Tag Archive | "Albert Dupuy"

L’ex préfet de l’Isère prend ses fonctions en Nouvelle Calédonie


ValideSur proposition du Premier ministre, le conseil des ministres du mercredi 6 octobre 2010 présidé par Nicolas Sarkozy a nommé Albert Dupuy, (63 ans) préfet hors cadre, haut-commissaire de la République en Nouvelle Calédonie en remplacement d’Yves Dassonville, nommé pour sa part préfet de la région Limousin, préfet du département de la Haute-Vienne.

Albert Dupuy a été évincé en juillet, par le président de la République, de son poste de préfet de l’Isère suite aux émeutes qui ont eu lieu au quartier de la Villeneuve à Grenoble.

Il vient de prendre officiellement ses nouvelles fonctions en Nouvelle Calédonie qui est en pleine réflexion sur son avenir politique.

Un référendum doit être organisé entre 2014 et 2018 portant sur les transferts des compétences régaliennes  comme le prévoit l’accord de Nouméa de 1998.

Catégorie collectivitésCommentaires fermés

Violences à Grenoble: le préfet remplacé


Les récents épisodes de violence qui ont secoué l’agglomération grenobloise ont amené Nicolas Sarkozy de changer le préfet de l’Isère. Albert Dupuy quittera ses fonctions le 31 juillet et sera remplacé par l’actuel préfet de la Meuse: Eric Le Douaron.

Ce dernier, homme de confiance du président de la République, fait partie des policiers de haut rang et a occupé les fonctions de directeur de la sécurité publique. Il aura pour mission première d’exécuter la volonté de Nicolas Sarkozy de mener une véritable guerre contre la criminalité.

Quant à Albert Dupuy, qui  ne s’attendait pas » à cette décision soudaine » évoque un « sentiment d’inachevé ». Il restera pour les isérois comme un homme de consensus, à tous les niveaux….

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Préservation de la ressource en eau : l’Isère mobilisée


Le Comité de bassin réuni le 16 octobre à Lyon a adopté le SDAGE, schéma d’aménagement et de gestion des eaux 2010-2015 du bassin Rhône-Méditerranée. Le préfet de Région, coordonnateur de bassin, a approuvé le SDAGE et arrêté le programme de mesures le 20 novembre.

C’est donc dans un nouveau contexte, marqué par les lois Grenelle (1 et 2) de l’Environnent mais aussi par la RGPP,  que s’est réunie le 30 novembre à la préfecture de l’Isère la commission départementale de la ressource en eau et de ses usages, co-présidée par le préfet Albert Dupuy et le vice-président du CG38, Christian Nucci.

Une quarantaine de personnes, parmi lesquelles de nombreux élus des collectivités locales, des représentants des administrations, des chambres consulaires, d’associations, des centres de recherche, du Parc national des Ecrins, était conviée à ces travaux.

source eauAlbert Dupuy a insisté sur le fait que « compte tenu du nouveau contexte, la commission, créée en 2005, devait être consolidée et son domaine d’intervention élargi. A la ressource en eau et de ses usages s’ajoute  la gestion intégrée de l’eau et des milieux aquatiques ».

Christian Nucci a souligné la nécessité de gérer au mieux et avec un réel souci d’économie cette ressource vitale : « L’année 2009 s’avère encore plus sèche que l’année 2003. Le déficit en eau est considérable et il est urgent de sensibiliser les partenaires et les citoyens d’une part à faire un usage économe et durable de l’eau, d’autre part à éviter tout rejet susceptible de lui porter atteinte ».

Quelle est la situation en Isère ?

Le préfet a confié à la DDAF 38 le soin d’élaborer ce schéma départemental en partenariat avec tous les acteurs concernés. Les chiffres de la DDAF38 montrent  que le niveau 3 de sécheresse aggravée induisant l’interdiction de prélèvements a affecté près de 90% du département. On a même vu des rivières à sec en Chartreuse, massif qui bénéficie habituellement d’une pluviométrie conséquente.

La ressource en eau dont la quantité fait défaut cette année, doit faire l’objet d’une surveillance accrue au plan de sa qualité (état écologique+état chimique). Aujourd’hui, moins de la moitié des eaux superficielles (49%) sont en bon état écologique. Le SDAGE qui veille sur 2500 km de cours d’eau place la barre haut : d’ici 2015 , ce chiffre de 49% devra passer à 67%.

Pour ce qui est des eaux souterraines, l’objectif est de 70%.

captage eau de GREAjoutons que, comme le souligne la FRAPNA dans la brochure « L’eau ne coule pas de source », la grande majorité des captages d’eau potable n’est pas protégée. Sur les 1077 captages publics recensés, seuls 27% bénéficient d’une protection avec DUP. Il faut dire que l’Isère est l’un des départements où l’on trouve le plus de captages. Mais la préservation de ces gisements aquifères passe sans doute par une meilleure protection en surface.

Dans le département, 120 points de contrôle des eaux sont prévus, 51 concernant les cours d’eau, 69 concernant les eaux souterraines.

Les huit orientations du SDAGE

  1. Prévention : passer du curatif au préventif
  2. Non dégradation : préserver la fonctionnalité des milieux en bon état, ne pas dégrader davantage les autres
  3. Vision sociale et économique : mieux intégrer les coûts et les bénéfices marchands et non marchands (à court et long terme)
  4. Gestion locale et aménagement du territoire
  5. Lutte contre les pollutions d’origine domestique et industrielle
  6. Préserver et restaurer les fonctionnalités naturelles
  7. Partage de la ressource : résorber les déséquilibres
  8. Gestion des inondations

Au chapitre lutte contre les pollutions, l’assainissement, collectif et non-collectif, occupe une bonne place. Le traitement des eaux résiduaires est une entreprise de longue haleine. L’Isère connaît notamment un déficit de STEP (stations d’épuration) dans le sud Isère et en milieu rural : on dénombre 150 communes dépourvues de station d’épuration. Ajoutons à cela la rénovation nécessaire d’une centaine de STEP non conformes à la directive européenne ERU. Des travaux plus que conséquents, donc, et très onéreux.

Catégorie A la une, eauCommentaires fermés

Territoires ruraux isérois: entre réflexion et action


Les Assises des territoires ruraux (octobre 2009-janvier 2010)  ont été initiées par Michel Mercier, ministre de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire en réponse aux évolutions marquées mais contrastées mises en évidence à travers le dernier recensement. Des évolutions qui traduisent, entre autres, une forte pression foncière, préjudiciable, bien souvent, à l’agriculture et à l’environnement. Dans le même temps, des dynamiques de territoire ont vu le jour, ici et là, en phase avec un développement durable,  qu’il s’agit de conforter ou éventuellement de reproduire.

C’est dans le cadre de cette vaste consultation que le préfet de l’Isère organise deux réunions d’information avec débat et propositions : la première le vendredi 20 novembre à L’Isle-d’Abeau, la seconde le lundi 23 à Vizille.

« L’objectif , explique Albert Dupuy, est d’organiser un échange sur des thèmes identifiés –accès aux soins, commerces de proximité, services publics, agriculture- afin d’apporter des réponses concrètes favorisant l’attractivité des territoires ruraux. Sur le fond, il s’agit de veiller à maintenir un équilibre entre l’urbain et le rural ».

Le public est invité à participer à cette consultation (1)  à laquelle ont été conviés la plupart des acteurs des territoires, élus, représentants des chambres consulaires, Chambre d’agriculture, Parcs, associations (FRAPNA, communes forestières, entre autres)

« Ces débats et les propositions qui en sortiront, ajoure Albert Dupuy, serviront à l’élaboration de la prochaine génération des PER (pôles d’excellence rurale ). Une synthèse sera réalisée en janvier 2010 et transmise à la DATAR ».

L’Isère compte six PER labellisés (2).

Comme le précise Serge Morel, directeur des études, des finances et de l’interministérialité, ces Assises se feront « en présence de grands témoins, des acteurs locaux qui ont contribué à la mise en œuvre d’ initiatives originales sur leur territoire ».

Parmi ces intervenants : Gérard Cardin conseiller général du canton de Corps (sur la question de l’accès aux soins), Gérard Seigle-Vatte, président de la Chambre d’Agriculture de l’Isère (sur la préservation du foncier agricole), un représentant de la Communauté de communes du Grésivaudan (sur l’accès aux transports).

Les deux rendez-vous en Isère :

-vendredi 20 novembre à 17h30 à l’EPANI sur la commune de l’Isle-d’Abeau

- lundi 23 novembre à 17h30 au musée de la Révolution française à Vizille

………………………………………………………………………………………………………….

(1) A noter que le public peut également s’exprimer en formulant sur le net des réflexions et des propositions jusqu’au 30 novembre : assises-territoires-ruraux@isere.pref.gouv.fr

(2) Six PER labellisés en Isère:

- PER « Développement du chanvre industriel en Bièvre-Valloire », labellisé le 7 décembre 2006
- PER « Royans Vercors Santé », porté par la Communauté de Communes du Massif du Vercors
- PER « La filière innovante de bio-ressources en milieu rural », porté par la Communauté de Communes du Pays des Couleurs (Nord-Isère)
-PER  « Tourisme et patrimoine en Beaumont-Matheysine »,  porté conjointement par les Communautés de Communes du Pays de Corps et de la Matheysine
- PER  « Le bois, une nouvelle dynamique économique pour l’avenir du Trièves », porté par le Syndicat d’Aménagement du Trièves
-PER  « Le bois-énergie, levier de développement rural et facteur d’échanges entre ville en montagne », porté par le Syndicat mixte du Parc naturel régional de Chartreuse

Catégorie aménagementCommentaires fermés

La relance passe par la Grande Chartreuse


La relance passe par le monastère de la Grande Chartreuse dont la remise en état des toitures et des planchers du bâtiment de la porterie s’imposait. Albert Dupuy, préfet de l’Isère, a visité le chantier mercredi 2 septembre.

Le plan de relance qui permet en Rhône-Alpes, le financement de 225 opérations pour un montant de 365 millions d’euros a donné une forte impulsion au programme de restauration de monuments historiques mené par la Direction régionale des affaires culturelles Rhône- Alpes : 19 chantiers vont pouvoir ainsi être lancés, accélérés ou achevés dont 4 en Isère.

Gde ChartreuseParmi ces quatre opérations de restaurations, figure le monastère de la Grande Chartreuse dont les bâtiments datent pour la plupart de la reconstruction intervenue après l’incendie de 1676.

Les couvertures du monastère qui représentent une surface de 4 hectares ont été refaites à plusieurs reprises. Toutefois, cet ensemble souffre beaucoup des rigueurs du climat, et une partie des couvertures se trouve aujourd’hui en très mauvais état, malgré un entretien régulier.

Une étude a permis d’une part de dresser un bilan complet de l’état des toitures et d’autre part de définir un important programme de remise en état dont la mise en œuvre devrait s’étaler sur plusieurs années.

Ainsi, les tranches de travaux précédentes, réalisées entre 2003 et 2006, ont porté sur les toitures de certains bâtiments des obédiences, sur les deux clochers de l’église, sur le vivier et sur la glacière pour un montant de 1 375 000 € TTC. En 2003-2004, des travaux de consolidation ont été réalisés sur les planchers du bâtiment des étrangers, attaqués par la mérule.

Le présent projet porte sur la remise en état des toitures et des planchers du bâtiment de la porterie qui se compose de trois pavillons principaux. Ces travaux ont été scindés en trois tranches fonctionnelles pour un montant global de 1 350 000 € TTC. La première tranche  (400 000 €) concernant le pavillon Est a été réalisée en 2008. L’opération actuelle financée au titre du plan de relance concerne le pavillon central pour un montant de 500 000 €. Cette opération a démarré début avril 2009 et devrait se terminer fin novembre 2009.

Catégorie patrimoineCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2020
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+