Tag Archive | "Bourgoin Jallieu"

N’importons pas la viande bovine que nous ne voulons pas dans notre assiette !


Une bonne dizaine d ‘éleveurs bovins de l’Isère  ont manifesté devant le Buffalo Grill de Bourgoin Jallieu, pour défendre une agriculture de française de qualité.

Cette manifestation entrant dans le cadre d’une mobilisation nationale des éleveurs bovins face aux restaurateurs refusant d’entreprendre une discussion avec les organismes de syndicats agricoles (FDSEA/JA).

Les objectifs :
- Faire entendre les enjeux de qualité, de sécurité sanitaire, de proximité de production, de maintien de l’activité d’élevage dans les territoires et de l’installation de jeunes éleveurs sur notre territoire.
- De rappeler la loi sur les viandes d’origine hors-UE : l’article 44 de la loi EGA interdit la commercialisation par les opérateurs de produits ne répondant pas à la réglementation UE dans les domaines de l’alimentation, la traçabilité, les produits phytos et vétos.
- De promouvoir la filière française qui propose un cahier des charges « 100% muscle » en viande hachée, ce qui constitue un plus incontournable en termes de qualité et de sécurité
- De pousser la restauration hors domicile à réfléchir dès à présent sur l’article 24 de la loi EGA qui fixe un taux d’approvisionnement minimum de 50% en produits locaux en RHD (dont 20% de bio) d’ici 2022.

Eléments du contexte national :
Dans la logique portée par les Etats Généraux de l’Alimentation et en cohérence avec le Plan de Filière du secteur viande bovine, la Fédération Nationale Bovine a initié, avec le soutien de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricole) et de JA (Jeunes Agriculteurs), une action visant à augmenter la part des viandes bovines françaises dans la restauration collective, privée et publique.
Dans ce secteur, en croissance, la part des viandes importées demeure aux alentours de 70%. Les enjeux de la mise en avant des viandes françaises sont multiples : sauvegarde du modèle d’élevage français répondant aux attentes sociétales et des consommateurs, qualité, proximité d’approvisionnement, garantie de sécurité sanitaire, soutien à la présence des éleveurs sur l’ensemble des territoires et à l’installation de jeunes agriculteurs, … N’importons pas l’élevage que nous ne voulons pas !
La FNB a décidé de se mobiliser sur le secteur de la Restauration Hors Domicile. Elle a saisi en octobre dernier les grands opérateurs nationaux (plus de 30) par courrier, afin d’organiser des rencontres avec chacun d’eux, et ainsi obtenir des informations sur la stratégie d’approvisionnement (volumes, prix, …) et rappeler les enjeux forts pour les consommateurs et les producteurs de distribuer une viande bovine d’origine française. Une relance a été faire en décembre.
Un échange s’est engagé avec certains opérateurs (17 ont répondu au courrier FNB) mais d’autres continuent de faire la sourde oreille !
En conséquence, 3 acteurs de la restauration hors domicile n’ayant pas répondu ont été ciblés :
- COURTEPAILLE
- BUFFALO GRILL
- COMPASS

Catégorie filière viande, vie syndicaleCommentaires fermés

Vals du Dauphiné : vers une mutation économique liée à la périurbanisation


À l’image d’autres territoires ruraux, les Vals du Dauphiné sont en voie de périurbanisation. Ils regroupent près de 60 000 habitants en 2010. La population augmente à un rythme très soutenu.

vals

Cet accroissement est surtout le fait d’un apport migratoire important. Les habitants occupent souvent un emploi hors du territoire, ce qui entraîne des déplacements nombreux.

La vocation résidentielle des Vals du Dauphiné n’empêche pas la création d’emplois surtout dans le tertiaire et dans la construction. Historiquement présente, l’industrie regroupe encore un quart des emplois. Pour répondre aux besoins d’une population croissante, développer le niveau d’équipement constitue un fort enjeu pour le territoire. De même, le développement du tourisme est une préoccupation pour les acteurs locaux.

Le territoire des Vals du Dauphiné est situé en Isère au cœur de la région traditionnellement dénommée « Nord Dauphiné ». À égale distance (50 km) de trois grandes villes, Lyon, Grenoble et Chambéry, il est depuis longtemps le lieu de passage entre le Lyonnais et le Piémont italien.

Le territoire est parcouru par tous les axes de liaisons transalpines, autoroutes A43 et A48 et lignes ferroviaires. Il est terre de frontière historique avec la Savoie : une ville coupée en deux en témoigne, Le Pont-de-Beauvoisin.

Le paysage des Vals du Dauphiné reste malgré tout plutôt rural. En 2010, les terres agricoles couvrent en effet 75,4 % de la surface totale, contre 47 % pour la zone de référence.

Pour autant, le territoire, rural par sa morphologie, est tout à fait périurbain dans son fonctionnement. Toutes les communes des Vals du Dauphiné sont périurbaines. Cela s’explique notamment par l’influence de Lyon et de Bourgoin-Jallieu.

Plus de deux personnes sur trois habitent ainsi dans la couronne périurbaine du grand pôle lyonnais. La densité de population (169 hab./km²) est beaucoup plus élevée que celle de la zone de comparaison. Elle dépasse même celle des zones périurbaines de Rhône-Alpes (159 hab./km²).

L’eau structure le paysage par la présence de nombreuses combes humides, « les Vals ». Le bassin hydraulique de la haute et moyenne Bourbre et la rive gauche du bassin du Guiers sont présents sur le territoire.

En 2010, le territoire compte 58 500 habitants répartis dans 39 communes dont 16 sont rurales. Un habitant sur quatre vit dans l’une des trois plus grandes communes : La Tour-du-Pin (7 980 habitants), Les Abrets (3 460 habitants) et Le Pont-de-Beauvoisin (3 450 habitants). En tant que ville-centre de la communauté de communes des Vallons de la Tour, La Tour-du-Pin occupe une place importante dans le territoire. Elle rayonne sur un bassin de vie regroupant 44 % de la population.

Une dynamique démographique parmi les plus fortes de la région

En 1962, les Vals du Dauphiné rassemblaient 33 600 habitants. Dans les années 1970, la périurbanisation a touché le territoire et, grâce aux migrations résidentielles, la population a progressé (43 500 en 1990, 45 900 en 1999).

Mais le phénomène s’est surtout accéléré depuis 1999 : + 27 % d’augmentation en dix ans, soit 13 points de plus que dans la zone de référence et 17 points de plus qu’en Rhône-Alpes. Le taux de croissance annuel, qui n’était que de 0,5 % entre 1962 et 1968, est ainsi passé à 2,2 % entre 1999 et 2010. Il est désormais très supérieur à celui des zones rurales (1,3 %) et même à celui des zones périurbaines (1,4 %). Malgré le doublement du solde naturel en dix ans, signe de la présence croissante de jeunes ménages, l’augmentation de la population est essentiellement le fait de l’apport migratoire (contribution de 82 %).

Les Vals du Dauphiné sont dans une position géographique telle qu’un passage de relais semble s’opérer avec le territoire limitrophe d’Isère-Porte-des-Alpes. Avec la création de la ville nouvelle de l’Isle-d’Abeau, ce dernier a connu, dans les années 70 et 80, une forte croissance démographique. Mais depuis 1990, la tendance y est au ralentissement.

Si les tendances actuelles se poursuivaient, la population des Vals du Dauphiné atteindrait près de 87 800 personnes en 2040 soit environ 30 000 habitants supplémentaires. Avec 1 000 habitants de plus chaque année, le taux de variation annuel moyen serait l’un des plus forts en Rhône-Alpes (1,3 % contre 0,6 % au niveau régional).

Une telle évolution ne serait pas sans conséquence pour le territoire. C’est pourquoi la maîtrise du foncier et la préservation de l’environnement constituent des enjeux importants pour les acteurs locaux.

Malgré une très forte baisse, l’industrie est toujours présente

Après une stagnation pendant plus de vingt ans, le nombre d’emplois dans les Vals du Dauphiné connaît une forte progression, passant de 16 000 en 1999 à 19 000 en 2010. La hausse concerne essentiellement le secteur tertiaire (+ 40 %) et la construction (+ 65 %), cette dernière étant directement liée à la croissance démographique.

Les principaux employeurs relèvent de l’économie présentielle avec 3 000 emplois dans la santé et l’hébergement médico-social, 2 600 dans le commerce et la réparation automobile, 2 200 dans l’administration et l’enseignement. De fait, depuis 1975, le territoire fait l’objet d’une mutation économique rapide : les activités présentielles prennent le dessus sur les activités non présentielles. En 2010, elles représentent 61 % de l’emploi total (contre 35 % en 1975).

Historiquement, l’industrie a toujours été très présente dans le territoire : elle occupait la moitié des emplois en 1975. Au cours des vingt dernières années, compte tenu de son orientation (textile), l’emploi industriel a moins bien résisté dans les Vals du Dauphiné (- 27 %) que dans la zone de référence ou en Rhône-Alpes (respectivement - 15 % et - 21 %).

Néanmoins, le secteur regroupe encore 25 % des emplois, soit 4 points de plus que dans la zone de référence. La fabrication de machines et d’équipements électriques (avec Tecumseh Europe, la Société Turpinoise de Mécanique et Mafelec) est particulièrement bien représentée. Les industries textiles (avec entre autres Dickson Saint-Clair et Ferrari) ainsi que l’industrie agro-alimentaire (avec Jambon d’Aoste et Chocolaterie de Marlieu) constituent d’autres spécificités du territoire.

Le maintien du caractère rural des Vals du Dauphiné est un enjeu fort pour les acteurs locaux. L’agriculture occupe 3 % de l’emploi total dans 500 exploitations. Leur nombre diminue, comme partout. Mais la surface agricole utile a peu évolué au cours des dix dernières années alors qu’elle est en diminution dans la zone de comparaison (- 7 %) et en Rhône-Alpes. Il s’agit surtout d’élevage et de culture de fourrages et de céréales. Cette activité joue un rôle prépondérant dans la préservation des paysages.

Elle joue aussi un rôle pour l’attrait touristique. Secteur peu développé dans les Vals du Dauphiné, le tourisme ne génère en 2010 que 130 emplois, soit seulement 0,7 % de l’emploi total (1,1 % dans la zone de référence). La capacité d’accueil touristique est limitée avec 17 lits/km² (contre 26 lits/km² dans l’ensemble des zones rurales).

Elle se compose essentiellement de résidences secondaires et touche un public familial. L’objectif des acteurs locaux est de développer le tourisme, en professionnalisant les pratiques et en s’associant avec les territoires voisins.

Catégorie territoiresCommentaires fermés

Colloque Afterres2050 : quelle agriculture pour 2050 ?


Défis alimentaires, coût de l’énergie, changements climatiques, partage des ressources, biodiversité… Quelle agriculture pour 2050 ? Corabio (la Coordination Rhône-Alpes de l’Agriculture Biologique), la Chambre régionale d’agriculture et le réseau Info Energie Rhône-Alpes organisent une conférence-débat sur le scénario Afterres2050 développé par l’association Solagro. Le colloque aura lieu le jeudi 29 novembre à la Maison de territoire de la Porte des Alpes à Bourgoin-Jallieu (38).

Le secteur agricole sait qu’il devra s’adapter à nouveau. Une étude prospective menée par l’association Solagro fait aujourd’hui référence en la matière. Elle prend en compte les multiples enjeux et propose le scénario Afterres2050. La question centrale du scénario est la suivante : notre agriculture pourra-t-elle nourrir la France en 2050 tout en affamant le changement climatique ?

Disposerons-nous des surfaces nécessaires pour nous nourrir correctement? En 2050, nous serons  en effet 8 millions de personnes en plus, la demande de produits agricoles non alimentaires (énergie, matériaux, chimie verte), sera plus forte tandis que les terres disponibles se seront vraisemblablement réduites. Corabio, la Chambre régionale d’agriculture et le réseau Info Energie Rhône-Alpes invitent les collectivités territoriales, responsables associatifs et professionnels agricoles à se poser ces questions pour leur territoire et à venir débattre des enjeux pour Rhône-Alpes.

PROGRAMME

13h45
Accueil café

14h00
Introduction par M. NUCCI, vice-président du Conseil
Général de l’Isère, chargé de l’agriculture durable et de
l’alimentation

14h15-15h30
Intervention de Sylvain DOUBLET de Solagro :
Présentation du scénario Afterres2050
Etat des lieux, connaissances, enjeux
Hypothèses et perspectives d’évolutions de
l’usage des sols
Résultats en terme d’environnement

15h30-15h45
Questions de compréhension suite à la présentation

15h30 – 17h15
Table ronde :
Les enjeux pour les acteurs en Rhône-Alpes :
prise en compte des spécificités locales, évolutions du
métier d’agriculteur, évolution des consommateurs…

17h15
Conclusion par M. Hervé PIATON,
Directeur de l’agriculture et du développement rural,
Région Rhône-Alpes

Ce colloque s’adresse aux élus locaux, agents de collectivités territoriales, responsables associatifs et professionnels agricoles. Il aura lieu le JEUDI 29 NOVEMBRE 2012 à la Maison de territoire de la Porte des Alpes de Bourgoin-Jallieu (38).

Inscription en ligne sur http://conference.iera.fr ou en en appelant Corabio au 04 75 61 19 35.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Etre femme en milieu rural


Dans le cadre de la 2ème quinzaine régionale de l’égalité entre les Femmes et les Hommes, Brigitte Périllié, vice-présidence du Conseil général, vous invite à participer à une rencontre-débat sur le thème « Etre femme en milieu rural » qui se déroulera le 5 octobre 2012 à 14 h 15 à la Maison du Conseil général de Bourgoin-Jallieu

Lors de cet après-midi, seront évoquées les situations actuelles des Femmes en milieu rural en Rhône-Alpes par Mme Vérillaud, sociologue et Mme Barre, Présidente de l’association Women in Europe for Common Future (WECF), ainsi qu’un diagnostic d’une conseillère du CIDFF nord-Isère et un témoignage d’une agricultrice

Seront aborder tous les thèmes : femmes chef d’entreprises, en recherche d’emploi, au foyer, étudiante, l’accès à la santé etc…

per

Catégorie monde ruralCommentaires fermés

Paturin organise son AG à Bourgoin-Jallieu



Paturin (projet agricole du territoire unissant les représentants de l’Isère nord) comité territorial agricole d’Isère porte des alpes…. à son Assemblée Générale
Mercredi 15 Février 2012
Salle Banalisée de Champaret (à côté de la salle polyvalente)
Bourgoin-Jallieu à 19h00

PROGRAMME

19h00 PATURIN vous accueille à la Salle Banalisée de Champaret à Bourgoin-Jallieu
19h15 Assemblée Générale statutaire
20h15-22h15
Connaissez-vous bien les agricultures de votre territoire ?
-> Les productions, leur répartition, leur poids économique, ce à quoi elles contribuent (économie locale, environnement, cadre de vie, etc.)
Agriculture et préservation de l’environnement, un défi relevé !
-> Comment l’agriculteur travaille en 2012 et avec qui ?
-> Témoignages d’agriculteurs et d’élus impliqués sur les captages du territoire.
Les agriculteurs expliquent leurs outils :
-> Démonstration de l’outil Mes Parcelles, avec Vincent Battault, Conseiller Agro-Environnement CDA38.
22h15 Mot de Clôture de l’Assemblée Générale
Buffet des producteurs de PATURIN (et des alentours)

PATURIN
Maison des Agriculteurs-
7 pl du champs de Mars
38110 La Tour du Pin
Téléphone : 04 74 83 99 60, Par Fax : 04 74 83 25 19
Mail : virginie.jimenez@isere.chambagri.fr

Catégorie agriculture, monde ruralCommentaires fermés

Bourgoin Jallieu attristée par le décès d’Allain Leprest


Allain Leprest est décédé ce week – end dans le village ardèchois d’Antraigues. Auteur compositeur interprète il avait créé  » Pantin Pantine » pour les élèves de l’école de Bourgoin Jallieu.

Allain Leprest allait souvent se ressourcer au village d’Antraigues, en Ardèche. Normal, il était l’ami de Jean Ferrat. Il a écrit en particulier pour Isabelle Aubret et Juliette Gréco.

Allain Leprest a laissé également de bons souvenirs à Bourgoin Jallieu. En effet, en 1997, à la demande de Gérard Lefebvre, directeur du futur conservatoire Hector Berlioz il écrit »Pantin Pantine  » avec les jeunes berjalliens des classes à horaires aménagés musique.

Un spectacle qui fera le tour de la France, sera présenté à Paris et qui sera nommé en 2007 aux victoires de la musique. Il sera récompensé par le grand prix du disque.

Pour découvrir des extraits de cet opéra cliquer sur la photo

lepprest

Allain Leprest avait 57 ans.

Catégorie zoomCommentaires fermés

Stratégies pour le Nord-Isère


Comment et avec qui réussir le développement du Nord-Isère ? C’est le thème d’une grande journée qui aura lieu le vendredi 2 juillet prochain à la Maison du Conseil général de Bourgoin-Jallieu.
Solidement ancrés dans le département de l’Isère, les territoires du Nord-Isère qui s’étendent de Vienne à Crémieu et de Roussillon à Pont de Chéruy ont aujourd’hui des relations croissantes avec Lyon et son agglomération : migrations quotidiennes, activités économiques, rôle structurant de certains équipements, universités

Face à ce constat le Conseil général  de l’Isère a donc décidé d’organiser une grande journée de débats et de réflexion qui réunira l’ensemble des responsables politiques, économiques, sociaux, administratifs et culturels intéressés par l’avenir des territoires du Nord-Isère.

Foncier, services publics, transports, agriculture

Trois tables rondes seront organisées le matin sur des sujets qui préoccupent les élus.
Première table ronde, « Le Nord-Isère : territoires de vie » : la démographie et les besoins nouveaux des habitants entraînent une demande nouvelle de services publics de proximité et une forte pression foncière. Comment y faire face tout en préservant les espaces ruraux et
périurbains ?
Seconde table ronde « Les déplacements et la mobilité »: L’accessibilité à Lyon est un enjeu central pour le Nord-Isère. Son amélioration est donc capitale tout comme l’étude de nouveaux modes de déplacements vers Lyon et dans les territoires du Nord-Isère.
Enfin « l’avenir économique du Nord-Isère » sera le thème de la dernière table ronde : comment renouveler les filières traditionnelles, faire émerger celles de demain, permettre l’implantation de nouvelles entreprises et réfléchir à la place de l’agriculture : ce sont aussi les défis du futur dans le Nord-Isère.
Pour chacune des tables rondes, les meilleurs spécialistes de l’économie, de l’habitat, des transports apporteront leurs éclairages et échangeront avec les maires et les présidents des communauté de communes et d’agglomérations du Nord-Isère.

L’après midi sera consacré à un grand débat sur les « Stratégies à mettre en œuvre pour le Nord-Isère ». Il réunira notamment Gérard Collomb, président de la Communauté urbaine de Lyon, Alain Cottalorda, président de la communauté d’agglomération Porte de l’Isère,
Maurice Vincent, président de la Communauté d’agglomération de Saint Etienne Métropole, Christian Trouiller, Président de la Communauté d’agglomération du pays Viennois, André Vallini, président du Conseil général de l’Isère, Jacques Remiller, maire de Vienne et bien sûr tous les élus présents pourront intervenir lors de ce débat.

………………………………………………………………………………………

Pour participer :
Les élus des communes du Nord-Isère qui ne sont pas encore inscrits à cette journée peuvent  le faire dès aujourd’hui sur le site du Conseil général (www.isere.fr ) ou en téléphonant au 04 26 73 05 00.

Catégorie economie/emploi, territoiresCommentaires fermés

Inventaire du pays de Bourgoin-Jallieu


bourgoinL’inventaire du Pays de Bourgoin-Jallieu est une exposition itinérante présentée successivement à Saint-Quentin-Fallavier, Grenoble et Bourgoin-Jallieu. L’exposition est à l’Isle-d’Abeau, à l’EPANI, du 10 février au 16 avril.

Ni fourre-tout, ni pointage exhaustif, l’inventaire propose un tableau à un instant donné de ce qui existe et caractérise le territoire exploré. Des marais aux collines, des pierres à cupules aux « gestes architecturaux » du XXe siècle, des granges aux usines, Frédéric Dard côtoie ici saint Theudère et le rugby, les maisons fortes médiévales. Ce territoire recèle en effet des patrimoines « tous azimuts », toutes époques et tous domaines confondus.

Inventorier le patrimoine du département de l’Isère est une démarche de longue haleine. Du Trièves, il y a près de quinze ans à ce secteur situé entre Bourbre et Lyonnais aujourd’hui (les vingt-sept communes des cantons de Bourgoin-Jallieu nord et sud, l’Isle-d’Abeau et La Verpillière) en passant par l’Oisans, les Chambaran ou encore le canton de Roussillon, les équipes du Conseil général, archéologues, architectes, historiens ont déjà catalogué le patrimoine de près de deux-cents communes. Ce qui n’est pas rien !

Une vaste campagne d’inventaire

Pendant près de deux ans, les équipes du patrimoine ont repéré, identifié, décrit, enregistré toutes les traces et témoignages laissés par les hommes sur ce territoire, depuis la préhistoire jusqu’à aujourd’hui. Une enquête qui a concerné toutes les formes de patrimoine – archéologique, architectural, industriel, immatériel, alimentaire, etc. Ces informations rassemblées constituent un outil précieux pour la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine de ce territoire ; elles méritent en ce sens d’être partagées avec le plus large public.

Portraits de pays

Dans le cadre d’une collaboration avec le Magasin-CNAC (Grenoble), Mourad Gharrach, un jeune artiste rhônalpin, a porté son regard de photographe sur ce territoire. Certains auront déjà croisé sa silhouette familière lorsqu’il procède à ses prises de vues en arpentant infatigablement les quartiers, les lieux de vie, pour « tirer le portrait » de nos contemporains et proposer une vision actuelle de la diversité de notre patrimoine humain.

Catégorie patrimoine, territoiresCommentaires fermés

Tribunaux paritaires des baux ruraux: résultats


Le Préfet de l’Isère communique les résultats relatifs aux élections des assesseurs des Tribunaux paritaires de baux ruraux et des membres de la Commission consultative paritaire des baux ruraux en Isère.
La commission d’organisation des élections s’est réunie le 04 février 2010 pour procéder au dépouillement et au recensement des votes effectués par correspondance.

  • Nombre d’électeurs : 7680 x 2 élections = 15360 votes potentiels
  • Nombre de votes : 3358
  • Nombre de suffrages exprimés : 3092
  • Taux de participation : 20,13 %

La liste des candidats élus est arrêtée comme suit:

Liste des élus

Pour l’élection des membres assesseurs du tribunal paritaire de GRENOBLE:
Dans la catégorie PRENEURS:
Titulaires :
M. Jean-Pierre MICHALAT – FDSEA
Mme Marie-Laure MAUNY – FDSEA
Suppléants :
M. Alain GINIER-GILLET – Confédération
Paysanne
M. Gilles ARFI – Confédération Paysanne

Dans la catégorie BAILLEURS:
Titulaires :
M. Gérard NALLET – SDPPR
M. Gabriel CHABERT D’HIERES – SDPPR
Suppléants :
M. Antoine DE GAUDEMARIS – SDPPR
M. Gabriel SABATIER – SDPPR

Pour l’élection des membres assesseurs du tribunal paritaire de BOURGOIN-JALLIEU:
Dans la catégorie PRENEURS:
Titulaires :
M. Christophe BONNAIRE – FDSEA
M. René GIPPET – FDSEA
Suppléants :
M. Yves FRANCOIS – FDSEA
M. Serge CLAVEL – FDSEA

Dans la catégorie BAILLEURS:

Titulaires :
Mme Marie-France RICHARD – SDPPR
M. Geoffroy DE VIRIEU – SDPPR
Suppléants :
M. Denis FINAZ – SDPPR
Mme VAN AKEN LOPEZ Bernadette – SDPPR

Pour l’élection des membres assesseurs du tribunal paritaire de VIENNE:
Dans la catégorie PRENEURS:
Titulaires :
M. André MANTEL – FDSEA
M. Gilbert GUILLOT – FDSEA
Suppléants :
M. Patrick SERMET – FDSEA
M. Luc CHOSSON – FDSEA

Dans la catégorie BAILLEURS:
Titulaires :
M. Henri DE TARLE – SDPPR
M. Alain LEMONON – SDPPR
Suppléants :
M. Hugues DE LUZY DE PELISSAC – SDPPR
M. Henri AVRIL – SDPPR

Pour l’élection des membres de la commission consultative départementale de l’Isère:
Titulaires :

Dans la catégorie PRENEURS:
M. Jean-Pierre MICHALAT – FDSEA
M. René RUZZIN – FDSEA
M. Serge CLAVEL – FDSEA
M. Martial DURAND – FDSEA
M. Jean-Louis DIDIER – FDSEA
M. André MANTEL – FDSEA

Dans la catégorie BAILLEURS:
M. Gérard NALLET – SDPPR
M. Gabriel CHABERT D’HIERES – SDPPR
Mme Marie-France RICHARD – SDPPR
M. Geoffroy DE VIRIEU – SDPPR
M. Henri DE TARLE – SDPPR
M. Alain LEMONON – SDPPR
…………………………………..
Suppléants :

Dans la catégorie PRENEURS:
Mme Marie-Laure MAUNY – FDSEA
M. Pierre BELLIER – FDSEA

Dans la catégorie BAILLEURS:
M. Jean DESCHAUX – SDPPR
Mme Marguerite FUZIER – SDPPR
M. Denis FINAZ – SDPPR
M. Gérard VIENOT DE VAUBLANC – SDPPR
M. Hugues DE LUZY DE PELISSAC – SDPPR
M. Henri AVRIL – SDPPR

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Coupe de France: La Murette va savoir…


C’est ce jeudi midi que se déroulera le tirage au sort du 7ème tour de la Coupe de France de football. La Murette l’un des petits poucets va savoir…

Le tirage au sort sera en effet effectué ce jeudi midi à Paris par Jean Djorkaeff et Michel Drucker.

Ceux ci auront la lourde tâche de proposer un adversaire à La Murette. Ce club, qui évolue en championnat excellence, a en effet réussi l’exploit de se qualifier pour le 7ème tour qui voit l’entrée en lice des clubs de Ligue 2.

Au tour précédent La Murette et venue à bout d’une formation de Promotion d’honneur régionale qui évoluait sur sa pelouse: le FC Domtac. 1-0 après prolongation.

La Murette est située à quelques encablures de Voiron. Un peu plus de 1600 habitants, c’est une commune rurale ou l’activité agricole est encore bien ancrée.

Avec La Murette, deux autre clubs de notre département seront à l’écoute du tirage au sort: Bourgoin-Jallieu et Seyssinet-Pariset.

Catégorie sportCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2019
L Ma Me J V S D
« juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+