Tag Archive | "Allemagne"

L’Allemagne championne du monde.. Biassu en fait son actu..


L’Allemagne championne du monde.. Biassu en fait son actu..Il revient en particulier de sa victoire, écrasante, sur le Brésil, en 1/2 finale..

Bis

Catégorie Biassu, loupCommentaires fermés

Aide alimentaire: l’Union Européenne sabre dans les budgets


La confédération paysanne s’offusque, à travers un communiqué  de la décision de l’Union Européenne de réduire  la ligne budgétaire destinée à l’aide alimentaire. Celle ci passant de 500 à 100 millions d’euros.

« Le budget de l’Union Européenne consacré à l’aide alimentaire d’urgence vient de passer de 500 à 100 millions d’euros, mettant en péril l’existence et l’action des nombreuses organisations caritatives qui gèrent cette aide, bafouant les millions de personnes, chômeurs et travailleurs pauvres pour qui elle constitue une partie non négligeable des ressources alimentaires.

C’est à la demande de l’Allemagne qui considère que l’aide alimentaire n’est pas une question agricole, que l’Union Européenne a décidé de supprimer cette ligne budgétaire. Résultat : les organisations caritatives sont privées de ressources, les personnes qui en ont besoin sont privées d’aides et l’Union Européenne se prive d’un instrument qui est, sur d’autres continents, Etats Unis en tête, un pilier de la politique agricole.
La Confédération paysanne soutient toutes les organisations caritatives qui s’occupent de l’aide d’urgence aux démunis et s’offusque de la décision de l’Union Européenne de réduire à la peau de chagrin la ligne budgétaire destinée à l’aide alimentaire. »

Catégorie social, vie syndicaleCommentaires fermés

Intoxication alimentaire en Allemagne: mesures mises en œuvre en France


Depuis début mai, une épidémie d’intoxications d’origine alimentaire due à une bactérie, de type Escherichia coli enterohémorragique, a touché à ce jour près de 400 personnes dans le nord de l’Europe, particulièrement en Allemagne. Les premières investigations conduites par les autorités allemandes et relatives à l’origine alimentaire de cette épidémie orientent vers des concombres importés d’Espagne.

Les autorités sanitaires françaises travaillent en étroite collaboration avec leurs homologues allemandes dans le cadre des réseaux d’alerte européens. Les États membres cherchent à identifier les distributeurs qui commercialiseraient actuellement des lots de concombres suspects.

Un lot a été livré sur le territoire français. Le retrait du marché a été immédiatement demandé. Les services de contrôle s’assurent de la mise en œuvre de ces instructions.

Il y a actuellement en France trois cas suspects en cours d’investigation, en lien avec l’épidémie allemande, mais aucun cas identifié en lien avec le lot retiré en France.

Le dispositif de surveillance a été renforcé, en liaison avec l’Institut de veille sanitaire. Les professionnels de santé ont également été sensibilisés, afin qu’ils détectent et signalent les éventuels cas sur le territoire national.

La transmission de cette bactérie se fait essentiellement par l’ingestion d’aliments contaminés, cette contamination pouvant être due au contact avec les déjections d’animaux domestiques ou sauvages à un stade ou à un autre de la culture ou de la manipulation. Sa contagiosité est faible.

Dans ce contexte, les autorités sanitaires rappellent les règles d’hygiène habituelles, se laver les mains avant chaque repas et après chaque passage aux toilettes et, concernant les fruits et légumes, les laver, les éplucher ou les faire cuire avant de les consommer.

Catégorie agriculture, consommationCommentaires fermés

FILIÈRE PORCINE : Bruno LE MAIRE appelle à la solidarité de la filière et à l’intervention de l’Europe


Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, tient à marquer sa préoccupation face à la situation de la filière porcine en Europe et en France, qui connaît depuis plusieurs années des cours bas et qui subit de plein fouet la hausse importante du prix de l’alimentation animale.

Cette situation est encore aggravée par les perturbations du marché européen et notamment la chute d’un tiers du cours du porc en Allemagne.

Face à cette situation difficile pour les producteurs de porcs français, Bruno LE MAIRE a réuni ce matin les acteurs de la grande distribution. Il souhaite que les différents acteurs de la filière respectent sans délai les engagements d’étiquetage et de mise en valeur des produits français qu’ils avaient pris. Les acteurs de la grande distribution ont marqué leur accord.

Bruno LE MAIRE appelle également tous les autres acteurs de la filière à mettre en oeuvre immédiatement les engagements pris le 15 décembre dernier en faveur de l’étiquetage de l’origine des viandes françaises, vendues fraîches ou dans les produits transformés, notamment les salaisons.

Bruno LE MAIRE rappelle qu’un projet de contrat doit lui être présenté par les filières avant le 15 février prochain, afin de couvrir les agriculteurs contre la volatilité des prix de l’alimentation animale.

En complément, l’Etat se mobilise pour renforcer la compétitivité de la filière porcine française. 60M€ seront engagés sur la période 2011-2013 pour soutenir la mise aux normes des exploitations porcines françaises. Les conditions de regroupements des exploitations porcines françaises, sans augmentation significatives des effectifs, sont en outre simplifiées depuis cette semaine, pour accompagner la filière dans une restructuration des exploitations.

Par ailleurs, une réponse européenne est indispensable. Bruno LE MAIRE a saisi d’urgence la Commission européenne, la présidence hongroise du Conseil de l’Union européenne et les Etats membres. Il s’entretiendra samedi 22 janvier avec le Commissaire Dacian CIOLOS et le lundi 24 janvier avec ses 26 homologues européens réunis au Conseil à Bruxelles. Il proposera un paquet de mesures urgentes à l’échelle européenne, notamment l’aide au stockage privé, selon des modalités adaptées. Au-delà, l’ampleur de la crise nécessite la mise en place d’un groupe européen à haut niveau pour une nouvelle régulation du marché du porc.

Catégorie filière viande, porcinsCommentaires fermés

Dioxine: l’Isère touchée à travers un lot d’aliments pour animaux en provenance d’Allemagne


Le réseau d’alerte européen (RASFF), suite à l’alerte à la dioxine en Allemagne, a permis d’identifier qu’un couvoir situé dans l’Isère (38), à Vourey, a reçu un lot d’aliments issus d’un fabricant allemand. L’activité de ce couvoir est dédiée à la production d’oeufs pour la recherche et l’expérimentation et non à la production alimentaire.

D’après les autorités allemandes, les produits concernés sont conformes à la réglementation en vigueur sur la dioxine. Néanmoins, des investigations sont en cours sous la coordination de la Direction générale de l’alimentation (les prélèvements sont effectués par les services de la Direction départementale de la protection de la population de l’Isère) pour s’assurer que la concentration en dioxine de ces lots est inférieure aux normes. Par mesure de précaution, l’élevage est placé sous surveillance dans l’attente des résultats des analyses complémentaires.
Soucieuse de garantir une sécurité sanitaire totale aux consommateurs français, la Direction générale de l’alimentation, par l’intermédiaire de ses services déconcentrés, a renforcé ses enquêtes de traçabilité et continue à travailler en étroite collaboration avec ses homologues dans le cadre du réseau de vigilance européen.
L’enquête traçabilité se poursuit en Allemagne et en Europe pour identifier les lots d’aliments pour animaux mis sur le marché en provenance de ces fabricants allemands et les retirer du marché.

Catégorie agriculture, élevageCommentaires fermés

Dioxine en Allemagne: les services sanitaires français vigilants et mobilisés


Plus de 4700 exploitations d’élevages de poules, dindes et cochons allemandes, ont dû suspendre leurs livraisons après détection de résidus de dioxine dans l’alimentation animale. L’Allemagne a mis en garde tous ses partenaires de l’Union européenne via le système d’alerte qu’elle a actionné le 27 décembre dernier.

L’enquête de traçabilité se poursuit en Allemagne pour identifier les lots de produits mis sur le marché en provenance de ces exploitations et les retirer du marché.

À ce stade, aucune indication démontrant la présence de produits contaminés sur le territoire français n’a été relevée. L’unité d’alerte de la mission des urgences sanitaires de la Direction générale de l’alimentation du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, reste toutefois entièrement mobilisée et suit ce dossier heure par heure.

Soucieuse de garantir une sécurité sanitaire totale aux consommateurs français, la Direction générale de l’alimentation, par l’intermédiaire de ses services vétérinaires, a renforcé ses enquêtes de traçabilité, et continue à travailler en étroite collaboration avec ses homologues dans le cadre du réseau de vigilance européen.

Le ministère appelle également les opérateurs à renforcer leur vigilance sur les autocontrôles menés dans chaque entreprise.

Catégorie Union européenne, élevageCommentaires fermés

Le foin: très branché en Allemagne


Qui l’eût cru? Quelques agriculteurs de montagne allemands ont trouvé dans le foin une source de revenu conséquente et très écologique. Ce qui n’était auparavant que fourrage est devenu un produit naturel et sain, décliné sous différentes formes, qui fait le bonheur d’une clientèle touristique avide de bien-être.

Ca se passe dans la commune de Pfronten, dans l’Allgaü, comme le rapporte le journal Zeitenspiegel, cité par la Cipra (Commission internationale pour la protection des Alpes) dans son bulletin de mars dernier. Des esprits ingénieux ont élaboré un concept de tourisme durable du nom de Heu-Vital (heu désigne le foin au pays de Goethe), qui repose sur l’utilisation de foin de montagne dans le cadre d’offres de bien-être et médicinales. Il est précisé que le foin provient exclusivement de prairies qui ne sont fauchées qu’une seule fois dans l’année et qui ne sont ni pâturées ni fertilisées.

Que fait-on avec ce fourrage? Des tas de choses étonnantes comme des massages au foin, de l’huile de foin, des coussins de foin (qui favorisent le sommeil), des bains de foin (on enveloppe la personne de sachets de lin remplis de foin et de plantes aromatiques, chauffés à la vapeur à 50°C), des produits cosmétiques à base de foin et même de l’eau-de-vie de foin!

Cette trouvaille de marketing a, semble t-il, permis à plus d’un agriculteur de montagne d’arrondir ses fins de mois tout en contribuant à la sauvegarde du paysage. Mais si l’exploitant agricole profite de cet engouement, excellent faire-valoir pour la commune de Pfronten, toute la filière touristique en profite: l’aubergiste et l’hôtelier y trouvent aussi leur compte. La clientèle veut à tout prix goûter au foin de montagne!

Catégorie natureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mai 2020
L Ma Me J V S D
« avr    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+