Tag Archive | "Albert Philip"

Crise du lait: l’Isère entend jouer tout son rôle


Tous les acteurs de la filière lait étaient réunis ce matin à la préfecture pour une table ronde autour du préfet Albert Dupuis , de Christian Nucci, vice-président du CG38 chargé de l’agriculture, des parlementaires isérois (1) et de la DDAF. Les quatre organisations syndicales étaient représentées : Jean Robin-Brosse et Sylvie Fanjat pour la FDSEA, Aurélien Clavel et Emmanuel Berthier pour les JA, Marie Clavel pour la Confédération paysanne, François Ferrand, Pierre Mongellaz et Jean-Louis Ogier pour la Coordination rurale.

Ce premier tour d’horizon sera suivi d’un second qui se déroulera mardi 29 septembre au Conseil général de l’Isère à partir de 10h.

NucciA l’issue de cette réunion, le préfet Philip a souligné « la mobilisation de l’ensemble des acteurs, qui se sont exprimé avec beaucoup de force et de conviction ».

Il ajoute : « Nous avons exprimé le souhait et la volonté de faire part de la position de l’Isère dans ce débat. C’est un signe fort de la part des pouvoirs publics quant à la prise de conscience de la situation. L’Isère entend jouer tout son rôle dans cette réflexion. Nous prendrons nos responsabilités, chacun dans sa sphère de compétences ».

Le débat est donc amené à se poursuivre mardi prochain au CG38. Christian Nucci, à l’occasion de la foire de Beaucroissant, avait lancé l’idée d’un diagnostic de l’agriculture iséroise et d’une motion affichant clairement les ambitions de l’Isère dans ce domaine. La réunion du 29 septembre en sera l’occasion.

« Nous allons rédiger la copie de l’Isère pour l’agriculture, confirme Christian Nucci. Ce matin, c’est dans un climat de grande tristesse et de grande franchise qu’une détermination unanime s’est exprimée pour faire des propositions au ministre de l’Agriculture, lui donner du grain à moudre en vue de la prochaine réunion de Bruxelles. Si nous n’intervenons pas, ce sont des pans entiers de la politique d’aménagement du territoire que nous allons perdre. Sur le fond, c’est une nécessité d’introduire de la régulation et, peut-être, de sortir l’agriculture de l’OMC .».

L’agriculture de montagne (lire notre article) risque, avant les autres, de faire les frais de la déréglementation du marché qui frappe pratiquement toutes les productions. L’Isère , qui ne pourrait accepter que sa spécificité montagnarde soit ainsi mise à mal, aura à cœur de souligner l’urgence qu’il y a à renverser la vapeur, d’une façon ou d’une autre.

Pour leur part, les leaders de la Coordination rurale, Jean-Louis Ogier et François Ferrand, tout en ironisant sur « la réunionite » actuelle, estiment que leur action de grève lancée le 11 septembre (suspendue jusqu’au 5 octobre, date de la réunion de Bruxelles) a été positive : « Notre action a porté ses fruits. Nous avons infléchi la position gouvernementale, 20 pays se sont ralliés à notre cause. Et cela, malgré l’opposition de l’organisation majoritaire qui a tout fait pour casser le mouvement ».

Pendant la trève, quelques flèches volent encore ici et là. Ces 13 jours de grève du lait ont mis les esprits en ébullition. Poursuite des échanges le 29 dans l’hémicycle Aubert-Dubayet. où le climat est d’habitude tempéré.

_________________________________________________

(1) Participaient à la réunion Didier Migaud, François Brottes, Gérard Colombier, Alain Pilaud, Jean Faure.

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Les sorbets solaires de Sylvain


Envie d’Agir est un dispositif du ministère de la Jeunesse et des Sports qui encourage, valorise l’esprit d’initiative et d’entreprise des jeunes (18-30 ans), leur créativité, leur audace et leurs talents dans tous les domaines.
Sylvain Truffet, 28 ans, bachelier et cuisinier de formation, installé depuis cinq ans à Tréminis, dans le Trièves, s’est dit que c’était peut-être une occasion pour lui de consolider son projet. Il a saisi sa chance et a eu raison. Hier soir, le préfet de l’Isère, Albert Dupuy, lui a en effet remis solennellement le diplôme du premier prix national « Envie d’agir-Défi jeunes », dans la catégorie Développement durable (photo ci-dessous).
Albert Dupuy, qui, en ces temps de crise, voit davantage à la préfecture de délégations de salariés d’entreprises en difficulté que de créateurs d’emplois, n’a pas caché son plaisir d’honorer Sylvain Truffet : « En ces temps très difficiles pour l’emploi où la pérennité des entreprises devient parfois problématique, toute volonté d’entreprendre, de la part notamment de nos jeunes générations, se doit d’être soutenue . Je suis fier de remettre cette distinction à un jeune Isérois qui a manifesté la volonté de valoriser sa formation initiale sans jamais perdre de vue le développement durable».

Un beau jour pour Sylvain Truffet qui, après cette émouvante cérémonie dans les  salons de la préfecture (1), va vite retrouver son camion et sillonner le Trièves avec sa cargaison de sorbets maison. Car, c’est ça, l’entreprise de Sylvain : un atelier itinérant de fabrication de sorbets. « Sorbet vagabond », c’est ainsi qu’il l’a baptisée. Car il a toujours eu l’esprit à battre la campagne, à l’écoute de la nature.
Après avoir été aux fourneaux quatre années dans un restaurant bio du Trièves, Sylvain s’est dit qu’il fallait passer à autre chose, viser l’autonomie :
« Dans une région rurale, il y a très peu d’opportunités d’emploi. Quand on habite ici et que l’on tient comme moi à y rester, on est pratiquement obligé de créer soi-même son activité. J’ai eu l’idée de faire des sorbets. Je trouvais intéressante l’idée d’utiliser le soleil pour produire du froid ».
Ainsi est né l’atelier itinérant de Sylvain à savoir un camion équipé de panneaux photovoltaïques suffisants pour faire fonctionner le laboratoire dans lequel Sylvain fabrique ses sorbets biologiques.
« Pour faire de bons sorbets, explique Sylvain, il faut de bons fruits. Je me déplace chez les producteurs locaux et je fais mon choix ».
Sa première saison s’est révélée satisfaisante . Sylvain vend sa production sur les événements locaux (fêtes et foires, festivals) et travaille avec un réseau de partenaires, restaurateurs et pâtissiers notamment. Une saison qui lui a permis de vérifier que son choix était le bon: c’est un job qui lui convient parfaitement:
« J’ai un grand sentiment de liberté dans mon activité. Et puis, je suis allé dans des petits villages isolés, comme Glandage, où des enfants ont pu déguster une glace pour la première fois. Ils n’en avaient jamais vu auparavant ».

La demande est croissante. L’été arrive, le thermomètre monte. Sylvain Truffet, qui a apprécié à sa juste valeur le prix Envie d’agir, qui a conforté sa volonté d’agir et son entreprise, projette d’élargir sa saison en préparant des bûches glacées pour Noël et en développant des produits à base de transformation de fruits. Les sorbets solaires de Sylvain commencent juste leur vagabondage.

______________________
(1) Quatre autres lauréats régionaux y participaient: Mathieu Audoin, Simon Descamps, Jean-Félix Fayolle et Mathieu Kruker. M.Béthune, représentant de Jeunesse et Sports Isère, Frédéric Aubert, maire de Tréminis, étaient également présents.

Catégorie on en parleCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

avril 2020
L Ma Me J V S D
« mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+