Tag Archive | "ANEM"

 » Non à l’abandon de la montagne « 


Le nouveau président de l’association nationale des élus de montagne, Laurent Wauquiez  met en garde contre l’abandon des territoires de montagne et demande une nouvelle loi montagne à Manuel Valls. v

D’entrée de jeu il a indiqué que  » lorsqu’il s’agit de montagne il n’y a aucun clivage entre la droite et la gauche. Nous sommes tous soudés: il n’y a qu’un parti: celui de la montagne ». Il faut rappeler que Laurent Wauquiez est de droite alors que Marie-Noëlle Battistel, secrétaire générale, députée de l’Isère est de gauche..

 » On ne traite pas la montagne comme les autres territoires, chez nous la neige et le relief changent tout. Les distances comme les coûts, les routes, les services publics, les infrastructures coutent plus chers. Reconnaître avec équité la montagne, c’est respecter cette différence.

Aujourd’hui la montagne est inquiète. On a le sentiment que la République serait tentée de tourner le dos à la montagne. Ce serait une lourde erreur. La Montagne est une chance pour la République. Nous sommes des territoires vivants, nous avons des projets, il faut juste donner à la Montagne les moyens de ses ambitions. »

Il a précisé que l’ANEM a quatre revendications bien précises:

-La place de la Montagne dans la future organisation territoriale

- Les évolutions financières.

- Les normes

- Les services au public.

 » Voilà pourquoi, les élus de la montagne demandent la convocation du Conseil national de la montagne et nous souhaitons que 30 ans après sa promulgation, nous puissions travailler à une nouvelle loi montagne. Elle permettrait de donner une nouvelle dynamique à la Montagne et d’apporter une nouvelle actualité à notre histoire. »

Et de conclure:  » La montagne est une chance pour la république, la république à le devoir de veiller sur elle…. »

Catégorie montagneCommentaires fermés

La montagne est l’avenir de la France


Au cours du 30e Congrès de  l’Association nationale des élus de la montagne organisé ces 16 et 17 octobre à Chambéry, Laurent Wauquiez, député-maire du Puy-en-Velay, a été élu président de l’ANEM succédant ainsi à Frédérique Massat, députée de l’Ariège, arrivée au terme de son mandat.

Marie Noëlle Battistel, députée de l’Isère, est la nouvelle secrétaire générale

Laurent Wauquiez a rappelé au Premier ministre que «la montagne est vivante» et qu’«elle doit le rester».

A cet égard, le président de l’ANEM a demandé la convocation du Conseil national de la montagne pour préparer une nouvelle loi Montagne. Le Premier ministre a répondu positivement afin «de renouveler le cadre indispensable des territoires de montagne».

A propos de la réforme territoriale, il a souligné les deux principes qui guident son action: efficacité et proximité de l’action publique.

« Je veux faire confiance aux acteurs locaux qui connaissent leurs territoires», a-t-il indiqué, ajoutant «

Si la loi doit s’appliquer partout, il faut tenir compte des spécificités géographiques et économiques».

Le Premier ministre s’est également déclaré favorable à la valorisation de l’apport de la montagne dans la fourniture de l’eau à la nation. «

Aider les territoires de montagne, c’est encourager la réussite économique de notre pays», avant de développer les aides économiques du gouvernement aux agriculteurs de montagne et de conclure par un vibrant «La montagne est l’avenir de la France».

Trois autres ministres accompagnaient Manuel Valls à Chambéry.

Lors du débat sur la représentation de la montagne dans la nouvelle organisation territoriale, Marylise Lebanchu, ministre de la décentralisation et de la fonction publique, a estimé notamment que les intercommunalités sont censées donner davantage de ressources aux territoires.

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture a, lui aussi, voulu rassurer les élus en rappelant que,dans la loi d’Avenir, les objectifs de prélèvement des prédateurs sont plus élevés et les moyens en augmentation. A propos de la directive nitrates pour éviter les pollutions, le ministre a confirmé que les charges ne doivent pas être supportés par les éleveurs.

De son côté, Sylvia Pinel, ministre du Logement et de l’Égalité des territoires, est revenue sur les Assises de la ruralité lancées il y a un mois. « Il faut cesser d’opposer les territoires», a-t-elle lancé.

Les sept ateliers organisés dans différents territoires ruraux donneront la parole à des acteurs de terrain, élus ou représentants d’associations.

Enfin, au cours de ces deux jours, l’ANEM a rendu un émouvant hommage à ses 14 anciens présidents depuis 1984.

Catégorie A la une, montagneCommentaires fermés

Chambery: congrès de l’ANEM


Le congrès national de l’association des élus de montagne se tiendra à Chambéry les 16 et 17 octobre. A cette occasion l’ANEM fêtera son trentième anniversaire.

Deux journées de débats, en présence de plusieurs membres du gouvernement dont Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture et de la forêt, et le premier ministre Manuel Valls.

Programme

Jeudi 16 octobre 2014

14h10 – Allocution de Sylvia PINEL, ministre du Logement et de l’Égalité des territoires et de la Ruralité
14h40 – Table ronde : Quels services au public, avec quels moyens pour la montagne demain ?
« Labellisé Assises de la Ruralité »

16h30 – Table ronde : Les 30 ans de l’ANEM et de la loi montagne
18h15 – Allocution de Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt, porte-parole du gouvernement.

20h30 – Soirée de Gala en hommage aux anciens présidents en présence de Marylise LEBRANCHU, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique

Vendredi 17 octobre 2014

09h45 – Table ronde : Quelle représentation et quelles capacités pour la montagne dans la nouvelle organisation territoriale de la République?

Grand témoin Marylise LEBRANCHU, ministre de la Décentralisation, et de la Fonction publique

12h15 – Discours du nouveau président
12h30 – Discours de clôture par le Premier ministre Manuel VALLS

PROGRAMME

Jeudi 16 octobre 2014

14h10 – Allocution de Sylvia PINEL, ministre du Logement et de l’Égalité des territoires et de la Ruralité
14h40 – Table ronde : Quels services au public, avec quels moyens pour la montagne demain ?
« Labellisé Assises de la Ruralité »

16h30 – Table ronde : Les 30 ans de l’ANEM et de la loi montagne
18h15 – Allocution de Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt, porte-parole du gouvernement.

20h30 – Soirée de Gala en hommage aux anciens présidents en présence de Marylise LEBRANCHU, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique.


Vendredi 17 octobre 2014

09h45 – Table ronde : Quelle représentation et quelles capacités pour la montagne dans la nouvelle organisation territoriale de la République?

Grand témoin Marylise LEBRANCHU, ministre de la Décentralisation, et de la Fonction publique

12h15 – Discours du nouveau président
12h30 – Discours de clôture par le Premier ministre Manuel VALLS

Pour consulter le programme détaillé, cliquer ici.

INSCRIPTIONS

Accédez à l’inscription en ligne
L’inscription au congrès de l’ANEM est nominative et individuelle.

NAVETTES CONGRES
Détail des horaires dans le document ci-contre

HEBERGEMENT
Vous trouverez la liste des hôtels à proximité du congrès dans le document ci-contre. Lors de votre réservation auprès de ces établissements, n’oubliez pas de mentionner votre participation au 30e Congrès de l’ANEM.

ACCES AU CONGRES (consulter l’ensemble des informations ci-contre)

VISITES POST CONGRES
Si vous souhaitez prolonger votre séjour sur Chambéry, l’Office de tourisme de Chambéry vous propose une palette d’activités et d’excursions. Pour en savoir plus, consulter les offres ci-contre.

– See more at: http://www.anem.org/congres.asp#sthash.DPgDR4U6.dpuf

Pour consulter le programme détaillé, cliquer ici.

Deux journées de débats, en présence de plusieurs membres du gouvernement et du Premier ministre, Manuel VALLS, lors de la conclusion des travaux le vendredi.
- See more at: http://www.anem.org/index.asp#sthash.I8fqHcep.dpuf
Deux journées de débats, en présence de plusieurs membres du gouvernement et du Premier ministre, Manuel VALLS, lors de la conclusion des travaux le vendredi. – See more at: http://www.anem.org/index.asp#sthash.I8fqHcep.dpuf
Deux journées de débats, en présence de plusieurs membres du gouvernement et du Premier ministre, Manuel VALLS, lors de la conclusion des travaux le vendredi. – See more at: http://www.anem.org/index.asp#sthash.I8fqHcep.dpuf

Catégorie montagneCommentaires fermés

Congrès de l’association des élus de montagne


Le président et la secrétaire générale de l’ANEM, Vincent DESCOEUR, député du Cantal et Chantal ROBIN-RODRIGO, députée des Hautes-Pyrénées, se sont félicités de la forte mobilisation des élus des 6 massifs, lors du 27e congrès de l’Association, qui se tenait les 6 et 7 octobre, à Bonneville (Haute-Savoie) dont le maire, Martial SADDIER, est le président de la commission permanente du Conseil national de la montagne.

Devant des centaines de congressistes, Philippe RICHERT, ministre chargé des Collectivités territoriales, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement et Bruno LE MAIRE, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire, Patrick OLLIER, ministre chargé des Relations avec le Parlement, ont réaffirmé la spécificité des territoires de montagne et la nécessité d’une politique ambitieuse défendue par les élus de l’ANEM.

De nombreux thèmes ont été abordés, de la réforme territoriale et fiscale, à l’école rurale en passant par le déploiement du très haut débit ou à l’hydroélectricité. Les débats ont été fournis.

Les élus de la montagne déplorent trop souvent ne pas retrouver l’esprit de la loi dans l’élaboration des schémas départementaux de coopération intercommunale et demandent des délais supplémentaires, si besoin. Ils rappellent également que, de par la loi, le seuil de 5 000 habitants imposé aux intercommunalités n’est pas impératif en montagne. Tous considèrent que la construction de l’intercommunalité demande du temps, une harmonisation des compétences et des financements. Philippe RICHERT a précisé que « la date du 31 décembre n’est pas une échéance couperet. Le schéma ne sera mis en oeuvre qu’avec l’accord des élus ».

Concernant l’école, les élus ont insisté sur la nécessité de limiter les temps de transports scolaires à trente minutes et dénoncent une gestion des postes désormais à flux tendus. Ils attendent une réponse appropriée du ministre de l’Éducation nationale sur les spécificités de l’école en montagne.

En ce qui concerne le déploiement du très haut débit, les congressistes ont rappelé les difficultés liées à la géographie et à l’éloignement des centres urbains… De nombreux élus s’inquiètent de voir apparaître une nouvelle exclusion des zones de montagne de l’accès à un réseau essentiel pour l’avenir des populations et des activités économiques. C’est pourquoi, Vincent DESCOEUR a annoncé qu’il déposera une proposition de loi conjointement avec Chantal ROBIN-RODRIGO.

Bruno LE MAIRE a assuré que l’accès« égalitaire » au numérique constitue une priorité et qu’un effort particulier de l’État sera fait pour les zones de montagne.

Par ailleurs, à l’issue de son intervention en tribune, le ministre de l’Agriculture a reçu une délégation d’élus et de professionnels représentatifs des organisations agricoles de massif. Accueillant positivement leurs propositions pour la prochaine réforme de la politique agricole commune, il a annoncé qu’il « faisait son affaire » de l’organisation des producteurs en filières, déterminante pour la pérennité de l’agriculture en montagne, et a décidé de réunir prochainement le groupe montagne de son ministère pour approfondir la réflexion de façon conjointe.

Interpelé par les élus à propos d’un rapport sur les 25 ans de la loi Montagne remis au Premier ministre en 2010, le ministre a affirmé qu’il s’agit « d’un mauvais rapport ». Il a indiqué qu’une large concertation serait organisée avec le conseil national de la montagne (CNM) et annoncé sa convocation pour le 17 novembre 2011.

De son côté, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, envisage « de travailler sur un arrêté permanent de périmètre, sur lequel le tir de défense contre le loup, serait autorisé sans autorisation administrative ».

Enfin, Patrick OLLIER a assuré les congressistes de son soutien dans leurs efforts destinés à offrir à la montagne un avenir prometteur. Dans le même esprit, le président de l’Assemblée nationale, Bernard ACCOYER, s’est exclamé : « Le combat de la montagne, c’est le combat de l’homme, c’est le combat de la France ».

Le prochain congrès de l’ANEM aura lieu les 25, 26 et 27 octobre 2012, à BASTELICA, dans le massif de Corse.

Motions des élus de la montagne à télécharger:


Téléchargez la motion 1 : Bilan des 25 ans lois montagne

Téléchargez la motion 2 : Intercommunalité

Téléchargez la motion 3 : Finances locales

Téléchargez la motion 4 : Ecole

Téléchargez la motion 5 : Très haut débit

Téléchargez la motion 6 : Agriculture

Téléchargez la motion 7 : Loup

Catégorie A la une, alpages, loup, montagneCommentaires fermés

Pour une montagne connectée aux enjeux du XXIème siècle


Exception montagne et intercommunalité, renforcement de la péréquation financière, urgence du
déploiement du très haut débit, préservation de l’école en montagne… seront parmi les grandes
questions traitées lors du 27ème Congrès de l’ANEM du 6 au 8 octobre à Bonneville (Haute-Savoie), en
présence de quatre ministres (voir prises de parole sur le site www.anem.org) :
- Philippe RICHERT, ministre chargé des Collectivités territoriales,
- Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des
Transports et du Logement,
- Bruno LE MAIRE, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de
l’Aménagement du territoire,
- Patrick OLLIER, ministre chargé des relations avec le Parlement et ancien président de l’ANEM.

Promoteurs d’une politique nationale et européenne de la montagne, les élus aborderont des thèmes majeurs
pour l’avenir de près d’un quart du territoire national et présenteront leurs propositions :
La réforme territoriale et la nouvelle carte intercommunale : comment la réussir en montagne ? Les élus de
l’ANEM, très attentifs au respect de l’exception montagne qui permet de déroger au seuil minimal de 5 000
habitants pour créer ou étendre une intercommunalité, veulent les moyens et le temps de la concertation pour
une intercommunalité de projet, voie obligée pour que nos collectivités adhérent à la réforme.

Renforcement de la péréquation verticale et horizontale : quelle solidarité financière entre les territoires, au
nom de la solidarité nationale ? Quelles garanties pour les collectivités les plus démunies ? Après la suppression de la taxe professionnelle et le gel de ses dotations pour 3 ans, l’État affiche son intention d’accentuer la péréquation verticale et de développer la péréquation horizontale.

L’urgence du déploiement du très haut débit en montagne : en matière d’aménagement numérique du territoire,
que faire pour éviter une nouvelle exclusion des zones rurales et de montagne de l’accès à un réseau structurant et d’avenir, comme cela a failli être le cas voici bientôt un siècle pour l’électrification ?

La spécificité de l’école en montagne enfin admise ? Depuis le début de l’année, des élus protestent contre les
fermetures de classes et les suppressions de postes d’enseignants. La création par le ministre de l’Éducation d’un groupe de travail sur les spécificités de l’école en montagne et sa reconnaissance récente par le juge administratif sont-ils les signes annonciateurs d’une prise en compte de l’exception montagne ?

Toutes ces questions cruciales doivent s’intégrer dans une approche globale pour relancer une politique
nationale de la montagne qui passe par une loi modernisation et d’actualisation de la loi de 1985, revendiquée
par Vincent DESCOEUR, député du Cantal, et Chantal ROBIN-RODRIGO, députée des Hautes-Pyrénées,
respectivement Président et Secrétaire générale de l’ANEM.

Inscriptions, informations pratiques et programme détaillé sur : www.anem.org

Catégorie montagneCommentaires fermés

L’Isère en force sur le SAM


L’Isère est au SAM de Grenoble (21-23 avril Alpexpo), salon mondial de l’aménagement durable en montagne. Et en bonne place. Sous une bannière commune « Made in Isère », le stand isérois regroupe plusieurs entreprises, collectivités, organismes consulaires, participant à  l’économie montagnarde et au développement durable. Une démarche partenariale originale pour cet événement qui attire des visiteurs de 57 pays.

Sur l’espace « Made in Isère », on trouve AEPI, Ascenso, Auphys Technologie, CCI de Grenoble, CG38, Faure automatisme, Grenoble Alpes Métropole, Ives, Ludequip, Mayonnaise, MTC SAS, Neptune, Internet Services, Pays du Grésivaudan, Pays voironnais, Switch, Telnowedge, Triode+, UXP, Ville de Grenoble.

François Montes, PDG de Gimar Montaz-Mautino, présente le dispositif de sécurité mis au point par GMM et utilisable par toutes les remontées mécaniques.

François Montes, PDG de Gimar Montaz-Mautino, présente le dispositif de sécurité mis au point par GMM et utilisable sur toutes les remontées mécaniques.

On trouvera aussi sur le SAM des entreprises iséroises qui sont des fleurons historiques du transport par câble, présentes sur ce salon international depuis sa création. Gimar Montaz Mautino (GMM), dont le siège est à Echirolles, en est une. Sur son stand,  plusieurs innovations parmi lesquelles une poulie téleski avec roulement à cartouche, un enrouleur magnétique, et un dispositif de sécurité permettant de détecter la perte ou le blocage d’un galet, ou un déraillement.

Cette cabine doit prochainement traverser l'Atlantique. Poma construit un tramway aérien qui reliera l'île Roosevelt à Manhattan.

Cette cabine doit prochainement traverser l'Atlantique. Poma construit un tramway aérien qui reliera l'île Roosevelt à Manhattan.

Pomagalski (dont le siège est à Voreppe) expose, pour sa part la fameuse cabine (110 places) fabriquée à Veyrins (Isère) qui reliera l’île Roosevelt à Manhattan en traversant l’East River. Une opération hors normes dans un environnement hors normes . Ce téléphérique, réplique du « Vanoise express », démontre que le transport par câble peut s’inscrire dans des environnements variés et notamment urbains.

Et la pluriactivité montagnarde?

Le SAM n’est-il que le salon des exploitants de domaines skiables et des industriels des sports d’hiver ? Il l’est devenu, c’est un fait, en grande partie. A sa première édition, en 1974, et jusque dans les années 80, l’économie alpestre avait toute sa place, avec vaches et fromages. La création d’un salon de l’agriculture dauphinoise (SAD) entraîna un transfert des bestiaux du SAM au SAD avant que ce dernier ne s’arrête définitivement en 1999.

Mais Laurent Reynaud, qui dirige le SNTF (syndicat national des téléphériques de France) semble regretter que tous ceux qui participent à l’aménagement, à l’entretien, à la vie socio-économique de ces territoires, d’une façon ou d’une autre, ne soient pas plus présents au SAM de Grenoble :

« Les stations sont certes un moteur essentiel pour l’économie montagnarde mais elles sont ancrées dans le territoire. Les liens organiques existent, en termes de pluriactivité, avec les forestiers, les agriculteurs, les BTP, et tous ceux qui développent des produits de terroirs. Les retombées fiscales ou autres du tourisme doivent nous relier à l’aménagement de la montagne et réconcilier les différents acteurs sans les opposer.  Si nous voulons que ce SAM soit celui du développement durable, il ne peut oublier les liens vivants entre la vallée et les cimes ».

Ce 19e SAM a-t-il réussi cette osmose parfaite souhaitée par Laurent Reynaud ? L’association nationale des élus de montagne (ANEM)  qui organisait aujourd’hui un colloque sur le thème « Pour une mobilité durable: le savoir-faire des élus et des acteurs économiques de la montagne » , a certainement un avis sur la question. Mesdames et Messieurs les élus, votre avis nous intéresse. Donnez-le nous.

Catégorie La Métro, aménagement, montagneCommentaires fermés

Avis de gros temps sur la montagne!


A un mois de son 25e congrès national (22, 23, 24 octobre à L’Argentière-La Bessée), l’ANEM a réuni ce matin à Grenoble dans l’hémicycle Aubert-Dubayet (CG38) les élus de montagne isérois pour un tour d’horizon des problèmes actuels et à venir. Au sommaire, la RGPP, le maintien du service public postal, la TNT (télévision numérique terrestre) et le haut débit internet, la réforme de la TP (taxe professionnelle), la crise du lait, la taxe carbone, etc.

Un catalogue assez lourd d’inquiétudes qui incite le président Henri Nayrou à diffuser un bulletin météo alarmiste: « Avis de gros temps sur la montagne », a t-il répété ce matin comme il l’avait déjà fait à Saint-Flour l’an dernier à l’occasion du congrès de l’association. Comme quoi, le temps n’est pas à l’amélioration.

En septembre, compte tenu de la situation, l’ANEM demandait la saisine du CNM (Conseil national de la montagne) instance représentative qui ne s’est pas réunie depuis plus de 3 ans. Cet appel a été entendu. Henri Nayrou a en effet annoncé ce matin que  le CNM se réunira le 3 novembre prochain à Paris sous la présidence de François Fillon.

ANEM

Autour du président Henri Nayrou, député de l’Ariège, deux députés de l’Isère, anciens présidents de l’ANEM, à savoir Didier Migaud et François Brottes, Annie David, sénatrice de l’Isère, Christian Pichoud, conseiller général de l’Isère.

Au fil des interventions (par chapitre) :

RGPP : tenir compte de la spécificité montagne

Principe : l’ANEM soutient que la montagne, enjeu essentiel d’aménagement du territoire, doit être lisible dans le futur paysage institutionnel des collectivités du point de vue de leur organisation, de leurs compétences et de leurs moyens financiers. Elle demande que l’article 1 de la loi Montagne soit respecté (spécificité montagne).

« Plus on éloigne les centres de décision des fonds de vallée, plus il y aura de problèmes pour ces fonds de vallée », dit Henri Nayrou.

TP: on manque de simulations

Principe : l’ANEM s’inquiète des conséquences de la baisse de la dotation de compensation de la taxe professionnelle et de celle de la compensation de l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés non bâties agricole, instituée depuis 2006 pour les communes. Cette réduction risque à nouveau de pénaliser les collectivités rurales et de montagne les plus fragiles : les communes et leurs établissements de coopération, de même que les départements et les régions, pour lesquels cette taxe constitue une part significative de leurs recettes.

Didier Migaud : « La réforme s’appliquera aux entreprises dès 2010 et aux collectivités locales en 2011. Il est vrai que nous manquons de simulations en ce qui concerne les collectivités territoriales, les conseils généraux et régionaux .»

TNT: gare aux écrans noirs!

Principe : l’ANEM redoute que l’arrivée prochaine de la télévision numérique n’induise pour les téléspectateurs une injustice d’ordre technique, géographique ou économique. En septembre, l’association a signé une motion exigeant l’égalité entre tous les Français pour l’accès à la TNT, en tout point du territoire.

François Brottes : « Je sens le hold-up d’envergure pour ce qui concerne la TNT. Ca va très mal se passer ! Nous sommes obligés de passer d’un système à l’autre, sans alternative, et l’on ne pourra échapper aux écrans noirs ! Les chaînes de télé, qui vont faire des économies substantielles ne veulent plus financer l’entretien des émetteurs dans nos montagnes. Je dis aux élus : accrochez-vous à vos émetteurs hertziens! Et empêchez leur démontage. Avec une parabole, on peut recevoir l’internet  haut débit mais pas l’envoyer. Alors que les émetteurs hertziens le peuvent. On n’a aucun intérêt à ce qu’ils soient démontés. Les montagnes vont payer les pots cassés et devront se passer du haut débit. Les élus ne doivent rien lâcher sur ce dossier. Partout où il y a des émetteurs, il faut les maintenir ».

Service public postal: un lien social à préserver

Principe : l’ANEM redoute que le changement de statut de l’entreprise publique La Poste ne se fasse au détriment des usagers. Les élus de  montagne réclament des garanties sur le maintien du périmètre des missions de service public et d’aménagement du territoire. La présence postale constitue en montagne un facteur essentiel d’attractivité et d’ancrage de la population sur le territoire.

Henri Nayrou : « L’avenir de la Poste, c’est la banque postale. qui est perçue comme un établissement bancaire refuge pour les personnes isolées et défavorisées. Il faut que ses guichets soient ouverts au plus grand nombre ».

Pierre Buisson, maire de Méaudre et conseiller général : « Je réfléchis sérieusement à Méaudre à l’éventualité de créer une agence postale ».

A propos du rôle social du facteur :

Henri Nayrou : « Allez parler à des pontes parisiens du lien social que représente le facteur dans nos campagnes et nos montagnes! Vous prenez le risque de vous faire rire au nez ! »

Annette Pellegrin, maire et conseillère générale de Mens : « La liste des médicaments et des courses que l’on confie au facteur, ça se pratique depuis longtemps ! Si vous voulez vous battre là-dessus, entourez vous de quelques facteurs ruraux ».

Crise du lait: la montagne tient à ses agriculteurs

Principe : Pour l’ANEM, l’’agriculture constitue un secteur d’activité essentiel qui contribue pleinement à l’économie de marché, et reste le pivot central de certaines économies locales, et en tout premier lieu en montagne.

Henri Nayrou : « Lundi, nous avons rencontré le ministre de l’Agriculture et il semble qu’il ait capitulé devant la question des quotas. Nous demandons une régulation du marché, le maintien des quotas  et, dans l’immédiat, une aide de trésorerie aux éleveurs ».

Charles Galvin : « On place l’agriculture sur le plan économique, on en parle en termes de productivité, de compétitivité. Tout cela n’a pas de sens dans les territoires de montagne. Chez nous, on risque de fermer des alpages. Alors, on verra des Canadair venir  éteindre les incendies. Car sans bétail, plus d’entretien. Ce dont on a besoin, c’est d’une bonne gestion du marché. Avec Christian Nucci, nous allons demander au préfet une conférence sur l’avenir de l’agriculture en Isère».

François Brottes : « Les élus de la montagne doivent rencontrer les organismes professionnels pour voir s’il y a des possibilités de mutualiser la commercialisation du lait ».

Catégorie aménagement, montagneCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2020
L Ma Me J V S D
« oct    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+