Tag Archive | "AOC Bois de Chartreuse"

AG de l’association des communes forestières de l’Isère


La 63ème Assemblée Générale de l’Association des Communes Forestières de l’Isère se tiendra le
Samedi 17 juin 2017 à St Pierre de Chartreuse dans le cadre de la fête de forêt de montagne.

L’ordre du jour sera le suivant :

9h30 – Accueil des participants
9h45 – Mots d’accueils
10h – 63ème Assemblée Générale
- Approbation du procès-verbal de l’AG du 17 septembre 2016
- Approbation des comptes de l’exercice 2016
- Rapport moral et d’activités
- Réforme du barème de cotisations
10h50 – Actualités politiques forestières
11h30 – Présentation de la démarche AOC Bois de Chartreuse par le
Comité Interprofessionnel des Bois de Chartreuse
12h – La forêt de Chartreuse, une Forêt d’Exception ® par
Office national des Forêts
12h30 – Clôture de la 63e Assemblée Générale

Samedi 17 juin 2017 de 09h30 à 13h00
Salle Hors-sac
Baffardière,

38380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE


Catégorie forêtCommentaires fermés

15e Fête de la Forêt de Montagne


L’Association des commune forestières de l’Isère organise les 15-16-17-18 juin 2017 la 15e édition de la Fête de la Forêt de Montagne à destination du grand public et des professionnels de la filière forêt-bois à Saint-Pierre de Chartreuse.

Manifestation bisannuelle de plein air, habituellement organisée le temps d’un weekend, elle se déroule à chaque édition sur un massif montagneux différent (Chartreuse, Oisans, Belledonne, Trièves, Vercors…) et ce depuis 1989. L’évènement accueille entre 2000 et 8000 personnes selon les années.
Cette manifestation s’adresse à un public large et varié : grand public aussi bien rural qu’urbain, scolaires mais également professionnels et acteurs clés du secteur.

La forêt de la Grande Chartreuse

La manifestation aura lieu pour la deuxième fois à Saint Pierre de Chartreuse, au coeur de la forêt de la Grande Chartreuse, plus grande forêt domaniale de la région. Fort du succès de l’édition 1998 qui avait connu une affluence record de 8000 personnes, l’Association des communes forestières de l’Isère et l’ensemble de ses partenaires s’attachera à réitérer un tel succès.
Par ailleurs, le massif forestier de la Grande Chartreuse est un patrimoine remarquable et reconnu, récemment couronné par le label « Forêt d’exception ® » et bientôt porteur de la première AOC pour les produits ligneux, l’AOC Bois de Chartreuse. La Fête de la Forêt de Montagne est une réelle opportunité de mettre en lumière ces particularités qui confèrent à la Chartreuse une identité territoriale forte.

Pourquoi un tel évènement ?

La Fête de la Forêt de Montagne a pour vocation de sensibiliser et éduquer le public au monde de la forêt de manière ludique et festive.
Pourvoyeuse de presque 7000 emplois directs et indirects en Isère, la filière forêt-bois fait partie intégrante du tissu économique local : elle représente un moyen de maintenir le dynamisme des territoires ruraux.
Le bon fonctionnement de cette filière est cependant freiné par divers problèmes : acceptabilité sociale des travaux forestiers, difficulté d’exploitation des bois liée au relief, déséquilibre entre produits offerts par la forêt et produits demandés par les acheteurs…
La Fête de la Forêt de Montagne se veut ainsi faire découvrir au plus grand nombre la filière forêt, ses métiers, pratiques et savoir-faire en créant proximité et convivialité entre grand public et acteurs de la filière forêt/bois.


Vous trouverez toutes les informations sur sillon38.com, partenaire média de cet évènement.

Catégorie A la une, forêtCommentaires fermés

Renconcre avec Dominique Escaron, Président du Parc Régional de Chartreuse


Dominique Escaron, maire du Sappey en Chartreuse a été élu président du Parc Régional de Chartreuse. Il succède donc à Eliane Giraud.

 » Le Parc est un outil essentiel pour assurer la cohérence de notre territoire. C’est un espace de vie, d’accueil, un espace économique, un espace de forêt, agricole.. qu’il faut respecter, préserver, entretenir… » dit-il sans détours.. » Le Parc a une forte activité touristique qu’il faut développer, adapter à la demande..La chartreuse a vocation d’attirer les touristes tout au long de l’année. Cependant c’est l’hiver, avec les activités liées à la neige qui financent l’été.. »

esLe Président du Parc de Chartreuse est très enthousiaste quant au  plan neige annoncé quelques jours plus tôt par le Président de Région Laurent Wauquiez.  » Enfin on pense aux stations de moyenne montagne, aux petites stations. Ce plan neige est une formidable bouffée d’oxygène pour nos stations.  »

La station de St Pierre de Chartreuse est en grande difficulté financière.  » Elle a souffert d’absence d’aides tant du département que de la région, lors des mandatures précédentes. Oui la situation de St Pierre est préoccupante mais ça va bouger. Un portage nouveau va être mis en place. Le département, la région, le Parc, la communauté de communes  sont mobilisés. Tout devrait s’arranger. »

La Chartreuse n’est pas que ski..  » La Chartreuse est connue mondialement..Elle attire grâce à une multi-offre: sportive mais aussi familiale, historique, nature, sans oublier le patrimoine, le terroir.. « 

Un gros problème à soulever: les voies de communication.. » Oui c’est un problème très grave.. Il est plus possible de traverser Grenoble..et donc de monter en Chartreuse.. C’est un véritable handicap.. Je rajouterai le volet économique. A Grenoble on fait tout pour rejeter la circulation automobile, celle des camions.. Les camions de grumes ne peuvent plus traverser Grenoble.. « 

Puisque l’on parle de bois, évoquons l’AOC bois de Chartreuse:  » ça avance! son obtention donnera un super coup de fouet économique à toute une filière, celle du bois, mais bien au delà.  »

boisLe Comité interprofessionnel du bois de Chartreuse porte la démarche. Parmi les objectifs, outre celui de valoriser le bois de Chartreuse il s’agira de structurer la filière et de maintenir les scieries en place. Il en reste 9 sur l’espace Parc de Chartreuse. On en dénombrait une quinzaine il y a encore quelques années..

Un pan important de la vie du Parc, l’agriculture.  » La difficulté est bien entendu de conserver des terres agricoles et même d’en avoir plus.. » précisera le Président du Parc. Et de prendre l’exemple de sa commune du Sappey ou  » on a mis en place un Groupement foncier agricole. on a pu racheter des terres à vocation agricole et créer une activité agricole, en maraichage.. »

Le Parc de chartreuse a donc de multiples atouts.. Pour en revenir au tourisme, l’accueil est de qualité  » avec des gîtes attractifs mais le souci vient du fait qu’il y a 8000 lits sur le territoire du Parc, Chamrousse en a autant!  » il faut donc augmenter notre capacité d’accueil.. Nous allons nous mobiliser et aider les initiative qui iront dans ce sens.. »

Comme chacun sait le Parc de chartreuse court sur deux départements: Isère et Savoie  » Ce n’est pas gênant, il ne s’agit que d’une frontière administrative. Il existe une cohérence du territoire, donc une cohérence dans les actions menées.. »

Des actions qui sont nombreuses…

Gilbert PRECZ


Catégorie A la une, parcsCommentaires fermés

AOC bois de Chartreuse: le dossier avance..


Les bois de chartreuse pourraient obtenir une AOC..

C’est pour valoriser ses bois que le Comité Interprofessionnel du Bois de Chartreuse, soutenu par le Parc, a initié une démarche de reconnaissance en Appellation d’Origine Contrôlée pour le bois de Chartreuse.

L’objectif ?

Démontrer la typicité de la richesse naturelle, de la production et de la transformation des bois de Chartreuse. Une démarche innovante puisque l’AOC porte aujourd’hui principalement sur des produits agro-alimentaires !

L’INAO a validé en 2008 le lancement de cette procédure et soutient la démarche…puisqu’elle vient d’en accepter officiellement la demande.

Des experts vont à présent  travailler sur la délimitation exacte de l’appellation. Un calendrier prévisionnel défini par l’INAO, prévoit que cette étude concernant la délimitation du périmètre pourrait être achevée fin 2015.

Les bois de chartreuse AOC courant 2016…? C’est plus qu’une possibilité..

Catégorie A la une, Forêt de Chartreuse, forêtCommentaires fermés

AG de l’association des communes forestières de l’Isère


A l’assemblée générale de l’association des communes forestières de l’Isère, présidée par Guy Charron,  qui s’est déroulée à St Pierre de chartreuse, il a été question de l’AOC bois de Chartreuse..

il s’agit d’une démarche initiée par le Parc Régional de Chartreuse. Démarche lancée en 2005.. Pas évident au départ car s’il y a des AOC en agroalimentaire, vins, il n’en n’existe pas en bois..

A noter que l’unanimité c’est faite autour de ce projet, tant au niveau des collectivités que de l’ensemble de la filière bois.

Depuis le dossier avance, les études techniques succèdent aux études techniques, le cahier des charge évolue.. Si tout va bien, l’obtention de l’AOC est programmée pour fin 2016… chacun se plaisant à dire que la forêt de chartreuse est une forêt d’exception..et qu’elle mérite bien d’être reconnue à travers le label AOC..

L’année  2014 est une année charnière et la mobilisation doit être générale,  » tous azimuts « . Tout le monde en est conscient.. la filière bois c’est 40 000 emplois en Rhône-Alpes..

Il a été rappelé l’importance que les élus locaux soient mieux formés à la culture bois.. que l’utilisation de bois local doit être privilégié..que la loi d’avenir agricole, dans sa partie  » forêt » annonce des progrès …et en partie la reconnaissance de la forêt, du bois comme un maillon économique, environnemental indispensable pour notre pays.

galvin

Charles Galvin, au nom du conqseil Général de l’Isère a rappelé que le tiers de notre superficie départemental est recouvert par la forêt. Une forêt qui gagnez du terrain suite à la déprise agricole.  » 10 000 emplois non délocalisables en découlent, sachons les conserver..Le conseil Général poursuivra ses actions en direction de la filière bois, continuera à aider les entreprises à se moderniser.. Nous réfléchissons avec l’ensemble des acteurs de la filière bois pour gagner en efficacité.. et nous allons  » sortir au printemps un plan forestier départemental.. « 

savin

Michel Savin, sénateur, a tenu à souligner qu’au niveau de la commission forêt au sénat.. » les appartenances politiques n’ont aucun impact.. Nous travaillons pour l’avenir de la forêt.. seul bémol, les divergences géographiques, un sénateur des Landes n’aura pas les même priorités qu’un sénateur de l’Isère.. « 

brottes

François Brottes, député.. a conclu les débats par une boutade: « je ne suis pas à La Rochelle car j’ai préféré être parmi vous et parler forêt, au moins il n’y a pas de langue de bois! »..

Plus sérieusement, il s’est dit heureux que l’initiative bois de chartreuse AOC avance  » sincèrement j’ai bon espoir ».. Il a rappelé l’intérêt de la création des chartes forestières du territoire  » qui ont l’avantage de concerner l’ensemble des utilisateurs de la forêt »..et de rajouter:  » les collectivités locales, les intercommunalités, les groupements forestiers doivent se mobiliser, mener des actions concrètes car nous sommes tous conscients, gouvernement compris que la forêt, les activités qui y sont liées, tourisme compris vont aller de l’avant.. »

Et d’argumenter.. Comment concevoir que lorsque l’on fait des actions de communication sur le bois.. ce sont les pays étrangers qui en profitent.. Il faut absolument se mobiliser pour améliorer notre offre nationale, régionale, locale.. »

Il a bien entendu abordé la future loi d’avenir pour l’agriculture,  » j’ ai beaucoup travailler à son élaboration.. elle va dans le bon sens »..






Catégorie forêtCommentaires fermés

AOC Bois de Chartreuse


La démarche de reconnaissance des Bois de Chartreuse en AOC a franchi une nouvelle étape.

En effet, la première plaquette d’identification vient d’être posée sur un arbre issu d’une forêt de Chartreuse.

Ce premier temps fort sera suivi à l’automne d’un moment en scierie pour illustrer le marquage des sciages « Bois de Chartreuse ».

Une étape clé de la démarche de reconnaissance en AOC

La définition et la mise en œuvre d’une procédure de traçabilité du bois à chaque étape de sa transformation constituent une étape clé vers la reconnaissance de l’AOC “bois de Chartreuse”. Élaborée par l’ensemble de la profession, sylviculteurs, entreprises de travaux forestiers et scieurs, en lien avec les charpentiers et architectes qui mettent en œuvre les bois, le dispositif de traçabilité des bois est en cours de test. Pour l’ensemble des acteurs de la filière, il s’agit de s’assurer qu’il est fiable, viable et opérationnel.

Après analyse et bilan de cette phase de test, le fonctionnement devrait être définitivement validé et étendu marquant une étape significative vers la reconnaissance de l’AOC.

Un bon marquage garantira le suivi des bois de la parcelle forestière jusqu’au sciage. La traçabilité débute en forêt et la matinée du 26 juin a été consacrée au marquage d’un bois abattu en forêt.

C’est Patrice Saule, gérant de l’entreprise Saule Service, qui s’est chargé du chantier. L’entreprise est adhérente au Comité Interprofessionnel des Bois de Chartreuse, association en charge de la démarche AOC. L’origine des bois sera assurée par des contrôles réguliers afin que le consommateur final puisse être sûr que les bois proviennent bien des forêts de Chartreuse.

Un travail en lien direct avec la filière bois locale

Ce travail a été mené par le Comité Interprofessionnel des Bois de Chartreuse et le Parc de Chartreuse avec l’appui du bureau d’étude Céribois reconnu dans le domaine du bois (basé à Valence – présence du technicien à l’inauguration : Nicolas Hatchiguian).

Plusieurs réunions ont permis de présenter les enjeux et objectifs à l’ensemble des adhérents au CIBC.

Trois groupes de travail ont ensuite été créés afin de réfléchir aux principes à mettre en place aux trois grandes étapes de la traçabilité des Bois de Chartreuse : gestion forestière, bûcheronnage, sciage. Il ressort de cette importante phase d’échange une traçabilité adaptée aux entreprises de la filière bois de Chartreuse.

A noter que peu de territoires ont été capables d’organiser leur filière bois pour mettre en place une traçabilité à la fois crédible et adapté au fonctionnement des entreprises, c’est-à-dire sans surcoût trop importants qui plombe l’adhésion à la démarche. Être capable de prouver l’origine du bois sera un atout pour l’avenir (notion de circuit court visant à limiter les émissions de CO2 par exemple).

Une AOC bois, c’est possible

Un produit labellisé AOC bénéficie d’une protection spécifique assurant la sauvegarde des intérêts des opérateurs et des consommateurs et contribuant à accroître sa valeur. Contrepartie de cette protection forte, le produit doit répondre à un cahier des charges très strict, prévoyant notamment une habilitation des opérateurs, un suivi rigoureux des conditions de production et un contrôle des produits finis.

La mention AOC est un signe d’identification de la qualité et de l’origine d’un produit caractérisé par son origine géographique, sa typicité et le savoir-faire des opérateurs qui le produisent ou le transforment.

La loi d’orientation sur la forêt du 9 juillet 2001 (loi n° 2001-602) ouvrant aux produits forestiers la possibilité de prétendre à une appellation d’origine contrôlée (AOC), le Parc naturel régional de Chartreuse a engagé dès 2005 auprès de l’Institut national des appellations d’origine (INAO), une démarche de reconnaissance en AOC pour les bois résineux de Chartreuse.

Les produits concernés sont les sciages de grande dimension de bois résineux, sapins pectinés et épicéas, issus des forêts de Chartreuse situées dans une aire géographique délimitée. L’attestation d’origine sera attribuée au produit transformé après sciage dans l’une des scieries du massif de Chartreuse.

La Chartreuse est, avec le Jura, le premier territoire à se lancer dans la démarche de reconnaissance en AOC bois.

De nombreuses étapes ont été franchies. Le dynamisme des professionnels et propriétaires est un reconnu par l’INAO, tout comme la qualité des bois locaux et de leur transformation. Plus que jamais, l’AOC Bois de Chartreuse devient un objectif atteignable.

aoc 4 Le CIBC, garant du bon fonctionnement de la démarche

Une AOC doit être administrée par un organisme de défense et de gestion (ODG). En 2010, le Comité interprofessionnel des bois de Chartreuse (CIBC) a modifié ses statuts pour intégrer cet ODG. Ainsi, les collèges 1 (forestier) et 2 (transformateur) en font partie.

A terme, le CIBC sera le garant de l’AOC auprès des consommateurs. Il réalisera les contrôles internes et organisera les contrôles externes.

En fixant l’objectif de l’obtention d’une AOC Bois de Chartreuse, les professionnels et élus de Chartreuse se sont collectivement donnés celui de mieux défendre et valoriser la qualité et la spécificité des bois de Chartreuse mais aussi de renforcer les structures économiques sur le territoire.

Photo Jeanne Véronique Davesne/PNRC

Catégorie A la une, Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

Chartreuse: le départ de Sylvain Ougier


Sylvain Ougier va donc quitter la Chartreuse après avoir exercé son métier de technicien durant de nombreuses ougierannées. Cet homme très apprécié a réussi à réunir l’ensemble de la filière pour fêter son départ. Cela se passait à la salle des fêtes de Pommiers La Placette.

Beaucoup regretteront Sylvain « qui a choisi de quitter la Chartreuse pour le Reblochon! ».   Salarié au CRPF et au Parc naturel régional de Chartreuse, l’ensemble des structures, organismes, personnes, qui ont travaillé avec lui ont apprécié  « son énergie durable mais également son sourire, sa disponibilité, sons sens de la communication et surtout ses compétences professionnelles. »

Son tableau de chasse est impressionnant: dessertes forestières, charte forestière, Asa, sans oublier bien sûr l’AOC bois de Chartreuse…c’est à son initiative.

Sylvain Ougier a précisé qu’il était habité par un double sentiment: « la tristesse de laisser la Chartreuse, ses hommes et femmes. A leurs côtés  j’ai beaucoup appris et pris plaisir de travailler avec eux. Cependant  un sentiment de joie m’habite car je vais pouvoir pleinement profiter de ma vie de famille. »  Son épouse exerce son métier d’infirmière en Suisse. « On m’offre la possibilité de travailler en Haute-Savoie agrémentée d’une promotion. Difficile de refuser…. »

Pierre Basso, président du groupement des sylviculteurs de Chartreuse a « pris beaucoup de plaisir à travailler avec Sylvain. Sa disponibilité est légendaire. Il a toujours répondu présent à nos appels. Il a su rassembler la filière. Il a traité tous les dossiers dont il avait la charge avec beaucoup d’efficacité, de compétence et il ne faut pas oublier que la démarche AOC, c’est lui qui l’a mise en place. »

Il ne restait plus qu’a boire le verre de l’amitié.. et souhaiter bonne chance à Sylvain.

ougier 2

Impossible de citer l’ensemble des personnes présentes autour d’Eliane Giraud  pour ce « pot de départ ». On reconnait ici deux ex présidents du groupement des sylviculteurs de Chartreuse: Maurice Luquain ( à gauche) et Claude Michel Mazan que l’on retrouve toujours avec beaucoup de plaisir. On retiendra également la présence de Henri Gras, nouveau président de l’UGDFI.


Catégorie Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

Ressources forestières: atouts et limites des démarches territoriales


A l’initiative de l’ UNCOFOR , les Troisièmes rencontres nationales des chartes forestières de territoires se sont tenues à Chambéry les  23 et 24 novembre. Les participants à ces deux journées de travail et d’échanges  ont visité le PNR de Chartreuse à travers quelques éléments vitaux de la filière bois tels que  le Centre de séchage, les scieries, etc. Ils ont pris connaissance de la démarche AOC Bois de Chartreuse, actuellement en cours, ainsi que de la création par le CIBC d’un stock permanent de bois sec et raboté.

En Chartreuse, à l'occasion d'une visite de scierie avec le CIBC

En Chartreuse, à l'occasion d'une visite de scierie avec le CIBC

Nous vous donnons ici un aperçu des débats à travers l’Atelier 2, présidé par Guy Charron, président des Communes forestières de l’Isère et animé par Gilles Rey-Giraud, responsable de l’équipe Politiques territoriales d’ETD. Le thème en était : « Valoriser  les ressources forestières locales pour un développement durable des territoires ».

L’ objectif de cet atelier était d’une part d’échanger sur les expériences de territoires visant à valoriser économiquement les ressources forestières locales, d’autre part d’identifier les principaux freins à l’organisation et au développement de filières bois s’appuyant sur la ressource locale et esquisser des pistes pour les lever.

A la base du questionnement, un paradoxe: l’ utilisation du bois est en augmentation dans notre pays mais le bois est massivement importé.

D’où cette série d’interrogations de Guy Charron:

Bois construction:

- Peut-on mieux adapter l’offre de bois local aux demandes de l’aval et de quelle manière?

- Quelle stratégie de modernisation de la première transformation?

- Comment rendre plus lisible l’offre de bois local?

Bois énergie:

- Indépendance ou pas de la filière bois-énergie?

- Prescription du bois local dans les projets bois construction et bois énergie?

- Rôle de l’Etat et des différentes collectivités dans le développement d’une filière bois locale?

Atouts des démarches territoriales

-Existence d’une ressource forestière de qualité, abondante, même si elle est mésestimée et sous-valorisée

-Des marchés de proximité qui peuvent être plus exploités

-Un réseau de petites scieries sur des marchés de niches

-Des démarches professionnelles novatrices sur des territoires, qui se font jour grâce aux dispositifs existants (CFT, PDM, PAT, politiques départementales et régionales…)

Limites des démarches territoriales

Elles sont plus nombreuses qu’on le pense. Guy Charron en a proposé une liste qui n’est sans doute pas exhaustive :

- Un bois local produit au-dessus du prix du marché international (concurrence des bois importés)

- Une commande publique freinée par l’impossibilité de flécher le bois local

- Des prescripteurs qui, faute d’information ou de ressource locale, ont tendance à proposer des standards inexistants sur le territoire

- Archaïsme d’une partie de la seconde transformation (utilisation de bois vert massif )

- Un comportement encore souvent individualiste

- Des documents d’urbanisme qui ne prennent pas en compte la forêt et ne favorisent pas toujours l’usage du bois

- Insuffisance d’outils agréés pour le classement des bois, adaptés à la réalité locale (essences, taille, prix)

Propositions

Il y a donc du pain sur la planche pour parvenir à valoriser de façon cohérente et durable la ressource locale à l’échelle des territoires. Mais le mouvement est en marche. Des outils ont vu le jour, des initiatives ont été prises ça et là mais il reste à transformer l’essai. Guy Charron formule quelques recommandations :

- Donner et se donner les moyens de généraliser la production locale de bois séché, classé et transformé

- Intégrer dans les cahiers des charges de la commande publique la valeur ajoutée environnementale et sociale des bois locaux

- Développer au plan national des analyses permettant de démontrer cette valeur ajoutée, traduites en outils opérationnels

- Travailler en amont avec les prescripteurs pour l’intégration de critères favorisant l’utilisation du bois local

- Favoriser et soutenir les démarches territoriales expérimentales de mise en lien des acteurs et de rapprochement entre offre et demande (labellisation, certification,…)

- Mettre en réseau les différentes démarches à l’échelle des massifs d’une part, à l’échelle nationale d’autre part

- Prendre exemple sur les démarches agricoles qui fonctionnent

- Maintenir et augmenter les moyens humains permettant de constituer des « grappes » d’acteurs locaux

- Communiquer sur l’importance de consommer du bois local dans les territoires

Catégorie - filière boisCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mai 2019
L Ma Me J V S D
« avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+