Archive | monde rural

Décès de Fabrice Marchiol, maire de La Mure

Fabrice Marchiol, maire de La Mure, conseiller régional est décédé ce matin..La thèse du suicide est très avancée.. Une enquête diligentée par la gendarmerie de La Mure est en cours.

Petit-fils de mineur de fond, fils de bistrotiers, Fabrice Marchiol a été élu maire de La Mure en 2001, à 27 ans,puis réélu au premier tour en 2008 et en 2014. En 2014, il prenait également la  présidence de la toute nouvelle communauté de communes de la Matheysine.

Féru de sports, il avait réussi à ce que le Critérium du Dauphiné fasse étape à La Mure, en 2014..  et souhaitait que le Tour de France en fasse de même dans les années à venir…

Fabrice Marchiol, très heureux lors de l'arrivée du Critérium du Dauphiné à La Mure..Signe du destin, il se donne la mort la veille des commémorations du bicentenaire du passage de Napoléon à La Mure...

Fabrice Marchiol, très heureux lors de l'arrivée du Critérium du Dauphiné à La Mure en 2014..Signe du destin,ou pas ? Il se donne la mort la veille des commémorations du bicentenaire du passage de Napoléon à La Mure...

Catégorie la vie des communes, questions d'actualitéCommentaire (1)

Le retour de Napoléon

La Route Napoléon de Golfe-Juan à Grenoble en passant par Grasse suit le parcours emprunté par l’empereur en mars 1815.  De retour de l’île d’Elbe pour rejoindre Paris et reconquérir le pouvoir, il remonta jusqu’à Grenoble. Longue de 314 km, elle a été baptisée Route Napoléon en 1932.
Route touristique à part entière la Route Napoléon est une occasion d’admirer des paysages aussi beaux que variés.

La  Route  Napoléon  (anciennement  RN  85),  longue de 314 km, a été baptisée en 1932. Elle a été auparavant  dénommée  Route  des  Alpes  d’hiver,  puis devenue Route Napoléon, et demeure l’un des meilleurs  accès  pour  découvrir  des paysages  naturels particulièrement attachants.

Le 7 mars 1815, Napoléon marche vers Grenoble, passe par La Mure, puis par les lacs de Pierre Chatel et du Petitchet afin d’atteindre la prairie de Laffrey dénommée par la suite « Prairie de la Rencontre ».

Le 200ème anniversaire du passage de Napoléon de Corps à Grenoble les 7 et 8 mars 2015 va être commémoré avec beaucoup d’originalité..

Téléchargez le programme détaillé

Téléchargez le programme du Bicentenaire retour de Napoléon de l’île d’Elbe

Catégorie territoires, tourismeCommentaires fermés

Journées portes ouvertes des Gîtes de France en Isère

gites

Gîtes de France®, leader français et européen de l’hébergement chez et par l’habitant
avec 60 000 hébergements dont 850 en Isère et 3e marque de tourisme la plus connue des
Français1 fête en 2015 ses 60 ans.

A cette occasion un week-end de portes-ouvertes nationales est organisé les 28 et 29
mars prochains dans les hébergements Gîtes de France® dans toute la France.

Cette opération a été initiée en Isère en 2014. Elle est élargie à toute la France dans le
cadre du 60ème anniversaire des Gîtes de France.

Il s’agit là d’une occasion exceptionnelle de faire connaître un réseau d’hébergements uniques
en leur genre, à travers lesquels le patrimoine bâti local est valorisé, au service de l’économie
touristique.

Les propriétaires Gîtes de France ouvriront en toute convivialité les portes de leurs
hébergements remarquables ou insolites, répartis sur l’ensemble du territoire Isérois.

Une opportunité à ne pas manquer pour préparer un prochain séjour en famille, en
groupe ou entre amis, en visitant des gîtes en ville, des chambres d’hôtes de charme, des
écogîtes, des maisons de caractère, des gîtes accueillant des groupes…

Liste des hébergements  isèrois participant et des animations proposées consultables sur :
http://portesouvertes.gites-de-france.com

1 Selon l’étude Protourisme 2014

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Rural: une convention de partenariat entre La Poste et la MSA

Sans titre Gérard Pelhâte, Président de la Caisse centrale de la Mutualité Sociale Agricole et  Philippe Wahl, Président Directeur Général du Groupe La Poste ont signé le 26 février 2015 au Salon de l’Agriculture en présence de Madame Marie-Caroline Bonnet-Galzi, Commissaire générale à l’égalité des territoires, une convention de partenariat.

Avec cette convention, la MSA et La Poste souhaitent réunir leurs atouts et forces pour assurer une offre de services de proximité et de qualité dans le prolongement de leurs missions de Service Public, et ainsi, améliorer les conditions de vie des population rurales et des ressortissants de la MSA et plus particulièrement des personnes âgées ou isolées.

La convention cadre signée entre la MSA et La Poste sera déclinée sous forme d’expérimentations locales permettant d’innover pour répondre à des besoins liés notamment à l’éloignement des centres villes, à l’isolement et au vieillissement des populations.

Dès la signature de cette convention, les expérimentations pourront démarrer sur les thèmes suivants :

  • le portage de médicaments
  • le maintien et le développement du lien social
  • la complétude des dossiers
  • la synergie de réseaux de proximité

La MSA et La Poste, par leur histoire et leur organisation proche du terrain, sont des partenaires de longue date:
- La MSA assure la  protection sociale globale des agriculteurs et des salariés agricoles, ainsi que de leurs familles, qu’elle gère au plus près des réalités du terrain et des attentes de ses adhérents, grâce notamment à ses 24 000 délégués locaux bénévoles.
Elle est un acteur reconnu en matière d’offre de services sur les territoires. Coordonner proximité, qualité de services, innovation sociale et offre de services sur les territoires constitue un défi permanent pour ses équipes.
Le Groupe MSA, c’est un réseau de 35 caisses de MSA et de 30 MSA Services sur les territoires et la CCMSA, tête de réseau et interlocuteur des Pouvoirs Publics

- La Poste propose à ses clients de nouveaux services de proximité afin de leur simplifier la vie et de contribuer au lien social. Cette nouvelle gamme de services, disponible sur tout le territoire, 6 jours sur 7, contribue aux valeurs et aux missions fondamentales de La Poste, qui met le service, l’humain et la confiance au cœur de sa relation avec ses clients.
Ainsi, par sa visite quotidienne, le facteur devient un acteur de prévention pour veiller sur les personnes âgées, isolées ou fragilisées, en leur distribuant des médicaments, en collectant ou en leur remettant des documents.

« La MSA a compris très tôt que servir des prestations sociales n’était pas suffisant pour répondre aux besoins de ses adhérents. Ce constat l’a amenée à être à l’initiative de nombreux services pour les personnes âgées et fragilisées, mais aussi pour les jeunes familles qui ont, sur les territoires ruraux, des besoins particuliers. Ces services très concrets permettent le maintien à domicile, l’hébergement sécurisé en résidence – autonomie, aide à domicile, portage de repas, transport accompagné, garde d’enfants … Et le partenariat avec La Poste va nous permettre d’expérimenter de nouvelles pistes au bénéfice de nos populations rurales » a déclaré Gérard Pelhâte, Président de la Caisse centrale de la MSA

« Comme la MSA, La Poste est convaincue que l’isolement géographique, notamment des personnes fragilisées, n’est pas une fatalité et que leur accès à des services de proximité doit être garanti chaque jour partout et pour tous. C’est l’objectif des nouveaux services de proximité rendus par les facteurs, à l’image du portage de médicaments, dont pourront bénéficier les adhérents de la MSA », a souligné Philippe Wahl, Président Directeur Général du Groupe La Poste.

Rendez-vous dans un an pour mesurer les premiers résultats de ce partenariat.

Catégorie monde rural, msaCommentaires fermés

Formation d’initiation à l’ETHOLOGIE EQUINE

Des équidés calmes et posés, bien dans leur tête, s’adaptant facilement, des conducteurs-trices du cheval satisfaits du travail accompli, dans une relation de confiance : voici l’objectif de l’éthologie équine.

Mais comment travailler efficacement et calmement avec un cheval ?

Par l’apprentissage de son langage corporel et en construisant des séances de travail adaptées à la personnalité de chaque animal.

Après 5 jours de formation alternant les apports théoriques et les séances pratiques en centre équestre, les participants au stage, organisé par la MFR de Vif,  auront développé une attention et une compréhension permettant de travailler avec le cheval et non contre lui.

A l’issue du stage, ces outils seront applicables aussi bien à des situations de traction animale, que d’équitation sportive ou de loisir.

Sans titre

Du 9 au 13 mars 2015.

Financement VIVEA.

Rens., : MFR deVif, Veronik Leblay tél ; 04 76 72 51 48 ; veronik.leblay@mfr.asso.fr

Catégorie enseignement-formation, filière équineCommentaires fermés

18 programmes de développement rural supplémentaires

La Commission européenne a approuvé 18 programmes de développement rural supplémentaires visant à améliorer la compétitivité du secteur agricole de l’Union, à préserver les campagnes et le climat, et à renforcer le tissu économique et social des communautés rurales pour la période allant jusqu’en 2020.

Ces 18 programmes seront financés par le budget de l’UE à concurrence de 14,3 milliards d’euros et bénéficieront d’un financement public au niveau national ou régional et/ou issu de fonds privés. Après les 9 programmes de décembre, les adoptions d’aujourd’hui portent le nombre de programmes de développement rural approuvés à 27 (sur un total de 118 programmes); des programmes pour un total supérieur à 35 milliards d’euros (environ 36 % du budget) ont donc à présent été approuvés.

M. Phil Hogan, commissaire européen chargé de l’agriculture et du développement rural, a accueilli les décisions en ces termes: «L’un des grands points forts de notre concept de développement rural est qu’il contient des priorités essentielles, mais qu’il appartient à chaque État membre ou région de concevoir des programmes adaptés à sa situation et à ses défis – qu’il s’agisse des Açores, des îles Åland, de la Flandre ou de la Slovaquie.

Les programmes d’aujourd’hui financent une série de projets dynamiques allant de la modernisation de l’agriculture dans les républiques baltes et la promotion de l’installation d’un plus grand nombre de jeunes agriculteurs slovènes dans ce secteur, à la mise en œuvre de programmes spécifiques visant à améliorer la qualité de l’eau aux Pays-Bas ou à protéger 2,5 millions d’hectares de terres agricoles en Angleterre au moyen de programmes de gestion écologique des terres.

Le renforcement de la base de connaissances de notre secteur agricole est un aspect important des programmes de développement rural. Je suis heureux de vous confirmer que les 18 programmes adoptés offriront, dans l’ensemble, plus d’un million de places dans des formations.»

Contexte

Le soutien au développement rural est le deuxième pilier de la politique agricole commune, qui fournit aux États membres une enveloppe financière de l’UE qui est gérée au niveau national ou régional, au titre de programmes pluriannuels et cofinancés. Au total, 118 programmes sont prévus dans l’ensemble des 28 États membres, bénéficiant du financement de l’UE à concurrence de 99,6 milliards d’euros pour la période 2014-2020 au titre du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader).

Ces mesures bénéficient de cofinancements nationaux, régionaux et privés supplémentaires.

Le nouveau règlement sur le développement rural pour la période 2014-2020 fixe six priorités d’ordre économique, environnemental et social, et les programmes contiennent des objectifs clairs, précisant les résultats à atteindre. En outre, afin de mieux coordonner les actions et d’optimiser les synergies avec les autres Fonds structurels et d’investissement européens (ESI), un accord de partenariat a été conclu avec chaque État membre, qui met en évidence sa stratégie générale en matière d’investissements structurels financés par l’Union.

Catégorie A la une, Union européenne, agriculture, monde ruralCommentaires fermés

Elections MSA : un désintérêt des électeurs !


Le scrutin pour les élections MSA est désormais terminé, et les dépouillements ont tous eu lieu. Au vu des résultats, la Coordination Rurale préconise une sérieuse remise en question du fonctionnement de la MSA.

Une désaffection des votants

Seuls 39 % (contre 47,4 % en 2010) des agriculteurs et retraités agricoles se sont mobilisés pour voter. Il y a fort à parier que la MSA annonce que la mobilisation pour ce scrutin est significative dans un contexte économique et social très difficile, cependant, la CR souligne que ce chiffre démontre avant tout le désintérêt des agriculteurs pour cette élection. Sur les près de 2 700 000 adhérents de la MSA seulement 800 000 ont choisi de voter.

La vérité qui dérange c’est que la MSA est de plus en plus éloignée du terrain, et ce, malgré ses 24 000 délégués cantonaux !
Par ailleurs, la CR rappelle que les règles de ces élections n’ont pas été les mêmes pour tous. Entre bases électorales discriminantes, disparité de traitement et fonctionnements variables selon les caisses, l’organisation de ces élections n’a pas du tout été à la hauteur des attentes des agriculteurs.

Un résultat lié à son manque d’efficacité

Les agriculteurs ont de nombreux reproches à faire à la MSA et le réseau de terrain de la MSA n’est plus une réalité mais bel et bien un lointain souvenir pour eux. La MSA est seule responsable de ce résultat, car c’est bien son manque d’humanité et de transparence qui l’a condamnée.

Les délégués MSA de la CR se sont donné comme mission de remédier, à leur niveau, à ces défauts. Leur objectif majeur est de rendre la MSA aux agriculteurs.

Vers la parité avec le régime général ?

La CR espère que ce résultat amènera les pouvoirs publics à mieux considérer les agriculteurs. Les cotisations des agriculteurs sont disproportionnées au regard du montant de leurs retraites dérisoires (et souvent inférieures au minimum vieillesse). Les agriculteurs attendent un alignement sur le régime général et une revalorisation de leurs retraites.

Catégorie msa, vie syndicaleCommentaires fermés

MSA:Elections en Alpes du Nord 2015

Avec un taux de participation global de 28,42 %, les adhérents MSA ont marqué leur attachement à leur régime de protection sociale. Dans le contexte actuel de crise (économique et sociale) de l’agriculture, ils ont également confirmé leur souhait de maintenir un réseau de délégués de proximité.

Certes en recul de 5 points par rapport à 2010, ce taux de participation reste à un niveau élevé pour des élections professionnelles (qui se situe en moyenne plutôt entre 20% et 25% ces dernières années).

Il est à noter que, pour la première fois, les électeurs pouvaient voter en ligne grâce à une plateforme sécurisée et dédiée. Un votant sur cinq a choisi d’élire ses délégués MSA par voie électronique.

La MSA des Alpes du Nord remercie l’ensemble des adhérents qui se sont mobilisés et qui ont renouvelé leur confiance pour défendre l’action et les valeurs qui portent la MSA. Elle remercie également les 1281 candidats qui ont rendu possible l’expression démocratique de la représentativité des adhérents au sein de la MSA.

La MSA engage ses nouveaux représentants et tout son réseau à une mobilisation renforcée pour développer toutes les actions visant à améliorer la protection sociale et les conditions de vie de ses adhérents.

La prochaine étape se déroulera le 27 mars 2015 à Montmélian (73) : les 619 délégués éliront à leur tour 27 administrateurs lors de l’assemblée générale élective. Ceux-ci, avec les 3 membres de l’UDAF (union départementale des associations familiales) désignés, constitueront le nouveau conseil d’administration qui mènera la politique sociale des 5 prochaines années en Alpes du Nord.

Les taux de participation en Alpes du Nord

Isère

Savoie

Haute-Savoie

Alpes du Nord

1er collège 32,59% 35,66% 34,53% 33,84%
2ème collège 22,45% 25,86% 21,31% 22,88%
3ème collège 30,05% 31,55% 25,00% 29,77%
27,70% 30,92% 27,59% 28,42%


La répartition des délégués cantonaux :

Isère

Savoie

Haute-Savoie

Alpes du Nord

1er collège 98 67 46 211
2ème collège 158 107 94 359
3ème collège 25 15 9 49
281 189 149 619


Pour accéder aux listes nominatives des élus, cliquer ici.

Catégorie msaCommentaires fermés

Ardèche Aluna Festival et le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes unis pour le meilleur…

L’Ardèche Aluna Festival qui se déroule à Ruoms a été créé en 2008 par la volonté d’un homme: Jean Boucher, directeur de terrains de camping.. Un pari fou.. qui a attiré 1500 festivaliers la première année avec Jennifer comme « vedette »..

Depuis, l’Ardèche Aluna Festival n’a cessé de grandir, à gagner ses galons d’évènement local incontournable, d’attirer les artistes nationaux et internationaux, plus de 100. On peut citer Jennifer, Joe Cocker, Johnny Hallyday, Stromae…Il attire à présent plus de 35000 festivaliers à Ruoms..

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, acteur local est présent aux cotés des organisateurs depuis plusieurs années..  » De façon efficace certes mais non officielle » a précisé le Président Gaillard.

Il fallait donc pérenniser ce partenariat. C’est chose faite. Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes s’affirme en effet comme le partenaire majeur du festival avec un engagement triennal. Ce partenariat exclusif de 2015 à 2017 va permettre aux organisateurs de préparer les prochains festivals de façon pérenne..

signature du partenariat entre les présidents Gaillard et Boucher, la bonne humeur est de mise...

Signature du partenariat entre les présidents Gaillard et Boucher, la bonne humeur est de mise…

Pour Jean-Pierre Gaillard, président du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes,  » ce partenariat était tout à fait naturel. Le festival qui est devenu un évènement d’avant saison incontournable en sud Ardèche dépasse largement le cadre de la musique, de la culture. Il a atteint une renommée nationale et met en avant un patrimoine, un terroir. Il joue un rôle important au niveau du tourisme, de l’économie, du social.. Accompagner ce festival c’est aussi asseoir notre notoriété dans ce département ou nous détenons 60% de parts de marché. »

Propos repris par le directeur Christian Rouchon qui a complété:  » L’Ardèche Aluna Festival est orienté vers un public jeune qui vient à la rencontre d’artistes dans l’air du temps. Il correspond à la diversité de notre clientèle et nous permet de soutenir un évènement d’importance sur le sud Ardèche. »

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Jean Boucher, président fondateur du festival s’est réjouit de la signature officielle de ce partenariat  » d’autant plus que j’ai toujours été fidèle au crédit Agricole Sud Rhône Alpes.  »

Il a rappelé que la création de ce festival était associée au fait de mettre en valeur le sud Ardèche à travers ses atouts touristiques, son patrimoine. » Il a précisé que le Festival a eu du mal à s’équilibrer financièrement. ..  » Ça a été le cas pour la première fois en 2014 et nous espérons que ça perdurera.  »

Didier Viricel, directeur du festival a noté un changement d’attitude au niveau des artistes:  » on avait du mal à les faire venir.. Aujourd’hui ce sont les agents, les producteurs qui nous contactent pour nous les proposer.. Cela prouve que le festival a une renommée incontestable. A nous de faire les bons choix, à trouver un juste équilibre.. à évoluer. Ce sera le cas cette année avec des animations culturelles, sportives.. »

A retenir également la présence d’artistes locaux et pour la première fois, le festival accueillera le lauréat du tremplin Muzik’Casting organisé par le Crédit agricole Sud Rhône Alpes.

L’Ardèche Aluna Festival se tiendra à Ruoms les 18-19-20 juin.

L’Ardèche va vivre deux évènements majeurs en simultané: le festival et le rassemblement cyclo l’Ardèchoise.

Deux évènements qui auront comme partenaire le Crédit Agricole sud Rhône Alpes….

signature en présence de Didier Viricel ( à gauche) et Christian Rouchon, directeurs du festival et du Crédit Agricole sud Rhône Alpes

Signature en présence de Didier Viricel ( à gauche) et Christian Rouchon, directeurs du festival et du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes


Catégorie patrimoine, tourismeCommentaires fermés

Été 2014 : une fréquentation touristique en repli

En Rhône-Alpes, lors de la saison d’été 2014, la fréquentation touristique diminue aussi bien dans les campings que dans les hôtels par rapport à la saison d’été 2013. Dans les campings, la situation est contrastée avec des mois d’avant et d’arrière saison en hausse qui ne permettent pas de rattraper des mois de juillet et août médiocres.

Sans titre

La diminution est plus importante dans l’hôtellerie où tous les mois sont en baisse à l’exception d’août.

a région Rhône-Alpes enregistre 16,6 millions de nuitées pour la saison d’été 2014 en hôtel et en camping, soit une baisse de - 4,2 % par rapport à l’année précédente. C’est la première baisse globale depuis cinq ans. Cette baisse est plus prononcée dans les hôtels (- 6,2 %) que dans les campings (- 2,3 %).

La tendance, identique à celle constatée au niveau national, est plus prononcée en Rhône-Alpes (- 4,2 % contre - 0,9 %). Toutes les régions touristiques françaises ont pâti d’une météorologie pluvieuse. Seules les régions situées au nord-est et à l’ouest de la France, comme la Bretagne, les Pays de la Loire ou la Basse-Normandie, présentent des évolutions positives.

Une saison contrastée pour les campings

Dans les campings, les nuitées comptabilisées en Rhône-Alpes pour la saison d’été 2014 s’élèvent à 8,7 millions. Elles baissent pour la deuxième année consécutive (- 2,3 % après - 0,5 % en 2013), après des années 2011 et 2012 en hausse. La fréquentation diminue aussi bien pour la clientèle française que pour la clientèle étrangère.

La réduction du nombre de nuitées en juillet (- 11,3 %) et en août (- 2,0 %) n’est pas compensée par des avant et arrière saisons en hausse (+ 5,0 % en mai, + 18,7 % en juin et + 13,9 % en septembre). À noter que la fréquentation étrangère a été meilleure en juin, août et septembre mais moins importante en mai et juillet.

Cet état de fait provient probablement des modifications de calendrier de vacances en Allemagne et aux Pays-Bas. Les étrangers représentent toujours plus de 40 % de la fréquentation des campings, et près de trois sur cinq sont néerlandais.

Une fréquentation des emplacements équipés en hausse

Entre 2010 et 2014, les nuitées dans les emplacements équipés sont en constante augmentation. Elles représentent aujourd’hui plus d’un tiers de la fréquentation des campings. Mais cette augmentation ne permet pas de compenser cette année la baisse enregistrée sur les emplacements nus.

Globalement, les nuitées des emplacements équipés ont été en progression sur tous les mois, contrairement aux nuitées des emplacements nus qui ont vu chuter leur fréquentation en juillet et août.

Au niveau départemental, le constat est le même qu’au niveau régional ; le nombre de nuitées diminue dans tous les départements sur les emplacements nus et augmente sur les emplacements équipés. La fréquentation des campings baisse en Ardèche, Savoie et Haute-Savoie, alors qu’elle reste stable dans l’Ain grâce à une augmentation de la clientèle française et qu’elle augmente dans la Drôme et le Rhône. Pour la Drôme, cette hausse est due à une affluence plus importante de clients étrangers.


Une mauvaise saison pour les hôtels

Dans les hôtels, les nuitées comptabilisées pour la saison d’été 2014 s’élèvent à 7,8 millions. Elles diminuent après une année 2013 très favorable (- 6,2 % après + 4,5 % en 2013). La clientèle étrangère représente 25 % des nuitées et la clientèle d’affaire plus de 40 %.

Catégorie loisirs/détente, tourisme, évasionCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

avril 2015
L Ma Me J V S D
« mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+