Tag Archive | "Auvergne"

Conseil national de la Montagne


Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, accompagné de Claude COMET,
Conseillère régionale déléguée au tourisme et à la Montagne, s’est rendu ce jour à Chamonix
(Haute-Savoie) pour assister au Conseil national de la Montagne réuni sous la Présidence du
Premier ministre. A cette occasion, Manuel VALLS a précisé les contours de l’Acte II de la loi
Montagne, suite au rapport parlementaire qui lui a été remis par Bernadette LACLAIS, Députée
de la Savoie et Annie GENEVARD, Députée du Doubs.

Auvergne et Rhône-Alpes ne formeront, au 1er janvier 2016, qu’une seule et même Région, pour
devenir la première Région européenne de montagne. Les deux Régions ont saisi l’opportunité
de ce débat sur la refondation de la loi montagne pour remettre 42 propositions concrètes dans
une contribution commune. Les deux parlementaires en ont largement tenu compte dans leur
rapport.

« Avec René SOUCHON, le Président de la Région Auvergne, nous partageons des convictions
fortes sur l’avenir des territoires de montagne. Elles ont trouvé aujourd’hui un écho dans les
orientations dévoilées par le Premier Ministre » explique Jean-Jack QUEYRANNE. « Ces
convictions s’appuient sur une large concertation avec les acteurs de la montagne initiée par la
démarche Montagne 2040 dans laquelle Rhône-Alpes s’est lancée depuis 2012. Il était urgent de
donner une place singulière aux territoires de montagne dans les politiques publiques et de
reconnaître que les atouts et ressources de ces montagnes sont une chance pour l’avenir de
notre Pays ».

Des mesures concrètes ont été annoncées pour conforter le développement économique en
s’appuyant sur le déploiement du numérique et les potentialités exceptionnelles du tourisme. Le
Premier Ministre a également souligné que les actions pour la vie quotidienne devaient être
renforcées avec les maisons de santé et les services hospitaliers, le maintien des services publics,
les équipements de proximité. La préservation d’une nature fragile et confrontée aux effets du
réchauffement climatique a été renforcée afin d’assurer le maintien de la biodiversité et des
espèces sensibles.

« La cause de la montagne a été entendue, l’urgence d’agir a été actée avec l’annonce d’une
nouvelle loi montagne pour ceux qui vivent et aime la montagne ».

Catégorie montagneCommentaires fermés

Plus d’1,63 milliard d’euros pour les agriculteurs et le développement rural en Rhône-Alpes


La Commission européenne a adopté, ce jeudi 17 septembre, le Programme de développement rural
(PDR) de la Région Rhône-Alpes pour la mise en oeuvre du Fonds Européen Agricole pour le
Développement Rural (FEADER – 2ème pilier de la Politique Agricole Commune). Sur la période
2014 — 2020, 1,06 milliard d’euros de crédits européens est programmé pour l’agriculture,
l’alimentation, les forêts et les zones rurales rhônalpines. Avec les financements complémentaires de
l’Etat et des collectivités locales, 1,63 milliard d’euros sera mobilisé sur cette période.

Après les nombreuses concertations conduites avec les acteurs du monde rural et les élus locaux, en
concertation avec l’Etat, le feu vert de la Commission européenne va permettre de notifier puis de
verser les premières aides.

Les principaux objectifs du PDR de Rhône-Alpes sont à l’horizon 2020 :

- Consolider une agriculture durable en montagne. L’indemnité compensatoire de handicaps
naturels (ICHN) concerne plus de 11 000 exploitations rhônalpines et représente 587 M€
(soit plus de la moitié des crédits programmés sur 2014 – 2020).
- Permettre l’installation de 3 200 jeunes agriculteurs en mobilisant 92 M€ sur 7 ans.
 Conforter la compétitivité et la modernisation des exploitations agricoles et de l’industrie
agro-alimentaire (54 M€).
- Développer des pratiques respectueuses de l’environnement. Atteindre 10% de la surface
agricole utile rhônalpine en agriculture biologique et 12% en bonnes pratiques agroenvironnementales
avec l’appui de 50 M€.
- Accroître la compétitivité du secteur forêt bois avec 72 M€ d’investissements publics et
privés à la clé.
- Contribuer au développement des territoires ruraux en mettant en place un programme
spécifique « Liaison entre acteurs pour le développement rural » (LEADER) doté de 58 M€ et
qui prévoit de couvrir 71 % du territoire de Rhône-Alpes.
Dès 2014, dans le cadre de la transition d’avec le programme précédent, la Région Rhône-Alpes a
déjà engagé 105 M€ et mis en paiement plus de 75M€. En 2015, dans le cadre du nouveau
programme, en accord avec la Commission européenne, le soutien à l’installation en agriculture a pu
être lancé par anticipation dès avril dernier. 141 créations d’exploitations ont déjà été soutenues et
ont bénéficié de 3,3 M€ au titre du FEADER. Les autres dispositifs de soutien vont donner lieu à
engagement dans les toutes prochaines semaines.

Avec la Région Auvergne, dont le PDR a également été approuvé, la grande Région Auvergne-Rhône-
Alpes, qui verra le jour au 1er janvier 2016, sera parmi les Régions les mieux dotées de l’Union
Européenne, avec une enveloppe de 2,262 Millards € pour soutenir l’agriculture et le développement
des territoires ruraux au titre du FEADER.

Catégorie Union européenne, agriculture, monde ruralCommentaires fermés

Auvergne et Rhône-Alpes ont remis une contribution commune pour un Acte II de la Loi Montagne


René SOUCHON et Jean-Jack QUEYRANNE, Présidents des Conseils régionaux d’Auvergne et de Rhône-Alpes, ont remis à Bernadette LACLAIS et Annie GENEVARD, Députées de Savoie et du Doubs, une contribution commune dans le cadre de la mission parlementaire qui leur a été confiée par le; Premier ministre en vue d’élaborer un Acte II de la loi Montagne (1985).

L’union de l’Auvergne et de Rhône-Alpes, effective au 1er janvier 2016, formera la première région
européenne de montagne. Cette contribution repose sur le constat que « le temps est venu de refonder le pacte de la nation avec les montagnes » et invite à un nouveau regard : « aujourd’hui ce n’est plus la notion de ‘handicaps’ qui prime mais celle d’opportunités. La Montagne est un territoire avec des opportunités de développement économique et qui offre une grande qualité de vie ».

P1050799Le partage équilibré du territoire, la valorisation des ressources, l’emploi, l’attractivité touristique et le
développement économique, la mobilité et le numérique, les services de proximité sont autant d’enjeux à l’aune desquels la loi montagne pourrait être adaptée. La contribution des Régions Auvergne et Rhône-Alpes, nourrie par les échanges avec la centaine d’acteurs rencontrée par les deux Présidents de Région, le 25 mars dernier, à Besse-et-Saint-Anastaise (Puy de Dôme, Auvergne) propose notamment :
-  de soutenir l’agriculture et l’élevage de montagne et de compenser les surcoûts induits en instaurant
notamment une prime pour la collecte du lait (surcoût de 1,4 centime par litre en montagne) et mieux
valoriser l’appellation « Produit de Montagne » ;
-  d’encourager le recours aux matériaux locaux et de favoriser l’approvisionnement en circuit court
dans le secteur du bâtiment tout en veillant à l’efficacité énergétique ;
-  de préserver la qualité des eaux minérales en dégageant des ressources nouvelles sur celles qui
portent la mention « montagne » qui seront consacrées au développement de territoires de montagne ;
-  de rendre obligatoire, dans les vallées sujettes à des pics de pollution, l’équipement en chauffagebois
performant, limitant l’émission de particules fines, moyennant des aides financières à l’acquisition et à
l’installation (en Haute-Savoie, le nombre d’équipements de chauffage bois à remplacer en priorité est
évalué à 40 000) ;
-  de soutenir les groupements d’employeurs qui emploient en CDI des saisonniers par des incitations
fiscales (en Rhône-Alpes, on dénombre en moyenne 55 000 saisonniers salariés en hiver et 31 000 en été dans le secteur du tourisme) ;
-  de financer les TPE de montagne en utilisant des outils innovants comme les fonds participatifs ;
-  de favoriser le recours au transport par câble en levant les freins réglementaires et en harmonisant
sur ce sujet les codes de l’urbanisme, des transports et de l’environnement ;
-  d’instaurer une prime à la mobilité pour les apprentis et les salariés pour permettre aux entreprises
de montagne de recruter des personnels qualifiés ;
-  de finaliser la couverture en haut débit de qualité des espaces de montagne pour développer les
usages du numérique (création d’espaces de co-working, d’un centre de télémédecine relié au très haut
débit dans chaque canton, augmentation du nombre de télétravailleurs) ;
-  de soutenir le développement d’un tourisme quatre saisons à l’échelle des vallées et permettre à
tous les jeunes de découvrir la montagne et d’être sensible à ses enjeux, notamment grâce aux classes de découverte (selon l’UCPA, les 18-25 ans ne représentent que 20% des stagiaires en alpinisme, 23% en escalade et 13% en randonnée) ;
-  de reconnaître un véritable droit à l’expérimentation et à l’exception pour les espaces de montagne
en permettant une adaptation des normes afin de débloquer des situations rendues atypiques par le
caractère montagnard de leur territoire.

Catégorie montagneCommentaires fermés

Auvergne et Rhône-Alpes porteront une contribution commune à l’Acte II de la Loi Montagne


René SOUCHON, Président de la Région Auvergne et Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la
Région Rhône-Alpes, ont organisé une réunion de contribution collective, mercredi 25 mars,
à Besse-et-Saint-Anastaise (Puy de Dôme, Auvergne), en présence de Bernadette LACLAIS,
Députée de Savoie, dans le cadre de la mission parlementaire qui lui a été confiée par le
Premier ministre, Manuel VALLS, au côté d’Annie GENEVARD, Députée du Doubs, en vue
d’élaborer un acte II de la loi Montagne (1985).

Sans titre 2

Afin de participer à la modernisation de cette loi, René SOUCHON et Jean-Jack QUEYRANNE
ont souhaité écouter et recueillir les propositions concrètes d’une centaine d’acteurs de la
montagne : élus locaux, représentants des Parcs naturels régionaux, professionnels de
l’agriculture, des chambres consulaires, du tourisme, de la forêt et des associations.

Les Présidents des deux Régions, dont l’union au 1er janvier 2016 formera la première région
européenne de montagne, remettront prochainement une contribution commune. Le
partage équilibré du territoire, la valorisation des ressources, l’emploi, l’attractivité
touristique et le développement économique, la mobilité et le numérique, les services de
proximité sont autant d’enjeux à l’aune desquels la loi montagne pourrait être adaptée.

« Aujourd’hui, avec le nouvel acte de la loi Montagne, ce sont les atouts et les ressources de
la montagne qui doivent être mis en avant pour que les territoires de montagne deviennent
de véritables moteurs sociaux-économiques et environnementaux de notre pays » ont
déclaré René SOUCHON et Jean-Jack QUEYRANNE.

En 1985, les élus de la République ont adopté la Loi Montagne, un texte fondamental pour l’aménagement du territoire et la correction des inégalités de développement dues à la particularité géographique. En janvier dernier, le Premier Ministre a mandaté les députées Bernadette LACLAIS et Annie GENEVARD pour adapter cette loi trentenaire aux enjeux politiques, économiques, sociétaux, technologiques et environnementaux de la montagne d’aujourd’hui. Les deux députés doivent rendre les conclusions de leur mission en mai prochain.

Catégorie montagneCommentaires fermés

7 695 000 habitants dans la grande région « Auvergne et Rhône-Alpes »


La grande région « Auvergne et Rhône-Alpes  » s’étend sur 70 700 km2 et représente 13 % du territoire métropolitain. En 2012, elle occupe le deuxième rang des régions métropolitaines tant par sa population que par son nombre d’emplois. Avec 109 habitants au km2, sa densité de population est voisine de celle de la France métropolitaine (116 hab./km2). Sur les cinq dernières années, sa croissance démographique dépasse celle de la métropole. Elle a mieux résisté à la crise. L’emploi y retrouve en 2012 son niveau de 2007 alors qu’il recule de 0,6 % au plan national. Ces évolutions reposent essentiellement sur la dynamique rhônalpine.

La grande région « Auvergne et Rhône-Alpes  » s’étend sur 70 700 km2 et représente 13 % du territoire métropolitain. En 2012, elle occupe le deuxième rang des régions métropolitaines tant par sa population que par son nombre d’emplois. Avec 109 habitants au km2, sa densité de population est voisine de celle de la France métropolitaine (116 hab./km2). Sur les cinq dernières années, sa croissance démographique dépasse celle de la métropole. Elle a mieux résisté à la crise. L’emploi y retrouve en 2012 son niveau de 2007 alors qu’il recule de 0,6 % au plan national. Ces évolutions reposent essentiellement sur la dynamique rhônalpine.

Un territoire en forte croissance démographique

Entre 2007 et 2012, la grande région gagne 290 000 habitants, soit une hausse moyenne de 0,8 % par an. Ce rythme de croissance est supérieur à celui enregistré au niveau métropolitain (0,5 %). Elle est au 4e rang des grandes régions les plus dynamiques démographiquement, derrière notamment le « Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées » et les Pays de la Loire. Cette dynamique démographique est portée par la combinaison d’un excédent naturel et d’un solde migratoire positif. Sur la période, l’accroissement naturel, excédent des naissances sur les décès, est de 0,5 % chaque année. Dans le même temps, l’excédent des arrivées sur les départs contribue à faire augmenter la population de 0,3 % par an.

Cette croissance démographique est tirée vers le haut par Rhône-Alpes. Dans cette région, la population augmente de 0,9 % par an, soit un rythme de croissance quatre fois plus élevé qu’en Auvergne. En effet, si la croissance de la population due au solde migratoire de l’Auvergne est comparable à celle de Rhône-Alpes (+ 0,3 % par an), il n’en va pas de même pour l’évolution due au solde naturel. Entre 2007 et 2012, la croissance de la population due au solde naturel est de 0,6 % par an en Rhône-Alpes. En revanche, sur la même période, l’Auvergne est la seule région, avec le Limousin, où le nombre de décès est supérieur à celui des naissances. Ainsi, la proportion d’Auvergnats dans la grande région tend à se réduire, passant de 18,1 % à 17,6 % en cinq ans.

Emploi : fort rebond après crise

Fin 2012, la grande région offre 3,2 millions d’emplois, soit 12 % de l’emploi métropolitain. Elle se place ainsi au 2e rang des grandes régions derrière l’Île-de-France.

Le poids de l’Auvergne dans ce nouveau périmètre est plus faible en termes d’emploi (16 %) qu’en nombre d’habitants (18 %). Ceci s’explique essentiellement par son profil démographique plus âgé.

Entre 2007 et 2012, l’emploi baisse de 0,6 % en France métropolitaine. Dans la grande région, il retrouve en fin de période son niveau initial malgré un impact de la crise plus marqué qu’en métropole entre 2007 et 2009 (– 1,8 % contre – 1,4 %). Ceci résulte d’une meilleure dynamique du tertiaire qu’au plan national. Elle permet de compenser les destructions nettes d’emplois dans l’industrie, secteur le plus touché par la crise et très présent dans la grande région.

Cette capacité à surmonter la crise résulte uniquement de la dynamique rhônalpine. L’emploi dans cette région progresse de 0,5 % entre 2007 et 2012, alors qu’en Auvergne il régresse de 2,6 % . Cet écart s’explique essentiellement par la stagnation de l’emploi tertiaire (– 0,1 %) en Auvergne alors qu’il progresse fortement en Rhône-Alpes (+ 3,6 %). De plus, l’agriculture est surreprésentée en Auvergne et l’emploi de ce secteur est en déclin.

Densité de population : de fortes disparités

La grande région « Auvergne et Rhône-Alpes » présente une forte diversité de reliefs. D’ouest en est se succèdent les paysages du Massif central, des vallées de la Saône et du Rhône puis ceux des Alpes. Avec 109 habitants au km2, sa densité de population est proche de celle de la France métropolitaine (116 hab./km2).

Elle s’étend sur 70 700 km2 (13 % du territoire métropolitain). L’Auvergne occupe 38 % de cette superficie alors qu’elle représente à peine 18 % de la population de la grande région. C’est en Auvergne que se situent les trois départements les moins densément peuplés : le Cantal, la Haute-Loire et l’Allier . En revanche, la densité de population est élevée dans quatre départements rhônalpins. Celle du Rhône est sans équivalent dans la région (542 habitants au km2). Elle est trois fois plus importante que celle du deuxième département le plus dense, la Haute-Savoie. Viennent ensuite la Loire et l’Isère. Ainsi, les agglomérations d’Annemasse-Genève et de Grenoble à l’est, de Saint-Étienne et Clermont-Ferrand à l’ouest, mais surtout de Lyon contribuent à la densification du territoire de la grande région. En Ardèche et dans la Drôme la population se concentre le long de la vallée du Rhône.

Population des départements de la région « Auvergne et Rhône-Alpes »

Figure 5 - Population des départements de la région « Auvergne et Rhône-Alpes »Source : Insee, Recensement de la population 2012.

Catégorie A la une, territoiresCommentaires fermés

Auvergne – Rhône-Alpes se construit


A l’occasion d’une journée placée sous les signes de l’union des deux Régions et de l’action culturelle
Jean-Jack QUEYRANNE et René SOUCHON ont tenu, à Clermont-Ferrand, leur troisième Comité de
pilotage. A l’issue de cette réunion de travail, les deux Présidents ont présenté 10 mesures communes
aux deux Régions. Ces annonces d’actions concrètes font suite aux 10 premières mesures annoncées en
novembre 2014.

Mobilité
 Avancée et soutien du projet de liaison LGV POCL (Paris-Orléans-Clermont-Lyon) au
lendemain du Comité de pilotage du 4 février 2015. Les Régions Bourgogne, Auvergne, Rhône-Alpes
et Ile-de-France se prononcent en faveur du tracé médian.
 Amélioration en perspective de la ligne Clermont-Ferrand/Lyon avec pour objectif une
liaison directe de 2h (en service d’hiver) fin 2015 (service annuel 2016). Le Président de la SNCF,
Guillaume PÉPY, a rappelé la demande des deux Présidents à Clermont-Ferrand (Pôle d’Echanges
Intermodal Gare du 17/01/15).

La préparation de l’union administrative
 Mise en place d’un groupement de commandes commun aux deux collectivités. Ce
groupement permettra de lancer des marchés et de choisir des prestataires communs aux deux
régions. Cela se traduira par des économies d’échelle en unifiant les ressources et les compétences
de chacun avec rapidité et efficacité. Les systèmes d’informations, les prestations de conseils, les
supports de communication, les logiciels pourront faire l’objet de commande via ce groupement.
 Création d’une bourse de l’emploi commune aux deux collectivités. L’objectif est de
partager les vacances d’emplois entre les deux collectivités ; il s’agit de considérer comme
candidats internes et donc prioritaires les personnels des deux Régions.

Vers un observatoire de la laïcité commun aux deux régions
 Le Conseil régional Rhône-Alpes a adopté, le 18 décembre dernier, la création et la
composition d’un observatoire régional de la laïcité (1er en France). Il sera proposé à la Région
Auvergne d’intégrer cet observatoire qui réalisera des travaux d’expertises, d’informations et
alimentera la réflexion autour du thème de la laïcité. « La notion de laïcité est à la fois
philosophique et juridique, elle doit être vivante et expliquée » a souligné Jean-Jack QUEYRANNE. (La
3ème réunion de l’observatoire s’est tenue le 5 février en Rhône-Alpes).
Composition de cet observatoire : élus régionaux, experts, philosophes, représentants de l’État.

Mise en place d’un groupement d’experts interrégional étude climat (GIEC)

 Mise en place à l’échelle des deux régions d’un groupement d’étude sur les effets du
réchauffement et les aléas climatiques. Ces travaux alimenteront le Sommet mondial climat et
territoires qui se tiendra les 1er et 2 juillet à Lyon en préparation de la Conférence des parties sur les
changements climatiques (dite COP 21) prévue en décembre 2015 à Paris.

Montagne
 Dans le cadre de la rénovation de la loi montagne, le Premier Ministre a nommé, par
courrier du 26 janvier 2015, Bernadette LACLAIS, Députée PS de Savoie, et Annie GENEVARD,
Députée UMP du Doubs, pour conduire une mission parlementaire et faire une proposition
permettant l’actualisation du dispositif. Les deux Régions apporteront une contribution importante,
avant la fin du 1er trimestre 2015, dans le cadre de cette mission parlementaire notamment au
travers de leur expérience des Contrats de Massifs et de la démarche prospective Montagne 2040.
 Le soutien de la Région Rhône-Alpes à la candidature de la Chaîne des Puys-Faille de
Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO.

CREPS (Centre de Ressources, d’Expertise et de Performance Sportives)
 Les deux Régions envisagent une étude commune dans le cadre du probable transfert de
compétences des CREPS vers les Régions (projet de loi NOTRe) pour la création d’un pôle de
formation d’excellence aux métiers du sport qui offrira une large place aux sports de nature, de
plein air et de montagne et à l’activité économique qui en dépend.

Création d’une mission French-Tech Auvergne Rhône-Alpes
 Après une participation des deux Régions au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas
spécialisé dans l’économie numérique – où Rhône-Alpes et Auvergne étaient représentées par plus
de 20 sociétés – et sur la base des politiques volontaristes menées par les deux collectivités en
matière de numérique (infrastructures, usages, projets économiques), les Présidents s’engagent à
faire de la future grande Région un territoire d’excellence de la French Tech qui repose d’ores et
déjà sur un tissu de start-up, de PME Innovantes, de groupes importants, de pôles de compétitivité
et de filières numériques (à l’instar d’I Campus en Auvergne et d’Imaginov en Rhône-Alpes) ; tous
les moyens seront mobilisés pour atteindre cet objectif. La vocation de cette mission est d’inscrire
la grande Région dans la compétitivité internationale et de constituer une force de frappe export.

Lancement du Plan PME 3000
 99 % des entreprises comptent moins de 250 salariés. Les PME sont ainsi les forces vives des
territoires. Elles offrent des activités économiques non délocalisables et des dynamiques
industrielles ancrées sur les territoires. Les deux Présidents souhaitent amplifier les actions déjà
conduites en soutien au développement des PME. Un plan PME 3000 sera lancé : il s’agit de doper
les performances des entreprises en les accompagnant avec des actions de conseils sur la stratégie,
le développement commercial, l’innovation, les ressources humaines, l’environnement et l’export.

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Les 10 premières mesures de l’Union Rhône-Alpes – Auvergne annoncées


Au moment même où l’Assemblée Nationale adoptait ce mardi 25 novembre, en deuxième lecture, le
projet de loi sur la réforme territoriale confirmant ainsi la carte à 13 Régions contre 22 actuellement, les
Présidents de Régions Rhône-Alpes et Auvergne étaient réunis afin de poursuivre la démarche d’union
commencée il y a déjà 6 mois.

Après Clermont-Ferrand en juin 2014, c’est à Lyon que Jean-Jack QUEYRANNE et René SOUCHON ont
animé leur deuxième Comité de pilotage. A l’issue de cette réunion de travail, les deux Présidents ont
précisé les 10 premières mesures communes aux deux Régions pour 2015 :
· Formation professionnelle et apprentissage: réciprocité sur les dispositifs pour les bénéficiaires
des deux Régions
· Transport : Ligne Lyon – Clermont- Ferrand : trains directs, sans arrêt matin et soir dans les 2
sens ; pour un service hiver 2015
· Aménagement du territoire : soutien au scénario médian du POCL : future ligne ferroviaire à
Grande vitesse reliant Paris / Orléans / Clermont-Ferrand et Lyon permettant la desserte de
Roanne et de Clermont-Ferrand via Vichy.
· Montagne : troisième rencontre, en juin 2015, du Conseil Montagne 2040 Rhône-Alpes, en
Ardèche, sur le site touristique classé du Mont Gerbier de Jonc, aux portes de l’Auvergne
· Compétitivité des entreprises : positionner à l’échelle des deux Régions les actions des clusters
et pôles de compétitivité, à l’instar de VIAMECA (pôle dédié aux équipements industriels) ou
AEROSPACE CLUSTER et AVIA (clusters rassemblant les entreprises de l’aéronautique)
· Recherche : création d’une école de cancérologie Rhône-Alpes Auvergne confiée au CLARA
(Cancéropôle Lyon – Auvergne – Rhône-Alpes)
· Présence commune sur les grands salons et évènements économiques internationaux : le
salon international des technologies numériques CES aux Etats-Unis, le salon de l’Agriculture, le
salon aéronautique du Bourget, le SIRHA (Salon international de la restauration, de l’hôtellerie
et de l’alimentation) et l’exposition universelle de Milan 2015.
· Economie : soutien des entreprises auvergnates à l’international grâce à une convention de
coopération dès 2015 entre la nouvelle agence de développement économique de Rhône-Alpes
ERA2I (Entreprise Rhône-Alpes International et Innovation) et ARDE Auvergne (Agence
Régionale de Développement Economique)
· Europe : à Bruxelles, la Région Auvergne rejoint la délégation Rhône-Alpes dans les mêmes
locaux
· International : programme commun de coopération décentralisée avec Tombouctou (Mali)
Il s’agit de premiers exemples concrets de collaborations, d’autres projets étant d’ores et déjà en cours
dans les domaines du numérique, de l’agriculture, de l’environnement et de l’énergie, de
l’enseignement supérieur et de la culture.
S’agissant de l’organisation des deux administrations les deux Présidents ont mandaté leurs Directions
Générales des services pour élaborer ensemble un projet d’administration qui sera préalablement
discuté avec les représentants du personnel.

Catégorie collectivités, territoiresCommentaires fermés

JJ Queyranne: favorable à une fusion Rhône-Alpes Auvergne


Le président de la région Rhône-Alpes , Jean-Jack Queyranne, a réagit vis à vis de la possible fusion de la Rhône-Alpes avec l’Auvergne.

« J’accueille favorablement le projet de fusion entre Rhône-Alpes et l’Auvergne annoncé
par le Président de la République. J’entends contribuer ainsi à l’entreprise de simplification
des structures territoriales de notre pays. Je n’ai jamais eu de velléités d’annexion parce que
je respecte chaque territoire avec son histoire et son identité. Aujourd’hui, je pense que nous
pouvons construire cette grande Région en réunissant toutes les bonnes volontés. Je m’en
suis entretenu avec René SOUCHON, le Président de l’Auvergne ; nous partageons tous deux
la même volonté de mettre l’organisation territoriale de notre pays à l’heure du XXIème
siècle. Le regroupement de nos deux Régions constitue une première étape. Déjà de
nombreuses coopérations existent : dans les domaines de la santé, des universités, de
l’économie, que ce soit pour l’agro-alimentaire ou la mécanique. Elles constituent les
premiers fondements qu’il faudra renforcer.

Avec René SOUCHON, nous prendrons rapidement des initiatives pour que cette réforme ne
soit pas un simple jeu institutionnel. Elle doit renforcer nos capacités d’action pour l’emploi,
la formation des jeunes, le développement économique et l’environnement. Pour nous, il
importe de garantir que chaque composante de nos deux Régions soit traitée sur un pied
d’égalité, en garantissant un aménagement équilibré du territoire, la présence des services
publics et la relation avec les citoyens.

Je n’entends pas exercer une centralisation des décisions depuis Lyon, mais bien au
contraire comme nous le pratiquons, garantir la proximité dans l’élaboration et la mise en
oeuvre des politiques régionales.

Construire la grande Région Rhône-Alpes/Auvergne signifie qu’il faudra aller beaucoup plus
loin dans l’attribution de nouveaux pouvoirs et des moyens correspondants. Si nous
figurerons au 7ème rang européen par notre poids économique, nous avons encore dix à
douze fois moins de ressources par habitant que les grandes Régions allemandes, italiennes
ou espagnoles avec lesquelles nous coopérons.

J’attends donc beaucoup des réformes annoncées dans un second projet de loi. Pour réussir,
il ne faudra pas jouer petit bras. Différer la disparition des Conseils généraux laisse déjà
craindre un renoncement devant les écueils que toute entreprise d’envergure rencontre : les
cafouillages comme l’enlisement face aux conservatismes que ne manqueront pas de
s’exprimer lors des débats parlementaires.

Il ne faut pas laisser passer cette chance historique de mettre notre pays en mouvement et
de rompre avec une logique de centralisation qui ne s’impose plus. »

Catégorie territoiresCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

novembre 2019
L Ma Me J V S D
« oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+