Tag Archive | "Cemagref"

Recherche: quelles réponses à la question environnementale ?


Le forum s’adresse à tous les citoyens curieux de mieux appréhender le rôle de la recherche pour résoudre la question envrionnementale.

A l’aube de ce siècle, la question environnementale pose à l’humanité des problèmes d’une complexité sans précédent, dont la résolution ne peut se faire sans un effort de recherche important et la contribution coordonnée de scientifiques de toutes disciplines.

Nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050, faire face au changement climatique, garantir à tous l’accès à l’eau, lutter contre les pollutions, anticiper les risques d’origine humaine ou naturelle, préserver la biodiversité, gérer l’expansion urbaine et intégrer les nécessités environnementales dans les politiques d’aménagement des territoires, orienter l’ économie vers le développement durable, changer nos habitudes et nos comportements, modifier  nos mentalités, voire adapter nos systèmes politiques, … Depuis une dizaine d’années,  les gouvernements se mobilisent sur ces questions, les media s’en font l’écho, tout un chacun est mieux informé.

L’ambition de ce forum  est donc de montrer la recherche à l’œuvre, au service des citoyens, de leurs élus, de leurs entreprises, sur la question environnementale en mettant face à face des élus, des entrepreneurs, des membres de la société civile des « intellectuels » et des scientifiques.

Mais ce que l’on connaît moins, c’est la façon dont les chercheurs de toutes disciplines, sciences exactes et sciences humaines désormais réunies, se mobilisent pour observer les phénomènes, les analyser, rendre des expertises, chercher et proposer des solutions.

Il vise aussi à ouvrir le débat, à apporter une pierre à une réflexion qui ne fait que commencer à se structurer et qui nécessite les éclairages et les efforts de toutes les parties prenantes.

Programme

La journée est animée par Laurent Romejko.

Les ateliers seront animés par des journalistes : Valéry Dubois, Fabrice Papillon, Anne Pezet, Laurent Romejko, Jacques-Olivier Baruch.

Les interventions des scientifiques dans les ateliers sont toutes confirmées.

9h00 : Ouverture

9H30 : Accueil et présentation du livre sur le Cemagref

Pascal Griset, historien des techniques, professeur Université Paris IV Sorbonne.

9h45 : Conférence introductive

Bernard Maris, économiste et chroniqueur à France Inter.

L’émergence de la question environnementale change la donne de nos sociétés au niveau planétaire et y impose des changements de paradigmes : quelle contribution de la recherche ?

10h30 : Table ronde

Les attentes vis-à-vis de la recherche sur la question environnementale. Quelle co-construction entre les chercheurs, la société civile, les industriels ?

Table ronde présidée par André Flajolet, député du Pas-de-Calais, président du Comité national de l’eau.

Geneviève Fioraso, député de l’Isère, PDG de Minatech,
Antoine Herth
, député du Bas-Rhin,
Damien Lepoutre
, président fondateur Géosys,
Jean-Claude Bevillard
, secrétaire national de France Nature Environnement

11h30 : Cinq ateliers en parallèle, animés chacun par des journalistes

  • Environnement et démocratie :

Corine Pelluchon, philosophe, maître de conférence à l’université de Poitiers, membre du Centre de Recherche Sens, Ethique et Société du CNRS,
Gabrielle Bouleau
, sociologue, chercheur au Cemagref,
Denis Salles
, sociologue, directeur de recherche au Cemagref,
Antoine Doré
, sociologue, chercheur au Cemagref,
Jean-Claude Bevillard, secrétaire national de France Nature Environnement.

  • Changement global et aménagement durable des territoires :

Yves Le Bars, président du Gret, association des professionnels du développement solidaire,
Emmanuelle George-Marcelpoil,
économiste territoriale, chercheur au Cemagref,
Gérard Hégron
, modélisation urbaine, directeur scientifique délégué de l’Ifsttar.

  • Vulnérabilité de nos sociétés face aux risques :

Catherine Larrère, professeur de philosophie à l’université de Paris I Sorbonne.
Marc Lucotte
, bio-géo-chimiste de l’environnement, professeur à l’université du Québec à Montréal,
Hormoz Modaressi
,  directeur département Risques au BRGM,
Frédéric Grelot
, économiste, ingénieur-chercheur au Cemagref.
Anne-Marie Levrault
, chef de service à la direction générale de la Prévention des risques, MEDDTL.

  • La question des ressources en eau :

André Flajolet, député du Pas-de-Calais, président du Comité national de l’eau,
Véronique Gouy
, hydro-chimiste, chercheur au Cemagref,
Patrice Garin
, agronome et géographe, directeur de l’UMR Gestion de l’eau,
Patrick Lavarde
, directeur général de l’Onema.

  • Écotechnologies et croissance verte :

Robert Ayres, économiste, professeur émérite à l’INSEAD,
Anne Trémier
, génie des procédés, chercheur au Cemagref,
Paul Colonna
, directeur de recherche à l’Inra,
Bruno Allenet
, directeur délégué Grand Lyon GDF Suez, trésorier pôle de compétitivité Axelera.

13h00 : Pause déjeuner et visite de l’exposition

14h30 : Table ronde avec les grands témoins des ateliers

Robert Ayres, André Flajolet, Yves Le Bars, Catherine Larrère, Corine Pelluchon,

Débat autour  de Dominique Wolton, sociologue, directeur de l’Institut des sciences de la communication du CNRS.

L’interdisciplinarité, clef de voûte de la recherche environnementale est-elle une utopie ?

15h25 : Allocution

Edgar Morin, Philosophe (en vidéo),
Président du conseil scientifique de l’institut des sciences de la communication au CNRS

15h30 : Table ronde conclusive

La recherche environnementale est-elle gréée pour répondre aux enjeux environnementaux ? Quelles améliorations possibles ?

Marion Guillou, présidente de l’Inra,
François Jacq, président de Météo France,
Gérard Matheron, président du CIRAD,
Jean-François Stephan, Directeur INSU-CNRS,
Michel Lussault, président du PRES Université de Lyon,
Jan Marco Müller , assistant directeur général du centre commun de recherche (JRC) de la commission européenne.

16h30 : Conclusion

Ronan Stephan, DGRI au MESR

cliquer ici :Inscription:

Catégorie environnement, recherche scientifiqueCommentaires fermés

Les retraités se mettent au vert


Celles et ceux qui ont quitté la vie professionnelle représentent un enjeu stratégique pour les zones rurales.
Ils occupent en effet une importance croissante dans la population

De plus en plus de retraités s’installent en France dans des zones rurales dont ils ne sont pas forcément originaires. Depuis une vingtaine d’années, certaines régions comme le Massif Central ont accueilli 60% de nouveaux arrivants retraités, originaires d’autres régions françaises mais aussi de pays européens (Angleterre, Pays-Bas, Belgique, entre autres).
Les retraités, plus mobiles que les actifs, s’installent dans des régions où leur pouvoir d’achat peut avoir un impact socio-économique non négligeable. Un quart du revenu des ménages français provient aujourd’hui des retraites.
Avec un nombre de retraités en augmentation constante (10% de la population était âgée de plus de 70 ans en 1995, elle devrait être de 21% en 2050, selon un rapport de l’Union européenne) et une durée de vie qui s’accroît (on est passé de 67 ans en 1950 pour les femmes à 80 ans en 1999), l’influence des retraités sur le développement d’une région est à prendre en compte. D’autant plus que la génération des « baby boomers » (tous les enfants nés après la seconde guerre mondiale) fait valoir actuellement, pour une bonne part, ses droits à la retraite.

  • Une solidarité spécifiquement rurale

Une équipe d’économistes du Cemagref (recherche pour l’ingénierie de l’agriculture et de l’environnement) à Clermont-Ferrand a planché sur la question avec des géographes et une sociologue. Un modèle a été élaboré pour évaluer l’impact des retraités (qui sont aussi , occasionnellement, des touristes) sur le développement économique rural et appliqué dans plusieurs régions dont Rhône-Alpes. Une centaine d’enquêtes ont été menées. Dans certaines régions, 15 à 20% de l’emploi tertiaire est lié à la présence des retraités. Beaucoup d’entre eux sont actifs et s’engagent dans des initiatives locales. De véritables réseaux sociaux se développent dans les milieux ruraux et évitent que les retraités se retrouvent isolés comme cela peut être le cas en ville. Cette solidarité a pu se vérifier notamment lors d’épisodes climatiques exceptionnels comme la canicule de l’été 2003.
L’étude du Cemagref confirme un impact important des retraités dans nos régions mais relève un cloisonnement des politiques les concernant comme l’aide à domicile, le logement ou les établissements spécialisés. Elle souligne aussi l’existence de coordinations gérontologiques particulièrement innovantes, comme à Bourganeuf, dans la Creuse.
Reste que, sur la question du pouvoir d’achat des retraités hexagonaux, on peut émettre des doutes. Surtout quand on pense aux agriculteurs, dont la pension n’autorise pas les largesses. Mais ceux-ci peuvent contribuer de bien d’autres façons – ne serait-ce qu’en faisant partager leur expérience et leur savoir-faire, à la défense et à la sauvegarde du milieu rural.

——–
Le Cemagref, autrefois centre du machinisme agricole, des eaux et forêts, a conservé son sigle mais concentre depuis plusieurs années la recherche pour l’ingénierie de l’agriculture et de l’environnement.

Catégorie monde ruralCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2020
L Ma Me J V S D
« déc    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+