Archive | région Auvergne Rhône-Alpes

Etats généraux de l’alimentation: la région se mobilise

Le Président de la République a décidé d’organiser des « états généraux de l’alimentation » afin de  relancer la création de valeur et en assurer une équitable répartition qui permette aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail.

L’enjeu est aussi d’accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs, et de promouvoir les choix de consommation qui privilégient une alimentation saine, sûre et durable.

L’agriculture et l’agroalimentaire constituent un atout économique majeur pour la région. Le préfet de région a décidé de contribuer au débat national en organisant, avec la contribution du conseil régional, un temps d’échanges et de réflexion sur la création et la répartition de la valeur.

Ce mercredi 6 septembre, des parlementaires et une cinquantaine de personnalités du monde agricole, de la transformation, de la distribution et des consommateurs étaient réunis à la préfecture de région afin de proposer des évolutions autour de trois thèmes :

- l’élaboration d’un prix rémunérateur pour le producteur,
- la différenciation comme source de valeur,
- l’export et la restauration hors domicile, des opportunités à saisir.

Les propositions suivantes ont émergé des débats :

- proposer des évolutions réglementaires nationales et européennes permettant un prix rémunérateur pour l’ensemble des acteurs (encadrement des promotions, relèvement du seuil des ventes à perte, amélioration de la contractualisation notamment avec des contrats tripartie intégrant les coûts de production, extension du périmètre de l’observatoire du prix et des marges pour améliorer la transparence).
- développer la différenciation (territoriale, par l’innovation, via les circuits de proximité…) avec la confiance des consommateurs.
développer l’export par une unité dans les actions des acteurs publics, travailler avec tous les acteurs sur le secteur de la restauration hors domicile pour qu’elle créé également de la valeur.

Le Président de la République a souhaité une concertation la plus large possible pour que toutes les  idées pertinentes s’expriment et que les pistes de solution les plus efficaces puissent être identifiées.

À cette fin, une consultation publique est en ligne depuis le 20 juillet jusqu’à fin novembre. Tout citoyen peut donc verser sa contribution sur le site en ligne dédié : https://www.egalimentation.gouv.fr/.

Le préfet de région poursuivra la réflexion lors d’une seconde rencontre fin octobre.

Deux sujets seront abordés : d’une part, l’innovation et les besoins d’investissements de l’agriculture et de ses filières de transformation, d’autre part, l’alimentation de proximité, le gaspillage alimentaire ou l’adoption par tous d’une alimentation favorable à la santé.

Catégorie agriculture, agro-alimentaire, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Je réduis mes déchets avec Le Grésivaudan


Jeter moins, trier mieux et consommer malin : tels sont les objectifs de l’opération « Je réduis mes déchets avec Le Grésivaudan ».

La communauté de communes lance un appel à ses habitants pour participer à ce programme de sensibilisation qui débutera en octobre. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 septembre !


1

Soucieux d’impulser et d’accompagner des initiatives pour réduire les déchets, Le Grésivaudan propose à ses habitants de participer à une aventure inédite et collective sur le territoire. 30 familles volontaires seront accompagnées pendant 1 an par Alex, la coach éco-gestes du Grésivaudan. Elle les sensibilisera aux petits gestes du quotidien qui peuvent avoir un fort impact sur nos poubelles et notre environnement.

Quel est le programme ?

Des animations de groupe seront proposées sous la forme d’ateliers, de visites guidées, de conseils pratiques… Un kit « éco-gestes déchets » sera également remis à chaque participant. Dans une dynamique conviviale, tout sera fait pour aider les volontaires à mieux cerner les enjeux, comprendre où et comment agir pour réduire les déchets à la source, limiter leur toxicité et valoriser les déchets organiques.

Qui peut participer ?

L’invitation est lancée aux habitants des 29 communes* dont les déchets sont gérés en direct par Le Grésivaudan. Tous les profils sont les bienvenus : jeunes et moins jeunes, en solo, en famille, en appartement ou en maison, déjà sensibilisés ou non à la thématique…

Comment s’inscrire ?

Les personnes intéressées ont jusqu’au 30 septembre pour remplir le formulaire d’inscription disponible sur la page www.le-gresivaudan.fr/je-reduis-mes-dechets. Attention le nombre de places est limité.

Les participants seront conviés à la soirée de lancement programmée le 10 octobre à l’Espace Aragon à Villard-Bonnot avec notamment la projection d’un film.


Opération cofinancée par Le Grésivaudan et la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Catégorie déchets, environnement, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

LA MÉTROPOLE PREND SES RESPONSABILITÉS

Depuis sa création en 1997 à l’initiative du Conseil départemental de l’Isère, l’Agence
d’Etudes et de Promotion de l’Isère (AEPI) a joué un rôle majeur pour permettre au
territoire métropolitain de disposer des outils nécessaires à son attractivité et sa
promotion internationale, à la valorisation des filières et à l’observation économique,
de manière complémentaire aux interventions de la Métropole.

Le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, dans la continuité de l’adoption du
Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et
d’Internationalisation, a décidé de créer l’Agence Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises,
nouvelle agence de développement économique, par fusion des anciennes agences
régionales d’Auvergne et de Rhône-Alpes et absorption des agences départementales
existantes.

La Métropole adhère aujourd’hui à cette nouvelle agence régionale et prend
localement le relai du Conseil régional en termes d’action économique sur son
territoire. Elle entend, en effet, assumer pleinement le rôle majeur que lui confère la
loi, aux côtés de ce dernier, en poursuivant et amplifiant les politiques initiées pour
accompagner le développement économique, favoriser la création d’emplois, conforter
l’excellence de l’enseignement supérieur et de la recherche, renforcer l’attractivité du
territoire ou encore promouvoir son rayonnement à l’international.

Cette orientation nécessite la conservation, en proximité, de l’équipe, des compétences
et des missions qui se trouvaient jusqu’ici au sein de l’AEPI afin de garantir la
pérennité du partenariat bâti autour de celle-ci qui a participé à conforter la vitalité de
l’écosystème grenoblois et renforcer sa visibilité par-delà les frontières nationales.

C’est pourquoi, ainsi qu’annoncé précédemment, Grenoble-Alpes Métropole prend
aujourd’hui ses responsabilités et recrute les salariés de l’AEPI en charge de
l’attractivité et de la promotion internationale. Cette équipe sera mise à disposition de
l’Agence régionale pour contribuer à la constitution de son antenne locale. Cette
démarche s’inscrit en pleine cohérence avec la « convention de partenariat pour le
développement des entreprises et des territoires » adoptée par le Conseil régional le
29 juin dernier, le Conseil départemental le 30 et qui sera proposée au Conseil
métropolitain le 29 septembre prochain.

À ce propos, Christophe FERRARI, Président de Grenoble-Alpes Métropole, déclare :
« Je me félicite de l’aboutissement du recrutement des salariés de l’AEPI en charge de
l’attractivité et de la promotion internationale par la Métropole, une équipe qui a
d’ores et déjà largement fait ses preuves. Cette initiative a vocation à garantir la
pérennité des actions conduites jusqu’ici en lien étroit avec l’ensemble des acteurs du
territoire et assure ainsi, conformément à l’approche constructive qui a toujours été
celle de la Métropole, toutes les conditions de la réussite de la nouvelle Agence
régionale en proximité.

Elle témoigne aussi, aux côtés du Conseil régional et du
Conseil départemental, d’un engagement métropolitain renforcé au service de la
priorité que représente le développement économique, c’est-à-dire la création
d’emplois. »

Catégorie La Métro, La Métro, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Boutiques paysannes®

Les 25 collectifs de producteurs se sont engagés à respecter les engagements de la nouvelle Charte Boutiques Paysannes® contrôlée pour la 1ère année par Groupe Bureau Veritas.

Cette démarche qualité, portée en Auvergne Rhône-Alpes par le réseau Terre d’envies, défend des « Produits de nos fermes et ateliers, vendus par nous-mêmes ».

123

Catégorie agriculture, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

INNOV’ACTION fédère les chambres d’agriculture de la région

Toutes les chambres d’agriculture de la région Auvergne Rhône-Alpes se sont mobilisées pour organiser près de 40 portes ouvertes sur l’ensemble du territoire. Cette initiative à destination des professionnels vise à développer au mieux des systèmes de production plus performants. En effet, si l’innovation est souvent issue de la recherche fondamentale, cette opération souligne qu’elle provient également du terrain.

C’est pour cela que ces portes ouvertes ont été organisées, depuis le mois de Mai et jusqu’au mois de Novembre. Les fermes mises en avant ont été sélectionnées selon une représentativité de la richesse et de la diversité de l’agriculture régionale. Les thèmes privilégiés lors de ces portes ouvertes concernent les circuits courts, la gestion de l’eau et de l’irrigation, l’élevage, l’agriculture biologique, l’agronomie, le travail du sol et tant d’autres. Il s’agira pour l’ensemble des thèmes de développer la performance de l’outil de production, les techniques de commercialisation, la production d’énergies renouvelables et la performance environnementale.

Paul Savary

Catégorie agriculture, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Economiser l’eau et réduire la pollution agricole

L’appel à projets de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse visant à financer des actions innovantes pour réduire les pollutions par les nitrates et les pesticides, diminuer les volumes d’eau prélevés pour l’irrigation et préserver les réserves en eau des sols s’est clôturé le 31 mars dernier. Il récompense 24 projets pour un montant d’aide de l’agence de l’eau de 3 millions d’euros.

Avec cet appel à projets inédit, l’agence de l’eau souhaitait dynamiser les activités de recherche, d’innovation et d’expérimentation du monde agricole consacrées à l’eau afin d’améliorer la qualité des milieux aquatiques.

Majoritairement portés par les stations expérimentales, associations agricoles, établissements d’enseignement agricole et chambres d’agriculture, les projets retenus concernent des techniques et des variétés qui permettent d’économiser l’eau (3 projets pour 140 000 euros d’aide) et des techniques et itinéraires techniques pour limiter l’usage des intrants (12 projets pour 1,7 M€ d’aide). 9 projets répondent à la fois aux deux objectifs de réduction des pollutions et d’économie d’eau (1,15 M€ d’aide).

Parmi les projets retenus:

  1. ACR’eau en Auvergne-Rhône-Alpes : Des systèmes en Agriculture de Conservation pour réduire la dépendance aux intrants et préserver la qualité de la Ressource en eau

Ce projet a pour objectif de concevoir et expérimenter des systèmes de grandes cultures innovants afin d’évaluer leurs performances sur la qualité de l’eau. Il est porté par l’ISARA-Lyon en partenariat avec la coopérative agricole la Dauphinoise, sur une période de 3 ans.
L’expérimentation vise la réduction des herbicides par la suppression du labour, ainsi que la limitation des risques de lixiviation des nitrates par la gestion de couverts végétaux associés aux cultures de vente. En complément, une évaluation transversale de ces systèmes sera conduite (réduction d’intrants, rentabilité, biodiversité, temps de travail…) ainsi qu’une valorisation des résultats.

Cet appel à projets était mené en partenariat avec les financeurs historiques de la recherche agricole, et notamment les conseils régionaux.

Pesticides et prélèvements d’eau, premières causes de dégradation des eaux

40% des cours d’eau et 20% des nappes sont contaminés par des pesticides ou les nitrates. Cette pollution diffuse est l’une des principales causes de dégradation des eaux du bassin Rhône-Méditerranée et, globalement, ce type de pollution ne régresse pas.

40% du bassin Rhône-Méditerranée est en déficit d’eau. Pour préserver les milieux aquatiques des baisses de débit et leur permettre de s’adapter au changement climatique, il est primordial de limiter les prélèvements, de démultiplier les actions d’économies d’eau, de retenir l’eau dans les sols et d’augmenter leur capacité d’infiltration.

Catégorie agriculture, eau, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Lever le blocage des aides du FEADER

Sans titre

Catégorie PAC, agriculture, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Convention pour le développement du tourisme entre le département et la région

Ce jeudi 1er Juin, Nicolas Daragon, vice-président de la région Auvergne Rhône-Alpes, délégué au tourisme et au thermalisme et Chantal Carlioz, vice-présidente du département de l’Isère, déléguée au tourisme, ont signé une convention bilatérale dans l’objectif de développer le tourisme en Isère et par extension, dans la région.

Comme promulgué par la loi NOTRe, la compétence touristique est partagée entre la région et le département. Cette convention permettra donc la convergence des politiques touristiques des deux collectivités ainsi que l’association de leur budget dans divers grands travaux de développement du tourisme et des revenus et emplois qui y sont associés.

- L’Isère, 10ème département touristique national -

Pour cette signature, ayant eu lieu dans le palais du parlement Grenoblois, Chantal Carlioz a tenu à évoquer les résultats de l’activité touristique Iséroise, aujourd’hui dixième département au rang national. Générant actuellement 168 000 emplois, le tourisme Isérois représente 10% de la totalité des emplois touristiques en Auvergne Rhône-Alpes, ainsi qu’un investissement de 184 M€ pour un revenu de 451 M€ générés.

Au delà de cette convention, il y a une réelle volonté de la part du département de développer le tourisme local, notamment par une hausse du budget alloué de 15%, et par la mise en place depuis cet hiver d’une politique d’attractivité. En effet, le département a lancé la marque Alpes IsHere, avec le lancement d’un spot diffusé le soir sur France 2.

Ainsi, avec l’appui de la région, l’Isère se focalisera sur le développement autour des grands thèmes touristiques:

  • Le thermalisme et le tourisme lié au bien-être, avec 2 stations balnéaires déjà existantes qui recevront une aide financière conjointe des deux collectivités.
  • La diversification du tourisme montagnard. Avec une trentaine de stations de ski présentes sur le territoire, les stations génèrent à elles seules 70% du revenu touristique départemental.
  • Le tourisme itinérant, déjà doté de 9000 km de sentiers balisés, notamment avec la finalisation du projet ViaRhôna,
  • La gastronomie et l’œnotourisme, présentant déjà l’existence de 94 maîtres restaurateurs sur le département, avec l’objectif d’attirer toujours davantage le tourisme de la vallée du Rhône en Isère.

Au delà de ces thèmes majeurs, le département et la région travailleront aussi sur deux thèmes transversaux, l’hébergement touristique (comptant déjà une capacité totale de plus de 300 000 lits) et l’accompagnement des grands sites (comme les parcs régionaux du Vercors et de la Chartreuse) et des projets comme la remise en service du train de La Mure.

Cette séance s’est terminée par les félicitations du vice-président de la région pour les résultats et la campagne attractive de notre département.

Paul Savary

P

Catégorie A la une, Département de l'Isère, région Auvergne Rhône-Alpes, tourismeCommentaires fermés

Régalime : un concours régional pour les lycéens autour du « manger local »

Pendant huit mois, des lycéens de sept établissements de la région Auvergne-Rhône-Alpes – dont trois sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation – sont allés à la rencontre de produits alimentaires locaux et typiques dans la cadre du concours Régalime. Un concours pas comme les autres qui a mobilisé des jeunes et des professionnels de l’alimentation autour d’un même but : la valorisation des métiers et des terroirs.

Ravioles au chocolat, comté, croquille, bresse bleu, safran, cantal, pangée… Autant de produits qui sont passés sous la loupe de lycéens issus de la Drôme, de l’Ain, de la Haute-Savoie et du Cantal.

Initié par Novalim, service du Syndicat Mixte du Technopole Alimentec (SMTA) qui intervient auprès des entreprises et des créateurs du secteur agroalimentaire, avec le soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le concours Régalime s’adresse aux élèves de classes de seconde du territoire.

Objectifs : sensibiliser les jeunes à une alimentation locale, rapprocher le monde de l’éducation et des professionnels. « Les filières alimentaires et agroalimentaires sont méconnues et bénéficient d’un déficit en terme d’image », souligne Julie Lacroix-Ravanat, responsable communication et emploi-formation du SMTA. « Nous avons souhaité sensibiliser les plus jeunes aux réalités du métier, et, pourquoi pas, créer des vocations… puisque c’est un secteur qui recrute ! »

Une meilleure appréhension du secteur alimentaire

Origine historique, procédés de fabrication, recettes, qualités nutritionnelles, étiquetage, métiers et savoir-faire, réseaux de commercialisation, approche développement durable… Une enquête du champs à l’assiette que chaque classe a mené avec la complicité d’une entreprise locale et qui s’est conclue ce mardi 23 mai à Lyon par une présentation oral devant un jury constitué de professionnels et d’institutionnels.

« La maturité avec laquelle les jeunes ont appréhendé et relaté ce travail expérimental et scientifique nous réjouit quant à leur implication dans leurs études et auprès des professionnels », indique Éric Bouvattier, président du jury et directeur d’usine de produits alimentaires.

Sans titre

Ce sont les élèves du lycée Émile Loubet à Valence (Drôme) qui ont remporté cette 5e édition avec les ravioles au chocolat de la Mère Maury, maison fondée en 1885. Leur récompense : une visite-dégustation en juin chez un chef étoilé pour une initiation à la haute gastronomie.

Les trois établissements agricoles participants

- Le lycée agricole du Valentin à Bourg-lès-Valence (Drôme) s’est intéressé à la pangée, un gâteau à base d’abricot, d’amande, de pomme et de mie. Il a été élu meilleur biscuit de France en 2004.
- La MFR La Vernée à Péronnas (Ain) s’est intéressée à la croquille, une bouchée d’escargot où tout se mange, même la coquille ! Celle-ci se présente sous la forme d’une gaufrette salée croustillante.
- Le lycée agricole Louis Mallet à Saint-Flour (Cantal) s’est intéressé au cantal, fromage emblématique du Massif central qui bénéficie d’une AOP (Appellation d’origine contrôlée).

Catégorie agro-alimentaire, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Répertoire de l’enseignement agricole

Télécharger le répertoire des formations agricoles en région Auvergne Rhône-Alpes:  http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/Repertoire_

Catégorie enseignement-formation, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2017
L Ma Me J V S D
« août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+