Archive | monde rural

Gîtes de France Isère: journée des adhérents

L’antenne de l’Isère des gîtes de France organise chaque année une journée de rencontres entre adhérents et partenaires.

Pour cette 6ème édition, le choix du lieu a été judicieux: le château  de Sassenage.

A 10 minutes à peine de Grenoble, le Château de Sassenage se dresse au pied de la masse imposante du Vercors, dans toute la pureté de son architecture classique.

Construit au 17ème siècle par Charles Louis Alphonse de Sassenage, ce Château est la dernière des trois demeures édifiées par les puissants Seigneurs de Sassenage.
Œuvre de l’architecte valentinois Laurent Sommaire, il reflète l’art de vivre du Grand siècle où grandeur et somptuosité riment avec douceur et plaisir de vivre. Le site, composé du Château et de son parc paysager du 19ème siècle est classé aux Monuments historiques.

Adhérents et partenaires ont donc pu se rencontrer au cours de cette journée instructive et très conviviale.

Philippe Riboulleau président,  rappelant que l’activité gîtes de France sur l’Isère  » se porte bien avec un accroissement d’activité pour cette année de près de 5%.. De plus la centrale de réservation est en bonne santé! »

Autre sujet de satisfaction: le rajeunissement des adhérents et le nombre de créations en augmentation.

Catégorie tourismeCommentaire (0)

Le Gouvernement accélère la lutte contre les dégâts de gibier

Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, précisent les mesures prévues par le Gouvernement pour réduire les dégâts de gibiers sur l’ensemble du territoire. Un comité de lutte contre les dégâts de gibier sera installé le 6 septembre prochain.

Ces mesures s’inscrivent dans le prolongement des consultations que Sébastien Lecornu a menées sur la chasse et la ruralité. Elles font partie d’un ensemble équilibré de mesures visant à mieux protéger la biodiversité, moderniser l’organisation de la chasse et améliorer la gestion des dégâts de gibier.

Aujourd’hui, 90% des dommages agricoles causés par le grand gibier (sanglier mais aussi cerf et chevreuil) aux cultures et forêts sont concentrés sur 15% du territoire national. Le niveau de ces dégâts est devenu localement insupportable pour l’agriculture et la sécurité routière. En outre la régulation des populations de sangliers est nécessaire pour prévenir le risque d’introduction et de diffusion de maladies animales, à l’heure où la peste porcine africaine sévit dans plusieurs pays de l’est de l’Union européenne.

Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation : « Je serai pleinement engagé dans le suivi de ce dispositif qui doit contribuer à la protection des activités agricoles, tant au regard des dégâts supportés par les agriculteurs que des risques d’introduction et de diffusion de maladies animales. »

Sébastien Lecornu, secrétaire d’État : « À 30 millions d’euros d’indemnisation par an, les agriculteurs et les forestiers autant que les chasseurs ont un intérêt commun à moderniser rapidement les outils de gestion des dégâts. Nous nous fixons aujourd’hui l’objectif de réduction de moitié des dégâts d’ici 3 ans ».

Pour faire face à ces nouveaux enjeux, le ministère de la Transition écologique et solidaire prévoit d’ores et déjà comme premières mesures :

  • La responsabilisation complète des fédérations départementales de chasseurs. Elle passe par :
    • L’élargissement des compétences des fédérations départementales de chasse à la gestion des plans de chasse. En cas de défaillance, le préfet déclenchera des battues administratives qui seront mises à la charge des fédérations ;
    • La suppression du fonds de péréquation nationale qui diluait les responsabilités.
  • Une réflexion globale sur le financement de l’indemnisation des dégâts de gibier est engagée permettant aux fédérations départementales de moduler les montants par unité de gestion en fonction de la réalité des dégâts. Une mission parlementaire confiée à un député et un sénateur sera chargée de définir les modalités opérationnelles en associant le monde agricole, les forestiers, les chasseurs et les services de l’État. Cette mission fera également des propositions pour améliorer la régulation du grand gibier et réduire les dégâts qu’il provoque sur les cultures et la régénération des forêts.

Par ailleurs le nouveau tarif de validation nationale du permis à 200 euros contribuera à la réduction des dégâts de gibier en favorisant la mobilité des chasseurs entre départements.

Le nouveau comité de lutte contre les dégâts de gibier rassemblera les présidents de la FNSEA, de l’APCA, de la coordination rurale, de la confédération paysanne, de la fédération nationale des chasseurs, de la fédération des forestiers privés et du CNPF, de la propriété privée rurale, de l’ONF, des communes forestières (FNCOFOR) et de l’ONCFS ainsi que les administrations nationales concernées. Il sera chargé de définir les modalités opérationnelles et de faire des propositions complémentaires.

Catégorie agriculture, chasseCommentaires fermés

AG des gîtes de France Isère

L ‘assemblée Générale des gîtes de France Isère s’est tenue dans le cadre prestigieux du musée de la mine à La Motte d’Aveillans.  En Matheysine donc, un territoire qui compte plus de 70 hébergements labellisés.

Fort de ces 60 ans d ’existence (en 2017), les Gîtes de France demeurent un acteur incontournable du développement local.

Cette Assemblée Générale a été  l’occasion de faire le point sur l’activité Gîtes de France en Isère, tant en terme de développement (Près de 50 nouveaux hébergements ont ouvert leurs portes en 2017) que sur le plan commercial (le service réservation des Gîtes de France de l’Isère génère un volume d’affaires de près de 3 millions d’Euros ce qui en fait la plus importante centrale de réservation départementale).

Gîtes de France en Isère, ce sont aujourd’hui plus de 850 structures d’accueils (Gîtes ruraux, Chambres et tables d’hôtes, Gîtes de Groupes, Gîtes d’enfants, campings…) réparties sur plus de 200communes en Isère.
Un gîte rural est loué en moyenne 17 semaines par an. Pour une chambre d’hôte, on compte une occupation moyenne de 110 nuitées annuelles.

Philippe Riboulleau président des gîtes de France Isère a rappelé les nouvelles priorités pour les années à venir:  » la définition d’un modèle économique plus attractif vis à vis de nos porteurs de projets et nos adhérents ainsi que le renforcement de notre rôle incontournable du développement touristique local en sont les axes majeurs ».

Il a également indiqué que malgré le dynamisme de l’antenne  » nous avons ouvert un travail de réflexion destiné à recruter des adhérents, de séduire de nouveaux porteurs de projets.. »

Vincent Delaitre, directeur d’Isère tourisme, invité à cette AG a indiqué pour sa part que les mentalités, les recherches des clients ont évolué et que les hébergeurs devront s’adapter aux nouvelles exigences de leurs clients..

Catégorie tourismeCommentaires fermés

A la découverte du Gîte de groupe du Souillet

Eve Palacios a acheté en 2005 une ferme sur les hauteurs de Noyarey, sur les contreforts du Vercors..35 hectares de terrain dont 10 hectares de foret. Le bâtiment d’habitation est vaste et Eve, qui a le sens du contact, se dit qu’un jour elle en consacrera une partie pour en faire un gîte.

En attendant elle le réhabilite, ainsi que la bergerie qui accueille 50 ovins faire du bois de chauffage.

En 2008, la réhabilitation de la bergerie est à l’ordre du jour afin d’accueillir 200 ovins.  Le projet d’hébergement refait surface.. Elle imagine un gîte de groupe. Pour affiner son projet elle fait appel aux techniciens de l’antenne départementale des gîtes de France. Le technicien  (Lionel André) a de suite cru en mon projet tout en reconnaissant  » qu’il y avait beaucoup de boulot et en me souhaitant bon courage.. »dit -elle avec un sourire malicieux.. Il faut dire que le bâtiment était tout simplement en ruines.

Le projet a également pu aboutir grâce à l’accompagnement permanent de l’architecte Gabriel TATIN qui a dessiné la bergerie, concu tous les plans de mise hors eau des ruines dans un premier temps et ensuite du permis d’aménagement qui a suivi dès 2012 et suivi les travaux et aussi aidé à « monter « les dossiers pour solliciter les aides des collectivités ainsi que pour obtenir les prêts bancaires

La propriétaire  s’est lancée alors  dans l’opération avec beaucoup de courage et de détermination..

Les travaux de la première étape sont terminée et le gîte de groupe a ouvert en ce début d’année 2018. Il peut accueillir confortablement 11 personnes réparties en 3 chambres.

Celles ci étant situées à l’étage et la salle de vie au rez de chaussée du bâtiment.

Eve cuisinière hors pair, prépare de bons petits plats à base des produits de la ferme ou des AMAP proches. Je vais créer une activité maraîchage de montagne afin de proposer encore plus de produits de la ferme dit-elle.. La petite restauration qu’elle propose déjà devant évoluer vers une activité de ferme auberge..

Elle propose des visites de la ferme avec un casse croûte, assiette froide à midi ou goûter l’après midi.

Elle appuie son idée comme quoi elle souhaite, à travers cette diversification et l’accueil de citadins  » mieux faire connaître notre métier, partager notre bonheur d’ être agriculteurs » .. Ils découvrent notre activité en période d’agnelage.. les biberons que l’on doit donner à toute heure de la journée et de la nuit.. dit-elle avec un brin de malice.

L’ensemble des travaux a coûté au bas mot 300 000 euros. Cela n’empêche pas la propriétaire d’avoir encire des projets.   » Si je gagne au loto je construit un espace pour créer un gîte de grande capacité. 32 places pour accueillir des classes scolaires et autres.J’ai cette idée qui est fixe, c’est ancré dans le cerveau alors d’une façon ou une autre j’arriverai à mes fins » dit-elle avec beaucoup de conviction.. Et ceci même si elle ne gagne pas au loto!!!

Eve Palacios, en cours de visite du gîte nous a montré les charpentes, poutres..  » celle ci proviennent de la propriété. Les arbres poussaient à 150 mètres d’ici. Abbattus, débardés et débités par une scierie mobile installée sur place Difficile de faire mieux!

Idéalement placé sur les contreforts du Vercors, à quelques encablures de Grenoble, des stations de sports d’hiver, à la croisée des chemins de randonnée, le gîte du souillet mérite le détour, une halte.. une visite.

Pour en savoir plus, réserver:  https://www.gites-de-france.com/location-vacances-Noyarey-Gite-de-sejour-Gite-Du-Souillet -38G281025.html

1234

Catégorie tourismeCommentaires fermés

RD 526 / VALLEE DE LA LIGNARRE: REOUVERTURE D’ICI TROIS SEMAINES

Après une opération de minage réussie sur la zone d’éboulement en amont de la RD526, le Département poursuit le chantier très délicat de déblaiement de la route.
Si les conditions météo le permettent, la vallée pourrait être rouverte à la circulation dans un délai de 3 semaines.

1

Site d’éboulement amont après minage

Une opération de minage réussie
Après plusieurs jours de préparation d’une opération extrêmement délicate, l’ensemble des compagnons, techniciens et ingénieurs du chantier ont procédé au minage de la falaise hier, dans l’après-midi du 29 janvier. Le minage a permis de purger la partie sommitale de la falaise et de circonscrire le risque que faisait peser sur le chantier la présence de 1 000 m3 de rochers instables.


2

Suite au minage, le nettoyage de la zone qui a été minée a pu commencer manuellement.

Une réouverture de la route d’ici 3 semaines, sous réserve des conditions météo nécessaires
Dès demain, mercredi 31 janvier, une pelle araignée sera déployée sur le site pour continuer le déblaiement des éboulis.
Cet engin aura pour mission de sécuriser la zone afin de permettre à des pelles à chenilles de fort tonnage d’intervenir et d’accélérer l’avancée des travaux.
Va aussi démarrer d’ici moins d’une semaine l’évacuation des déblais par camions.
L’avancée du chantier est toujours soumise aux intempéries, mais sans aléa météo particulier, la réouverture de la route pourrait ainsi se faire dans un délai prévisionnel de 3 semaines.
« Les équipes sur le terrain ont fait un gros travail pour la réalisation de ce minage qui était complexe dans sa préparation. Après cette opération réussie, nous pouvons poursuivre le chantier. Nous avons bon espoir de rouvrir la route dans un délai de 3 semaines si les conditions météo sont bonnes. Il reste beaucoup de travail mais nous sommes sur la bonne voie ! Le retour à une vie normale pour les habitants de la Lignarre est la priorité du Département. » explique Bernard Perazio, vice-président du Département en charge de la voirie.

Catégorie Département de l'Isère, monde rural, transportCommentaires fermés

Avec les gîtes de France Isère: Noêl et jour de l’an à la carte !

A l’occasion de Noël et du jour de l’an, réservez votre gîte  en Isère en court séjour à partir de 3 nuitées et plus.
Découvrez la liste d’hébergements réservables en ligne ou contactez nous pour toute demande personnalisée sur l’ensemble des offres directement auprès du  Service Réservation au +33 (0)4 76 40 79 40 ou par mail

Pour en savoir plus cliquer ici:

https://www.gites-de-france-isere.com/location-skiez-en-decale-stations-gites-courts-sejours.html
Logo Gîtes de France

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Corps: Marché de la Gastronomie Producteurs et Métiers d’Art

Comme chaque année le Marché de la Gastronomie Producteurs et Métiers d’Art de Corps aura lieu le Samedi 16 Décembre à la Salle des Fêtes.

Affiche Marché de la Gastronomie-1

Catégorie la vie des communesCommentaires fermés

Sécurité à la chasse

L’ouverture générale de la chasse a eu lieu le dimanche 10 septembre 2017. Le Préfet
de l’Isère rappelle à tous les chasseurs qu’il est impératif de respecter les consignes de
sécurité édictées notamment dans le Schéma Départemental de Gestion Cynégétique et
dans l’arrêté de sécurité publique.

Un groupe de réflexion « sécurité à la chasse » a été institué à la demande du Préfet de
l’Isère. Sous l’égide de la Direction Départementale des Territoires, ce collectif a pris en
compte les attentes respectives de ses membres et plusieurs mesures ont été prises,
dont certaines s’appliquent depuis septembre 2016.
1 – Améliorer la sécurité de la cohabitation entre chasseurs et non chasseurs, par
la révision profonde du schéma de gestion cynégétique 2012-2018, essentiellement :
— la couleur orange obligatoire pour les tenues de chasse collective (en vigueur depuis
le 1er septembre 2016)
— la formation obligatoire et progressive pour tous les chefs de battue d’ici à la saison
de chasse 2018-2019
— l’intégration des prescriptions de l’arrêté préfectoral de sécurité publique (depuis le 1er
septembre 2016)
— la révision du schéma dans sa forme afin de faciliter son application : il fait désormais
apparaître une série d’interdits, d’obligations et de préconisations à l’intention de tous
les chasseurs, tous modes de chasse confondus.
Ce travail, salué par l’ensemble des partenaires ainsi que par la Commission
Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage, a été entériné par arrêté
préfectoral du 20 juin 2016, et dans l’arrêté de sécurité publique n°38-2016-07-04-043
du 4 juillet 2016.
2 – Adapter les pratiques de chasse aux enjeux de la fréquentation
L’amélioration de la cohabitation entre chasseurs et autres usagers de la nature
nécessite de mieux connaître les secteurs et les périodes présentant des risques de
conflit d’usage.
Les détenteurs de droits de chasse ont été sollicités via une enquête organisée par la
Fédération des Chasseurs de l’Isère, permettant de mieux connaître les pratiques
cynégétiques ainsi que les particularités des territoires, notamment la fréquentation. Des
hypothèses de partage du temps et/ou de l’espace ont été débattues au sein de la
commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage réunie en session
extraordinaire le 30 août dernier. Le Préfet de l’Isère a décidé que les travaux du groupe
de travail se poursuivraient jusqu’à la prise en compte, dans le prochain schéma
départemental de gestion cynégétique (SDGC) 2018-2024, de la nécessité d’adapter
localement les pratiques de chasse aux enjeux de la fréquentation notamment les weekend.
3 – Communiquer
Un certain nombre d’actions ont été conduites par la Fédération des Chasseurs avec
l’appui du Conseil Départemental, du Conseil Régional, des services de l’État et la
collaboration des autres partenaires du groupe de travail sur la sécurité à la chasse. Une
expérimentation a été conduite sur plusieurs sites : déploiement d’une signalétique plus
adaptée aux non-initiés à la pratique de la chasse, notamment collective, dite en battue.
Un nouveau panneau « chasse en cours » a été conçu et adopté massivement par les
chasseurs. Une communication spécifique destinée aux élus a également été
développée.
Enfin, la Fédération des Chasseurs a fortement investi dans le développement d’une
application mobile unique en France, permettant de cartographier les réserves de
chasse et les jours de chasses collectives par détenteur du droit de chasse (association
de chasse ou propriétaire privé). Une première version a été diffusée à l’occasion du
lancement de cette application le 29 novembre , version qui a déjà recueilli les
faveurs de tous les partenaires départementaux, notamment les représentants des
usagers et des associations de protection de la nature.

Catégorie chasseCommentaires fermés

DEVIATION D’AOSTE : LES PREMIERS TRAVAUX ONT COMMENCE

Le Président du Département, Jean-Pierre Barbier, et le vice-Président en charge des routes, Bernard Perazio, se sont rendus ce vendredi 3 novembre 2017 sur la commune d’Aoste en présence du maire, Roger Marcel, pour constater l’avancement des premiers travaux de la déviation du centre-bourg.
Le contournement d’Aoste mené par le Département est désormais bien lancé
Sur le terrain, le chantier a bel et bien démarré. En effet, suite à un premier marché passé en septembre dernier, la première partie du terrassement du chantier a débuté.

1

A ce jour, son achevés :
- Les fouilles archéologiques prescrites sur la section Sud .
- Les travaux de démolition de l’usine AMD démarrés début mai.
Les fondations de l’usine seront toutefois démolies à l’issue du diagnostic archéologique en cours de réalisation sur cette portion.
La consultation des entreprises sera elle lancée fin 2017- début 2018 pour les travaux du giratoire Sud, la section Sud et le terrassement de la section Nord, au-delà de l’espace boisé.
Entre 2017 et 2019 seront réalisés les travaux principaux pour une mise en service de la déviation qui devrait intervenir fin 2019.
Un projet ambitieux très attendu par la population et les entreprises du secteur
Prenant en compte les fortes attentes de la population et des entreprises du secteur, le Département a fait de ce projet routier, 9 ans après le lancement des premières études, une priorité du mandat de l’actuelle majorité départementale (2015-2021).
La déviation permettra de réduire de 50 % le trafic de véhicules qui empruntent les RD592 et RD1516 traversant le centre-bourg. Elle répond ainsi à des objectifs de réduction des nuisances pour les riverains, de fiabilisation des temps de parcours pour les usagers et d’accroissement de l’attractivité pour les entreprises.
Sa réalisation est la condition sine qua non de l’aménagement de la ZAC du Parc Industriel d’Aoste (PIDA) avec, à la clé, la création de 300 emplois sur le territoire et de la pérennisation de plusieurs centaines d’autres notamment à l’usine Jambon d’Aoste et le parc Walibi.
A cette fin, le calendrier a été optimisé avec l’ensemble des parties prenantes :
- qu’il s’agisse de l’Etat, qui a été facilitateur dans le cadre de la délivrance des autorisations administratives, nombreuses et complexes sur une opération de cette envergure,
- ou qu’il s’agisse des autres collectivités territoriales concernées par la déviation à l’instar de la commune d’Aoste et de la Communauté de communes des Vals du Dauphiné.

ca

Jean-Pierre Barbier, Président du Département, explique que « le Département a fait et fera tout ce qui est en son pouvoir pour permettre aux habitants, aux usagers et aux entreprises de bénéficier de cette déviation d’ici à la fin de 2019. L’aboutissement de ce projet est une priorité ».

Bernard Perazio, vice-président du Département, en charge de la voirie, des réseaux d’eau, de l’assainissement et de l’électrification rurale, précise que « conformément au calendrier prévisionnel, des consultations seront lancées en 2017 et 2018 pour désigner les entreprises qui seront chargées de réaliser les 1 800 mètres de route et les deux giratoires nécessaires à la déviation de la commune et à la réalisation de la ZAC PIDA. »

Catégorie Département de l'Isère, la vie des communesCommentaires fermés

Dimanche 15 octobre, chassez les idées reçues !

La Fédération Départementale des Chasseurs de l’Isère, en liaison avec une soixantaine
de sociétés de chasse du département, engage une opération de découverte à destination
du grand public cet automne, “Un Dimanche à la Chasse“.

Sans titre

Cette initiative consiste à proposer aux non-chasseurs qui le souhaitent de se plonger,
au coeur d’une partie de chasse telle qu’elle est pratiquée sous ses formes les plus diverses
dans notre département. Munis de leur gilet orange, bottes, jumelles et
d’un solide pantalon, les participants vont pouvoir accompagner les chasseurs
sur le terrain en toute sécurité.
Cette manifestation confirme l’engagement des chasseurs dans la voie d’une relation
équilibrée et durable avec les autres usagers des milieux naturels. Elle veut également
témoigner de l’exercice sécurisé d’une chasse responsable, porteuse de valeurs et
d’éthique, bien loin des clichés qu’on pourrait lui attribuer !

Comment sera organisée la journée ?
Dimanche 15 octobre au matin, chasseurs et non-chasseurs se donneront rendez-vous.
L’heure et le lieu exacts seront notifiés préalablement aux participants.
Le Président de la société de chasse les accueillera à la cabane de chasse pour le
café de bienvenue et la présentation de la journée.
La partie de chasse se déroulera le matin ou la journée dans les plaines et forêts de la
commune. Chaque participant accompagnera un chasseur confirmé connaissant très
bien le territoire.
A midi, tout le monde rejoindra la cabane de chasse.
Une collation ou repas convivial sera offert par la société
de chasse d’accueil.
Le bilan sera réalisé par le Président et donnera lieu à des
échanges entre chasseurs et non-chasseurs.
Chaque participant repartira avec un livret pédagogique
présentant la faune de l’Isère et sa gestion conduite par les
chasseurs du département ; ainsi que quelques informations relatives à la sécurité ou
à la relation entre usagers des milieux naturels.

Inscription

L’opération est réservée aux non-chasseurs. Ces derniers pourront s’inscrire, dans la
limite des places disponibles, auprès de la société de chasse organisatrice (coordonnées
sur le site internet : www.chasse38.com Rubrique : “Partager la nature“/“Un Dimanche
à la Chasse“) ou auprès de la Fédération Départementale au 04 80 04 20 03.
Les participants auront le libre choix du lieu
parmi ceux proposés. La participation est gratuite, sans autre formalité que de devoir
s’inscrire. (Mineurs acceptés mais obligatoirement accompagnés d’un adulte).
La société de chasse confirmera oralement l’inscription aux participants et leur indiquera
le lieu de rendez-vous et l’équipement requis.
Repas
Le repas du midi sera offert par la société de chasse. L’objectif est que les participants
partagent tous ensemble un moment de convivialité à l’issue de leur partie de chasse.
Equipement
Prévoir une tenue adaptée à la météo (botte ou chaussures de randonnée, imperméable
si pluie, gants et bonnet si temps froid). Privilégier les couleurs naturelles (vert ou marron).
Jumelles, camescope, appareil-photos…
Fournitures offertes
Un gilet orange sera offert à chaque participant.
Un livret permettra de comprendre l’organisation de la chasse dans le département,

Catégorie chasseCommentaires fermés

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2018
L Ma Me J V S D
« sept    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+