Archive | La Métro

Aménagement de l’échangeur du Rondeau

L’opération d’aménagement de l’échangeur du Rondeau a été inscrite au contrat de plan
État-Région (CPER) 2015-2020. Elle sera réalisée sous maîtrise d’ouvrage de l’État
(DREAL), en partenariat avec le Département et la Métropole.

Dans le cadre de la mise en oeuvre du plan de relance, le premier ministre, Manuel
VALLS, a confié à la société AREA la concession et l’aménagement des autoroutes A48 et
A480 entre St- EGREVE et CLAIX, sur environ 15 kilomètres.

Cette décision fait l’objet du décret n°2015-1044 du 21 août 2015 approuvant les avenants
aux contrats de concession de APRR et AREA et publié au Journal Officiel du 23 août
2015.

Dès lors, la société AREA et l’État se coordonnent pour la réalisation des études
nécessaires qui se dérouleront à partir du 5 octobre 2015.

Ces études comprennent d’une part, une enquête de caractérisation des origines et de
destination des utilisateurs des grands axes grenoblois, d’autre part des études
environnementales nécessaires à la connaissance de l’état initial pour ces projets.

Catégorie La Métro, La Métro, aménagementCommentaires fermés

« Villes respirables en 5 ans »: La Métropole récompensée

Trois mois après le lancement de l’appel à projets « Villes respirables en 5 ans », Ségolène Royal a dévoilé les 25 lauréats. La ministre salue la forte mobilisation des territoires en faveur de la qualité de l’air, enjeu sanitaire majeur.

Parmi les lauréats: la grande agglomération grenobloise mais aussi Lyon, Saint-Étienne, Avignon, Annemasse.

Télécharger les résultats de l’appel à projets « Villes respirables en 5 ans »

Au total, 25 dossiers de groupement de collectivités ont été récompensés. Ils couvrent 735 communes et près de 15 millions d’habitants soit 24 % de la population française.

L’analyse des candidatures a abouti à la sélection de :

  • 20 collectivités « Villes respirables en 5 ans » : pendant cinq ans, les lauréats bénéficieront d’un appui financier et méthodologique de la part des services de l’État et de l’ADEME. Les actions proposées pourront être aidées jusqu’à un million d’euros maximum par lauréat. Des taux bonifiés pourront être alloués aux collectivités s’engageant dans la création d’une zone à circulation restreinte (ZCR), ou celles mettant en œuvre les actions les plus innovantes.
  • 3 collectivités sont lauréates « en devenir » : ces projets prometteurs bénéficieront d’un délai complémentaire pour être complétés, avec, si les collectivités le souhaitent, l’appui de la part des services de l’État et de l’ADEME.
  • 2 projets feront l’objet d’un contrat local de transition énergétique : ces projets ne réunissent pas toutes les conditions requises par l’appel à projets. Si elles le souhaitent, les 2 collectivités s’étant mobilisées pourront bénéficier d’un accompagnement spécifique via un contrat local de transition énergétique en faveur de la qualité de l’air.

L’appel à projets « Villes respirables en 5 ans » s’adressait aux territoires prioritairement situés dans l’une des 36 zones couvertes par un Plan de protection de l’atmosphère (PPA). Les porteurs de projets s’engagent à mettre en place ou préfigurer une zone à circulation restreinte (ZCR). Dans les dossiers de candidature, ils se sont engagés à mettre en œuvre des mesures dans plusieurs domaines, par exemple :

  • des transports et de la mobilité : réaliser des plans piétons, des stratégies d’autopartage et de covoiturage, des infrastructures pour le vélo, des aides au remplacement des véhicules les plus polluants, etc. ;
  • de l’industrie : animer et réaliser des audits énergétiques dans les entreprises, mettre en œuvre une charte « chantier propres » ;
  • de l’agriculture : soutenir la démarche agro-écologie, la mise à disposition d’un banc d’essai pour contrôler les émissions des tracteurs ;
  • du logement : aides au renouvellement des appareils de chauffage peu performants, d’aider à la rénovation thermique des logements ;
  • de l’innovation vecteur de croissance verte : étude des capteurs innovants pour mesurer la qualité de l‘air, de soutenir à l’achat d’équipements pour des laboratoires de recherche en faveur de la qualité de l’air ;
  • de planification urbaine : élaboration des cartes stratégiques sur la qualité de l’air, de prendre en compte la qualité de l’air dans l’élaboration du plan de déplacements urbains, etc.

Ils devaient également s’engager à mettre en œuvre des actions de sensibilisation des parties prenantes et des citoyens.

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

La Métropole apaisée..

« La Métropole apaisée » est une initiative métropolitaine dans laquelle s’engage aujourd’hui une large majorité des communes du territoire.

En croisant différentes approches dont celle des « villes et villages 30 km/h » et en réinventant l’identité et les usages des espaces publics, elle s’attache à les rendre plus agréables à vivre pour les riverains, plus conviviaux pour les visiteurs, mieux adaptés aux enfants et aux personnes âgées et, de manière générale, plus sûrs pour l’ensemble des usagers et notamment les piétons.

1

Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole:« L’ampleur de cette dynamique comme le fait qu’elle transcende largement les différentes sensibilités politiques illustre ce que signifie «faire Métropole», une nouvelle manière de penser l’intercommunalité en tant que collectif au sein duquel l’institution métropolitaine et l’institution communale travaillent main dans la main, au service du territoire et de ses habitants.»

1

Yann MONGABURU, Vice-Président de Grenoble-Alpes Métropole en charge des déplacements« Aujourd’hui, la vitesse moyenne de circulation est de 19 km/h en ville.

Réussir la Métropole apaisée, c’est permettre à chacun de trouver sa juste place. Cela va améliorer et simplifier le quotidien de tous, notamment des plus fragiles. Aux abords des écoles ou pour les personnes âgées, la voiture ne sera enfin plus une inquiétude.»

Une ambition partagée

Avec plus d’une quarantaine de communes ayant, à ce jour, confirmé leur
engagement dans cette démarche, la Métropole apaisée est d’abord et avant
tout une ambition partagée. En effet, indépendamment des situations en
matière de pouvoir de police spéciale de la circulation, parfois transféré au
Président de la Métropole, parfois conservé par les Maires, la Métropole a souhaité
qu’une telle démarche ne soit en aucun cas imposée mais se fonde
sur les volontés communales, intervenant en tant qu’animateur d’une dynamique
métropolitaine inédite par son ampleur.

« Villes et villages à 30 km/h »

Parmi les multiples dimensions que recouvre une telle démarche, « villes
et villages à 30 km/h » représente une avancée réelle. La loi relative à la
transition énergétique pour la croissance verte, adoptée le 22 juillet 2015,
permet désormais de généraliser une limitation de vitesse à 30 km/h, à
l’exception de quelques axes demeurant à 50 km/h.

Apaiser la circulation, c’est permettre à chacun de prendre sa juste place, de
réduire la pollution tout en augmentant la fluidité et la sécurité du trafic. Aujourd’hui,
les limitations de vitesse en ville sont trop complexes : harmoniser et
simplifier la règle, c’est permettre à chacun de mieux la respecter.

Au-delà de la circulation, «Villes et Villages à 30 km/h», c’est aussi une opportunité
pour réaménager les espaces publics au cours des années à venir :
sécurisation, aménagements en faveur des enfants et des personnes âgées,
amélioration du cadre de vie, végétalisation, création de zones de rencontres,
piétonisation…

1

Réinventer l’espace public

L’objectif est de conforter les lieux de vie tels que les centres-bourgs,
revitaliser le commerce de proximité ou encore favoriser les modes
de déplacement complémentaires à la voiture individuelle, en veillant
notamment à améliorer l’attractivité du réseau de transport en commun.


Le premier groupe de communes volontaires débutera la mise en oeuvre en
janvier 2016, elle s’échelonnera dans les communes d’ici l’été 2016.

Dans ce cadre, les communes sont invitées à proposer à la Métropole des
opérations qui participent à l’apaisement des circulations et au partage de
l’espace public entre tous les modes de déplacement.

LOGO GAM

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Jeu « Paysages-in-situ » : donnez votre réplique

“ Où se trouvait l’artiste ? ” : c’est la phrase clé pour comprendre ce très original jeu qui consiste à choisir une œuvre parmi 210 peintures et photos de paysages proposées, à retrouver l’emplacement exact où était situé l’artiste quand il a réalisé son paysage, puis à réaliser, à partir de ce point de vue, une réplique en photo, dessin, ou avec un logiciel de cartographie numérique.

Le temps d’un jeu, endossez l’habit d’un faussaire et contribuez à la réalisation d’une installation dans le paysage à l’échelle de la Métropole.

> Trois règles simples :

  • Sélectionnez une ou plusieurs peintures ou photographies de paysage* sur le site paysages-in-situ.net.

  • Retrouvez l’emplacement où a été réalisé ce paysage en allant vous balader sur place et en faisant confiance à votre intuition.

  • Réalisez alors votre réplique de ce même point de vue aujourd’hui, en photo, en dessin ou avec un logiciel de cartographie numérique comme Street view.

Les 100 premières réponses seront exposées, à côté des œuvres originales, au Musée de Grenoble du 19 septembre au 31 octobre 2015 ainsi qu’au musée Hébert de La Tronche à l’occasion des Journées internationales du Patrimoine. Une installation à l’échelle de l’agglomération sera ensuite réalisée à l’automne 2016.
Que vous soyez amoureux de nature, amateur d’art, passionné de nouvelles technologies, randonneur ou simple observateur, faites parler votre talent !

* Les 210 peintures et photographies de paysage sont prêtées par le musée de Grenoble, le musée Hébert, le musée Dauphinois et la Bibliothèque municipale de Grenoble.

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Printemps des marchés: succès!

Grenoble-Alpes Métropole et les communes ont proposé deux semaines d’animations, intitulées  » le printemps des marchés » afin de redécouvrir l’ambiance des marchés, sentir l’odeur des produits frais, égayer nos papilles…

Nous avons surtout retenu l’opération cuisine anti-gaspi avec la mise en place d’une cuisine anti-gaspi.

les messagers du tri de la métropole ont livré leurs astuces et recettes anti-gaspi.  L’association Feed’Art ont confectionné une dégustation de bouchées préparées à l’aide de fruits et légumes oubliés, difformes ou rebus de marché.

Cette animation a connu un franc succès..

Les membres de l’association Feed’art qui ont animé les marchés durant toute la durée de l’évènement  » le printemps des marchés  » se sont dits enthousiastes par l’accueil reçu.

 » Des centaines de visiteurs se sont arrêtés sur le stand, ont posé de nombreuses questions.. Lles conversations sont allées bon train. On a senti une belle mobilisation autour du gaspillage alimentaire. Nous sommes convaincus d’avoir converti des dizaines de familles à moins gaspiller.  »

Il faut dire que les recettes concoctées sur place ont été très appréciées.. toutes faites à partir d’ingrédients tels que les fruits et légumes qui auraient du partir au rebus.

 » Nous avons beaucoup apprécié que les commerçants présents sur les marchés nous apportent leurs fruits et légumes, posent de multiples questions et se sont dits prêts à être notre relais autour de leurs étals.. « 

Les personnes qui ont pu déguster jus de fruits, chips de peau de légumes, beignets à base de différents fruits.. légumes.. ont vu leurs papilles frémir de plaisir!

Gilbert PRECZ

Voici quelques clichés pris sur le marché de Saint-Egrève.

P1060061P1060062P1060063P1060064P1060065P1060066P1060067P1060068P1060069P1060070P1060071P1060072P1060073P1060074

Catégorie La Métro, La Métro, agro-alimentaire, déchetsCommentaires fermés

Un tram sur la ligne E…

Sans titre3Ce 19 mai, jour historique! En effet,  le tramway E a entamé sa première phase d’essai sur son deuxième tronçon, entre Saint-Martin-le-Vinoux, Saint-Egrève et Le Fontanil-Cornillon, avec à son bord de nombreux élus.

Une étape nécessaire avant sa mise en service définitive le 13 juillet et son inauguration festive, le 5 septembre prochain.

C’est au pas, à allure d’homme – soit à environ 3 km/h – qu’une ancienne rame Tramway français standard (TFS), entièrement rénovée, a effectué un premier aller-retour entre les arrêts Hôtel-de-Ville (Saint-Martin-le-Vinoux) et le terminus Palluel (Fontanil-Cornillon).

Une étape indispensable dans le processus de mise en service d’une ligne de tramway, qui vise notamment à vérifier le gabarit du tramway sur l’ensemble du tracé. Cela, afin de s’assurer qu’aucun obstacle ou aspérité ne vienne entraver la bonne progression de la rame.

« On teste bien sûr le gabarit de la ligne », confirme Emmanuel Brion, coordinateur de projet pour la Semitag. « Mais on teste également le contact entre le matériel roulant et la ligne aérienne, poursuit-il. C’est à dire la captation du 750 voltes qui permet à la rame de circuler. En outre, on vérifie l’interface rails-roues », soit le lien « entre la voie ferrée et le matériel roulant. »

Jusqu’à fin juin, de nombreux tests additionnels seront réalisés. Il s’agira d’abord de tester l’alimentation du tramway par la ligne aérienne de contact (qui fournit l’électricité à la rame). Puis de contrôler la détection du tramway à l’approche des carrefours à feux et enfin de s’assurer du bon fonctionnement des systèmes d’aiguillage et de l’arrivée à quai sans entrave de la rame.

Ensuite, deux semaines seront dédiées à « la marche à blanc » : les tramways circuleront alors dans des conditions définitives et réelles, mais sans transporter de passagers. Tous les types d’horaires seront alors testés.

Pour le président du Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) Yann Mongaburu, cette « ligne E est une nouvelle liaison dans l’agglomération. Un outil qui permet de décongestionner l’une des trois branches de l’Y grenoblois » car « il y a plus de 130 000 véhicules qui entrent dans l’agglomération chaque jour. L’objectif de cette nouvelle ligne c’est d’atteindre 45000 voyageurs par jour..

Sans titre1De son côté, le président de la Métropole Christophe Ferrari, a indiqué « que cette première circulation permet de se rendre compte comment le transport par tram peut changer la ville en la traversant. C’est un véritable plaisir, a-t-il ajouté, parce que c’est un investissement lourd que la Métropole consent pour cette dynamique du transport public et notamment du tramway ».

Les dernières finitions du chantier :

> Deux opérations sont toujours en cours sur les derniers secteurs en travaux : la pose du gazon, qui se terminera fin mai et la réalisation de l’enrobé définitif des voiries qui longent le tramway, jusqu’à fin juin.

La pose de cet enrobé se fera essentiellement de nuit pour ne pas perturber la circulation et le fonctionnement du réseau Tag.

P1050947

La Ligne E en chiffres

> 11,5 km de ligne entre Grenoble « Louise-Michel » et Le Fontanil-Cornillon « Terminus Palluel ».

> 45 000 voyageurs quotidiens

> 18 stations distantes en moyenne de 700 m

> 1 tramway toutes les 6 min (en heures de pointe)

> Fréquence de passage en heures de pointe : 6 à 8 min

> 4 parkings-relais

Consignes de sécurité :

> Il est interdit de stationner et de circuler sur la plateforme du tramway.

> Chacun doit emprunter le cheminement dédié à son mode de déplacement (traversée piétonne, voie cyclable, etc.).

> Respecter la nouvelle signalisation en place.

> Modérer sa vitesse aux abords des traversées piétonnes et rester vigilant.

Catégorie La Métro, La Métro, transportCommentaires fermés

Le printemps des marchés de l’agglomération grenobloise

C’est au Min de Grenoble qu’a officiellement été lancée l’opération le printemps des marchés organisée par Grenoble-Alpes-Métropole et les communes du territoire. Un printemps des marchés qui se déroulera du 19 au 25 mai.

Le lancement s’est effectué en présence de Christophe Ferrari, président de La Métro entouré de nombreux élus et des représentants des métiers de bouche.

P1050918

Christophe Ferrari a rappelé que  » la métropole grenobloise compte 59 marchés dont 15 l’après midi. 31 proposent des produits bio et/ou locaux. Ils génèrent 90 millions d’euros de chiffre d’affaires.. » Autre précision apportée par le président de Grenoble – Alpes-Métropole:  » pour les achats de produits alimentaires locaux, 49% des ménages choisissent le marché plutôt que la grande surface.. »  Bien entendu il a souligné l’importance que jouent les marchés au niveau des emplois  » non délocalisables »  mais  » le marché est aussi un lieu de convivialité, d’échanges très apprécié par beaucoup.  »

La Métro et les communes qui la composent vont donc participer activement à cette opération du  » printemps des marchés avec de multiples animations dont celle liée au gaspillage alimentaire.  » Toutes les 10 minutes, c’est 4 tonnes de déchets.. Une grande quantité d’entre elle pourrait être recyclée.. « Ceci n’est pas anodin quand on sait que pas loin de nous des personnes ont faim! »

Du 19 au 31 mai 2015, chaque jour, un marché de la métropole s’anime et fait appel à vos sens :

Dégustez ! Ateliers cuisine et dégustations de produits en accès libre et gratuits.

Profitez ! Animations musicales et théâtrales.

> Animation « Resto mobile » de la Ligue d’impro

    • Samedi 23 mai de 10h30 à 12h30 au marché de Vizille
      Dimanche 24 mai de 10h30 à 12h30 au marché de l’Abbaye à Grenoble

      > Animation « guides » de la Ligue d’impro
      Dimanche 31 mai de 9h30 à 12h30, Halles Sainte Claire / Marché place aux herbes / Marché place Saint André

      > Fanfare les 38 Tonnes
      Dimanche 24 mai de 9h30 à 11h / Marché de Pont-de-Claix
      Dimanche 24 mai de 11h à 12h30 / Marché de l’Estacade – Grenoble
      Dimanche 31 mai de 10h à 13h / Halles Sainte Claire / Marché place aux herbes / Marché place Saint André

    • Apprenez ! Avec la cuisine mobile anti-gaspi : les messagers du tri de la métropole vous livrent leurs astuces et recettes anti-gaspi. Venez-nous livrer les vôtres ! L’association Feed’Art vous proposera une dégustation de bouchées préparées à l’aide de fruits et légumes oubliés, difformes ou rebus de marché.

Sans titre

Concours photos : « J’aime mon marché » !

Partagez vos sensations ! D’ici le 31 mai, prenez une photo d’ambiance sur l’un des 59 marchés de la métropole et/ou de ses acteurs, et inscrivez-vous au concours !

De nombreux lots sont à gagner (cours de cuisine, visite du Marché d’intérêt national (MIN), livre de recettes anti-gaspi…). À vos appareils !

NB : concours ouvert à tous les habitants de la métropole. Inscription avant le 1er juin 2015 à 0h00.

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Intercommunalité : le président de la Métro à Domène

Christophe Ferrari, président de la Métropole,s’est rendu  à Domène afin de  découvrir les projets en cours sur la commune.

Fabrice Hugelé, vice-président de la Métro délégué à l’économie, à l’industrie et à l’attractivité du territoire, Christophe Ferrari, président de la Métropole, Michel Savin, sénateur et maire de Domène, et ses adjoints, ont visité les sites d’aménagements majeurs de la commune. © Marc Mingat

Michel Savin, sénateur et maire de Domène, entouré de plusieurs élus, a notamment sensibilisé le président de Grenoble-Alpes Métropole aux difficultés d’aménagement rencontrées sur différents sites d’activités économiques contraints par les risques inondation (Pré-Charron) ou technologiques (société Performat Toleries).

La visite s’est poursuivie dans le quartier des Chenevières, au pied de la commune, qui, après avoir été durement touché en 2005 par la crue du Domeynon, fait l’objet  d’un projet de rénovation des immeubles conduit par l’OPAC 38.

La commune va également rénover la place du quartier et porte un projet de nouveaux logements.

Enfin, dernier chantier, mais non le moindre, celui de l’ancien site des papèteries des Alpes, près de la gare de Domène. Là, après démolition et dépollution en cours, près de 5 ha accueilleront 170 logements ainsi qu’un village d’entreprises. Un projet stratégique pour la commune.

la Métro LO

Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

Sentiers métropolitains : randonnée de printemps, entre Drac et Romanche

Dimanche 26 avril 2015, Grenoble-Alpes Métropole invite à découvrir les sentiers de la pointe sud ouest du massif de Belledonne. L’occasion de sillonner, avec des amis ou en famille, un secteur méconnu mais occupé par de charmants hameaux. Une randonnée gratuite et accessible à tous qui associe la découverte des atouts du site et le plaisir de la marche..

Un site aux multiples richesses

C’est dans le parc du domaine du château de Vizille que débutent les trois parcours,
dont les durées et les dénivelés sont conçus pour permettre à tous les marcheurs,
débutants ou confirmés, de participer à ce rendez-vous biannuel très attendu
réunissant jusqu’à 1600 participants.
Selon leur itinéraire, les randonneurs pourront découvrir les hameaux de Mont Sec,
Montjean, le Pleney, les vestiges de la chapelle de la Madeleine ou la fontaine
Bouvière.
C’est surtout les anciennes mines de fer qui font l’originalité du site. La sidérite, le
minerai dont on extrait le fer et que l’on trouve sur toute la chaîne de Belledonne,
témoigne de cette activité.
Le traditionnel pique-nique (tiré du sac) du grand parcours est prévu vers le col de la
Madeleine, très beau point de vue qui domine la vallée de la Romanche. Celui du
circuit moyen, est organisé près du hameau de Mont Sec.
Les trois retours se font par l’ancien GR 549, déclassé en 2008. Sous l’action de
l’association « Espace Belledonne », un nouveau projet a vu le jour. Il porte sur 200
km de chemins reliant Vizille à Aiguebelle en Savoie et pourrait retrouver dans
l’avenir son statut de chemin de grande randonnée.

Eduquer à l’environnement

Le service espaces naturels de Grenoble-Alpes Métropole aménage, entretient et
valorise un réseau de 750 km de chemins et sentiers périurbains ouverts aux piétons,
aux vététistes et aux cavaliers. Ils sont accessibles par le réseau des transports en
commun et permettent la découverte des milieux naturels de proximité, la
connaissance du patrimoine et une activité physique adaptée à tous. Chaque
randonnée mobilise une cinquantaine de bénévoles et dix agents de la Métro.

Infos pratiques
Rendez-vous dans le parc du domaine du château de Vizille
- Inscription gratuite obligatoire entre 8h et 10h30
- Navette bus : 3 départs de la gare routière de Grenoble, à 7h30, 8h, 8h30
- Ligne de bus régulière depuis la gare routière : la 4101 à 7h50, la 3000 à 8h10

Sans titre

pl12

Contact : randonner@lametro.fr
04 76 24 48 59/04 76 59 56 91
www.lametro.fr/sentiers

Catégorie A la une, La Métro, La MétroCommentaires fermés

Christophe Ferrari en visite à Quaix-en-Chartreuse

Sans titreLe président de la Métro, Christophe Ferrari, s’est dernièrement rendu à Quaix-en-Chartreuse, reçu par le maire Pierre Faure et son équipe communale.

Après une réunion en mairie, préposée à la présentation des enjeux, des spécificités et de la dynamique de ce petit village de 900 habitants, cette rencontre s’est poursuivie par la visite des différents équipements de Quaix-en-Chartreuse : station d’épuration biologique, chaufferie, école, bibliothèque.

Le petit chemin rural, dit « du Mas », qui dessert au coeur du bourg une demie-douzaine d’habitations, et qui a connu un affaissement notable, a également été présenté au président de la Métro. En effet, la Métropole est désormais compétente en matière d’aménagement et d’entretien de la voirie métropolitaine, puisqu’elle a récupéré cette prérogative (entre autres) au 1er janvier 2015.

« Il était important que le président de la Métro soit présent aujourd’hui pour qu’il se rende compte du dynamisme de notre commune », a précisé Pierre Faure. « Nous lui avons montré les problèmes que rencontre le petit chemin du Mas pour qu’il prenne conscience de l’urgence, mais nous lui avons aussi fait visiter nos équipements qui sont en bon état ainsi que la construction de 7 logements locatifs sociaux. Nous souhaitions donc montrer qu’une petite commune comme la nôtre peut aussi participer à la solidarité car on ne peut pas tout attendre des grandes villes ».

« En faisant ces visites, mon objectif est de faire le point sur les projets des communes de notre territoire, sur leurs interactions avec la Métropole », a expliqué de son côté Christophe Ferrari. « Je suis toujours impressionné par les projets des différentes communes que j’ai visitées », a encore souligné le président. « Chaque fois, il y a beaucoup d’énergie, dans les services municipaux comme dans les équipements. Je m’aperçois que ce qui se renforce, c’est bien ce tandem Communes-Métropole, sur le territoire métropolitain. »

GRENO ALP ME




Catégorie La Métro, La MétroCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

avril 2020
L Ma Me J V S D
« mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+