Tag Archive | "Abderrahmane Mejdoubi"

Partenariat Gîtes de France Isère-gîtes du Maroc Oriental


Comme vous avez pu le lire sur sillon38.com, la Fédération des Alpages de l’Isère et l’Association pastoralismes du monde ont organisé un voyage d’étude au Maroc afin de traiter de plusieurs dossiers. Bilan de cette mission avec Abderrahmane Mejdoubi, éleveur ovin et membre de l’association nationale des éleveurs ovins et caprins du Maroc.

Auparavant il a tenu à nous préciser que Lichen, la chienne Border Collie qui mène les troupeaux de son élevage « va bien. Cette expérience est très positive. On doit la pérenniser. De nombreux éleveurs sont intéressés par ce nouveau mode de travail. Lichen facilite le travail du berger. On va également réfléchir à la mise en place de matériel de contention. Celui-ci facilitera également notre travail et favorisera le bien être des animaux. »

Le principal axe de la visite a été l’approche du tourisme rural. « Nous sommes en pleine réflexion sur ce sujet. Le but étant, à travers une diversification, d’offrir une plus-value aux agriculteurs, aux éleveurs.  Les membres de la mission nous ont confirmé que nous avons un potentiel touristique important. Reste maintenant à trouver les moyens de lancer cette activité. J’ai beaucoup apprécié la proposition de Bruno Bernabé, directeur des Gîtes de France Isère qui consiste à mettre en place des partenariats entre certains gîtes de ce département et ceux existant ou à venir du Maroc oriental. »

mejdoubi

Nous sommes sur les terres d’Abderrahmane Mejdoubi. Celui-ci, éleveur, sur les plateaux du Maroc oriental envisage de créer une structure d’accueil touristique. Bruno Bernabé, directeur des Gîtes de France Isère lui prodigue ses premiers conseils.

Dernier point abordé: le festival du film pastoralisme et grands espaces. Celui-ci se déroulera aux 7 Laux du 13 au 16 octobre 2010. Le Maroc en sera l’invité d’honneur. « Nous sommes très heureux de cette reconnaissance. Nous travaillons en permanence sur ce dossier. Les festivaliers vont grâce à cette manifestation découvrir notre pays. Nous en sommes très fiers. Bien entendu, nous présenterons un film en compétition. »

Le Maroc oriental a tous les atouts pour réussir son tourisme rural

Bruno Bernabé découvrait le Maroc Oriental:  « J’ai trouvé une région riche de par sa diversité de paysages, de culture, au niveau social, économique. A cela on peut ajouter la gentillesse, le sens de l’accueil des marocains sans oublier leur cuisine. Oui, le Maroc Oriental a tous les ingrédients nécessaires pour se lancer dans le tourisme rural. Je dirai même que ses acteurs doivent inventer une autre forme de tourisme, un tourisme raisonné. Il faut à mon sens ne pas tomber dans le piège du tourisme de masse, géré par les tours opérators.

J’ai le sentiment que les agriculteurs, éleveurs de cette région ont la même réflexion, la même problèmatique que celles qu’avaient leurs homologues français quand ils ont lancé le mouvement Gîtes de France, en 1960. Ce concept est transportable au Maroc Oriental avec, bien entendu, des aménagement bien spécifiques. »

Les Gîtes de France Isère se disent prêts à aider les Marocains qui veulent se lancer dans l’aventure du tourisme rural. « Nous pouvons mettre nos compétences à leur disposition en fonction de leurs demandes. Je pense également que l’on peut mettre en place des échanges, parrainages entre certains gîtes de notre département et ceux du Maroc Oriental, existants ou à venir. Un partenariat gagnant-gagnant. « 

Celui-ci devrait rapidement se mettre en place.



Catégorie coopération internationale, pastoralismes du monde, tourismeCommentaires fermés

A la découverte du Maroc Oriental


La délégation isèroise a donc traversé du nord au sud la région du Maroc oriental. Une région méconnue et pourtant elle a de fameux atouts. Découvrons la.

La région de l’Oriental est l’une des plus grandes du Maroc. Elle s’étend sur 82820 km2 soit 11,6% du territoire national.

Sa préfecture est Oujda, ville en pleine restructuration, qui sera prochainement totalement désenclavée grâce à l’agrandissement de son aéroport international, à l’ouverture de l’autoroute Oujda-Fez. Elle est  constituée de six provinces: Berkane, Nador, Taourit, Figuig, Jerada et Driouech. Ses limites sont la Méditerranée au nord, l’Algérie à l’est et au sud. On passe donc de la mer au présaharien ce qui permet à la région de l’Oriental de bénéficier d’un climat méditerranéen avec influence du Sahara.

La région se caractérise également par une grande diversité écologique. On y trouve un écosystème marin et lagunaire, un périmètre irrigué, des montagnes, forêts, des zones de cultures, des plateaux et un système oasien et présaharien à l’extrême sud.

Pendant plusieurs années, le Maroc oriental a vécu grâce à son sous sol, mines de plomb de Sidi Boubker, de charbon de Jérada, de manganèse de Bouarfia…. et de son sol avec une activité agricole active.

maroc oriental

Sidi Boubker, cité minière est devenue une ville fantôme à la fermeture des mines.

Les mines ont fermé mais l’agriculture a poursuivi son expansion. Les principales productions sont les agrumes, l’olivier, vigne, amandiers, palmiers dattiers, maraîchage, céréales, luzerne, sucre… et bien sûr l’élevage.

oriental 6

La région de l’Oriental se caractérise en effet par l’importance de son cheptel. Près de 3 millions de têtes dont les 2/3 sont des ovins. La race la plus connue étant la Beni Guil.

La production agricole est reconnue pour sa qualité. Pour preuve, la clémentine de Berkane, la datte Aziza de Fuiguig et la race Beni Guil ayant obtenu le label IGP.

oriental 3

Au cours de notre visite, nous avons découvert la production de nèfles dans la vallée de Zegzel située en plein coeur des Monts Beni Snassen. Le néflier joue un rôle socio-économique important pour cette région. Il permet par exemple la création de près de 30 000 journées de travail annuellement au niveau des vergers et de la récolte. Nous étions en période de  pleine récolte et on a pu apprécier la qualité gustative de ce fruit trop méconnu.

oriental 2

Autre produit original, la fameuse truffe appelée truffe du désert ou de sables. Elle est communément appelée Terfez. Il s’agit de champignons mycorhiziens qui vivent en symbiose avec des plantes hôtes. Leur production est fortement liée aux précipitations de l’automne. On les trouve sur les hauts plateaux.

Le tourisme est très peu développée au Maroc oriental. Seule la côte méditerranéenne est en plein essor touristique avec la mise en place d’un plan de tourisme de masse à Saidia.

oriental 5

Les plans de la nouvelle station balnéaire de Saidia: 17000 lits supplémentaires sont prévus….

« Notre souhait pour notre région est le développement raisonné d’un tourisme rural dans lequel nous sommes impliqués. Un tourisme qui n’exclue personne », précise Abderrahmane Mejdoubi, éleveur de Aïn Beni mathar.

Certains Marocains nous informant qu’ils ne peuvent se rendre dans des villes comme Marrakech: « La vie y est trop chère!

En un mot les éleveurs de la région souhaitent mettre en place un système de vacances à la ferme du style gîtes de France. On en reparlera…

ORIENTAL 8

Cap de l’Eau, au nord de la région…

oriental 4

Les Béni Snassen au centre…

oriental 9

…Fuiguig au sud, trois clichés qui montrent la diversité et à travers elle les atouts du Maroc oriental.



Catégorie pastoralismes du monde, planète TerreCommentaires (2)

Les écoliers de Aïn Beni Mathar: « Laissez-nous une planète propre! »


Comme vous l’avez vu, la délégation qui s’est rendue au Maroc oriental, sous l’égide de la Fédération des Alpages de l’Isère et de l’association pastoralisme du monde,  a fait une halte dans la commune de Aïn Beni Mathar.

Une commune qui a pris en charge son avenir à travers la protection de son environnement. Abderrahmane Mejdoubi, éleveur ovin: « La pollution de la nappe phréatique, située sous nos terres, serait une catastrophe pour l’ensemble de la population de notre région, notre économie, les emplois, notre troupeau, notre agriculture… »

Profitant du fait que Rabat soit choisie comme la capitale mondiale de l’environnement, dans le cadre du 40ème anniversaire de la Journée de la Terre, les élus, associations, dont l’association « Environnement actif », et l’école Moussa IBN Noussair de Aïn Beni Mathar se sont mobilisés afin de sensibiliser la population sur les problèmes liés à l’environnement.

Pour ce, les élèves de l’école, avec l’aide de leurs instituteurs ont écrit, mis en scène une pièce de théâtre dont le fil conducteur est le respect de l’environnement.

Les acteurs, excellents, faisant passer des messages forts: notre nature pleure, les usines polluent notre air, notre eau, halte à la déforestation, oui au reboisement, arrêtez de tuer les animaux, stop au gaspillage de l’eau car elle est la vie, stop à la pollution….En un mot: laissez nous une planète propre!

Puissent, nos décideurs, entendre ces enfants mais également tous les enfants de la planète!

En parallèle, les écoliers ont fait des dessins ayant pour thème l’environnement. Les meilleurs d’entre eux étant récompensés.

Voici quelques clichés de cette visite à l’école Moussa IBN Noussair de Aïn Beni Mathar.

ain 11

theatre

ain

ain 5

ain33

Bruno Bernabé, directeur des gîtes de France Isère apprécie la qualité des dessins.

ain 2

ain 44

Catégorie pastoralismes du mondeCommentaires (6)

Les liens Maroc Oriental-Isère renforcés


La coopération entre les éleveurs du Maroc oriental et ceux de notre département se poursuit, se renforce même. Voila pourquoi une visite de travail, au Maroc, organisé par la fédération des alpages de l’Isère et l’association pastoralismes du monde vient de se dérouler. Afin de mieux répondre aux attentes des éleveurs marocains, qui souhaitent se lancer dans la diversification à travers le tourisme rural, Bruno Bernabé, directeur des Gîtes de France Isère faisait partie  de la délégation emmenée par Yves Raffin.

Cette visite d’une semaine au Maroc Oriental avait un programme bien chargé. En voici les grandes lignes:

- Faire le point sur l’opération Lichen et voir comment la pérenniser

- Cerner les attentes des éleveurs du Maroc Oriental dans le domaine du développement du tourisme rural

- Faire le point sur l’éventuelle possibilité de partenariat entre l’espace Belledonne et les Monts Benni-Snassen

- Répondre aux attentes, des élus et des éleveurs en matière de gestion de l’eau sur un secteur bien précis, autour de la ville de Ain Beni Mathar.

- Visite du salon international agricole de Meknes.

- S’informer de l’avancement du dossier festival international  du film pastoralismes et grands espaces qui se déroulera en octobre et qui aura comme invité d’honneur le Maroc.

visite

Bachir Labied, à gauche et Abderrahmane Mejdoubi, à droite, éleveurs ovins  exposent à Yves Raffin et Bruno Bernabé  les raisons pour lesquelles ils sont favorables à la mise en place d’un tourisme rural, raisonné, sur le territoire du Maroc Oriental.

Sillon38.com, présent tout au long de ce voyage, vous propose à travers une série d’articles de revivre les temps forts de cette visite qui a scellé davantage les liens qui unissent le Maroc Oriental et le département de l’Isère.

Catégorie pastoralisme, pastoralismes du mondeCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+