.

Par ailleurs, Ségolène Royal a annoncé :

- Le lancement de l’appel d’offres pour 210 MW pour le développement de technologies solaires innovantes, dont la route solaire, projet auquel collabore le CEA. Le volume de l’appel d’offres est réparti sur quatre familles d’innovation :
- Les innovations de composants, en particulier la route solaire, les modules innovants, les onduleurs avec fonctionnalités spécifiques ou les nouvelles technologies de cellules ;
- Les innovations du système électrique (architecture haute tension, système innovant de distribution d’énergie…) ;
- Les innovations liées à l’optimisation et à l’exploitation électrique de la centrale photovoltaïque (logiciel de monitoring couplé à des capteurs, outils de maintenance préventive…) ;
- Les installations permettant de coupler une production photovoltaïque secondaire à une production agricole principale (agrivoltaïsme).

Un choix naturel

Le territoire de la métropole iséroise est composé à 88% d’espaces naturels, agricoles et forestiers. Cette richesse est constitutive de l’identité de Grenoble, et c’est donc naturellement que la métropole a rattaché son  Pacte métropolitain d’innovation (PMI) à la thématique « transition énergétique et environnement », l’un des trois grandes orientations proposées au niveau national dans le cadre des PMI.
Premier pôle urbain alpin, la métropole iséroise a naturellement choisi de développer un écosystème métropolitain intégré pour la transition énergétique, afin de répondre à trois enjeux majeurs :
- maintien du dynamisme économique au service de l’emploi ;
- lutte contre les changements climatiques et engagement dans la transition énergétique ;
- renforcement de la cohésion sociale du territoire.

Pour Bernard Cazeneuve: »Grenoble s’affirme depuis près de quarante ans comme une des capitales françaises de l’innovation. (…) En signant aujourd’hui un pacte métropolitain, mon ambition est que l’État accompagne Grenoble-Alpes Métropole dans sa stratégie d’innovation et favorise son rayonnement international. »

La signature du pacte métropolitain a été signz dans les locaux de Grenoble alpes Métropole ou Christophe Ferrari, président a accueilli les deux ministres ainsi que de nombreuses personnalités.

Il a indiqué:

 » Nous voici donc à l’heure de franchir une nouvelle étape dans la construction métropolitaine, une de plus après deux années qui auront été extraordinairement riches. C’est  de notre responsabilité, celle
de préserver la santé de nos concitoyennes et concitoyens, notre santé, sans jamais oublier que l’inaction représente un coût, sanitaire bien sûr mais aussi économique, évalué à plus de 100 milliards d’euros par
an par une commission d’enquête sénatoriale en 2015. La transition énergétique, c’est un défi que nous ne saurons relever qu’ensemble..

C’est cette dynamique que nous souhaitons consolider en scellant un pacte entre l’Etat et la
Métropole grenobloise dont le volet innovation nous place au service de l’émergence d’un écosystème métropolitain intégré pour la transition énergétique.

Et je dois dire que nous disposons en la matière de magnifiques atouts.
L’appui de l’Etat nous permettra d’aller plus vite et d’aller plus loin.
Ce Pacte, c’est un partenariat en devenir qui a vocation, dans son volet coopération, à associer également, demain, les territoires voisins de la Métropole, dans leur diversité, au service d’une dynamique territoriale qui s’affranchit des frontières institutionnelles. Et ils sont d’ores et déjà mobilisés.
Construction d’un réseau de chaleur biomasse sur la commune de Gières, récupération de la chaleur fatale produite par la plateforme chimique de Pont de Claix, développement des parcs photovoltaïques
en zone urbaine au travers de sociétés de participation citoyenne, construction du service public métropolitain de la donnée énergétique, renouvellement du parc de véhicules publics ou encore développement d’un poste de commande centralisé au service d’une mobilité
multimodale. C’est toutes ces actions, on ne peut plus concrètes, que va permettre d’engager sans tarder le Pacte Métropolitain d’Innovation.

fer c

C’est une excellente nouvelle pour notre territoire … »



Catégorie A la une, La Métro, La Métro, environnementCommentaires fermés

TECHNICENTRE MÉTROVÉLO SASSENAGE

Lancé en 2004, à l’époque du développement médiatisé des premiers services de vélo en libre-service (Vélib à Paris, Vélov à Lyon), exploité depuis 2015 par la société Vélogik pour le compte de la Métropole, Métrovélo propose aux usagers un parc de vélo en constante augmentation.

Précisément, 7 000 vélos jaunes circulent aujourd’hui sur la Métropole grenobloise avec un objectif de 9 000 vélos pour 2020. Métrovélo demeure ainsi le premier service de location de vélo de province en nombre de vélos.

Métrovélo renforce régulièrement son offre de service en proposant des
tandems, des porteurs vélo, des cycles enfants, ainsi que des vélos pliables
et compacts.
La fréquentation du service ne cesse d’augmenter depuis sa création, comme
l’atteste le nombre de journées de location en agence.

Ce succès, accompagné d’une sympathie largement développée autour du
vélo jaune grenoblois, peut être considéré comme un des fers de lance de
l’augmentation très rapide de l’usage du cycle dans le Métropole Grenobloise.

Un technicentre Métrovélo pour plus d’efficacité encore

Ainsi, afin d’améliorer encore la qualité et l’efficacité du service rendu
par Métrovélo, les élus du Conseil métropolitain ont décidé de construire
un centre technique Métrovélo à Sassenage regroupant les deux sites
aujourd’hui essaimés à la gare de Grenoble et à Seyssinet-Pariset. Ce
centre permettra d’accueillir l’ensemble des équipes de Métrovélo, tout en
conservant les deux agences commerciales de la gare de Grenoble et du
Campus de Saint-Martin-d’Hères afin de garder la proximité de relation avec
les usagers.
Lancés en décembre 2016, les travaux s’achèveront en juillet prochain pour
une mise en service dès la rentrée 2017. Le centre technique sera composé
d’un atelier de 275 m2 dédié à la réparation et à l’entretien des cycles, de
locaux administratifs de 120 m2 et d’un espace de stockage de 830 m2, soit en
définitive un bâtiment de 1 400 m2 environ.

Un investissement exemplaire et économe

- Un retour sur investissement à court terme
Le montant global de l’opération représente 1 million d’euros financé pour
moitié par la Région Auvergne Rhône-Alpes et pour moitié par la Métropole. Un
coût à mettre en lien avec les 125 000 euros de frais de location et de charges
du site de Seyssinet qui accueille actuellement l’atelier central ainsi qu’un
espace de stockage de Métrovélo.

-  Une seconde vie pour un site désormais inexploité
Le Technicentre Métrovélo est construit sur une parcelle mise à disposition
par le SMTC moyennant une redevance annuelle d’un euro symbolique.
Le terrain concerné dispose notamment d’une grande halle qui servait
d’extension pour le remisage des bus et qui n’est plus exploitée avec la mise
en service de la ligne de tramway E et l’optimisation du réseau de bus. Le
technicentre Métrovélo est construit sous cette toiture existante.

- Un bâtiment écologique
Le réemploi de cette toiture permet de réduire les coûts de construction,
d’économiser la matière première de couverture et de doter le futur bâtiment
d’un éclairage naturel. Conception bioclimatique, bâtiment à ossature bois,
sobriété dans le dimensionnement de l’équipement, barrière brise-vent
végétale pour protéger les vélos dans la zone de stockage, ce bâtiment fait
figure d’exemple en terme de qualités environnementales.

S’inspirant de la circularité d’une roue de vélo, le bâtiment sera compact et
fonctionnel et réalisé avec un souci d’économie d’espace, minimisant ainsi les frais
de fonctionnement.

Un projet témoin d’un engagement fort de la collectivité
en faveur du vélo et des modes doux

Le Technicentre Métrovélo s’inscrit dans une politique cyclable ambitieuse
délibérée en 2014 par la Métropole. Cette politique, qui ambitionne notamment de
tripler la part du vélo d’ici 2020, s’intéresse à l’ensemble des dimensions de l’usage
du cycle. Le plan d’actions 2015-2020 se décline effectivement en quatre volets :
aménagements de voiries, stationnement des cycles, services vélos et incitation
aux changements de comportements.
Aussi, la collectivité consacre chaque année un budget annuel de près
de 6 millions d’euros en faveur de la politique cyclable.
Plusieurs projets préfigurent la réussite et l’efficacité de cette politique cyclable
sur le long terme.
Les premiers tronçons du réseau cyclable structurant métropolitain ont
notamment vu le jour en 2016 comme sur les rues Camille Desmoulins et Lanoyerie
à Grenoble. Une expérimentation a été lancée sur la signalisation de ce réseau
également.
La réalisation du projet Coeurs de Ville/Coeurs de Métropole Grenoble est aussi un
élément essentiel pour l’avenir de la pratique du vélo, tout comme la démarche
de Métropole apaisée dans laquelle 43 communes de la Métropole sont engagées
aujourd’hui.
Compétente désormais en matière de voirie et d’espaces publics, la collectivité
renforce également son action en faveur du développement des stationnements
cycles sur l’ensemble de la Métropole, en complément des consignes collectives
déployées sur les principaux pôles d’échanges et, dès 2018, sur la Presqu’ile
scientifique.
Enfin, les initiatives menées dans le cadre du Plan de Déplacements Urbains
horizon 2030 du SMTC, ainsi que le futur schéma de mobilité grand sud sont
autant de compléments apportés à une politique de déplacement encourageant
au maximum les déplacements non polluants.

1

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

SÉCURISATION DE L’ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE VIF, LE GUA ET VARCES

La source de l’Échaillon, alimente gravitairement en eau potable 90 % de Vif, 70 % de Le Gua et 25 habitations sur la commune de Varces-Allières et Risset (8 500 hab.) Il n’existe pas d’interconnexion de secours sur une autre ressource en cas d’incident exceptionnel sur le captage le rendant inutilisable.

Suite à l’épisode de pollution bactériologique et virale massive qui a conduit à une restriction d’usage de l’eau distribuée du 20 au 24 mars 2016 à Vif, Le Gua et à un hameau de la commune de Varces-Allières-et-Risset, les élus du Conseil Métropolitain ont décidé à l’unanimité de substituer la source de l’Échaillon par un nouveau forage créé dans la nappe du Drac, en conservant la source de
l’Échaillon en secours.

Cette décision, prise lors des Conseils métropolitains du 27 mai et du 1er juillet
2016, s’ajoute aux mesures post-crise enclenchées selon un calendrier soutenu :
- relèvement du niveau de chlore, des contrôles bactériologiques et surveillance
accrue
- renforcement des procédures de suivi de traitement pour détecter toute
variation de la qualité de l’eau et adapter la désinfection en conséquence
(monitoring)
- contrôle exhaustif l’assainissement en amont du bassin versant (réseau de
collecte, station d’épuration, assainissement non collectif).
- lancement de la prcédure de révision de la DUP (suite à l’étude de vulnérabilité
menée par le SIVIG)
Étude de faisabilité pour la sécurisation de la ressource de l’Echaillon (mai 2016)
avec plusieurs scénarios étudiés
Un projet global de sécurisation et de substitution de la ressource de
l’Echaillon :

- Création du captage de Petit Brion dans la nappe du Drac à Vif ;
- Création de 5 stations de pompage ;
- Raccordement aux réseaux d’adduction : pose de nouvelles canalisations sur un
linéaire de 3 200 m
- Modification des réservoirs existants (hors RNR) ;

- Mode de secours fonctionnel conservé depuis le captage de l’Echaillon (en cas de
casse ou de problème rencontré sur le nouveau forage).
Implantation du nouveau captage d’alimentation en eau potable :
- Implantation au sein du Périmètre de Protection Immédiat des captages de
Rochefort, autrement dit dans un périmètre déjà protégé et permettant le prélèvement d’une eau
naturellement potable sans recours au traitement
- Un travail partenarial est enclenché avec la RNR des Isles du Drac pour définir la
meilleure implantation du captage

La phase 1 du projet de sécurisation de l’alimentation en eau potable
de Vif et Le Gua

- Premiers travaux sur les avenues d’Argenson et du 8 mai 1945 : janvier – juin 2017
- Pose d’une conduite d’adduction en eau potable (Diamètre 250 mm – longueur
730 ml) avec en parallèle un renouvellement des réseaux d’eaux usées et
pluviales
- Montant des travaux : 908 000 € HT dont 160 000 € HT pour la sécurisation
- Forage d’essais et piézomètres dans la RNR des îles du drac : janvier-février 2017
- Réalisations de 6 piézomètres de 20 à 30 m de profondeur
- Réalisation d’un forage d’essai de 240 mm de diamètre à 35 m de profondeur
- Essai de pompage à 60 m3/h pendant 72 heures (capacité)

2 017 – 2018 : Calendrier global des travaux de sécurisation :
- Février – mars 2017 : études et réalisation du projet définitif des travaux
- Mars – avril 2017 : réalisation du dossier de consultation des entreprises et
lancement de la consultation des travaux,
- mai 2017 : Analyse des offres et passage en Commission d’appel d’offres
- juin 2017 : Attribution et notification des marchés de travaux
- juillet 2017 : Début de la seconde phase des travaux : pose de canalisation
d’adduction d’eau potable, forage définitif et création des stations de pompage,
modification au niveau des réservoirs
- juin 2018 : Achèvement des travaux
-juillet 2018 : Réception des travaux.

Le coût global des travaux de sécurisation : 3 610 000 € HT comprenant
- Les travaux de sécurisation,
- Les études préliminaires : géophysique, qualité des eaux brutes, topographie,
jaugeages, géotechnique, forage d’essais et piézomètres,
- Les dossiers administratifs d’autorisation,
- La maîtrise d’oeuvre et frais divers

Catégorie A la une, La MétroCommentaires fermés

Grenoble-Alpes Métropole: Logistique urbaine

Afin de favoriser l’efficacité du système transport logistique et d’améliorer la qualité de l’air, Grenoble-Alpes Métropole propose un plan d’actions ambitieux en faveur d’une logistique urbaine durable dans la métropole grenobloise.

Pour en savoir plus:

http://www.lametro.fr/934-logistique-urbaine.htm

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Nouvelle édition du Concours des commerces accessibles

Dans le cadre de sa politique en faveur de l’accessibilité et du soutien aux commerces de
proximité, la Métropole grenobloise encourage et récompense la mise en accessibilité des
commerces pour tous, et notamment pour les plus vulnérables.

Pour sa seconde édition métropolitaine, Grenoble-Alpes Métropole, en partenariat avec la
Chambre de Commerce et d’Industrie de Grenoble, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat
de l’Isère et l’association Label Ville, a organisé cet automne le Concours des commerces
accessibles. Le Palmarès a été dévoilé le 12 décembre dernier lors d’une cérémonie qui s’est
tenue au restaurant « Le Phénicien » (Prix Coup de coeur du Concours), situé au 64, Cours
Berriat à Grenoble.
Ce palmarès récompense l’exemplarité et l’innovation en matière d’accessibilité, d’accueil
et de signalétique de 6 commerces, dont les travaux et aménagements réalisés contribuent
fortement à améliorer l’accueil des clients et favorise ainsi l’accès à tous.
Cette année, le taux de participation a doublé par rapport à 2015, et ce ne sont pas moins
de 24 candidats qui ont participé au Concours métropolitain des commerces accessibles.
Le jury, composé d’acteurs du monde du handicap, du commerce et d’élus s’est réuni le 28
novembre dernier afin de sélectionner les gagnants.

Des membres de l’APF (Association des Paralysés de France) en situation de handicap ont
également visité les commerces lauréats et ont relevé la qualité des réalisations primées.

Prix des commerces accessibles 2016, le palmarès complet est :
* Premier Prix : Mariam DANKOVSKY / Retouche Express / Couture et retouches à Grenoble
* 2e Prix : Jérôme ROUBIY / Le Dix / Brasserie à Eybens
* 3e Prix : Mathias LEGLOAN / Jardin du thé / Salon de thé à Grenoble
* 3e Prix : Dominique CASALINO / La Noisette / Boulangerie à Meylan
* Prix Coup de coeur : Sam HADDAD / Le Phenicien / Restaurant à Grenoble
* Prix Spécial : Séverine et Bertrand FOURCAUDOT / Green mango / Yaourterie à Grenoble

Catégorie La MétroCommentaires fermés

La mobilité et les transports de la Métropole mis à l’honneur

Grenoble-Alpes Métropole a reçu le Pass d’Or pour le développement de son réseau de transports en commun et le prix thématique “Développement durable -
Nouvelles mobilités” pour le dispositif Métropole apaisée.

“Grenoble bénéficie des retombées de son fort engagement en faveur des
transports publics. La Métropole vient de restructurer son réseau et agit en faveur
d’un meilleur partage de la voirie. Résultat, cette politique volontariste la place
largement en tête de notre classement,” analyse le magazine, poursuivant : “On
peut reconnaître à Grenoble une grande constance dans l’excellence !
Au lancement de notre Palmarès en 1992, l’agglomération recevait déjà le Ticket
d’Or. 25 ans plus tard, elle caracole encore en tête des 25 réseaux les plus
importants de France et, avec une belle longueur d’avance sur ses challengers,
Montpellier et Bordeaux, l’agglo grenobloise remporte donc le Pass d’Or 2016.”

Les prix, décernés au SMTC et à Grenoble-Alpes Métropole, ont été remis  à Yann MONGABURU, président du SMTC et vice-président de la Mégtropole délégué
aux Déplacements et à Ludovic BUSTOS, vice-président de la Métropole délégué
aux Espaces publics et à la voirie.

Catégorie La MétroCommentaires fermés

Un vendredi pas comme les autres !

Pour s’adapter aux nouvelles tendances de consommation, animer la ville, fidéliser la
clientèle, les commerçants de Grenoble innovent et proposent des actions mêlant
animations culturelles de l’espace public et offres promotionnelles.

Précisément, l’association Label’ville, la Fédération des unions commerciales de Grenoble,
en partenariat avec les associations des commerçants du centre-ville, des grandes
enseignes, des cafetiers et restaurants, soutenues par Grenoble-Alpes Métropole, la Ville
de Grenoble, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Grenoble, la Chambre de Métier et
de l’Artisanat de l’Isère, le SMTC, la Semitag…, organisent un
événement festif autour du shopping le 2 décembre prochain de 17 à 21 heures.

Près de 300 boutiques du centre-ville, du quartier piéton, du quartier Championnet et de
la Caserne de Bonne seront ouvertes jusqu’à 21 heures. Et pour faire de bonnes affaires,
tout au long de la journée, des promotions exceptionnelles seront proposées. Des
animations festives ponctueront également l’événement. Pour l’occasion, les transports
en commun seront gratuits à partir de 17 heures.

Rendez-vous le 2 décembre pour une nouvelle expérience shopping et pour faire la fête
avec des spectacles, des déambulations lumineuses et sonores, des concerts dans de
nombreuses rues de la capitale des Alpes.
Au programme :
* de 10 à 21 h : Offres promotionnelles dans 300 commerces (du 2 au 7 décembre 2016)
* à partir de 17 h 30 : Spectacles et animations dans les rues de la ville
Des spectacles pour petits et grands avec la Compagnie du Petit cirque d’animaux sans
animaux, qui propose « Pas si bête » un spectacle poétique et burlesque. « Madame
Ballon » et son univers ballonesque et lumineux invite à une parade féerique.
« Lightin’Cyborg » plonge les spectateurs dans le fantastique avec d’étonnants robots
perchés sur des échasses. « La Brigade des Jouets » quant à elle offre un déambulatoire
onirique et musicale tel un rêve d’enfant.
* à partir de 20 h 30 : Concerts gratuits
De la musique dans toute la ville avec Trio Cosmos /chansons a cappella (quartier
Championnet), Saxo Harmonie Grenoble / Jazz (Place aux Herbes), la Cie La Batook /
batucada et percussions brésiliennes et Dra House / électro music (en déambulation),
One More Voice / Chants Gospel (Place Victor Hugo) et Deyosan / électro ethnic /
musiques du monde et électronique (Square du Docteur Martin).

Catégorie La MétroCommentaires fermés

TRANSFERT DE COMPETENCES DEPARTEMENT-METROPOLE : UN ACCORD TROUVE

Lors de la dernière CLECRT (Commission Locale pour l’Evaluation des Charges et des Ressources Transférées), les deux collectivités ont finalisé le périmètre des transferts qui interviendront au 1er janvier 2017. Ainsi, Grenoble-Alpes Métropole se verra transférer des compétences en matière de voirie, d’action sociale, de tourisme ou encore de culture, précédemment exercées par le Département de l’Isère.

Un transfert de compétences rendu obligatoire par la loi NOTRe

La loi du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) prévoyait le transfert des Départements aux Métropoles de plusieurs compétences parmi lesquelles la gestion des voiries départementales situées dans le périmètre métropolitain.
Ainsi, le Conseil départemental de l’Isère transférera à Grenoble-Alpes Métropole la gestion de 442 km de routes départementales qui deviendront métropolitaines au 1er janvier prochain, sur les 5 500 km gérés actuellement par le Département.
Un accord a également été trouvé pour le transfert :
- dans le domaine de l’action sociale : du fonds d’aide aux jeunes, dispositif à destination des jeunes de 16 à 25 ans pour leurs projets d’insertion et besoins de première nécessité, et des actions de prévention spécialisée, visant à permettre à des jeunes en voie de marginalisation de rompre avec l’isolement et de restaurer le lien social
- dans le domaine du tourisme : de l’élaboration et la mise en oeuvre du schéma d’aménagement touristique départemental sur le périmètre métropolitain et du PDIPR (Plan Départemental d’Itinéraires de Promenade et de Randonnée)
- dans le domaine de la culture : du soutien au spectacle vivant opéré par la Maison de la Culture MC2, venant conforter le transfert de la Ville de Grenoble vers la Métropole intervenu par ailleurs.
Dans le cadre de ces transferts, des agents départementaux deviendront métropolitains et ont fait l’objet d’un accompagnement spécifique.

Des conventionnements volontaires au service d’une action publique plus efficace

Le Département et la Métropole ont, par ailleurs, souhaité mieux coordonner leurs actions dans les champs d’intervention partagés que sont l’insertion et l’emploi ainsi que le tourisme.
Cette volonté se traduira par des conventionnements qui permettront, dans le cadre d’une gouvernance partagée, l’émergence de projets partenariaux.


« Au terme de plusieurs mois d’échanges, nous sommes parvenus à un accord avec la Métropole. Il était important de parvenir à ce résultat dans le délai imposé par la loi NOTRe, et dans l’intérêt des habitants.» souligne Jean-Pierre BARBIER, Président du Département.
« Au-delà des obligations découlant de la loi, la Métropole souhaitait d’abord et avant tout consolider les compétences qu’elle exerce déjà. Cet objectif est aujourd’hui atteint et je m’en félicite. » affirme Christophe FERRARI, Président de la Métropole.

Catégorie Département de l'Isère, La MétroCommentaires fermés

Le Fonds de participation métropolitain (FPM), un réel soutien pour les projets locaux

Depuis 2012, la Métropole soutient des projets portés par les habitants et associations
via le Fonds de Participation Intercommunal (FPI), devenu l’été dernier, « Fonds de
Participation Métropolitain » (FPM). Au-delà de cette nouvelle appellation, les porteurs de
projets peuvent candidater directement sur la plateforme numérique participative :
participation.lametro.fr

Un soutien important aux projets locaux

Un panel important et très varié de projets ont vu le jour tels que des ateliers de
réparation de vélo, des expositions, une aide à l’ouverture de Repair Café, des ateliers de
compostage collectif, le montage de spectacle… Le Fonds de Participation a permis de
soutenir 90 projets dont 34 projets portés par des habitants et 56 proposés par des
associations locales. Au total, plus de 132 000 € d’aides ont été versées
encourageant ainsi « le pouvoir d’agir » des Métropolitains quel que soit leurs âges
ou leurs communes.

Le nouveau Fonds de Participation Métropolitain (FPM)

Le passage en Métropole en janvier 2015, l’élargissement du territoire métropolitain à 49
communes et la prise de compétences nouvelles, ont invité les élus à faire évoluer le
dispositif en renforçant notamment son caractère intercommunal.
Un nouveau règlement intérieur entré en vigueur rappelle que le FPM vise à favoriser
l’émergence de projets contribuant à vivre et faire vivre une métropole solidaire,
démocratique et respectueuse de l’environnement. Les projets proposés doivent
s’inscrire dans les thématiques suivantes : environnement et nature, mobilité, solidarité,
culture et citoyenneté.
A la clôture des sessions d’appel à projet, les initiatives sont sélectionnées par un
Comité d’attribution composé d’élus, d’habitants, d’associations et de représentants
des instances consultatives de la Métropole, qui se réunit au minimum trois fois par an.
Ce dernier juge de la qualité des dossiers au regard de la pertinence des projets et
propose un montant d’aide compris entre 300 et 3 000 €.

Une idée ? Un projet ? Candidatez du 28 novembre au 23 décembre 2016 !

• Soit déposer une candidature papier en accédant au dossier depuis le site
internet de la Métropole : www.lametro.fr
• Soit déposer une candidature via le Module « Appels à projets » de la plateforme
numérique participative : participation.lametro.fr
Les porteurs de projets retenus seront invités à présenter leur projet devant le Comité
d’attribution.
Infos pratiques : www.lametro.fr / Renseignements : fpm@lametro.fr/ Candidature en
ligne : participation.lametro.fr

Catégorie La MétroCommentaires fermés

Extension du Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE)

Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole, Yves DAREAU, Secrétaire général adjoint de la Préfecture, Sandrine MARTIN-GRAND, Vice-présidente du Conseil départemental de l’Isère, les Présidents des communautés de communes Le Grésivaudan, de la Bourne à l’Isère, de Chambaran Vinay Vercors, du Pays de Saint-Marcellin, du Coeur de Chartreuse et de la Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais, ont signé ce jour le nouveau protocole d’accord du Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi 2017 – 2020.

Outil de lutte contre l’exclusion cofinancé par le Fonds Social Européen, le Département, la Métropole et les communes ou leurs EPCI, le Plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE) vise à faciliter l’accès à l’emploi des personnes en grande difficulté d’insertion sociale et professionnelle, à travers la mobilisation des acteurs institutionnels comme du monde économique.

Grâce à ce nouveau protocole et dès janvier 2017, ce dispositif s’élargira donc à 6 nouveaux territoires* au-delà de la Métropole, et couvrira ainsi 177 communes, représentant plus de 650 000 habitants et près de 60 000 demandeurs d’emploi. Ainsi, chaque année, pas moins de 4 300 adultes pourront bénéficier d’un suivi personnalisé dans le cadre du PLIE (dont 3 200 sur la Métropole, 750 sur le centre Isère et 350 sur le Grésivaudan) par des professionnels de l’emploi.

Cet accompagnement renforcé, destiné aux publics les plus éloignés de l’emploi, recouvre non seulement le retour à l’emploi durable ou l’accès à une formation qualifiante mais aussi le développement d’actions ciblées autour des freins à l’insertion professionnelle, tels que la maîtrise de la langue, la mobilité, la confiance en soi, etc. Parallèlement, le PLIE permet aussi un travail fin auprès des entreprises, autour de leurs besoins en termes de recrutement et notamment dans les métiers en tension.

Au regard du souci de promixité, particulièrement important dans le complexe domaine de l’insertion professionnelle, les points d’accueil de ce nouveau PLIE resteront au sein des Maisons de l’emploi, des CCAS, des locaux des communautés de communes, de la Métropole, voire du Département, lieux d’ores et déjà connus des publics. Enfin, et dans un évident souci de coordination et d’efficacité des actions, le déploiement de cette nouvelle offre de service se fera en partenariat avec les services de Pôle emploi.

Ainsi, et outre l’élargissement des publics concernés, cette extension du PLIE, cohérente avec les bassins de vie et d‘emploi du territoire, permettra la déploiement d’actions nouvelles et la mobilisation de nouveaux acteurs économiques à l’échelle des territoires concernés, au service de l’accès à l’emploi pour tous.


carte* les communautés de communes Le Grésivaudan, de la Bourne à l’Isère, de Chambaran Vinay Vercors, du Pays de Saint-Marcellin, du Coeur de Chartreuse et la communauté d’agglomération du Pays Voironnais.

Catégorie Département de l'Isère, La Métro, economie/emploiCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

février 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+