Archive | monde rural

Portes ouvertes à La Bachiole…

Les gîtes de France ont organisé les samedi 28 et dimanche 29 mars la devenue traditionnelle journée portes ouvertes. Le département de l’Isère, initiateur de cette opération a bien entendu largement participé à cette opération très conviviale et appréciée.

ENTETE BACHOLEPascale Mas-Merlin propriétaire des CHAMBRES ET TABLE D’HOTES CHALET LA BACHOLE à CHARANCIEU nous livre ses impressions et conclusions..

 » « Sur les deux jours samedi et dimanche, notre maison d’hôtes chalet la Bachole à Charancieu, a accueilli une trentaine de visiteurs qui ont pu tenter leur chance pour gagner des séjours en Gîtes de France à l’occasion des 60 ans du réseau.

Un public très local est venu au chalet des voisins, des amis, de futurs clients qui voulaient connaître les lieux avant de recommander notre adresse à leur famille pour une prochaine fête, une personne venue à l’occasion de ces journées portes ouvertes a souhaité connaître les particularités d’une maison d’hôtes labellisée tourisme et handicaps.

Nous avons aussi accueilli des habitants de la commune et des environs intéressés par ce type d’hébergement notamment pour organiser des réunions de famille ( mariage, cousinades…) pour recevoir également des partenaires de proximité en lien avec les acteurs touristiques du lac de Paladru par le biais du pays voironnais.

En fin de matinée du dimanche, entre deux relèves de permanence aux élections départementales, la visite amicale du maire Christian GUTTIN et de quelques conseillers municipaux.

Sans titre 1

Nous avons accueilli pour un cocktail dinatoire la Présidente et la directrice d’une délégation arménienne d’hébergeurs (fonctionnant comme Gîtes de France en réseau de gîtes et chambre d’hôtes dans leur pays), le directeur du service tourisme pôle économie du Pays voironnais William JAMET, Martine CHALIGNÉ responsable formation et développement et Eva SAINT-AMAN, chargée de projets à l’international à l’AFRAT ainsi que le directeur du relais des gîtes de France Bruno BERNABE. »

Sans titre 3

Pascale MAS MERLIN

CHAMBRES ET TABLE D’HOTES CHALET LA BACHOLE

25, montée du château 38490 CHARANCIEU

Tel 04 74 55 93 34 / 06 88 21 06 51

http://www.gites-de-france-isere.com/chambre-d-hotes-80050.html

http://chaletlabachole.e-monsite.com

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Les Gites de France Isère accueillent une délégation arménienne

L’opération portes ouvertes organisée par les gîtes de France, et qui ont connu un beau succès de fréquentation, ont eu une saveur toute particulière en Isère.. En effet, une délégation arménienne avec à sa tête Ofik Petrosyan, présidente et Lusiné Smbatyan directrice de l’association pour la promotion des chambres d’hôtes d’Arménie ont participé à cette manifestation.

La visite de cette délégation arménienne, initiée par la région Rhône-Alpes et orchestrée par l’AFRAT et l’antenne Isère des gîtes de France a pour but de tisser des liens, de mettre en place des parrainages, d’échanger… sur l’accueil touristique chez l’habitant.

L’Arménie,  pays grand comme la Belgique, soit 30000 km2 est situé dans le Caucase, entouré de la Turquie, la Géorgie, l’Iran et l’Azerbaïdjan, il n’a aucun débouché maritime.

carteConstitué de 3 millions d’habitants, l’Arménie est aujourd’hui une République indépendante depuis 1991, suite à l’éclatement de l’Union Soviétique. Sa capitale, Erevan, qui abrite la moitié de sa population.

L’Arménie est constituée de plateaux et de chaînes montagneuses très élevées, dénommées globalement Petit Caucase. Près de 90 % du territoire se situe à plus de mille mètres d’altitude.

Le paysage arménien se caractérise également par ses lacs dont le lac Sevan,  1 400 km2 perché à 1 900 mètres d’altitude.. La seule plaine notable est la plaine de l’Ararat, au sud et à l’ouest d’Erevan. C’est là que se concentre l’essentiel de la production agricole.

L’activité touristique se développe à grande vitesse en Arménie. Le pays ne manque pas de charme, est chargé d’histoire, on y découvre une multitude de monastères classés au patrimoine mondial de l’Unesco.. On vient aussi pour de l’aventure.. Les touristes sont essentiellement des français mais aussi allemands, suisses..russes..

Touristes qu’il faut héberger.. d’ ou la création de l’association pour la promotion des chambres d’hôtes d’Arménie. On compte environ deux cents hébergements chez l’habitant en Arménie. Une quarantaine d’entre eux sont membres de l’association créée en 2013.

« Accueillir des êtres chez soi et les faire payer n’est pas dans les » gênes » des arméniens, très accueillants.. ils vous reçoivent comme des amis.. il a fallu changer les mentalités » précise Ofik Petrosyan.;qui rajoute  » du coup l’argent qu’ils touchent de cette activité ils le réinvestissent afin d’encore améliorer l’accueil, les prestations. « 

L’association travaille beaucoup sur l’établissement d’une grille de classification des hébergements.. et sur de nombreux points à améliorer afin d’offrir de meilleures prestations..  »

P1210239

La délégation arménienne en visite à Chirens à la chambre d’hôtes  » La Maison de Joanny. »

Inutile de dire que les échanges ont été nombreux lors des visites organisées  dans des hébergements situés au Sappey en Chartreuse, Charancieu, Chirens et Polienas, Lans en Vercors..

Gilbert PRECZ



Catégorie coopération internationale, tourismeCommentaires fermés

Gîte les Larmouizes à St Pierre D’Allevard

Le gîte les Larmouizes est situé sur les contreforts du massif de Belledonne, sur les hauteurs de St Pierre D’Allevard. Exposé plein sud, il est idéalement placé..

gite1

Petit retour en arrière, le couple Ferrari possède cette grande bâtisse et se pose la question de savoir que faire de cette partie inhabitée mais bénéficiant d’un sacré cachet.. Deux options se proposent: soit en faire une grande salle ou une habitation.

C’est la deuxième option qui est choisie.. Si les murs et certaines particularités, qui rappellent le passé sont gardés, le reste est totalement rénové.  » nous avons pris conseil auprès des techniciens des gîtes de France Isère qui nous ont mis sur la voie d’un gîte de grande capacité plutôt que de deux petits gîtes.

gîte2

Le gîte les Larmouizes pouvant accueillir entre 8 et dix personnes est un gîte de caractère indépendant, entièrement rénové à l’ambiance pierre et bois, à la décoration raffinée, unique.. Il est aménagé sur 3 niveaux. Outre une grande pièce de vie, il possède 4 chambres, deux salles de bains et l’originalité d’avoir au troisième étage un espace détente tout à fait original est très utile..

gite3

Certes le gîte n’est pas situé au pied des pistes mais il est placé sur un lieu stratégique: très proche de l’espace nordique du Barrioz, 7 km, et à 30 minutes des stations du Collet d’Allevard, et des 7 laux , sans oublier bien sûr la station thermale d’Allevard les bains..

Nous avons aussi apprécié la vue panoramique sur la chartreuse.. Tout simplement magique!

On peut donc venir se détendre, se ressourcer.. en toutes saisons aux Larmouizes..

Le gîte a accueilli ses premiers clients en juin 2014..  » nous passons par la centrale de réservations des gîtes de France Isère ».. Nos visiteurs viennent de France et de  » Navarre ». Nous avons reçu des étrangers, hollandais par exemple.. mais aussi des entreprises, portugaises, polonaises…. qui sont complémentaires de l ‘activité touristique. »

Inutile de préciser que l’accueil fait par Agnès et Graziano est tout simplement remarquable..

Pour en savoir plus:

Sans titre

http://www.gites-de-france.com/location-vacances-Saint-pierre-d-allevard-Gite-Les-Larmouizes-Et-3-epis-

Gilbert PRECZ

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Château du Touvet: visites éphémères…

Le château du Touvet et ses remarquables jardins.

Sans titre

Depuis le Moyen-Age, le château du Touvet veille sur la vallée du Grésivaudan et impose sa puissante silhouette sur le flanc du massif de Chartreuse.
Au 14ème siècle, c’est un château-fort, ceinturé de douves et de tours, qui défend la vallée des attaques de la Savoie.

Agrandi au fil du temps, il devient un château de plaisance, embelli par d’élégants décors intérieurs et entouré de magnifiques jardins. Il illustre la réussite d’une famille « les Marquis de Marcieu » dont les hommes occupent au 18e siècle, au service du roi, les plus hautes charges militaires du Dauphiné.

Les boiseries peintes, gypseries, parquets marquetés et tentures de cuirs dorés des pièces de réceptions du château témoignent de la richesse artistique du « Siècle des Lumières » et attestent de l’art de vivre de la noblesse dauphinoise avec ses collections de meubles et de tableaux.

Resté dans la même lignée familiale qui l’a entretenu et conservé depuis 500 ans, le château a ouvert ses portes au public en 1985.

La visite du château permet de remonter le temps et, de goûter à l’ambiance raffinée du 18ème siècle en découvrant la vie quotidienne de la noblesse à cette époque.
Dans les jardins, le spectacle des eaux vives de l’escalier d’eau et la succession de différents espaces : jardins à la française, jardin clos de la Comtesse, roseraie, potager, verger…, entrainent le visiteur dans un univers précieux et changeant au fil des saisons.

OUVERTURE A LA VISITE 2015
D’avril à octobre, tous les dimanches et jours fériés de 14h à 18h
Juillet et août, tous les jours sauf le samedi de 14h à 18h.

Des rencontres d’exception dans les coulisses du château et des jardins

-Dimanche 14 juin à 10h30
« Secrets des jardins au 18ème siècle, de l’utile à l’agréable : se divertir, se nourrir, se soigner… »
Visite guidée avec Yveline Allevy, historienne des jardins, ENSA Versailles

- Dimanche 27 septembre à 10h30
« Souvenirs historiques et mobilier Empire. L’épopée de Nicolas Oudinot, Maréchal de Napoléon 1er »
Visite avec Ronald Zins, historien spécialiste de l’Empire.


Visites guidées d’une durée d’1h30
Tarif : 10 € par personne
Réservation obligatoire


Catégorie patrimoineCommentaires fermés

EquuRES Le label environnemental de la filière équine

Sans titreCréé par le Conseil des Chevaux de Basse-Normandie en 2014, le label environnemental EquuRES est national depuis Janvier 2015. Face à la croissance des exigences règlementaires et sociétales en matière de développement durable, il devenait urgent de doter la filière équine d’un outil de pilotage de sa qualité environnementale.

En Rhône-Alpes, le Conseil de la Filière Cheval Rhône-Alpes participe au déploiement de ce label en accompagnant et évaluant les entreprises de la filière équine souhaitant s’inscrire dans cette démarche environnementale.

Avec EquuRES, les professionnels du cheval s’engagent pour l’environnement et le développement durable. C’est la première marque environnementale spécifiquement dédiée aux entreprises accueillant des chevaux : centres équestres, centres d’entrainement aux courses de galop et de trot, élevages, écuries de compétition, fermes équestres, hippodromes…

Pour obtenir le label EquuRES, les candidats doivent s’engager sur la préservation des ressources naturelles, l’approvisionnement local pour l’alimentation et la litière, le bien-être animal, la limitation de l’impact des transports, la maîtrise de l’énergie, la préservation des paysages et de la biodiversité, la valorisation du fumier et des déchets, le bon entretien des bâtiments et la sensibilisation des parties intéressées. Le respect de ces engagements est vérifié sur le terrain par un évaluateur qualifié mandaté par le Conseil des Chevaux de Basse-Normandie.

Le Conseil de la Filière Cheval Rhône-Alpes s’est formé à l’accompagnement et à l’évaluation des entités candidates afin de favoriser et faciliter le développement du label environnemental dans la région. Pour cela, il s’appuie sur un référentiel composé de règles et de critères définis et mesurables.

L’originalité d’EquuRES est qu’il repose sur 3 niveaux : Engagement, Progression et Excellence. Selon les résultats de son évaluation, une structure candidate obtiendra le label à l’un des 3 niveaux. Ainsi, chacun est encouragé à améliorer ses performances environnementales à son rythme.

Catégorie filière équineCommentaires fermés

Partenariat renforcé entre la Fédération nationale des chasseurs et le ministère de l’agriculture

Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Porte-parole du gouvernement a participé, mercredi 18 mars 2015, à l’assemblée générale de la Fédération Nationale des Chasseurs.

Le Ministre a rappelé l’importance de la chasse dans l’économie et la vie des territoires ruraux.

Stéphane LE FOLL et Bernard BAUDIN, Président de la Fédération Nationale des Chasseurs, ont signé une convention cadre de partenariat pour la période 2015-2019 autours de cinq thèmes :

- L’évaluation du poids socio-économique et des externalités positives de la chasse en lien avec le développement des territoires ruraux,

- Le développement d’une filière venaison de proximité,

- La dynamisation des réseaux locaux de chasse durable en lien avec le développement du tourisme vert,

- Le renforcement de l’implication des acteurs cynégétiques dans la surveillance sanitaire,

- Le développement de la formation en matière d’éducation au développement durable au sein de l’enseignement agricole.

Cette collaboration vise à renforcer l’implication des chasseurs, gestionnaires des territoires aux côtés des agriculteurs et des forestiers, dans la mise en œuvre des politiques portées par le ministère. Cet aspect avait d’ailleurs été une avancée importante de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014.

Catégorie chasseCommentaires fermés

Isère: Élections Départementales des 22 et 29 mars 2015, heures de clôture du scrutin

La préfecture de l’Isère vous informe que dans le cadre des élections départementales, les 22 et 29 mars 2015 le scrutin sera ouvert à 8 heures et clos à 18 heures, dans toutes les communes du département, à l’exception des communes suivantes où la durée du scrutin a été prolongée :

Heure de clôture du scrutin : 19 heures pour les communes suivantes :

  • BOURGOIN-JALLIEU
  • CROLLES
  • ECHIROLLES
  • FONTAINE
  • FONTANIL-CORNILLON
  • GIERES
  • L’ISLE D’ABEAU
  • MEYLAN
  • MONTBONNOT-ST-MARTIN
  • POISAT
  • LE PONT-DE-CLAIX
  • SEYSSINET-PARISET
  • SAINT-EGREVE
  • SAINT-MARTIN-D’HERES
  • VENON
  • VIENNE
  • VILLEFONTAINE
  • VOREPPE

Heure de clôture du scrutin : 20 heures pour les communes suivantes :

  • GRENOBLE
  • SAINT-ISMIER
  • SAINT-MARTIN-D’URIAGE
  • SEYSSINS

Catégorie la vie des communes, territoiresCommentaires fermés

Maires ruraux:  » La loi NOTRe est surtout la leur »

Communiqué de l’association des maires ruraux de France

 » L’Assemblée Nationale en a fini avec l’étude de la première lecture de la loi dite Notre, portant organisation territoriale. Deux grands constats s’imposent :

  1. La simplification souhaitée n’est pas au rendez-vous et la redistribution prévue par le texte de certaines compétences sera très complexe à mettre en place ;
  2. La volonté de poursuivre le déshabillage de la commune en renforçant les contraintes sur les élus tout en les déresponsabilisant.


L’esprit de la loi NOTRe traduit une vision dogmatique qui considère que la proximité est obsolète et que la concentration des pouvoirs et des moyens soit le seul mode de gestion territoriale qui vaille. Penser cela c’est refuser de voir que la démocratie repose sur d’autres ressorts, sans oublier que parler de l’architecture territoriale, pour importante soit-elle, ne résoudra rien quand l’essentiel des inquiétudes est la raréfaction des moyens financiers.

La seule vraie avancée réside dans la fin de la compétence générale et l’attribution spécifique de certaines au niveau régional ou départemental. Il est à saluer aussi que certaines restes partagées afin d’en faciliter la qualité opérationnelle. Pour autant, cette partition des rôles ne tient pas toujours compte des composantes concrètes de la compétence. On peut redouter que le principe de réalité s’imposera aux théories d’hémicycles.

On ne peut que regretter que l’essentiel des mesures visent à éloigner la décision du lieu où elle s’appliquera.

Si les députés, après les sénateurs, ont redonné temporairement du souffle aux départements en tenant compte de la coïncidence indispensable entre le sujet – l’élu – le territoire, un sort spécial a été réservé aux communes.

Progressivement dévitalisées, elles auront bientôt leur place sur les présentoirs du musée de la République. Malgré les efforts de rhétorique fumeuse, le renforcement de l’intercommunalité est indissociable de l’affaiblissement de la commune, ligne rouge que ne tolèreront jamais les maires ruraux.

Plusieurs mesures seront particulièrement dénoncées dans l’intervalle des deux lectures :

  • Le vote en catimini par 19 députés, d’un article reportant à un futur texte l’ambition de supprimer la légitimité communale au profit d’une légitimité intercommunale au moment où seul le maire conserve un surplus de confiance auprès de nos concitoyens. La perspective de supprimer la commune comme acteur politique de notre République appelle à une très vive réaction des élus municipaux et des citoyens. On s’interroge sur le sens des responsabilités de leur auteur et du soutien – provisoire ? – de gouvernement. L’AMRF y prendra toute sa part avant la seconde lecture pour que disparaisse cet article funeste pour la démocratie ;

  • Les circonvolutions extraordinaires sur la taille des communautés de communes avec un article surréaliste que n’aurait pas renié Raymond Devos sur les conditions d’exception pour atteindre le seuil de 20 000 habitants. Il traduit un décalage entre ce que vivent les élus notamment ruraux et les parlementaires. Qui peut se satisfaire d’un article d’une telle complexité, qui sera exporté dans les Commissions départementales de coopération intercommunale avec un risque, mais c’est peut-être l’objectif. Celui de permettre à la technocratie de garder la face alors que tous les débats ont montré l’inutilité d’une telle approche. Nous redisons que la taille du costume ne doit pas être définie avant de savoir qui le portera.


  • Le nouveau transfert obligatoire, (eaux, assainissement, collectes et traitement des déchets ménagers) sans savoir si les périmètres techniques correspondent aux périmètres territoriaux. Nous disons encore une fois que ce n’est pas le principe du transfert qui pose problème, mais son caractère obligatoire qui est inacceptable. Et quand on sait que cela doit se faire dans un contexte financier au plus bas, nous sommes aux limites de l’inconscience. Comme toujours, le transfert de ces nouvelles compétences vers les EPCI se feront sans l’avis des principaux concernés ; nouvel exercice hors sol d’une volonté désespérée et absurde à vouloir mettre tout le monde à la toise.


Propositions

Dans ce contexte explosif dû à l’extrême lassitude des élus de terrain, soucieux de conforter la démocratie quand d’autres jouent avec aux risques et périls de notre organisation collective, les Maires Ruraux proposent :

  • A tous les maires ruraux de mener une grande campagne d’information sur leur rôle auprès de leur population ;

  • Que le Parlement annule en seconde lecture l’article sur l’élection directe des conseillers communautaires ;

  • L’introduction d’un droit de retour en arrière quand le transfert aux EPCI n’apporte pas l’efficacité escomptée ;

  • Une étude complète sur l’effectivité des compétences transférées aux EPCI avant d’imposer d’autres transferts ;

  • De davantage prendre en compte la densité de population dans les lois et règlements;

  • De considérer enfin, que l’aménagement du territoire précède son organisation administrative et non l’inverse .

Catégorie monde ruralCommentaires fermés

Décès de Fabrice Marchiol, maire de La Mure

Fabrice Marchiol, maire de La Mure, conseiller régional est décédé ce matin..La thèse du suicide est très avancée.. Une enquête diligentée par la gendarmerie de La Mure est en cours.

Petit-fils de mineur de fond, fils de bistrotiers, Fabrice Marchiol a été élu maire de La Mure en 2001, à 27 ans,puis réélu au premier tour en 2008 et en 2014. En 2014, il prenait également la  présidence de la toute nouvelle communauté de communes de la Matheysine.

Féru de sports, il avait réussi à ce que le Critérium du Dauphiné fasse étape à La Mure, en 2014..  et souhaitait que le Tour de France en fasse de même dans les années à venir…

Fabrice Marchiol, très heureux lors de l'arrivée du Critérium du Dauphiné à La Mure..Signe du destin, il se donne la mort la veille des commémorations du bicentenaire du passage de Napoléon à La Mure...

Fabrice Marchiol, très heureux lors de l'arrivée du Critérium du Dauphiné à La Mure en 2014..Signe du destin,ou pas ? Il se donne la mort la veille des commémorations du bicentenaire du passage de Napoléon à La Mure...

Catégorie la vie des communes, questions d'actualitéCommentaire (1)

Le retour de Napoléon

La Route Napoléon de Golfe-Juan à Grenoble en passant par Grasse suit le parcours emprunté par l’empereur en mars 1815.  De retour de l’île d’Elbe pour rejoindre Paris et reconquérir le pouvoir, il remonta jusqu’à Grenoble. Longue de 314 km, elle a été baptisée Route Napoléon en 1932.
Route touristique à part entière la Route Napoléon est une occasion d’admirer des paysages aussi beaux que variés.

La  Route  Napoléon  (anciennement  RN  85),  longue de 314 km, a été baptisée en 1932. Elle a été auparavant  dénommée  Route  des  Alpes  d’hiver,  puis devenue Route Napoléon, et demeure l’un des meilleurs  accès  pour  découvrir  des paysages  naturels particulièrement attachants.

Le 7 mars 1815, Napoléon marche vers Grenoble, passe par La Mure, puis par les lacs de Pierre Chatel et du Petitchet afin d’atteindre la prairie de Laffrey dénommée par la suite « Prairie de la Rencontre ».

Le 200ème anniversaire du passage de Napoléon de Corps à Grenoble les 7 et 8 mars 2015 va être commémoré avec beaucoup d’originalité..

Téléchargez le programme détaillé

Téléchargez le programme du Bicentenaire retour de Napoléon de l’île d’Elbe

Catégorie territoires, tourismeCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

mai 2015
L Ma Me J V S D
« avr    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+