Archive | filière équine

Concours départemental de chevaux de trait comtois

Le syndicat d’élevage du cheval en Dauphiné et la commune de St Pierre de Chartreuse organisent le concours départemental de chevaux de trait comtois le dimanche 13 août 2017 sur le plan de ville à partir de 10h.

Les 40 plus belles juments de trait comtois de l’Isère et de l’avant pays-savoyard défileront devant un jury d’experts provenant du berceau de race, la Franche-Comté.

A l’issue de ce concours officiel ministère de l’Agriculture, les plus beaux sujets seront sélectionnés pour participer au Régional Comtois qui aura lieu cette année le 20 Août à Hotonne (01) et ensuite pour le concours National de Maîche dans le Haut-Doubs.

Tout au long de la journée concours de pouliches de 1 an, 2 ans, 3 ans, juments suitées et non suitées. A 17h30 prix de championnat (Championne suprême).

Sans titreMusique et ambiance montagnarde. Buvette des éleveurs.

Entrée gratuite.

Catégorie filière équineCommentaires fermés

Le cheval du Vercors officiellement intronisé…

Le ministère de l’agriculture a officiellement accordé le titre de » race territoriale » au cheval Barraquand du Vercors ». Il ne restait plus qu’à l’introniser de façon officielle. Cela c’est fait lors de la fête du bleu organisée à Sainte Eulalie en Royans.

Le cheval Barraquand du Vercors entre donc dans la cour très fermée des races territoriales.Elles sont 9 en France…!

Résultant d’une très ancienne sélection dans le Vercors, ce petit cheval rustique de robe baie est utilisé aussi bien sous la selle que pour les travaux des champs.

Le nom de Barraquand lui vient de la famille qui développa son élevage de la fin du XIXème siècle jusqu’aux années 1950 grâce à la pratique de la transhumance.

la race est actuellement en reconstitution grâce à une poignée d’éleveurs motivés et soutenus par le Parc Naturel Régional du Vercors et l’Association pour la Promotion des Agriculteurs du Parc Naturel Régional du Vercors (APAP).

L’une association « Cheval du Vercors type Barraquand » dont le Président Sylvain Piltant et son équipe de passionnés oeuvre dans ce sens sans ménager ni peine, ni temps..

Le cheval Barraquand du Vercors a donc obtenu ses lettres de noblesse. Parfaitement intégré au territoire a toute sa place aux côtés des productions, produits du Vercors …

« Cette étape tant attendue était la condition indispensable à la poursuite de la sauvegarde et de la valorisation de ce patrimoine agricole » nous a précisé Sylvain Pitant.

2Sur la photo on reconnait de nombreux élus et responsables agricoles, Jacques Adenot président du Parc naturel régional du Vercors… qui ont tenu à honorer le petit cheval..

Catégorie A la une, filière équine, foires et fêtesCommentaires fermés

La région Auvergne-Rhône Alpes bien représentée au Salon du Cheval !

Rendez-vous incontournable de cette fin d’année, le Salon du Cheval de Paris est une rencontre sportive immanquable pour tous les cavaliers, mais aussi l’occasion de découvrir tous les acteurs de la filière équestre.

Avec plus de 450 exposants et marques représentées, 2 300 cavaliers pour le Concours Hippique Indoor et autres compétitions ou encore une douzaine de candidats au concours Equi’ Star, chaque région profite de cette vitrine « grand public » pour mettre à l’honneur ses représentants.

La région Auvergne-Rhône Alpes sera présente en force au Parc des Expositions de Paris Nord-Villepinte, du 26 novembre au 4 décembre 2016.

13 sociétés d’Auvergne-Rhône-Alpes présentes à l’édition 2016
Parmi eux, de grands noms bien connus du grand public comme les équipementiers Wealth Horse, Equiness, Ethnic Blue, GBS Sellier, la structure de tourisme Randocheval, l’artiste Véronique de Saint-Vaulry et l’Elevage des Frisons Arabes.

A noter la présence aux Trophées de l’Innovation d’EQUIMOV, qui présentera son tout nouveau concept d’une plateforme web qui apporte un soutien aux structures équestres en leur donnant une visibilité inédite de l’ensemble des offres d’hébergements pour les chevaux complétées, lorsque cela est possible, par les hébergements pour leurs cavaliers au sein du même établissement, le temps d’un concours, d’une étape, voire d’une pension plus longue.

Concours Hippique Indoor : 2 300 cavaliers engagés
Enfin, à ce jour, 1 700 cavaliers sont inscrits au Concours Hippique Indoor de Paris, toutes disciplines, toutes épreuves confondues, pour 2 300 cavaliers présents au total pendant l’événement. Replacé au cœur du Salon du Cheval de Paris, l’univers du sport a été complétement repensé afin de proposer un programme d’épreuves et un confort identique aux compétitions nationales et internationales auxquels les cavaliers et spectateurs sont habitués.

Pas moins de 9 structures équestres d’Auvergne-Rhône-Alpes seront représentés au Salon du Cheval de Paris par leurs cavaliers licenciés, dont certaines très connus comme les Ecuries Thomas Levêque, les Ecuries Perreau et Fils, le Domaine des Usses, le Jas de l’Along et le CH Clermontois.

Catégorie filière équineCommentaires fermés

Le cheval au travail

La délégation territoriale Auvergne-Rhône-Alpes de l’Institut français du cheval et de l’équitation
(ifce) en partenariat avec la Métropole du Grand Lyon, le Conseil de la filière cheval Auvergne-Rhône-Alpes,
le Réseau Rhône-Alpes de Traction Animale et l’Association des Syndicats d’Éleveurs de Chevaux Auvergne-
Rhône-Alpes (ASECRA) a organisé un colloque sur le cheval au travail, avec le soutien de la région Auvergne-
Rhône-Alpes.

Cette journée, qui s’est déroulée  sur le Domaine de Lacroix- Laval à Marcy-l’Etoile, a permis de démontrer que le cheval au travail constitue un réel outil de développement durable pour notre région.

Une conférence pour présenter les différentes utilisations du cheval au travail.
Le cheval cantonnier, aussi appelé cheval territorial ou cheval utilitaire, est un cheval – généralement
d’une race de trait – utilisé par une collectivité territoriale pour l’assister dans ses tâches quotidiennes en
remplacement ou en complément de véhicules motorisés. Il peut être présent au quotidien ou de façon
ponctuelle, lors d’animations ou pendant la saison estivale.

Suite à une enquête réalisée en 2012 par l’ifce, il apparaît que 83 % des collectivités territoriales auvergnates
présentent de forts à prioris à l’encontre du cheval en ville, avant tout pensant notamment que les équidés
n’ont pas leur place en milieu urbain et que le recourt au cheval coûte forcément cher. Les propos de la
journée vont s’attacher à démontrer que ces aprioris sont infondés. L’intérêt du cheval cantonnier n’est en
effet pas seulement écologique mais peut être aussi économique et social suivant le projet. Une collectivité
bien préparée apporte de la valeur ajoutée à son service. C’est pourquoi, l’ifce accompagne les élus,
associations et collectivités dans leurs démarches de réflexion autour des perspectives économiques, sociales
et environnementales apportées par la traction animale dans leurs territoires. L’ifce accompagne aussi le
développement de la filière du cheval de trait en général pour le sport et le loisir avec ses écoles d’attelages.
C’est ce qu’ont pu démontrer les nombreux témoignages variés de cette conférence qui a regroupé
plus de 60 participants.

Le public a pu ainsi découvrir les deux modes de gestion possible avec l’utilisation du cheval :
- la délégation de l’activité à un prestataire de service qui constitue un mode plus rassurant pour la gestion
quotidienne de l’animal ;
- la régie directe pour investir dans l’acquisition d’un cheval et de son matériel ainsi que dans la formation de
son personnel.
Pour réussir un projet, il est apparu fondamental, au travers des exemples de la matinée, de réaliser une
étude de faisabilité, de s’entourer de personnes compétentes et l’évaluer sur la durée.

Espérons que cette journée amène de nouveaux projets hippomobiles dans la région ! A noter qu’un
reportage sur le cheval au travail a été réalisé sur le colloque et devrait être disponible début 2017.

Catégorie A la une, filière équineCommentaires fermés

Concours départemental de chevaux de trait comtois

Sans titreLe syndicat d’élevage du cheval en Dauphiné et la commune de St Pierre de Chartreuse organisent le concours départemental de chevaux de trait comtois le dimanche 14 août 2016 sur le plan de ville à partir de 10h.

Les 40 plus belles juments de trait comtois de l’Isère et de l’avant pays-savoyard défileront devant un jury d’experts provenant du berceau de race , la Franche-Comté.

A l’issue de ce concours officiel ministère de l’Agriculture, les plus beaux sujets seront sélectionnés pour participer au Régional Comtois qui aura lieu cette année le 21 Août à Sarcey(69) et ensuite pour le concours National de Maîche dans le Haut-Doubs.

Tout au long de la journée concours de pouliches de 1 an, 2 ans, 3ans, juments suitées et non suitées. A 17h30 prix de championnat (Championne suprême).

Musique et ambiance montagnarde avec chansons de nos montagnes et repas chartroussin  sous chapiteau avec les éleveurs. Buvette des éleveurs.

Entrée gratuite.

Catégorie filière équine, élevageCommentaires fermés

Le cheval au service des espaces agricoles, naturels, ruraux et urbains

La délégation territoriale Auvergne-Rhône-Alpes de l’Institut français du cheval et de l’équitationifce) en partenariat avec la mairie de St Genix sur Guiers, le Conseil de la filière cheval Rhône-Alpes et le Réseau Rhône-Alpes de traction animale a organisé un colloque sur le cheval au service des espaces agricoles, naturels, ruraux et urbains, avec le soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette journée s’est déroulée sur la commune de St-Genix-sur-Guiers.
Une conférence pour montrer que la traction animale répond parfaitement aux
enjeux du développement durable
Déjà présent dans plus de 200 communes françaises, le cheval utilitaire est aujourd’hui une réponse
aux exigences écologiques, économiques et sociales des territoires.
D’après une étude réalisée en 2012 par l’association Isère Cheval Vert, la traction animale se développe dans
la région Rhône-Alpes avec près de 700 éleveurs de chevaux de trait et plus de 80 prestataires de services
spécialisés. De plus en plus de collectivités ou d’entreprises font appel à ces spécialistes pour des chantiers de
débardage, travail agricole, entretien des cours d’eau, collectes ménagères, entretien d’espaces verts,
transports de personnes, etc.
Cette conférence sur la traction animale a regroupé plus de 50 participants. Parmi le public étaient
présents des élus, des éleveurs, des professionnels en activité et des porteurs de projets.
Joël Primard, Maire de la commune de St Genix sur Guiers ainsi que Robert Charbonnier, Président de la
communauté de communes du Val de Guiers, ont introduit cette journée en soulignant l’intérêt de ce
colloque, nécessaire pour faire découvrir la traction animale aux collectivités et ainsi soutenir la
diversification de la filière cheval. Monsieur Charbonnier a également expliqué l’importance de l’éco-mobilité
dont l’hippomobilité fait partie. Juliette Révillion, chargée de mission au sein du Conseil de la filière cheval a
présenté les activités du conseil ainsi que le contrat régional d’objectif de filière (CROF) qui se décline en
différentes actions dont l’aide à la promotion du cheval utilitaire. Pour finir, Julie Cessieux, chargée de
mission au sein du Réseau Rhône-Alpes de Traction Animale a présenté les activités de l’association ainsi que
l’intérêt du travail collectif pour développer au mieux la traction animale.

Puis Olivier Croze, directeur de la délégation territoriale Auvergne-Rhône-Alpes de l’ifce a rappelé l’utilité du
cheval au travail dans les démarches de développement durable entreprises par les collectivités : « le cheval
s’intègre dans une démarche permettant aux territoires d’accomplir leurs travaux d’entretien, de nettoyage,
de production, de transport, grâce à l’énergie fournie par les chevaux et sans pollution. Ces techniques
permettent par exemple de débarder en forêt ou d’entretenir les berges en sélectionnant les arbres à couper
tout en préservant les arbres sains, de se déplacer sur les sols forestiers humides, peu portants, sans dégâts
pour la faune et la flore. En ville, le cheval ramasse les poubelles, entretient les espaces verts et assure le
ramassage scolaire sans pollution olfactive ou sonore, tout en jouant le rôle de vecteur social. Sur les terres
agricoles, il permet aux maraîchers de travailler sous serre sans retombée de gaz d’échappement sur les
cultures. Enfin, dans les espaces naturels protégés, il assure les déplacements et le transport de matériel en
respectant l’équilibre biologique des territoires ». Une attention toute particulière est portée à la dimension
économique, la démonstration qu’un projet de traction animale peut être développé sans surcoût par rapport
au moteur étant apportée.

Des démonstrations techniques pour illustrer les propos tenus en salle.

Les démonstrations de l’après-midi ont concerné des thématiques variées. Afin d’illustrer le matériel
nécessaire dans les espaces naturels, un traîneau de transport pour le bois, le foin ou le matériel en zone
montagneuse a été présenté par Hervé Champomier, dirigeant de l’entreprise H2C Distribution-H2C Services
et Rasta, la jument percheronne d’Henri Josserand, dirigeant de l’entreprise Les Attelages Dompierrois.
Une calèche apportée et menée par Serge Vovk, tractée par ses 2 percheronnes Poupette et Quéliane, avec
l’aide de Gilles Chauvel, est partie chercher un groupe d’enfants au centre aéré. Cette animation a été
largement appréciée par les enfants et leurs accompagnateurs.
Puis s’est enchaînée une succession de démonstrations techniques avec du matériel urbain :
-une équibenne pour la collecte de containers, apportée par Hervé Champomier et présentée par la jument
Rasta menée par Marie-Noëlle Perrier et l’aide de Martial Boulivan,
-un avant train 2 roues avec une balayeuse, puis une herse, apportés par Henri Josserand et présentées par
ses 2 comtoises Uska et Bambou,
-un avant train 4 roues apporté par l’ifce, et une cuve d’arrosage pour les fleurs, apportée par Henri
Josserand et présenté par Artiste, cheval comtois appartenant au lycée de Contamine-sur-Arve et mené par
Emmanuelle Picq de l’ifce avec l’aide d’Anthony Charolin,
-une tondeuse hélicoïdale apportée par l’ifce et présenté par Urion, cheval comtois mené et appartenant à
Stéphane Denieault.
Espérons que cette journée aura convaincu les élus présents d’introduire le cheval dans leurs territoires, ce
qui devrait être le cas, des rendez-vous étant déjà fixés pour aller plus loin !

Catégorie agriculture, filière équine, monde rural, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Tourisme équestre, cheval et handicaps

Isère Cheval Vert organise le jeudi 15 octobre, à la Maison des Sports à Eybens, une journée d’échanges sur le thème « Tourisme équestre, cheval et handicaps ».

Matinée : présentation des projets de territoire Equibièvre et Trièves « tourisme équestre et handicap » en présence de Yannis Ameziane du service jeunesse et Sports du Conseil départemental.

Présentation de matériel adapté : calèches accessibles aux personnes à mobilité réduite et Randoline.

Après-midi : témoignages de professionnels du cheval et de professionnels de la santé sur des activités équestres adaptées et accessibles.
12

Catégorie filière équineCommentaires fermés

Concours régional comtois 2015

Le syndicat d’élevage du cheval en Dauphiné qui regroupe les éleveurs de chevaux de l’Isère, de la Drôme et de l’avant-pays savoyard a été choisi pour organiser le concours régional de chevaux de trait comtois à St Pierre de Chartreuse. C’est la cinquième fois que le concours se déroule sur ce site..

Les 130 plus belles pouliches et juments de race comtoise identifiées, vaccinées, inscrites au stud-book comtois et ayant été sélectionnées dans des concours d’élevage dans les huit départements de la région Rhône-Alpes ont participé à ce concours régional , reconnu ministère de l’agriculture, devant un jury issu du berceau de race(Franche-Comté).

Les meilleurs sujets de chaque section sont sélectionnés pour participer au concours national de la race qui sa déroulera le vendredi 18 septembre à Maîche dans le Haut-Doubs puis sélectionnés pour le concours général agricole de Paris en février 2016.

T2

Ce concours régional amène de nombreux éleveurs de nos deux régions ainsi que de très nombreux visiteurs adeptes du cheval de trait mais aussi des amateurs du monde rural.

 » nous n’avons jamais vu autant de monde  » s’est félicité Roger Roux Fouillet Président du syndicat d’élevage comtois du Dauphiné, Président de l’Association des syndicats de Rhône-Alpes

et depuis quelques jours président des talons comtois au niveau national.

Le cheval comtois, une des 9 races de chevaux de trait français bien présent dans nos montagnes au relief accidenté qui entretient de nombreuses prairies délaissées par l’agriculture moderne. Il participe à l’entretient des zones difficiles mais aussi aux travaux de débardage ainsi qu’à l’entretient des zones viticoles ou maraichères.

T1

Roger Roux Fouillet de rajouter: » Ce concours régional est aussi une manifestation importante au cœur de notre massif de part son côté festif et traditionnel de part de son côté touristique, économique et environnemental. »

Le tout nouveau député Pierre Ribeaud, qui succède depuis peu à François Brottes a participé à ce concours ainsi que le président du Conseil Départemental Jean Pierre Barbier.

Ce dernier a apporté son soutien sans réserve à cette filière et a pris une initiative très originale et très appréciée par les éleveurs comtois:  » le conseil départemental va acheter un comtois et le mettre à disposition des éleveurs  de trait comtois de l’Isère… »

Pour voir les résultats du concours, cliquer ici

2015 – Saint Pierre de Chartreuse


Catégorie A la une, filière équine, élevageCommentaires fermés

Journée d’échanges « Cheval et handicaps »

Le jeudi 11 juin, Isère cheval vert organise une journée consacrée à l’association entre le cheval et le handicap. Celle ci se déroulera à St Hilaire de la Côte, Salle Aimé Jacquier.

Objectifs de la journée :

- Présentation du projet Equibièvre, circuit d’attelage équestre adapté. Naissance et
fonctionnement d’un projet de territoire « Cheval et handicap » construit sur un
partenariat entre le département, une collectivité territoriale, une association et des
professionnels du cheval.
- Présentation de l’attelage adapté : retour d’expérience sur un an de fonctionnement
des attelages Equibièvre. Présentation de plusieurs types de calèches aménagées, les
activités proposées, le public accueilli.
- Cheval et handicap, de quoi parle-t-on ? Equithérapie, équitation adaptée,
rééducation par l’équitation…qui fait quoi, pour qui, dans quels objectifs ?
- Témoignages et discussion

Sans titreSans titre2

 Pour s’inscrire, contacter Isère Cheval Vert :
Marie-Noëlle Ode
04 76 42 85 88
marienoelle@isere-cheval-vert.com

Catégorie filière équineCommentaires fermés

Métiers du cheval: l’importance des stages..

Dans un précédent article nous vous avons présenté le parcours d’ Audrey Mollard, chef d’entreprise de 28 ans propriétaire du centre équestre  Le Magic Lena’s Ranch près de Givors dans le Rhône.

Pour le lire cliquer ici: Les métiers du cheval…

Audrey accueille des stagiaires qui souhaitent embrasser un des nombreux métiers du cheval. Voici le témoignage de Julie.

Julie et Audrey...

Julie et Audrey...

 » Passionnée par l’univers équestre et ayant des bases d’équitation,  j’ai orienté mes études dans ce domaine.

J’ai choisis d’effectuer mes stages au Magic Lena’s Ranch, chez Audrey Mollard ancienne élève de la MFR de Coublevie.

Avant qu’Audrey ouvre son propre centre équestre, elle était déjà ma monitrice. Je sais comment Audrey fonctionne et j’adore sa façon de nous enseigner ce qu’elle aime. J’apprends à réaliser les soins de base aux chevaux, ainsi qu’à assurer l’entretien des écuries, des clôtures et du matériel de sellerie.

Je participe aussi à l’éducation des chevaux, je les détends parfois pour Audrey et je travaille également les chevaux qui me sont attribués. Je m’occupe aussi d’une pouliche qu’Audrey a fait naître et qu’elle m’a confiée.

J’ai réalisé le débourrage sous les conseils d’Audrey et débute maintenant le dressage. J’accompagne Audrey en balade et en trotting. La plupart du temps, j’ai en charge de 3 à 4 chevaux par jour.

Audrey me laisse un planning que je dois suivre tout au long de la journée. Parfois j’ai seulement les chevaux à travailler et je dois moi même mettre en place  le planning de travail en fonction de ce qui a déjà été réalisé durant les séances précédentes.

Je monte les chevaux, je les longe et je les travaille en liberté. Je travaille aussi les poulains (Désensibilisation, longe, etc).

L’entretien des chevaux est un travail quotidien, c’est un milieu de passion. J’aide également au fonctionnement des cours comme les baby-poneys et les cours débutants.

Je trouve que ce stage m’apporte beaucoup. J’apprends énormément de choses, comme être autonome et indépendante. Audrey a la double approche des équitations. Elle m’enseigne donc l’équitation Western, mais reste ouverte pour enseigner l’équitation traditionnelle. Cela me permet de progresser en Western et en équitation classique. »

Julie, Elève en CAPA 1ère année – MFR Coublevie

MFR Coublevie
396 Route du Guillon
38500 Coublevie
Tél. : 04 76 05 05 22
Fax. : 04 76 65 73 12
mfr.coublevie@mfr.asso.fr

Catégorie enseignement-formation, filière équine, installationCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+