Tag Archive | "agro-écologie"

Ambition forte autour de l’agro-écologie


Les Chambres d’agriculture par leurs actions de conseil de formation et de recherche contribuent au développement de la triple performance dans les entreprises agricoles en remettant au premier plan l’agronomie, l’approche globale des exploitations et l’animation de groupes d’agriculteurs.

Plus de 20 000 visiteurs ont été accueillis en 2016 sur les fermes ouvertes Innov’action dans toute la France pour découvrir les innovations mises en oeuvre dans des exploitations pionnières, apportant des réponses opérationnelles d’agriculteurs innovateurs allant dans le sens de l’agro-écologie.

Aujourd’hui le réseau des Chambres anime 1 GIEE sur 2, accompagne plus des 2/3 des groupes d’agriculteurs (82 000 agriculteurs dans le cadre de 1 800 groupes) ainsi que 65% des 245 réseaux de fermes DEPHY-Ecophyto.

Une conversion en bio sur 2 bénéficie de l’appui des Chambres qui sont aussi l’interlocuteur privilégié des agriculteurs bio tant sur le plan technique qu’économique.

50 stations expérimentales régionales, pilotées par les Chambres d’agriculture, élaborent, testent, et transfèrent des solutions nouvelles. En lien avec les agriculteurs, l’enjeu est d’acquérir les références qui permettront demain de généraliser l’agroécologie à tous les systèmes et dans tous les territoires.Les Chambres d’agriculture, engagées dans le plan Ecophyto II, ont contribué à atteindre le cap de 3 000 fermes Dephy et s’engagent dans la mobilisation des 30 000 agriculteurs dans des démarches agro-écologiques à bas niveau de produits phytos.

Depuis plusieurs années déjà, le réseau des Chambres d’agriculture se mobilise en faveur d’une bonne gestion de la matière organique des sols cultivés, en structurant et développant les initiatives de recherche et innovation sur ce sujet.

Par exemple avec le projet Horizon2020 Landmark « Soil quality and functions » qui vise à mieux comprendre le fonctionnement des sols européens et à collecter les connaissances existantes en matière de gestion des sols auprès des agriculteurs européens, des conseillers agricoles, des scientifiques et des décideurs politiques.


Autre exemple, avec les systèmes agroforestiers (plus de 170 000 ha en France), les 50 conseillers des Chambres d’agriculture travaillent avec les agriculteurs à la mise en place de systèmes agro-écologiquement intensifs, permettant de produire jusqu’à 40 % de biomasse en plus sur une même parcelle, tout en protégeant les sols et en y réintroduisant de la matière organique.

« L’agro-écologie sera un atout pour nos fermes, si elle contribue à la performance, la durabilité et une meilleure acceptabilité sociale de notre activité » Claude Cochonneau, président des Chambres d’agriculture.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Lancement du second appel à projets 2016 pour la reconnaissance des GIEE


La Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt vous informe que le second appel à projets de l’année 2016 pour la reconnaissance en tant que groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE) est ouvert en Auvergne-Rhône-Alpes et prendra fin le 31 août 2016.

Candidatures éligibles
Les candidats à l’appel à projets sont des collectifs d’agriculteurs associant, le cas échéant, d’autres partenaires, organisés sous une forme leur conférant la personnalité morale, engagés dans un projet pluriannuel au sein de plusieurs exploitations sur un territoire cohérent et mettant en œuvre des actions relevant de l’agro-écologie.
Les GIEE feront l’objet d’une reconnaissance par le Préfet de région. Cette reconnaissance permettra, par des processus de capitalisation, de mieux connaître et diffuser les potentialités de l’agro-écologie sur le territoire.

La labellisation par l’État d’un GIEE peut permettre, entre autres, une bonification de l’accompagnement habituel des exploitations agricoles (par exemple une majoration du taux d’aide pour un investissement agricole pour ses membres). Des financements (État, Conseil Régional, …). spécifiques à l’animation du groupe peuvent également être accessibles. Dossier de candidature

  • Cahier des charges pour la reconnaissance en tant que GIEE (format PDF – 189.5 ko – 10/06/2016) avec annexe 1 (les principes-clés de l’agro-écologie), annexe 2 (les critères d’évaluation du projet de GIEE), annexe 3 (liste des pièces à fournir)
  • Les documents suivants doivent être dûment remplis et renvoyés à la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes avant la date limite du 31 août 2016.
    • Formulaire de candidature pour la reconnaissance en tant que GIEE (format opendocument text – 213.3 ko – 10/06/2016)
    • Le procès-verbal de la réunion de l’organe de décision de la structure porteuse du GIEE, dans lequel elle approuve le projet présenté.
    • Liste des membres du GIEE (format opendocument text – 34.5 ko – 10/06/2016)
    • Etat des lieux par exploitation (format opendocument text – 56.4 ko – 10/06/2016)
    • Engagement dans le processus de capitalisation (format opendocument text – 39 ko – 10/06/2016)
    • Une synthèse de la candidature en 4p maxi (format opendocument text – 50 ko – 10/06/2016)
    • + les pièces figurant en annexe 3 du cahier des charges

Pour tout renseignement, contacter au sein de la DRAAF :
Annick JORDAN (04 73 42 16 90) – annick.jordan-dupas@agriculture.gouv.fr

Pensez à un partenariat avec un établissement de l’enseignement agricole. Contact au SRFD de la DRAAF Auvergne-Rhône-Alpes : Marylène Ganchou (04 78 63 14 01) marylene.ganchou@agriculture.gouv.fr

Cet appel à projet est concomittant d’un appel à projets pour le financement de l’animation et de l’accompagnement des GIEE.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

23 juin: la nuit de l’agro-écologie


Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, a salué la progression de l’agro-écologie en France en 2015 et a annoncé les chantiers  pour 2016, notamment l’adaptation des normes environnementales aux modes de production agro-écologiques. Il a également annoncé le lancement de la nuit de l’agro-écologie le 23 juin.

Le Ministre a salué les avancées concrètes du projet agro-écologique pour la France, notamment au travers de la création des 250 premiers Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE), de la mise à disposition d’un outil de diagnostic agro-écologique des exploitations agricoles, ou encore de l’intégration de l’agro-écologie dans les exploitations d’enseignement agricole.

Stéphane LE FOLL s’est également félicité des résultats d’une étude de l’institut BVA qui montre que 73 % des agriculteurs sont désormais  engagés dans au moins 3 démarches relevant de l’agro-écologie. Est également à noter une augmentation de la notoriété de l’agro-écologie, concept désormais connu de 79% des agriculteurs contre 50 % il y a seulement un an.

Dans une logique pragmatique et partenariale, Stéphane LE FOLL a annoncé, à l’occasion de cette réunion, qu’il souhaitait que les pratiques agro-écologiques soient prises en compte dans l’application de la directive nitrates, et des normes qui en découlent.  Le Ministre a également indiqué qu’il souhaitait la mise en place d’une mesure agro-environnementale spécifique dédiée à l’agriculture de conservation des sols.

Afin de dépasser les oppositions entre l’agriculture et l’environnement et de valoriser les démarches vertueuses, le Ministre a annoncé le lancement de « La nuit de l’agro-écologie » le 23 juin prochain dans toutes les régions de France.

Cette soirée sera l’occasion de proposer aux citoyens de venir à la rencontre des agriculteurs dans les cafés, les maisons des associations, etc. ,ou les lycées agricoles pour leur faire découvrir les pratiques agro-écologiques et en débattre, sous une bannière commune. Déjà, plusieurs réseaux engagés dans le développement de ces pratiques se sont portés volontaires pour participer à l’organisation de ces rencontres.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Agriculture innovante en Auvergne Rhône-Alpes


A l’occasion de son déplacement au Salon international de l’agriculture, Laurent WAUQUIEZ,
Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a tenu à saluer l’agro-écologie en grandes
cultures en Limagne, modèle qui a été retenu par l’Etat comme projet pilote pour créer un
« laboratoire vivant » et favoriser l’innovation dans l’agriculture française.

Le Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a tenu à souligner l’implication et
l’engagement des acteurs qui portent le futur Laboratoire d’Innovation Territorial pour les
grandes cultures en Auvergne : Sébastien VIDAL, agriculteur et administrateur de la
Coopérative Limagrain qui porte le projet LIT, Grégoire BERTHE, Directeur du pôle de
compétitivité Céréales Vallée qui anime et coordonne le LIT, Jean-Baptiste COULON,
Président du centre Auvergne Rhône-Alpes de l’INRA et Emmanuel HUGO, Directeur du
Centre Irstea de Clermont.

Laurent WAUQUIEZ a également rappelé que « les acteurs agricoles de l’Allier ont su initier
un véritable écosystème territorial qui associe agriculteurs, entreprises et acteurs de la
recherche et de l’innovation, preuve que la Région Auvergne Rhône-Alpes est déjà à la pointe
d’une agriculture innovante, connectée et créative. »

Le soutien de l’Etat, conjugué à l’ambition de la Région en matière d’agriculture, permettra
d’accélérer le déploiement de ce projet ambitieux qui vise à faire du territoire de Limagne
Val d’Allier une zone d’excellence agricole au sein de la Région Auvergne Rhône-Alpes.

Catégorie agriculture, région Auvergne Rhône-AlpesCommentaires fermés

Progression de l’agro-écologie en France


Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt,  le succès des Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) et à travers eux la progression de l’agro-écologie en France.

Créés il y a moins d’un an par la Loi d’avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt, les GIEE ont déjà dépassé le cap des 100 projets reconnus sur le territoire français, avec un total de 128 GIEE reconnus au 1er octobre 2015, soit plus de 200 000 hectares de terres françaises en GIEE, plus de 1 500 exploitations et plus de 2 300 agriculteurs déjà engagés dans ces démarches collectives.

Au cœur du projet agro-écologique pour la France, ces projets collectifs visent la triple performance à la fois économique, environnementale et sociale, à travers la mise en œuvre ou la consolidation de pratiques agro-écologiques.

Toutes les thématiques sont abordées et souvent combinées, à travers des systèmes économes et autonomes (40 % des projets), la diversification des assolements et l’allongement des rotations (plus du tiers des projets), la conservation des sols (plus du tiers des projets), l’autonomie en azote et le développement des légumineuses (le tiers des projets), l’autonomie alimentaire des élevages (le tiers des projets), ou encore la commercialisation et la création de filières et les signes de qualité.

Si plus de 60 % des projets concernent l’élevage (et près de 40 % plus particulièrement la polyculture-élevage), toutes les productions sont représentées, y compris par exemple l’apiculture, l’arboriculture et les plantes aromatiques, à parfum ou médicinales.

Le ministre a par ailleurs annoncé qu’un appel à projets allait être lancé début 2016 dans chaque région pour financer les GIEE, en particulier ceux apportant une réponse structurelle à la crise de l’élevage (jusqu’à 50 000€ pourront être accordés par projet pour financer des dépenses d’animation/appui technique). Il sera financé par des crédits du Ministère de l’agriculture, que le FEADER et les Régions qui le souhaitent pourront compléter.

La force du collectif est une nécessité pour le déploiement du projet agro-écologique et la transition ambitieuse qu’il porte. L’engouement que connaissent les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) et les Groupements agricoles d’exploitation en commun (GAEC) en sont des illustrations concrètes.

En 2015, 23 000 demandes de MAEC ont été enregistrées, dont 11 000 demandes de MAEC dites « systèmes » qui engagent les exploitations dans une reconception progressive de leurs pratiques ou dans le maintien de pratiques agro-écologiques. Ces 23 000 demandes concernent environ 1,5 million d’hectares (contre 800 000 hectares engagés en MAE sur la période 2007/2013). Preuve de l’importance du collectif, la France comptera fin 2015 environ 45 000 GAEC agréés (2400 GAEC agréés en 2014, 4700 au 1er semestre 2015 – et 6000 GAEC au total en 2015) soit un pic exceptionnel depuis la réforme de la nouvelle PAC pour la période 2014-2020.

Ce point d’étape sur l’agro-écologie a également été l’occasion de présenter l’outil de diagnostic agro-écologique des exploitations. Développé par le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et l’ACTA en associant les acteurs du développement agricole, cet outil de développement agricole a pour objectif d’accompagner les agriculteurs dans leur réflexion autour des performances de leur exploitation, de leurs pratiques et leurs démarches, mais aussi d’estimer leur degré d’engagement dans l’agro-écologie.

Testé par 500 exploitants entre avril et mai 2015, cet outil informatique est accessible librement et gratuitement en ligne à l’adresse suivante : www.diagagroeco.org/.

À deux mois de la COP21, plus grand événement diplomatique jamais accueilli par la France, l’organisation d’un événement dédié aux GIEE et leur illustration concrète par 3 exemples territoriaux  (Midi-Pyrénées, Bretagne et Pays de la Loire), est une manière de mettre un coup de projecteur sur la mobilisation silencieuse qui est à l’œuvre dans nos campagnes, et sur un monde agricole qui  fait quotidiennement l’expérience de la force du collectif pour progresser vers des pratiques agricoles plus exemplaires et plus agro-écologiques.

« Le concept même d’agro-écologie nous oblige à repenser nos modes d’organisation et de passer d’une logique descendante à une logique ascendante des territoires. Le succès des GIEE sur le terrain illustre bien cette formidable capacité qu’ont les agriculteurs français à aller chercher des solutions et des chemins nouveaux pour réussir ensemble. En ces temps troublés, à la fois de crise des marchés agricoles et des fortes aspirations de la société en matière de qualité de l’alimentation et d’environnement, ces dynamiques collectives doivent représenter un message d’espoir, de solidarité et d’encouragement pour le monde agricole », a insisté Stéphane LE FOLL.

Catégorie agriculture, écologieCommentaires fermés

Innov’Action 2015 dans 18 régions


A travers l’opération Innov’Action, en juin 2015, les Chambres d’agriculture poursuivent leur investissement dans l’innovation et l’agro-écologie.

Avec près de 200 fermes ouvertes, sur tout le territoire, des agriculteurs vont à nouveau partager innovations et retours d’expériences.

L’innovation est essentielle pour permettre aux exploitations agricoles de répondre aux grands défis auxquels elles sont confrontées : le changement climatique, la préservation de l’environnement, la croissance de la demande alimentaire, mais aussi la concurrence sur les marchés européens et internationaux.

3 thématiques seront particulièrement mises en avant en 2015 :
  • La capacité des agriculteurs à faire face au changement climatique, avec des innovations combinées sur le sujet (des techniques naturelles comme le biomimétisme au développement d’applications numériques permettant une gestion plus fine de la fertilisation, séquestration du carbone dans les sols, méthanisation…)
  • L’organisation du travail qui répond à un véritable besoin des agriculteurs, en présentant des innovations dans le domaine de la robotique ou dans le domaine social (gestion, travail à plusieurs, groupes d’agriculteurs, etc.).
    Les agriculteurs changent leurs pratiques en permanence, d’autant plus, si sur le long terme, le système proposé est aussi performant économiquement et n’ajoute en rien à la pénibilité du travail.
  • Focus sur les groupes d’agriculteurs qui permettent par leur prise de risque inhérente à toute innovation d’être le fer de lance de l’innovation agricole et un vecteur de progrès par la diffusion des résultats.

En savoir plus :

Catégorie agricultureCommentaires fermés

93% des agriculteurs ont mis en place au moins une démarche agro-écologique


Une enquête BVA réalisée en janvier 2015 pour le ministère de l’agriculture auprès 655 agriculteurs constituant un échantillon représentatif des 311.106 agriculteurs professionnels français établit qu’un agriculteur sur deux déclare avoir entendu parler de l’agro-écologie, double ou triple performance.

- Consulter l’étude BVA/Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt

93% des agriculteurs déclarent mettre en place au moins une démarche agro-écologique.
Limiter les intrants (76%), améliorer la qualité des sols et limiter l’érosion (71%) sont les démarches les plus citées comme mises en application.

2 agriculteurs sur trois ont recours à des échanges d’expériences et/ou des démarches collectives pour mettre en place ces démarches.

45% des agriculteurs qui ont entendu parler de l’agro–écologie se disent intéressés par cette démarche.

Parmi eux, 45% ont le sentiment d’être déjà engagés dans ce type de démarche.

13% envisagent de le faire dans les 5 prochaines années . Les moins de 35 ans sont deux fois plus nombreux à avoir cette intention.

- Retrouvez l’étude complète

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Sécurité alimentaire et nutrition: enjeux majeurs


Le premier symposium international sur l’agro-écologie pour la sécurité alimentaire et la nutrition organisé par la FAO à l’initiative de la France a été l’occasion pour Stephane LE FOLL de rappeler l’engagement de la France pour permettre l’émergence de nouvelles pratiques agricoles combinant performance économique et écologique.

Ce symposium qui a rassemblé les 18 et 19 septembre à Rome plus de 350 participants (chercheurs, agriculteurs, ONG, décideurs publics…) venant de plus de 30 pays marque une prise de conscience à l’échelle de la planète autour des enjeux de l’agro-écologie : il est une occasion unique de favoriser un dialogue de haut niveau entre chercheurs, responsables politiques et professionnels agricoles.

« Nous devons raisonner à l’échelle du monde, à un moment où les ressources se raréfient et commandent des modes de production plus durables, mais aussi à un moment où nous devons faire
face à la perspective de nourrir 9 mds d’individus à échéance 2050 » a indiqué Stéphane LE FOLL.

Le ministre a rappelé la logique du projet Agro-écologique français (couronné par l’adoption définitive de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt le 11 septembre dernier), tout en soulignant le caractère primordial du partage d’expérience comme facteur clef de succès.

Ce symposium a permis de partager un programme de travail pluriannuel sur l’agro-écologie, que va conduire la FAO et qui sera un atout considérable pour l’avenir. Des ateliers régionaux se tiendront dès 2015 en Asie, Afrique, Amérique latine, et seront une traduction concrète de l’engagement des pays dans cette démarche.

Pour conclure, le ministre a rappelé que l’agro-écologie procédait d’une volonté politique et a proposé de mettre en place un groupe des pays amis de l’agro-écologie afin de stimuler de façon continue le développement de ces pratiques à l’échelle du monde.

Catégorie agriculture, écologieCommentaires fermés

Plan de développement durable de l’apiculture


Stéphane LE FOLL, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt,  a rappelé  son ambition pour la filière apicole qui est un des piliers de l’agro-écologie.

Le plan abeilles 2013-2016 doté de 40 Millions d’euros, élaboré en concertation avec les acteurs de l’amont à l’aval constitue un engagement « sans précédent », preuve du volontarisme des pouvoirs publics dans ce secteur.

Ce plan global comporte plusieurs aspects parmi lesquels un meilleur suivi de l’activité et de la santé des colonies, la diminution de l’impact des pesticides, la lutte contre les maladies et les prédateurs des abeilles.

Le Ministre a tenu à souligner le renforcement des moyens de l’Institut de l’abeille (ITSAP) et les efforts financiers consentis pour développer le cheptel et soutenir la recherche, indispensable à une meilleure connaissance des causes affectant la santé des colonies.

Stéphane LE FOLL a également rappelé le rôle leader de la France dans l’interdiction du Cruiser et l’obtention d’un moratoire européen sur les néonicotinoïdes.

Enfin, le Ministre s’est félicité de la poursuite de la mise en place de mesures agro-environnementales destinées à encourager la pollinisation en zones fragiles et a indiqué que le projet agro-écologique était une illustration d’une « réelle ambition collective et d’une concertation fructueuse au service d’une production respectant les facteurs naturels et la biodiversité ».

A cet égard, à l’occasion de ce point d’étape, le Ministre a parrainé la signature d’une charte entre les professionnels de l’apiculture et des semences oléagineuses pour de bonnes pratiques en pollinisation signée aujourd’hui entre ADA France, le GNIS, ANAMSO, l’UFS et l’institut de l’abeille.

Il s’agit là d’une illustration d’engagements réciproques vertueux entre les professionnels de l’apiculture et le secteur des oléo-protéagineux.

Le Ministre a également indiqué que l’arrêté interministériel sur les produits phytosanitaires bénéficiant de la « mention abeilles » était en cours de révision.

Il permettra de mieux tenir compte des contraintes de pollinisation au moment des épandages pendant la floraison démontrant ainsi que la production et le souci de préserver notre environnement peuvent se concilier.

Par ailleurs, le Ministre a redit qu’il étudiait la possibilité d’apporter une aide ciblée à plusieurs exploitants situés en Ariège et dans les Pyrénées Orientales compte tenu d’une situation exceptionnelle ayant conduit pour une cause encore inexpliquée à la destruction de plus de 50% du cheptel.

Enfin et afin de soutenir la consommation de miel et la promotion de celui-ci, le Ministre a indiqué vouloir profiter de la semaine du goût pour organiser une matinée de mise à l’honneur du miel auprès des scolaires.

Catégorie apicultureCommentaires fermés

Appel à projets « mobilisation collective pour l’agro-écologie »


Pour avancer sur la voie de l’agro-écologie tracée le 18 décembre dernier à l’occasion de la conférence nationale Agricultures : « Produisons autrement », Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt vient de mettre en place un appel à projets « mobilisation collective pour l’agro-écologie ».

Cet appel à projets, doté de 2,5 millions d’euros, a notamment pour ambition de préparer la mise en place des GIEE (Groupements d’intérêt économique et environnemental), en soutenant et amplifiant la diffusion de formes d’agriculture performantes sur les plans économique et environnemental, répondant aux principes de l’agro-écologie.

Les candidatures devront correspondre à des projets impliquant des collectifs d’agriculteurs et éventuellement d’autres acteurs, impulsés par le terrain, ayant pour objectif la mise en place d’innovations contribuant à améliorer significativement et collectivement les impacts des systèmes d’exploitations sur l’environnement tout en préservant ou améliorant leur performance économique.

Les projets pourront être ouverts tant sur les sujets abordés que sur les types d’innovations développés. Ils devront être au service de l’agro-écologie pour la rendre accessible au plus grand nombre.

Il s’agit de permettre aux agriculteurs, accompagnés par les acteurs du développement agricole et rural, de construire des systèmes agro-écologiques adaptés à leurs exploitations et à leurs territoires. A titre d’exemple, peuvent être abordés les thèmes suivants : conservation des sols, autonomie fourragère, diversification des assolements, combinaison des productions (agro-sylvo-pastoralisme), réduction significative des intrants, réduction de la quantité d’eau utilisée, économie d’énergie, production d’énergie et valorisations de la biomasse…

Les conditions relatives à cet appel à projets et le dossier de candidature sont disponibles en DRAAF (ou DAAF pour les DOM), qui seront le premier niveau d’information auprès des porteurs de projets intéressés et apporteront un appui aux porteurs de projets intéressés, ainsi que sur la page Internet : http://agriculture.gouv.fr/Appel-a-projets-CASDAR.

Catégorie bioCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juin 2019
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+