Archive | monde rural

Gîtes de France Isère: Philippe riboulleau passe le flambeau à Marc Boulot

L’ assemblée générale de l’antenne Isère des gîtes de France a été marquée par le dernier rapport moral présenté par Philippe Riboulleau.. après 6 ans de présidence celui ci a décidé de passer la main  » avec une bonne dose d’émotion ».

Il a rappelé que de nombreux chantiers ont été engagés et de citer les plus marquants:  » la mise en place de la journée des adhérents, la campagne de communication avec Alpes Loisirs, les journées portes ouvertes lancées en Isère et reprises au niveau national. « 

Philippe Riboulleau c’est dit fier d’avoir été président  » de ce beau réseau des gîtes de France Isère en 2016, ou à Alpexpo  Grenoble ont été fêtés les 60 ans de l’association ».

Pour en revenir à l’année écoulée,  » année trépidante et pleine de turbulences, non pas au niveau local ou l’activité a globalement suivi son cours dans de bonnes conditions mais plutôt au niveau national »..

Et de rappeler que malgré la conjoncture, la concurrence,  » la centrale de réservation a pour la première fois dépassé la fameuse barre des 3 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une croissance annuelle de près de 7%. Le parc de gîtes augmentant pour sa part de 4% toujours en 2018.

L’environnement touristique est en  » pleine ébullition ». Le projet racines du futur  » lancé au niveau national devrait  » nous permettre de mieux nous adapter, nous insérer dans ces nouvelles donnes ».

Au niveau environnement touristique on notera les faits suivants:

- les Offices de tourisme locaux ont progressivement disparus remplacés par le offices de tourismes intercommunaux qui  » ont plus travaillé à l’organisation de leurs services, à la gouvernance qu’à la promotion, à la mobilisation des acteurs.. « 

Les OTA ( agences de voyage en ligne) continuent leurs avancées commerciales.

- Les aspects règlementaires « sont devenus quasi incompréhensibles » .. Il suffit d’évoquer la pseudo réforme de la taxe de séjour pour s’en convaincre a argumenté Philippe Riboulleau.

Ce dernier a également le dossier  » Fédéral ».. Trois axes majeurs ont vu le jour:

- Une campagne de relance de la marque

- Un déploiement d’un nouveau schéma directeur informatique

- une redéfinition du modèle économique et social des instances fédérales et des organisations locales..

 » Projet ambitieux qui a demandé des investissements financiers lourds, un schéma informatique qui patauge..  » ceci a créé une situation de crise » a précisé Philippe Riboulleau.

Des soubresauts nationaux qui ne doivent pas faire oublier le dynamisme, la bonne gestion de l’antenne départementale et aussi l’intelligence du CA  qui a su se donner les moyens de prévoir le départ du Président en place.

Sans titre

C’est donc tout naturellement que Marc Boulot ( à droite sur la photo), exploitant d’un gîte rural à Allemont a pris dans un premier temps la succession temporaire du président sortant, Philippe Ruiboulleau.

Bien qu’extrêmement concurrencés, Les Gîtes de France de l’Isère demeurent un acteur incontournable du développement touristique local.

Catégorie questions d'actualité, tourismeCommentaires fermés

Françoise Thévenas, Présidente de la MSA Alpes du Nord

Suite au décès soudain de Jean-Jacques Exertier, la nuit du 20 décembre 2018, le Conseil d’administration de la MSA Alpes du Nord a élu sa nouvelle Présidente, il s’agit de Françoise Thévenas.

Sans titreUNE CARRIERE DEDIEE A L’ARBORICULTURE

Après des études de biochimie à Grenoble, complétées d’une formation de gestion d’entreprise, Françoise Thévenas a eu un parcours professionnel entièrement consacré à l’arboriculture : fraises hors sol, pêches, abricots, prunes et pommes. Tout d’abord conjointe participant aux travaux, elle s’est installée en 1990, en tant que chef d’exploitation, avec son époux. Tout au long de sa carrière, elle a notamment géré l’équipe des saisonniers (entre 3 et 35 selon la période de l’année) ainsi que toutes les formalités sociales et les démarches administratives de l’entreprise.

Françoise Thévenas a pris sa retraite il y a 3 ans, après avoir cédé l’entreprise familiale à son fils, tout en conservant une activité salariée saisonnière.

ENGAGEE A LA MSA DEPUIS PRES DE 20 ANS

Françoise Thévenas est devenue administratrice MSA (3ème collège – employeur) en 2000, à la création de la MSA Alpes du Nord, née de la fusion des MSA de l’Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie. Très investie sur tous les sujets autour de l’entreprise, des salariés et plus largement du monde agricole, elle participe à plusieurs instances à la MSA, telles que la commission des rentes, la commission de recours amiable ou encore le conseil d’administration de l’Arc-MSA (association régionale des caisses de MSA du la région Auvergne Rhône-Alpes). Par ailleurs, Françoise Thévenas est également Vice-Présidente de la caisse locale du Crédit Agricole de sa commune, administratrice et membre du bureau au Cer France, membre du bureau du groupement d’employeurs départemental de l’Isère (GDE38) et co-Présidente de la Commission emploi au sein de la FDSEA de l’Isère.

DANS LA CONTINUITE DE LA FEUILLE DE ROUTE ENGAGEE

Comme l’a souligné Françoise Thévenas lors de son élection : « Rien ne me prédestinait à postuler à la Présidence de la MSA Alpes du Nord, mais le départ brutal et douloureux de Jean-Jacques Exertier a tout changé.

C’est pour l’immense respect que j’ai pour lui et pour toutes les valeurs mutualistes que nous partagions, que j’ai souhaité poursuivre toutes les actions qu’il a engagées ». Maintenir le cap fixé par Jean-Jacques Exertier et atteindre les objectifs qu’il a fixé pour la mandature lui tiennent à coeur.

Pour la nouvelle Présidente de la MSA Alpes du Nord, il est primordial de continuer à développer les liens partenariaux de la MSA avec les OPA et les partenaires des territoires ainsi que de se mobiliser pour la pérennité du régime agricole afin d’en préserver les atouts. Notamment la proximité et la mobilisation des équipes administratives, en synergie avec les élus MSA, pour défendre les intérêts des adhérents.

Prochains rendez-vous mutualistes phares : les réunions de territoire tout au long du mois de mars, l’assemblée générale le 12 avril à Grenoble et bien sûr, les élections MSA en 2020.

Catégorie msaCommentaires fermés

Décès du Président de la MSA Alpes du Nord, Jean Jacques Exertier

Jean Jacques Exertier est décédé à 64 ans. Mari, père et grand-père il conciliait vie de famillSans titree, exploitation agricole, de nombreux engagements et passion des voyages et de la montagne.
Comme en témoignent la richesse et la variété de son parcours, Jean-Jacques Exertier était un ho
mme reconnu pour ses qualités personnelles et professionnelles, en Alpes du nord comme au niveau national.

Le 1er Vice-Président, Thierry Girard, les membres du conseil d’administration, le Directeur général, l’équipe de direction et le personnel de la MSA Alpes du Nord saluent saluent son action au sein de la Mutualité Sociale Agricole et, plus largement, son engagement pour le monde agricole, qui caractérisent le parcours d’un homme apprécié de tous pour son ardeur, son opiniâtreté et ses qualités humaines.
Ce fervent défenseur de l’agriculture, des territoires ruraux et des valeurs fondatrices de la M
SA nous a quitté brutalement 35 ans après son arrivée au sein de l’institution, en tant qu’administrateur.


Dès son élection à la tête du conseil d’administration de la MSA Alpes du Nord (Isère, Savoie et Haute-Savoie) en 2015, Jean-Jacques Exertier a porté avec conviction les défis engagés pour la mandature, en synergie avec les administrateurs, les délégués, la direction, les services de la caisse ainsi que les partenaires du monde agricole et de la sphère de la protection sociale.

Tous soulignent le beau chemin parcouru ensemble pour renforcer l’identité de la MSA auprès des organisations professionnelles agricoles et des grandes entreprises, développer l’offre de services sur les territoires, donner de l’épaisseur à l’échelon local et développer la culture du résultat en interne.
Attaché au monde agricole qu’il soutenait avec fierté à chaque occasion, notamment dans le cadre de son engagement syndical, Jean-Jacques Exertier était exploitant agricole. De formation universitaire, sa carrière professionnelle a débuté en entreprise au Crédit Agricole des Savoie, avant de reprendre l’exploitation familiale qu’il a développée et spécialisée en noix de Grenoble, vignes AOC et grandes cultures avant de s’associer avec son fils en société.

Son goût pour l’engagement l’a conduit parallèlement à exercer des responsabilités dans la vie publique et au sein des organisations professionnelles agricoles. Il a notamment été conseiller municipal de la commune de Laissaud de 1983 à 1995 et premier adjoint de 1995 à 2001.

Il a été Président de Mutualia Santé Sud Est (complémentaire santé régionale adossée à la MSA devenue Mutualia Territoires Solidaires en 2016), de 2004 à 2016, ainsi que membre du bureau national de cette mutuelle.

Catégorie msaCommentaires fermés

Autrans-Meaudre en Vercors: aucun regret

Alors que le département de l’Isère, depuis le 1er janvier, a vu  l’émergence  de  6 communes nouvelles suite à des regroupements de communes il nous a semblé utile de faire le point avec Hubert Arnaud, maire de la commune d’Autrans- Méaudre en Vercors et Pierre Buisson maire délégué de Méaudre.

Pour rappel c’est suite à un référendum local dont les résultats ont été favorables  à la fusion  même si à Méaudre on dénombre seulement 6 voix de majorité, que les conseils municipaux d’Autrans et de Méaudre ont voté le souhait de faire fusionner les deux communes.

La commune d’ Autrans – Méaudre en Vercors est officiellement née le 1er janvier 2116.

Création de cette nouvelle commune que ne regrettent nullement Hubert Arnaud maire et Pierre Buisson maire délégué de Méaudre.

Bien entendu les raisons économiques arrivent au premier plan. Les dotations de l’Etat sont en baisse constante . Elles auraient baissé de 30% en trois ans pour chaque commune sans la fusion. Là ce n’est plus le cas. On a même une hausse de dotation de l’Etat de plus 5%. En un mot nous avons  » économisé » 350 000 euros disent de concert les deux élus.

Bien entendu de nombreux services ont été mutualisés. L’économie liée au fonctionnement représente 100 000 euros.

Pierre Buisson rappelle que la fusion n’a en rien enlevé aux services rendus aux habitants des deux communes.  » Les deux mairies assurent les mêmes services qu’auparavant, les écoles, la poste et même les églises fonctionnent comme auparavant. »

Hubert Arnaud précise qu’il y a bien eu une modification pour les contribuables:  » nous avons lissé les impôts locaux afin qu’ils soient identiques pour  tous. Cela signifie que les autrannais en payent moins, les méaudrais plus mais la contribution supplémentaire est minime. »

Le maire d’Autrans-Méaudre en Vercors  est clair:  « sans la fusion nous aurions beaucoup moins investis, c’est une évidence ».

Et de citer: 158000 euros pour les routes, 900000 euros pour un cabinet médical, 180000 euros pour la salle des fêtes de Méaudre, 220000 euros pour la chaufferie bois d’Autrans.. »

A retenir également que le PLUI a été arrêté après 4 ans de concertation. »Nous avons été les premiers en Isère a lancer un plan local d’urbanisation intercommunal.. Il a abouti, nous en sommes fiers. Nous avons réussi à préserver les terres agricoles en rentabilisant mieux les terrains en zones constructibles. » souligne Pierre Buisson qui comme Hubert Arnaud espère que le commerce local se maintienne.. » ce qui n’est pas évident »

Malgré cela certains souhaitent que  » tout redevienne comme avant ».. et se demandent pourquoi Pierre Buisson s’est lancé dans cette fusion.

Ce dernier argumente:  » j’aurai pu bien évidemment terminer mon mandat tranquillement.  Je pense très sincèrement qu’au moment où les communautés de communes se voient confiées de nombreuses nouvelles compétences au détriment des communes, celles-ci doivent être fortes pour peser au sein de l’EPCI et avoir un nombre de délégués suffisant pour représenter leur commune, ce qui n’enlève rien à la proximité avec la population puisque nous sommes environ trois mille habitants. Ce qu’il faut avoir en tête, c’est qu’après les prochaines élections municipales, les petites communes verront leur nombre de délégués diminuer. J’ai fait passer l’intérêt général avant mon confort personnel ».

Prochaines élections municipales qui se dérouleront en 2020:  » les deux villages doivent garder leur identité  » disent de concert les deux élus.

Bien entendu nous avons abordé la question d’actualité: les gilets jaunes. » Nous avons retenu la volonté du gouvernement d’ouvrir une concertation nationale. Nous avons donc ouvert des cahiers de doléances dans les deux mairies » confirme Hubert Arnaud.

Catégorie A la une, Communauté de Communes du Massif du Vercors, la vie des communesCommentaires fermés

Fêtes de fin d’année en Oisans

Profitez des vacances et fêtes de fin d’année pour séjourner en Oisans grâce aux offres des gîtes de France.

Découvrez ce magnifique petit coin des Alpes Cette zone montagnarde compte 4 domaines skiables et des dizaines de stations et villages dans les vallées de l’Oisans ou perchés dans la montagne.

Découvrez les gîtes ruraux, chambes d’hôtes et gîtes d’étape et de séjour au pied des pistes des stations de ski du massif de l’Oisans : Allemont, Alpe d’Huez, Auris en Oisans, Bourg d’Oisans, Col d’Ornon, La Grave / La Meije, Les Deux Alpes, Oz en Oisans, Vaujany, Venosc-Vénéon, Villard Reculas….

voici le lien vers les hébergements de l’Oisans:

https://www.gites-de-france-isere.com/massif-de-l-oisans.html

Gîtes de France Isère Partageons des moments uniques

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Création de la commune nouvelle de Porte des Bonnevaux

Lionel BEFFRE, préfet de l’Isère a signé le 12 novembre 2018 l’arrêté portant création
de la commune nouvelle de Porte des Bonnevaux, issue de la fusion des quatre
communes d’Arzay, Commelle, Nantoin et Semons.

La commune nouvelle de Porte des Bonnevaux est créée à compter du 1er janvier
2019. Son siège sera situé 306 route de Beaurepaire – SEMONS 38260 Porte des
Bonnevaux, à l’adresse de l’ancienne commune de Semons.
Les communes nouvelles sont des regroupements de communes issus d’un
consentement libre et volontaire des élus. Le cadre souple offert par la loi permet aux
élus de redéfinir eux-mêmes l’échelon communal, dans sa dimension la plus adéquate
pour régler avec efficacité les problématiques du quotidien des habitants.

Catégorie monde ruralCommentaires fermés

Gîtes de France Isère: journée des adhérents

L’antenne de l’Isère des gîtes de France organise chaque année une journée de rencontres entre adhérents et partenaires.

Pour cette 6ème édition, le choix du lieu a été judicieux: le château  de Sassenage.

A 10 minutes à peine de Grenoble, le Château de Sassenage se dresse au pied de la masse imposante du Vercors, dans toute la pureté de son architecture classique.

Construit au 17ème siècle par Charles Louis Alphonse de Sassenage, ce Château est la dernière des trois demeures édifiées par les puissants Seigneurs de Sassenage.
Œuvre de l’architecte valentinois Laurent Sommaire, il reflète l’art de vivre du Grand siècle où grandeur et somptuosité riment avec douceur et plaisir de vivre. Le site, composé du Château et de son parc paysager du 19ème siècle est classé aux Monuments historiques.

Adhérents et partenaires ont donc pu se rencontrer au cours de cette journée instructive et très conviviale.

Philippe Riboulleau président,  rappelant que l’activité gîtes de France sur l’Isère  » se porte bien avec un accroissement d’activité pour cette année de près de 5%.. De plus la centrale de réservation est en bonne santé! »

Autre sujet de satisfaction: le rajeunissement des adhérents et le nombre de créations en augmentation.

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Le Gouvernement accélère la lutte contre les dégâts de gibier

Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, précisent les mesures prévues par le Gouvernement pour réduire les dégâts de gibiers sur l’ensemble du territoire. Un comité de lutte contre les dégâts de gibier sera installé le 6 septembre prochain.

Ces mesures s’inscrivent dans le prolongement des consultations que Sébastien Lecornu a menées sur la chasse et la ruralité. Elles font partie d’un ensemble équilibré de mesures visant à mieux protéger la biodiversité, moderniser l’organisation de la chasse et améliorer la gestion des dégâts de gibier.

Aujourd’hui, 90% des dommages agricoles causés par le grand gibier (sanglier mais aussi cerf et chevreuil) aux cultures et forêts sont concentrés sur 15% du territoire national. Le niveau de ces dégâts est devenu localement insupportable pour l’agriculture et la sécurité routière. En outre la régulation des populations de sangliers est nécessaire pour prévenir le risque d’introduction et de diffusion de maladies animales, à l’heure où la peste porcine africaine sévit dans plusieurs pays de l’est de l’Union européenne.

Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation : « Je serai pleinement engagé dans le suivi de ce dispositif qui doit contribuer à la protection des activités agricoles, tant au regard des dégâts supportés par les agriculteurs que des risques d’introduction et de diffusion de maladies animales. »

Sébastien Lecornu, secrétaire d’État : « À 30 millions d’euros d’indemnisation par an, les agriculteurs et les forestiers autant que les chasseurs ont un intérêt commun à moderniser rapidement les outils de gestion des dégâts. Nous nous fixons aujourd’hui l’objectif de réduction de moitié des dégâts d’ici 3 ans ».

Pour faire face à ces nouveaux enjeux, le ministère de la Transition écologique et solidaire prévoit d’ores et déjà comme premières mesures :

  • La responsabilisation complète des fédérations départementales de chasseurs. Elle passe par :
    • L’élargissement des compétences des fédérations départementales de chasse à la gestion des plans de chasse. En cas de défaillance, le préfet déclenchera des battues administratives qui seront mises à la charge des fédérations ;
    • La suppression du fonds de péréquation nationale qui diluait les responsabilités.
  • Une réflexion globale sur le financement de l’indemnisation des dégâts de gibier est engagée permettant aux fédérations départementales de moduler les montants par unité de gestion en fonction de la réalité des dégâts. Une mission parlementaire confiée à un député et un sénateur sera chargée de définir les modalités opérationnelles en associant le monde agricole, les forestiers, les chasseurs et les services de l’État. Cette mission fera également des propositions pour améliorer la régulation du grand gibier et réduire les dégâts qu’il provoque sur les cultures et la régénération des forêts.

Par ailleurs le nouveau tarif de validation nationale du permis à 200 euros contribuera à la réduction des dégâts de gibier en favorisant la mobilité des chasseurs entre départements.

Le nouveau comité de lutte contre les dégâts de gibier rassemblera les présidents de la FNSEA, de l’APCA, de la coordination rurale, de la confédération paysanne, de la fédération nationale des chasseurs, de la fédération des forestiers privés et du CNPF, de la propriété privée rurale, de l’ONF, des communes forestières (FNCOFOR) et de l’ONCFS ainsi que les administrations nationales concernées. Il sera chargé de définir les modalités opérationnelles et de faire des propositions complémentaires.

Catégorie agriculture, chasseCommentaires fermés

AG des gîtes de France Isère

L ‘assemblée Générale des gîtes de France Isère s’est tenue dans le cadre prestigieux du musée de la mine à La Motte d’Aveillans.  En Matheysine donc, un territoire qui compte plus de 70 hébergements labellisés.

Fort de ces 60 ans d ’existence (en 2017), les Gîtes de France demeurent un acteur incontournable du développement local.

Cette Assemblée Générale a été  l’occasion de faire le point sur l’activité Gîtes de France en Isère, tant en terme de développement (Près de 50 nouveaux hébergements ont ouvert leurs portes en 2017) que sur le plan commercial (le service réservation des Gîtes de France de l’Isère génère un volume d’affaires de près de 3 millions d’Euros ce qui en fait la plus importante centrale de réservation départementale).

Gîtes de France en Isère, ce sont aujourd’hui plus de 850 structures d’accueils (Gîtes ruraux, Chambres et tables d’hôtes, Gîtes de Groupes, Gîtes d’enfants, campings…) réparties sur plus de 200communes en Isère.
Un gîte rural est loué en moyenne 17 semaines par an. Pour une chambre d’hôte, on compte une occupation moyenne de 110 nuitées annuelles.

Philippe Riboulleau président des gîtes de France Isère a rappelé les nouvelles priorités pour les années à venir:  » la définition d’un modèle économique plus attractif vis à vis de nos porteurs de projets et nos adhérents ainsi que le renforcement de notre rôle incontournable du développement touristique local en sont les axes majeurs ».

Il a également indiqué que malgré le dynamisme de l’antenne  » nous avons ouvert un travail de réflexion destiné à recruter des adhérents, de séduire de nouveaux porteurs de projets.. »

Vincent Delaitre, directeur d’Isère tourisme, invité à cette AG a indiqué pour sa part que les mentalités, les recherches des clients ont évolué et que les hébergeurs devront s’adapter aux nouvelles exigences de leurs clients..

Catégorie tourismeCommentaires fermés

A la découverte du Gîte de groupe du Souillet

Eve Palacios a acheté en 2005 une ferme sur les hauteurs de Noyarey, sur les contreforts du Vercors..35 hectares de terrain dont 10 hectares de foret. Le bâtiment d’habitation est vaste et Eve, qui a le sens du contact, se dit qu’un jour elle en consacrera une partie pour en faire un gîte.

En attendant elle le réhabilite, ainsi que la bergerie qui accueille 50 ovins faire du bois de chauffage.

En 2008, la réhabilitation de la bergerie est à l’ordre du jour afin d’accueillir 200 ovins.  Le projet d’hébergement refait surface.. Elle imagine un gîte de groupe. Pour affiner son projet elle fait appel aux techniciens de l’antenne départementale des gîtes de France. Le technicien  (Lionel André) a de suite cru en mon projet tout en reconnaissant  » qu’il y avait beaucoup de boulot et en me souhaitant bon courage.. »dit -elle avec un sourire malicieux.. Il faut dire que le bâtiment était tout simplement en ruines.

Le projet a également pu aboutir grâce à l’accompagnement permanent de l’architecte Gabriel TATIN qui a dessiné la bergerie, concu tous les plans de mise hors eau des ruines dans un premier temps et ensuite du permis d’aménagement qui a suivi dès 2012 et suivi les travaux et aussi aidé à « monter « les dossiers pour solliciter les aides des collectivités ainsi que pour obtenir les prêts bancaires

La propriétaire  s’est lancée alors  dans l’opération avec beaucoup de courage et de détermination..

Les travaux de la première étape sont terminée et le gîte de groupe a ouvert en ce début d’année 2018. Il peut accueillir confortablement 11 personnes réparties en 3 chambres.

Celles ci étant situées à l’étage et la salle de vie au rez de chaussée du bâtiment.

Eve cuisinière hors pair, prépare de bons petits plats à base des produits de la ferme ou des AMAP proches. Je vais créer une activité maraîchage de montagne afin de proposer encore plus de produits de la ferme dit-elle.. La petite restauration qu’elle propose déjà devant évoluer vers une activité de ferme auberge..

Elle propose des visites de la ferme avec un casse croûte, assiette froide à midi ou goûter l’après midi.

Elle appuie son idée comme quoi elle souhaite, à travers cette diversification et l’accueil de citadins  » mieux faire connaître notre métier, partager notre bonheur d’ être agriculteurs » .. Ils découvrent notre activité en période d’agnelage.. les biberons que l’on doit donner à toute heure de la journée et de la nuit.. dit-elle avec un brin de malice.

L’ensemble des travaux a coûté au bas mot 300 000 euros. Cela n’empêche pas la propriétaire d’avoir encire des projets.   » Si je gagne au loto je construit un espace pour créer un gîte de grande capacité. 32 places pour accueillir des classes scolaires et autres.J’ai cette idée qui est fixe, c’est ancré dans le cerveau alors d’une façon ou une autre j’arriverai à mes fins » dit-elle avec beaucoup de conviction.. Et ceci même si elle ne gagne pas au loto!!!

Eve Palacios, en cours de visite du gîte nous a montré les charpentes, poutres..  » celle ci proviennent de la propriété. Les arbres poussaient à 150 mètres d’ici. Abbattus, débardés et débités par une scierie mobile installée sur place Difficile de faire mieux!

Idéalement placé sur les contreforts du Vercors, à quelques encablures de Grenoble, des stations de sports d’hiver, à la croisée des chemins de randonnée, le gîte du souillet mérite le détour, une halte.. une visite.

Pour en savoir plus, réserver:  https://www.gites-de-france.com/location-vacances-Noyarey-Gite-de-sejour-Gite-Du-Souillet -38G281025.html

1234

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+