Tag Archive | "alain cottalorda"

Signature d’un nouveau protocole entre le Département et 3 intercommunalités du Nord Isère


Le Département et les intercommunalités de quatre territoires de l’Isère ont choisi, à titre expérimental, de faire converger leurs actions et leurs moyens, afin de simplifier et d’améliorer l’efficacité du service public.

A cet effet ils sont convenus d’élaborer pour chacun des territoires, en lien avec la Région, un projet de territoire identifiant des priorités et des objectifs communs sur la base desquels mutualiseront les aides de la Région et du Département en matière de développement et d’aménagement.

Ils sont également convenus de rapprocher leurs moyens à l’échelle du territoire en particulier dans les domaines de l’environnement, de la gestion durable de l’espace, de la voirie, du tourisme et de la culture.

Ils s’appuieront pour cela sur les Maisons de territoire implantées par le Conseil général dans chacun des treize territoires de l’Isère.

Ainsi, la signature d’un nouveau protocole d’accord entre le Département et les communautés de communes  de l’Isle Crémieu, du Pays des couleurs, et des Balmes dauphinoises étend au territoire du Haut Rhône dauphinois la collaboration engagée entre le Département et les intercommunalités du Grésivaudan, du Sud Grésivaudan et du  Voironnais – Chartreuse qui ont déjà signé le 12 janvier dernier.

Le Département accompagne le renforcement de l’intercommunalité prôné par le Gouvernement dans le cadre de la Réforme territoriale en cours de discussion au Parlement. Au plan local, il apporte son soutien aux élus locaux qui ont fait vœu, le 18 décembre dernier en présence du Président du Conseil général, Alain Cottalorda, à Montalieu-Vercieu, de fusionner leurs intercommunalités d’ici la fin de l’actuel mandat.

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Abattoirs de Grenoble: les travaux du renouveau


Depuis 2007, le Syndicat Mixte Alpes Abattage (SYMAA), créé à l’initiative du Conseil Général de l’Isère et en partenariat avec la Ville de Grenoble, gère le service public de l’abattoir du Fontanil. Il en délègue l’exploitation à la société SAS ABAG détenue depuis janvier 2013 par les usagers de l’abattoir.

En 2015, le Syndicat mixte Alpes abattage est élargi à quatre intercommunalités :

- la nouvelle métropole, désormais compétente sur le service public d’abattage,

- la communauté d’agglomération du Pays voironnais,

- la communauté de communes du Massif du Vercors,

- la communauté de communes du Grésivaudan.

Grâce au fort soutien financier des deux collectivités et de la Région, le site des abattoirs va faire l’objet de travaux de requalification, qui permettront une meilleure adaptation aux besoins du développement économique de la filière viande de l’Isère et des circuits courts de consommation alimentaire.

Le Département a soutenu ce projet en raison de l’importance de l’abattoir dans la préservation de la filière d’élevage iséroise (près de 200 éleveurs isérois sont des clients réguliers de l’abattoir) et dans le développement des circuits courts (en Isère déjà une vingtaine de magasins de producteurs, 2 000 agriculteurs concernés, dont 700 producteurs fermiers).

Après une année de préparation consacrée aux études techniques, à la rédaction des marchés et à la consultation des entreprises, les travaux de requalification de l’équipement vont enfin pouvoir être engagés et seront menés à bien, pour l’essentiel durant cet exercice 2015.

Pour marquer cette étape importante pour les filières viande locales, une visite a été organisée sur le site des abattoirs en présence des services de l’Etat, des élus de toutes les collectivités impliquées dans le projet et des représentants des usagers.

Eric Rochas, éleveur à Méaudre, qui préside l’ ABAG chapeautée par sa holding, la société New/Co,  » Pôle viande coopératif, » a servi de guide tout au long de la visite.

 » Nous avons pris les destinées de l’abattoir il y a tout juste 2 ans, le 16 janvier 2013. Cet abattoir, destiné à traiter 10 000 tonnes par an n’a pas atteint cet objectif. Du coup, surdimensionné, sur équipé, avec des frigos aux 3/4 vides, des charges  fixes telles que l’eau, l’ électricité, le gaz.. très élevées… ont obligatoirement eu des répercussions financières négatives. »

Très souvent nous avons entendu que cet abattoir du Fontanil allait fermer ses portes.  » Cet équipement a de nombreux atouts. il est bien positionné aux portes de Grenoble et c’est le seul abattoir de Grenoble multi-espèces: bovins, ovins, porcins, chevaux.. et même autruches » rajoute Eric Rochas.

 » Voilà pourquoi les clients, éleveurs, ont décidé de se pencher sur le problème et de créer New Co « Pôle viande coopérative », une société coopérative d’intérêt collectif. »

L’ abattoir a traité, en abattage et découpe 2100 tonnes en 2012, 2700 tonnes en 2013, 3000 tonnes en 2014 pour près de 600 clients, 594 exactement. A retenir également une forte activité hallal.

Eric Rochas s’est voulu rassurant: ‘ » l’entreprise est viable si on traite entre 2700 et 3200 tonnes par an et si les travaux en projet sont réalisés ».

Le syndicat mixte Alpes abattage ( Symaa) va financer la requalification de l’abattoir qui représentent 3,7 millions d’enveloppe globale dont 2,4 millions d’euros pour les travaux. Le conseil Régional apportera une enveloppe de 419 000 euros.

Les travaux débuteront en février. ils concernent: le redimensionnement des locaux, la réfection des installations techniques, la mise aux normes de la sécurité. Les chaînes bovines et ovines seront modernisées.

L’abattoir du Fontanil sera alors un outil au service de la filière viande départementale. Il permettra de revaloriser les circuits courts.

De nombreux élus parmi lesquels Michel Grégoire, conseiller régional en charge de l’agriculture, Alain cottalorda, président du conseil Général de l’Isère,  Christian Nucci , vice président du conseil Général, Jean Claude Darlet, président de la chambre d’agriculture de l’Isère on tenu à visiter l’établissement dans l’état, avant le début des travaux..

Gilbert PRECZ

Cliquer sur les photos pour les agrandir


Catégorie A la une, élevageCommentaires fermés

Réforme territoriale : initiative du Département et des intercommunalité de l’Isère


La signature d’un protocole d’accord entre le Département et les intercommunalités de 4 territoires de l’Isère préfigure la manière dont se met en œuvre la Réforme territoriale.

La Réforme engagée par le gouvernement passe par deux projets de lois: le premier définitivement adopté par l’assemblée nationale le 17 décembre dernier fixe désormais le nouveau découpage de la France en 13 régions contre 22 jusqu’alors; le second dit « loi NOTRe » (nouvelle organisation territoriale de la république) est en cours d’examen en première lecture au Sénat, et précisera la répartition des compétences entre les différents échelons institutionnels : Régions, Départements, communes et intercommunalités.

La Réforme vise en particulier à renforcer la compétitivité des territoires – objectif poursuivi au travers de la nouvelle carte des Régions – et à améliorer l’efficacité des services publics en rationnalisant leur gestion, notamment par la mutualisation de leurs moyens d’action.  Cela passe notamment par la montée en puissance de l’intercommunalité pour agir au plus près du territoire et répondre  aux besoins de la population.

Dans cette perspective, le Département et les intercommunalités de 4 territoires de l’Isère ont choisi, d’abord à titre expérimental, de faire converger leurs actions en partageant avec la Région un projet commun de territoire, socle des futurs contrats territoriaux, et en rapprochant leur moyens pour mettre en oeuvre tout ou partie de blocs cohérents de compétence dans le domaine de l’environnement, de la gestion durable de l’espace, de la culture, de la voirie, du tourisme, et de la restauration scolaire.

La signature du protocole Département – intercommunalités, annoncée le 18 novembre dernier par André Vallini, Secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, accompagne logiquement la signature à cette même date d’un premier protocole Département – Région, entre Alain Cottalorda Président du Conseil général de l’Isère et Jean Jacques Queyranne, Président du Conseil régional de Rhône Alpes.

Ces deux protocoles confortent l’organisation de l’Isère en 13 territoires définis en cohérence avec l’intercommunalité, et s’appuieront dans leurs réalisations concrètes sur les 13 Maisons de territoire mises en place par le Conseil général de l’Isère.

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Vive la république, vive la liberté de la presse


L’ensemble des agents de l’Hôtel du Département à Grenoble, ainsi que les agents des Maisons du territoire et les élus du Conseil général de l’Isère ont observé une minute de silence à 12h devant l’Hôtel du Département à Grenoble en ce jour de deuil national.

Le Président du Conseil général, Alain Cottalorda, en réunion à Bourgoin-Jallieu, a également observé un temps de recueillement avec les agents devant la Maison du territoire de la Porte des Alpes.

Au terme de la minute de silence, choqués, horrifiés, et tous solidaires avec Charlie Hebdo, le personnel et les élus du Département ont crié « Vive la République » à l’unisson pour s’élever contre la barbarie et militer pour la Liberté de la presse.

Catégorie questions d'actualitéCommentaires fermés

Réforme territoriale: rendre les services à la population plus efficaces


Le gouvernement a initié une réforme territoriale pour rendre l’action publique plus lisible, plus efficace et plus proche des citoyens.

Les présidents de la région Rhône-Alpes et du département de l’Isère, animés d’une volonté commune, expriment leur volonté de faire converger leurs actions et de rapprocher leurs services, en commençant par le domaine de l’éducation dans les lycées et collèges, leurs dispositifs de soutien aux communes et intercommunalités et leurs interventions dans le domaine économique.

Ils affichent aussi leur intention d’effectuer cette convergence au plus près des citoyens à l’échelle des 13 territoires de l’Isère, définis en cohérence avec les périmètres des intercommunalités.

A l’invitation d’André Vallini, secrétaire d’Etat en charge de la réforme territoriale, Jean Jacques Queyranne et Alain Cottalorda respectivement présidents de région et du département signeront ce mardi 18 novembre le protocole d’intention qui formalise cette volonté commune..

Catégorie territoiresCommentaires fermés

57ème congrès des maire de l’Isère:relever les défis


Le congrès des maires de l’Isère, qui a réuni plus de 1000 élus à Alpexpo Grenoble a bien entendu été très politique, ne serait ce par la présence d’André Vallini , secrétaire d’Etat à la réforme territoriale mais aussi de nouveaux élus tels qu’Alain Cottalorda, président du conseil Général, il succède à André Vallini, que Christophe Ferrari, président de la Métro, qu’Eric Piolle, maire de Grenoble..

Pour ce dernier,  » il faut gérer avec beaucoup plus de rigueur les deniers publics… investir sur des projets d’avenir oui… mais stopper tout projet, quelque soit sa taille s’il est inutile. ». Il se montre opposé à l’Etat quand à  » sa politique récessionniste qui nous empêche d’investir, qui fragilise notre économie, nos services publics… »

Christophe Ferrari, président de La Métro, s’est adressé directement à André Vallini:  » Monsieur le secrétaire d’Etat menez vite à bien la réforme territoriale afin que l’on sache rapidement les compétences de chacun.. En un mot: qui fera quoi, avec quels moyens.. » Il souhaite fortement que le côté financier et fiscal ne soit pas oublié.. » qu’il soit clair, précis »..  » Oui nous sommes prêts à relancer l’investissement si on nous le permet, tout en prenant part, à notre niveau à la réduction des déficits.. »

Alain Cottalorda, président du conseil Général, ancien maire, de Bourgoin-Jallieu sait  » à quel point le mandat de maire est passionnant, certes mais à quel point il est exigeant..Nous vivons à une période ou la fonction d’élu est lourde à assumer.. »P1180922

Le conseil général  » a lui aussi des contraintes de plus en plus fortes, ses dépenses, sociales en particulier, ne cessent d’augmenter et ses recettes diminuent.. »…  » Face à cet effet de ciseau nous avons mis en oeuvre des réformes courageuses depuis des années afin d’essayer de réaliser des économies de fonctionnement. Ceci dans un souci également d’être plus proche des isérois… »

Et de rajouter:  » Il s’agit de faire mieux avec moins.. Notre gestion rigoureuse nous a permis d’investir 245 millions d’euros en 2014 sans augmenter les impôts des isérois pour la 8ème année consécutive…collèges, routes, solidarité, haut débit pour tous… mais aussi recherche, innovation, mobilité durable, protection de l’environnement.. et communes.. voici quelques uns des secteurs que nous avons privilégié.. « 

Au niveau des communes, le CG de l’Isère a consacré en 2014 un budget de 35 millions d’euros.  » C’est plus de 1000 opérations que nous soutenons chaque année dans vos communes.. « a tenu à préciser aux maires de l’Isère Alain Cottalorda avant de conclure:  » de nouveaux défis vous, nous attendent.. ces défis nous devons les relever collectivement. il est urgent de nous réinventer, de penser aux nouveaux modes de gouvernance, de mutualiser nos forces et nos savoirs.. »

Alain Cottalorda a aussi répondu favorablement au secrétaire d’Etat à la réforme territoriale lorsque celui si a lancé le souhait que l’Isère soit un département pionnier au niveau de la réforme territoriale..  » Voilà un beau défi à relever..  »

Gilbert PRECZ

A lire aussi:

57ème congrès des maires de l’Isère

André Vallini:  » il est temps de reformer le millefeuille administratif »

Catégorie collectivités, territoiresCommentaires fermés

Alain cottalorda découvre la filière noix…


Alain Cottalorda, président du conseil général de l’Isère l’avait annoncé à l’assemblée générale de la coopérative Coopenoix:  » je n’ai aucun scrupule a avouer que je connais mal la filière noix de Grenoble mais je vais m’y intéresser de près. Très rapidement je me rendrais sur une exploitation nucicole afin de mieux appréhender l’ensemble des maillons de la chaîne de cette filière. La noix de Grenoble étant un produit phare de notre département à plusieurs niveaux ».

Alain Cottalorda s’est donc rendu à Tullins, visiter l’exploitation de Pierre Gallin Martel. Il a pu ainsi suivre à vitesse réelle comment les noix franchissent différentes étapes avant d’être livrées à la coopérative.

 » J’ai découvert une profession, une filière qui jouent un rôle important au niveau économique, environnemental, social. La noix de Grenoble est un vecteur important au niveau de la notoriété, du patrimoine de notre département. J’ai constaté aussi qu’au niveau de son exploitation, la noix demande beaucoup de travail et que la mécanisation a son importance. »

P1180870

Le président du conseil général de l’Isère croit beaucoup à l’avenir de l’agriculture sur notre département.  » Cela implique que l’on maîtrise bien le foncier, que l’on conserve un équilibre entre l’urbain et le rural,  que la politique de transmission, d’installation soient efficaces, que l’ont maintienne des outils de proximité comme les abattoirs par exemple…que les producteurs vivent correctement de leur métier.. « 

P1180865

Outre Alain Cottalorda, participaient à cette visite, Pascal Denolly président de la FDSEA de l’Isère, Jean-Pierre Renevier, nuciculteur, élu à la commune de Tullins, Eric Greyffe-Fonteymond, éleveur ovin à Tullins. Ce dernier alertant le président du conseil général de l’Isère sur le manque d’éleveurs ovins..  » C’est d’autant plus préjudiciable que la demande est de plus en plus forte mais nous ne pouvons fournir.. ».



Catégorie nucicultureCommentaires fermés

André Vallini explique la réforme territoriale aux Isérois


André Vallini, secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, a présenté la Réforme aux agents du Conseil général de l’Isère aux côtés d’Alain Cottalorda, président du Conseil général, à l’Islle D’Abeau et à Seyssins.

930 agents étaient présents et ont pu être informés des grandes lignes de la Réforme.

A cette occasion, le Ministre leur a affirmé que « même si les Conseils départementaux disparaissent, les emplois ne disparaîtront pas. Ils seront transférés à une autre collectivité ».

Pour en savoir plus sur, lire l’article mis en ligne sur Isère Magazine:  le projet de loi et ses modalités.

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Foire de Beaucroissant: c’est parti!


C’est parti pour la 795ème foire de Beaucroissant qui s’est ouverte sous un soleil radieux..

L’un des pôle central de ce jour inaugural ont été bien entendu la foire au bétail. Il y avait beaucoup de bêtes, bovins et chevaux…

Le concours régional charolais a démarré également ce vendredi matin. Selon les premières impressions des juges, les bêtes présentées sont tout simplement exceptionnelles..

Le restaurant charolais, faisant comme d’habitude, dirons nous, salle comble..

Autre pôle d’attraction, et non des moindres, celui constitué par les espaces Provencia-sillon38, conseil général 38.

Le stand de Provencia-sillon38 qui présente uns gamme de produits locaux dont les trois AOP de l’Isère, l’IGP St Marcellin, le veau Drevon.. ceux de Marque Savoie.. a accueilli de nombreuses personnalités et élus dont André Vallini, Secrétaire d’Etat en charge de la réforme territoriale, les conseillers généraux: Alain Cottalorda, président, Christian Nucci, Robert Veyret, Chantal Carlioz, accompagnée des maires de Lans en Vercors et Corrençon en Vercors, des maires de Voiron,Rives, St Cassien…des représentants de l’agence de communication Texto..

Un espace qui n’a pas désemplit de la journée…

A ses côtés, le stand du conseil général de l’Isère qui cette année met l’Isère dans l’assiette.. Durant toute cette foire, plusieurs chefs cuisinant à la volée des plats dont la base n’est autre que des produits locaux…

On retiendra également que la matinale de France bleu Isère s’est déroulée en direct de la foire. Christian Nucci, vice président du conseil général en charge de l’agriculture, Alain Galliot directeur de Carrefour Voiron, groupe Provencia et Gilbert Precz pour sillon38 intervenants en direct sur l’antenne..

Gilbert Precz

Voici un diaporama de photos prises sur le vif.. Cliquer sur les photos pour les agrandir…



Catégorie A la une, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Assemblée générale de Coopenoix


L’assemblée générale annuelle de Coopenoix s’est déroulée dans les locaux de la coopérative, à Vinay, sous la présidence de Pierre Gallin Martel.

Outre les adhérents, nombreux, plusieurs responsables professionnels agricoles, de nombreux élus, dont le président du conseil général de l’Isère, Alain Cottalorda, ont assisté aux débats.  » Je suis un élu du nord Isère, je connais très peu la filière noix, je suis donc venu pour apprendre, pour voir comment vous travaillez, a précisé le successeur d’André Vallini à la tête du département.

Pierre Gallin Martel a évoqué les résultats de la récolte 2013:  » en terme de volume, avec 8100 tonnes de noix récoltées, nous pouvons considérer que 2013 est une bonne année.. Mais il faut y mettre des bémols: les calibres sont sensiblement inférieurs à une année normale et la qualité des noix est très hétérogènes. »

PG

En cause, les aléas climatiques du printemps et du mois d’octobre qui ont retardé la végétation et provoqués d’importantes difficultés de récolte..

« il est indispensable que nous puissions faire face à une telle situation. Deux axes majeurs sont préconisés: des équipements bien dimensionnés et une organisation de chantier sur les exploitations et des moyens humains adaptés. »

A noter que 700 tonnes de noix bio ont été récoltées en 2013, soit 150 tonnes de plus qu’en 2012.. Cette évolution est cohérente avec l’évolution de la demande du marché..

Renouvellement des vergers

Pierre Gallin Martel a été clair:  » si les producteurs de Coopenoix ont atteint un niveau de plantation de 5% environ de la surface des vergers en 2013, c’est insuffisant! La filière souffre davantage de l’approvisionnement que de la commercialisation, que du conditionnement.. Il faut planter davantage afin d’assurer une progression des volumes.. un déficit de production ouvre une large porte à l’exportation.. La concurrence internationale est farouche.. »

Autre piste: la diversification variétale:  » c’est un atout..Certes les variétés AOP noix de Grenoble sont des valeurs sûres.. mais il faut les mixer à des variétés du type Fernor ou Chandler qui offrent une qualité régulière et une mise à fruits plus rapide.. « 

Coopenoix axe l’essentiel de ses actions dans le cadre d’une démarche qualité  » Depuis 6 ans nous obtenons régulièrement la certification IFS pour les noix en coque et depuis 4 ans pour les cerneaux.. Cela prouve le sérieux de notre mobilisation dans ce domaine.. »

Une production pérenne, de qualité.. cela passe obligatoirement par un soutien technique aux producteurs.. A ce niveau là Coopenoix va encore amplifier son action et son soutien aux producteurs au niveau des essais, informations techniques communiquées aux producteurs..

 » Notre objectif est clair: améliorer, grâce à notre soutien technique, le revenu de nos producteurs.. »

l’outil de production a été amélioré, un nouveau site internet: http://www.coopenoix.com/ a vu le jour, une collaboration étroite de Coopenoix avec la filière, au niveau de la communication, de la recherche… oui Coopenoix est partout présente…

La saison à venir

Pierre Gallin Martel a donné quelques précisions sur la campagne 2014.

 » Si la prévision de récolte se confirme, 2014 s’annonce nettement inférieure à 2013 avec des calibres plus élevés mais pas exceptionnels..

A noter tout de même que le contexte mondial demeure favorable à notre production, la consommation de fruits secs est toujours en hausse, la parité euro/dollar est favorable aux exportations, une production française moyenne en volume, une sécheresse qui touche le verger californien, devraient permettre à la filière noix française de pouvoir maintenir des prix par calibre proches de 2013.. » Certains espèrent même une hausse…

Suite à cette assemblée général très dense.. une visite de la coopérative était au programme..

pg 2pg3pg4pg5pg7pg8

Gilbert PRECZ












Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2019
L Ma Me J V S D
« sept    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+