Tag Archive | "ADASEA"

LMA: l’accompagnement à l’installation menacé


Le projet de loi de modernisation de l’agriculture (LMA) est actuellement examiné à l’assemblée nationale. Les ADASEA/ODOSEA (1) dénoncent à cette occasion, dans un communiqué,  « un jeu de dupes inacceptable sur l’accompagnement à l’installation ».
« Le gouvernement, par un amendement introduit dans la LMA en cours d’examen, confie aux chambres d’agriculture les missions concernant l’accompagnement de l’installation des jeunes agriculteurs.
Depuis plus de 40 ans, les responsables professionnels et les agents des ADASEA/ODASEA (2) donnent le meilleur d’eux-mêmes pour accompagner avec un professionnalisme toujours renforcé, les porteurs de projets à l’installation et à la transmission en agriculture pour qu’aucun ne reste sur le carreau.
Cette mission de service public est financée par l’Etat, par une convention négociée annuellement. A l’appui de cette convention, pour 1 euro investi par l’Etat les ADASEA/ODASEA parviennent à mobiliser 3 euros auprès des collectivités territoriales et des fonds Européens.
Sous prétexte de restructuration des organisations (qui était naturellement en cours), l’Etat veut se désengager de la politique d’accompagnement** de l’installation en agriculture, même s’il a conforté, ces dernières années, les crédits d’intervention de la politique d’installation (dotations Jeunes Agriculteurs, prêts bonifiés à l’installation).
Ceci se fait dans une période où les besoins augmentent compte tenu des projets cousus main de plus en plus nombreux, des reconversions professionnelles en cours de carrière et des installations hors cadre familial de plus en plus importantes.
L’Etat voudrait indirectement faire des économies sur les crédits d’intervention, tout en affichant un volontarisme sur l’installation en agriculture, qu’il ne s’y prendrait pas autrement.
Encore plus sournoisement, l’Etat veut en réalité transférer sur les candidats à l’installation via le paiement d’une prestation, et sur les agriculteurs en général, via l’impôt chambre, la part du coût de la politique d’accompagnement qu’il prenait jusque là en charge.
Accroître les charges des agriculteurs en cette période de crise économique intense et mettre des barrières supplémentaires à l’installation à l’heure où le chômage augmente sont totalement inacceptables et irresponsables ».
Les ADASEA/ODASEA constatent avec tristesse et désappointement ce délitement d’une politique qui a largement fait ses preuves par la durabilité des projets accompagnés. Elles estiment que les compétences et les acquis des personnels ADASEA/ODASEA doivent être conservés, que  l’Etat doit maintenir sa participation financière dans la politique d’accompagnement de l’installation en agriculture.

…………………………………………………………………………………………………

(1) ADASEA = association départementale pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles, ODASEA = organisme départemental pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles,  service identifié au sein de la chambre d’agriculture.

(2) informations collectives et individuelles, appui au montage du dossier, tenue du répertoire départ installation, repérage d’exploitations sans successeurs, mise en relation cédant / jeune candidat à l’installation.

Catégorie agriculture, installationCommentaires fermés

Salon de la création/reprise d’activités en milieu rural


L’A.D.A.S.E.A. de l’Isère et le Parc naturel régional de Chartreuse organisent, le mercredi 20 octobre,  à Saint Laurent du Pont,le quatrième « salon de la création / reprise d’activités en milieu rural »

Cette journée s’inscrit dans la « Quinzaine de l’Installation » en Isère et également dans l’événement « Une semaine pour un emploi » organisé par Pôle Emploi sur l’ensemble de la Région Rhône-Alpes.

Ce salon dispose de plusieurs objectifs :

- rassembler en un même lieu les porteurs de projet, les élus locaux, des professionnels et l’ensemble des partenaires de la création / reprise d’activités en milieu rural,

- mettre en avant le territoire du Parc de Chartreuse et ses potentiels en matière de création ou reprise d’activités en milieu rural.

Cet événement se veut plurisectoriel avec la valorisation de l’agriculture, de la filière bois, de l’artisanat, du commerce, du tourisme et des services.

Plus de 30 partenaires seront présents et tiendront un stand pour informer les porteurs de projet et les élus locaux. Des professionnels participeront également pour partager leur expérience. Enfin, la journée sera ponctuée par trois tables rondes, avec témoignages de professionnels, d’élus et de porteurs de projets.

Ce salon est ouvert aux élus locaux et à tout porteur de projet en milieu rural quelque soit la nature de son projet et le stade de sa réflexion. La convivialité sera de la partie avec un apéritif et un buffet du terroir qui seront offerts aux participants après le discours des élus à 11h30.

Entrée libre et gratuite, de 9h à 17h.

Cette manifestation est organisée en étroite collaboration avec la Région Rhône-Alpes, les Conseils Généraux de l’Isère et de la Savoie, la communauté de communes Chartreuse-Guiers, la commune de Saint-Laurent-du-Pont, la Maison de l’emploi Voironnais-Chartreuse et le Pôle Emploi Voiron.

Contacts :

ADASEA : Véronique Rochedy: 06 89 95 35 47

Mail: veronique.rochedy@adasea.net

Parc de Chartreuse : Eric Artaud, chargé du développement économique: 04 76 88 75 20

Catégorie installationCommentaires fermés

ADASEA: installer malgré la crise


C’est à Moirans que s’est déroulée l’AG 2010 de l’ADASEA. Yves François président de la structure a tout de suite planté le décor: « L’année 2009 est marquée par la crise.Bon nombre d’agriculteurs ont vu leurs revenus baisser. Le nombre de bénéficiaires du RSA  (plus de 200 en agriculture) montre que la situation est difficile malgré la mise en place de plans de soutien. Dans ce contexte de crise et de mutation profonde, notre structure travaillé pour mettre en oeuvre la politique d’installation rénovée en 2009 avec la mise en place du PPP (Plan de Professionnalisation Personnalisé). »

Ceci a abouti à la création d’un pôle installation 38 suivi par la mise en place d’un référent unique accompagnant les projets du démarrage du PPP au suivi post-installation.

Il a été noté que le nombre d’installations aidées est en baisse en 2009 par rapport à l’année précédente: 52 contre 64. La crise laitière est passée par là!  De nombreux projets laitiers ont été abandonnés, une trentaine sont mis en attente. Les projets liés à la valorisation en circuits courts représentent la majorité des installations. L’installation équine a également le vent en poupe:  « Cette mode équine pose question »,  a souligné Francis Annequin, président des anciens exploitants FDSEA

Un large débat s’est instauré à propos du point Accueil installation. Celui-ci ayant pour charge principale de permettre au candidat à réussir son installation. Un point accueil qui, en 2009,  a reçu 328 candidats, dénombré 270 entretiens individuels, 800 appels téléphoniques. « Les critiques faites à son égard, à l’intégrité de son personnel, sont infondées », a prévenu le secrétaire général de la chambre d’Agriculture Yves Borel.

Yves François: « L’ADASEA poursuivra en 2010 son travail, via le pôle installation, engagé pour accompagner l’ensemble des porteurs de projets en adaptant ses services aux besoins des jeunes agriculteurs. Au niveau des transmissions nous poursuivrons notre effort afin de trouver des sites permettant des installations malgré les difficultés liées à la crise qui poussent à l’agrandissement. « 

Nous rappellerons enfin que nous mettons en ligne sur sillon38.com les offres du répertoire installation.

En 2009, 24 nouvelles offres ont été inscrites au répertoire départemental d’installation. Ce dernier s’ouvrant également aux offres rurales. En tout c’est donc 33 offres qui sont accessibles via le RDI.

Les voici. Pour connaître le détail de l’offre, cliquer sur le tableau.

offres 1





offres 2offre 3offre 4

Catégorie installationCommentaires fermés

Belledonne : cinq jeunes agriculteurs en 2009


Le renouvellement des exploitations est un axe fort de l'ADABEL. Belledonne doit faire  de la place à la relève.

Le renouvellement des exploitations est un axe fort de l'ADABEL. Belledonne doit faire de la place à la relève.

L’agriculture de montagne ne décourage pas les vocations. Le massif de Belledonne, aux portes de l’agglomération grenobloise, est attractif pour les candidats à l’installation.

Mais les porteurs de projets, surtout ceux qui sont hors cadre familial, ont beaucoup de mal à trouver des conditions propices à la création ou à la reprise de structures viables. Sans parler du foncier : la terre se fait rare.

Pour eux l’ADABEL, qui a tenu dernièrement son AG à Sainte-Agnès (voir notre article) joue pleinement son rôle. Elle  s’emploie  à mener un travail permanent d’animation pour réunir l’ensemble des conditions nécessaires à des installations, en anticipant les cessions et en mobilisant agriculteurs et élus.jouer son rôle d’animation.

Georges Mermond  pilote cette commission Installation-Succession , élément moteur pour le développement de l’agriculture du massif.

Ce travail, mené avec l’ADASEA, est aussi nécessaire que décisif. Il faut en effet faire une place à la relève :  sur les 185 exploitants recensés, 111 ont plus de 50 ans dont 76 sans successeur connu.

Deux Comités locaux d’installation (CLI) sont en activité sur le territoire, l’un sur le pays d’Allevard, créé en 2008, l’autre sur le Balcon de Belledonne créé en 2009. Ces comités réunissent élus, agriculteurs et représentants des consommateurs et pilotent des actions de veille foncière et de concertation en faveur de projets d’installation.

Ce qu’apportent les CLI :

- Meilleure anticipation des cessions d’activités et de mouvements de foncier

- Implication des élus et des agriculteurs sur les problématiques « installation et foncier »

- Prise en main collective de ces problèmes, concertation pour organiser des démarches en faveur d’une confortation, d’une installation, d’une restructuration

-Création d’un lieu d’échanges entre agricullteurs/élus : meilleure prise en compte des attentes et des besoins de chacun

Ce travail porte ses fruits. L’an dernier, cinq jeunes agriculteurs se sont installés sur le massif :

-      à  Pinsot, l’EARL La bergerie du Plan (Christian et Camille Reymond) . Ovins viande avec vente directe (AMAP, restaurateurs). Mise en valeur de l’alpage du Praillet en cours d’achat par la commune

-       à Herbeys, l’EARL Les jardins épicés (Adrien Cochet et Jocelyne Mihatsch). Légumes bio, atelier volaille-lapins. Vente en AMAP et marchés

-       aux Adrets, le GAEC Le miel de nos montagnes (Gabriel Isabello et Eliane Pouchot-Camoz) . Miel et produits dérivés et accueil sur la miellerie.

-      à  Sainte-Agnès : Estelle Mars a créé un élevage de vaches de combat, race Herens

-       A Revel, Ludovic Turenne a créé un élevage bovins-viande bio avec vente directe. Il recherche des terrains pour rendre viable son activité.

Pour l’année en cours, les actions de prospection de terrains vont être renforcées ainsi que la concertation locale. Une journée inter-CLI Grésivaudan est prévue en novembre, à l’occasion de la Quinzaine de l’installation.

……………………………………………

Contacts ADABEL au 04 76 20 68 45

ADASEA : 04 76 20 67 69

Point accueil installation : 04 76 20 67 01

Catégorie Y grenoblois, installation, montagneCommentaires fermés

Les fermes communales en Isère : tour d’horizon


Le principe de la ferme communale consiste en l’acquisition de biens agricoles  par une collectivité, pour les mettre à disposition d’un éleveur qui devient locataire.

En maîtrisant tout ou partie d’une unité agricole, cette démarche permet à la collectivité de s’assurer de la pérennité à moyen et long terme d’une activité d’élevage sur son territoire.

La ferme communale permet de dynamiser l’élevage dans des communes où les exploitants agricoles sont rares voire inexistants, de reconquérir des espaces agricoles ou pastoraux en déprise et de s’assurer de la pérennité de leur entretien.

En Isère

Grâce à Marion Canaud, conseillère transmission  à l’ADASEA ( Trièves Matheysine Oisans et Agglomération grenobloise), nous avons fait l’inventaire des fermes communales existantes en Isère –elle sont au nombre de trois (dont deux en Oisans)-  et des projets en cours –au nombre de quatre.

-La Chapelle-du-Bard (Grésivaudan)

C’est, à notre connaissance, la plus ancienne ferme communale. Elle a été créée en 1992 et agrandie en 2005 avec construction d’un second bâtiment. GAEC à 2 puis 4 associés . A noter: 2 souhaitent s’en aller. On recherche donc 2 nouveaux associés.

Vaches laitières (de race Abondance), avec transformation fromagère (tout le lait est transformé) et vente directe avec des ateliers complémentaires (viande bovine, porcs).

- Le Rivier d’Allemont (Oisans)

label OisansCette ferme coopérative, créée au milieu des années 70 par les habitants du Rivier, est devenue depuis une ferme communale. Installés en juin 2007, Philippe et Cécile gèrent un petit troupeau de 45 chèvres et chevrettes. La production de fromages fermiers est écoulée, en grande partie, sur place, au magasin.

Fabrication lactique (type « picodon »), pâtes pressées non cuites (type tommes)  fromages blancs. Vente en direct à la ferme tous les après-midi de 15h à 18h30.Fermé le lundi. Vente sur le marché d’Allemont les dimanches et le lundis matin de mi-juin à mi-septembre.

Villard-Reculas (Oisans)

Production caprins avec transformation. A la ferme du Clot, François Chabert élève avec passion ses 150 chèvres dans la tradition et l’authenticité. Il fabrique trois types de fromages frais : le crottin traditionnel, le cabrotin, la tomme de chèvre.

Quatre projets de fermes en gestation

C’est l’ADASEA qui est chargée de réaliser les études de faisabilité de ces projets  dont 3 seront des fermes intercommunales:

-Ferme intercommunale du Mûrier. C’est un projet en faveur de l’agriculture périurbaine, déjà bien avancé sur lequel l’ADAYG travaille avec la Métro. Un projet qui doit être pris en compte dans le PSADER (projet stratégique de développement rural) de la Convention d’agglomération de Grenoble Alpes Métropole dont le protocole a été signé le 11 janvier 2010.

Deux autres fermes intercommunales devraient également voir le jour dans le cadre de ce projet. Elles pourraient se situer dans le massif de Chartreuse et du Vercors.

-Huez -en-Oisans: projet de ferme communale en cours.

Catégorie agriculture, collectivitésCommentaires fermés

Les subventions aux ADASEA en question


orateurM. Philippe Madrelle (Gironde- SOC) dans une question écrite publiée dans le JO Sénat du 10/12/2009, appelle l’attention de M. le ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche sur l’importance des missions de service public assurées par les organismes d’aménagement des structures des exploitations agricoles.

Il souligne l’importance du travail d’accompagnement en faveur de l’installation des jeunes et lui rappelle que plus d’un tiers des jeunes qui s’installent le font hors du cadre familial. Dix ans après leur installation, 95 % des jeunes sont toujours agriculteurs, ce qui traduit une utilisation efficace des crédits publics.

Le sénateur souligne qu’il apparaît opportun de maintenir la dotation d’accompagnement des associations ou organismes départementaux pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles (ADASEA/ODASEA) au niveau de 2009.

Réponse du ministère de l’alimentation de l’agriculture et de la pêche publiée dans le JO Sénat du 07/01/2010

Les ADASEA (association départementale pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles), associations loi 1901, exercent une mission de service public pour l’accompagnement à l’installation des jeunes agriculteurs.

Cette mission a été rénovée dans le cadre de la nouvelle période de programmation de développement rural 2007-2013 et recentrée principalement sur un socle national obligatoire qui concerne l’installation-transmission.

Dans un contexte budgétaire contraint, la dotation aux ADASEA pour l’année 2010 était prévue à hauteur de 14 M€. Lors de l’examen du budget du ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche par le Parlement, le ministre a pris l’engagement d’abonder cette dotation de 700 000 € en gestion.

Le montant ainsi décidé amènera à redimensionner la délégation de mission de service public. Dans l’objectif d’une optimisation des moyens d’accompagnement à l’installation, les ADASEA sont encouragées, à poursuivre leur rapprochement avec les chambres d’agriculture, mouvement qui s’est déjà opéré, avec succès, dans environ un tiers des départements.

La question de la subvention aux ADASEA ne doit cependant pas être appréhendée isolément. La priorité accordée par le ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche en termes d’installation est en effet confirmée en 2010.

La dotation globale de l’ensemble des mesures concernées est maintenue à son niveau de 2009, qui était en augmentation de 13 % par rapport à 2008, pour s’établir à 155 M€. Ces montants sont augmentés de la contrepartie communautaire qui représente de l’ordre de 130 M€.

Dans un contexte général de fortes restrictions budgétaires, cela représente un effort substantiel et traduit un véritable choix politique. Sur ces 155 M€, les actions collectives d’animation, financées par le Fonds d’incitation et de communication pour l’installation en agriculture (FICIA), sont dotées de 11,5 M€. Si l’on y ajoute la subvention aux ADASEA, ce sont au total 25,5 M€ qui seront consacrés à l’accompagnement de l’installation en 2010.

Catégorie agriculture, installationCommentaires fermés

Les circuits courts: pourquoi et comment?


Les circuits courts ne datent pas d’hier mais cette organisation connaît un fort regain d’intérêt. La demande en produits locaux n’a jamais été aussi soutenue notamment autour de Grenoble et peine à être satisfaite. Cette situation est une opportunité pour s’installer, pour se réorienter.

C’est dans ce contexte que l’ADASEA , et plus particulièrement le pôle Installation, organise jeudi 10 décembre, de 9h à 16h à la mairie de Vizille, une journée de travail et de réflexion sur ce thème: « Les circuits courts: des opportunités pour réussir son installation en phase avec le territoire ».

S’installer en circuit court exige de préparer , de définir son projet. Cette journée de travail et de réflexion s’adresse donc à ceux qui souhaitent s’informer sur les nouvelles formes de circuits courts, réfléchir sur les défis à relever et les limites de ces modes de commercialisation, rencontrer et échanger avec des acteurs et des agriculteurs riches d’expérience.

Au cours de cette journée, deux ateliers seront créés avec quatre thèmes au choix:

-les paniers: AMAP et panier à la carte

-la restauration collective: filière viande locale et le bio à la cantine

-les ateliers locaux de transformation: abattoir et laiterie

-les points de vente collectifs: magasins de producteurs et dépôt vente

………………………………………………………………………………………………………

Inscription obligatoire. Renseignements: Marion Canaud 04 76 20 67 70 ou 06 89 95 35 58

Catégorie installationCommentaires fermés

Installation: la FNSEA inquiète du désengagement de l’Etat


La FNSEA s’interroge sur l’avenir de la politique d’accompagnement de l’installation en agriculture. Elle souligne dans un communiqué qu’ après 7 années de réductions drastiques des crédits d’Etat alloués aux ADASEA* et aux ODASEA**, le représentant du ministre de l’Agriculture qui clôturait, à la Roche-sur-Yon le 6 novembre, le Congrès des ADASEA/ODASEA a annoncé une nouvelle baisse de plus de 15% de la dotation pour 2010 alors que le budget alloué au titre de l’année 2009 (16.5 M€) est tout juste suffisant pour accompagner les candidats au métier d’agriculteur.

« Une telle mesure, si elle était confirmée, aurait pour effet de condamner la politique d’accompagnement de l’installation en agriculture et de laisser, sur le bord du chemin, les candidats qui n’ont pas les moyens de payer un prestataire de services », s’inquiète la fédération.
« Aujourd’hui, grâce à la dotation de l’Etat, les ADASEA/ODASEA aident tous les candidats au métier d’agriculteur à trouver une exploitation agricole en les mettant en relation avec des cédants sans successeurs. Ils renseignent les porteurs de projets sur les soutiens publics auxquels ils peuvent prétendre et les appuient dans le montage de leur dossier.
Ce travail d’accompagnement de la politique d’installation permet à des jeunes de tous horizons de devenir agriculteurs. Ainsi, plus d’un 1/3 des jeunes qui s’installent le font hors du cadre familial. Ce travail garantit aussi une bonne utilisation des crédits publics puisque, 10 ans après leur installation, 95% des jeunes installés sont toujours agriculteurs.
En abandonnant la politique d’accompagnement des candidats agriculteurs, l’Etat condamne purement et simplement la politique de renouvellement des générations dont il dit pourtant qu’elle constitue l’une de ses priorités.

Cet abandon est totalement inacceptable dans la situation actuelle difficile que traverse l’agriculture. Aujourd’hui, les jeunes cherchent un accompagnement plus personnalisé. Les cessions d’exploitations sont plus compliquées. Ce désengagement de l’Etat est incompréhensible au moment où une mobilisation générale est engagée pour réussir le plan de relance de l’économie française.
La FNSEA, les Jeunes Agriculteurs, l’APCA et le GIE des ADASEA/OADSEA qui mettent, au quotidien, la politique d’installation des jeunes agriculteurs au coeur de leur action demandent au ministre de l’Agriculture et aux parlementaires de stabiliser la dotation d’accompagnement des ADASEA/ODASEA au niveau de 2009 (16,5millions d’euros) pour donner un sens et du concret à la politique de renouvellement des générations en agriculture et d’aménagement durable du territoire ».

………………………………………………………………………………

*ADASEA (association départementale pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles)
**ODASEA (organisme départemental pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles) service identifié au sein de la chambre d’agriculture.

Catégorie installation, vie syndicaleCommentaires fermés

Quinzaine de l’installation: l’agri-rural fait salon dans les Chambarans


ADASEADans le cadre de la traditionnelle et attendue opération quinzaine de l’installation se tiendra, le 25 novembre à la salle des fêtes de Roybon, le 3eme « Salon de la Création d’activité en milieu rural » organisé par l’ADASEA de l’Isère.

Les porteurs de projet agricole et rural pourront rencontrer pendant une journée les acteurs de la création et/ou reprise d’activité des territoires du Sud Grésivaudan et de Bièvre-Valloire.

Ils pourront également s’informer sur le territoire et l’emploi, discuter avec des personnes installées dans la proche région.

Le salon sera divisé en cinq espaces bien distincts:

  • Espace Accueil et territoires,
  • Espace Formation,
  • Espace Conseil,
  • Espace « On recrute »
  • et Espace Témoignage.

Seront présents les acteurs des secteurs de l’agriculture, de la forêt, du tourisme, du commerce, de l’artisanat, des services. Parmi ceux ci on peut citer: la chambre d’agriculture, le point info installation, les MFR, l’ AFRAT, ADABIO, le centre de gestion CER, la SAFER, les gîtes de France, les Plate-formes d’initiatives locales, les métiers du bois, la filière cheval, une banque, un notaire, un groupe d’assurances …

En tout c’est une vingtaine de stands qui attendent les visiteurs.

Le salon sera ouvert de 9h à 17h.
Un buffet de produits locaux sera proposé à 12h30 pour l’ensemble des participants.
L’entrée est gratuite et ouverte à tous.

Inscription: berengere.curtaud@adasea.net

Renseignements et contact

ADASEA: 04 76 20 68 80

Mail: a038@adasea.net

Consultez les sites :
www.adasea38.net
www.repertoireinstallation.fr

Bérengère CURTAUD, conseillère Bièvre-Valloire au 04 76 06 56 63
Audrey PANGOLIN, conseillère Sud-Grésivaudan au 04 76 06 56 65

Catégorie installationCommentaires fermés

Rhône Pluriel: les ADASEA à votre écoute


Dans le cadre de la Quinzaine de l’Installation, les ADASEA du Rhône, de la Loire et de l’Isère organisent  la deuxième « journée de l’installation sociétaire cédants et repreneurs » demain,  mardi 16 décembre de 9 h  à 16 h30 à la Chambre d’Agriculture de Vienne Malissol.

Cette journée est à destination des porteurs de projets, exploitants recherchant un associé et agriculteurs cédants sur le secteur de Rhône Pluriel.  L’objectif de cette journée est de travailler avec ces différents publics, en individuel puis en groupe sur leur situation de manière qualitative, les accompagner dans leur réflexion, préciser leurs objectifs pour mener à bien leur projet d’installation ou de transmission.
Un autre objectif est de comprendre les motivations de l’autre, se mettre en situation et connaître les aides possibles pour réaliser son projet.
La finalité de ce salon est de pérenniser l’activité agricole en mettant en avant les avantages de l’installation sociétaire, mais aussi maintenir des exploitations en installant des candidats, afin de conserver un tissu rural et agricole dynamique.

Un café de bienvenue aura lieu à 9h, suivi d’un discours des professionnels de Rhône PLURIEL à 9h30, avant que les participants se mettent en groupe de travail.
Trente personnes se sont inscrites à cette journée, ainsi que des représentants du territoire et d’autres organismes agricoles.
Un buffet sera servi aux participants et aux invités à partir de 12h30.

L’ADASEA est l’association départementale pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles. En Isère, l’ADASEA encadre les projets d’installation en milieu agricole, appuie techniquement les porteurs de projets dans leurs démarches, accompagne les exploitants dans leur cession d’ exploitation, anime le répertoire agri-rural de l’installation et travaille en partenariat avec les établissements scolaires agricoles.

Contact :
Bérengère Curtaud tel :06 89 95 35 56
mails : berengere.curtaud@cnasea.fr

Catégorie installationCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

juin 2020
L Ma Me J V S D
« mai    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+