Archive | monde rural

Le problème du loup : vers un changement de la donne?

Il y a quelques semaines, une manifestation contre le loup alliant de nombreux acteurs du Trièves faisait grand bruit. Se réunissant pour l’occasion, éleveurs, chasseurs et élus prenaient la peine d’arrêter les routiers, pour beaucoup sur le départ pour les vacances, pour leur expliquer toute l’ampleur de ce problème.

Yann Souriau, maire de Chichilianne, participait justement à l’évènement, nous l’avons rencontré pour avoir plus de détails sur les raisons et les suites de cette manifestation.

Il a été heureux de répondre à nos questions, car si la question du loup faisait polémique il y a encore peu de temps, il n’y a aujourd’hui plus lieu d’en débattre, nous explique-t-il.

Les conséquences sont devenues trop graves. De sa commune, un seul éleveur a échappé aux attaques, le compteur de bêtes tuées en Isère dépasse déjà la barre des 700 têtes.

Au delà de la réduction des troupeaux, il faut aussi tenir compte d’un effet de seuil des violences subies par les troupeaux qui les laissent en état de stress pour plusieurs années, amaigrissant et paniquant les bêtes.

Yann Souriau nous expliquait qu’on retrouve aujourd’hui des bêtes étouffées dans les filets suite à des crises de panique, ne portant aucune trace de morsure. C’est un fait, la situation des éleveurs ovins devient catastrophique, mais ils ne sont plus les seuls touchés par le loup.

Il est à noter qu’ils avaient fortement appuyé la manifestation ayant eu lieu début juillet, mais celle-ci n’était à l’origine pas de leur initiative. Ce sont les éleveurs de bovins qui ont en premier lancé le mouvement, car eux aussi sont désormais menacés.

M. le Maire nous rapporte qu’un veau de 110 kg aurait été traîné sur 5 mètres par toute une meute.

Beaucoup plus grave, un troupeau mis en panique se serait lancé hors de ses pâturages pour traverser la ville de Lans en Vercors, causant de gros dégâts matériels, mais heureusement aucun blessé. Il nous a également rapporté que des chiens de protection, rendus fous par le harcèlement des loups avaient attaqué une randonneuse de la commune de Chichilianne, le forçant à interdire l’accès aux sentiers de randonnées alors qu’on lui signalait deux cas similaires à Gap.

La situation actuelle pousse les éleveurs à abandonner les pâturages les plus éloignés, laissés en friche, et à devoir mettre en place des gardes éprouvantes pour surveiller constamment leur troupeaux faces aux attaques ayant lieu de jour comme de nuit.

Les loups, eux, commenceraient à s’installer en plaine, entres les communes et sont régulièrement vus sur les routes. Chichiliane a mis en place son propre « État d’urgence », rassemblant forestiers, éleveurs et chasseurs. Lorsqu’un loup est aperçu, chacun reçoit un sms d’alerte. Le système a été proposé aux communes environnante nous explique Yann Souriau.

Le problème rassemble les élus

Alors qu’une quinzaine de maires participaient à la manifestation du 18 Juillet, une réunion à la préfecture rassemblait le préfet, la direction départementale des territoires, la DREAL regionale, d’autres élus du Trièves, du plateau du Vercors et du Piemont, ainsi que le sénateur Michel Savin, la députée Marie-Noëlle Battistel, les vice-présidents départementaux et Jacques Adenot, président du parc du Vercors.

Le sujet majeur de cette réunion : la demande de la différenciation de la gestion de la question du loup pour le massif du Vercors. Autrement dit, l’autorisation de procéder à une régularisation de l’espèce pour en limiter la prolifération.

« Il faut complètement réviser les chiffres prévus sur l’évolution de cette affaire » nous explique le maire de Chichilianne « Aujourd’hui, malgré ce qu’on prévoyait et une certaine part de braconnage, la population de loup est en hausse de 20% par an ». Mais ce n’est pas le point qui permettrait aux éleveurs de définitivement faire valider leur point de vue aux yeux de tous. Yann Souriau nous révèle ensuite une information capitale.

Le loup n’est pas le loup qu’on croyait

Aujourd’hui parvienne les résultats provenant d’une trentaine d’analyses traitées par un grand laboratoire européen, et les résultats sont unanimes.

« On s’aperçoit qu’on a pas affaire au loup qu’on voulait réintroduire, mais à une race hybride à 60% chien ». L’information, qui doit encore attendre de nouvelles analyses pour être définitivement validée montrerait donc tout l’échec de la politique de la réintroduction du loup dans les Alpes, supplanté donc par des chiens-loups sauvages fortement dangereux pour l’activité humaine.

Pire encore, les rares traces de loups retrouvées montrent qu’on aurait plutôt affaire à des loups venus de plus loin en Europe qu’à l’espèce « réimplantée » dans notre région.

« Aujourd’hui, on a non seulement l’appui des populations locales et des élus, mais également des scientifiques qui confirment notre point de vue. Même les écologistes sont bien moins véhéments face à la réalité des problèmes engendrés par cette action » Conclu le maire.

Il précise que l’idée d’origine de réintroduire le loup n’a jamais été attaquée par les éleveurs, qui ont plutôt mis en cause la méthode. Et même aujourd’hui, l’extinction de l’espèce n’est pas souhaitée. Ils ne demandent que le droit de lancer une campagne de régulation pour que les pâturages et les troupeaux puissent revenir à la paix.

Paul Savary

Catégorie A la une, agriculture, alpages, loup, monde rural, recherche scientifiqueCommentaire (0)

L’importance de la « déco »

Lorsque l’on a un projet hébergement il faut penser à tout et surtout ne pas délaisser la touche finale qu’est la décoration.

Bruno Bernabé directeur de l’antenne gîtes de France Isère le confirme.  » Plus on avance dans le temps, plus la  » déco » prend de l’importance car le choix se fait de plus en plus par internet et par conséquence à travers les photos de l’hébergement.

Cela signifie en particulier que les propriétaires déjà en place doivent bien souvent revoir leur décoration, tant intérieure qu’extérieure.

Pour ce, les gîtes de France Isère ont fait appel à une professionnelle de la décoration, Marlène Tournier de l’entreprise Daho. Celle ci a la particularité d’être propriétaire d’un gîte. « De fait elle ressent mieux les choses et peut conseiller nos adhérents avec plus de justesse. »

 » Marlène va donc mieux accompagner les porteurs de projet dans cette approche décoration. Elle va être à leur écoute et leur proposer des solutions les plus proches de leurs besoins, envies, souhaits.. »

1

Pour aller plus loin dans cette démarche, la direction des gîtes Isère a pris l’initiative d’organiser des ateliers  » déco ». Réservés aux adhérents ces ateliers ont permis à ces derniers de se retrouver autour de la décoratrice, d’échanger, de faire part de leurs expériences et d’entendre les conseils de Marlène.

 » Chacun a donc pu se faire une idée un peu plus précise de l’intérêt de la décoration dans l’hébergement et de bien toucher du doigt que parfois investir quelques centaines d’euros dans cette dernière peut faire la différence » a conclu Bruno Bernabé.

2


Catégorie tourismeCommentaires fermés

C’était la fête du Fin Gras à Saint Eulalie

Ce dimanche 4 Juin avait lieu la 22ème édition de la fête du Fin Gras à Saint Eulalie en Ardèche.

Profitant du beau temps, des milliers de personnes ont pu déguster ce produit du terroir local lors de repas organisés par l’association du Fin Gras du Mézenc.

Les rues du village ont été égayées par de nombreuses manifestations musicales et le marché des producteurs et artisans locaux. Une salle était également dédiée à une exposition photo et à des conférences axées sur le fleuve de la Loire. Il était également possible de découvrir la faune et la flore locale grâce à des randonnées guidées par le conservatoire botanique.

Durant l’après-midi, la fête battait son plein avec les deux défilés des éleveurs et de leurs animaux, accompagnés par la musique des artistes présents. Elle s’est terminée le soir autour d’un repas animé par le comité des jeunes de Saint Eulalie.

Tous les membres de l’association Fin Gras du Mézenc vous attendent l’année prochaine en Haute-Loire au premier week-end de Juin pour remettre le couvert.

Paul Savary

Catégorie foire, foire, foires et fêtes, la vie des communesCommentaires fermés

Un gîte bien agencé, décoré: gage d’originalité, de réussite..

Quand un propriétaire a comme projet de faire un gîte, de le rénover, le relooker, il y a bien entendu de nombreuses étapes incontournables. Parmi celles ci la décoration.

Pour mieux aborder ce sujet nous avions pris rendez vous à St Guillaume au tout nouveau gîte de Claude et Hélène Pion. Ceci en présence de Lionel André, technicien à l’antenne des gîtes de France Isère et Marlène Tournier décoratrice de la société Daho.

1

Pour les époux Pion:  » oui on savait ce qu’on voulait.. on avait des idées, mais il nous fallait avoir des conseils tant au niveau de l’agencement des pièces que de la décoration intérieure, en sachant que nous avions plusieurs meubles anciens dont nous ne voulions nous séparer..  »

Lionel André confirme que cette problématique n’est pas isolée et  » bien décorer son gîte est devenu un gage de qualité certes, mais aussi d’attractivité. On réserve de plus en plus par internet, c’est souvent les femmes qui choisissent en dernier recours, et un gîte bien agencé attirera forcement leur  oeil avisé.. »

Les gîtes n’ont pas vocation de conseiller de façon  » très professionnelle  » au niveau de la décoration, de l’agencement, c’est pourquoi l’antenne de l’Isère a fait appel à Marlène Tournier qui est spécialisée dans ce domaine.

3

 » Ayant l’avantage d’avoir moi même un gîte, j’avoue que c’est un plus indéniable quand je me rends chez les propriétaires. Que ce soit pour du neuf ou pour du relooking ma première approche est d’écouter les propriétaires, de bien cerner leurs demandes, souhaits, parfois leurs impératifs.. Ah, l’armoire de la grand mère que l’on veut garder!!!  »

Marlène travaille bien entendu avec la configuration locale  » en organisant une décoration locale et aussi en fonction de l’environnement. » Pour ce, elle se déplace  systématiquement chez les propriétaires,  » j’essaie de me mettre à leur place » et assure un suivi  » à la carte » qui peut même aller jusqu’à l’achat des matériaux.

Et de rajouter: » je conseille, donne des idées, mon avis mais je n’impose rien, le propriétaire reste le dernier décideur.

Bien souvent elle doit assurer  » une harmonie entre l’ancien et le moderne, les deux peuvent se marier sans souci .. »

Elle apportera  aussi une touche d’originalité qui attirera l’oeil..

2

Les propriétaires du gîte de St guillaume qui ont reçu récemment leurs premiers clients  se disent  » satisfaits de la prestation de Marlène qui nous a bien conseillé, écouté.. Pour être honnêtes on ne l’a pas suivie sur tout mais sur l’essentiel oui..Elle a apporté une touche finale qui fait que notre gîte est très original, fonctionnel.. »


Afin d’aller plus loin dans cette démarche  » décoration »

Gîtes de France Isère vous convient au 1er Atelier  « Conseils Pratiques Côté Déco »

Animé par Marlène Tournier, Décoratrice d’Intérieur de la société DAHO,

le Jeudi 29 Juin 2017

De 13h30 à 16h30

A la Maison des Agriculteurs – Grenoble

Les places étant limitées, si cet atelier vous intéresse cliquer ICI pour vous inscrire






Catégorie tourismeCommentaires fermés

Convention pour le développement du tourisme entre le département et la région

Ce jeudi 1er Juin, Nicolas Daragon, vice-président de la région Auvergne Rhône-Alpes, délégué au tourisme et au thermalisme et Chantal Carlioz, vice-présidente du département de l’Isère, déléguée au tourisme, ont signé une convention bilatérale dans l’objectif de développer le tourisme en Isère et par extension, dans la région.

Comme promulgué par la loi NOTRe, la compétence touristique est partagée entre la région et le département. Cette convention permettra donc la convergence des politiques touristiques des deux collectivités ainsi que l’association de leur budget dans divers grands travaux de développement du tourisme et des revenus et emplois qui y sont associés.

- L’Isère, 10ème département touristique national -

Pour cette signature, ayant eu lieu dans le palais du parlement Grenoblois, Chantal Carlioz a tenu à évoquer les résultats de l’activité touristique Iséroise, aujourd’hui dixième département au rang national. Générant actuellement 168 000 emplois, le tourisme Isérois représente 10% de la totalité des emplois touristiques en Auvergne Rhône-Alpes, ainsi qu’un investissement de 184 M€ pour un revenu de 451 M€ générés.

Au delà de cette convention, il y a une réelle volonté de la part du département de développer le tourisme local, notamment par une hausse du budget alloué de 15%, et par la mise en place depuis cet hiver d’une politique d’attractivité. En effet, le département a lancé la marque Alpes IsHere, avec le lancement d’un spot diffusé le soir sur France 2.

Ainsi, avec l’appui de la région, l’Isère se focalisera sur le développement autour des grands thèmes touristiques:

  • Le thermalisme et le tourisme lié au bien-être, avec 2 stations balnéaires déjà existantes qui recevront une aide financière conjointe des deux collectivités.
  • La diversification du tourisme montagnard. Avec une trentaine de stations de ski présentes sur le territoire, les stations génèrent à elles seules 70% du revenu touristique départemental.
  • Le tourisme itinérant, déjà doté de 9000 km de sentiers balisés, notamment avec la finalisation du projet ViaRhôna,
  • La gastronomie et l’œnotourisme, présentant déjà l’existence de 94 maîtres restaurateurs sur le département, avec l’objectif d’attirer toujours davantage le tourisme de la vallée du Rhône en Isère.

Au delà de ces thèmes majeurs, le département et la région travailleront aussi sur deux thèmes transversaux, l’hébergement touristique (comptant déjà une capacité totale de plus de 300 000 lits) et l’accompagnement des grands sites (comme les parcs régionaux du Vercors et de la Chartreuse) et des projets comme la remise en service du train de La Mure.

Cette séance s’est terminée par les félicitations du vice-président de la région pour les résultats et la campagne attractive de notre département.

Paul Savary

P

Catégorie A la une, Département de l'Isère, région Auvergne Rhône-Alpes, tourismeCommentaires fermés

ViaRhôna en fête

Pour le mois de Juin, nous vous invitons à découvrir l’initiative ViaRhôna. Il s’agit d’un projet qui
consiste à équiper les routes longeant le Rhône de voies dédiées aux cyclistes. Initié depuis 2005, ce
projet a pu aujourd’hui couvrir jusqu’à 83 % des routes concernées dans notre région (soit 464 km).
L‘objectif final est de relier le Lac Léman à la Méditerranée. L’itinéraire est constitué d’une
alternance de voies vertes (complètement coupées des automobilistes) et de bandes cyclables.

Par ailleurs, ces voies ne couvrent pas seulement les seules bordures du Rhône, certaines
s’enfoncent également dans les alentours.

-Valoriser le tourisme local-

En plus de faciliter le cyclisme tout en offrant de multiples itinéraires, le projet ViaRhôna vise
également la valorisation et le renouvellement du tourisme local, invitant les utilisateurs à profiter
de découvertes culturelles, patrimoniales, gastronomiques ou bien même oenotouristiques.

C’est également l’occasion pour tous de découvrir des paysages variés, des montagnes Alpines aux
plages de Camargue en passant par les villages et les champs Provençaux.

-De nombreux services mis en place-

Pour permettre à toutes et à tous de profiter au mieux du trajet, ViaRhôna met à disposition de
nombreux services. Ainsi nous pourrons compter sur une application de guidage GPS, une
conciergerie et une consigne à vélo à Lyon, des transferts touristiques depuis l’aéroport, ou encore
la création d’un label « Accueil Vélo » garantissant un accueil de qualité aux cyclistes.

Enfin, l’ensemble du tracé ViaRhôna devrait être balisé pour cet été.

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Assemblée générale du relais gîtes de France Isère

L’ assemblée générale du relais gîtes de France Isère couplée avec celle du service information réservation touristique 38 s’est déroulée sur les contreforts du massif de Belledonne, à Theys.

1

Placée sous la présidence de Philippe Riboulleau, cette rencontre a permis à l’assemblée de se remémoré l’année 2016 marquée par les 60 ans des gîtes de France Isère.

Tout au long de l’année de nombreuses manifestations ont été organisées en direction des clients, propriétaires et partenaires..Le point d’orgue étant la journée du 30 septembre ou plus de 300 invités ont participé à un moment de commémoration et de festivités très forts..

Hélas l’année 2017 a mal débuté p avec la tragique disparition d’Odette Goudissard, joviale, disponible, qui fût pendant 14 ans la trésorière très efficace et rigoureuse  du relais départemental.

Philippe Riboulleau a rappelé que  » de nombreux projets ont été initiés, réfléchis et de nouvelles orientations ont été mises  en oeuvre.. »

Il a cité par exemple la création des journées portes ouvertes  » qui ont été reprises au niveau national » mais aussi la mise en place de divers partenariats, la participation à des actions de coopération internationales avec l’Afrat, le forum des hébergeurs …

Lancement aussi du concept  » cafés conseil » . Il s’agit d’ateliers conseils ouverts aux propriétaires et porteurs de projets qui sont animés par des professionnels partenaires du relais gîtes de France Isère.

Cette activité dense ne doit pas faire oublier   » que notre environnement économique et social a beaucoup évolué ces dernières années et nous devons nous adapter » ..

Pour ce quelques pistes ont été proposées, en particulier du fait que les changements de gouvernance dans diverses structures comme à la Région, au Département, à Isère Tourisme … » marquent une nouvelle ère ou tout reste à construire de nouveau.. »

Au niveau national  » de nouvelles orientations vont être progressivement être mises en oeuvre, l’ Isère devra faire partie prenante à la réflexion.. »

Philippe Riboulleau informant la salle que les objectifs fixés pour les années 2017 à 2020   » consistent à se recentrer sur le coeur de métier, c’est à dire réfléchir à la mise en place d’un modèle économique, plus attractif vis à vis de nos adhérents et des porteurs de projet. »

Autre piste: être  plus proche du terrain en  » ayant une participation plus active aux actions menées par les nouvelles structures locales que sont les communautés de communes, offices de tourismes intercommunaux.. »

Et le président de conclure:  » nous resterons vigilants, à l’écoute, mais aussi porteurs de propositions sur les inévitables mais nécessaires modifications structurelles que notre environnement économique pourrait nous amener à adopter.. »

2


Catégorie tourismeCommentaires fermés

Voiron: ouverture d’une agence Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes

L’ouverture dune agence du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes est toujours un évènement! Cela c’est encore vérifié à Voiron ou la banque verte a ouvert une agence en plein coeur de la zone commerciale des Blanchisseries.

Julien Polat maire de Voiron a souligné  » cette ouverture est un signe de vitalité tant du côté de la commune que du crédit Agricole, une banque qui montre qu’elle est bien un acteur actif sur notre territoire. Trop de structures le revendiques et ne le sont pas.. »  Et de poursuivre:  » vous avez eu une excellente idée de vous installer dans cette zone commerciale , très vivante qui génère des centaines d’emplois et draine des milliers de visiteurs par jour. Il a enfin remarqué:  » la particularité de cette agence, sa modernité, sa fonctionnalité.. »

Nathalie Peyrachon, vice présidente de la caisse du Crédit Agricole sud Rhône-Alpes a appuyé sur  » la proximité qui est au centre de nos préoccupations. Nous souhaitons aussi que nos clients trouvent au sein de leur agence toutes les composantes de nos métiers, ceci dans un climat de confiance.

Christian Rouchon directeur général:  » nous sommes une banque coopérative avec son fonctionnement propre, un modèle différent des autres.. L’humain, le relationnel, le climat de confiance, le travail d’équipe, sont au coeur de nos préoccupations. Notre mission première est de satisfaire nos clients, de l’accueillir dans les meilleures conditions possibles, pour ce nous avons tout étudié: même la luminosité.. c’est dire »

En un mot entrer dans l’agence c’est entrer dans une nouvelle relation bancaire grâce à une organisation innovante.

l agence est en effet organisée autour :

- d’un espace  » les rencontres du Crédit agricole »

- d’ espaces thématiques orientés vers vos besoins spécifiques

- de salons conseils accueillants et confidentiels

- d’un client parcours interactif

Que vous soyez particulier, professionnel, agriculteur, toute l’équipe de l’agence de Voiron est à Votre écoute.

Agence de Voiron Blanchisseries rue Jean-Monnet à Voiron (38500).

Quelques images prises lors de l’inauguration


Catégorie la vie des communesCommentaires fermés

Jean Michel Revol:  » puisse nos éleveurs, nos agriculteurs vivre de leur métier »

Jean Michel Revol maire de st Marcellin a fait une intervention de haut vol lors de l’inauguration de la fête du St Marcellin. Il a lancé plusieurs appels, pistes pour remettre à flots notre agriculture..

P1230198

Il s’est tout d’abord dit très heureux que le St Marcellin soit mis à l’honneur  » notre fromage, le St Marcellin mérite bien une fête »..

Il a remarqué que  » bien souvent le fromage a été considéré comme un produit de deuxième ordre avant de devenir un met d’excellence, ceci au début du XXème siècle. un met d’excellence qui représente le meilleur de l’agriculture et de la gastronomie française ».

Un fromage  » qui a obtenu l’IGP fin novembre 2013, une reconnaissance européenne qui récompense un savoir faire et une tradition. Nous sommes fiers que notre petit fromage rejoigne les quelques 200 produits français qui ont cette reconnaissance. « 

L’ obtention de l’IGP  » a été une bonne nouvelle pour la ville de St Marcellin dont la notoriété est fortement liée à celle du fromage. »

Jean Michel Revol a tenu à souligner que  la municipalité, le conseil général puis départemental, la nouvelle intercommunalité accompagne la fête qui  » ne pourrait avoir lieu sans le Comité du St Marcellin, les bénévoles, partenaires, confréries, les services de la ville, le Fisac.. »

Le maire de St Marcellin a surtout insisté sur  » le travail fourni par nos agriculteurs » et  » la nécessité d’avoir une grande agriculture, celle qui à la fois nourrit la planète mais aussi qui apporte des contributions pour le climat, qui donne toujours à notre pays une image d’excellence, avec des paysages entretenus et qui participe à l’aménagement du territoire.. »

Il a eu une pensée toute particulière pour les éleveurs laitiers ;  » le lait c’est la vie, on pourrait penser que les producteurs de lait vivent de leur métier.. Ce n’est pas le cas, puisse nos éleveurs, nos agriculteurs vivre de leur métier! » .

A quelques jours des élections présidentielles, Jean Michel Revol souhaite que  » les candidats aient le courage d’inscrire à leur programme un projet efficace, ambitieux pour le sauvetage de nos paysans, de nos terroirs..mais aussi de notre artisanat.. »

Jean Michel Revol s’est montré opposé à la sortie de l’Euro, de l’Union européenne, une union européenne qui  » doit être réorientée, relancée.. »

Il a lancé un dernier appel envers les consommateurs  » qu’il faut éduquer afin qu’ils se nourrissent en toute connaissance de cause et mobilisons les citoyens dans le sens d’une consommation durable et responsable. On doit tous agir, payer 1,20 euro un litre de lait pour sauver un paysan, protéger un patrimoine et préserver un environnement, ce n’est pas cher » a conclu le maire de St Marcellin..en scandant un  » vive le St Marcellin ».

Catégorie agriculture, foires et fêtes, la vie des communesCommentaires fermés

3 jours autour de Marcelline !

La 17e édition de la fête du saint-marcellin se déroulera
les vendredi 31 mars, samedi 1er et dimanche 2 avril en
coeur de ville.

1

Grand rendez-vous annuel, la fête du saint-marcellin est une belle occasion
de découvrir ou redécouvrir le fameux petit fromage à la renommée
internationale dans la bonne humeur qui sera de rigueur.
S’adressant à tous, petits et grands, rythmés par de nombreuses animations
qui se déroulent en coeur de ville, ces trois jours de fêtes mettent à
l’honneur le savoir-faire de tous ceux qui font le saint-marcellin, la qualité
des produits de notre terroir, les spécialités culinaires et gastronomiques…
C’est aussi une occasion unique de découvrir toutes les richesses de
l’agriculture locale.
La reine de la fête, c’est bien sûr Marcelline, la vache fétiche. Souriante
et sympa en diable, parfois coquine, elle incarne à elle seule l’esprit bon
enfant qui présidera à ces journées.

Catégorie la vie des communes, lait/produits laitiersCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+