Archive | aménagement

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes: nouvelle agence à Voiron !

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a ouvert une nouvelle agence à Voiron, au sein de la zone commerciale du Carré des Blanchisseries.

Un emplacement idéal où les clients peuvent aisément, au détour d’une séance de shopping, pousser la porte de l’Agence pour rencontrer l’équipe prête à les accueillir et à les conseiller.

Là où certaines banques font le choix de fermer des agences bancaires, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes réaffirme sa volonté d’offrir à ses clients un nouveau modèle de banque qui associe des agences dotées de spécialistes et une large gamme de produits et de services accessibles 100 % en ligne.

Entièrement pensée et bâtie selon son nouveau modèle caractérisé par un aménagement pensé pour le client, l‘Agence de Voiron les Blanchisseries est composée de spécialistes présents également sur Voiron centre-ville et Coublevie : deux responsables de clientèle professionnelle, une responsable de clientèle agricole, un responsable de clientèle particuliers, une spécialiste habitat, un spécialiste épargne, deux spécialistes assurances et une spécialiste en services bancaires.

Catherine Durand, directrice des agences des pays de Chartreuse et Stéphane Barale, directeur d’agence délégué sont ravis d’accueillir leurs 1.500 clients particuliers et 500 clients professionnels et agriculteurs dans ces nouveaux espaces, destinés à accueillir de nombreux nouveaux clients.

1

L‘Agence du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes n’est pas un simple concept, mais un nouveau modèle d’organisation. La banque a choisi la relation collective avec ses clients ; les conseillers travaillent désormais en équipe, avec un responsable de clientèle qui coordonne des spécialistes par métiers (épargne, crédit, assurance et services bancaires).

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes propose un nouveau modèle bancaire avec des agences au design repensé. L’Agence, nom de baptême des points de vente, est ouverte avec des « espaces thématiques » en accès libre qui matérialisent les savoir-faire et des salons pour des rendez-vous en « côte à côte ». L’humain reste au cœur des agences.

Le dispositif place l’agence bancaire en lieu d’émotions, mais aussi en espace d’écoute, de conseil, d’expertise et de confiance. La marque du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, c’est de proposer la puissance du digital, et des outils à distance pour faciliter les opérations, mais également un réseau d’agences dans lesquelles le client trouve les spécialistes dans les grands domaines de la banque et de l’assurance.

L‘Agence permet de placer l’excellence relationnelle en agence au cœur du lien que les conseillers bancaires entretiennent avec la diversité des clientèles. Les experts n’ont pas été concentrés dans les plus importants points de vente, mais bien répartis sur tout le territoire grâce à une refonte en profondeur du modèle relationnel et des espaces de chalandise.

Pour que ce modèle de proximité confirme sa puissance, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a ainsi repensé le système de distribution bancaire en s’inspirant des meilleures pratiques d’autres secteurs d’activité.

Banque coopérative forte de 300.000 sociétaires, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes affirme ainsi sa volonté de construire une banque qui valorise l’humain et préserve la proximité. Une proximité qui se transforme et devient multicanale.

L’Agence devient l’alliance de l’accueil chaleureux et de la compétence affirmée. La proximité contemporaine préserve un modèle bancaire humain et reste la signature du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes.

Catégorie aménagement, grand angleCommentaires fermés

Le Département de l’Isère mise sur les nouvelles technologies

A l’occasion de l’accueil républicain de la Secrétaire d’Etat au numérique, Axelle Lemaire,  à l’hôtel du Département, le Président Jean-Pierre Barbier a présenté ses chantiers en la matière.

Très haut débit, e-santé, et collèges connectés sont parmi les projets d’avenir menés actuellement. Le Département compte sur l’appui de la Secrétaire d’Etat pour encourager et pérenniser ces actions.

Déploiement du Très Haut Débit : près de ¾ des Isérois reliés en 2021

Avec un cap à plus de 450 000 prises en fibre jusqu’à l’abonné d’ici 2024, l’Isère représente le plus gros projet de réseau d’initiative publique (RIP) de Très Haut Débit à l’échelle d’un département, porté dans le cadre du plan « France Très Haut Débit ». En 2021, 71% des particuliers et 90% des entreprises seront desservies par la fibre. A terme en 2024, 98% des particuliers et 99% des entreprises en bénéficieront.

Le Département s’apprête à démarrer la 2ème phase d’instruction du dossier afin d’obtenir la décision définitive de financement de la part de l’Etat, à propos duquel la Secrétaire d’Etat a été sensibilisée.

Le Département milite pour le maintien à domicile grâce à la e-santé

Rester à domicile est le souhait de plus de 90 % des personnes âgées. Le Département souhaite répondre à cette attente et a ainsi imaginé une organisation spécifique. Un projet de test d’une plateforme en ligne a été lancé pour 2 années, qui intègre les offres de services sanitaires et de télé santé. L’expérimentation va permettre de déterminer le modèle économique public/privé portant l’offre de services la plus adaptée.

Le Département a sollicité l’Etat à prolonger son action en favorisant l’émergence d’un cadre législatif et réglementaire facilitant la mise en place de supports d’informations numériques matérialisant les services sur le champ du maintien à domicile.

Collèges numériques: 15 collèges connectés, 7 de plus en 2017

Le Département accompagne déjà 14 collèges publics et 1 collège privé dans le cadre des deux premières phases de l’appel à projets « Collèges numériques et innovation pédagogique », déployé par l’Education Nationale en 2015-2016.

Cela se concrétise au niveau du Département par le déploiement d’équipements individuels mobiles au cours de l’année scolaire à venir, pour un investissement en 2016 de 1,7 millions €. L’Etat, pour sa part, s’engage à cofinancer l’acquisition de ces équipements et ouvre une 3ème phase afin de doter de nouveaux établissements. Dans ce cadre, le Département envisage de soumettre la candidature de 7 collèges publics supplémentaires sur l’année scolaire prochaine (2016-2017) en vue de l’acquisition d’équipements collectifs.

La e-administration avec la mise à disposition de procédures administratives en ligne pour les usagers et le soutien aux smart techs prospérant en Isère ont été deux autres points abordés pendant l’entretien.

Catégorie Département de l'Isère, aménagement, questions d'actualitéCommentaires fermés

CRÉATION DE DÉVELOPPEMENT 38

Territoires 38 a signé le 10 mai 2016 l’acte de naissance de Développement 38, une SAS patrimoniale, en partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations, la Caisse d’Épargne Rhône Alpes et le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes.

Développement 38 se positionne comme un nouvel outil de développement de l’immobilier d’entreprise locatif. Dotée dès sa constitution de 3 millions d’euros de fonds propres, répartis à 50 % en capital social et 50 % en comptes courants d’associés, Développement 38 pourra générer dans un premier temps près de 15 millions d’euros
d’investissements. L’objectif est d’oeuvrer au développement économique du territoire en favorisant la création de locaux pour accueillir des entreprises en croissance, notamment des start-up qui ont des besoins spécifiques, et pérenniser leur activité sur le territoire.

Un autre axe d’intervention consiste à soutenir le démarrage de zones d’activités en créant un premier bâtiment de type hôtel d’entreprises. Toutes ces actions ont pour vocation de contribuer au rayonnement économique de l’ensemble du département de l’Isère. Trois projets sont d’ores et déjà en cours d’étude à un stade avancé. Ils ont en commun d’être dédiés à des entreprises issues du secteur des MedTech avec notamment l’émergence d’un pôle majeur dans la métropole grenobloise autour du CHU à la Tronche mais également à Sassenage avec l’accueil d’un fleuron grenoblois des dispositifs médicaux innovants.

AU SERVICE DE L’ATTRACTIVITÉ DU TERRITOIRE

À l’occasion de cette signature, Christian Rival, président de Territoires 38 et vice-président du Conseil
départemental de l’Isère a déclaré : « Nous sommes pleinement dans notre rôle de levier économique et
d’aménageur au service de l’économie du territoire. C’est devant un besoin fortement exprimé, devant le
risque de voir nos entreprises quitter le territoire, et pour renforcer l’attractivité de celui-ci que
Développement 38 voit le jour. » Un constat et une volonté partagés par Gil Vauquelin, directeur régional
Auvergne Rhône Alpes de la Caisse des Dépôts et Consignations, Pascal Duchaine, directeur de
l’Economie Locale à la Caisse d’Epargne Rhône Alpes et Christian Rouchon, directeur général du Crédit
Agricole Sud Rhône Alpes,
partenaires de territoires 38 et premiers entrants au capital. Tous sont
engagés dans l’accompagnement des entreprises et voient dans cette SAS l’opportunité de développer
l’activité sur le territoire.

D’ores et déjà, trois projets majeurs sur la métropole grenobloise sont à l’étude et devraient être financés
très prochainement : le premier concerne l’implantation d’une entreprise grenobloise de MedTech en
pleine croissance qui a besoin de 2 000 m2 en deux phases.

Deux autres projets importants d’implantation d’environ 2 500 m2 chacun sont à l’étude sur le nouveau
parc d’activités de Sassenage. L’action de Développement 38 couvrira prioritairement le territoire du
département de l’Isère.

UNE GESTION RIGOUREUSE

S’il s’agit bien de soutenir la volonté et l’action des collectivités en faveur du développement économique,
Développement 38 s’est dotée de règles d’engagement et d’investissement strictes pour valider la
faisabilité et la pertinence des projets. Elle exigera par exemple un niveau minimum de précommercialisation
pour les hôtels d’entreprises ou la signature d’une promesse de bail avec le futur
occupant avant tout engagement de l’opération pour des immeubles clés en main, l’application de loyers
en correspondance avec les loyers du marché, le plafonnement de la mise de fonds propres sur chaque
opération, etc.
En conclusion, Christian Rival a insisté sur la complémentarité de l’offre que propose Développement
38 : « Encore une fois, il s’agit bien de se doter d’un outil nouveau, complémentaire de l’ensemble des
actions visant au développement économique de notre territoire. Il répond à un besoin d’intérêt général
pour des projets complexes ou plus risqués qui trouvent difficilement d’autres moyens de se financer. »

Catégorie aménagementCommentaires fermés

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes: un nouveau siège social…

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a officiellement acquis le terrain sur la Presqu’île de Grenoble où sera construit son nouveau siège social. Dans le même temps, il a vendu son actuel bâtiment à la Ville de Grenoble.

La Ville de Grenoble et le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes ont signé  la vente du bâtiment siège de la banque, situé 15-17, rue Paul-Claudel . Après travaux, ce bâtiment accueillera, à partir de 2018, une partie des services administratifs de la Ville ainsi que les services du CCAS.     Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes signera également l'achat d'un terrain appartenant à la SEM InnoVia, aménageur de la ville de Grenoble, pour la construction de son nouveau siège social sur la Presqu'île, près du pont d'Oxford.
La Ville de Grenoble et le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes ont signé la vente du bâtiment siège de la banque, situé 15-17, rue Paul-Claudel . Après travaux, ce bâtiment accueillera, à partir de 2018, une partie des services administratifs de la Ville ainsi que les services du CCAS. Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes signera également l’achat d’un terrain appartenant à la SEM InnoVia, aménageur de la ville de Grenoble, pour la construction de son nouveau siège social sur la Presqu’île, près du pont d’Oxford.

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, seule banque régionale à avoir son siège social à Grenoble, a décidé d’investir dans un nouveau site sur la presqu’île, quartier emblématique du dynamisme économique local. La volonté est affichée de rester en Isère et spécifiquement à Grenoble, au coeur de l’innovation et de la création d‘activités.

Le siège actuel, quartier Malherbe


mal

Le siège actuel, construit en 1970, accueille les équipes du Crédit Agricole depuis 1971 ; près de 400 salariés y travaillent aujourd’hui. Le bâtiment de 12.000 m² compte également un restaurant d’entreprise servant en moyenne 350 repas par jour aux collaborateurs du siège et de l’Agence bancaire de Malherbe ainsi que quelques entreprises extérieures.

Quand le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes a décidé de construire son nouveau siège social sur la presqu’île, il s’est immédiatement enquis du devenir du bâtiment actuel. Le Conseil d’Administration a toujours affiché sa volonté que le bâtiment, qui restera durablement lié à l’image du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes, trouve un repreneur « honorable » et de qualité. C’est dorénavant chose faite avec la vente à la Ville de Grenoble. La banque conserve la propriété de l’agence qui y est accolée pour garder la proximité avec ses clients du quartier.

Le nouveau siège social, Porte de l’Innovation sur la presqu’île

NOV

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes implantera ses nouveaux bâtiments sur la presqu’île grenobloise, au coeur de l’activité économique et de l’innovation.

Ce projet de 50 M€ et de plus de 15.000 m² de bureaux sera constitué du siège à proprement parler, d’un second bâtiment pour ses filiales, une agence et des entreprises tierces, et d’un parking silo. Il se veut largement ouvert, avec des salles de conférences et de restauration et des espaces parkings qui seront partagés avec d’autres entreprises de la presqu’île.

Les bâtiments, dans leur conception et dans leur exploitation quotidienne, tout comme les espaces verts contigus, feront l’objet d’une grande vigilance en termes d’impacts environnementaux. La première pierre sera posée mi-2016 et la livraison des bâtiments est prévue pour fin 2017.

Les objectifs de ce nouveau siège social sont multiples, à commencer par se doter d’un outil de travail collaboratif répondant au bien-être physique et intellectuel des salariés et partenaires de l’entreprise, avec un bâtiment très respectueux de l’environnement. Le souhait est également d’être une entreprise intégrée à l’écosystème grenoblois en lien avec ses clients, partenaires, prestataires et voisins, dans l’esprit d’un campus ouvert.

Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes n’est pas un nouveau venu sur la presqu’île : la banque a déjà investi dans Clinatec et dans le bâtiment BCC ; elle est partenaire de Tenerrdis ; elle finance de nombreuses start-up créées dans ce quartier.

Le futur siège social du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes s’élèvera sur huit étages et 10.000 m² au pied du Pont d’Oxford, la Porte de l’innovation : l’élan, le mouvement et l’agilité ont conduit les réflexions sur sa conception.

Il sera accessible par tous les moyens de transport, l’entreprise ayant fait le choix de la multimodalité pour l’implantation de son site. Grâce à cette situation exceptionnelle, salariés, clients, partenaires pourront emprunter bus, tram, train, vélo et voitures pour rejoindre l’entreprise ; la métropole projette également une ligne téléphérique reliant Fontaine à Saint-Martin-Le-Vinoux via la presqu’île pour 2020.

Prévu pour accueillir 400 salariés, le bâtiment est conçu en collaboration avec les équipes et les instances représentatives du personnel pour aboutir aux meilleures conditions de travail : ce siège social doit être un lieu d’excellence intégrant les nouvelles technologies, offrant une qualité de vie, des espaces fonctionnels adaptés aux nouveaux modes de travail, notamment collaboratifs, et un confort visuel et acoustique. L’entreprise prône le « mieux travailler ensemble ».

Quelques particularités:

- Le siège social sera parmi les plus vertueux dans le tertiaire, d’un point de vue environnemental.

- Le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes ouvrira son rez-de-chaussée et son premier étage à l’environnement économique dans un esprit d’échanges et de convivialité.

- Un restaurant interentreprises pourra servir jusqu’à 450 couverts par jour, pour ses propres salariés, mais également ceux des sociétés voisines. Ce restaurant, pensé pour le confort des convives, ouvrira sur une magnifique terrasse d’environ 600 m² qui donnera elle-même sur un parc paysager longeant les berges de l’Isère.

- Une salle de conférence de 200 places assises sera ouverte à la réservation. Modulable pour accueillir tous types d’événements professionnels, elle offrira un nouvel espace aux acteurs locaux.

Ouverture

Dans sa volonté d’ouverture et d’animation de la vie entrepreneuriale de la presqu’île, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes construit également un bâtiment de six étages pour 4.700 m² pouvant accueillir près de 300 personnes.

Ce second bâtiment hébergera une agence bancaire, un centre d’affaire entreprises, des filiales du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes (C2AD, société de capital développement ; CAM SRA Énergie, filiale d’investissement et d’études des projets de production d’énergies renouvelables ; Foncière Malherbe Claudel, société foncière) et celles du Groupe (IFCAM, centre de formation ; Crédit Agricole Leasing & Factoring, ; Crédit Agricole CIB, banque d’investissement et de financement ; Crédit Agricole Technologies) et des entreprises partenaires de la banque.

Le bâtiment sera également ouvert à la location pour des entreprises tierces souhaitant bénéficier du microcosme économique.

« Les entreprises bénéficieront d’une visibilité et d’une accessibilité exceptionnelles dans un bâtiment ouvert sur le dynamisme de ce nouveau quartier », assure Christian Rouchon, directeur général du Crédit Agricole Sud Rhône Alpes.

Pour compléter ce site qui s’étendra sur un hectare, un parking interentreprises de 400 places, parfaitement intégré au paysage environnant, offrira un stationnement aux sociétés voisines, avec des emplacements réservés et équipés pour les véhicules propres (électriques, à hydrogène, etc.).

Planning du projet

Le permis de construire sur le siège et le parking silo est obtenu depuis le 30 septembre 2015 et purgé de tous recours des tiers et de retrait administratif depuis le 30 décembre 2015.
L’entreprise Converso, mandatée par la SEM Innovia, a commencé les travaux de préterrassement début janvier 2016. À la fin du mois de mars, une fois achevé le préterrassement, le chantier sera installé par le promoteur qui commencera les travaux de soutènements provisoires sur la parcelle. Au stade actuel des études, le planning prévoit une livraison du bâtiment fin 2017.

Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Catégorie aménagement, collectivitésCommentaires fermés

Tunnel du Chambon: percement d’un tunnel de dérivation

Stéphane BOUILLON, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, préfet coordonnateur de massif a organisé à la préfecture de Gap, aux côtés de Pierre BESNARD, préfet des Hautes-Alpes, une réunion sur les conditions de rétablissement de la RD 1091, axe majeur de circulation entre Grenoble et Briançon.

La fermeture du tunnel du Chambon pèse en effet lourdement sur l’activité de la haute-Romanche et la vallée de la Guisane au-delà de la Grave. À l’approche de la saison hivernale et en raison du poids de l’économie du ski, il était impératif de trouver une solution rapide pour l’accessibilité de ces territoires.

Cette réunion de pilotage s’est tenue en présence de Michel VAUZELLE, Président de la Région
Provence-Alpes-Côte d’Azur, Éliane GIRAUD, vice-présidente de la Région Rhône-Alpes représentant
Jean Jack QUEYRANNE, Jean-Paul BONNETAIN, préfet de l’Isère, Frédérique PUISSAT, 1ère viceprésidente
du Conseil départemental de l’Isère, représentant Jean-Pierre BARBIER et Jean-Marie
BERNARD, Président du Conseil départemental des Hautes-Alpes.

Un point de situation a été fait sur les études menées par le conseil départemental de l’Isère avec le
soutien actif du préfet de l’Isère, et de ses services. Cet échange a permis d’adopter plusieurs
décisions :
− Face aux incertitudes sur la poursuite du glissement de terrain et afin de remettre en circulation la
RD 1091 avant la saison hivernale 2016/2017, l’option de percement d’un tunnel de dérivation a été
retenue. Ainsi, l’axe interrégional, mais aussi de liaison avec l’Italie sera rétabli ;
− Face aux enjeux économiques liés au tunnel du Chambon, tant pour la population locale que pour
l’économie touristique, l’État, la Région Rhône-Alpes et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont
décidé, à titre exceptionnel, de participer au financement des travaux portés par le Département de
l’Isère de l’ordre de 33M€ HT: percement du tunnel de dérivation et, dans l’attente, ouverture d’une
route de secours qui sera mise en service d’ici la fin du mois de novembre. Ces délais sont
exceptionnellement courts compte-tenu de la nature des travaux à réaliser. Ils sont le fruit de la forte
mobilisation et de la solidarité de l’ensemble des partenaires aux côtés du Conseil départemental
de l’Isère ;
− Pour anticiper d’éventuels événements futurs similaires portant atteinte à l’accessibilité du massif
alpin, une étude sera portée par les Départements de l’Isère et des Hautes-Alpes visant à améliorer
la connaissance des risques de coupure, mettre en oeuvre des dispositifs de suivi des aléas,
anticiper les mesures alternatives et définir un programme de travaux prioritaires. L’État, les
Régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur cofinanceront aux côtés des 2 Départements
cette étude de l’ordre de 600 000 €.

Catégorie aménagement, transportCommentaires fermés

La Région exige de SNCF une amélioration de la qualité du service offert aux voyageurs du TER

Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, et Eliane GIRAUD, Vice-présidente aux transports, déplacements et infrastructures, ont tenu ce jour une conférence de presse relative à la convention qui lie la Région à SNCF pour l’exploitation des TER.
Cette convention, signée en 2007, arrive à échéance au 31 décembre 2015. Les négociations,
ouvertes en début d’année, n’ont pas abouti. Le Conseil régional délibérera ce 16 octobre pour adopter un avenant de prolongation d’un an.

La prochaine convention pourra ainsi intégrer la loi NOTRe, qui confère aux Régions de nouvelles prérogatives, avec le transfert des transports départementaux (autocars et transports scolaires). De plus, la Région Auvergne voit sa convention arriver à échéance fin 2016.

Rhône-Alpes et Auvergne ne faisant qu’une au 1er janvier 2016, la négociation portera donc sur la nouvelle Région.
Le Conseil régional exige un meilleur service de la part de SNCF, à la hauteur de ses investissements en matière ferroviaire.

Il investit chaque année près de 100M€ sur les infrastructures, autant sur le matériel roulant. Il paie 437 M€ de redevance à SNCF pour faire circuler les trains.

Pour Jean-Jack QUEYRANNE : « Pour les 6 prochaines années, SNCF nous proposait, sans diminution de la redevance due par la Région, de réduire significativement le nombre de trains sur certaines lignes.

Ce n’est pas acceptable, alors même que l’Etat et la Région viennent de s’engager dans le CPER à investir près d’un milliard d’euros pour l’amélioration du réseau ferroviaire. »
L’avenant n’est pas un statu quo puisqu’il intègre trois améliorations majeures, en adéquation avec le cahier des charges remis par la Région à SNCF en janvier dernier :
- La mise en place d’une garantie voyageurs, avec un remboursement partiel et automatique
des usagers quotidiens en cas de retards répétés ;
- Un renforcement de l’information des voyageurs en cas de situation perturbée, prévue ou
non ;
- La mise en place de nouveaux indicateurs de qualité, correspondant au vécu des usagers .

« L’adoption de cet avenant nous permettra de continuer les négociations avec SNCF en portant une exigence forte d’amélioration de la ponctualité des TER et de l’information des usagers » a conclu Jean-Jack QUEYRANNE, soulignant que « sur les 8 premiers mois de l’année, la fréquentation des TER en Rhône-Alpes a augmenté de 2,9%.»

Catégorie aménagement, transportCommentaires fermés

Aménagement de l’échangeur du Rondeau

L’opération d’aménagement de l’échangeur du Rondeau a été inscrite au contrat de plan
État-Région (CPER) 2015-2020. Elle sera réalisée sous maîtrise d’ouvrage de l’État
(DREAL), en partenariat avec le Département et la Métropole.

Dans le cadre de la mise en oeuvre du plan de relance, le premier ministre, Manuel
VALLS, a confié à la société AREA la concession et l’aménagement des autoroutes A48 et
A480 entre St- EGREVE et CLAIX, sur environ 15 kilomètres.

Cette décision fait l’objet du décret n°2015-1044 du 21 août 2015 approuvant les avenants
aux contrats de concession de APRR et AREA et publié au Journal Officiel du 23 août
2015.

Dès lors, la société AREA et l’État se coordonnent pour la réalisation des études
nécessaires qui se dérouleront à partir du 5 octobre 2015.

Ces études comprennent d’une part, une enquête de caractérisation des origines et de
destination des utilisateurs des grands axes grenoblois, d’autre part des études
environnementales nécessaires à la connaissance de l’état initial pour ces projets.

Catégorie La Métro, La Métro, aménagementCommentaires fermés

Aménagement A480 / Echangeur du Rondeau

Jean-Pierre Barbier, Président du Département de l’Isère, se félicite de l’avancée concrète que connaît aujourd’hui le projet d’aménagement de l’A480 et de l’échangeur du Rondeau.

« Je me réjouis de la publication du décret du 21 août dernier qui permet désormais à la société AREA et l’Etat d’engager les études nécessaires à la réalisation de ces deux opérations. Le Département de l’Isère, ajoute Jean-Pierre Barbier, travaillera bien évidemment en partenariat avec l’Etat, AREA et la Métro sur ce dossier.
Il est urgent d’agir pour faire cesser dans les meilleurs délais ces bouchons insupportables pour les habitants et ainsi décongestionner cet axe structurant de l’agglomération grenobloise, qui la paralyse aux heures de pointe.
Je serai par ailleurs particulièrement attentif à ce que ce projet soit conduit dans la plus grande concertation avec les riverains, notamment concernant les impacts en termes de pollution de l’air ».

Catégorie La Métro, aménagementCommentaires fermés

Modernisation de l’étoile ferroviaire de Veynes

Alors que les Contrats de Plan Etat-Région (CPER) 2015/2020 prévoyant des investissements sur
l’étoile ferroviaire de Veynes viennent d’être signés, les Régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et
Rhône-Alpes souhaitent assurer la modernisation de l’étoile ferroviaire de Veynes.
En effet, après des décennies de sous-investissement, ses performances sont fortement dégradées et
sa pérennité menacée.

« Outre la desserte péri-urbaine de l’agglomération grenobloise et valentinoise pour des trajets
domicile-travail ou études, l’étoile ferroviaire de Veynes constitue une infrastructure vitale pour le
désenclavement et la desserte, notamment longue distance, des Alpes du Sud. Elle supporte par
ailleurs le train de nuit Paris-Briançon, vital pour l’économie touristique, dont le rapport Duron sur les
trains d’équilibre du territoire (TET), a confirmé la nécessité.

Nous avons fortement investi pour la modernisation de la ligne du Val de Durance, il serait aberrant
de ne pas compléter ce travail en n’investissant pas sur l’étoile de Veynes », a déclaré Jean-Yves
PETIT, Vice-président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur délégué aux transports et à l’écomobilité.
« Le diagnostic réalisé par SNCF Réseau sera prochainement mis à jour, notamment pour la partie
rhônalpine, et permettra de savoir comment investir le plus efficacement possible. Ainsi, les crédits
inscrits au CPER des deux Régions financeront les opérations les plus urgentes, dans l’objectif de
maintenir les services ferroviaires et de pérenniser les lignes des Alpes.

Il appartient également à l’Etat et au gestionnaire du réseau de garantir la pérennité de l’étoile
ferroviaire de Veynes et sa maintenance effective car cela relève de leurs compétences. La Région
Rhône-Alpes intervient sur l’infrastructure ferroviaire de manière volontariste, à travers le volet
Mobilité du CPER 2015-2020, qui cible 5 lignes interrégionales prioritaires », a ajouté Eliane GIRAUD
Vice-présidente de la Région Rhône-Alpes déléguée aux transports, déplacements et infrastructures.
Michel VAUZELLE Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Jean-Jack QUEYRANNE,
Président de la Région Rhône-Alpes, adresseront prochainement un courrier en ce sens à Alain
VIDALIES, Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche.

Dans cette attente, les Régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur vont poursuivre leur
collaboration sur ce dossier en renforçant la gouvernance interrégionale et la coopération avec le
gestionnaire d’infrastructures. Les deux Régions, l’Etat et SNCF Réseau décideront de la
programmation des travaux au 1er semestre 2016.

Catégorie aménagement, environnement, transportCommentaires fermés

Emmanuel Valls au Chambon

Depuis le 10 avril, le tunnel du Chambon a dû être fermé du fait de mouvement géologique profond détecté par les géologues du Département de l’Isère sur le versant traversé par le tunnel, et menaçant d’effondrement une partie de sa voute.

Le Département a immédiatement réagi en engageant 4 mesures importantes :
- des travaux immédiats pour tenter de rétablir la circulation dans le tunnel endommagé : 1,5 M€
- des sondages géologiques pour suivre l’évolution du glissement de terrain : 100 000 €
- des études pour envisager sans délai un nouveau tracé pour la RD1091 : 300 000 €
- des mesures préparatoires à l’aménagement d’une voie de secours en rive gauche.
Ces mesures ont été accompagnées de la mise en oeuvre de navettes lacustres pour permettre aux habitants impactés par la coupure du tunnel de franchir la section de route coupée : 200 000 €.

Le 23 juin, l’accélération critique des mouvements géologiques et la menace d’un glissement de terrain imminent de 800 000 m3 dans le lac ont conduit le Département, sous l’autorité du Préfet, à interrompre le chantier, ainsi que les navettes lacustres.

Depuis lors, tout franchissement du Chambon est devenu impossible, la RD 1091 constituant la seule route de liaison entre l’Oisans et le Briançonnais, mettant en très grave difficulté les habitants et les entreprises des territoires de montagne de l’Isère et des Hautes Alpes.
Face à cette situation, le Département a pris la décision d’ouvrir une voie de secours entre l’Isère et les Hautes Alpes en aménageant une piste en rive gauche du Lac du Chambon, nécessitant le terrassement d’un éperon rocheux très pentu, pour un coût de 5 M€. Il s’agira d’offrir d’ici l’automne un itinéraire de liaison pour les habitants et les entreprises impactées par la coupure du tunnel.

A l’occasion de la venue de Manuel Valls, ce vendredi 24 juillet, le Président du Département attend une intervention forte de l’Etat, à hauteur de l’enjeu que constitue le rétablissement de la route du Col du Lautaret. Le Département a déjà engagé plus de 7 M€ pour faire face à cette situation. 12 M€ supplémentaires seront vraisemblablement nécessaires pour le re-percement du tunnel.

Jean Pierre Barbier demande à l’Etat de prendre en charge les travaux de rétablissement de la route.

En effet, il souhaite rappeler qu’il s’agit d’un itinéraire de liaison inter-régionale (Rhône-Alpes – PACA) à fort enjeu économique et touristique de niveau international, puisque la route du Col du Lautaret relie les stations de montagne de l’Oisans (Alpes d’Huez, Deux Alpes, SerreChevalier, Montgenèvre), et toute cette partie des Alpes françaises à l’Italie par le Col du Montgenèvre.

L’Etat est légitime à s’impliquer lourdement dans le rétablissement de cet itinéraire, car il dépasse de toute évidence la seule initiative stratégique et économique du Département de l’Isère, et qu’il est détenteur de l’autorité sur les procédures administratives qui permettront de rétablir la circulation routière.

Catégorie aménagement, environnement, montagne, transportCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

mars 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+